La langue française

Interrogation

Définitions du mot « interrogation »

Trésor de la Langue Française informatisé

INTERROGATION, subst. fém.

A. − Action d'interroger quelqu'un; demande, question. Interrogation du regard, des yeux; interrogation anxieuse, indiscrète, inquiète, muette; poser une interrogation; répondre à une interrogation. J'ai des phrases banales pour répondre aux interrogations de chaque jour, et un sourire qui dit : « Oui », quand je ne veux même pas prendre la peine de parler (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Solitude, 1884, p. 928).J'étais au milieu de cette foule comme un intrus à qui l'on n'a pas donné le mot de passe, et qui sent chaque visage tourner vers le sien une insupportable interrogation (Gracq, Syrtes,1951, p. 106):
1. Seulement, Florentine, pour faire ce qu'on va faire, il faut être bien sûr de s'aimer. De s'aimer pour la vie. C'était une très grave interrogation qu'il lui posait, revenant comme il le faisait d'un troublant voyage dans le temps. C'était même presque une prière qu'il lui adressait. Roy, Bonheur occas.,1945, p. 418.
En partic. Épreuve; question ou ensemble de questions que pose un examinateur à un élève ou à un candidat. Interrogation orale, de contrôle. Ils avaient commencé tout à l'heure la tournée des classes : un séjour d'une demi-heure dans chacune, passée à écouter silencieusement les réponses aux interrogations du professeur (Estaunié, Empreinte,1896, p. 82).Des classes longues, consacrées à des interrogations fréquentes, à des explications copieuses (Pesquidoux, Livre raison,1932, p. 194).L'interrogation écrite du lendemain comprendrait trois questions auxquelles il faudrait répondre dans l'espace de cinq minutes (Green, Moïra,1950, p. 74).
B. − Action de s'interroger soi-même; demande, question. Interrogation essentielle, humaine, métaphysique. Lucile était une personne très-timorée, et qui fatiguait souvent son ame à force de scrupules et d'interrogations secrètes sur sa conduite (Staël, Corinne, t. 3, 1807, p. 354).C'était André Walter que déjà je commençais d'écrire et que j'alimentais de toutes mes interrogations, de tous mes débats intérieurs (Gide, Si le grain,1924, p. 506).
C. −
1. GRAMM. ,,Énoncé dont certaines caractéristiques (procédés interrogatifs), montrent qu'il doit être perçu comme une question par l'auditeur`` (Mounin 1974). Interrogation absolue, disjonctive, elliptique, totale. Hors le cas où rien, répondant à une interrogation, contient ou suppose une ellipse, nous ne pouvons employer ce mot qu'avec une négation, parce qu'il n'est point négatif (J. de Maistre, Soirées St-Pétersbourg, t. 1, 1821, p. 124).
STYLISTIQUE :
2. Quelle vilaine manière d'écrire que celle qui convient à la scène! Les ellipses, les suspensions, les interrogations et les répétitions doivent être prodiguées si l'on veut qu'il y ait du mouvement, et tout cela en soi est fort laid. Flaub., Corresp.,1873, p. 22.
a) Interrogation directe. Interrogation contenue dans une phrase indépendante et qui se termine par un point d'interrogation. L'interrogation directe est caractérisée, soit simplement par le ton (...) soit par un changement de construction et par le ton (Grev.1969, § 175).
b) Interrogation indirecte. Interrogation contenue dans une proposition subordonnée et introduite par un verbe interrogatif ou qui implique une interrogation. Il faudrait ici (...) une conjonction latine de style indirect, (d'interrogation indirecte) (Péguy, Argent,1913, p. 1233).L'interrogation indirecte a une forme extrêmement libre (Dupré1972).
c) Point d'interrogation. Signe de ponctuation que l'on place en français à la fin d'une phrase exprimant l'interrogation directe :
3. « Il habite Balbec? » chantonna le baron, d'un air si peu questionneur qu'il est fâcheux que la langue française ne possède pas un signe autre que le point d'interrogation pour terminer ces phrases apparemment si peu interrogatives. Proust, Sodome,1922, p. 1104.
Au fig. Problème en suspens, question non résolue. Je ne me serais jamais douté que vous puissiez attacher tant d'importance à pénétrer les secrets de ce grand peut-être, et à retourner dans tous les sens cet immense point d'interrogation (Sand, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 55).Nous jalonnerons donc le passé lointain de quelques dates sûres et de quelques points d'interrogation (Dumazedier, Ripert, Loisir et cult.,1966, p. 47).
2. RHÉT. Interrogation rhétorique, oratoire. ,,Question qui n'attend point de réponse, mais qui est uniquement posée pour suggérer à l'auditeur ou au lecteur une réponse mentale évidente`` (Morier 1975).
Prononc. et Orth. : [ε ̃tε ʀ ɔgasjɔ ̃] ou [ε ̃te-]. [-ε rr-] ds Mart. Comment prononce 1913, p. 297. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1283 plur. « questions posées dans un procès » (Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1245, t. 2, p. 144); b) 1680 rhét. (Rich.); 2. 1550 gramm. interrogacion, point d'interrogacion (L. Meigret, Tretté de la gramm. fr., éd. W. Foerster, p. 190). Empr. au lat. class.interrogatio « question, interrogation » spéc. terme de dr. (« interrogatoire de témoins »), de rhét. et de grammaire. Fréq. abs. littér. : 605. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 383, b) 722; xxes. : a) 1 145, b) 1 169. Bbg. Al (B.). Probl. concernant la description transformationnelle de l'interrogation en fr. mod. In : Congrès Internat. de Ling. et Philol. Rom. 14. 1974. Naples. Napoli-Amsterdam, 1979, pp. 566-578. - Borillo (A.). Rem. sur l'interrogation indir. en fr. In : Méthodes en gramm. fr. Paris, 1976, pp. 15-40. - Danjou-Flaux (N.), Dessaux (A.-M.). L'Interrogation en fr. In : Gramm. transformationnelle : synt. et lex. Villeneuve-d'Ascq, 1976, pp. 139-231. - Teyssier (J.). La Gramm. de l'interrogation et ses présupposés. R. Lang. rom. 1974, t. 81, pp. 7-56.

Wiktionnaire

Nom commun

interrogation \ɛ̃.tɛ.ʁɔ.ɡa.sjɔ̃\, \ɛ̃.te.ʁɔ.ɡa.sjɔ̃\ féminin

  1. Question, action d’interroger.
    • Il y a un tour de Fiction, au moyen duquel la penſée ne doit pas être entendue littéralement comme elle eſt énoncée, mais qui laiſſe apercevoir le véritable point de vûe en le rendant ſeulement plus ſenſible & plus intéreſſant par la Fiction même. De là naissent l’Hyperbole, la Litote, l’Interrogation, la Dubitation, la Prétérition, la Réticence, l’Interruption, le Dialogiſme, l’Épanorthoſe, l’Épitrope, & l’Ironie ; celle-ci ſe ſoudiviſe, à raison des points de vûe ou des tons, en ſix eſpèces ; ſavoir, la Mimèſe, le Chleuaſme ou Perſifflage, l’Aſtéiſme, le Charientiſme, le Diaſirme, & le Sarcaſme. — (Encyclopédie méthodique : Grammaire et Littérature, tome second, Panckoucke / Plomteux, Paris / Liège, 1784)
    • Lui sentait dans les yeux de la jeune fille une imploration muette, l’interrogation de la biche captive et soumise, ne souhaitant que savoir ce qu’on attend d’elle. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
  2. (Scolarité) Examen permettant de vérifier la connaissance ou la compréhension qu’a un élève ou un étudiant d’un domaine qui lui a été enseigné.
    • La leçon de droit débute par la dictée des cahiers du professeur, et se poursuit par une explication, voire des interrogations. Cette procédure didactique n'est pas sans rappeler l'enseignement du droit tel qu'il se développe depuis le Moyen Âge. — (Nader Hakim, L'autorité de la doctrine civiliste française au XIXème siècle, éditions L.G.D.J., 2002, p. 177)

Nom commun

interrogation \ɪn.ˌtɛɹ.ə.ˈɡeɪ.ʃən\

  1. Interrogatoire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INTERROGATION. n. f.
Action d'interroger. Il a bien répondu aux interrogations qu'on lui a faites. En termes de Grammaire, Point d'interrogation, Signe dont on se sert dans l'écriture pour marquer l'interrogation. Interrogation directe, Celle qui a une des formes ordinaires de la phrase interrogative. Est-ce que vous partez? Quand partez-vous? sont des interrogations directes. Interrogation indirecte, Celle qui, au lieu d'être isolée dans une phrase, y sert de complément d'objet d'un verbe. Dans : Dites-moi si vous partez, quand vous partez, je ne sais où vous allez, Si vous partez, quand vous partez, où vous allez sont des interrogations indirectes.

Littré (1872-1877)

INTERROGATION (in-tè-ro-ga-sion ; en vers, de six syllabes) s. f.
  • 1Action d'interroger. Les interrogations qu'on lui fit le troublèrent.

    Il s'est dit pour interrogatoire. S'il [Fouquet] continue, ses interrogations lui seront bien avantageuses, Sévigné, à Pompone, 18 nov. 1664. On a continué aujourd'hui ses interrogations sur les octrois ; M. le chancelier avait bonne intention de pousser M. Fouquet aux extrémités, Sévigné, 27 nov. 1664.

  • 2Figure de rhétorique par laquelle l'orateur adresse à son adversaire ou au public une ou plusieurs questions auxquelles il sait bien qu'on ne répondra pas ; en d'autres termes, il met ses assertions sous la forme interrogative. Cicéron commence une de ses Catilinaires par cette interrogation : Jusques à quand, Catilina, abuseras-tu de notre patience ?
  • 3 Terme de grammaire. Point d'interrogation, point dont on se sert dans l'écriture pour marquer l'interrogation et que l'on figure ainsi ?.

HISTORIQUE

XVIe s. Bien souvent une interrogation ou une narration nous ouvrent la porte pour entrer en libre remonstrance, Amyot, Comm. discerner le flatteur, 52.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

INTERROGATION, s. f. (Belles-Lettres.) figure de Rhétorique, par laquelle celui qui parle avance une chose par forme de question. L’apostrophe qu’il se fait alors à lui-même ou qu’il fait aux autres, ne donne pas peu de poids & de véhémence à ce qu’il dit. L’orateur peut en plusieurs occasions employer cette figure avec avantage. 1°. Quand il parle d’une chose d’un ton affirmatif, & comme ne pouvant souffrir aucun doute ; 2°. quand il veut montrer les absurdités où l’on tomberoit en entreprenant de combattre ses sentimens ; 3°. lorsqu’il veut démêler les réponses captieuses ou les sophismes de son adversaire ; 4°. quand souvent pressé lui-même, il veut à son tour presser vivement son antagoniste. De ce dernier genre est ce bel endroit de l’oraison de Ciceron pour Ligarius, où il s’adresse avec une impétuosité, pour ainsi parler foudroyante, à l’accusateur Tubéron. Quid enim, Tubero, tuus ille districtus in acie Pharsalicâ gladius agebat ? cujus latus ille mucro petebat ? Qui sensus erat armorum tuorum ? Quæ tua mens ? oculi ? manus ? ardor animi ? Quid cupiebas ? quid optabas ? Il est évident que de pareils traits devoient embarasser un homme qui, ayant porté les armes contre Cesar, faisoit à Ligarius un crime de ce qu’il avoit tenu la même conduite.

Cette figure est très-propre à peindre toutes les passions vives, mais sur-tout l’indignation.

Quoi, Rome & l’Italie en cendres
Me feront honorer Silla ?
J’admirerai dans Alexandre,
Ce que j’abhorre en Attila ?

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « interrogation »

Du latin interrogatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenc. interrogatio, enterrogacio ; espagn. interrogacion ; ital. interrogazione ; du lat. interrogationem, de interrogare, interroger.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « interrogation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
interrogation ɛ̃tɛrɔgasjɔ̃

Citations contenant le mot « interrogation »

  • Un baiser peut être une virgule, un point d´interrogation ou d’exclamation. Voici les points essentiels de la ponctuation que toute femme devrait connaître. De Mistinguett
  • La clef de toutes les sciences est sans contredit le point d'interrogation ; nous devons la plupart des grandes découvertes au comment ? Et la sagesse dans la vie consiste peut-être à se demander, à tout propos, pourquoi ? De Honoré de Balzac
  • Mais quel est donc ce point d’interrogation que l’on peut apercevoir, depuis quelques mois, lors de la traversée de Binic (Côtes-d’Armor), au-dessus de l’ancien bar Le Bacchus ? , Binic-Etables sur Mer : un point d'interrogation qui questionne | La Presse d'Armor
  • Chaque fois que j'entreprends quelque chose, c'est un nouveau doute, un nouveau point d'interrogation. De Giorgio Armani / l'interview accordée au Figaro, 30 avril 2015
  • L'amour est une interrogation continuelle. De Milan Kundera
  • L’art a toujours été ceci - interrogation pure, question rhétorique moins la rhétorique. De Samuel Beckett
  • La vie est une succession de paragraphes qui finissent tous par un point d’interrogation. De Charlélie Couture
  • Un beau livre, c'est celui qui sème à foison les points d'interrogation. De Jean Cocteau / Le rappel à l'ordre
  • Apprends avant toute chose l'interrogation : elle tempère l'émerveillement. De Alain Bosquet / Avoir empêche d’être
  • Un point d'exclamation qui s'est avachi donne un point d'interrogation. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Entre le point d'exclamation de la vie et le point d'interrogation de la mort : tout n'est que ponctuation. De Tristan Maya / Coups de griffes
  • Apprenez qu'un bon livre ne donne jamais ce qu'on peut attendre. Il doit vous hérisser de points d'interrogation. De Jean Cocteau
  • Il y a une interrogation constante pour les femmes écrivains : est-il préférable d’avoir une vie heureuse ou un stock d’intrigues tragiques ? De Wendy Cope
  • Il nous reste, quoi qu'on fasse, la grande interrogation : sa propre mort, celle surtout de ceux que l'on aime. De Jean-Denis Bredin / Entretien avec Jean-Maurice de Montremy - Mai 1990
  • L'horizon est bouché à l'émeri et du sol poussent des lampadaires occupés à se mirer dans un point d'interrogation. De Marc Gendron / Opération New York
  • Un rôle, un film, c’est un peu comme chercher une réponse à une interrogation à un moment de notre vie. De Emmanuelle Béart / Studio Magazine - Juillet 2003
  • Pour la journée, il n’y a pas de problèmes particuliers. Le gros point d’interrogation, c’est pour les soirées. , Foire aux vins de Langon. "Le gros point d'interrogation, c'est pour les soirées" | Le Républicain Sud-Gironde
  • « Comment réparer un préjudice porté à l’âme ? » Cette interrogation court tout le long de ce documentaire. Et, à ce stade, personne n’a la réponse. Antoine Garapon, le magistrat qui la formule, est l’un des 22 membres de la Commission indépendante sur les Abus sexuels dans l’Eglise (Ciase), installée en février 2019. L’institution a beaucoup à se faire pardonner, elle doit comprendre - pour l’éradiquer - ce dysfonctionnement systémique qui a autorisé tant d’abus de pouvoir. L'Obs, « La Ciase : l’écoute des victimes », réparer les croyants
  • J’ai toujours eu une fascination pour l’art abstrait : pour moi, c’est une vision brute de l’artiste qu’il faut essayer de décortiquer, de comprendre, par un mécanisme émotionnel qui sort des conventions. C’est quelque chose qui est vraiment personnel, où l’artiste se dévoile au public. Je perçois l’art abstrait comme un moyen d’être au plus proche de soi et des autres. C’est vraiment par affinité que je me suis plongée dans le monde de l’art abstrait car on parle beaucoup par l’émotion, plus que pour l’art figuratif qui est plus facilement lisible. L’art abstrait demande plus de réflexion sur soi et sur ce que l’artiste a voulu dire. Ce qui me plaît, c’est de laisser le public dans la recherche et dans l’interrogation. Artistikrezo, Coco : "J’aime laisser le public dans la recherche et dans l'interrogation" - Artistikrezo

Images d'illustration du mot « interrogation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « interrogation »

Langue Traduction
Anglais interrogation
Espagnol interrogatorio
Italien interrogatorio
Allemand verhör
Chinois 审讯
Arabe استجواب
Portugais interrogatório
Russe опрос
Japonais 尋問
Basque galdeketa
Corse interrogazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « interrogation »

Source : synonymes de interrogation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « interrogation »

Interrogation

Retour au sommaire ➦

Partager