La langue française

Mus

Définitions du mot « mus »

Trésor de la Langue Française informatisé

MOUVOIR, verbe trans.

A.− Emploi trans.
1. Qqn, qqc. meut qqc.[L'obj. désigne un inanimé concr.] Mettre en mouvement. Synon. animer, bouger, remuer.Elle mouvait une énorme quantité de linges et de jupes quand elle voulait trouver l'une des deux ouvertures de sa robe par où elle atteignait ses poches (Balzac, Béatrix,1839, p. 35).
[L'obj. désigne le corps ou une partie du corps d'un animé] Assises sur des chaises voisines, elles parlent bas, sans mouvoir les lèvres (Martin du G., J. Barois,1913, p. 297).La nuit a été fort dure après une journée vraiment noire où je suis resté sans pouvoir mouvoir un doigt (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1929, p. 508):
1. C'est dans l'intérieur de la poitrine que sont contenus les muscles qui meuvent les ailes et les quatre dernières pattes, comme nous le verrons en traitant des membres. Cuvier, Anat. comp.,t. 1, 1805, p. 449.
[L'obj. désigne une ouverture, un mécanisme, un véhicule] Souvent au passif. Mû par un ressort. Le store de la baie était mû par une cordelette (Benoit, Atlant.,1919, p. 251).
2. Au fig. Qqc. meut qqn.Mettre en action, animer. La liberté, d'ailleurs, dans le doute général où nous sommes, a sa valeur en tout cas; puisqu'elle est une manière de laisser agir le ressort secret qui meut l'humanité, et qui bon gré mal gré l'emporte toujours (Renan, Avenir sc.,1890, p. xvii):
2. L'intérêt est sans doute fort peu de chose pour mouvoir les hommes, − mais leur instinct dramatique toujours en éveil, voilà un ressort auquel on ne fera presque jamais appel en vain. Gracq, Beau tén.,1945, p. 86.
Souvent au passif. Mû par l'instinct. Ici, mû par un premier succès, emporté par une trop ardente espérance, je fais une tentative et une sorte de raid vers des territoires que nous n'avons pas encore abordés (Barrès, Pays Lev.,t. 1, 1923, p. 275).
Emploi abs. Aristote le disait avant Ravaisson : la volonté ne meut que par le désir (Ricœur, Philos. volonté,1949, p. 214).
B.− Emploi pronom.
1. Être en mouvement, se déplacer.
a) Qqc. se meut.Les choses se meuvent à contresens pour former de nouveaux dessins (Cocteau, Enfants,1929, p. 112).V. mouvement ex. 1 :
3. ... on suppose que toutes les molécules gazeuses se meuvent en tous sens avec de grandes vitesses et qu'elles suivent des trajectoires rectilignes qui ne sont troublées que quand une molécule passe très près des parois du vase ou d'une autre molécule. H. Poincaré, Valeur sc.,1905, p. 252.
b) Qqn se meut.Thérèse et Robert, les yeux accoutumés à l'obscurité, se mouvaient aisément parmi les objets familiers (A. France, Lys rouge,1894, p. 62).
c) P. ell. du pron. Faire mouvoir.Les causes qui font mouvoir les ressorts de l'âme semblent être tout à fait étrangères aux résultats (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 401).Mais parce que précisément les ficelles qui font ici mouvoir l'automate sont beaucoup trop fines, on nie l'automatisme, on conclut à la responsabilité (Gaultier, Bovarysme,1902, p. 169).
2. Au fig. Qqn se meut dans qqc.Vivre, se complaire dans. Il admirait le calme guilleret de ce peuple, qui se mouvait dans la contradiction, comme un poisson dans l'eau (Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 684).
C.− Emploi trans. indir., DR. FÉOD. Mouvoir de.Être dans la mouvance de. Tous les fiefs de France mouvaient de la tour du Louvre (Hugo, Quatre-vingt-treize,1874, p. 92).
REM. 1.
Mouvoir, subst. masc.a) Rare, littér. Synon. de mouvement.Après tant d'orgueil, après tant d'étrange Oisiveté, mais pleine de pouvoir, Je m'abandonne à ce brillant espace, Sur les maisons des morts mon ombre passe Qui m'apprivoise à son frêle mouvoir (Valéry, Charmes,1922, p. 148).b) Synon. de mouvette. (Dict. xixeet xxes.).
2.
Mû, part. passé en emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre.C'est dans cette synthèse duet du mouvant que Saint-Exupéry réalise l'unité de l'avion et de l'aviateur au moment de l'envol (Bachelard, L'Air et les songes,Paris, Corti, 1943, p. 293).
Prononc. et Orth. : [muvwa:ʀ], (il se) meut [mø]. Att. ds Ac. dep. 1694. Conjug. ind. prés. : je meus, tu meus, il meut, nous mouvons, vous mouvez, ils meuvent; imp. : je mouvais; passé simple : je mus (rare); fut. simple : je mouvrai (rare); impér. : meus, mouvons, mouvez; subj. prés. : que je meuve, que nous mouvions, que vous mouviez, qu'ils meuvent; subj. imp. : que je musse (rare); part. prés. : mouvant; part. passé : mû, mue, mus, mues. Noter l'accent circonflexe uniquement au masc. sing. (< anc. hiatus meu); comme dans dû, crû. Comparer avec ému et promu. Étymol. et Hist. A. Trans. 1. ca 1100 « causer (un mal) » (Roland, éd. Serge, 290 : Jo t'en muvra [i] un [e] si grant contraire Ki durerat a trestut tun edage); 2. a) début du xiies. « mettre en mouvement » (St Brendan, éd. I. Short et B. Merrilees, 915 : Sur les undes que il [uns marins serpenz] muveit, Pur grant turment plus n'estuveit); b) 1694 « mettre en action, en fonctionnement (un mécanisme, une machine) » (Ac.); 3. 1225-30 estre meüz de (pitié,...) « être animé, poussé (par quelque chose) » (Guillaume de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 5615); 1289 (Trésor des Chartes du Comté de Rethel ds Runk, p. 18 : meut et ajoint par fins amor envers lesdis R. et P.). B. Intrans. 1. ca 1100 « se mettre en marche, partir » (Roland, 1335); 2. début du xiies. « bouger, se mettre en mouvement » (St Brendan, 455); 3. 1236 féod. « dépendre, relever d'un fief » (Charte ds Documents linguistiques de la France, Série française, Haute-Marne, éd. J.-G. Gigot, p. 8 [6.6] : de cui fyé la chouse muet). C. Réfl. 1. début du xiies. « se déplacer, bouger (d'une personne) » (St Brendan, 392); 2. 1150 « id. (d'un objet) » (Wace, St Nicolas, 927 ds T.-L.). Du lat. movēre « remuer, agiter, pousser, déterminer, émouvoir, provoquer ». Fréq. abs. littér. : 1 729 (mû : 129). Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 622, b) 1 524; xxes. : a) 1 894, b) 2 305.

MU, subst. masc.

A.− Douzième lettre de l'alphabet grec (μ) correspondant au m français :
1. ... « eh! eh! monsieur le professeur, un très curieux cas d'apocope : (...). − Suppression de l'alpha, du tau et du lambda! J'ai à votre disposition un cas aussi curieux : (...). clémentine. − Apocope du kappa, du lambda, de l'epsilon et du mu (...) ». Benoit, Atlant.,1919, p. 225.
B.− Synon. de muon.Mu (ou muon), particule élémentaire pouvant exister, comme l'électron avec une charge électrique positive ou négative (Musset-Lloret1964).
Méson mu. Synon. vieilli de muon :
2. Le muon fut appelé méson mu à sa découverte, en 1937, dans le rayonnement cosmique : il fut alors identifié comme le méson responsable de forces nucléaires, dont l'existence avait été supposée par Yukawa. Cependant, les interactions du muon semblaient trop faibles pour une particule de champ nucléaire. Ce n'est qu'en 1947, avec la découverte du méson pi, que l'on identifia le méson nucléaire. Le muon n'est donc pas un méson, mais un lepton, particule de la même classe que l'électron. Musset-Lloret1964.
C.− Abréviation, symbole de micron, unité de mesure équivalant à un millième de millimètre (symb. μ). Un visage me devenait tout (...). Les regards s'épanchent de ces violons d'os, bombés, clos, fendus, délicats. Même en les mesurant au mu, savait-on l'abîme de leur dimension interne? (Cocteau, Potomak,1919, p. 19).
Symbole de micro- (μ), élément formant, qui divise par un million l'unité devant laquelle il est placé. Micro-ampère A). (Ds Lar. Lang. fr., Lexis 1975, Hachette 1980).
Prononc. : [my]. Homon. (< mouvoir), mue (< muer). Étymol. et Hist. [1529 mi (G. Tory, Champ fleury, fo50 ro: M (...) est nommée en Grec, Mi)]; 1765 mu (Encyclop., s.v. M : les Grecs la nommoient mu, μ υ ̃); 1824 (Raymond). Transcr. du nom de la 12elettre de l'alphabet gr., μ υ ̃. Fréq. abs. littér. : 130.

Wiktionnaire

Forme de verbe

mus \my\

  1. Participe passé masculin pluriel de mouvoir.
  2. Première personne du singulier du passé simple de mouvoir.
  3. Deuxième personne du singulier du passé simple de mouvoir.

Nom commun

mus \Prononciation ?\

  1. Banane.

Nom commun

mus \Prononciation ?\

  1. Bonnet, toque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOUVOIR. (Je meus, tu meus, il meut; nous mouvons, vous mouvez, ils meuvent. Je mouvais. Je mus. Je mouvrai. Je mouvrais. Meus. Que je meuve. Que nous mouvions. Mouvant. Mû. Plusieurs de ces temps sont peu usités.) v. tr.
Déplacer, faire aller d'un lieu à un autre, mettre en mouvement. Mouvoir un meuble. Le ressort qui meut toute la machine.

SE MOUVOIR signifie spécialement Marcher, se déplacer. Il se meut très difficilement. Un corps qui se meut en ligne droite. Mouvoir se dit aussi des Idées, des sentiments et signifie Exciter, donner quelque impulsion, faire agir. J'ignore l'idée qui le meut. Mû par la passion. C'est la passion qui le meut. Faire mouvoir, Mettre une chose en mouvement, faire qu'elle se meuve. Un simple ressort fait mouvoir tout le mécanisme. Fig., La volonté fait mouvoir les autres facultés. En termes de Procédure, Tous procès mus et à mouvoir, Tous procès présents et futurs. Pour terminer tous procès mus et à mouvoir. En termes de Féodalité, il se dit d'un Fief qui relève d'un autre.

Phonétique du mot « mus »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mus my

Citations contenant le mot « mus »

  • La musique est infiniment plus grande et plus riche que ce que notre société veut qu’elle soit : elle n’est pas seulement belle, émouvante, envoûtante, réconfortante ou passionnée, même si, à l’occasion, elle peut être tout cela. La musique est une partie essentielle de la dimension physique de l’esprit humain. De Daniel Barenboïm / La musique est un tout, 2014
  • Appétit. Instinct délibérément implanté par la Providence afin de servir la muse du travail. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Le comble du poète c'est d'être inspiré sans pour autant avoir de muse ! De Fabien Blanchot
  • L'histoire est plus romantique s'il trouve son inspiration dans les yeux d'une muse. De Alexis Michalik / Le Figaro
  • Une femme artiste n'a ni muse ni esclave. Elle doit être ces deux choses pour elle-même. De Edna O'Brien / Libération - 21 Juin 2001
  • Une œuvre d'art doit satisfaire toutes les muses. C'est ce que j'appelle la preuve par neuf.
  • De collection en collection, la même image est présente à mon esprit : celle de Victoire, mannequin sublime et muse merveilleuse. De Yves Saint Laurent / interview de Paris Match du 6 février 1992
  • Elle peut être infectée par de nombreux endoparasites et par quelques ectoparasites dont certaines espèces de tiques et des puces. Mus musculus pourrait même peut-être constituer l'hôte originel de la puce (Leptopsylla segnis). Les parasites jouent un rôle dans la régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) de ses populations, la souris pouvant aussi être une espèce-réservoir pour certains pathogènes. Techno-Science.net, 🔎 Mus musculus - Définition et Explications
  • A l’origine de la création de la Fédération française de mus, Jean-Claude Elissalde est décédé il y a quelques jours à l’âge de 71 ans SudOuest.fr, Pays basque : le mus perd l’un de ses plus fidèles serviteurs
  • Le musée de la force motrice et de l’énergie au service de l’Homme s'étend sur plus de 1 600 m². Installé dans une ancienne scierie, des locaux typiques de l’architecture en brique du début du 20ème siècle; il met en avant de nombreuses machines impressionnantes par leur taille et leur fonctionnement, ainsi que des activités interactives. France Bleu, Système C : Le Mus'Energie à Ambert

Vidéos relatives au mot « mus »

Traductions du mot « mus »

Langue Traduction
Anglais mus
Espagnol mus
Italien mus
Allemand mus
Chinois mus
Arabe المصحف
Portugais mus
Russe мус
Japonais ムス
Basque mus
Corse mus
Source : Google Translate API

Synonymes de « mus »

Source : synonymes de mus sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mus »

Mus

Retour au sommaire ➦

Partager