La langue française

Méfiance

Sommaire

  • Définitions du mot méfiance
  • Étymologie de « méfiance »
  • Phonétique de « méfiance »
  • Citations contenant le mot « méfiance »
  • Traductions du mot « méfiance »
  • Synonymes de « méfiance »
  • Antonymes de « méfiance »

Définitions du mot « méfiance »

Trésor de la Langue Française informatisé

MÉFIANCE, subst. fém.

Disposition d'esprit qui conduit à se méfier de quelqu'un ou de quelque chose; état d'une personne qui se méfie. Synon. défiance; anton. confiance.Méfiance maladive; méfiance à l'égard, à l'endroit, contre, envers qqn/qqc.; avoir, éprouver de la méfiance; dissiper, éveiller, exciter la méfiance de qqn. La présence de notre hôte semblait le gêner, et une certaine méfiance les éloignait l'un de l'autre sans que j'en devinasse positivement la cause (Mérimée,Carmen,1847, p.8).Elle avait pour le papier noirci une méfiance de paysan: tout cela n'était bon qu'à vous faire perdre votre temps et à vous attirer des ennuis (Rolland,J.-Chr., Révolte, 1907, p.508):
. L'imagination d'une jeune fille n'étant glacée par aucune expérience désagréable, et le feu de la première jeunesse se trouvant dans toute sa force, il est possible qu'à propos d'un homme quelconque, elle se crée une image ravissante. (...) Plus tard, détrompée de cet amant et de tous les hommes, l'expérience de la triste réalité a diminué chez elle le pouvoir de la cristallisation, la méfiance a coupé les ailes à l'imagination. Stendhal,Amour,1882, p.21.
[Constr. avec un compl. prép. de indiquant l'objet de la méfiance] Rare. Le «tu est malheureusement laide» de ma mère m'obsédait, malgré les démentis qui lui avaient été donnés pendant ma vie d'infirmière. Ma méfiance de moi demeurait profonde (Maurois,Climats,1928, p.161).En Allemagne, dès qu'on s'écarte des milieux militaires, on constate une méfiance assez générale de l'armée et du nationalisme (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p.342).
[En fonction de déterminant] Air, atmosphère de méfiance. La biologie, qu'ils ne savent pas, (dont ils se méfient tout de même, d'instinct, le seul instinct qu'ils aient, l'instinct de méfiance) (Péguy,V.-M., comte Hugo,1910, p.815).Cette hostilité [au suffrage universel] est attribuée à un esprit de méfiance et de crainte à l'égard des masses populaires, à l'idée que des électeurs bourgeois, des «citoyens qui possèdent», sont plus conservateurs que les autres (Bainville,Hist. Fr., t.2, 1924, p.165).
Loc. adv.
Avec méfiance. Agir avec méfiance. Il la regardait d'un air joyeux, d'un air de bonne humeur. La vieille le considérait avec méfiance, cherchant le piège (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Petit fût, 1884, p.147).Il regarde avec méfiance le confessionnal vide, si proche. La porte close au rideau vert l'invite (Bernanos,Soleil Satan,1926, p.305).
En méfiance. Induire, mettre qqn en méfiance. Pécuchet également conçut des doutes, et ils prirent en méfiance les historiens. La révolution est, pour les uns, un événement satanique. D'autres la proclament une exception sublime. Les vaincus de chaque côté, naturellement, sont des martyrs (Flaub.,Bouvard, t.1, 1880, p.122).[M. Mentré]: «J'ai toujours été en méfiance vis-à-vis des modernes philosophes du sentiment et de la vie. Je ne puis croire qu'ils soient convaincus (...)» (Thibaudet,Réflex. Litt.,1936, p.121).
Par méfiance. Il ne fit aucune attention à moi (...). D'ailleurs, les premiers jours, il se comporta de la sorte envers tous; mais c'était sans doute par méfiance et non par timidité (Lacretelle,Silbermann,1922, p.26).
Sans méfiance. Être sans méfiance. Le véhicule arrive donc dans les pattes du costaud qui pérorait sans méfiance (Queneau,Pierrot,1942, p.30).
Rem. On relève qq. emplois rares au plur. avec une valeur de résultatif. Considérez que chacun de ces tyrans connaissait personnellement chacun des républicains dont il savait être exécré (...), que plusieurs de ces tyrans périrent par l'assassinat, et vous comprendrez les haines profondes, les méfiances éternelles qui donnèrent tant d'esprit et de courage aux Italiens du XVIesiècle (Stendhal, Abbesse Castro, 1839, p.141). Les deux époux se rendaient-ils compte que leur seule présence (...) pouvait suggérer aux malveillants des ironies, pire encore, et aux fidèles, comme moi, des tristesses, des craintes, des méfiances? (Bourget, Sens mort, 1915, p.31).
Proverbe. Méfiance est mère de sûreté. Il faut se méfier pour n'être pas trompé.
Prononc. et Orth.: [mefjɑ ̃:s]. Ac. 1694, 1718: meffiance; dep. 1740: méfiance. Étymol. et Hist. xves. (Chronique rimée ds Bouteiller, La Guerre de Metz, 392). Dér. de méfier*; suff. -ance*. Fréq. abs. littér.: 830. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 667, b) 666; xxes.: a) 897, b) 2063.

Wiktionnaire

Nom commun

méfiance \me.fjɑ̃s\ féminin

  1. Disposition à se méfier, à soupçonner, crainte habituelle d’être trompé.
    • Notre esprit d'envie, de méfiance et de dissensions nous empêchera, longtemps encore je le crains, de nous mettre d'accord ; …. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Un contrat ? C’était des honoraires d’avocat, c’était montrer au mieux une défiance, au pire une méfiance. — (Jean-Paul Gremilliet, Une carrière, ch. 42, p. 219 ; L'Atelier de la Mémoire, 2014.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉFIANCE. n. f.
Disposition à se méfier, à soupçonner, crainte habituelle d'être trompé. Un proverbe dit : Méfiance est mère de sûreté. Provoquer la méfiance. Son attitude a éveillé la méfiance. Être en méfiance à l'égard de quelqu'un.

Littré (1872-1877)

MÉFIANCE (mé-fi-an-s') s. f.
  • Disposition de celui qui se méfie. Il était expérimenté, Et savait que la méfiance Est mère de la sûreté, La Fontaine, Fabl. III, 18. L'expérience y joindra une vertu de plus, la méfiance de vous-même, Genlis, Théât. d'éduc. Dangers du monde, II, 1. La sûreté publique est dans la méfiance, Arnault, Blanche et M. III, 4.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MÉFIANCE, s. f. (Gramm. & Moral.) c’est une crainte habituelle d’être trompé. La défiance est un doute que les qualités qui nous seroient utiles ou agréables soient dans les hommes ou dans les choses, ou en nous-mêmes. La méfiance est l’instinct du caractere timide & pervers. La défiance est l’effet de l’expérience & de la réflexion. Le méfiant juge des hommes par lui-même, & les craint ; le défiant en pense mal, & en attend peu. On naît méfiant, & pour être défiant, il suffit de penser, d’observer, & d’avoir vécu. On se méfie du caractere & des intentions d’un homme ; on se défie de son esprit & de ses talens.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « méfiance »

Méfiant. On trouve meffi au XVIe siècle : à cause du meffy que l'empereur prit de lui, Brantôme, Cap. franç. t. I, p. 371, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De méfiant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « méfiance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
méfiance mefjɑ̃s

Citations contenant le mot « méfiance »

  • La méfiance est mère de la sûreté. De Jean de La Fontaine / Le Chat et un vieux rat
  • Les sots devraient avoir pour les gens d'esprit une méfiance égale au mépris que ceux-ci ont pour eux. De Antoine de Rivarol / Rivaroliana
  • On peut, on doit abuser de la confiance d'une femme, mais jamais de sa méfiance C'est dangereux. Maurice Donnay, Georgette Lemeunier, Fasquelle
  • Souviens-toi de te méfier. Prosper Mérimée,
  • Il faut se méfier des grandes gueules, bien sûr, et, par conséquent, se méfier aussi bien du préjugé contre les grandes gueules. Jacques Perret, Bande à part, Gallimard
  • L'un des plus grands défauts du cardinal Mazarin est qu'il n'a jamais pu croire que personne lui parlât avec une bonne intention. Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz, Mémoires
  • À grande offrande, grande réflexion, et à politesse extrême, méfiance extrême ! Mateo Alemán, Guzmán de Alfarache
  • La méfiance est la sagesse des faibles. De Andrei Stoiciu / Montana
  • Notre méfiance justifie la tromperie d’autrui. De François de La Rochefoucauld / Maximes
  • A grande offrande, grande réflexion, et à politesse extrême, méfiance extrême. De Mateo Aleman / Guzman de Alfarache
  • C'est toujours un grand trait de médiocrité que de ne pas savoir associer la méfiance et la clairvoyance. De Abel Bonnard
  • On peut, on doit abuser de la confiance d'une femme, mais jamais de sa méfiance... C’est dangereux. De Maurice Donnay / Georgette Lemeunier
  • La France : elle a soudain perdu, sans méfiance aucune, ses enfants, exécutés par des êtres immondes... De Pierre Perret / Publé sur son compte Facebook, 20 novembre 2015
  • Les femmes préfèrent la brutalité à l'ironie. Le brutal se met nettement dans son tort à leur égard ; l'ironiste les met en méfiance vis-à-vis d'elles-mêmes et cela ne pardonne pas. De Henri de Régnier / Lui ou les Femmes et l'Amour
  • Toute tentative en vue de diviser quoi que se soit par deux devrait, a priori, nous inspirer une extrême méfiance. De Charles Percy Snow / Les Deux Cultures
  • Soyez heureux Avec le peu de science Qui rend joyeux Les braves gens sans méfiance. De Charles Trenet / N'y pensez pas trop
  • Un simple geste d'humain Quand se desserrent ainsi nos poings Quand s'écartent nos phalanges Sans méfiance, une arme d'échange Des champs de bataille en jardin. De Jean-Jacques Goldman / Nos mains
  • Les parents d'aujourd'hui ne se situent plus comme jadis, selon leur tempérament, entre la méfiance et la confiance ; ils se situent entre la confiance et la démission. De Hervé Bazin / Ce que je crois
  • Le véritable amour ne connaît ni le soupçon ni la méfiance. De George Sand / L'histoire de ma vie
  • De quoi provoquer l’étonnement de nombreux Lyonnais, qui ne s’attendaient pas à ce que les verts récupèrent l’ensemble des leviers du pouvoir. Une forme de méfiance, mais sans hostilité de principe, était palpable lundi matin chez les plus âgés des électeurs. "Il faut qu’ils fassent leurs preuves. Je ne sais pas si ce sont de bons gestionnaires", confie à Europe 1 une retraitée croisée dans les rues de la capitale des Gaules. "En six ans, on aura le temps de les juger sur pièce", estime un autre Lyonnais. Europe 1, Municipales : les habitants des villes passées au vert entre enthousiasme et méfiance
  • Plus que jamais, les syndicats expriment une « extrême méfiance » à l’égard des déclarations d’intention qui seront faites et appellent les salariés à se mobiliser. « Si tout le monde est abasourdi et se sent trahi par ce couperet sans précédent, dans une région déjà bien impactée en termes d’emploi, nous nous devons de réagir vite et fort. Personne ne peut se dire non concerné et se mettre à l’écart ! » , Economie | Rachat de Smart par Ineos : la méfiance des syndicats

Traductions du mot « méfiance »

Langue Traduction
Anglais mistrust
Espagnol desconfianza
Italien diffidare
Allemand misstrauen
Chinois 不信任
Arabe عدم الثقة
Portugais desconfiança
Russe недоверие
Japonais 不信
Basque mesfidantza
Corse sfiducia
Source : Google Translate API

Synonymes de « méfiance »

Source : synonymes de méfiance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « méfiance »

Partager