La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « mât »

Mât

Variantes Singulier Pluriel
Masculin mât mâts

Définitions de « mât »

Trésor de la Langue Française informatisé

MÂT, subst. masc.

A. − MAR. Espar planté sur le pont ou dans la quille d'un navire, maintenu par des étais et des haubans, qui se dresse (plus ou moins) verticalement au-dessus du pont et qui est destiné à porter, sur les voiliers, le gréement et la voilure, sur les navires à moteurs, les antennes radiotélégraphiques et certaines installations de radars, de télémétrie ou de signalisation. Synon. vx arbre.Mât bipode, tripode; mât creux; mât d'assemblage; caler, guinder un mât. L'amiral porte le pavillon au grand mât (Ac.1935).Le sapin est un bois de construction; on en fait des solives et des mâts de vaisseau de ligne (Karr,Sous tilleuls, 1832, p.191).Au-dessus des barques (...) on entendait la vergue qui battait contre le mât (Montherl.,Pte Inf. Castille, 1929, p.614):
1. ... comme elle [la caraque] grandissait, afin d'emporter une cargaison plus grosse et d'aller plus loin, elle reçut un deuxième mât à l'avant, plus petit que le premier et porteur, lui aussi, d'une voile carrée. Ce furent le mât et la voile de misaine. P. Rousseau,Hist. transp., 1961, p.125.
En partic.
[Sur les navires à voiles] Bas mât. Pièce de bois constituant la partie inférieure d'un mât, dont le pied est fixé dans le corps même du navire (d'apr. Bonn.-Paris 1859). Le bas mât, les mâts de hune et de perroquet furent sciés et séparés (Verne,Enf. cap. Grant, t.3, 1868, p.68).
Mât de hune. V. hune A.
Mât de perroquet. Mât prolongeant le mât de hune. Synon. mât de flèche*.Petit, grand mât de perroquet. Mât de perroquet d'artimon (Bonn.-Paris 1859; dict. xixeet xxes.).
Mât de perroquet de fougue. ,,Mât de hune du mât d'artimon`` (Bonn.-Paris 1859). Lorsqu'on crut devoir ajouter au mât de perroquet de fougue un Mât supérieur, on donna à celui-ci le nom de Mât de perruche (Jal1, p.988).
Mât de perruche. Mât de perroquet du mât d'artimon, prolongeant le mât de perroquet de fougue (d'apr. Jal1, p.988).
Mât de cacatois. Mât prolongeant le mât de perroquet ou partie supérieure du mât de perroquet. Petit, grand mât de cacatois. Mât de cacatois d'artimon. (Dict. xixeet xxes.).
Mât de cacatois de perruche. ,,Mât de cacatois du mât d'artimon`` (Bonn.-Paris 1859).
Mât de flèche*. Mât d'artimon*. Mât de beaupré*. Mât de misaine*.
Mât de tapecul. Mâtereau planté sur l'arrière du gouvernail (d'apr. Gruss 1952).
Mât à pible, à pieu. Mât d'un seul tenant depuis l'emplanture du bas mât jusqu'au sommet du mât le plus élevé (d'apr. Gruss 1952).
Mât de pavillon. Petit mât dressé à la poupe des navires et servant à arborer le pavillon national (d'apr. Le Clère 1960).
Mât de charge, de force. Appareil de levage se trouvant sur les cargos, constitué d'un mât vertical du pied duquel part à l'oblique un mâtereau pivotant portant poulie, qu'on peut orienter lors des opérations de chargement ou de déchargement du navire. Ils coupèrent les amarres d'un radeau, l'attachèrent au croc du mât de charge, et cinq ou six hommes pesant sur le palan, le soulevèrent à un mètre du sol (Peisson,Parti Liverpool, 1932, p.247).Et les grues enlevaient leur charge, viraient, balançaient le bac à trente pieds en l'air, parmi les cordages et les mâts de force, puis le descendaient au-dessus des écoutilles béantes (Van der Meersch,Empreinte dieu, 1936, p.246).
Mât militaire. Mât tripode ou tourelle de fer pouvant porter une ou plusieurs hunes, formant la partie la plus élevée de la superstructure d'un navire de guerre. On pouvait prendre comme antenne de réception à bord des bâtiments une drisse en fer, ou l'un des haubans du mât ou le mât militaire lui-même qui est métallique (Turpain,Applic. prat. ondes électr., 1902, p.138).
Mât de(s) signaux. Mât placé à l'entrée d'un port ou sur un point visible de la côte, portant les bannières et les ballons, utilisé pour la signalisation maritime. Il arrivait devant le mât des signaux qui indique la hauteur de l'eau dans le port (Maupass.,Pierre et Jean, 1888, p.311).
Mât pilote, mât Fenoux. Mât établi sur un point visible d'une côte pour servir de repère aux navigateurs. (Dict. xixeet xxes.).
Loc. (Naviguer) à mât(s) et à corde(s). (Naviguer) toutes voiles serrées par la seule impulsion du vent sur les mâts et le gréement. Un coup de vent d'ouest (...) nous chassa en dix-sept jours à l'autre bord de l'Atlantique. Souvent à mât et à corde, à peine pouvions-nous mettre à la cape (Chateaubr.,Mém., t.1, 1848, p.356).
Loc. subst. et comp. Deux-mâts (v. deux), trois-mâts*, quatre-mâts*, cinq-mâts (v. cinq).
B. − P. anal. Poteau dressé verticalement servant généralement à porter ou à supporter quelque chose. Mât de tente. C'était une tente profonde, avec un mât dressé au milieu (Flaub.,Salammbô, t.2, 1863, p.39).Je ne vois plus frémir au mât du belvédère Ivre de brise un sylphe aux couleurs de drapeau (Valéry,Alb. vers anc., 1900, p.89):
2. Il y a en Danemark (...) une grande miséricorde pour les petits oiseaux. Devant chaque maison on est sûr de trouver au moins une perche, un mât, le long duquel sont fixées des boîtes garnies de trous pour servir de refuges aux volatiles vagabonds... Bloy,Journal, 1899, p.317.
1. En partic.
Mât de cocagne*.
Mât d'antenne. Tige verticale haubannée portant le conducteur qui sert d'antenne pour émettre ou recevoir les ondes hertziennes (d'apr. Lar. Lang. fr.).
2. Spécialement
a) CH. DE FER. Mât (sémaphorique). Support métallique vertical d'un signal optique situé le long de la voie. La cocarde ou le mât sémaphorique est supporté par un mât le long duquel on fait en général glisser au moyen d'une chaîne sans fin la lanterne qui doit donner les feux de nuit (Bricka,Cours ch. de fer, t.1, 1894, p.434).
b) SPECTACLES, domaine du cirque.Poteau de bois servant de support au chapiteau. Mât de corniche, de pourtour. La tente de toile ou «chapiteau» soutenue par un mât central, les gradins démontables, une enceinte formée de matériaux légers, ont permis au cirque de transporter son spectacle de ville en ville (Arts et litt., 1935, p.76-16).
c) SPORTS (gymnastique). Perche lisse sur laquelle les gymnastes s'exercent à grimper. À la gymnastique, j'étais même meilleur que lui pour grimper au mât et à la corde (Gide,Si le grain, 1924, p.405).
d) AVIAT., vx. Montant de bois ou de fer destiné à maintenir l'écartement des ailes (d'un biplan, d'un triplan). Les mâts des monoplans travaillent en traction en vol normal et en compression à l'atterrissage (Guillemin,Constr., calcul et essai avions, 1929, p.131).
e) ASTRONAUT. Mât ombilical. Mât métallique supportant les câbles électriques et les canalisations assurant les alimentations, les contrôles et les commandes d'un véhicule spatial jusqu'au moment du décollage (d'apr. Sc. Tech. spat. 1978).
f) INDUSTR. PÉTROLIÈRES. Mât (de forage). Derrick supportant les trépans et les systèmes de forage (d'apr. Pétrol. 1964).
g) INDUSTR., MÉTALL. Mât de levage. Appareil de levage constitué d'une poutre formée de cadres métalliques assemblés, dont la base reste fixée à une ambase et dont le haut, maintenu incliné par des haubans, supporte un ensemble de poulies mouflées relié à un treuil (d'apr. Forest. Métall. 1977).
h) ETHNOL. Mât totémique. Poteau planté en terre et sculpté de figures totémiques. L'art des populations côtières du nord-ouest (...) était (...) sculpté et peint sur les pirogues, les maisons et les mâts totémiques (Page,Dern. peuples primit., 1941, p.110).
Prononc. et Orth.: [mɑ]. Ac. 1694, 1718: mast, dep. 1740: mât. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1100 «long poteau dressé dans un navire au-dessus du pont pour porter les vergues et leur gréement» (Roland, éd. J. Bédier, 2632); b) 1859 mât de charge (Bonn.-Paris); 2. 1680 «perche dressée pour soutenir une tente ou un chapiteau» (Rich.); 3. 1812 «bâton ou manche de bois d'un parapluie» (Mozin-Biber); 4. 1821 mât de cocagne (Le Moniteur universel, 19 avr., p.538c); 5. 1868 «longue perche où les gymnastes s'exercent à grimper» (Littré); 6. 1873 ch. de fer «support métallique d'un signal optique» (Lar. 19e); 7. 1902 «long poteau de bois planté sur la voie publique à l'occasion d'une fête et supportant des drapeaux, des écussons» (Nouv. Lar. ill.); 8. 1922 aviat. «montant en bois ou en métal qui maintient l'écartement des ailes d'un avion biplan ou triplan» (Gambier, Amet, Cours pratique d'aviation, 56 ds Quem. DDL t.16). De l'a. b. frq. *mast, cf. mast «mât de navire» en m. néerl., m. b. all., a. h. all. Mastus apparaît dès le viiies. dans les Gloses de Reichenau (éd. H.-W. Klein et A. Labhardt, p.127, 2339: artemon: malus, mastus navis). Fréq. abs. littér.: 892. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1564, b) 1778; xxes.: a) 1088, b) 850.
DÉR.
Mâtereau, subst. masc.a) Mar. Mât de faible hauteur et de petit diamètre ou portion de mât de faibles dimensions. Ces bâtimens n'ont point de beaupré, mais seulement un mâtereau de huit ou dix pieds d'élévation, posé verticalement, auquel les Chinois gréent une petite misaine comme celle d'un canot (Voy. La Pérouse, t.3, 1797, p.4).Ce matin à sept heures, le thermomètre est descendu à 17o78; une esparre ou mâtereau placée entre les deux mâts est assujettie pour supporter la tente d'hiver (Bellot,Voy. mers polaires, 1863, p.139).Cette hampe traverse deux blins fixés, l'un (...) sur l'étrave, l'autre à l'extrémité d'un mâtereau mobile autour de l'axe (Ledieu, Cadiat,Nouv. matér. nav., 1890, p.611).En partic. Mât de faibles dimensions situé à la poupe, généralement à l'arrière du mât d'artimon. Dans le port de Brest, vous vîtes, parmi ses nombreux vaisseaux, un brick à la carène étroite, aux mâtereaux élancés (Dumas père, P.Jones, 1838, I, 4, p.131).La Claymore (...) valait presque une frégate, quoiqu'elle n'eût pour mât d'artimon qu'un mâtereau avec une simple brigantine (Hugo,Quatre-vingt-treize, 1874, p.18).b) Région. (Ouest). Poteau, forte perche. On voyait près des omoplates, d'épouvantables cicatrices: les marques de la «fourchette», ce mâtereau de trois mètres qu'ils s'adaptent aux épaules pour agir sur le fût de l'arbre et déterminer sa chute (La Varende,Sorcière, 1954, p.21). [mɑtʀ ο]. Att. ds Ac. dep. 1835. 1resattest. a) 1529 «mât de longueur réduite et de faible diamètre» (Crignon, Discours de la nav. de Jean et Raoul Parmentier, éd. Schefer, 45 ds Fr. mod. t.26, 1958, p.54), b) 1802-03 région. (Ouest) (Ms. Bibl. La Rochelle, 1386 ds Musset, Gloss. des pat. et des parlers de l'Aunis et de la Saintonge: mâtreaux); de mât, suff. -(er)eau*.
BBG. La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p.28, 79, 133. _ Quem. DDL t.4, 16.

Wiktionnaire

Nom commun - français

mât \mɑ\ masculin

  1. (Marine) Pièce de bois, de tôle ou d’acier, longue, ronde et droite, dressée sur un navire et destinée à porter les voiles.
    • On coinse aussi de la même manière, avec des coins de proportion, les mâts de hune & de perroquets dans leurs chouquets. — (Encyclopédie méthodique: ou par ordre de matières, V.1, 1783, p.353)
    • Mais une épave, un reste de carcasse, le tronçon d'un mât, une hune brisée, quelques planches, cela résiste, cela surnage, cela ne peut fondre! — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Le mât neuf est en pin d'Orégon, d'une longueur totale de 14 mètres. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Et de son côté, le récent hiver a roussi les oliviers, dépenaillé les grands mimosas, pareils à des mâts dont les haubans sont coupés, et où pendent des paquets de vieilles voilures déralinguées. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Ce fut un grand Vaisseau taillé dans l’or massif :
      Ses mâts touchaient l’azur, sur des mers inconnues ;
      La Cyprine d’amour, cheveux épars, chairs nues
      S’étalait à sa proue, au soleil excessif.
      — (Émile Nelligan, Le vaisseau d'or (poème), 1903)
  2. (Par extension) Pièce de bois servant à porter des drapeaux, des oriflammes.
    • À l’approche de la Fête nationale, on dresse partout des mâts.
  3. (Figuré) Poteau, pylône.
    • Tous les bras disponibles travaillaient à la confection d’un mât, auquel les électriciens du Vaterland accrocheraient les longues antennes de l’appareil de télégraphie sans fil qui devait enfin relier le Prince au monde extérieur. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 270 de l’édition de 1921)
    • L'horizon était bouché dans le Nord, et c'est dans une déchirure de la brume que nous aperçûmes la base de l'île Jan-Mayen, puis les mâts de la T.S.F. et le pavillon norvégien. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Dans les jours qui suivront, les responsables de la mission vérifieront l'état de santé du rover et déploieront son mât de télédétection afin qu'il puisse prendre davantage de photos. — (Radio-Canada, Le rover Perseverance se posera sur Mars dans quelques heures, radio-canada.ca, 17 février 2021)
  4. Pièce de bois plus ou moins élevée servant à des exercices de gymnastique.
    • Mât de cocagne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÂT. n. m.
Pièce de bois, de tôle ou d'acier, longue, ronde et droite, dressée sur un navire et destinée à porter les voiles. Le grand mât. Le mât d'avant, d'arrière, de misaine, d'artimon. Vaisseau à trois mâts. L'amiral porte le pavillon au grand mât. Mât militaire. Mât tripode. Mât de pavillon. Voyez PAVILLON. Mâts de charge, Mâts mobiles servant à embarquer ou débarquer les marchandises. Grand mât de perroquet. Voyez PERROQUET. Mât de beaupré. Voyez BEAUPRÉ. Mât de cacatois. Voyez CACATOIS. Caler les mâts, Abaisser les mâts. Guinder les mâts, Les remettre à leur hauteur.

MÂT se dit aussi, par extension, d'une Pièce de bois servant à porter des drapeaux, des oriflammes. À l'approche de la Fête Nationale, on dresse partout des mâts. Il se dit aussi d'une Pièce de bois plus ou moins élevée servant à des exercices de gymnastique. Mât de cocagne. Voyez COCAGNE.

Littré (1872-1877)

MÂT (mâ ; le t ne se prononce et ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des mâ-z élevés) s. m.
  • 1Longue pièce de bois plantée debout dans un vaisseau, dans une barque, etc. et qui sert à porter les voiles. Vaisseau à trois mâts. Un coup de vent rompit le mât. Le mât pliait comme une baguette sous l'effort de la tempête. Le czar [Pierre 1er] commença par acheter une barque à laquelle il fit de ses mains un mât brisé, Voltaire, Russie, I, 9. Le peintre Vernet, sur un vaisseau battu d'une horrible tempête, s'étant fait attacher au mât, et tout occupé à dessiner le mouvement des vagues, leurs replis, leur écume et les feux de la foudre, Marmontel, Élém. litt. Œuv. t. VII, p. 206, dans POUGENS.

    Aller à mâts et à cordes, cheminer par la seule impulsion du vent sur les mâts et le gréement, après que toutes les voiles ont été serrées.

    Caler les mâts, abaisser les mâts ; guinder les mâts, les remettre à leur hauteur.

    Mât d'assemblage, mât formé d'une pièce centrale ou mèche, et de quatre pièces ou jumelles appliquées sur les quatre faces de la mèche et taillées de façon que l'ensemble de leurs surfaces donne la surface d'un cylindre.

    Grand mât, le mât le plus élevé d'un bâtiment ; il se compose, dans les grands bâtiments, de trois ou quatre parties : le bas mât, le grand mât de hune, le grand mât de perroquet, le grand mât de cacatois.

    Grand mât de hune, le mât qui s'élève immédiatement sur le bas mât, et qui porte la vergue et la voile du grand hunier. Grand mât de perroquet, le mât qui s'élève sur le mât de hune.

    Grand mât de cacatois, le mât qui s'élève par-dessus tous les autres.

    Bas mâts, pièces ou mâts partiels dont le pied repose sur un point même du bâtiment.

    Mâts supérieurs, pièces qui se placent au-dessus des bas mâts et en sont comme le prolongement.

    Mât de charge, fort espars ou morceau de mât qu'on établit sur le pont pour aider au chargement ou au déchargement.

    Mâts de rechange, mâts qu'on porte dans un voyage pour suppléer à ceux qui pourraient manquer.

    Mâts du nord, les pins et les sapins provenant de la Russie.

  • 2Mât-pilote, mât établi sur quelque point très visible près du bord de la mer, et destiné à indiquer la route.
  • 3Mât, se dit aussi de perches employées sur les petits bateaux de rivière.
  • 4Mât de cocagne, espèce de mât rond, lisse et savonné qu'on plante en terre et au haut duquel sont suspendus des prix qu'il faut aller prendre, en grimpant.
  • 5 Terme de blason. Mât désarmé, mât représenté sans voiles et sans cordages.
  • 6Se dit de diverses pièces de bois employées dans les gymnases.

HISTORIQUE

XIe s. En som ces mats et en ces hautes vergues, Ch. de Rol. CLXXXVI.

XIIIe s. Et firent les eschieles des hautes nes [nefs] drecier seur les grans mas, Villehardouin, CI. Si me suis mis en mer sans mast, Pour noier ausi com Tristans, Lai de l'ombre.

XVe s. Ce sembloit des masts à l'Escluse, qui regardoit en mer, un grand bois, Froissart, II, III, 35.

XVIe s. Tous les mats, antennes, trinquets, flottants de banderolles, Carloix, VIII, 24.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mât »

Wall. mastai ; nam. mastia ; prov. mat, mast ; catal. mastil ; esp. masto ; portug. masto, mastro ; ital. mastil ; de l'allem. Mast ; scand. mastr.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Vers 1100) Du vieux-francique mast.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mât »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mât ma

Citations contenant le mot « mât »

  • Notre âme est un trois-mâts cherchant son Icarie (...). De Charles Baudelaire / Les Fleurs du mal
  • Il y a quelques semaines, Jérémie Beyou qui naviguait alors dans le Pacifique constatait la déchirure de sa voile d’avant, le J2. Le skipper de Charal avait été forcé de rouler cette voile (le J2, étant sur un étai structurel, reste toujours à poste) en attendant une météo plus clémente pour effectuer les réparations en haut du mât. Jérémie Beyou a pu monter ce mercredi pour réparer ces déchirures à l’aide de patchs. Une ascension que les skippers redoutent toujours et on les comprend. voilesetvoiliers.ouest-france.fr, VIDÉO. Vendée Globe. Jérémie Beyou grimpe en haut du mât de Charal pour réparer sa voile d’avant
  • La mobilisation des gendarmes « pour faire respecter le droit et la loi » a-t-elle dissuadé les opposants au parc éolien des Trois cantons ? L’implantation d’un nouveau mât de mesures de 130 m s’est déroulée mardi sans l’ombre d’un heurt. Décryptage. , Pays de Montbéliard. Parc éolien à Étouvans : mais où étaient les opposants ?
  • Jérémie Beyou (Charal) est cette fois victime d'une avarie de voile d'avant qui va l'obligé à devoir monter dans le mât de son bateau. Pour le moment, les conditions ne le permettent pas. Orange Sports, Vendée Globe : Avarie pour Beyou, qui va devoir grimper dans son mât
  • Deux hommes à scooter s'en sont pris au mât d'une caméra de vidéoprotection, dimanche, vers 19 heures, chemin de Lestang dans le quartier de la Reynerie à Toulouse. Munis d'une scie circulaire thermique, ils se sont attaqués à leur besogne. ladepeche.fr, Toulouse : ils tentent de scier le mât d'une caméra de vidéoprotection, 20 000€ de dégâts - ladepeche.fr
  • La benjamine de l’épreuve continue son petit bonhomme de chemin, environ 700 miles nautiques derrière les leaders, mais stresse un peu à l’idée de sa première fois tout en haut du mât, pour s’occuper d’un problème de voile. , Vendée Globe : Le groupe de tête fonce vers Recife… Crémer appréhende de monter au sommet du mât… Le journal de la course

Traductions du mot « mât »

Langue Traduction
Anglais mast
Espagnol mástil
Italien albero
Allemand mast
Chinois 桅杆
Arabe سارية
Portugais mastro
Russe мачта
Japonais マスト
Basque masta
Corse mastru
Source : Google Translate API

Antonymes de « mât »

Mât

Retour au sommaire ➦

Partager