Inutile : définition de inutile


Inutile : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INUTILE, adj.

I. − [En parlant d'une chose] Qui ne présente pas d'utilité pratique, dont on n'a pas l'usage. Anton. indispensable, nécessaire.
A. − [Sans compl.]
1. [Qualifie un objet, une réalité concr.] Bagages, meubles, richesses inutiles. Un arrêt du conseil (...) se fondant sur ce que ces bâtiments étaient devenus non-seulement inutiles, mais d'un entretien dispendieux, en ordonnait la démolition (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 589).Jehan de Villeparisis, avec la même belle H inutile, héraldique, telle qu'on l'admire, enluminée de vermillon ou d'outre-mer, dans un livre d'heures ou dans un vitrail (Proust, Prisonn.,1922, p. 37):
1. Le docteur (...) écarta d'une main dégoûtée les draps, les châles et fichus de laine, la bouillotte et les serviettes autour d'Alexis recroquevillé, toutes ces choses inutiles et maladroites avec lesquelles on essaye en vain de soulager une souffrance. Triolet, Prem. accroc.,1945, p. 199.
2. [Qualifie une réalité abstr.]
a) [considérée du point de vue de son adaptation à une fin] Qui n'apporte rien, ne sert à rien. Détail, existence, œuvre inutile; connaissances inutiles. Quand Félicité parla d'envoyer les petits au collège, il se fâcha. Le latin était un luxe inutile (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 60).Les jeunes gens qui ont quitté les universités munis d'inutiles diplômes se transforment en rôdeurs et vivent de rapines (Green, Journal,1935, p. 33):
2. Si le mot se refuse à la naturalisation, il faut l'abandonner résolument, le traduire ou lui chercher un équivalent. Très souvent, après une brève réflexion, on le jugera tout à fait inutile : steamer est un doublet infiniment puéril de vapeur; et quel besoin de smoking-room pour un parler qui possède fumoir... Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 101.
b) [considérée en elle-même] Qui n'a pas de justification extérieure, qui n'existe pas en fonction d'un but déterminé. Synon. gratuit.Crime, cruauté, souffrance inutile. Quelques-uns peuvent accepter de mourir pour tous, même si la mort est inutile. Et elle ne l'est jamais. Car les autres en sont embellis (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 787):
3. ... à l'intérieur du mal, la difficulté commençait. Il y avait par exemple le mal apparemment nécessaire et le mal apparemment inutile. Il y avait don Juan plongé aux enfers et la mort d'un enfant. Car s'il est juste que le libertin soit foudroyé, on ne comprend pas la souffrance de l'enfant. Camus, Peste,1947, p. 1400.
3. [Qualifie une action, un comportement] Que l'on effectue en vain, qui n'obtient aucun résultat. N'entreprenons pas de convertir les philosophes; ce seroit probablement une entreprise inutile (Saint-Martin, Homme désir,1790, p. 335).Je me méprise assez pour avoir le droit de m'épargner certaines expériences inutiles et humiliantes (Bernanos, Joie,1929, p. 665):
4. Je suis las de mes enfantillages, de mes peines, de mes distractions, de mes étourdissements et de mes rechutes; las de me jouer à moi-même la comédie (...) las d'efforts inutiles, d'agitations impuissantes, de désirs inféconds. Amiel, Journal,1866, p. 417.
B. − [Avec compl. prép. à marquant le but, la destination] Les applaudissements lui causaient une espèce d'ivresse, inutile à son amour-propre, mais indispensable à son courage (Balzac, Illus. perdues,1839, p. 507).L'intelligence est presque inutile à celui qui ne possède qu'elle. L'intellectuel pur est un être incomplet, malheureux, car il est incapable d'atteindre ce qu'il comprend (Carrel, L'Homme,1935, p. 162).
C. − Locutions
1. (C'est, il est) inutile de + inf., que + subj. Il ne sert à rien, ce n'est pas la peine de/que. Maintenant il est inutile que je vous dise où est ma préférence, vous ne l'ignorez pas (Hugo, Rhin,1842, p. 300).Je pense qu'il est inutile de relire le testament, vous l'avez certainement présent à l'esprit (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 231):
5. Il est donc bien inutile pour un peintre d'essayer des modes usités dans les écoles pour ennoblir la peinture; il est donc bien inutile de choisir des sujets dits plus élevés les uns que les autres, car les sujets ne sont rien par eux-mêmes. Huysmans, Art mod.,1883, p. 196.
[Dans le discours parlé, avec ell. du compl.] (C'est) inutile. − Voulez-vous qu'on se plaigne? demanda l'inspecteur au gouverneur. − Inutile, monsieur, il est assez puni comme cela (Dumas père, Comte Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 151).Voulez-vous mon aide? − Inutile. − Pourquoi pas? − Ah! vous êtes trop dangereux! (Flaub., Bouvard, t. 2, 1880, p. 11):
6. − Voudriez-vous me donner, Monsieur Krafft, la lettre que vous tenez à la main? Christophe s'aperçut que le regard de l'intendant était fixé sur le papier qu'il continuait, sans y penser, à froisser dans son poing. − C'est inutile, Votre Excellence, balbutia-t-il. Ce n'est plus la peine maintenant. Rolland, J.-Chr., Matin, 1904, p. 138.
2. Inutile à + inf. Qu'il est inutile de. Une foule de circonstances inutiles à consigner ici, décuplèrent son désir de parvenir et lui donnèrent soif des distinctions (Balzac, Goriot,1835, p. 41).Vous savez que, pour certaines raisons inutiles à vous rappeler, il avait été exilé de Pétersbourg, il y a un an (Gobineau, Pléiades,1874, p. 99).
D. − Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. Il faut de l'inutile dans le bonheur. Le bonheur, ce n'est que le nécessaire. Assaisonnez-le-moi énormément de superflu (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 614).On commença timidement à démonter les rampes d'escalier, les trappes du grenier, l'inutile, l'accessoire (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 335):
7. Je goûte toujours grande joie à supprimer tout l'inutile. Mes corbeilles à papier s'emplissent de « repentirs » qui, maintenus, eussent paru du foisonnement; mais qu'ai-je à faire de cette fausse richesse? Gide, Journal,1930, p. 963.
II. − [En parlant d'un être vivant] Qui n'accomplit aucun travail utile, qui ne rend pas (ou plus) de services.
A. − [Sans compl.] Bouche inutile; serviteur, vieillard inutile. Ne sens-tu pas le ravissement de ne servir à rien, d'être superbement inutile, de consumer en soi ce que les autres ont peiné à travers les siècles pour amasser au fond de ton âme? (Rivière, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1906, p. 230).Aux champs, les vieux animaux et les vieilles gens, lorsqu'ils se sentent inutiles, désirent eux-mêmes s'en aller (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 159):
8. Il faut que le résidu final qui restera dans le domaine de l'esprit humain soit extrait d'un vaste amas de choses. De même qu'aucun homme n'est inutile dans l'humanité, de même aucun travailleur n'est inutile dans le champ de la science. Ici, comme partout, il faut qu'il y ait une immense déperdition de force. Renan, Avenir sc.,1890, p. 223.
B. − [Avec compl. prép. à marquant le but, la destination] Le haschisch, comme toutes les joies solitaires, rend l'individu inutile aux hommes et la société superflue pour l'individu, le poussant à s'admirer sans cesse lui-même (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 385).D'inutile à tous, je deviens utile à quelques-uns, et j'ai tiré de ma vie (...) un acte de modestie, de prudence et de raison (Fromentin, Dominique,1863, p. 1).
C. − Emploi subst. Pendant deux ans, Octave mena cette vie d'inutile et de dissipé (Verne, 500 millions,1879, p. 170).À ta place, je gagnerais honorablement ma vie, j'aiderais mon père dans ses travaux... tu vis comme un inutile, comme un littérateur... et tu me coûtes les yeux de la tête... (Miomandre, Écrit sur eau,1908, p. 42).
Prononc. et Orth. : [inytil]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1remoitié xiies. adj. inuteles « qui n'est pas utile » (Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, 52, 4); av. 1380 Inutiles (Bersuire, T. Liv., ms. Ste Gen., fo289c ds Gdf. Compl.); 2. 1700 subst. « personne inutile » (Regnard, Ret. impr., 6 ds Littré); 1743 les bouches inutiles (G. Le Blond, Traité de la deffence des places, 138). Empr. au lat.inūtĭlis « inutile, d'aucun secours, sans profit ». Fréq. abs. littér. : 6 259. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 8 815, b) 8 875; xxes. : a) 9 442, b) 8 661.

Inutile : définition du Wiktionnaire

Adjectif

inutile \i.ny.til\ masculin et féminin identiques

  1. Qui n’est d’aucune utilité, d’aucun usage, en parlant des choses.
    • Ai-je besoin de vous dire, après cela, que tout notre argent était dépensé en fantaisies inutiles de toilettes ? — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Nous avons, nous autres singes ratés, depuis la nuit des temps, inventé et célébré, continûment, l’indispensable nécessité des choses inutiles à notre survie. — (Roger-Pol Droit, Dernières Nouvelles des choses, Odile Jacob, Paris, 2003, p. 196)
    • Des conciliabules inutiles se tiennent entre les envoyés des nations. — (Paul Nizan, Les Chiens de garde, 1932)
    • Pour commencer, tu devrais fermer la porte. Inutile que des oreilles indiscrètes nous entendent nous disputer. — (Cathy Williams, Trompeuse séduction, éd. Harlequin, 2015)
    • Un lecteur m'écrit « La prof de français nous a dit qu'il est inutile d'apprendre à conjuguer le passé simple, car c'est un temps archaïque, aujourd'hui complètement inusité ». — (François Cavanna, « Fessons la prof ! » dans Plus je regarde les hommes, plus j'aime les femmes, éd. Albin Michel, 2005)
    • L'ensemble des dispositions relatives à la protection contre les « cyber-pirates » peut s'avérer parfois inutile, tant il est vrai que la frontière est mince avec le banditisme le « cyber-pirate » n'est alors rien de plus qu'un « cyber-ganster ». — (Médiaspouvoirs, n° 41-44, Bayard-Presse, 1996, p. 55)
  2. Qui ne rend aucun service, en parlant des personnes.
    • Un serviteur inutile.
  3. (Par extension) Dont on n’emploie pas les talents, les services.
    • Laisser quelqu’un inutile.

Nom commun 1

inutile \i.ny.til\ au singulier uniquement

  1. (Au singulier) Nature de ce qui n’a aucun usage, aucune utilité.
    • L’inutile d’une telle démarche, d’une telle requête.

Nom commun 2

inutile \i.ny.til\ masculin et féminin identiques

  1. Personnage qui ne rend aucun service, dont l’activité n’apporte rien à quiconque.
    • Toute une organisation formidable d’écumeurs et d’inutiles, vivant grassement, tripatouillant, combinant, s’enrichissant, sans produire quoi que ce fût d’utile. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 128)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Inutile : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INUTILE. adj. des deux genres
. Qui n'est d'aucune utilité, en parlant des Choses. Une peine inutile. Faire des pas inutiles. Démarche inutile. Voilà bien des paroles inutiles. Soins inutiles. Précautions inutiles. Regrets inutiles. Il est inutile de vous affliger ainsi. Sa protection me devient inutile. Substantivement, L'inutile. Il signifie aussi Qui ne rend aucun service, en parlant des Personnes. Un serviteur inutile. Un meuble inutile. Laisser quelqu'un inutile, Ne pas employer ses talents, ses services.

Inutile : définition du Littré (1872-1877)

INUTILE (i-nu-ti-l') adj.
  • 1Qui n'est point utile, en parlant des choses. Il n'est rien d'inutile aux personnes de sens, La Fontaine, Fabl. V, 19. L'amour est quelquefois bien inutile de s'amuser à de si sottes gens ; je voudrais qu'il ne fût que pour les gens choisis, Sévigné, 62. Songeons que ce sacrifice d'une valeur infinie [le sacrifice de la messe]… serait inutile à la reine [morte], si elle n'avait mérité par sa bonne vie que l'effet en pût passer jusqu'à elle, Bossuet, Mar.-Thér. On en gémit, on en pleure [de la mort de Marie-Thérèse] ; voilà ce que peut la terre pour une reine si chérie ; voilà ce que nous avons à lui donner, des pleurs, des cris inutiles, Bossuet, ib. Il est inutile de vous dire combien la reine fut consolée par ce merveilleux événement [la restauration de Charles II], Bossuet, Reine d'Angl. Je n'emporterais donc qu'une inutile rage…, Racine, Andr. III, 1. Voudrais-je, de la terre inutile fardeau… ? Racine, Iphig. I, 2. Depuis quand pense-t-on qu'inutile à moi-même Je me laisse ravir une épouse que j'aime ? Racine, ib. IV, 6. Tout fuit, et, sans s'armer d'un courage inutile, Dans le temple voisin chacun cherche un asile, Racine, Phèdre, V, 6. Mais que peuvent pour lui vos inutiles soins ? Racine, Athal. V, 2. Tout l'esprit qui est au monde est inutile à celui qui n'en a point, La Bruyère, XI. Sans fatiguer le ciel par des vœux inutiles, Massillon, Carême, Prière 2. Pourquoi imprimer les lettres de ses amis ? est-ce qu'on écrit au public, quand on fait des réponses inutiles à des lettres qui ne sont que des compliments ? Voltaire, Lett. d'Argental, 20 juin 1767. Vous ne cherchez que des vérités utiles, et vous n'avez guère trouvé, dites-vous, que d'inutiles erreurs, Voltaire, Mœurs, Introd. 5. Mais il [Caton] tourna sur soi ses innocentes mains ; Sa mort fut inutile au bonheur des humains, Voltaire, Mort de Cés. II, 4.

    Substantivement. L'inutile, ce qui est inutile, par opposition à l'utile. De ses arbres à fruit [le sage] retranchait l'inutile, La Fontaine, Fabl. XII, 20.

  • 2Qui ne rend pas de services, en parlant des personnes. Le prince [Condé] que l'on regardait comme le héros de son siècle, rendu inutile à sa patrie dont il avait été le soutien, Bossuet, Anne de Gonz. Ils [les grands] tombent, et par leur chute deviennent traitables mais inutiles, La Bruyère, IX. L'Évangile condamne aux mêmes ténèbres éternelles et aux mêmes supplices le serviteur infidèle et le serviteur inutile, Massillon, Carême, Riche.

    Laisser quelqu'un inutile, ne pas employer ses talents. C'est un homme qu'il ne faut pas laisser inutile.

    Substantivement. Un inutile, une inutile, un homme, une femme inutile. Fi ! que cela est vilain d'être une grande inutile dans le monde ! Regnard, Ret. impr. 6. Dis, ne rougis-tu point d'être un grand inutile, Et de grossir l'essaim des oisifs de la ville ? Boissy, Sage étourdi, II, 3.

  • 3Dont on ne se sert pas. Un meuble inutile.

    Fig. L'argent, l'argent, dit-on, sans lui tout est stérile ; La vertu sans l'argent n'est qu'un meuble inutile, Boileau, Épître V.

HISTORIQUE

XIIe s. Tuit declinerent ensembledement [simultanément], inuteles fait sunt ; nen est chi facet ben, Liber psalm. p. 70.

XIVe s. Par inutile vergoigne, Bercheure, f° 75.

XVe s. Telz poursuites [d'amours illégitimes] sont inutiles Destructions d'ame et de corps, Deschamps, Mir. de mar. p. 98.

XVIe s. Ses vers naistront inutis, Ainsi qu'enfans abortis Qui ont forcé leur naissance, Ronsard, 363. Des chardons inutils et des herbes mechantes, Desportes, Élégies, I, 19. … Mort injuste et cruelle… Un grand homme est plus tost par toy mis au tombeau, Qu'un lourdaut, de la terre inutile fardeau, Desportes, Tombeau de Desportes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « inutile »

Étymologie de inutile - Littré

Bourguign. inutille (ll mouillées) ; provenç. et espagn. inutil ; ital. inutile ; du lat. inutilis, de in… 1, et utilis, utile.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de inutile - Wiktionnaire

(XIVe siècle) Emprunté au latin inutilis. (1120) inutele.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « inutile »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
inutile inytil play_arrow

Citations contenant le mot « inutile »

  • Au delà de ces prétendus dangers du masque, nombreux sont aussi les internautes qui le trouvent tout bonnement inutile, minimisant au passage les risques de la pandémie. « En ne portant pas de masque, je sauve des vies ! En favorisant l'immunité naturelle ! », défend Marie dans un des groupes anti-masques. « L'imposition du masque alors qu'on contrôle le virus, qu'il y a de moins en moins de cas actifs, est totalement inutile », y juge, de son côté, Sébastien. « C'est une grippe comme toutes celles des années précédentes, c'est tout. Est-ce qu'on se souciait des chiffres avant ? Non, on vivait. Perso, je ne m'en préoccupe plus… », commente quant à elle Clémence. leparisien.fr, Covid-19 : plongée dans les groupes Facebook des anti-masques - Le Parisien
  • D'après Jean-Paul Hamon, deux raisons expliquent la volte-face du gouvernement. « Moi-même, début mars, je pensais qu'il était inutile d'en porter un si l'on n'était pas malade. Puis on s'est rendu compte qu' une personne asymptomatique pouvait être contagieuse. On ne connaissait pas ce virus donc on a appris en marchant, raconte le président d'honneur de la fédération des médecins de France. Ensuite, il n'y en avait pas assez pour tout le monde, nous, on a dû attendre le 23 mars pour avoir des FFP2 et pendant ce temps-là, il y avait les élections municipales et des matchs de foot! » leparisien.fr, Covid-19 : pourquoi le masque est passé d’«inutile» à «obligatoire le 1er août» - Le Parisien
  • Quand l'épidémie semblait circonscrite à l'Asie, on le jugeait inutile. Lorsque le pic de l'épidémie a été atteint en France, son recours était réservé aux soignants et aux malades. Avant qu'il soit préconisé pour tous lors du déconfinement. Désormais, le port généralisé du masque est à « l'étude », affirme ce dimanche le Premier ministre Jean Castex, notamment dans les lieux clos, suspectés d'être plus propices à la propagation du coronavirus. leparisien.fr, Covid-19 : inutile, facultatif, puis obligatoire… Six mois de zigzags sur le port du masque - Le Parisien
  • Le port du masque va être obligatoire dans les lieux clos en France d'ici le 1er août 2020. Alors qu'il était jugé inutile pour la plupart il y a encore quelques mois. Chronologie d'une tergiversation française. Sciences et Avenir, Port du masque : chronologie des tergiversations en France - Sciences et Avenir
  • Etre isolé du reste des hommes, c'est se sentir inutile. Se sentir inutile est pire encore que de se sentir coupable. De Charles-Ferdinand Ramuz / Journal
  • Génie : inutile de l’admirer c’est une névrose ! De Gustave Flaubert / Dictionnaire des idées reçues
  • La pitié est un sentiment inutile. De Frank Herbert / Les yeux d'Heisenberg, 1966
  • Etre triste, c'est idiot et inutile. De Laetitia Filion / Amour moderne
  • Le coeur fait tout, le reste est inutile. De Jean de La Fontaine / Belphégor
  • On n'a besoin de personne pour être inutile. De Gilles Pilote
  • Le sportif intelligent évite l'effort inutile. De Anonyme
  • La parole est inutile quand les yeux communiquent. De A. Martin
  • Rien n'est inutile comme le réel. De Georges Henein
  • Les grandes civilisations artistiques furent des civilisations où l’inutile était nécessaire. Dans la civilisation d’aujourd’hui, l’inutile est devenu inutile. De Thierry Maulnier
  • L'homme est une passion inutile. De Jean-Paul Sartre / L'être et le néant
  • Une vie inutile est une mort anticipée. De Johann Wolfgang von Goethe / Iphigénie en Tauride
  • L’immortalité est inutile : avoir vécu suffit. De Raymond Ruyer / Question de...
  • Seule la mort est inutile. De Jean-Louis Fetjaine / Le crépuscule des elfes
  • Rappelez-vous que les plus belles choses de ce monde sont les plus inutiles : par exemple, les paons et les lys. John Ruskin, Les Pierres de Venise, I, 2 The Stones of Venice, I, 2
  • La jeunesse, c'est la passion pour l'inutile. Jean Giono, Triomphe de la vie, Grasset
  • Ce qu'il y a de plus utile pour former de jeunes esprits, ce sont les choses inutiles. Georges Duhamel, Querelles de famille, Mercure de France

Traductions du mot « inutile »

Langue Traduction
Corse inutile
Basque ezertarako
Japonais 役に立たない
Russe бесполезный
Portugais sem utilidade
Arabe بدون فائدة
Chinois 无用
Allemand nutzlos
Italien inutili
Espagnol inútil
Anglais useless
Source : Google Translate API

Synonymes de « inutile »

Source : synonymes de inutile sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « inutile »



mots du mois

Mots similaires