Oiseux : définition de oiseux


Oiseux : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

OISEUX, -EUSE, adj.

A. − Vieilli. ,,Qui, par goût ou par habitude, ne fait rien ou ne fait que des riens. Gens oiseux et fainéants`` (Ac. 1798-1878). Synon. oisif.
[En parlant d'une collectivité] Ce Paris oiseux et désoeuvré, toujours affamé de scandales et de petites histoires contées sous le manteau (Courteline,Femmes d'amis, Faire la preuve, 1926, p.202).
[P. méton.; en parlant du mode de vie, des activités, de la faculté d'agir d'une pers.] Les grands caractères ne sauraient produire rien de médiocre; et comme l'énergie qui est en eux ne peut demeurer oiseuse, toujours ils sont en branle comme les vaisseaux battus par les flots et par la tempête (J. de Maistre,OEuvres compl., t.5, Sur les délais de la just. divine, Lyon, Vitte, 1924 [1815], p.388).
B. − Qui ne sert à rien; qui est vain, inutile.
1. [En parlant de propos, du lang.] Qui apparaît vide de sens, sans intérêt réel, superflu. Son style est rempli d'ornements oiseux (Ac.1798-1878).Le temps qui vous sera laissé pour servir la patrie est mesuré; gardez-vous de le consumer en discours oiseux, en disputes frivoles, en vaines discussions (Marat,Pamphlets, Suppl. Offrande à la Patrie, 1789, p.61).Alors on commence à se poser les questions oiseuses: «Qui suis-je au juste? Qu'est-ce que je vaux?» C'est angoissant, c'est inutile (Beauvoir,Mandarins, 1954, p.369):
. Les Russes reprenaient inlassablement la délibération sur la reconnaissance du comité de Lublin. Mais, comme la question était, pour moi, tranchée et que je l'avais fait savoir, je tenais pour oiseuse cette nouvelle discussion. De Gaulle,Mém. guerre,1959,p.75.
SYNT. Débat, propos oiseux; raisonnement oiseux; digression oiseuse; considérations, conversations, paroles, spéculations, subtilités oiseuses.
Il est (serait) oiseux de (+ inf.).Il serait oiseux de s'étendre sur un ouvrage aussi connu (Dumesnil,Hist. théâtre lyr.,1953,p.149).
2. Rare. [En parlant d'actes] Besogne, occupation oiseuse. Les recherches, non moins absurdes qu'oiseuses, sur la température des astres ou leur constitution intérieure (Comte,Catéch. posit., 1852,p.121).Le même Mélanchthon affirme que le rite de la confirmation, tel que le pratiquent aujourd'hui les évêques, est une cérémonie oiseuse (Théol. cath. t.14, 11938,p.559).
P. anal. Qui est ressenti comme ennuyeux, agaçant ou saugrenu. Son principal défaut [de Liszt] est (...) de se perdre en des digressions, des longueurs oiseuses et fatigantes (Saint-Saëns,Portr. et souv.,1909,pp.40-41).On l'a ainsi surnommée [une femme appelée paon] pour l'habitude oiseuse qu'elle avait prise d'aller réveiller, la nuit, son amant, sous ses fenêtres (Toulet,Notes art,1920,p.56).
3. [P. méton.]
a) [En parlant de celui qui émet des propos] Demandez à l'orateur pourquoi il s'exerce avec tant de soin dans l'art de plaire et d'émouvoir: il vous dira que c'est pour mieux persuader l'utile, l'honnête et le juste; et sans cela le plus habile ne serait guère qu'un parleur oiseux ou qu'un dangereux charlatan (Marmontel,Essai sur rom.,1799,p.287).
b) [En parlant de qqc.] Les livres dits sérieux me paraissent les plus oiseux et les plus futiles du monde (Goncourt,Journal,1857,p.357).
REM.1.
Oiseusement, adv.D'une manière oiseuse; d'une manière inutile, ennuyeuse. Marolles se contenta désormais d'être le plus paisible et le plus oiseusement occupé des abbés de France (Sainte-Beuve,Caus. lundi,t.14,1857,p.121).Vous maugréez oiseusement (Arnoux,Gentilh. ceinture,1928,p.49).
2.
Otieux, ocieux, -euse, adj.,vieilli. Oisif, passé dans l'oisiveté. Vie ocieuse. [Les baisers] Chauds comme les soleils, frais comme les pastèques, Font l'ornement des nuits et des jours otieux (Baudel.,Fl. du Mal,1850,p.481).Je suis prisonnier de tes yeux Toujours, −et parfois de tes bras, Mais ne plains pas ces embarras Qui ne sont guère qu'ocieux (Verlaine,OEuvres compl.,t.3, Dédic.,1890,p.181).
Prononc. et Orth.: [wazø], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1165-70 subst. fém. «chose inutile, parole vaine» (Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 5561); b) fin du xiies. «oisiveté, paresse» (Graelent ds Lais anonymes, éd. P. M. O'Hara Tobin, 81); 2. 1176-81 adj. «(chose) qui ne sert à rien, qui ne mène à rien» (Chrétien de Troyes, Chevalier Lion, éd. M.Roques, 4187: parole oiseuse); 3. a) 1181-90 «(personne) qui ne fait rien, qui vit dans l'inaction, la paresse» (Id., Conte du graal, éd. F.Lecoy, 2569); b) 1269-78 vie oiseuse (Jean de Meun, Rose, éd. F.Lecoy, 10198). Du lat. otiosus «oisif, (personne) qui ne fait rien» et «oiseux, (chose) qui ne sert à rien». Fréq. abs. littér.: 159.

Oiseux : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

OISEUX, -EUSE, adj.

A. − Vieilli. ,,Qui, par goût ou par habitude, ne fait rien ou ne fait que des riens. Gens oiseux et fainéants`` (Ac. 1798-1878). Synon. oisif.
[En parlant d'une collectivité] Ce Paris oiseux et désoeuvré, toujours affamé de scandales et de petites histoires contées sous le manteau (Courteline,Femmes d'amis, Faire la preuve, 1926, p.202).
[P. méton.; en parlant du mode de vie, des activités, de la faculté d'agir d'une pers.] Les grands caractères ne sauraient produire rien de médiocre; et comme l'énergie qui est en eux ne peut demeurer oiseuse, toujours ils sont en branle comme les vaisseaux battus par les flots et par la tempête (J. de Maistre,OEuvres compl., t.5, Sur les délais de la just. divine, Lyon, Vitte, 1924 [1815], p.388).
B. − Qui ne sert à rien; qui est vain, inutile.
1. [En parlant de propos, du lang.] Qui apparaît vide de sens, sans intérêt réel, superflu. Son style est rempli d'ornements oiseux (Ac.1798-1878).Le temps qui vous sera laissé pour servir la patrie est mesuré; gardez-vous de le consumer en discours oiseux, en disputes frivoles, en vaines discussions (Marat,Pamphlets, Suppl. Offrande à la Patrie, 1789, p.61).Alors on commence à se poser les questions oiseuses: «Qui suis-je au juste? Qu'est-ce que je vaux?» C'est angoissant, c'est inutile (Beauvoir,Mandarins, 1954, p.369):
. Les Russes reprenaient inlassablement la délibération sur la reconnaissance du comité de Lublin. Mais, comme la question était, pour moi, tranchée et que je l'avais fait savoir, je tenais pour oiseuse cette nouvelle discussion. De Gaulle,Mém. guerre,1959,p.75.
SYNT. Débat, propos oiseux; raisonnement oiseux; digression oiseuse; considérations, conversations, paroles, spéculations, subtilités oiseuses.
Il est (serait) oiseux de (+ inf.).Il serait oiseux de s'étendre sur un ouvrage aussi connu (Dumesnil,Hist. théâtre lyr.,1953,p.149).
2. Rare. [En parlant d'actes] Besogne, occupation oiseuse. Les recherches, non moins absurdes qu'oiseuses, sur la température des astres ou leur constitution intérieure (Comte,Catéch. posit., 1852,p.121).Le même Mélanchthon affirme que le rite de la confirmation, tel que le pratiquent aujourd'hui les évêques, est une cérémonie oiseuse (Théol. cath. t.14, 11938,p.559).
P. anal. Qui est ressenti comme ennuyeux, agaçant ou saugrenu. Son principal défaut [de Liszt] est (...) de se perdre en des digressions, des longueurs oiseuses et fatigantes (Saint-Saëns,Portr. et souv.,1909,pp.40-41).On l'a ainsi surnommée [une femme appelée paon] pour l'habitude oiseuse qu'elle avait prise d'aller réveiller, la nuit, son amant, sous ses fenêtres (Toulet,Notes art,1920,p.56).
3. [P. méton.]
a) [En parlant de celui qui émet des propos] Demandez à l'orateur pourquoi il s'exerce avec tant de soin dans l'art de plaire et d'émouvoir: il vous dira que c'est pour mieux persuader l'utile, l'honnête et le juste; et sans cela le plus habile ne serait guère qu'un parleur oiseux ou qu'un dangereux charlatan (Marmontel,Essai sur rom.,1799,p.287).
b) [En parlant de qqc.] Les livres dits sérieux me paraissent les plus oiseux et les plus futiles du monde (Goncourt,Journal,1857,p.357).
REM.1.
Oiseusement, adv.D'une manière oiseuse; d'une manière inutile, ennuyeuse. Marolles se contenta désormais d'être le plus paisible et le plus oiseusement occupé des abbés de France (Sainte-Beuve,Caus. lundi,t.14,1857,p.121).Vous maugréez oiseusement (Arnoux,Gentilh. ceinture,1928,p.49).
2.
Otieux, ocieux, -euse, adj.,vieilli. Oisif, passé dans l'oisiveté. Vie ocieuse. [Les baisers] Chauds comme les soleils, frais comme les pastèques, Font l'ornement des nuits et des jours otieux (Baudel.,Fl. du Mal,1850,p.481).Je suis prisonnier de tes yeux Toujours, −et parfois de tes bras, Mais ne plains pas ces embarras Qui ne sont guère qu'ocieux (Verlaine,OEuvres compl.,t.3, Dédic.,1890,p.181).
Prononc. et Orth.: [wazø], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1165-70 subst. fém. «chose inutile, parole vaine» (Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 5561); b) fin du xiies. «oisiveté, paresse» (Graelent ds Lais anonymes, éd. P. M. O'Hara Tobin, 81); 2. 1176-81 adj. «(chose) qui ne sert à rien, qui ne mène à rien» (Chrétien de Troyes, Chevalier Lion, éd. M.Roques, 4187: parole oiseuse); 3. a) 1181-90 «(personne) qui ne fait rien, qui vit dans l'inaction, la paresse» (Id., Conte du graal, éd. F.Lecoy, 2569); b) 1269-78 vie oiseuse (Jean de Meun, Rose, éd. F.Lecoy, 10198). Du lat. otiosus «oisif, (personne) qui ne fait rien» et «oiseux, (chose) qui ne sert à rien». Fréq. abs. littér.: 159.

Oiseux : définition du Wiktionnaire

Adjectif

oiseux \wa.zø\

  1. Qui ne sert à rien.
    • L’humanité avait-elle les moyens de prévenir ce désastre de la guerre dans les airs ? Question oiseuse, aussi oiseuse que de demander si elle aurait pu empêcher la décadence qui transforma l’Assyrie et Babylone en des déserts arides […] — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 409 de l’éd. de 1921)
    • Il fallait bien que Fandor sourît lui aussi à l’enthousiasme du bonhomme, mais ces détails étaient oiseux. — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, La Guêpe rouge, 1912, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 5, page 616)
  2. Qui n’ajoute rien à la pensée.
    • Ce n’est pas pour faire de l’horrible à froid que nous nous appesantissons sur un pareil sujet, mais il nous semble qu’au moment où l’on se préoccupe de l’abolition de la peine de mort, une pareille dissertation n’était pas oiseuse. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Il serait donc oiseux de vouloir démontrer que le cheval peut se passer d’une habitation convenable et d’une hygiène bien entendue. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Dans tous les articles, les auteurs s’attachent scrupuleusement aux faits, aux données brutes et concrètes : pas de bavardage, pas d’interprétations oiseuses, mais des informations précises étayées par des citations sourcées. — (Bulletin critique du livre français, n°666-669, Association pour la diffusion de la pensée française, 2005, page 5)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Oiseux : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OISEUX, EUSE. adj.
Qui est inutile, vain, qui ne sert à rien. Propos oiseux. Des disputes, des questions oiseuses. Ce sont paroles oiseuses.

Oiseux : définition du Littré (1872-1877)

OISEUX (oi-zeû, zeû-z') adj.
  • 1Qui par habitude ou par goût ne fait rien. Il y a trop de larrons et de vauriens, et trop de gens oiseux qui ne cherchent qu'à faire bonne chère et à être braves aux dépens d'autrui, Patin, Lett. t. III, p. 225, dans POUGENS. Vous vous distinguez même, dans votre esprit, de ces hommes oiseux de votre rang qui ont toujours mené une vie obscure, lâche, inutile, Massillon, Avent, Mort du péch. Ce sont là des raffinements ; l'Évangile, cette philosophie si sage, si simple, si admirée même des païens, n'est donc plus qu'un vain système d'un esprit oiseux, Massillon, Carême, Dang. des prosp. David fut indiscret et oiseux, avant d'être adultère, Massillon, Carême, Tiéd. 2. L'Église, qui voit un de ses ministères… rempli par un ministre tiède et oiseux, Massillon, Confér. Zèle contre les scandales.

    Substantivement. L'ambitieux, l'oiseux, le vindicatif, Massillon, dans PLANCHE, Dict. de la langue oratoire et pratique.

    En parlant des choses. Une vie incertaine, inégale, oiseuse dans son agitation, Massillon, Profess. relig. Serm. 2. Les professions oiseuses, futiles ou sujettes à la mode, telles, par exemple, que celle de perruquier, Rousseau, Ém. III.

    Fig. Sors de ce lit oiseux qui te tient attaché, Boileau, Lutr. I. Aux élans redoublés de sa voix douloureuse, Tous ses valets tremblants quittent la plume oiseuse, Boileau, ib. IV.

  • 2Inutile, qui ne sert à rien. Occupation, dispute oiseuse. Une épithète oiseuse. Si en conséquence de ces principes une parole oiseuse doit être condamnée, que sera-ce d'une vie tout entière, où Dieu ne trouvera rien que d'inutile ? Bourdaloue, Dim. de la Septuagés. Dominic. t. I, p. 350. Des questions oiseuses où l'on ne s'intéressait pas pour le fond de la vérité, Massillon, Carême, Vérité de la relig.

REMARQUE

Des grammairiens prétendent que oiseux ne se dit pas des personnes. C'est une erreur. Les meilleurs auteurs l'ont employé en ce sens ; et il n'y a aucune raison pour ne pas suivre leur exemple.

HISTORIQUE

XIIIe s. Car par. vie oiseuse et fetarde Puet l'en [on peut] à poureté venir, la Rose, 10234. Onc ne li plot [plut] oiseus sejors, ib. 18901. Garde que tes paroles ne soient oiseuses ; car il nos conviendra rendre raison de tout mot oiseux, Latini, Trésor, p. 358. On ne li pot pas demander le damace, ancois li doit on rabatre de son loier selon le tans qu'il demeura oiseus, Beaumanoir, XXXVIII, 19. Por ce que li molin ou li pressoir soient wiseus, Beaumanoir, XXXVIII, 19.

XIVe s. Et pour ce, à parler par similitude, l'en peut dire que benivolence est amisté oyseuse, Oresme, Eth. 270. Vous avez bon cheval ; il sent bien l'esperon : Vous n'avez pas esté oiseux, bien le voit-on, Guesclin. 15117.

XVe s. Les gens y sont tous oiseux, et n'y font point de labour [en Pouille et en Calabre], Froissart, II, II, 137.

XVIe s. La lecture des livres qui apportent seulement une vaine et oiseuse delectation aux lisans, est à bon droict reprouvée, Amyot, Préf. I, p. 25. Il vouloit que la fin de leur vie ne fust non plus oiseuse ny inutile que le demourant, Amyot, Lyc. 61. Une vie oiseuse, Amyot, Pyrrh. 42.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « oiseux »

Étymologie de oiseux - Littré

Wallon, ouheûs ; provenç. ocios, ossios ; esp. ocioso ; ital. ozioso ; du lat. otiosus, de otium, loisir. L'ancien français avait un substantif féminin oiseuse, uiseuse, qui signifiait oisiveté.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de oiseux - Wiktionnaire

(Vers 1210) Du latin otiosus. (XIIe siècle) oiseus, « oisif ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « oiseux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
oiseux wazø play_arrow

Citations contenant le mot « oiseux »

  • A la lumière de ces chiffres crus, toute tentative d’interprétation du scrutin s’avère être un passe-temps quelque peu oiseux. Tâchons pourtant d’en tirer quelques leçons. , Une France un peu trop verte - Editorial - Actualité - Liberté Politique
  • Comparer la présente version à d'autres est presque oiseux, car les paramètres sont différents. À côté des ''interprétations classiques'' et de la référence Callas/Stignani/Serafin (Warner), voire des interprétations marquantes de Sutherland/Horne/Bonynge (Decca) ou encore de Caballé/Cossoto/Cillario (RCA), celle-ci tient une place désormais indispensable eu égard à sa passionnante contribution musicologique et à ses éminentes qualités musicales. , CD : Les Essentiels ON-Mag - Norma en version originale - ON mag
  • Astuce : les oiseaux ont l’ouïe fine ! Si vous avez la possibilité d’installer un abreuvoir qui fait des bruits d’eau, les oiseux le repéreront bien plus facilement. ConsoGlobe, Installez un abreuvoir pour oiseaux pour les aider pendant l'été
  • Plus fondamentalement, qui va décider si telle prestation est un peu, beaucoup ou pas du tout « artistique » ? Définir l’art est un débat oiseux et infini, comme en témoigne la définition, tautologique ou circulaire, présente dans la réglementation du chômage (« activité artistique : la création et/ou l’exécution ou l’interprétation d’œuvres artistiques dans le secteur de l’audiovisuel et des arts plastiques, de la musique, de la littérature, du spectacle, du théâtre et de la chorégraphie »). Le design peut flirter avec la sculpture, comme le journalisme avec le cinéma, la cuisine avec l’art contemporain, le graphisme avec les arts plastiques, l’animation culturelle avec la performance artistique, l’expression corporelle avec la danse, le militantisme avec le théâtre-action, la thérapie avec le cirque, les ateliers d’écriture avec la littérature, etc. Le Soir Plus, «Les artistes, des précaires privilégiés? Non, des pionniers de l’intermittence!» - Le Soir Plus
  • Ainsi, quand Glissant parle d’un « rassemblement des mémoires », il ne s’agit pas, contrairement à ce que l’on pourrait penser, de cette vision lénifiante que certains ont voulu tirer, par paresse intellectuelle le plus souvent, de ses derniers écrits, notamment Mémoires des esclavages – qui représente en 2007 la version augmentée du rapport qui avait été demandé à l’écrivain par le président Jacques Chirac pour l’établissement d’un centre national pour l’histoire et les mémoires de l’esclavage (on ne parlait pas encore de la Fondation, celle qui désormais existe en France après bien des atermoiements). Car le moment de cet essai (qui survient d’ailleurs dans un contexte de controverses comparable au nôtre, puisque c’est celui des vives polémiques suscitées par les débats oiseux et simplistes sur la « repentance » et l’identité nationale, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy) représente en somme la dernière phase d’une pensée de l’histoire déjà ancienne et qui a connu différents moments d’évolution. Toute l'actualité des Outre-mer à 360°, Edouard Glissant, Une traversée de l’esclavage : Quand le directeur du CIEEG, Loïc Céry s’emploie à montrer la force visionnaire de Glissant sur les questions liées à l’histoire de l’esclavage et ses mémoires (1/2) - Toute l'actualité des Outre-mer à 360° - Toute l'actualité des Outre-mer à 360°
  • Commentaires un peu faiblards, oiseux... Il y a des règlements, qu'il faut appliquer : "La répartition doit tenir compte de la population de chaque commune ; chaque commune dispose d'au moins un siège et aucune ne peut disposer de plus de la moitié des sièges du conseil communautaire ; le nombre de sièges total ne peut dépasser de plus d'un quart l'effectif défini par l'article L5211-6-1 du CGCT." lindependant.fr, Carcassonne Agglo : un accord Banquet-Larrat sur trois vice-présidences - lindependant.fr
  •   Venez découvrir la magie de la ripisylve. Bercés par le murmure de l’eau et des oiseux, laissez voler votre imagination et vivre la magie au fil de la voix et des contes sur le territoire des ondines. Unidivers, HISTOIRES D’EAU… Olargues lundi 10 août 2020
  • L'art des maximes n'est pas oiseux : il donne de l'esprit à la sagesse. De Jacques Deval

Images d'illustration du mot « oiseux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « oiseux »

Langue Traduction
Corse ociosu
Basque idle
Japonais アイドル
Russe вхолостую
Portugais ocioso
Arabe الخمول
Chinois
Allemand leerlauf
Italien inattivo
Espagnol ocioso
Anglais idle
Source : Google Translate API

Synonymes de « oiseux »

Source : synonymes de oiseux sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « oiseux »


Mots similaires