La langue française

Fainéant, fainéante

Sommaire

  • Définitions du mot fainéant, fainéante
  • Étymologie de « fainéant »
  • Phonétique de « fainéant »
  • Évolution historique de l’usage du mot « fainéant »
  • Citations contenant le mot « fainéant »
  • Images d'illustration du mot « fainéant »
  • Traductions du mot « fainéant »
  • Synonymes de « fainéant »
  • Antonymes de « fainéant »

Définitions du mot fainéant, fainéante

Trésor de la Langue Française informatisé

FAINÉANT, ANTE, subst. et adj.

I.− Substantif
A.− Personne qui ne veut rien faire. Un grand fainéant. Synon. cossard (pop.), feignant (pop.), flemmard (fam.), paresseux; anton. bûcheur (fam.), travailleur.Avant de donner un sou à un pauvre, il voulait savoir si ce n'était pas un fainéant et pourquoi il ne travaillait pas dans les fabriques (Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 182).Ce n'était pas la peine (...) que l'île payât le presbytère à un fainéant! un grand paresseux bien nourri! (Queffélec, Recteur,1944, p. 137):
1. − Oui, père... Ça vient de sonner en bas. − Dépêche-toi donc, fainéante! Si tu avais moins dansé hier dimanche, tu nous aurais réveillés plus tôt... En voilà une vie de paresse! Zola, Germinal,1885, p. 1144.
B.− Personne qui n'a rien (ou peu de choses) à faire. (Quasi-)synon. désœuvré, inactif, oisif; anton. actif.Mes aventures et mes travaux, à moi, laborieux fainéant que vous connaissez bien (Hugo, Rhin,1842, p. 309).Je suis un fainéant, bohème, journaliste Qui dîne d'un bon mot étalé sur son pain (Nerval, Corresp.,1830-55, p. 254):
2. ... lui et sa servante sont aubergistes à leur corps défendant; ils ont horreur des voyageurs. Quand ils découvrent de loin une voiture, ils se vont cacher en maudissant ces vagabonds (...), ces fainéants qui dérangent un honnête cabaretier et l'empêchent de boire le vin qu'il est obligé de leur vendre. Chateaubr., Mém.,t. 6, 1848, p. 173.
II.− Adj. Personne fainéante. (Quasi-)synon. paresseux.Les pays aurifères (...) n'enfantent que des populations fainéantes, et jamais les races fortes et laborieuses (Verne, Enf. cap. Grant,t. 2, 1868, p. 156).Sans avoir à faire un seul geste ni à interrompre sa tournée débonnaire, fainéante et royale (Proust, Guermantes 1,1920, p. 224):
3. − Dans ma propriété de Balisac, les résiniers ne sont pas vaillants comme ici : quatre amasses de gemme, lorsque les paysans d'Argelouse en font sept ou huit. − Au prix où est la gemme, faut-il qu'ils soient fainéants! Mauriac, T. Desqueyroux,1927, p. 272.
Loc. proverbiale, fam. Être fainéant(e) comme une couleuvre. Être très paresseux/se. Fainéante comme une couleuvre, elle était d'un mauvais rapport et d'une exigence qui croissait à mesure qu'elle travaillait moins (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 309).
HIST. Les rois fainéants. Derniers rois mérovingiens qui ont abandonné l'exercice du pouvoir et leurs charges aux maires du palais (d'apr. Lep. 1948, Davau-Cohen 1972). Je ne veux pas que l'Europe m'accuse de faire de vous un roi fainéant pour régner à votre place (Stendhal, Chartreuse,1839, p. 401).Lesdits chariots étaient toujours les rustiques basternes des rois fainéants (P. Rousseau, Hist. transp.,1961, p. 90).
Rem. La docum. atteste a) Qq. emplois adj. de ce mot appliqués à d'autres types de chefs d'état et créés p. anal. avec ce dernier emploi (hist.) : Il ne voulait pas jouer le rôle d'un dictateur fainéant (Fondateurs 3eRépubl., Floquet, 1888, p. 150). Sous ce titre modeste qui respectait l'autorité théorique des khalifes-fainéants de la maison fâtimide (Grousset, Croisades, 1939, p. 203). b) Les dér., très péj. et pop., fainéasse, fainéasson, adj. et subst. À ne rien foutre chez Merrywin... j'étais devenu franchement fainéasse (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 363). Il voulait ainsi l'obliger ce lecteur, toujours fainéasson, à des entreprises... (Id., ibid., p. 434).
Prononc. et Orth. : [fεneɑ ̃] ou [fe-], fém. [-ɑ ̃:t] et, pour la forme pop., [fε ɳ ɑ ̃] ou [fe-], fém. [-ɑ ̃:t]. Pour l'orth. de la forme pop. on trouve feignant (Littré, Rob., Lar. Lang. fr.), faignant (Pt Rob., Lar. Lang. fr.), feigniant, faigniant. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1306 Loïs Faineant (G. Guiart, Royaux Lignages, I, 7770 ds T.-L.). Altération pop. d'apr. la forme verbale fait (faire*) et néant*, de feignant part. prés. adj. de feindre* au sens de « se dérober, rester inactif » (ca 1100 pronom. ds T.-L.). Fréq. abs. littér. : 314. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 348, b) 730; xxes. : a) 544, b) 323. Bbg. Arickx (I.). Les Orthoépistes sur la sellette. Trav. Ling. Gand. 1972, no3, p. 129. − Cassagnau (M.). Trois vulgarismes qui n'en sont peut-être pas. Vie Lang. 1970, pp. 647-648. − Sain. Lang. par. 1920, p. 93, 110, 352.

Wiktionnaire

Adjectif

fainéant \fɛ.ne.ɑ̃\ ou \fe.ne.ɑ̃\

  1. Qui évite l’effort ou le travail, par paresse.
    • Enfant fainéant.
    • Chatte fainéante.
    • Suzanne est plus joyeuse et plus dure que de coutume. On dirait que l’approche du danger la redresse et l’enivre. Je la sens prête à toutes les ruses, à tous les dévouements, à toutes les méchancetés utiles. Son impatience est batailleuse. La mienne est triste est fainéante à souhait. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 31)
    • Rois fainéants : dans l’histoire de France, certains rois qui abandonnaient l’exercice du pouvoir aux maires du palais.

Nom commun

fainéant \fɛ.ne.ɑ̃\ ou \fe.ne.ɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : fainéante)

  1. Celui, celle qui ne veut rien faire.
    • C’est ce fainéant de Gilbert, qui n’est bon à rien qu’à lire et rêvasser. — (Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, 1846)
    • Les chômeurs ne sont plus considérés comme des gens, mais comme des esclaves que l'on peut tuer, les faire crever de faim, les obliger à travailler contre leur patrie, les humilier, ça ne fait rien, ce sont des « fainéants ». — (Louise Monaux et Bruno Deblander, 14-18 – Apocalypse en Belgique , Éditions Racine, 2013, p. 75)

Forme d’adjectif

fainéante \fe.ne.ɑ̃t\

  1. Féminin singulier de fainéant.

Nom commun

fainéante \fe.ne.ɑ̃t\ féminin (pour un homme on dit : fainéant)

  1. Personne (du sexe féminin) fainéante.
    • La mère de Mouton était pourtant tout le contraire d’une fainéante. — (Béatrice Nicodème, Y a-t-il un assassin dans l’immeuble?, 2000)

Forme de verbe

fainéante \fe.ne.ɑ̃t\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de fainéanter.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de fainéanter.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de fainéanter.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de fainéanter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de fainéanter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAINÉANT, ANTE. n.
Celui, celle qui ne veut rien faire. Un grand fainéant. Une incorrigible fainéante. Dans ce pays, on ne souffre point de fainéants. Adjectivement, Enfant fainéant. Ouvrière fainéante. Rois fainéants, dans l'Histoire de France, Certains rois de la première race, qui abandonnaient l'exercice du pouvoir aux maires du palais.

Littré (1872-1877)

FAINÉANT (fè-né-an, an-t') adj.
  • 1Qui ne fait rien, qui ne veut point travailler. Écolier, ouvrier fainéant. Quand un roi fainéant, la vergogne des princes, Laissant à ses flatteurs le soin de ses provinces…, Malherbe, II, 1.

    Les rois fainéants, rois de la première race, qui abandonnèrent le pouvoir aux maires du palais. Hélas ! qu'est devenu ce temps, cet heureux temps, Où les rois s'honoraient du nom de fainéants ? Boileau, Lutr. II. Auprès d'eux sont couchés tous ces rois fainéants Sur un trône avili fantômes impuissants, Voltaire, Henr. VII.

  • 2 Substantivement. Celui, celle qui n'aime point le travail, qui vit dans la paresse. C'est un grand fainéant, une grande fainéante. Ce n'est pas que mon cœur du travail ennemi Approuve un fainéant sur le trône endormi, Boileau, Ép. I. Avec nous demeuraient deux abbés gascons, aimables fainéants d'une gaieté intarissable, qui allaient courant le monde, Marmontel, Mém. III.

HISTORIQUE

XVIe s. Les Epicuriens en leurs resveries pensent que Dieu soit oisif et comme un fait-neant, Calvin, Instit. 136. Tout en la maniere qu'à un faineant l'estude sert de torment, Montaigne, I, 319.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fainéant »

(XIVe siècle) Des mots fait et néant. Auguste Scheler [1] souligne qu’il faut distinguer ce mot de feignant, participe présent de feindre qui avait le sens spécialisé de celui « qui ne va pas de tout cœur au travail, ou plutôt qui, n'osant pas avouer sa paresse, accepte le travail sans le rechercher ». La proximité phonétique et sémantique a fait que feignant est devenu un synonyme populaire de fainéant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Faire, néant, ne rien faire ; bourguig. fenian (voy. FEIGNANT).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fainéant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fainéant fɛ̃eɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « fainéant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fainéant »

  • pas mal la généralisation chez vous. Chômeur = fainéant et habitant des banlieues = délinquant Ça doit être sympathique les discutions de comptoir avec vous. Vous avez raison à chacun ses valeurs. Lyonmag.com, Vendanges : 30 000 postes à pourvoir dans le bassin du Beaujolais
  • Il y a l'autre fainéant, le fainéant bien malgré lui, qui est rongé intérieurement par un grand désir d'action, qui ne fait rien parce qu'il est dans l'impossibilité de rien faire, puisqu'il est comme en prison dans quelque chose. De Vincent Van Gogh / une lettre à son frère Théo
  • Sois fainéant Tu vivras content De Coluche / Sois fainéant
  • Pêcheur, chasseur, oiseleur, Sont trois fainéants du diable. De Anonyme
  • Jamais renard fainéant n'eut la gueule pleine de plumes. De Proverbe français
  • Je suis tellement fainéant que je ne fais même pas mon âge. De Gérard Lanvin
  • Certains avocats sont si fainéants qu’ils préfèrent défendre les innocents plutôt que les coupables. De Philippe Bouvard / Les pensées
  • Le journaliste : un type qui travaille plus dur qu'aucun autre fainéant dans ce monde. De Gilbert Keith Chesterton
  • Après deux mois de vacances, payés à ne rien faire, on les reconnaît bien ces fainéants de profs qui se déchargent sur les parents dès qu’ils en ont l’opportunité pour ne pas faire leur boulot. Comme d’habitude, quoi! Le Huffington Post, Aux parents qui pensent que ces "fainéants" de profs ont été payés sans rien faire pendant le confinement - BLOG | Le Huffington Post LIFE
  • Dans une économie d’utiles et d’inutiles, de combattants et de planqués, le consommateur peut-il continuer à trôner tranquillement tel le roi fainéant, capricieux et odieux qu’il a été poussé à être jusqu’à présent ? Aurais-je imaginé qu’un jour je mettrais des gants pour acheter des carottes et regarderais la caissière avec admiration et reconnaissance ? Je me souviens avoir multiplié par 4 le pourboire du livreur Deliveroo, avoir remercié 15 fois la pharmacienne d’être restée ouverte, m’être quasiment prosterné devant mon boucher et avoir manqué de décorer les agents de l’assainissement venus vider ma fosse septique débordante. Quant au personnel de Bricomarché, il a rejoint mon panthéon personnel aux côtés de Patrick, mon banquier. Dans cette guerre, il y aura ceux qui étaient là et les autres... Capital.fr, La chronique de David Abiker : "l'expérience client au temps du Covid-19" - Capital.fr
  • En tout cas, la plupart des enseignants ne méritent certainement pas la campagne de démolition systématique qui consiste à les montrer du doigt comme des fainéants toujours en vacances" Club de Mediapart, «La campagne de démolition qui montre du doigt les enseignants comme des fainéants» | Le Club de Mediapart
  • Il se distille en ce moment un poison dangereux contre les enseignants. Un discours insidieux s'installe, pour salir toute une profession, au moment où l'on sort un peu la tête d'une crise sanitaire sans précédent. Alors que notre société, déjà fragilisée par deux longs mois de confinement et d'angoisse, s'apprête à entrer dans une zone de turbulences économiques sans doute inédite, il peut être utile, et tentant, de lui désigner des boucs émissaires. Et ces fainéants d'enseignants, qui travaillent au mieux dix-huit heures par semaine et bénéficient de quatre mois de vacances, sont des cibles idéales. Slate.fr, En défense des profs, contre les discours-poisons | Slate.fr
  • si des gens ont un bon salaire c'est qu'ils ont eu le courage de faire des études , de bosser comme des dingues, de se priver de beaucoup de choses et de faire des boulots pour payer ces études pendant que les fainéants qui se plaignent ne foutaient rien en classe ou préféraient dealer et voler car c'est de l'argent facile et rapide !!! pour eux la solidarité c'est de ne rien foutre et réclamer qu'on taxe les bosseurs courageux ! certains ne veulent rien foutre car ils veulent gagner beaucoup sans se fatiguer !!! il faut plutôt reformer dans le sens de la valeur et de la nécessité d'un travail pour le pays et adapter les salaires car certains patrons ne jouent pas le jeu non plus et refusent d'accorder des salaires mérités ! la solidarité ce n'est pas de voler a certains pour donner aux autres qui ne font rien ! midilibre.fr, 5,1 millions de Français sont riches : en faites-vous partie ? - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « fainéant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fainéant »

Langue Traduction
Anglais lazy
Espagnol perezoso
Italien pigro
Allemand faul
Chinois
Arabe كسول
Portugais preguiçoso
Russe ленивый
Japonais 怠惰な
Basque alferra
Corse parenu
Source : Google Translate API

Synonymes de « fainéant »

Source : synonymes de fainéant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fainéant »

Partager