La langue française

Parasite

Sommaire

  • Définitions du mot parasite
  • Étymologie de « parasite »
  • Phonétique de « parasite »
  • Citations contenant le mot « parasite »
  • Traductions du mot « parasite »
  • Synonymes de « parasite »

Définitions du mot « parasite »

Trésor de la Langue Française informatisé

PARASITE, subst. masc. et adj.

I. − Subst. masc. et adj.
A. −
1. ANTIQ. GR. ET ROM.
a) Assistant d'un prêtre, qui prenait soin des provisions des dieux et qui était invité à prendre part aux repas communs. Les citoyens qui s'asseyaient à la table sacrée, étaient revêtus momentanément d'un caractère sacerdotal; on les appelait parasites (Fustel de Coul.,Cité antique, 1864, p.195).
b) P. ext., péj. Personne qui recherchait les repas publics au Prytanée et, par la suite, les tables bien servies chez les riches, payant son écot en empressements, en complaisances, en bassesses. Dans la suite on vit à Athènes des essaims de convives qui s'introduisirent dans les maisons des grands, et en devinrent les commensaux; on les appela parasites, et ce mot se prit alors en mauvaise part (Nysten1814).
2. THÉÂTRE. Type de personnage de la comédie gréco-latine. Le rôle si comique du parasite, si bien peint par Térence, est encore dans toute sa gloire en Lombardie (Stendhal,Rossini, 1823, p.130).Le parasite fut un des types de prédilection de la comédie attique. Une pratique analogue se développa grandement à Rome par suite de l'institution de la clientèle (Lavedan1964).
3. P. anal., péj.
a) Synon. de pique-assiette, écornifleur.Une tribu de parasites; être entouré de parasites. Dans les dernières années, il devint un commensal, un favori, et comme un hôte indispensable de la maison de Condé. Les grands et les princes ont toujours ainsi aimé avoir à leur table des fous spirituels, des parasites amusants, de facétieux conteurs (Sainte-Beuve,Caus. lundis, t.12, 1855, p.45):
1. ... tandis que le modeste artisan (...) va retrouver sa famille et manger avec appétit (...) le morceau de petit lard apprêté par sa ménagère, les heureux du jour courant en voiture à ces dîners priés, où l'ennui corrompt tous les mets que l'art des plus habiles cuisiniers assaisonne: les parasites, en bas noirs, gagnent sur la pointe du pied la maison où ils se persuadent que leur couvert est mis... Jouy,Hermite, t.3, 1813, p.138.
[Empl. comme insulte] Tu appelles-ça des visites (...) après avoir déjeuné deux fois et dîné trois! Parasite! (...) pique-assiette! (Labiche,Point de mire, 1864, iii, 6, p.441).
b) P. ext. Personne qui vit, prospère aux dépens d'une autre personne ou d'un groupe de personnes. Un franc, vrai, vulgaire parasite; vivre en parasite; parasites sociaux. Le fainéant, le débauché, qui, sans accomplir aucune tâche sociale, jouit comme un autre, et souvent plus qu'un autre, des produits de la société, doit être poursuivi comme voleur et parasite (Proudhon,Propriété, 1840, p.306).Il croyait qu'il lui suffisait, pour n'être pas un parasite, de payer l'impôt, d'avoir été soldat (Morand,Lewis, 1924, p.204):
2. ... en appelant tous les citoyens, tous les travailleurs à la propriété collective des instruments de travail, nous affranchissons les travailleurs de la dîme des parasites, du tribut levé par la paresse de l'actionnaire sur le labeur du prolétaire... Jaurès,Ét. soc., 1901, p.191.
P. métaph.:
3. Mais partout je ne trouve, en l'absence du maître Que d'impuissants pasteurs qui règnent en son lieu Parasites sacrés du troupeau qu'ils font paître. Sully Prudh.,Justice, 1878, p.186.
Parasite de + déterm. + subst. (désignant la chose ou la pers. dont le parasite tire profit).Parasite du budget, du pouvoir. Je vis aux dépens de ma fille (...). Vieux fou! (...) voilà donc où aboutissent tes rêves de gloire! (...) à être le parasite de ton enfant! (Augier,M. Guérin, 1865, p.289).[Le prolétariat] n'est pas réduit à être le parasite aventureux et violent des révolutions bourgeoises (Jaurès,Ét. soc., 1901, p.xxxi).[Géraud:] Oui, j'hésitais [à augmenter son chauffeur]. Non pas pour la question d'argent qui ne compte plus maintenant, mais par répugnance devant ces salaires disproportionnés au travail (...). Ces gaillards-là sont des parasites avisés de la frivolité des gens riches (Bourget,Drame, 1921, p.89).
Empl. adj. Qui vit en parasite; de parasite. Attitude, mentalité parasite. On ne se rend pas très bien compte de ce que vaut un moraliste, à quoi il sert depuis le temps que cette secte parasite s'est présentée dans le monde (Gobineau,Nouv. asiat., 1876, p.5):
4. Le bel avantage, vraiment, que celui d'avoir une foule inquiète de postulants pour des places déjà prises: écrivains sans éditeurs, avocats sans clients, médecins sans malades, ingénieurs sans emploi, artistes sans commandes, population improductive, presque parasite, que les atteintes de la misère ne guérissent pas toujours des inspirations de l'orgueil! Reybaud,J. Paturot, 1842, p.45.
[P. méton. du subst.] Considéré comme un homme à l'aise, du Bousquier menait la vie parasite du chevalier (Balzac,Vieille fille, 1836, p.280).Le même cachot qu'avait occupé Jouellanos sous le règne parasite du prince de la Paix, reçut bientôt après une autre illustration scientifique et politique (Sand,Hiver à Majorque, 1842, p.66).
Qui coûte plus qu'il ne rapporte, qui exploite, tire profit sans rien rapporter, qui se pratique au détriment de la société. Commerce, industrie parasite. Le ménage combiné, qui n'occupe que six femmes et six feux là où nous employons trois cents femmes et trois cents feux, réduira prodigieusement la consommation de bois et le travail parasite des ménagères (Fourier,Nouv. monde industr., 1830, p.19).
Rem. On relève un empl. fém.: Merci, dit-elle en l'embrassant (...). Ici [chez la baronne] du moins (...) je gagne mon pain (...) chez toi, je serai tout à fait une parasite! (Feuillet, Honn. d'artiste, 1890, 63-64).
B. − BIOL. ANIMALE ET VÉGÉT. Organisme animal ou végétal qui, pendant une partie ou la totalité de son existence, se nourrit de substances produites par un autre être vivant sur lequel ou dans les tissus duquel il vit, lui causant un dommage.
1. BIOL. ANIMALE. Parasite animal; parasites des animaux; parasites spécifiques du chien; infesté de parasites; parasites de la vigne; maladies engendrées par les parasites; la vie des parasites; étudier les parasites. Les parasites de l'homme appartiennent à des espèces très différentes: protozoaires, vers, arthropodes ou champignons microscopiques. Leur pénétration dans l'organisme se fait par ingestion ou à travers la peau, de façon active ou passive (Lar. Méd.t.31972).
Empl. adj. Qui vit en parasite. Ver(s) parasite(s); poissons, bactéries parasites. Les différents stades du cycle évolutif d'un organisme parasite (adulte, oeuf, larve) peuvent évoluer à l'intérieur d'un seul hôte ou, au contraire, nécessiter la présence d'hôtes différents (Lar. Méd.t.31972):
5. Il serait ridicule de dire qu'un animal a été organisé pour servir de pâture à l'insecte parasite, tandis qu'on ne peut douter que l'organisation de l'insecte parasite n'ait été accommodée à la nature des tissus et des humeurs de l'animal aux dépens duquel il vit. Cournot,Fond. connaiss., 1851, p.96.
P. métaph. Je crois que le mensonge est un parasite, le menteur un parasité, qui se gratte où cela le démange (Bernanos,Enfants humil., 1948, p.120):
6. ... à de certaines époques climatériques, les sauterelles envahissent l'Égypte et les virgules envahissent la ponctuation. L'imprimerie belge est particulièrement atteinte de ce fléau. Sous cet excès de virgules, l'incise factice devient le parasite de la phrase, et toute largeur de vers et toute ampleur de style disparaît. Hugo,Corresp., 1859, p.310.
2. BIOL. VÉGÉT. Parasite végétal. Avant de commencer la coupe d'un taillis, on nettoie le terrain au croissant. Mille parasites l'encombrent, ronces (...), genêts et houx, brins de toute essence, inutilisables pour quoi que ce soit (Pesquidoux,Livre raison, 1925, p.4).
Empl. adj. Végétaux, plantes parasites; herbe, ronce parasite. Robert Meyer, chargé d'arracher les mousses et les champignons parasites sur les troncs d'une vingtaine d'arbres fruitiers (Ambrière,Gdes vac., 1946, p.189).
P. métaph. Les fréquens passages dogmatiques qui s'y rencontrent [chez Dante] ne sont guère que la végétation parasite d'un esprit trop fécond, et comme la mauvaise herbe de la science contemporaine qui jetait partout ses racines (Ozanam,Philos. Dante,1838,p.ii)
Rem. On relève un empl. fém.: [Les taupes] débouchent dans une clairière, où la cuscute rongeuse, parasite méchante, choléra des bonnes luzernes, étend sa barbe de filaments roux (Renard, Poil carotte, 1894, p.52).
3. P. anal.
a) MÉD. [En parlant des tumeurs qui se développent chez un être vivant] Une excroissance parasite (Littré).
b) MINÉRALOGIE
α) Pierre(s) parasite(s). Pierre(s) qui se forme(nt) aux dépens des autres. (Dict.xixeet xxes.).
β) Variété de boracite. (Ds Lar. 20e, Lar. encyclop.).
c) TÉRATOL. ,,Monstre constitué de façon rudimentaire par un amas de tissus, organes, éléments isolés, insérés directement (sans cordon ombilical) sur l'utérus de la mère`` (Méd. Biol. t.3 1972). Les parasites constituent le troisième ordre des monstres unitaires dans la classification d'I. Geoffroy Saint-Hilaire (Méd. Biol.t.31972).
En partic. ,,Celui des deux éléments d'un monstre double parasitaire qui est le moins développé et qui dépend, pour son développement et son existence, de l'autre élément`` (Méd. Biol. t.3 1972).
C. − Au plur., autres domaines techn.
1. TÉLÉCOMM. Signaux imprévisibles se superposant à un message et le perturbant. Parasites d'antenne; parasites d'origine naturelle, tellurique, cosmique; causer, provoquer des parasites; éliminer les parasites. Koryek, dit le Hutin, terreur de la radio, emberlificoteur des ondes, qui les tresse comme des queues de chevaux, y sème à poignées la friture et les parasites (Arnoux,Paris, 1939, p.132).Les bruits d'origine radioélectrique, à qui on réserve généralement le nom de parasites: ils sont dus à la production d'oscillations radioélectriques causées, soit par un phénomène météorique (parasite atmosphérique), soit par un montage technique (parasite industriel) (Matras,Radiodiff. et télév., 1958, p.32).
P. métaph. Je connais maintes âmes très charitables qui cessent de l'être à distance. (...) elles oseraient dire: que voulez-vous?... C'est trop loin (...). On entend le S.O.S. lancé de la maison voisine; mais, passé le premier carrefour, l'appel court risque de ne plus nous parvenir; et des parasites trop nombreux s'interposent (Gide,Ainsi soit-il, 1951, p.1235).
En compos. Dans une zone perturbée, l'amplificateur doit être relié à une excellente prise de terre et les câbles de liaison (...) placés sous gaîne métallique à la terre. Même dans ces conditions, des signaux parasites peuvent encore être transmis par le secteur; leurs effets peuvent être très atténués par le branchement d'un filtre anti-parasites (Pir.1964).
Empl. adj. Signaux (radio-électriques) parasites. Les signaux radio-électriques parasites proviennent tantôt de sources locales (...) soit de l'ensemble du canal hertzien lui-même (Commun.1971).
2. P. anal., dans le domaine des commun. soc.On distinguera, par exemple, les parasites, perturbations extrinsèques (...) du bruit de fond qui provient des perturbations inhérentes à l'utilisation même du circuit de communication (Commun.1971).
Empl. adj. Signaux parasites. Le terme de «parasite», avec ses connotations défavorables, a été introduit dans les communications sociales. Ainsi parlera-t-on de signaux parasites dans les communications établies entre deux personnes réunies dans une salle (Commun.1971).
ACOUST. [En parlant de bruits gênants] Résonances parasites. Vidame insistait volontiers sur l'insonorité. «L'essentiel, disait-il, est de supprimer les bruits parasites (...)» (Duhamel,Suzanne, 1941, p.60).
PHYS. [En parlant de rayonnement] En 1910, Gockel emporta un électroscope en ballon jusqu'à une altitude de 4000 m, sans observer de diminution de l'intensité du rayonnement parasite (Hist. gén. sc.t.3, vol. 2, 1964, p.372).
II. − Adj., au fig.
A. − Gênant, perturbateur ou nuisible. Incidents parasites; vertu(s) factice(s) et parasite(s); activité parasite; sentiments parasites d'infériorité. Il se forme (...) au sein même du moi fondamental, un moi parasite qui empiétera continuellement sur l'autre. Beaucoup vivent ainsi, et meurent sans avoir connu la vraie liberté (Bergson,Essai donn. imm., 1889, p.132).Indépendamment de l'effort qui consiste à ruiner cette tendance parasite et «française» qui voudrait qu'à son tour le surréalisme finisse par des chansons (Breton,Manif. surréal., 2emanif., 1930, p.166):
7. La représentation préalable du geste joue un rôle très épisodique dans cette régulation du mouvement, souvent même elle a sur l'exécution correcte une action parasite et perturbatrice... Ricoeur,Philos. volonté, 1949, p.232.
En partic. [Au plan de l'orth. des mots, de leur prononc., en parlant notamment d'une lettre, d'une syll., de tout élément superflu ou étranger] Qui gêne la lecture, la compréhension. Il prononçait «au mouain», et le mot revenait dans toutes ses phrases avec quelques autres vocables parasites «hé, qué, té, zou, vé, vaï, allons...» (A. Daudet,Tartarin Alpes, 1885, p.13).Premier remède (...) rejeter tous les principes de l'orthographe étymologique et (...) soulager les mots empruntés au grec de leurs vaines lettres parasites. Un mot étranger ne peut devenir entièrement français que si rien ne rappelle plus son origine (Gourmont,Esthét. lang. fr., 1899, p.60).Une de ses formes ancienne [de l'argot] et la plus connue, le javanais, perd son temps à interposer, entre chaque syllabe, la syllabe parasite av (Colette,Jumelle, 1938, p.22).
LING. Son parasite. Élément phonique non étymologique qui apparaît à l'intérieur d'un mot pour raison d'euphonie ou de difficulté articulatoire. Synon. adventice, épenthétique.Dans la prononciation populaire [bifətεk] pour [biftεk] le [ ə ] est un son parasite (Ling.1972).
B. − Encombrant, superflu. Détails, développements, ornements parasites; arabesques, expressions, notes, scènes parasites; accords parasites; pensée parasite; notions parasites. L'empereur s'est amusé à rayer au crayon les phrases parasites qu'il condamnait dans Vertot: il est sûr qu'avec ses suppressions, l'ouvrage présenterait, en effet, bien autrement de force, d'énergie et de chaleur (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.317).Ainsi, tiraillé entre les instincts de sa race et ceux de son génie, alourdi par le fardeau d'un passé parasite qui s'incrustait à lui et dont il ne parvenait pas à se défaire, il avançait en trébuchant (Rolland,J.-Chr., Révolte, 1907, p.397).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre, rare. Le paysan traditionnel chez nous, comme le cultivateur hindou, cambodgien ou chinois, sont des personnages scrupuleux, fervents observateurs de pratiques telles que l'essentiel ne s'y distingue plus du parasite (Vidal de La Bl.,Princ. géogr. hum., 1921, p.204).
REM.
Parasiticide, adj. et subst.,hyg. et pharm. (Substance) qui détruit les parasites. Médicament, pouvoir parasiticide; agents, moyens parasiticides; lotions, pommades parasiticides; avoir une action parasiticide; les vermifuges sont des parasiticides. Le traitement médical parasiticide reste encore à découvrir (Brumpt,Parasitol., 1910, p.448).La qualité majeure demandée à un parasiticide est d'avoir une toxicité maximale pour le parasite et minimale pour l'hôte (Lar. encyclop.1963, p.160).
Prononc. et Orth.: [paʀazit]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.A. 1. Ca 1500 subst. «commensal attaché à la table d'un riche, et qui devait le divertir» (Thérence en français, fo100 vo, Verard ds Gdf. Compl.); 2. 1680 «celui qui fait métier de manger à la table d'autrui» (Rich.); 3. 1817 adj. «qui vit dans l'oisiveté, aux dépens de la société» (H. de Saint-Simon, L'Industrie ..., OEuvres, II, 130 ds Dub. Pol.: il circule dans son sein [de la société] une foule d'hommes parasites). B. Sc. nat.1. bot.a) 1721 plante parasite (Trév., s.v. guy); 1764 subst. (Bonnet, Contemplation de la nature, p.84); b) 1771 fausses parasites (i.e. mousses, lichens, agarics, etc.) (Trév., citant Guettard); 2. zool. a) 1742 subst. conchyliol. (Dezallier d'Argenville, Hist. nat. Conchyliol., p.232); 1765 adj. coquillages parasites (Encyclop.); b) 1798 insectes parasites (ricins, poux) (Cuvier, Hist. nat. des animaux, pp.472 et 622); 1804 subst. (Duméril, Hist. nat., p.117); c) 1845-46 lestride parasite «oiseau qui poursuit les mouettes pour les obliger à lâcher leur proie» (Besch.); 3. 1749 minér. pierres parasites (Buffon, Hist. nat., t.1, p.277: pierres parasites qui se forment aux dépens des autres); C. 1. 1723 «superflu, gênant» (J.B. Rousseau Ép. I, 1 Aux Muses, 218 ds OEuvres, Londres 1723, t.1, p.318: Bannis enfin tous ces mots parasites); 1798 (Ac.: un style plein d'ornemens parasites); 2. 1907 signaux parasites «perturbations électromagnétiques» (Nouv. Lar. ill. Suppl.); 1924 subst. (Coustet, T.S.F., p.113); 3. 1933 ling. (Mar. Lex.). Empr. au lat. parasitus «invité, convive; en mauvaise part: parasite, écornifleur, pique-assiette», lui-même empr. au gr. π α ρ α ́ σ ι τ ο ς «qui mange auprès de, avec; commensal: citoyen nourri au Prytanée, aux frais de l'État; prêtre adjoint aux prêtres ordinaires dans certains sacrifices et qui prenait part au repas; parasite payant son repas de flatteries et de bouffonneries», comp. de π α ρ α- (cf. élém. para-1*) et d'un élém. -σ ι τ ο ς «qui se nourrit» (cf. Chantraine, s.v. σ ι ̃ τ ο ς et Cottez, s.v. -site). Fréq. abs. littér.: 389. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 363, b) 674; xxes.: a) 473, b) 697.
DÉR.
Parasitose, subst. fém.a) Méd. Maladie et manifestations pathologiques dues à la présence de parasites dans l'organisme. Parasitose du foie, de l'intestin; parasitoses cutanées. Un cas fréquent (...) est la colite qui s'installe après une parasitose intestinale (Quillet Méd.1965, p.164).b) Psychol. pathol. Parasitose hallucinatoire. Perception hallucinatoire de grouillements d'insectes, de piqûres à la surface de la peau. Parasitose hallucinatoire, (...) se rencontre au cours des intoxications par l'alcool ou par la cocaïne (Lar. encyclop. Suppl.1968). [paʀazito:z] 1resattest. a) 1932 méd. (Lar. 20e), b) 1968 psychol. parasitose hallucinatoire (Lar. encyclop. Suppl.); de parasite, suff. -ose*.
BBG.Gohin 1903, p.233. _Vardar Soc. pol. 1973 [1970] p.280.

Wiktionnaire

Adjectif

parasite \pa.ʁa.zit\

  1. Qui vit aux dépens d’un autre organisme.
    • Il faut avoir soin de les élaguer convenablement et de détruire le gui parasite qui les envahit fréquemment. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 136)
    • Des intermédiaires parasites, des commerçants occasionnels, des spéculateurs sans vergogne, étrangers à toute production et à tout travail, ne s’emmillionnent-ils pas chaque jour sous nos yeux […] ? — (Alexandre Zévaès, Histoire de la Troisième République 1870 à 1926, Éditions Georges-Anquetil, 1926, p.594)
  2. (Figuré) Superflu, gênant.
    • Mots, expressions, ornements parasites.
    • Un style plein d’ornements parasites.
  3. (Physique) Perturbant en parlant de la réception des signaux électriques ou électroniques et des sons.
    • Bruits parasites.

Nom commun

parasite \pa.ʁa.zit\ masculin et féminin identiques

  1. (Antiquité) Pique-assiette qui faisait métier de s’asseoir à la table d’un riche et de le divertir pendant le repas.
    • Les poètes latins ont souvent mis en scène des parasites.
  2. Être qui se nourrit, vit aux dépens d’autrui.
    • Parmi les parasites lianoïdes, la cuscute est une des plus célèbres.— (Ferdinand de Fenis de Lacombe, Les ruses de la forêt, Hanoi, 1925, p.20)
    • En ce début de nouveau millénaire, en cette ère née le jour de la prise de possession de la civilisation par les machines […] nous pénétrons dans une civilisation qui, de plus en plus, glisse vers la mesure de ces mêmes machines, une civilisation qui se construit et s’étend à leur taille, une civilisation pour laquelle l’humain n’est ni un ennemi ni un parasite ni un étranger, mais simplement un fantôme, de moins en moins visible, de moins en moins présent. — (Ollivier Dyens, La Condition inhumaine. Essai sur l’effroi technologique, Flammarion, 2008, page 23)
    • Ce n’est qu’un vulgaire parasite.
  3. (Médecine) Métazoaire ou protozoaire parasitant l’organisme d’un homme ou d’un animal appelé hôte et entraînant une parasitose.
    • Un parasite est, en principe, un organisme vivant à l’intérieur ou à la surface d’un autre organisme, aux dépens de celui-ci mais souvent sans le tuer. Beaucoup de micro-organismes pourraient répondre à cette définition. Toutefois, dans la pratique, seuls les arthropodes, les helminthes, les champignons et les protozoaires (les micro-organismes les plus complexes) sont considérés comme des parasites (soit endo- soit ecto-parasites). — (Archie Hunter, Gerrit Uilenberg, Christian Meyer, et al., Santé animale, vol 1. Généralités, Coll. Agricultures tropicales en poche, Cirad/CTA/Karthala/MacMillan, 2006, page 25)
    • Les Aras, les Calopsittes, les Perruches Alexandre, les Bourkes, les Columbiformes abritent parfois des quantités énormes de ces parasites. — (Philippe de Wailly, Les Maladies des oiseaux de cage et de volière, J.-B. Baillière, Paris, 1972, p. 90)
    • Les vers intestinaux sont des parasites.
  4. (Électricité) Perturbation, trouble du courant électrique tel que celui-ci a été produit.
    • S’il s’agit d’une erreur temporaire, comme un parasite sur le bus, la station émettrice retransmettra aussitôt la trame, et tout rentrera dans l’ordre.
  5. (Physique) Interférence du signal radio, friture.

Forme de verbe

parasite \pa.ʁa.zit\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe parasiter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe parasiter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe parasiter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe parasiter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent du verbe parasiter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PARASITE. n. m.
T. d'Antiquité. Il se disait de Celui qui faisait métier de s'asseoir à la table d'un riche et de le divertir pendant le repas. Les poètes latins ont souvent mis en scène des parasites. Il désigne simplement aujourd'hui Celui qui cherche à se nourrir, à vivre aux dépens d'autrui. Cet homme n'est qu'un vulgaire parasite. Être entouré de parasites. Faire métier de parasite. Adjectivement, Plantes parasites, Celles qui se développent sur d'autres plantes, en se nourrissant de leur substance. Insectes parasites, Certains insectes qui vivent sur d'autres animaux aux dépens de leur substance. Substantivement, Les vers intestinaux sont des parasites. Fig., Mots, expressions, ornements parasites, Mots, expressions, ornements superflus, ou qui reviennent trop souvent dans un même ouvrage. Un style plein d'ornements parasites. En termes de Physique, Bruits parasites, Perturbations qui troublent la réception des signaux et des sons dans la télégraphie sans fil.

Littré (1872-1877)

PARASITE (pa-ra-zi-t') s. m.
  • 1Chez les anciens, sorte d'écornifleur qui faisait métier de manger à la table de quelque riche, en l'amusant par des flatteries et par des plaisanteries. Le parasite, sans s'enquérir de ce qu'il n'a que faire [les questions philosophiques] ni se mêler du gouvernement du monde, et croyant que tout va bien et qu'il ne saurait mieux aller, boit, mange et se réjouit, goûtant en repos les délices de la vie, sans être seulement travaillé de mauvais songes ; car, comme il n'a point d'inquiétude le jour, il n'en peut avoir la nuit, Perrot D'Ablancourt, Lucien, le Parasite. Il n'y a point de parasite qui se fasse philosophe, au lieu qu'une infinité de philosophes deviennent tous les jours parasites, Perrot D'Ablancourt, ib. Près de lui [en enfer] sont les parasites Rongés lentement par les mites, Scarron, Virg. VI. Nomme-t-on pas aussi mouches les parasites ? La Fontaine, Fabl. IV, 3.

    Nom officiel des hommes qui, dans certaines républiques de la Grèce, étaient admis à partager les victimes avec les prêtres et à s'asseoir à la table des magistrats.

  • 2Aujourd'hui, celui qui fait métier d'aller manger à la table d'autrui. Ces parasites s'empressaient de manger et de parler ; ils louaient deux sortes de personnes, les morts et eux-mêmes, et jamais leurs contemporains, excepté le maître de la maison, Voltaire, Babouc. Ce goût pour la médisance était dans lui [Boileau] du moins en ce temps-là, si dominant et si injuste que dans la même satire il traite de parasite un honnête homme qui souffrait la pauvreté avec courage, et qui la rendait respectable en n'allant jamais manger chez personne ; il s'appelait Pelletier, Voltaire, Mél. litt. Mém. sur la satire, Despréaux. Le parasite d'un courtisan vous enlèvera l'emploi auquel vous êtes propre, Voltaire, Mél. litt. à M. Lefèvre.
  • 3 Fig. Parasite de l'air, parasite ailé, la mouche. Tous les moucherons du voisinage, les mouches des lieux voisins, celles qu'avaient apportées de Naples les chevaux de la troupe du roi, celles qu'apportaient de plus loin ceux de la troupe de Mathilde, enfin tous ces insectes ailés qu'on peut appeler les parasites de l'air incommodaient beaucoup les visages, Scarron, Nouvelles, Plus d'effets que de paroles. Ce parasite ailé Que nous avons mouche appelé, La Fontaine, Fabl. XII, 11.
  • 4 Adj. Plantes parasites, celles qui naissent et croissent sur d'autres corps organisés, vivants ou morts. De vieux arbres chargés de plantes parasites, Buffon, Morc. chois. p. 18. Il est bien d'autres insectes sur lesquels végètent des plantes parasites, soit pendant qu'ils vivent encore, soit après leur mort, Bonnet, Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 368, dans POUGENS.

    Substantivement. Au nombre de ces parasites souterraines sont l'orobanche, la clandestine, la petite truffe du safran, Bonnet, ib. t. VIII, p. 366, dans POUGENS.

    Vraies parasites, les plantes qui vivent aux dépens des sucs élaborés par d'autres végétaux. Fausses parasites, celles qui ne tirent rien des plantes à l'intérieur ou à l'extérieur desquelles elles se développent et qui leur servent seulement de support, telles sont les mousses sur les arbres.

    Se dit de plantes qui croissent dans les terres cultivées et qui nuisent aux objets de culture, comme le chiendent, la nielle, le coquelicot. Sous sa main [de l'homme], la nature ne produit plus qu'utilement ; la face de la terre se dépeuple d'herbes parasites, Bailly, Atlantide, Lett. 14.

    Il se dit aussi, par extension, des productions qui se font dans un corps vivant et qui se développent aux dépens de sa substance. Une excroissance parasite.

    Fig. Nous érigerons en banque nationale privilégiée une caisse d'escompte, que quatre arrêts de surséance ont irrévocablement flétrie, nous garantirons ses engagements, nous laisserons étendre sur le royaume entier ses racines parasites et voraces ! Mirabeau, Coll. t. II, p. 479.

  • 5Insecte parasite, insecte qui vit sur un autre animal et aux dépens de sa substance.

    S. m. pl. Les parasites. Les entozoaires sont des parasites.

  • 6Se dit d'un oiseau qui poursuit les mouettes pour les obliger à lâcher leur proie.
  • 7Fig. Terme de littérature. Surabondant, superflu (acception considérée comme un néologisme dans le XVIIIE siècle). Fuis les longueurs, évite les redites, Bannis enfin tous ces mots parasites Qui, malgré vous, dans le style glissés, Rentrent toujours, quoique toujours chassés, Rousseau J.-B. Épît. I, 1. Des fadaises parasites, Le P. Courbeville, dans DESFONTAINES. Il [Boileau] nous apprit… à éviter les tournures lâches, ou prosaïques, ou recherchées, les expressions parasites et les chevilles, La Harpe, Cours de littérat. t. IX, p. 8, dans POUGENS.

SYNONYME

PARASITE, ÉCORNIFLEUR. Gens qu'on appelle trivialement piqueurs d'assiettes, chercheurs de franches lippées, parce qu'ils font métier d'aller manger à la table d'autrui. Le parasite paie en empressements, en complaisances, en bassesses, sa commensalité. L'écornifleur mange ; voilà tout. Il y a des parasites que l'on est bien aise de conserver ; il n'y a pas un écornifleur dont on ne tâche de se défaire, ROUBAUD.

HISTORIQUE

XVIe s. Ce sont [les créanciers qui espèrent leur payement] mes candidats, mes parasites, mes salueurs, mes diseurs de bon jour, mes orateurs perpetuels, Rabelais, Pant. III, 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PARASITE, s. m. (Gramm.) nous donnons ce nom à ceux qui s’insinuent dans les bonnes maisons pour y trouver une table bien servie.

Parasite, (Antiq. grec. & rom.) ce nom est odieux depuis long-tems ; mais il étoit autrefois très honorable : il a eu le même sort que celui de sophiste, & le mauvais usage que l’on en a fait les a également décrédités. Ceux que les Athéniens appelloient παράσιτος, les Romains les nommoient epulones, par rapport à leurs fonctions qui étoient égales.

Le sentiment intérieur que tous les hommes ont eu d’une divinité à laquelle ils étoient redevables des productions de la terre, introduisit l’offrande des premiers fruits que l’on recueilloit pour marquer leur reconnoissance ; pour recevoir ces offrandes dans les temples, il fallut préposer des personnes qui auroient soin de les conserver, de les distribuer au peuple, & de s’en servir pour les festins consacrés à certaines divinités.

Les Grecs nommoient ces prémices ἱερὸς σῖτος, une sainte pâture, parce qu’elles consistoient principalement en blé & en orge ; & celui qui étoit préposé à le recevoir, fut appellé παράσιτος, parasite, de παρὰ, au-tour, & de σῖτος, blé, celui qui a soin du blé, le ministre préposé à recueillir celui qu’on destinoit au culte sacré : ces parasites étoient honorés, & avoient part aux viandes des sacrifices.

Athénée, l. VI. & après lui Samuel Petit, in leges atticas, ont remarqué que presque tous les dieux avoient leurs parasites, lesquels faisoient aussi certains sacrifices avec les femmes qui n’avoient eu qu’un mari. Enfin le lieu où l’on enfermoit les grains offerts aux dieux, étoit appellé παρασίτιοι.

Les Romains suivirent l’usage des Grecs de recueillir les premiers fruits, & de les porter dans les temples, pour être employés, comme ils l’étoient à Athenes, aux festins des dieux & à la subsistance du peuple. La loi 18. du titre de annuis legatis, nous en fournit un exemple. Un testateur prescrit que celui qui seroit son héritier donnât, après son décès, au prêtre, ou gardien du temple, & libertis, une certaine quantité de grains de ceux qui seroient dans ses greniers. M. Petit prétend qu’il faut entendre le mot libertis, des parasites, parce que dans le tems auquel vivoit ce jurisconsulte, les parasites des temples étoient déja méprisés.

On ne donnoit cet emploi qu’aux affranchis, ou à ceux qui étoient descendus d’un esclave affranchi ; mais il est difficile de découvrir quand & comment ces parasites, dont les fonctions entroient dans le culte du paganisme, commencerent à dégénerer & à tomber dans le décri où ils ont été depuis.

Quoi qu’il en soit, ils s’avilirent en se ménageant l’entrée des grandes maisons par des basses flatteries. Alors on nomma parasites les flatteurs & les complaisans, qui pour se procurer une subsistance agréable, y sacrifioient sans honte la délicatesse & la probité. Les Romains, en les recevant à leurs tables, usoient du droit de les ridiculiser, de les bafouer, & même de les battre. Aussi Gnathon faisant allusion au traitement ignominieux dont on les accabloit, dit dans l’Eunuque de Terence : ego infelix, neque ridiculas iste, neque plagas pati possum. (D. J.)

Parasites, ou Plantes parasites, en Botanique, ce sont des especes de plantes nuisibles qui croissent sur les arbres, ainsi appellées parce qu’elles vivent & se nourrissent aux dépens des autres. Voyez Plantes.

Telles sont les mousses qu’on croyoit anciennement n’être rien autre chose que l’effet de la décomposition du tissu de l’écorce ou une espece de rouille ou de petits filamens sortant de l’écorce. Mais il résulte de plusieurs observations des modernes, que les mousses sont des plantes réelles dont la graine est extrèmement menue, & enfermée dans de très-petites enveloppes, qui se crevant d’elles-mêmes, la graine est emportée au gré du vent, & retenue dans les inégalités des écorces des arbres, où elle prend racine & se nourrit à leurs dépens. Voyez Mousse.

M. Vaillant compte au moins 137 especes de ces mousses, toutes dans le voisinage de Paris, qui, avec les lichens & le guy, composent la famille des plantes parasites. Voyez Guy, &c.

Les plus pernicieux de ces parasites pour les arbres qui les portent, sont les lichens, qui paroissent sur l’écorce des arbres en forme de croûte mêlée de jaune & de blanc sale. Voyez Maladie des plantes.

M. de Ressons nous a donné un remede pour ces maladies dans les mémoires françois de l’académie royale. Il consiste à faire une incision au bois à-travers l’écorce, depuis les premieres branches jusqu’à la terre : l’écorce se rejoint en peu de tems, & est préservée pour toujours nette & exempte de mousses.

Cette ouverture rend le cours de la seve plus libre, & prévient la formation de ces inégalités si favorables à la formation des mousses. Cette incision, ajoute-t-il, se doit faire en Mars & jusqu’à la fin d’Avril, & sur le côté le plus exposé au soleil.

Parasite coquillage, (Conchyl.) on appelle coquillages parasites, certains coquillages qui sont crûs sur des autres, ce qui forme des grouppes. Ils sont différens de ceux qui sont adhérens à des coquillages de leur espece, ou à des corps étrangers dont il ne paroît point qu’ils puissent tirer aucune nourriture, comme font les premiers.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « parasite »

Παράσιτος, celui qui mange à côté d'un autre, de παρὰ, à côté, et σῖτος, aliment.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Issu du latin parasitus, du grec ancien παράσιτος, parasitos, composé de παρά → voir para- et σῖτος, sitos (« nourriture »), littéralement « qui prend la nourriture à côté de ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « parasite »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
parasite parazit

Citations contenant le mot « parasite »

  • Les fantômes existent. Ce sont les parasites de notre mémoire. Ils viennent tantôt du monde, tantôt du plus profond de notre être. Qui peut les conjurer ? De Andrée Maillet / Le lendemain n'est pas sans amour
  • Le Varroa destructor est un parasite présent dans toutes les ruches. Il se développe rapidement et peut décimer toute la colonie. Interview vidéo d'Alban Maisonnasse, chargé de mission à l'association de développement de l'apiculture provençale. Actu-Environnement, « Le parasite Varroa bloque de nombreux apiculteurs à passer en bio »
  • La schistosomiase, également connue sous le nom de fièvre des escargots ou bilharziose, est causée par des vers parasites qui se développent et se multiplient à l’intérieur des escargots d’eau douce et se transmet par contact avec de l’eau contaminée. L’infection, qui peut provoquer des lésions hépatiques et rénales à vie, touche plus de 200 millions de personnes chaque année. , Pollution agrochimique. «Les pesticides accélèrent la propagation de parasites mortels» | A l'encontre
  • Le parasite est un personnage à gratter. De José Artur
  • Tartre : parasite qui mange à tous les rateliers. De Guy-Guy Bouzoune / Quand les tilleuls mentent
  • A l’instar du pou, le coiffeur est un parasite du cheveu. De Pierre Desproges / Vivons heureux en attendant la mort
  • La monnaie n'est qu'un parasite dans le fonctionnement de l'économie de marché. Un parasite dangereux, à domestiquer, parce qu'on ne peut pas l'éliminer. De Jacques Attali / Les Trois Mondes
  • Ce qui ôte au vice un peu de sa dignité, c'est qu'il est toujours, par quelque endroit, le parasite de la vertu. De Jean Rostand / Inquiétudes d'un biologiste
  • L’orgueil, ce parasite, Fils du sot amour-propre et de la vanité, Conseille mal les gens dont il est écouté. De Georges Courteline / La Conversion d'Alceste
  • La critique est un parasite de la société qui n'a aucune influence ! Les critiques sont de vieux imbéciles, incapables de faire un autre métier alors que la majorité des artistes sur le retour pourraient très bien devenir critiques ! De Coluche / France-Soir - 1977
  • Seule la lecture de ses livres nous fait entrer dans l'intimité d'un écrivain et c'est là qu'il est au meilleur de lui-même et qu'il nous parle à voix basse sans que sa voix soit brouillée par le moindre parasite. De Patrick Modiano / Discours de réception de son prix Nobel de littérature
  • Le bonheur, comme la richesse, a ses parasites. De Rémy de Gourmont / Promenades philosophiques
  • La supériorité de la télévision sur la radio : vous n’entendez pas seulement les parasites, vous les voyez. De Anonyme
  • Il existe deux sortes d’avocats : ceux qui s’emploient à faciliter la vie des autres - et les parasites. De Robert Heinlein / Vendredi
  • Pour produire un livre, seuls l'auteur et le libraire sont nécessaires. Sans parasites intermédiaires. De George Bernard Shaw
  • Dans une société fondée sur le pouvoir de l'argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de "liberté", réelle et véritable. De Lénine

Traductions du mot « parasite »

Langue Traduction
Anglais parasite
Espagnol parásito
Italien parassita
Allemand parasit
Chinois 寄生虫
Arabe طفيلي
Portugais parasita
Russe паразит
Japonais 寄生虫
Basque bizkarroi
Corse parassita
Source : Google Translate API

Synonymes de « parasite »

Source : synonymes de parasite sur lebonsynonyme.fr
Partager