Façon : définition de façon


Façon : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FAÇON, subst. fém.

I.
A.− Action, art de façonner. Synon. façonnage, façonnement.Mmeen sait bien plus cette année-ci que l'autre sur les façons de robe et d'enfant, car elle est grosse (Balzac, Corresp.,1822, p. 134).Les prix [des fers à vitrages] comprennent le percement des trous de vitrage, et la façon des garde-verre à l'extrémité des fers inclinés pour former arrêts au verre (Robinot, Vérif., métré et prat. trav. bât.,t. 3, 1928, p. 28).
Locutions
1. De la façon de qqn. Façonné, fait par quelqu'un.
a) Vieilli. On avait annoncé l'année dernière, comme devant incessamment paraître, un petit poëme de la façon d'un cocher de fiacre (Jouy, Hermite,t. 1, 1811, p. 75):
1. Les sextans dont nous avons fait usage, sont de la façon de Ramsden, artiste anglais; les cercles à réflexion de l'invention de M. de Borda, ont été exécutés par Lenoir, ingénieur français (pour les instrumens de mathématique et d'astronomie). Voy. La Pérouse,t. 2, 1797, p. 2867, note a.
b) Usuel. De ma, ta... façon :
2. ... il paraît qu'il me faut un ex libris pour mon édition du Mercure (...). Or je ne sais pas dessiner. Cela t'embêterait-il beaucoup de porter à Vallette une petite manigance de ta façon et du format qu'il faut... Gide, Corresp.[avec Valéry], 1896, p. 278.
Expr. Jouer, faire à qqn un tour de sa façon. Lui jouer un mauvais tour. Je suis sûr, dit Godeschal, que ce blagueur-là nous a préparé quelque tour de sa façon pour ce soir (Balzac, Début vie,1842, p. 455).
2. Région. (spéc. Suisse romande). Faire façon de qqn. Imposer son autorité à quelqu'un. Ils [les enfants] ont la vie trop facile (...). Le mien, si on le lâche, c'est fini, on ne peut plus en faire façon (Fémina,9 févr. 1977, p. 54).
B.− En partic.
1. Vieilli. Opération concourant au façonnage d'une matière ou d'un objet. Les bois qui se fendent le mieux, comme le tremble, le sapin, sont les plus recherchés [pour cuire les poteries], parce que la façon du fendage est moins chère (Al. Brongniart, Arts céram.,t. 1, 1844, p. 214).Les prix fixés au chapitre des réparations comprennent les nettoyage, dégraissage, passage au feu, graissage ou autres façons préparatoires (Robinot, Vérif., métré et prat. trav. bât.,t. 3, 1928, p. 108).cf. agent ex. 43.
Loc. Mettre, donner les dernières façons à qqc. (cf. la dernière* main) :
3. ... il ne suffit pas que les matières aient reçu leurs dernières façons pour que je puisse m'en servir; il faut encore qu'elles soient près de moi. Destutt de Tr., Comment. sur Espr. des lois,1807, p. 325.
P. ext. [En parlant d'une pers.] Soin de beauté. Vers les midi, Valérie et Lisbeth causaient dans la magnifique chambre à coucher où cette dangereuse Parisienne donnait à sa toilette ces dernières façons qu'une femme tient à donner elle-même (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 234).Ses cheveux abondants et noirs venaient de recevoir les dernières façons des mains de la coiffeuse (Gautier, Fracasse,1863, p. 104).
2. Spéc., AGRIC. Façon (aratoire, culturale). Opération destinée à ameublir, nettoyer ou retourner le sol afin de permettre à une culture de naître, de croître et de mûrir dans de bonnes conditions (d'apr. Fén. 1970). En supposant un sol vierge, la première façon à entreprendre est le défrichement qui s'opère au moyen de charrues du type ordinaire (Ballu, Mach. agric.,1933, p. 46).Le sol du verger est maintenu exempt de toute végétation adventice au moyen de façon culturales répétées et obligatoirement superficielles (Boulay, Arboric. et prod. fruit.,1961, p. 92).
Donner une façon. Il revint donc (...) chez nous donner une façon à la vigne qu'il y avait créée, et qu'il aimait comme sa chose (Sand, Nouv. lettres voy.,1876, p. 348).
II.− P. méton.
A.−
1. Travail accompli par celui qui façonne un objet. Prix de façon. Il [Saccard] reprit avec un sourire : (...) je vois ici, à la seconde page : « Robe de bal : étoffe, 70 fr.; façon, 600 fr. » (Zola, Curée,1872, p. 461):
4. ... tu viendrais me dire : voilà un gilet à retourner, je te retourne ton gilet, tu me payes la façon, et tout est dit... Champfl., Bourgeois Molinch.,1855, p. 101.
Loc. À façon
Travailler à façon. Travailler pour le compte d'autrui sans fournir la matière première. L'atelier de réparation d'une compagnie de chemin de fer n'a pas de service de vente, puisqu'il travaille à façon (Wilbois, Comment fonct. entr.,1941, p. 15):
5. ... on peut dire que l'éditeur ne se contente plus de diffuser les œuvres, il les inspire. Les auteurs travaillent à façon, sur des sujets fournis, dans des délais fixés. Arts et litt.,1936, p. 8408.
Artisan, ouvrier à façon. Artisan, ouvrier qui travaille pour le compte d'autrui sans fournir la matière première. Sous le casque il ne restait plus grand'chose du maroquinier à façon; ni même du Parisien de trente, trente-cinq ans. Un soldat triste, d'un âge quelconque : l'âge militaire (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 129).
2. Manière dont une chose est faite; forme qu'on lui a donnée. Façon soignée; la coupe et la façon d'un vêtement. Colliers, bracelets et médaillons pour pendre au cou, de différentes formes et couleurs; (...) bagues de différentes façons (Voy. La Pérouse,t. 1, 1797, p. 244).Rien, à cette heure de renouvellement d'étoffes et de façons, qui soit très-saillant (Mallarmé, Dern. mode,1874, p. 794).Des lambeaux de brume traînaient, à quelques centaines de mètres, au-dessus des lames grises. La légère brise s'en amusait, les roulant en boule ou les étirant, leur donnant une façon bizarre (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 161):
6. ... l'Église a, seule, recueilli l'art, la forme perdue des siècles; elle a (...) préservé, même dans l'aluminium, dans les faux émaux, dans les verres colorés, la grâce des façons d'antan. Huysmans, À rebours,1884, p. 104.
En partic. Synon. de facture*.Souvent dans les débris des statues tronquées, quand elles sont de grande façon, un seul reste du torse ou du masque donne à juger de l'ensemble (Sainte-Beuve, Portr. contemp.,t. 3, 1846-69, p. 482).
P. anal., rare. [En parlant d'une pers.] Conformation. Je ne puis m'empêcher de regarder le petit homme. Je conviens qu'il est très-bien fait dans sa petite façon, et que beaucoup d'hommes grands n'ont pas le mollet aussi fourni et aussi bien placé que le sien (Kock, Cocu,1831, p. 20).
Spéc., MAR. Façons. ,,Formes rétrécies et pincées de l'avant ou de l'arrière de la carène. Elles permettent d'obtenir des lignes d'eau plus fuyantes`` (Barber. 1969). Les navires se terminent à l'arrière par des façons fines (Armengaud, Moteurs à vapeur,t. 2, 1861, p. 317).
Rem. Façon entre comme 2ecomposant dans la formation de mots tels que contrefaçon, mal(-)façon.
B.− Au fig.
1. Forme particulière que revêt quelque chose; manière particulière de faire une chose. Quand on savait une chose, il était indifférent qu'on l'eût apprise d'une façon ou d'une autre (France, Bonnard,1881, p. 407).Chaque système est la façon dont un esprit éminent a vu le monde, façon toujours profondément empreinte de l'individualité du penseur (Renan, Avenir sc.,1890, p. 60).Nous sommes attirés par qui nous flatte, de quelque façon que ce soit (Radiguet, Bal,1923, p. 89):
7. ... il parlait de cette façon correcte et grise qui sent son éducation religieuse, grand soin d'éviter toute expression familière, grand luxe d'imparfaits du subjonctif. Green, Journal,1929, p. 22.
Absol. Manière de s'y prendre. Le lendemain matin, l'action du philtre avait cessé. « Elle m'a bien eu, cette vieille seringue! Mais c'est égal, elle a la façon » (Montherl., Célibataires,1934, p. 872).Et alors, quelles sont tes méthodes?... Il rectifie, offensé par ce mot pion : − Il n'y a pas de méthodes, il y a la façon (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 174).
Loc. verb. vieilli. Faire façon de. Faire honneur à. Ils [le Marquis et Mallart] firent façon [au buffet de la gare du Mans] du fameux chapon rôti aux cèpes et n'en laissèrent que les os légers (La Varende, Dern. fête,1953, p. 312).
De façon, d'une façon + adj.S'exprimer de façon abstraite, regarder de façon bizarre; parler d'une façon incorrecte, répondre d'une façon évasive, rire d'une façon inquiétante. Encore une fois, l'argent lui manquait de façon cruelle (Gobineau, Nouv. asiat.,1876, p. 242).Il sourit d'une façon mélancolique et douce qui lui était particulière (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Testam., 1882, p. 662):
8. L'identité des machines entraîne celle de leurs maîtres. Concevoir d'une façon différente, sentir d'une manière distincte n'est plus que handicap en face de l'uniformité des instruments, risque de fausse manœuvre, de retard. Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 42.
De façon, d'une façon générale. D'un point de vue général. Comment tenir pour responsables de la mort de Jésus les Juifs de la diaspora et d'une façon générale, tous ceux qui ne se trouvaient pas à Jérusalem? (Green, Journal,1949, p. 256).
Façon de + inf.Façon d'agir, d'être, de vivre; façon de sentir, de voir; façon de dire (cf. dire1II A 2), de s'exprimer; la façon de donner.
α) Façon de faire (cf. faire1II A 3).Ces façons de faire lui ont été indiquées par l'herboriste (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 122).J'ai cherché l'annuaire des œuvres de ma sœur, en me disant que j'enverrais huit mille francs à l'œuvre sur la notice de laquelle j'ouvrirais le volume en l'ouvrant au hasard. (...) il a ajouté : « Je sais, ce n'est pas une façon de faire française. C'est plutôt américain » (Montherl., Célibataires,1934, p. 893).
β) C'est une façon de parler. Cela ne doit pas se prendre à la lettre (cf. Ac.). Dire sa façon de penser. Dire ce qu'on pense sans détours ni précautions oratoires. Voilà au moins un homme qui vous dit carrément sa façon de penser. Ça vous plaît ou ça ne vous plaît pas. Ce n'est pas comme l'autre qui n'est jamais ni figue ni raisin (Proust, Swann,1913, p. 265).
À la façon + adj. de caractérisation (le plus souvent ethnique). À la manière de, selon l'usage de (un peuple, un pays...). Les vendette à la façon corse (Taine, Voy. Ital.,t. 2, 1866, p. 98).Il était vêtu à la façon kurde (Gobineau, Nouv. asiat.,1876, p. 309).
À ma (ta, sa...) façon. D'une manière, selon des modalités qui me (te, lui...) sont propres. Ricarda penché sur la jeune femme lui faisait des passes sur le corps, il la soignait à sa façon (Abellio, Pacifiques,1946, p. 391).J'ai tout appris de toi sur les choses humaines et j'ai vu désormais le monde à ta façon (Aragon, Rom. inach.,1956, p. 237).
Loc. adv.
En quelque façon, de quelque façon, d'une certaine façon. D'un certain point de vue. Napoléon, à lui seul le génie, la force, le destin de sa propre puissance, vainqueur de ses voisins, en quelque façon monarque universel (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 115).Les trois évangiles de S. Matthieu, de S. Marc, et de S. Luc, appartiennent d'une certaine façon aux trois deutéroses du Mosaïsme (P. Leroux, Humanité,t. 2, 1840, p. 818):
9. ... s'il suffit que l'on prononce devant moi ces trois syllabes pour qu'aussitôt je m'oriente vers un certain ordre d'idées, c'est que de quelque façon toutes les explications possibles me sont présentes d'un seul coup. Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 425.
De toute(s) façon(s). Quoi qu'on fasse, quoi qu'il arrive. Un être qu'on aime, il est doux de compter avec lui; des instants qu'il vous fait perdre on se dit seulement : « Ce sont les détentes qui de toute façon étaient nécessaires » (Montherl., Démon bien,1937, p. 1348):
10. ... que nous importe que l'on pratique parce qu'on a la foi, ou par amour des cathédrales, ou pour donner l'exemple de l'ordre, ou pour rendre inutile le socialisme, si c'est pour aboutir de toutes façons à l'Église en tant qu'institution? Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 147.
En aucune façon. Absolument pas, en aucun cas. Elle n'est en aucune façon une crétine (Montherl., Celles qu'on prend,1950, I, 2, p. 783):
11. ... je crois que les horribles événements de l'Inde, ne sont en aucune façon un soulèvement contre l'oppression. C'est une révolte de la barbarie contre l'orgueil. Tocqueville, Corresp.[avec Reeve], 1858, p. 254.
De la belle façon, de la bonne façon (vieilli, fam.). Comme il faut, sévèrement. Je l'ai grondé de la belle, de la bonne façon (DG).Éventrez-le-moi de la belle façon (Dumas père, Reine Margot,1847, II, 4, p. 68).Ils nous avaient aperçus et ils nous huaient de la belle façon (Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p. 53):
12. Avec quelques coups de plat d'épée, j'ai fait justice de deux de ces drôles; Hérode et Scapin ont accommodé les deux autres de la bonne façon. Gautier, Fracasse,1863, p. 222.
En donner de la bonne façon à qqn. Le corriger sévèrement, le maltraiter. Si vous lui tombez sous la main, il vous en donnera de la bonne façon (Littré).
S'en donner de la bonne façon. ,,Bien manger, faire une grande dépense, mener grand train`` (Littré). Depuis qu'il a recueilli cet héritage, il s'en donne de la bonne façon (Ac.1835, 1878).
Loc. conj. ou prép. impliquant une relation abstraite
α) de comparaison
À la façon de + subst.
Avec valeur adj. À la manière de, à l'imitation de. C'est une épître à la façon de Boileau (Ac.).
Elliptiquement. Un maître-autel façon Moyen Âge, avec des colonnes torses et une gloire de la plus grande beauté (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 314).Bloc de bureau sur socle façon chêne ou acajou (Catal. jouets [Bon Marché], 1936).Puis sur son crâne assurant un panama façon Chicago s'en fut fort indifférent l'homme de Casalpusterlengo (Aragon, Rom. inach.,1956, p. 142):
13. Un homme d'une cinquantaine d'années portant culottes et leggins, le cheveu soigné, le teint frais, façon gentilhomme campagnard, entra dans la boutique. Aymé, Passe-mur.,1943, p. 109.
Avec valeur adv. Comme. Il se mit à genoux, et parut prier. Puis il se releva, salua à la façon des gladiateurs antiques (Ponson du Terr., Rocambole,t. 3, 1859, p. 478).Ces pensées passèrent en lui, à la façon d'une bourrasque, comme un tourbillon de sable et de détritus. Il en était aveuglé (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 173).
En façon de. En forme de. Des plaquettes de bois découpées en écailles rondes, ou en façon de tuiles (...) recouvrent les maisons (Gautier, Italia,1852, p. 2).Les pains de graisse, modelés en façon de femmes, abondaient dans cette foire (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 81).
De la même façon que + ind. Comme :
14. ... Juliette Boutonier (...) interprète la mélancolie romantique de la même façon que les dépressions anorexiques? J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 18.
β) de conséquence ou de but
De façon que, de façon à ce que, de telle façon que + subj. (introduit une conséquence voulue ou envisagée). De telle sorte que, de telle manière que. Mais tout était disposé de façon qu'aucune des habitantes du cloître ne pût voir un visage du dehors (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 597).Une (...) large allée suivait le bord de la falaise, mais de façon qu'un encadrement d'arbres montât entre le promeneur et la mer (Gide, Feuillets,1896, p. 101).Un escalier intérieur conduit aux chambres. Il doit former un coude et être disposé de telle façon que les apartés y soient possibles (Mauriac, Asmodée,1938, I, 1, p. 11):
15. J'espère que je vais manier l'encensoir comme une fronde à charbons ardents envers quelques uns de nos amis, et les traiter galamment sur le mode ionien, de façon à ce que la cicatrice ne s'efface pas trop vite. Villiers de L'I.-A., Corresp.,1888, p. 247.
De façon que + ind. (vieilli).La nuit vint, de façon que je fus contraint de me retirer (Ac.).
De façon à + inf.Afin de. Conduisez-vous de façon à vous faire aimer (Ac.1878-1932).Il se promit d'être prudent, de ne pas se lier davantage, de façon à avoir les mains libres, s'il lui fallait un jour aider un parti à étrangler la République (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 84).Elle s'arrangea de façon à le voir seul (Rolland, J.-Chr.,Antoinette, 1908, p. 866).
2.
a) Au sing., vieilli. Manière dont une personne se comporte. J'ai jugé à sa façon qu'il est homme de bonne compagnie (Ac.1835, 1878).Dans toute la paroisse il n'y avait pas femme plus vaillante qu'elle, ni plus capable. Accueillante, avec ça, et quelle belle façon elle avait pour les visiteurs! (Hémon, M. Chapdelaine,1916, p. 231).Elle portait un face-à-main et se donnait l'air de regarder les visiteurs à la loupe, ce qui, je veux le croire, était, chez elle, façon de maniaturiste (Duhamel, Terre promise,1934, p. 101).
En partic. [P. rapp. aux manières, aux usages, à la politesse] Éducation. Avoir bonne façon. Un homme, une femme de bonne façon (Ac.) :
16. L'amour nous fait la leçon : Partout ce dieu sans façon Prend la nappe pour serviette. Béranger, Chans.,t. 1, 1829, p. 177.
Être de bonne façon (vieilli). Être bien élevé. Il est simple et timide, et de bonne façon; Enfin c'est ce qu'on nomme un honnête garçon (Musset, À quoi rêvent j. filles,1832, I, 2, p. 345).
b) Au plur.
α) Manières propres au comportement d'une personne. Je te respecte beaucoup... Tu trouves peut-être que je ne te l'ai pas assez montré?... que j'ai été trop libre dans mes façons avec toi? (Romains, Hommes bonne vol.,1939, p. 137):
17. Toute condition sociale a son intérêt et il peut être aussi curieux pour l'artiste de montrer les façons d'une reine que les habitudes d'une couturière. Proust, Chron.,1922, p. 22.
SYNT. a) Façons bourrues, brusques, despotiques, gauches, hautaines, obséquieuses, polies, précieuses, réservées, timides; façons militaires, mondaines; bonnes, excellentes, mauvaises, vilaines façons. b) Façons de commis-voyageur, d'enfant gâté, de monsieur, de prince. c) Fraîcheur, rudesse des façons. d) Avoir de bonnes, de drôles de façons; faire preuve de bonnes, de mauvaises façons; prendre de (les) bonnes façons (de qqn).
Loc. De bonnes façons (à l'égard de qqn). Gestes d'amitié, services rendus. De bonnes façons entre confrères ne sont jamais perdues (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 199).
Vieilli :
18. ... il l'avait si bien accoutumée à toutes ses façons d'avarice, il les avait si visiblement tournées chez elle en habitudes, qu'il lui laissa sans crainte les clefs de la dépense, et l'institua la maîtresse au logis. Balzac, E. Grandet,1834, p. 221.
[Pour exprimer la désapprobation] D'abord, je vous défends d'entrer dans mon magasin, comme tout à l'heure. Qu'est-ce que c'est que ces façons? (France, Crainquebille,1905, 3etabl., 1).L'ange Heurtebise, d'une brutalité Incroyable, saute sur moi (...) Je m'en suis alité. En voilà Des façons (Cocteau, Poèmes,1916-23, p. 221).
β) Spéc. Manières, démonstrations cérémonieuses; chichis, minauderies. Petites, grandes façons (vieilli) :
19. [Le jeune homme à Consuelo :] − (...) Prenez le pain et le couteau, et taillez vous-même. Mais n'y mettez pas de façons, au moins! Sand, Consuelo,t. 2, 1842-43, p. 250.
Faire des façons. Ne faites point tant de façons (Ac.).L'évêque et la Perichole paraissent à la porte, et font des façons pour entrer (Mérimée, Théâtre C. Gazul,1825, p. 420).
Mettre des façons. Mettre des formes, user de précautions, de ménagements. Il [Hemerlingue] lui expliqua [à Jansoulet] avec une certaine fatuité pédante qu'en France les pots-de-vin jouaient un rôle aussi important qu'en Orient. Seulement on y mettait plus de façons que là-bas. On se servait de cache-pots (A. Daudet, Nabab,1877, p. 119):
20. Au fond, il était devenu aussi enragé qu'Anatole. Il n'y mettait pas plus de façons; il m'appelait « poulette » avec le même ton que l'autre avait quand il me disait « ma gosse ». C'est étonnant comme tous les hommes se ressemblent! Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 155.
Loc. Sans façon(s)
Avec valeur adj. Simple, direct. Mes manières sans façon et ma conversation tout de suite familière avec l'un et l'autre (...) parurent l'étonner un peu (Verlaine, Œuvres compl.,t. 4, Mes hôpitaux, 1886, p. 346):
21. ... elle eût aimé tourner la tête à Christophe; mais c'était pur instinct. Nul calcul, elle aimait encore mieux rire, causer gaiement, être bon camarade, bon garçon, sans gêne et sans façons. Rolland, J.-Chr., Révolte,1907, p. 467.
Avec valeur adv. D'une manière simple, en toute simplicité. Recevoir, traiter qqn sans façon. Je vous prie, vivons sans façon (Ac.).Avec une sorte de gaucherie charmante, il était venu me demander si je ne dînerais pas avec lui. J'avais accepté sans façons, m'attendant à un repas tout simple (Gide, Journal,1941, p. 95).Librement, au mépris des convenances, sans gêne. Il avait posé sans façon son chapeau sur un meuble et demeurait impassible devant la jeune femme qui le suppliait de s'éloigner (Theuriet, Mais. deux barbeaux,1879, p. 116).Partout on parlait de nous, sans façon et sans mesure (Jaurès, Alliances eur.,1914, p. 25):
22. ... Rodolphe aperçut en cet amour [d'Emma] d'autres jouissances à exploiter. Il jugea toute pudeur incommode. Il la traita sans façon. Il en fit quelque chose de souple et de corrompu. Flaub., MmeBovary,t. 2, 1857, p. 30.
Sans-façon, subst. inv.
Simplicité. Le Père Gourmanel officiait (...). L'absence des pompes usuelles accroissait le charme. On était ainsi plus dans l'intimité du ciel. Ce sans-façon élevait les âmes (Estaunié, Empreinte,1896, p. 7).
Sans gêne, manque de manières. Et avec le sans-façon de l'habitué d'estaminet, du reporter qui griffonne son fait divers en face d'une chope, le journaliste tira un portefeuille bourré de notes (...) qu'il éparpilla sur la table, en reculant son assiette (A. Daudet, Nabab,1877, p. 34):
23. ... il n'y a que des Parisiens pour agir avec ce sans-façon!... Une parente que nous ne connaissons ni d'Ève ni d'Adam, et avec laquelle en trente ans nous avons à peine échangé deux lettres! Theuriet, Mais. deux barbeaux,1879, p. 17.
γ) P. ext. Difficultés pour se décider, pour se déterminer à quelque chose. Après bien des façons, il consentit à ce qu'on lui demandait. Que signifient toutes ces façons? Que de façons! (Ac.).
Faire des façons. Il fit d'abord quelques façons, puis il céda (Ac.1878-1932).
[Au sing. dans certaines expr. ou loc.]
Sans plus de façon. Sans autre forme de procès. S'armant d'un couteau Rocambole allait tuer la cabaretière sans plus de façon, lorsqu'il se ravisa (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 539).
Loc. verb., vieilli. Faire façon de. Faire quelque difficulté (pour convenir de quelque chose), hésiter :
24. Il [Racine] ne faisait pas façon de dire qu'il n'était pas d'une grande naissance, en dépit des armes parlantes de sa famille où un « vilain rat » grimpait sur un chevron. Mauriac, Vie Racine,1928, p. 9.
C.− P. ext., vieilli (ou région.)
1. Aspect extérieur, apparence. Il n'est pas d'esprit à qui l'on puisse moins appliquer ce mot de « coquette » dont usait Napoléon; c'est l'esprit [M. Guizot] qui, en tout, s'arrête le moins à la forme, à la façon (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 1, 1861, p. 114):
25. Il essaya d'engager le propos, mais il la sentit sur ses gardes. Il pensa alors à son renom de sorcier et pinça le nez en ricanant. Elle, elle lui trouvait une façon bizarre. Pourrat, Gaspard,1930, p. 136.
Avoir bonne, mauvaise façon. Présenter bien, mal; faire bonne, mauvaise impression.
[En parlant d'une chose] :
26. Et brusquement j'entrai dans le brouillard. J'allais à sa rencontre, et, lui, à la mienne... Pas un méchant brouillard encore; il n'avait pas mauvaise façon; un joli brouillard, tout en argent, comme une fine mousseline. Ramuz, Nouvelles et morceaux,Lausanne, éd. Rencontre, t. 3, 1967, p. 24.
[En parlant d'un acte, d'une attitude, d'un comportement] Tâche voir de ne pas te faire attendre, cria Vallamand. Ça n'a pas bonne façon (E. Rod, L'Incendie, Vulliens (Vaud), 1974 [1906], p. 18).
[En parlant d'une pers.] François (...) s'en vint regarder comment dormait la malade [Madeleine], et il trouva qu'elle avait bien meilleure façon qu'à son arrivée (Sand, F. le Champi,1850, p. 140):
27. Ça a duré : saute, ne saute pas; il nous a tenus là plus d'une heure. À la fin, je lui ai crié : − Sautez et que ça soit fini (...) vous n'avez pas fini de faire l'arlequin là-haut? Ah, vous avez bonne façon sur votre toiture. Vous allez casser les tuiles avec vos gros souliers... Giono, Solit. pitié,1932, p. 133.
Avoir mauvais genre. Albertine, parlant d'une jeune fille qui avait mauvaise façon avait dit : « On ne peut même pas distinguer si elle est jolie, elle a un pied de rouge sur la figure » (Proust, Guermantes 2,1921, p. 355).
Rem. Cette loc. est partic. usitée en Suisse romande.
2. Espèce, genre, sorte. C'est un feuilleton parlé et déclamé, le pot-pourri de toutes les façons d'éloquence, de l'orateur de chaire et du comédien (Goncourt, Journal,1861, p. 869):
28. ... il est tant de façons de grandeur; il est tant de façons de beauté. Il est tant de façons de mériter d'intéresser les hommes. Gide, Feuillets,1896, p. 98.
De toute façon :
29. Tu as fait quelque chose qui me semble bien (...) difficile (...). C'était de gagner de l'argent à Rouen, de te faire bien voir des parents, des instituteurs, des sheiks de toute façon et de toute farine... Flaub., Corresp.,1855, p. 189.
Une façon de. Une espèce de, une sorte de.
[En parlant d'une chose concr.] Un de mes amis, libraire, fait une façon d'encyclopédie pour laquelle vous auriez pu traduire des articles allemands ou anglais (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 806).Vers les douze ans, si l'enfant a montré quelque disposition, surtout s'il a dans la famille quelque personne appartenant au clergé, on l'envoie dans une façon de collège préparatoire (Bourget, Ét. angl.,1888, p. 55):
30. ... il se mit à l'aimer, à aimer sa main, ses gants, ses yeux, (...) les robes qu'elle portait, mais surtout celle qu'elle avait le matin, une façon de sarrau rose à larges manches et sans ceinture... Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 56.
[En parlant d'une chose abstr.] Les relations de Pierrepont avec la femme du peintre affectaient de plus en plus (...) une façon d'intimité qui n'était pas entrée dans les prévisions de madame d'Aymeret (Feuillet, Honn. d'artiste,1890, p. 280).J'avais quinze ans et sentais beaucoup de compassion pour lui [le pope]; et à la classe, comme je répondais avec soin à ce qu'il me disait, il s'était formé une façon d'entente entre nous (Barrès, Enn. Lois,1893, p. 103).
[En parlant d'une pers.] À l'heure présente, les paysannes ne veulent plus épouser que des employés de bureaux, des gâcheurs de papier ou des façons d'artistes (Goncourt, Journal,1894, p. 636).Mes livres sont si loin de moi que je suis déjà pour eux une façon de postérité. Voici mon jugement tout net : je ne les relirai jamais (Renard, Journal,1906, p. 1089):
31. ... outre que je n'osais pas relever la tête, une façon de majordome, avec une espèce de règle, chaque fois que je commençais à parler d'Anthime, me donnait sur la nuque des manières de petits coups, qui m'inclinaient à neuf. Gide, Caves,1914, p. 814.
En façon de. En guise de. La chambre de cet homme Cérizet avait pour mobilier un tapis acheté vingt francs, un lit de pensionnaire (...) et une caisse de fer en façon de secrétaire (Balzac, Pts bourg.,1850, p. 133).Il [le potier] leur partageait [aux enfants] ainsi, en façon de joujoux, des figurines d'argile, faites en quelques coups de pouce, peintes et cuites à la grosse, mais d'une grâce délicieuse (Zola, Travail,t. 2, 1901, p. 273).
Par façon de. En guise de. Empruntons une image aux railways, ne fût-ce que par façon de remboursement des emprunts qu'ils nous font (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 20).Quand il fallut se retirer à Montalcino, Montluc donna son livre d'heures, par façon de souvenir, à quelqu'un de cette famille (Bourget, Cosmopolis,1893, p. 11).
Loc. verb. Faire façon de. Tenir lieu de :
32. La vache laitière était une rareté (...). Lorsqu'on en voyait une piquée quelque part sur un bien, isolée, dans l'enclos le plus dru, comme un animal privilégié, on savait qu'il y avait là château ou du moins maison cossue. Plus que le pigeonnier, elle faisait façon d'emblème. Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 244.
Prononc. et Orth. : [fasɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1121-34 « apparence, manière d'être extérieure (ici d'un animal) » (Ph. de Thaon, Bestiaire, 30 ds T.-L.); 2. 1260 « acte, action » males façons (E. Boileau, Livre des Métiers, éd. G. B. Depping, p. 140); 1578 « manière d'agir, comportement », ici « fantaisie, caprice » (H. Estienne, Dial. du lang. franç. ital., I, 175 ds Hug.); 3. 1276 « manière » (Fontevr., A. M. et Loire ds Gdf. Compl.); 1580 en façon que « de manière à ce que » (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, I, chap. VI, p. 46); 4. 1377 « action de donner une forme à quelque chose » (Recettes et dép. des blés, Ste Croix, I, 98, A. Vienne ds Gdf. Compl.). Du lat. class. factionem, acc. de factio « pouvoir, manière de faire »; au sens 4 déverbal de façonner*. Fréq. abs. littér. : 14 361. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 11 232, b) 21 211; xxes. : a) 22 589, b) 26 542. Bbg. Gall. 1955, p. 14, 69, 415. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 410. − Quem. DDL t. 2. − Renson (J.). Les Dénominations du visage en fr. et ds les autres lang. rom. Paris, 1962, 2 vol., 738 p.

Façon : définition du Wiktionnaire

Nom commun

façon \fa.sɔ̃\ féminin

  1. Action de faire ; usité en ce sens seulement avec la préposition de, dans le style familier, et signifiant « par le fait de quelqu’un, par son œuvre ».
    • Il doit lancer contre elle un trait de ma façon. — (François Tristan L’Hermite, La Mariane, II, 3)
    • Ce héros de ma façon sort un peu des règles de la tragédie […] — (Pierre Corneille, Examen de Nicomède)
    • Je disais, en voyant des vers de sa façon […] — (Molière, Le Misanthrope, I, 2)
    • Les uns ne voulaient point de Dieu ; les autres nous en donnaient un de leur façon […] — (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le jeudi après les Cendres sur la vérité de la religion, 3)
    • […] mais les œuvres de notre choix, nous nous y prêtons avec complaisance ; c’est un joug de notre façon, qui ne nous blesse jamais […] — (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le mercredi de la troisième semaine de Carême : Du véritable culte, 2)
    • Ce n’est pas là une imagination qui se joue, et qui substitue à la véritable idée des choses un fantôme de sa façon […] — (Jean-Baptiste Massillon, Oraison funèbre de messire de Villeroy, archevêque de Lyon, 1)
  2. Manière ; sorte.
    • Après la Coupe du monde de 2022, l’humanité entière fut gagnée par la fièvre du ballon rond et ce sport s’imposa comme la meilleure façon de régler les problèmes internationaux. — (Bernard Werber, « Du pain et des jeux », dans L'Arbre des possibles et autres histoires, Éditions Albin Michel, 2002)
    • […] au lieu que, revenant à examiner l’idée que j’avais d’un Être parfait, je trouvais que l’existence y était comprise en même façon qu’il est compris en celle d’un triangle que ses trois angles sont égaux à deux droits, ou […] — (René Descartes, Discours de la méthode, IV, 5)
    • […] et qu’ils sont tellement accoutumés à ne rien considérer qu’en l’imaginant, qui est une façon de penser particulière pour les choses matérielles, que tout ce qui n’est pas imaginable leur semble n’être pas intelligible. — (René Descartes, Discours de la méthode, IV, 6)
    • Et de quelle façon punissez-vous l’offense,
      si vous traitez ainsi les vœux de l’innocence ?
      — (Pierre Corneille, Horace, III, 1)
    • […] sans dessein de justifier la façon dont je l’ai fait parler [Chimène] français. — (Pierre Corneille, Le Cid, Avertissement)
    • La façon de donner vaut mieux que ce qu’on donne. — (Pierre Corneille, Le Menteur, I, 1)
    • Et, de quelque façon que l’on me considère. — (Pierre Corneille, Cinna, I, 2)
    • De la façon enfin qu’avec toi j’ai vécu. — (Pierre Corneille, Cinna, V, 1)
    • Et de quelle façon est-ce écouter des vœux
      Qu’obliger un amant à travailler contre eux ?
      — (Pierre Corneille, Pertharite II, 2)
    • Monsieur le mort, laissez-nous faire ; on vous en donnera de toutes les façons ; il ne s’agit que du salaire. — (Jean de la Fontaine, Fables, livre VII, 11 (Le Curé et le mort))
    • On obtient tout de moi quand on s’y prend de la bonne façon. — (Molière, Les Précieuses ridicules, 8)
    • […] Et qu’enfin tout le mal, quoique le monde glose,
      n’est que dans la façon de recevoir la chose […]
      — (Molière, L’École des femmes, IV, 8)
    • La vilaine façon de parler que voilà ! — (Molière, Le Mariage forcé, 16)
    • Hélas ! De la façon qu’il parle, serait-il bien possible qu’il ne dît pas vrai ? — (Molière, Le Malade imaginaire, I, 4)
    • Il semble, de la façon que vous parlez, que la vérité dépende de notre volonté. — (Blaise Pascal, Les Provinciales, 8 (Maximes corrompues des casuistes…), 28 mai 1656)
    • Ma santé est détestable, mais je suis heureux autant qu’un vieux malade peut l’être. Votre façon d’être heureux est d’une espèce toute différente. — (Voltaire, Correspondance, année 1767 : À M. de Chabanon, 20 novembre)
    • […] car, quand il s’agit de faire parler les passions, tous les hommes ont presque les mêmes idées ; mais la façon de les exprimer distingue l’homme d’esprit d’avec celui qui n’en a point […] — (Voltaire, Marianne, Préface)
    • Si c’était pour négocier la paix, il viendrait ici faire une bonne œuvre ; car nous en avons grand besoin, à la façon dont nous faisons la guerre. — (Jean le Rond D’Alembert, Correspondance de Frédéric [le Grand] avec d’Alembert, 30 juillet 1781)
    • Que tous ces impôts qu’on lève sur nous en tant de façons vont en leur poche [des courtisans] et non pas dans celle du roi. — (Paul-Louis Courier, Aux âmes dévotes de la paroisse de Véretz, 1821)
    • La façon de donner vaut mieux que ce qu’on donne : (Proverbial) On ajoute au prix de ce qu’on donne par l’amabilité avec laquelle on le donne.
    • C’était une façon de parler : Ce que je dis, ce qu’il dit ne doit pas être pris à la lettre, à la rigueur.
  3. Travail de l’artisan qui a fait quelque chose.
    • Il peut y ajouter [à une matière] des couleurs et de la façon par le dessus, mais non pas lui donner aucune bonté intérieure. — (Jean-Louis Guez de Balzac, De la cour, 2e discours)
    • Tout montre combien la façon de l’ouvrier surpasse la vile matière qu’il a mise en œuvre […] — (François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Démonstration de l’existence de Dieu, 1712, p. 29)
    • […] il finit en m’assurant qu’il en connaissait un [tailleur] qui avait des mœurs, qui se contentait de ses façons, sans escamoter le moindre morceau de drap, et qui me servirait bien. — (Alain René Lesage, Histoire de Guzman d’Alfarache, VI, 1)
    • Nos têtes seraient mal de la façon de l’Auteur de notre être : il nous les faut façonner au dehors par les sages-femmes, et au dedans par les philosophes. — (Jean-Jacques Rousseau, Émile, I)
    • Venu à sa dernière façon : Achevé.
    • Un livre parvenu à sa dernière façon. — (Desfontaines, Mémoires de Trévoux)
  4. Manière propre d’un écrivain, d’un artiste.
    • La seconde façon d’un auteur est la critique de la première […] — (Olivet, Histoire de l’Académie françoise, tome II, XIV (Olivier Patru))
    • On dit dans le même sens façon de faire.
    • Eh bien ! Un jeune-homme doit-il être le copiste de la façon de faire de ces Auteurs ? — (Pierre de Marivaux, Le Spectateur françois, VII)
  5. (Familier) Air, mine, maintien, port d’une personne.
    • Un homme, une femme de bonne façon.
    • Avoir bonne façon, mauvaise façon.
    • Monsieur un tel a fort bonne façon.
    • Certes, ou je me trompe, ou déjà la victoire, qui son plus grand honneur de tes palmes attend, est aux bords de Charente en son habit de gloire pour te rendre content ; que sa façon est brave et sa mine assurée ! — (François de Malherbe, II, 12)
    • Comme il continuoit cette vieille chanson,
      Voici venir quelqu’un d’assez pauvre façon.
      — (Mathurin Régnier, Satires, VIII (L’Importun, ou le Fâcheux))
    • Sa mine, ses façons, tout me le rend suspect. — (Hauteroche, Les Bourgeoises de qualité, IV, 9)
    • Bien fait et beau, d’agréable façon. — (Jean de la Fontaine, Aveux)
    • Étonné d’un tel discours, selon lequel tous les péchés de surprise, et ceux qu’on fait dans un entier oubli de Dieu, ne pourraient être imputés, je me tournai vers mon janséniste, et je connus bien, à sa façon, qu’il n’en croyait rien. — (Blaise Pascal, Les Provinciales, 4 (De la grâce actuelle))
  6. (En particulier) Pour manière cérémonieuse et gênante de témoigner ses égards, sa politesse, sa circonspection, sa retenue.
    • Recevoir, traiter quelqu’un sans façon.
    • J’en use sans façon avec vous.
    • Il m’a accordé cela sans façons.
    • Assieds-toi, Camille. Tu sais bien qu'il n'est pas besoin de façons entre nous ... — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. VII, Gallimard, 1937)
    • À force de façons il assomme le monde. — (Molière, Le Misanthrope, II, 5)
    • Mon Dieu, que de façons ! Gardez la bague puisque monsieur le veut. — (Molière, L’Avare, III, 12)
    • Familièrement.
    • Ne faites point tant de façons, ou, simplement, point tant de façons : Faites, sans plus de cérémonies, la chose dont il s’agit.
    • Point de façon, je vous conjure ;
      Entrons vite dans la maison.
      — (Molière, Amphitryon, III, 6)
  7. (Au pluriel) Manières propres à une personne, de ses actions, de ses procédés.
    • […], je vénère Faulkner et je ne peux oublier qu’en vérité c’est un pochetron, un pochetron honteux qui se cachait sous des façons collet monté. — (Pierre Michon, Le Roi vient quand il veut : Propos sur la littérature, Albin Michel, 2007)
    • Cette femme a des façons fort engageantes.
    • Vos façons ne me conviennent point.
  8. (Au pluriel) Manières affectées ; ton.
    • C’est une femme pleine de façons.
    • Croyez-moi, celles qui font tant de façons n’en sont pas estimées plus femmes de bien […] — (Molière, La Critique de l’École des femmes, 3)
    • Je pourrais vous demander encore si ce ne sont pas ici les façons du rang et de la naissance, plutôt que des besoins réels et effectifs ? — (Jean-Baptiste Massillon, Premier sermon pour le mercredi des Cendres : Sur le jeûne)
  9. Se dit également quelquefois des difficultés qu’une personne fait de se déterminer à quelque chose.
    • Il fait des façons pour accepter ce présent.
    • Il y fit d’abord quelques façons, puis il céda.
    • Que signifient toutes ces façons ?
    • Qu’elle y fait de façons ! — (Pierre Corneille, Le Menteur IV, 6)
    • Votre plus court sera, madame la mutine,
      D’accepter sans façon l’époux qu’on vous destine.
      — (Molière, Sganarelle, ou le Cocu imaginaire, 1)
    • Ah ! Je vous entends, voilà l’affaire, que diable, pourquoi tant de façons ? Monsieur, le mystère est découvert, et… — (Molière, L’Amour médecin, I, 3)
    • Que de sottes façons et que de badinages ! — (Molière, Mélicerte, I, 3)
    • Sa femme fit quelque peu de façons,
      N’ayant le temps d’en faire davantage.
      — (Jean de la Fontaine, Contes, III, 3 (Les Rémois))
    • Ils ne font point tant de façons pour se marier. — (Marquise de Sévigné, 126)
    • On dit que cette dernière [une dame] est repoussée [n’est pas faite dame d’honneur de la Dauphine], parce qu’elle a fait trop de façons et trop de propositions. — (Marquise de Sévigné, 397)
    • Hé ! Faut-il tant tourner autour du pot ? […] Pour moi, je ne sais point tant faire de façon […] — (Jean Racine, Les Plaideurs, III, 3)
    • Ce ne fut pas sans beaucoup de façons qu’il y consentit […] — (Antoine Hamilton, Mémoires de Grammont, 3)
    • Mon cher capitaine, vous qui êtes jeune, riez des barbons qui font des façons à la porte du néant. — (Voltaire, Lettres en vers et en prose, 160 (À M. Dupuits), 23 décembre 1768)
  10. (Au pluriel) Se dit des manières, des procédés dont on use.
    • Madame de Monaco mène cette affaire ; est est très bien chez Monsieur et chez Madame, dont elle est également aimée ; on est seulement un peu fâché de lui voir faire quelquefois à cette Madame-ci les mêmes petites façons qu’elle faisait à l’autre : il y a encore eu quelque petite chose, mais cela ne s’écrit point. — (Marquise de Sévigné, Lettre 163, À la même, 21 octobre 1673)
    • On dit que voilà comme il faudrait vivre dans le monde et non pas comme tels et telles à qui la dévotion a gâté l’esprit, et qui décrient la véritable piété par des façons sauvages et des singularités indiscrètes. — (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le jeudi de la deuxième semaine de Carême: Le Mauvais Riche)
    • J’avais des grâces et de petites façons qui n’étaient point ordinaires. — (Pierre de Marivaux, Marianne, 1ère part)
    • […] Thaïs, vous êtes un insolent, je ne suis point faite à ces façons-là. — (Claude Henri de Fusée, abbé de Voisenon, Le Sultan Misapouf et la princesse Grisemine : Histoire de la sultane Grisemine)
  11. Soin, attention, circonspection.
    • Cela ne mérite pas qu’on apporte tant de façons.
    • J’en savais assez déjà pour juger qu’on ne fait pas tant de façons à la réception d’un laquais. — (Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, 1782-1789, Livre III)
    • La comtesse : Quoi ! Suzon, il voulait te séduire ? - Suzanne : Oh que non ; monseigneur n’y met pas tant de façon avec sa servante ; il voulait m’acheter. — (Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, II, 1)
  12. (Par analogie) Apparence de certaines choses.
    • Ce rôti, cet habit a bonne façon, mauvaise façon.
    • C’est une façon de bel esprit, c’est une façon de brave, etc. : (Familier) Se dit de quelqu’un qui a quelque chose du bel esprit, du brave, etc., et qui n’en a guère que l’apparence.
  13. (Droit) (Histoire) Travail d’un greffier pour dresser un arrêt.
    • La façon d’un arrêt.
  14. (Économie) (Politique) Chacune des opérations destinées à créer ou à accroître l’utilité d’un produit ; ou chaque degré d’élaboration d’un produit accompli par un producteur différent.
    • Toutes les fois qu’une façon ne contribue pas à créer, ou bien à augmenter la valeur d’un produit, elle n’est pas productive. — (Jean-Baptiste Say, Épitome des principes fondamentaux de l’économie politique : façons productives)
    • Toutes ces différentes ventes, tous ces achats […] ont été nécessaires pour que le coton du Brésil fût porté en robes de toile peinte ; ce sont autant de façons productives données à ce produit ; et plus ces façons auront été rapides, plus cette production se sera faite avec avantage ; mais si, dans une même ville, on achetait et vendait, plusieurs fois, une année durant, la même marchandise sans lui donner une nouvelle façon, cette circulation serait funeste au lieu d’être avantageuse, et augmenterait les frais au lieu de les épargner. — (Jean-Baptiste Say, Traité d’économie politique, livre I, chapitre 16, 1819)
  15. (Agriculture) Opération qui a pour but le travail, l’ameublissement de la terre.
    • […] ce qui le portera non seulement à bien cultiver ses possessions et à les mettre en état de rendre tout ce qu’on en peut attendre quand elles ont eu toutes les façons nécessaires […] — (Vauban, Les Oisivetés de Monsieur de Vauban : Projet de dîme royale)
    • Après le déchaussage, il a été créé une cuvette de la profondeur du labour ou du sillon de même profondeur sur toute la ligne. Cette façon est donnée à la main, à la sape (houe pleine) ou à la picole (houe triangulaire), ou avec des râteaux spéciaux à dents courtes et triangulaires. — (Le Progrès agricole et viticole, vol. 119, n° 1-26, 1943, p. 28)
    • Donner une façon à la vigne du Seigneur : (Figuré) Travailler à la propagation de doctrines qu’on juge bonnes.
    • Il [le patriarche de Ferney : Voltaire] est mieux, et j’espère qu’il pourra encore, comme il le dit, donner quelque façon à la vigne du Seigneur. — (Jean le Rond D’Alembert, Correspondance avec le roi de Prusse, 9 avril 1773)
  16. (Désuet) L’enfant fait à une femme. — Note : on utilisait la forme de la façon de.
    • Mais, monsieur, entre nous, quand de votre façon,
      Vous aurez, s’il se peut encor, garçon ou fille […]
      — (Jean-François Regnard, Le Distrait, I, 4)
    • […] la princesse Honoria, sœur de Valentinien III, lui proposa de l’épouser. Elle lui envoya son anneau pour gage de sa foi ; mais avant qu’elle eût réponse d’Attila, elle était déjà grosse de la façon d’un de ses domestiques. — (Voltaire, Essai sur les mœurs, 11)
  17. (Désuet) (Bijouterie) Ornement broché à l’extrémité des coins d’une paire de bas.
  18. (Au pluriel) Les apprêts que l’on fait subir à certains objets pour les employer.
    • Les mets seraient servis sans ordre, l’appétit dispenserait des façons […] — (Jean-Jacques Rousseau, Émile, IV)
    • […] la moitié des équipages reste à terre pour donner à la Morue les façons dont elle a besoin. L’autre moitié s’embarque sur les bateaux. — (Abbé Raynal, Histoire philosophique et politique des établissemens & du commerce des Européens dans les deux Indes, XVII, 13)
  19. (Au pluriel) (Marine) Les courbes données à la carène, à l’avant, à l’arrière d’un bâtiment.
    • Les façons d’un bâtiment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Façon : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAÇON. n. f.
Manière dont une chose est faite ou Forme qu'on lui a donnée. La façon de cette robe est gracieuse. La façon en est nouvelle. En termes de Marine, Les façons d'un bâtiment, La forme rétrécie d'une partie de sa carène, à l'avant et à l'arrière. Il signifie aussi Travail de l'artisan qui a fait quelque ouvrage. Payer la façon d'un habit. Cet ouvrage coûte tant de façon. Donner à façon, se dit d'un Fabricant qui fait travailler hors de chez lui en fournissant la matière. Prendre à façon, travailler à façon, se dit d'un Ouvrier, d'une ouvrière qui fait ce genre de travail. Travail à façon. En termes d'Agriculture, il signifie Labour que l'on donne à la terre, à la vigne. Donner une première, une seconde façon à la vigne, à la terre. Il signifie encore Action de faire, d'inventer, de composer quelque chose. Cet ouvrage est de ma façon, est de la façon d'un tel. Il me lut des vers de sa façon. Il vint nous conter une histoire de sa façon. Il vient encore de nous faire un tour de sa façon. C'est un trait de sa façon. Ce sens est ordinairement familier. Il signifie en outre Manière, sorte. Sa façon d'écrire est bonne. Ils sont accoutumés à travailler de cette façon. C'est une épître à la façon de Boileau. Je veux faire la chose à ma façon. Il était accoutré de la façon la plus plaisante. Façon de vivre, de faire, d'agir, de s'exprimer. Une façon de parler élégante. Les façons de s'habiller de quelqu'un. Il s'est comporté d'une étrange façon. Je lui parlerai de la bonne façon. Je ne veux entendre parler de lui en aucune façon. Je l'obtiendrai de façon ou d'autre. Il ne me convaincra ni de façon ni d'autre. De quelque façon, en quelque façon que ce soit. Il faudra bien, de toute façon, que vous y consentiez. Prov., La façon de donner vaut mieux que ce qu'on donne, On ajoute au prix de ce qu'on donne par l'amabilité avec laquelle on le donne. C'était une façon de parler, Ce que je dis, ce qu'il dit ne doit pas être pris à la lettre, à la rigueur. Fam., C'est une façon de bel esprit, c'est une façon de brave, etc., se dit de Quelqu'un qui a quelque chose du bel esprit, du brave, etc., et qui n'en a guère que l'apparence. Il signifie aussi, dans le langage familier, Air, mine, maintien, port d'une personne. Un homme, une femme de bonne façon. Avoir bonne façon, mauvaise façon. Il se dit également, au pluriel, des Manières propres à une personne, de ses actions, de ses procédés. C'est un homme qui a de très bonnes façons. Les enfants ont de petites façons qui plaisent. Cette femme a des façons fort engageantes. Vos façons ne me conviennent point. Il se prend, dans un sens particulier, pour Manière cérémonieuse et gênante de témoigner ses égards, sa politesse, sa circonspection, sa retenue. Recevoir, traiter quelqu'un sans façon. J'en use sans façon avec vous. Je vous prie, vivons sans façon. Ne faites point tant de façons, ou, simplement, Point tant de façons. Sans tant de façons. Il m'a accordé cela sans façons. Il se dit également quelquefois des Difficultés qu'une personne fait de se déterminer à quelque chose. Après bien des façons, après avoir fait bien des façons, il consentit à ce qu'on lui demandait. Il y fit d'abord quelques façons, puis il céda. Que signifient toutes ces façons? Que de façons! Il fait des façons pour accepter ce présent.

DE FAÇON QUE, DE TELLE FAÇON QUE, loc. conj. De telle sorte, de telle manière que. La nuit vint, de façon que je fus contraint de me retirer. Vivre de façon qu'on ne fasse tort à personne. On dit dans le même sens De façon à. Conduisez-vous de façon à vous faire aimer.

Façon : définition du Littré (1872-1877)

FAÇON (fa-son) s. f.
  • 1Action de faire ; usité en ce sens seulement avec la préposition de, dans le style familier, et signifiant par le fait de quelqu'un, par son œuvre. Il doit lancer contre elle un trait de ma façon, Tristan, Mariane, II, 3. Ce héros de ma façon, Corneille, Ex. de Nicom. Je disais, en voyant des vers de sa façon, Molière, Mis. I, 2. Les uns ne voulaient point de Dieu ; les autres nous en donnaient un de leur façon, Massillon, Carême, Vérité de la religion. Les œuvres de notre choix, nous nous y prêtons avec complaisance ; c'est un joug de notre façon qui ne nous blesse jamais, Massillon, Carême, Culte. Il substitue à la véritable idée des choses un fantôme de sa façon, Massillon, Or. fun. Villeroy.

    De la façon de, se dit aussi de l'enfant fait à une femme. Mais, monsieur, entre nous, quand de votre façon Vous aurez, s'il se peut encor, garçon ou fille…, Regnard, Distrait, I, 4. Honoria était déjà grosse de la façon d'un de ses domestiques, Voltaire, Mœurs, 11.

  • 2Travail de l'artisan qui a fait quelque chose. Payer la façon d'un habit. Il peut y ajouter [à une matière] des couleurs et de la façon par le dessus, mais non pas lui donner aucune bonté intérieure, Guez de Balzac, De la cour, 2e disc. Tout montre combien la façon de l'ouvrier surpasse la vile matière qu'il a mise en œuvre, Fénelon, Exist. 29. Il en connaissait un [tailleur] qui avait des mœurs, qui se contentait de ses façons, sans escamoter le moindre morceau de drap, Lesage, Guzm. d'Alfar. VI, 1. [Si le coiffeur n'intervenait pas,] nos têtes seraient mal de la façon de l'auteur de notre être, Rousseau, Ém. I.

    À façon, se dit d'un travail qu'un ouvrier accomplit chez lui pour un patron qui fournit la matière. Un ouvrier à façon. Prendre à façon. Travailler à façon.

    Il se dit aussi de celui qui achète lui-même des étoffes. Je donne, je fais faire mes habits à façon.

    Terme de construction. Bois à façon, bois que l'on fournit à l'entrepreneur.

    Au plur. Les apprêts que l'on fait subir à certains objets pour les employer. L'appétit dispenserait des façons, Rousseau, Ém. IV. La moitié des équipages reste à terre pour donner à la morue les façons dont elle a besoin, l'autre moitié s'embarque sur les bateaux, Raynal, Hist. phil. XVII, 13.

  • 3 Terme d'économie politique. Chacune des opérations destinées à créer ou à accroître l'utilité d'un produit ; ou chaque degré d'élaboration d'un produit accompli par un producteur différent. Toutes les fois qu'une façon ne contribue pas à créer, ou bien à augmenter la valeur d'un produit, elle n'est pas productive, J. B. Say, Épitomé, façons productives. Toutes ces différentes ventes, tous ces achats ont été nécessaires pour que le coton du Brésil fût porté en robes de toile peinte ; ce sont autant de façons productives données à ce produit ; et plus ces façons auront été rapides, plus cette production se sera faite avec avantage ; mais si, dans une même ville, on achetait et vendait, plusieurs fois, une même année durant, la même marchandise sans lui donner une nouvelle façon, cette circulation serait funeste au lieu d'être avantageuse, et augmenterait les frais au lieu de les épargner, ID. Traité, 1841, p. 150.
  • 4Manière dont on fait une chose, forme qu'on lui donne. La façon de cette étoffe est belle. Il a un habit d'une façon toute particulière.

    En bonne façon, suivant les règles, bien conditionné. C'est un contrat en fort bonne façon, Racine, Plaid. III, 4.

    Venu à sa dernière façon, achevé. Un livre parvenu à sa dernière façon, Mém. de Trév. dans DESFONTAINES.

    Façon à la reine, manière de tailler les pièces de verre et de les arranger pour former une vitre.

    Façon de compte, la somme que le roi allouait autrefois à un comptable pour la reddition de ses comptes.

    Terme de pratique ancienne. La façon d'un arrêt, le travail d'un greffier pour dresser un arrêt.

  • 5 Terme d'agriculture. Opération qui a pour but le travail, l'ameublissement de la terre. Les labours, hersages, etc. sont des façons. Donner une première, une seconde façon à la vigne, aux champs. Mettre les terres en état de rendre tout ce qu'on en peut attendre, quand elles ont eu toutes les façons nécessaires, Vauban, Dîme, p. 58.

    Fig. Donner une façon à la vigne du Seigneur, travailler à la propagation de doctrines qu'on juge bonnes. J'espère qu'il pourra encore, comme il le dit, donner quelque façon à la vigne du Seigneur, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 9 avril 1773.

  • 6 Terme de marine. Les façons d'un bâtiment, les courbes données à la carène, à l'avant, à l'arrière.

    Ligne ou lisse des façons, celle qui fait le tour de la carène en passant par l'extrémité de toutes les varangues.

  • 7Manière, sorte. C'est sa façon. On en parle d'une façon étrange. Une épître à la façon de Boileau. Revenant à examiner l'idée que j'avais d'un être parfait, je trouvais que l'existence y était comprise en même façon qu'il est compris en celle d'un triangle que ses trois angles sont égaux à deux droits, Descartes, Méth. IV, 5. Accoutumés à ne rien considérer qu'en s'imaginant, qui est une façon de penser particulière pour les choses matérielles, Descartes, ib. IV, 6. Et de quelle façon punissez-vous l'offense, Si vous traitez ainsi les vœux de l'innocence ? Corneille, Hor. III, 1. Sans dessein de justifier la façon dont je l'ai fait parler [Chimène] en français, Corneille, Cid, Avert. La façon de donner vaut mieux que ce qu'on donne, Corneille, Ment. I, 1. Et, de quelque façon que l'on me considère, Corneille, Cinna, I, 2. De la façon enfin qu'avec toi j'ai vécu, Corneille, ib. v, 1. Et de quelle façon est-ce écouter des vœux Qu'obliger un amant à travailler contre eux ? Corneille, Perthar. II, 2. Monsieur le mort, laissez-nous faire ; On vous en donnera de toutes les façons ; Il ne s'agit que du salaire, La Fontaine, Fabl. VII, 11. On obtient tout de moi quand on s'y prend de la bonne façon, Molière, Préc. 8. Et qu'enfin tout le mal, quoique le monde glose, N'est que dans la façon de recevoir la chose, Molière, Éc. des femmes, IV, 8. La vilaine façon de parler que voilà ! Molière, Mar. forcé, 16. Hélas ! de la façon qu'il parle, serait-il bien possible qu'il ne dît pas vrai ? Molière, Mal. im. I, 4. Il semble, de la façon que vous parlez, que la vérité dépende de notre volonté, Pascal, Prov. 8. Je suis heureux autant qu'un vieux malade peut l'être ; votre façon d'être heureux est d'une espèce toute différente, Voltaire, Lett. Chabanon, 20 nov. 1767. Quand il s'agit de faire parler les passions, tous les hommes ont presque les mêmes idées ; mais la façon de les exprimer distingue l'homme d'esprit d'avec celui qui n'en a point, Voltaire, Mariamne, Préface. Si c'était pour négocier la paix, il viendrait ici faire une bonne œuvre ; car nous en avons grand besoin, à la façon dont nous faisons la guerre, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 30 juillet 1781. Que tous ces impôts qu'on lève sur nous en tant de façons vont en leur poche [des courtisans] et non pas dans celle du roi, Courier, Aux âmes dévotes.

    En toutes façons, à tous égards. Ce qu'on voit dans l'histoire sainte est en toutes façons plus remarquable : la force prodigieuse d'un Samson…, Bossuet, Hist. I, 5.

    De toute façon, quoi qu'il en soit, en dépit de tout. Il faudra bien, de toute façon, que vous y consentiez.

    En façon du monde, avec une négation, signifie nullement. Je fus d'autant plus obligé à Marin que je ne le connaissais en façon du monde, Saint-Simon, I, 29.

    Familièrement. S'en donner de la bonne façon, bien manger, faire une grande dépense, mener grand train. À ce repas il s'en est donné de la bonne façon. Depuis qu'il a fait cet héritage, il s'en donne de la bonne façon.

    Familièrement. En donner de la bonne façon à quelqu'un, le maltraiter en actions ou en paroles. Si vous lui tombez sous la main, il vous en donnera de la bonne façon. C'est un traître, un parjure, Qu'un autre traiterait de la bonne façon, La Chaussée, Préjug. à la mode, IV, 13.

    On dit de même de la belle façon. Oh ! je vais la tancer d'une belle façon, Dorat, Feinte par amour, II, 2.

    Familièrement. Des gens d'une certaine façon, des gens d'un certain rang. Vous savez qu'une fille aussi de sa façon Donne avec un jeune homme un étrange soupçon, Molière, Éc. des femmes, v, 2.

  • 8Façon d'agir, manière de se comporter. Votre façon d'agir le fait assez connaître, Corneille, Pomp. II, 3.

    Façon de faire, même sens. Les façons de faire des Grecs, Vaugelas, Q. C. 512. Il y a longtemps que vos façons de faire donnent à rire à tout le monde, Molière, Bourg. gent. III, 3. L'usage a préféré façon de faire à manière de faire et manière d'agir à façon d'agir, La Bruyère, XIV.

    Façon de voir, opinion, idée qu'on se fait. Devons-nous assurer que ces qualités soient les seules que la matière ait en effet, ou plutôt ne devons-nous pas croire que ces qualités que nous prenons pour des principes ne sont autre chose que des façons de voir ? Buffon, Hist. des anim. ch. 3.

    Façons de penser, pensées que l'on a, jugements que l'on porte. Je lui ai dit franchement ma façon de penser.

    Façon de parler, de dire, manière dont on s'exprime. Vos façons de parler me font tant de plaisir que j'en oublie presque ce que j'ai à vous dire, Marivaux, l'Épreuve, sc. 8. Soldat pendant longtemps, aujourd'hui paysan, comment saurais-je donner aux vices des noms aimables et polis ? peut-être aussi ne le voudrais-je pas, s'il était en moi de quitter nos rustiques façons de dire pour vos expressions, vos formules, Courier, Procès, t. II, p. 77.

    Façon de parler, phrase, locution. Cette façon de parler est mauvaise, nouvelle. Ce sont façons de parler obligeantes de ce pays-là, Molière, Bourg. gentilh. IV, 6.

    Fig. C'est une façon de parler, c'est-à-dire ce qui est dit ne doit pas être pris à la rigueur. Vous n'avez regardé cet engagement que comme une façon de parler, Genlis, Mlle de Clermont, p. 67, dans POUGENS.

    On dit aussi par façon de, et, elliptiquement, dans le langage familier, façon de. Je lui dis, façon de plaisanter, que je ne voulais plus le voir. Façon d'être, manière de se conduire. Nous n'eûmes ni lieu de nous plaindre, ni lieu de nous louer de notre façon d'être ensemble, Marmontel, Mém. IV.

  • 9Manière propre d'un écrivain, d'un artiste. La seconde façon d'un auteur est la critique de la première, D'Olivet, Hist. Acad. t. II, p. 184, dans POUGENS.

    On dit dans le même sens façon de faire. Un jeune homme doit-il être le copiste de la façon de faire de ces auteurs ? Marivaux, dans DESFONTAINES.

  • 10Une façon de… se dit de ce qui n'a guère que l'apparence. C'est une façon de bel esprit. Ce ne sont plus rien que des idées ou des fantômes, des façons de chevaux, Molière, l'Av. III, 5. Je ne suis qu'une façon de musicien, Regnard, Sérénade, sc. 26. Une façon de secrétaire que j'ai amené avec moi, espèce de rimailleur, fait des vers sur cette aventure, Voltaire, Lett. d'Argental, 23 sept. 1750.
  • 11L'air, le maintien, le port d'une personne. Monsieur un tel a fort bonne façon. Certes, ou je me trompe, ou déjà la victoire, Qui son plus grand honneur de tes palmes attend, Est aux bords de Charente en son habit de gloire Pour te rendre content ; Que sa façon est brave et sa mine assurée !…, Malherbe, II, 12. Voici venir quelqu'un d'assez pauvre façon, Régnier, Sat. VIII. Sa mine, ses façons, tout me le rend suspect, Hauteroche, Bourg. de qual. IV, 7. Bien fait et beau, d'agréable façon, La Fontaine, Aveux. Je me tournai vers mon janséniste, et je vis bien à sa façon qu'il n'en croyait rien, Pascal, Prov. 4.

    Familièrement. N'avoir ni mine ni façon, en parlant d'une personne, être sans grâce et sans maintien. En parlant d'une chose, n'avoir point de mine, et aussi, figurément, être absurde, sans rime ni raison. Ce que vous avez fait n'a ni rime ni façon.

    Il se dit aussi, dans un sens analogue, de l'apparence de certaines choses. Ce rôti, cet habit a bonne façon, mauvaise façon.

  • 12 Au plur. Il se dit des manières, des procédés dont on use. Les enfants ont de petites façons qui plaisent. Lui voir les mêmes petites façons qu'elle faisait à l'autre, Sévigné, 163. On dit que voilà comme il faudrait vivre dans le monde et non pas comme tels et telles à qui la dévotion a gâté l'esprit, et qui décrient la véritable piété par des façons sauvages et des singularités indiscrètes, Massillon, Carême, Mauv. riche. J'avais des grâces et de petites façons qui n'étaient point ordinaires, Marivaux, Marianne, 1re part. Vous êtes un insolent, je ne suis point faite à ces façons-là, Voisenon, Hist. de la sultane Grisemine, Œuv. t. v, p. 65, dans POUGENS.

    Faire des façons à quelqu'un, l'inviter, l'agacer. Quelque façon qu'on me fasse pour m'y faire retourner, Sévigné, 77.

  • 13Manières affectées, ton. C'est une femme pleine de façons. Celles qui font tant de façons n'en sont pas estimées plus femmes de bien, Molière, Critique, 3. Je pourrais vous demander si ce ne sont pas ici les façons du rang et de la naissance plutôt que des besoins réels, Massillon, Carême, Jeûne.

    Faire des façons, prendre un air affecté, se donner un air de réserve et de pruderie. Prenez bien garde, vous, à vous déhancher comme il faut, et à faire bien des façons, Molière, Impromptu, 3. Souvenez-vous des façons, pour n'en jamais faire, Boissy, Français à Londres, sc. 14.

  • 14Politesses cérémonieuses, manière gênante de témoigner ses égards, sa réserve. À force de façons il assomme le monde, Molière, Mis. II, 5. Mon Dieu, que de façons ! gardez la bague puisque monsieur le veut, Molière, Avare, III, 12.

    Familièrement. Ne faites point tant de façons, ou, simplement, point tant de façons, c'est-à-dire faites, sans plus de cérémonies, la chose dont il s'agit. Point de façon, je vous conjure ; Entrons vite dans la maison, Molière, Amph. III, 6.

    Sans façon, sans cérémonie. Un dîner sans façon. Mettez-vous à table avec nous sans façon. Madame, vous savez que j'agis sans façon, Th. Corneille, Baron d'Albikrac, III, 6. Il allait souper avec lui sans façon, Hamilton, Gramm. 7. J'accepte sans façon l'offre que vous me faites, Dancourt, Trahison punie, III, 2.

    Un homme sans façon, un homme simple, non cérémonieux en ses manières. Mais ce président sans façon Ne pérore ici qu'en chanson, Béranger, Acad. et cav.

    Sans façon, se prend substantivement au masculin et signifie conduite simple, non cérémonieuse, ou qui va jusqu'au familier déplacé. On le regardait sous le nez avec un sans façon qui l'indignait.

  • 15Difficultés pour se décider, pour consentir. Qu'elle y fait de façons ! Corneille, Ment. IV, 6. Votre plus court sera, madame la mutine, D'accepter sans façon l'époux qu'on vous destine, Molière, Sgan. 1. Ah ! je vous entends, voilà l'affaire, que diable, pourquoi tant de façons ? Monsieur, le mystère est découvert, Molière, l'Amour méd. I, 3. Que de sottes façons et que de badinages ! Molière, Mélic. I, 3. La femme fit quelque peu de façons, La Fontaine, Rém. Ils ne font point tant de façons pour se marier, Sévigné, 126. On dit que cette dernière [une dame] est repoussée [n'est pas faite dame d'honneur de la Dauphine], parce qu'elle a fait trop de façons et trop de propositions, Sévigné, 397. …Hé ! faut-il tant tourner autour du pot ? … Pour moi, je ne sais point tant faire de façon, Racine, Plaid III, 3. Ce ne fut pas sans beaucoup de façons qu'il y consentit, Hamilton, Gramm. 3. Des barbons qui font des façons à la porte du néant, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 160.

    Ne pas faire façon de, ne pas hésiter à, sur. Pour moi, je n'en fais pas de façons, Molière, Mis. IV, 1. Mme de Brissac et le chanoine dînent ici fort souvent ; comme on ne mange que des viandes fort simples, on ne fait nulle façon de donner à manger, Sévigné, 278. Ne faites point de façon de m'envoyer les commissions, Sévigné, 303. Elle en fit bien quelque façon d'abord, Hamilton, Gramm. 9.

  • 16Soin, attention, circonspection. Cela ne mérite pas qu'on apporte tant de façons. On ne fait pas tant de façon à la réception d'un laquais, Rousseau, Conf. III. La comtesse : Quoi ! Suzon, il voulait te séduire ? - Suzanne : Oh que non ; monseigneur n'y met pas tant de façon avec sa servante ; il voulait m'acheter, Beaumarchais, Mar. de Fig. II, 1.

    Il y faut plus de façon, cela exige plus d'effort, de temps. Pour qu'un homme soit peintre, il y faut plus de façon [que pour qu'il soit général], Courier, Lett. II, 223.

    Sans plus de façon, sans autre façon, incontinent, sans s'arrêter. Ils lavent leurs enfants à la mer sans autre façon, Rousseau, Ém. I.

    Ne pas chercher de façons à une chose, passer sans hésiter par-dessus les difficultés qu'elle présente. Tout ceci sent un peu la comédie, mais, avec lui, on peut hasarder toute chose ; il n'y faut point chercher tant de façons, Molière, Bourg. gent. III, 14. Il y en a d'autres qui font du mariage un commerce de pur intérêt… ces personnes-là à la vérité n'y cherchent pas tant de façons, et regardent peu la personne, Molière, Mal. im. II, 7. Je leur entendais dire d'excellentes choses ; mais ils les disaient avec si peu d'effort, ils y cherchaient si peu de façon…, Marivaux, Marianne, 4e part.

    Faire les façons d'une chose, en prendre la peine. Si vous ne le voulez pas, trouvez bon que je n'en fasse pas les façons, Sévigné, 37.

  • 17Ornement broché à l'extrémité des coins d'une paire de bas.
  • 18Par façon, pour faire comme le veut l'usage. Ce précieux baume la guérit pendant la nuit parfaitement… et ce n'est que par façon qu'elle a pris un jour de repos, Sévigné, 544. L'union conjugale n'est que par façon et pour la forme dans la comédie, Bossuet, Lett. 181.
  • 19De la façon, loc. adv. De cette façon. Et, de la façon, quoiqu'elles soient chastes, elles [les Muses] ne laissent pas d'être publiques, Guez de Balzac, liv. VII, lett. 11. Vous vous plaignez, armez et frappez à la fois ; Est-ce de la façon qu'on demande ses droits ? Rotrou, Antig. II, 2. Ah ! je vous connais, lui dis-je, Ingrat et cruel garçon ; Faut-il que qui vous oblige, Soit traité de la façon ? La Fontaine, Amour mouillé. On se rirait de vous, Alceste, tout de bon, Si l'on vous entendait parler de la façon, Molière, Mis. I, 1.
  • 20De façon que, ou de telle façon que, loc. conj. avec l'indicatif, si bien que, tellement que. Il [le héron] l'ouvrit [le bec] pour bien moins ; tout alla de façon Qu'il ne vit plus aucun poisson, La Fontaine, Fabl. VII, 4.

    De façon que, ou de telle façon que, loc. conj. avec le subj. Vivre de façon qu'on ne fasse tort à personne.

    Ces deux locutions se distinguent en ce que la première indique que le résultat est obtenu ; la seconde, qu'il est à obtenir : Il travaille de façon qu'il peut vivre, c'est-à-dire que son travail le fait vivre ; il travaille de façon qu'il puisse vivre, c'est-à-dire qu'il fait ses efforts pour vivre de son travail.

  • 21De façon à, loc. prépositive, avec l'infinitif, de telle façon que… Conduisez-vous de façon à vous faire aimer.

SYNONYME

1° FAÇON, MANIÈRE. Il est très difficile d'établir une nuance, là où ils se touchent, entre ces deux mots, qui pourtant viennent d'étymologies très différentes, puisque façon c'est le mode de faire ou d'être fait, et manière, le mode de tenir ou d'être tenu dans la main, à la main. Quand on dit : Je m'y prendrai d'une autre façon, ou je m'y prendrai d'une autre manière, on ne note aucune différence effective.

2° FAÇONS, MANIÈRES., Manières a un peu plus de généralité que façons ; il se dit aussi bien des grandes manières que des petites manières ; façons ne se dit guère que des petites manières. Lafaye cite deux phrases de Saint-Simon qui indique avec précision la nuance : Barbesieux avait les manières d'un grand seigneur, et les façons les plus polies ; et : Harcourt mariait merveilleusement l'air, le langage et les manières de la cour et du grand monde avec les propos, les façons et la liberté militaire. Le maniéré est celui qui affecte des manières ; le façonnier est celui qui affecte des façons. Quant au style, on dit un style maniéré, et non un style façonnier.

HISTORIQUE

XIIe s. Oyng, dist II, ton chief, et ta faceon [face] leve, Saint Bernard, 564. Eslevez de joye vos mains devant la fazon nostre Seigneur, car il vient, Saint Bernard, 530. Cors [il] ot bien fait et clere la fazon, Ronc. p. 20. Escuz [ils] ont painz de diverses façons, ib. p. 132. [Tous] Fier et hardi, armé d'une façon [d'une même façon], ib. p. 186.

XIVe s. Bien [il] recognut Bertran, quant il vit sa façon ; Adont isnellement osta son chapperon, Guesclin. 13771.

XVe s. Si vous le veyez, vous diriez bien : cel homme-ci a bien façon et ordonnance d'estre droit homme d'armes, Froissart, II, III, 7. Et en icelle rencontre, au nombre des morts, y furent trouvez des gens de façon et de bonne maison, J. de Troyes, Chron. 1465. Et me semble que ung sage personnage qui aura povoir de dix mille hommes et façon de les entretenir est plus à craindre que ne seroient dix qui…, Commines, I, 16. Alors madame luy dist : Et qu'est cecy, maistre ? et que veult dire ceste façon ? Jeh. de Saintré, ch. 3.

XVIe s. Il ne pretend nulle part, en façon que ce soit, que…, Calvin, Instit. 33. En telle façon que… [avec le subj.], Montaigne, I, 25. De façon que…, Montaigne, ib. Combien a la mort de façons de surprinse ! Montaigne, I, 73. Voulant leur persuader de laisser leur façon et prendre celle des Grecs [pour les sépultures], Montaigne, I, 117. Nous rencontrasmes un gentilhomme de bonne façon, Montaigne, II, 44. Loyaux cousts sont entendus, frais de lettres, labourages, semences, façons et reparations necessaires, Loysel, 460. De deux en deux ans les façons [des habits] changent, et les faut renouveler, et qui ne s'y accommode est mocqué, Lanoue, 162. C'est grand merveille de quoy ils n'ont plustost pris nos façons de faire, qui sont meilleures que les leurs, Lanoue, 404. Ils firent prendre à leurs soldats plusieurs façons romaines, tant aux armes qu'en la discipline, Lanoue, 405. [Celui qui] monstiant sans estoffe beaucoup de façon, cherche sa gloire au mespris de son sujet, D'Aubigné, Hist, II, 487.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Façon : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* FAÇON, s. m. (Gramm.) Ce terme a un grand nombre d’acceptions différentes. Il se dit tantôt d’une maniere d’être, tantôt d’une maniere d’agir. Il est habillé d’une étrange façon : ses façons sont étranges : les façons de cet ouvrage seront considérables, la façon en est belle & simple. Dans ces deux derniers exemples c’est un terme d’art. Il embrasse dans celui-là, tout le travail ; il a rapport dans celui-ci, au bon goût du travail. Quand on dit, cet ouvrage est en façon d’ébene, de marqueterie ou de tabatiere, on veut faire entendre qu’on lui a donné ou la forme qu’on donne au même ouvrage quand on le fait d’ébene, ou celle qu’on remarque à tout ouvrage de marqueterie en général, ou la forme même d’une tabatiere.

Façon se rapporte aussi quelquefois à la maniere de travailler d’un artiste, ainsi que dans cet exemple : ces moulures, ces contours sont à la façon de Germain ; ou même à la personne, comme quand on dit, ce trait est de votre façon ; c’est-à-dire, je crois qu’il est de vous, tant il ressemble à ceux qui vous échappent. En Grammaire il est synonyme à tour : cette façon de parler n’est pas ordinaire. Façons se prend aussi pour une sorte de procédés particuliers à un état : il a toutes les façons d’un galant homme : il est inutile d’avoir avec moi de mauvaises façons : ces gens étoient mis d’une certaine façon : ils étoient d’une certaine façon. Des façons ou des formalités déplacées, sont presque la même chose : vous faites trop de façons : abregez ces façons-là. Une façon d’astrologue, c’est un homme qu’on seroit tenté de prendre pour tel, à des ridicules qui lui sont communs, à lui & aux Astrologues. La façon en est mesquine & petite ; mais on dit mieux le faire en Peinture (voyez Faire en peinture) : c’est la maniere de travailler. La mal-façon est une maniere de dire abregée parmi les Artistes : vous en payeriez la mal-façon, ou la mauvaise façon. Il y a beaucoup d’autres acceptions de façon, les précédentes sont les principales. De façon que, de maniere que, sont des conjonctions qui lient ordinairement la cause avec l’effet ; la cause est dans le premier membre, l’effet dans le second : il se conduisit de façon qu’il se fit exclure de cette société ; où l’on voit que de façon que & de maniere que sont dans plusieurs cas des conjonctions collectives, & qu’elles résument toutes les différentes liaisons de la cause avec l’effet.

Façons d’un Vaisseau, (Marine.) On entend par ce mot, cette diminution qu’on fait à l’avant & à l’arriere du dessous du vaisseau ; de sorte que l’on dit les façons de l’avant & les façons de l’arriere. Voyez Marine, Planche I. (Z)

* Façon, (Facture de bas au métier.) On appelle façon cette portion du bas qui est figurée, & qui est placée à l’extrémité des coins. Il y a deux façons à chaque bas. Voyez à l’article Bas, la maniere dont on les exécute.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « façon »

Étymologie de façon - Littré

Bourguign. faiçon ; picard, fachon ; provenç. faisso ; catal. facció ; espagn. faccion ; portug. feitio ; ital. fazione ; du lat. factionem, pouvoir de faire. Façon, venant de faire, a pris sans peine tous les sens qu'il a ou qu'il a eus, même celui de mine, visage ; pourtant il est possible que le latin facies ait agi pour donner anciennement à façon le sens de face ; mais, en aucun cas, façon ne peut venir de facies, il vient de factionem.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de façon - Wiktionnaire

Du latin factionem, accusatif de factio « pouvoir de faire ». Façon, venant de faire, a pris sans peine tous les sens qu’il a ou qu’il a eus, même celui de mine, visage ; pourtant il est possible que le latin facies ait agi pour donner anciennement à façon le sens de face. Mais, en aucun cas, façon ne peut venir de facies.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « façon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
façon fasɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « façon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « façon »

  • Je veux transmettre la meilleure photographie de mode que vous ayez vue. Je veux transmettre une nouvelle façon de photographier la mode. Je veux photographier un nouveau look et un nouveau style, tout en respectant les méthodes originales qui ont fondé le nom “Fashion Photography”. Artistikrezo, CAMS VISUALART: "Je veux transmettre une nouvelle façon de photographier la mode" - Artistikrezo
  • On croit que le style est une façon compliquée de dire des choses simples, alors que c'est une façon simple de dire des choses compliquées.
  • Parole, qu'est-ce-qui te rend belle ? La façon de me dire. Parole, qu'est-ce-qui te rend laide ? La façon de me dire. De Massa Makan Diabaté / Le Boucher de Kouta
  • Il y a une façon nerveuse, et une façon langoureuse, de faire de la politique, comme de faire l'amour. La rencontre des deux donne les plus beaux effets, ou les plus beaux enfants. De Jean Baudrillard / Cool Memories - 1980-1985
  • N'importe quelle prière vaut mieux que l'absence de prière. C'est une façon de reconnaître la puissance de Dieu, et c'est à mon avis une façon de le louer. De Graham Greene / La Fin d’une liaison
  • Il y a une façon d'embrasser qui veut dire "je t'aime" et une façon d'embrasser qui veut dire "aime-moi". De François Lavallée
  • Barbare ou civilisé, l'homme n'a jamais su ni façonner le monde à la mesure de son coeur, ni façonner ce coeur à la mesure de ses désirs. De Paul Bourget / Essai de psychologie contemporaine
  • On ne peut aimer deux êtres de façon identique, ni le même être de façon constante. Nous sommes humains et tout ce qui est humain varie, même à l'intérieur de la fidélité. De Jean-Marie Poirier / Le prix du souvenir
  • On peut voir de bien des façons. On peut être aveugle de bien des façons. De Frank Herbert / Le messie de Dune
  • La vérité ne dépend pas de la façon dont elle est dite, mais de la façon dont elle est interprétée. De Zoé Valdés / La sous-développée
  • Mentir à sa façon à soi, c'est presque mieux que de dire la vérité à la façon des autres. De Fiodor Dostoïevski / Crime et châtiment
  • Il y a deux façons de ne pas aimer l’art. L’une est de ne pas l’aimer. L’autre est de l’aimer de façon rationnelle. De Oscar Wilde
  • Si l’homme ne façonne pas ses outils, les outils le façonneront. De Arthur Miller
  • Le théâtre est un façon de vivre, le cinéma une façon de travailler. De Philippe Caubère
  • La délicatesse est une façon de parler et l’amour une façon de faire. De Michel Audiard
  • Il y a trois façons de faire les choses dans ce casino : la bonne façon, la mauvaise façon et ma façon. De Martin Scorsese / Casino

Traductions du mot « façon »

Langue Traduction
Corse modu
Basque modu
Japonais 仕方
Russe путь
Portugais maneira
Arabe الطريق
Chinois 方式
Allemand weg
Italien modo
Espagnol camino
Anglais way
Source : Google Translate API

Synonymes de « façon »

Source : synonymes de façon sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « façon »


Mots similaires