Face : définition de face


Face : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FACE, subst. fém.

I.
A.− Partie antérieure de la tête de l'homme. Muscles de la face. Synon. figure, visage, frimousse (fam.), minois.Jeanne, violemment, tournait la tête, s'enfonçait la face dans l'oreiller (Zola, Page amour,1878, p. 941):
1. Becque, le cheveu en brosse, de gros yeux saillants, une physionomie vivante, animée, raillarde, une tête de chanteur de café-concert, une face de loustic aviné, un masque de pitre sur les tréteaux d'une baraque. Goncourt, Journal,1887, p. 644.
SYNT. Face maigre, large, ronde, bouffie; face terreuse, blême, livide, jaune, rouge, congestionnée; face de cire, de pleine lune, de saindoux; face léonine, porcine, de chouette, de dogue, de guenon; face de gouape, d'ivrogne; face épanouie, souriante, réjouie, rayonnante; face muette, bouleversée; face intelligente, stupide; face implorante; face de carême*, d'épouvante.
Vieilli. ,,Fam. Avoir une face de réprouvé. Avoir quelque chose d'effrayant, de sinistre dans la physionomie. Avoir une face de prédestiné. Avoir un visage plein, vermeil et serein`` (Ac. 1835, 1878).
Loc., expr. gén. au fig.
Personne à double face. Personne fausse, hypocrite. Ciel! devenir pour elle un objet de dégoût et d'horreur! un crispin, un fourbe à double face! (Hugo, Ruy Blas,1838, III, 5, p. 408).Un de ces recéleurs à double face, qui servent à la fois les voleurs et la police (Balzac, Splend. et mis.,1847, p. 559).
Se cacher, se voiler la face (en signe d'opposition, de désapprobation). Et du haut des cieux la Muse se voile la face pour n'être pas témoin de l'injure faite à son nourrisson (France, Servien,1882, p. 92):
2. Elle regarda son mari, elle regarda Maxime, de ses yeux épouvantés, et, les voyant la chair tranquille, l'attitude satisfaite, elle se cacha la face dans les mains, elle s'enfuit, se réfugia au fond de la serre. Zola, Curée,1872, p. 578.
Cracher* à la face de qqn.
Perdre/sauver la face. Perdre/sauver son honneur, sa dignité. Les cabaretiers en perdirent la face [après les anathèmes du Curé d'Ars] et n'osèrent plus se montrer (La Varende, Curé d'Ars,1957, p. 90):
3. Je ne réponds pas que tout l'état-major puisse tirer son épingle du jeu, mais c'est déjà bien beau si une partie tout au moins peut sauver la face sans mettre le feu aux poudres. Proust, Guermantes 1,1920, p. 246.
Rem. Le mot a parfois le sens d'origine chinoise de « honneur, dignité » sans qu'il soit employé dans la loc. perdre/sauver la face. Il trouva enfin ses deux compagnons à plus d'un kilomètre. « Beaucoup de face » avec leurs chapeaux fendus, leurs vêtements d'employés, choisis pour justifier leurs serviettes dont l'une contenant une bombe, et la seconde des grenades (Malraux, Cond. hum., 1933, p. 303). Il paraît impossible que Tang Kiao puisse se gonfler, tellement déjà il est épais d'os, de lard et de décorations; mais régulièrement quand il veut se donner encore plus de face, il rugit soudain avec une mine renfrognée, la façon chinoise de se montrer satisfait (L. Bodard, Le Fils du Consul, Paris, Grasset et Fasquelle, 1975, p. 60).
(Se jeter, se prosterner, tomber) (la) face contre terre (en signe d'humilité, d'obéissance). Nous prosternant la face contre terre, nous faisons révérence à Votre Majesté (Claudel, Repos 7ejour,1901, I, p. 798).J' (...) ai vu des religieux recevoir humblement, face contre terre, et sans broncher, la réprimande injuste d'un supérieur appliqué à briser leur orgueil (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1034).
Expr. fam. ou pop. [Injure marquant le mépris, le dégoût, etc.] Face d'œuf, de crabe, de rat! Et toi, face d'haricot (...) bec de singe, peau d'fesse! (Barbusse, Feu,1915, p. 14).Face d'oie, soupira doucement La Poule (Giono, Gd troupeau,1931, p. 196).
Face de carême*.
B.− En partic. [Dans la religion catholique; souvent avec une majuscule] Le visage du Christ. Christ de chair habillé confiant seule au linge Sa face (Cocteau, Clair-obscur,1954, p. 142).La beauté de votre Face dans la torture (Cendrars, Du monde entier,1957, p. 27).
P. méton. La Sainte Face. Empreinte de la face de Jésus sur le linge que lui avait tendu sainte Véronique pendant la montée au Golgotha :
4. À Rome, une image du Christ sur étoffe, dite « voile de Véronique », était vénérée au haut Moyen Âge. (...). C'est l'origine du culte de la Sainte Face. Lar. encyclop., s.v. Véronique (sainte).
C.− P. ext. Partie antérieure de la tête des animaux. Un masque de crime fait de la face du gorille et de la grenouille (Goncourt, Journal,1860, p. 723):
5. La face des chondroptérygiens, quoique semblable par sa composition à celle des autres poissons, en diffère cependant, parce qu'elle n'est articulée avec le crâne qu'au moyen de l'os analogue au carré des oiseaux. Cuvier, Leçons d'anat. comp.,t. 2, 1805, p. 76.
D.− P. méton.
1. Vx. Synon. de tempe.Il a les faces dégarnies (Ac.1835, 1878).Ses cheveux [d'un Incroyable], pendant en tire-bouchons de chaque côté des faces, lui couvraient presque tout le front (Balzac, Chouans,1829, p. 78).
2. B.-A., vieilli. [En peint., en sculpt.] Hauteur de la face d'un personnage, servant d'unité de mesure pour le reste du corps (cf. tête). L'ensemble de la figure a dix faces (Ac.).Il y a, du bas du genou au cou-de-pied, deux faces (Ac.).
3. (Côté) face. Côté d'une pièce de monnaie, d'une médaille où est représentée la face d'un personnage; p. ext. avers. Jouer à pile ou face. La fameuse médaille (...) brillait, prisonnière, entre deux lentilles de cristal, visible du revers et de la face comme une hostie dans l'ostensoir (Arène, J. Figues,1870, p. 128).Les vivants et les morts sont près et loin les uns des autres comme le côté pile et le côté face d'un sou (Cocteau, Poèmes,1916-23, p. 120).
P. plaisant., fam. Partie antérieure du corps humain. Il leur manque bien quelques kilos [à des anatomies], insuffisance dont le côté face s'attriste moins que le côté pile (Colette, Jumelle,1938, p. 209).Catherine se prodigua bientôt, pile et face, dans un de ces illustrés dont la loi n'autorise plus l'étalage (H. Bazin, Lève-toi,1952, p. 209).
4. Littér. [Le compl. du nom désigne une divinité ou une entité abstr.] Présence spirituelle. Devant la face du Seigneur (Ac.). Cet antre, où Baal montre sa face à nu (Hugo, Cromw.,1827, p. 127).Lorsque m'apparaîtra la face de la mort (...) J'irai d'un pas serein vers le funèbre bord (Muselli, Travaux et jeux,1914, p. 29):
6. Dès lors qu'on regarde Jésus, on est sauvé, et qu'est-ce que Te regarder, sinon vivre en Toi? Dire du mal du prochain, convoiter la chair, etc., c'est détourner les yeux de Ta face. Green, Journal,1956, p. 196.
Loc. verb. [En parlant de Dieu] Détourner la face (de qqc. ou de qqn). L'abandonner. Il y a des moments où il me semble (...) que Dieu a détourné sa face de l'homme et l'a livré au malheur, sans secours, sans appui (J.-J. Ampère, Corresp.,1820, p. 159):
7. Lorsque du Créateur la parole féconde, Dans une heure fatale, eut enfanté le monde Des germes du chaos, De son œuvre imparfaite il détourna sa face, Et d'un pied dédaigneux le lançant dans l'espace, Rentra dans son repos. Lamart., Médit.,1820, p. 91.
II.− P. anal.
A.− Partie antérieure, partie qui se présente aux regards.
1. [Le compl. du nom, explicité ou non, désigne la lune, le soleil] Hélas! la face rubiconde de la lune trônait encore là-haut par-dessus les châtaigniers (Fabre, Rom. peintre,1878, p. 109):
8. Tant que ta face [du soleil] brillera, Je serai debout, éblouie, Amoureuse par l'odorat, Par le regard et par l'ouïe. Noailles, Éblouiss.,1907, p. 135.
2. Vieilli ou littér. [Le compl. du nom, explicité ou non, désigne un bâtiment] Synon. de façade (v. ce mot A 2).Ce bâtiment a tant de mètres de face (Ac.).L'empereur (...) s'est mis à marcher dans l'espèce d'allée perpendiculaire à la face de la maison (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 793).En poursuivant notre route, nous rencontrons à gauche une maison à face architecturale, sculptée et brodée d'arabesques peintes (Nerval, Voy. Orient,t. 1, 1851, p. 148).
3. Spécialement
a) Les faces de l'architrave. ,,Les bandes dont elle est composée`` (Ac.).
b) Les faces d'un bastion. ,,Les deux côtés qui sont entre les flancs et la pointe d'un bastion`` (Ac.).
c) [Au jeu de la bassette] ,,La première carte que découvre celui qui tient la banque. La face est un valet`` (Ac. 1798-1878).
B.− P. ext. Cf. surface.
1. Vx ou littér. Étendue d'un élément physique. La face des eaux, la face des abîmes (Ac.1835, 1878).Tous les sexes de toutes les races, qui pullulent et tourbillonnent de désir sur la face de la terre (Barrès, Enn. lois,1893, p. 125).Sur la face assombrie de l'eau, l'oie nageait, agile et souple (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 131).
2. GÉOM. et lang. cour. [Le compl. du nom, explicité ou non, désigne une chose nettement délimitée] Portion de plan délimitant un volume, un objet (cf. côté).
a) Au plur. Faces d'un dièdre, d'un prisme; les six faces égales d'un cube, d'un dé. Pierre taillée sur toutes ses faces (Ac.1932).Le clocher carré figure sur chaque face un quadrilatère percé à jour (...) par une longue baie droite (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 297).De l'enveloppe se tirait un bouquet de lilas, peint et découpé, qui s'ouvrait en éventail sur sept faces (Goncourt, Sœur Philom.,1861, p. 35):
9. ... au cercle inscrit et aux trois cercles exinscrits à un triangle correspondent pour le tétraèdre, en outre de la sphère inscrite et des quatre sphères exinscrites, les trois sphères des combles; les faces du tétraèdre délimitent en effet dans l'espace, des régions qui n'ont pas d'analogues en géométrie du triangle. Gds cour. pensée math.,1948, p. 50.
b) Au sing. [Avec un déterm. indiquant quelle face est considérée] Face inférieure, latérale, opposée, supérieure. Le long du plan incliné de la face boréale de la pyramide (Dupuis, Orig. cultes,1796, p. 138).Le Mont-Blanc, vu par sa face Nord-Est, par Argentière, le glacier du Géant, et toutes les aiguilles (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 480):
10. ... la figure I que l'on peut percevoir soit comme un cube vu par le bas avec la face ABCD en avant, soit comme un cube vu de haut avec la face EFGH en avant... Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 304.
En partic.
Vieilli ou littér. Synon. de façade (v. ce mot A 1).La face du côté de la cour (Ac.). Le chemin couvert de feuilles pourries qui touchait la maison sur la face septentrionale (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 87).Cf. aile ex. 44.
ANAT. Partie de la surface d'un organe, d'un membre, caractérisée par sa localisation. Face palmaire de l'avant-bras, face interne des cuisses. La face antérieure de la vessie (Ac.).Une aponévrose de couleur argentée brillante, qui forme les parois de l'abdomen et double la face interne du test (Cuvier, Anat. comp.,t. 1, 1805, p. 197).M. de Coantré avala sa salive. Quelque chose, sur la face supérieure de ses cuisses, se mit à trembler (Montherl., Célibataires,1934, p. 791):
11. À la face interne de l'abdomen, non loin de son extrémité, sont creusées deux petites cavités; sur la face ventrale du corps proéminent deux petits mamelons. J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 180.
BOT. Face externe, dorsale, inférieure/interne, supérieure d'une feuille. Côté où les nervures sont/ne sont pas saillantes. Leur face [des feuilles de la clématite] supérieure est verte foncée; l'inférieure est d'un vert pâle (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog.,t. I, 1821, p. 205).
C.− Au fig.
1. Aspect.
a) [En parlant d'une chose]
Au sing., vieilli, rare [Une chose concrète, une étendue, un paysage] Depuis quelques années, Paris a changé de face (Ac.1878).La plaine, tout au long couverte de travaux, Change de face à chaque instant, gaie et sévère (Verlaine, Œuvres compl.,t. 1, Sagesse, 1881, p. 277):
12. ... des montagnes subitement écroulées changent quelquefois la face de ces lieux, au point que les habitants eux-mêmes ont bien de la peine à s'y reconnaître. Dusaulx, Voy. Barège,t. 1, 1796, p. 126.
En gén. au plur. [Une chose abstr.] Examiner un problème sous toutes ses faces. Les jésuites se piquaient d'envisager les trois faces de la perfection : religieuse, politique, sociale (Sand, Hist. vie,t. 3, 1855, p. 298).Il est vrai que les événements se présentent (ou nous traversent) avec plusieurs faces conjointes, ce qui provoque la grande énigme du destin fatal et du libre arbitre (Cocteau, Poés. crit. II,1960, p. 12):
13. Le peuple athénien voulait que chaque affaire lui fût présentée sous toutes ses faces différentes et qu'on lui montrât clairement le pour et le contre. Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 434.
Loc. À double, triple face. C'est parce qu'elle était à double face que sa pensée [de Jésus] a été féconde (Renan, Vie Jésus,1863, p. 294).Depuis une dizaine de siècles au moins, il n'y a jamais eu qu'une question d'Orient, question à triple face et à triple tour (Bloy, Journal,1903, p. 193).
b) Rare. [En parlant d'une pers.] Lionel admirait sa femme, qui lui apparaissait extrêmement touchante sous cette face nouvelle de jeune mère en fleur (Feuillet, Mar. monde,1875, pp. 96-97).L'homme est ainsi (...) il a deux faces : il ne peut pas aimer sans s'aimer (Camus, Chute,1956, p. 1490):
14. J'ai deux, trois, quatre amis; eh bien! je suis contraint d'être un homme différent avec chacun d'eux, ou plutôt de montrer à chacun la face qu'il comprend. Delacroix, Journal,1823, p. 33.
2. Changer, renouveler la face de qqc. En bouleverser la substance. Évènement qui change la face des choses. [Descartes] changea véritablement la face des sciences mathématiques (Chasles, Apercu hist. et développ. géom.,1837, p. 94).Giotto (...) de gardeur de moutons devint peintre, sculpteur architecte et renouvela la face de l'art (Gautier, Guide Louvre,1872, p. 87).Une série de révolutions va balayer le vieux monde et en changer la face (Green, Journal,1931, p. 66).
III.− Locutions
A.− Loc. verb. Faire face à (cf. faire volte*-face).
1. [Le suj. désigne une pers.] Présenter ou tourner la face, la partie antérieure du corps vers quelqu'un ou quelque chose. Le père La Pérouse faisait face à la fenêtre et l'ombre compliquée de l'appui de la fenêtre dessinait des ornements sur ses joues (Gide, Journal,1914, p. 430).Le curé enjamba le bac, pour faire face à Jeanne. Il la fixait avec des yeux rieurs (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 149).
Emploi pronom. réciproque. Les deux danseurs, l'homme et la femme, placés à chaque bout d'une étroite planche, se font face (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 91).Le long des murs, deux rangées de moines se font face, immobiles (Green, Journal,1946, p. 8).
En partic. Présenter ou tourner la partie antérieure du corps vers quelqu'un pour s'en défendre. Faire face à l'ennemi. Pour monter sur une chaise et faire face aux moqueurs, il faut beaucoup de courage (Green, Moïra,1950, p. 207):
15. Quand il n'eut plus à craindre d'être rejoint, il se reprocha de tourner le dos à huit mille fusils et il leur fit face; il resta plusieurs minutes dans une gloire de balles sifflantes... Péladan, Vice supr.,1884, p. 156.
[Sans compl. prép. introd. par à] A-t-on jamais vu une armée battue, qui se retire dans son désordre (...) et sous la poussée du vainqueur, brusquement faire face (...)? (Valéry, Variété IV,1938, p. 73):
16. ... les cuirassiers, attaqués en flanc et en tête, en avant et en arrière, par l'infanterie et par la cavalerie, durent faire face de tous les côtés. Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 401.
[Avec ell. de faire; empl. comme commandement] Face à l'ennemi! (Ac.1932).
Au fig. Être en mesure de répondre, de pourvoir à quelque chose. Faire face aux dépenses. S'il éclatait une catastrophe sur la place du Havre, je n'ai pas ça de réserve pour y faire face (Augier, Fourchambault,1878, p. 30).
17. Il est probable qu'avant 1970 (...) l'Angleterre (...) aura ajouté un troisième combustible, l'uranium, aux deux dont elle dispose pour faire face à ses besoins, le charbon et le pétrole. Goldschmidt, Avent. atom.,1962, p. 263.
[Sans compl. prép. introd. par à] Remportez vos traites (...). Je n'ai pas d'argent pour faire face (A. DaudetFromont jeune,1874, p. 280).
2. [Le suj. désigne une chose] Présenter la partie antérieure, être tourné dans une certaine direction. Sa maison fait face à la mienne (Ac.) :
18. ... l'appentis est terminé. Il se dresse, ouvert de trois côtés. On comprend que l'orientation donnée à l'abri soit chose importante. Chez nous, où les ruées du vent et de la pluie débouchent de l'ouest, il fait face au levant. Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 149.
Emploi pronom. réciproque. Ces deux vieilles tours, couplées à la mode gothique, se faisant face diagonalement, ne contribuaient pas peu à l'agrément de la perspective (Gautier, Fracasse,1863, p. 291).Deux glaces se font face des deux côtés de la table (Verlaine, Œuvres compl., t. 4, Mém. veuf, 1886, p. 204).
B.− Loc. adv. Face à face
1. [En parlant de pers.] En se montrant la face. Se trouver face à face avec quelqu'un (Ac.).Tournant le dos à la tempête, ils restèrent face à face, ventre contre ventre, en tenant à quatre mains le parapluie qui oscillait (Flaub., Bouvard,t. 2, 1880, p. 135).Arrière! qui de vous osera me braver et me regarder face à face, misérables? (Claudel, Tête d'Or,1901, p. 242).
Littér. [En parlant de Dieu ou d'une abstraction personnifiée] Voir Dieu face à face (Ac.).Avant l'exécution on leur offrit de leur bander les yeux, mais ils refusèrent, disant qu'ils voulaient rencontrer la mort face à face (G. Leroux, Roul. tsar,1912, p. 96).
P. métaph. [En parlant d'une chose abstr.] Je me regardais, si je puis dire, moi tout seul, j'étais face à face avec ma solitude (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 256):
19. Vous avez au moins quelques notions d'algèbre, de géométrie, de physique? (...) je sentais la rougeur me monter au visage (...) c'était la première fois qu'on me mettait ainsi face à face avec mon ignorance. Dumas père, Comment je devins auteur dramatique,1833, introd., p. 10.
P. ext. [Avec une idée d'hostilité] En étant directement opposé à quelqu'un. Pendant l'avance des Allemands sur Paris, durant les semaines où les armées s'immobilisaient face à face pour quatre années d'une guerre sans précédent (Blanche, Modèles,1928, p. 70).Vous voilà aujourd'hui face à face, avec des balles dans vos fusils, stupidement prêts à vous entretuer (Martin du G., Thib.,Épil., 1940, p. 836):
20. Verdun, ce fut aussi une manière de duel devant l'univers, une lutte singulière, et presque symbolique, en champ clos, où vous [Pétain] fûtes le champion de la France face à face avec le prince héritier. Valéry, Variété IV,1938, p. 77.
Au fig. Jansénius (...) se rencontre tout d'un coup face à face en opposition formelle avec (...) Pie V et Grégoire XIII (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 2, 1842, p. 149):
21. Obtenez du gouvernement (...) que nous vidions face à face, vous et moi, dans le Siècle, le procès de Voltaire contre Nonotte à l'occasion de l'Essai sur les mœurs. Vous serez Voltaire, je serai l'autre... Veuillot, Odeurs de Paris,1866, p. 52.
2. [Le suj. ou le compl. prép. introd. par avec désigne des choses concr.] En se montrant la partie antérieure, de part et d'autre d'un point ou d'un axe de symétrie. Deux traverses accouplées où, à distance calculée, face à face, sont fichées quatre hautes et fortes chevilles (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 7).Nos deux fauteuils étaient face à face, de part et d'autre de la table, au-dessus de laquelle nous nous penchions pour nous parler (Gide, Journal,1930, p. 965).
Au fig. [Le suj. ou le compl. prép. introd. par avec désigne des choses abstr.] En présence (de). Quand ferons-nous un journal, mais à glaces rompues, vigoureux, indomptable? De la raison pure face à face avec la vérité (Lamart., Corresp.,1832, p. 274).Il ne restait plus face à face que des intérêts contraires, irrités par la fièvre du négoce (Zola, Bonh. dames,1883, p. 495).
C.− Loc. adv. et adj.
1. De face
a) (En) présentant la face, la partie antérieure du corps aux regards. Portrait de face; poser de face. Ernest se promena fièrement dans sa chambre, il se mit de trois quarts, de profil, de face devant la glace (Balzac, Modeste Mignon,1844, p. 147).Ces figures à peau rouge et à pagne blanc, qui présentent si souvent dans les fresques égyptiennes leur buste de face et leur tête de profil (Gautier, Rom. momie,1858, p. 169).
b) Du côté où l'on voit toute la face, toute la partie antérieure d'une chose. Loge de face; attaquer de face. Cet édifice est imposant lorsqu'on le voit de face (Ac.)Un village (...) groupé autour de son église, qu'on abordait de biais, qu'on voyait de face un moment (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 131):
22. Les navires grecs, il y a cinq ans, ont adopté la formation de face en ancrant devant Magnésie. Magnésie dans l'heure a déclaré la guerre. Giraudoux, Guerre Troie,1935, II, 5, p. 118.
Au fig. Sans détour, franchement. Aucun problème social n'est abordable de face; du moment où une solution paraît claire et facile, il faut s'en défier (Renan, Avenir sc.,1890, p. 370):
23. Ce qu'il [Gide] veut atteindre, non pas en s'y attaquant de face, mais de biais et comme en l'épousant, c'est « la grande foi, la grande doctrine (...) qui a fait l'Europe ce qu'elle est... » Massis, Jugements,1924, p. 68.
2. En face
a) Loc. adv. et adj. Du même côté que la face d'une personne, que la partie antérieure, visible d'une chose. On se reposait dans un pré, ayant Deauville à gauche, le Havre à droite et en face la pleine mer (Flaub., Cœur simple,1877, p. 21):
24. ... l'on vire de bord, on met le cap sur la rive opposée du bassin où la brume du matin se déchire. Arcachon recule et, sur la côte en face, qui paraît nue, le phare se dresse comme une colonne d'argent. Pesquidoux, Livre raison,1932, p. 148.
En partic.
(D') en face. (Qui se trouve) à la même hauteur de l'autre côté d'une rue. Maison, trottoir (d') en face. Il demeure en face (Ac.1932).Aujourd'hui, le petit vieux d'en face est décontenancé (Camus, Peste,1947, p. 1236):
25. ... une cheminée (...) avec un de ces gros feux mêlés de bois et de tourbe qui, la nuit, dans les rues de village, font saillir si rouge sur les murs d'en face le spectre des fenêtres de forge. Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 456.
Loc. adv. Droit dans les yeux. Regarder qqn bien en face. Il était timide : à trente ans, il n'osait regarder en face les visages de femme (Zola, Ventre Paris,1873, p. 611).
b) P. ext. loc. adv. Dire/parler en face. Dire/parler ouvertement, franchement. Franc et rieur, il disait en face mille épigrammes à un ami que, absent, il défendait avec courage et loyauté (Balzac, Peau chagr.,1831, p. 47).M. Renan me dit en face : Vous ne comprenez rien qu'à la littérature. Ne parlons donc que de cela (Barrès, Renan,1888, p. 45):
26. Je suis pas de ceux qui prennent dans le bien des autres et j'aime quand on parle en face (...). Tu es venu ce jour d'hui, on va régler ça ce jour d'hui et ce sera fini. Giono, Regain,1930, p. 215.
c) Au fig., loc. adv. Sans faux-fuyants, avec courage. Regarder les choses en face. Je me demande si je n'aime pas mieux trouver cette explication que de regarder en face une autre hypothèse (Larbaud, Journal,1934, p. 309):
27. Sans y penser en face, elle savait trop combien sa conscience en prenait à son aise, et que sa dévotion n'était, pour une part, rien que grimace. Toulet, J. fille verte,1918, p. 82.
D.− Loc. prép.
1. À la face de (littér.)
a) En présence de. Ce religieux osa dire à la face du président et des ministres de la République (...) que la France avait manqué à sa vocation (France, Mannequin,1897, p. 271):
28. Ce n'est plus son affront de tantôt qui le préoccupe, cet outrage public à la face de trente mille personnes; ce n'est pas non plus l'injure sanglante que le bey lui a adressée en présence de ses mortels ennemis. A. Daudet, Nabab,1877, p. 227.
b) Au vu et au su de. Puissances qui ont anéanti, sans pudeur, à la face des nations, le droit sacré de l'indépendance des peuples (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 59).Il [Louis XV] finit, sous les yeux d'une chaste épouse et d'un fils austère, à la face de la France et de l'Europe, par conclure un arrangement (...) avec madame de Pompadour (Sainte-Beuve, Prem. lundis, t. 1, 1869, p. 23).
À la face du ciel, du soleil, de l'univers. Publiquement, au vu et au su de tout le monde :
29. Vous me regardez, gens d'Argos, vous avez compris que mon crime est bien à moi; je le revendique à la face du soleil, il est ma raison de vivre et mon orgueil. Sartre, Mouches,1943, III, 6, p. 108.
2. En face de
a) Du même côté que la face d'une personne, que la partie antérieure, visible, d'une chose. J'écrivais sur le soufflet de la cheminée, en face de l'hôtelière, assise en silence devant moi (Chateaubr., Mém.,t. 2, 1848, p. 64).Je m'assis en face d'un couple (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 260):
30. Quand il aperçut son visage reflété dans le verre poli, il se reconnut à peine (...). Il restait debout en face du miroir. Il tira la langue comme pour constater l'état de sa santé. Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Lâche, 1884, p. 918.
Fam. (Ne pas) avoir les yeux* en face des trous.
b) P. ext. En présence de.
[Le déterminé désigne une pers.] Depuis que je suis née, je vis en face de cet homme et je suis occupée à le regarder (Claudel, Otage,1911, II, 2, p. 265):
31. ... ce testament sera tout simplement un testament mystique, c'est-à-dire prévu et autorisé par la loi pourvu qu'il soit lu en face de sept témoins, approuvé par le testateur devant eux, et fermé par le notaire, toujours devant eux. Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 14.
En face de l'Église. ,,Devant les ministres de l'Église et suivant les cérémonies et les formes ordinaires de l'Église. Il n'est guère usité que dans cette phrase. Épouser, se marier en face de l'Église. On dit plus ordinairement Devant l'Église ou à l'église`` (Ac. 1932).
En opposition avec, contre. Nous tremblons pour la Pologne, seule en face des Tartares prêts à se précipiter sur elle (Lamennais, L'Avenir,1831, p. 259).En face des féodalités, les forces vives de notre bourgeoisie ont su jadis imposer leurs volontés et détruire les lois anciennes (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 197):
32. Voilà des hommes, de toutes classes, qui ont accompli les armes à la main leur devoir de Français en face de l'envahisseur, respectez-les. Barrès, Cahiers,t. 8, 1909-10, p. 82.
[Le déterminé désigne une chose abstr.] En face du danger, du destin, de la mort. Je te donne carte blanche. Il est bon que parfois je te laisse en face des initiatives de la vie (Miomandre, Écrit sur eau,1908, p. 240).Quelle attitude suis-je conduit à adopter en face de l'hypothèse spirite? (Marcel, Journal,1923, p. 247):
33. ... on est séduit (...) par la lecture du Novum organum et de l'Augmentum scientiarum, et on reste dans une admiration soutenue en face de cet amalgame des vérités scientifiques les plus saisissantes revêtues des formes poétiques les plus élevées. C. Bernard, Princ. méd. exp.,1878, p. 210.
c) Au fig. Par rapport à. Vous ignorez combien la position des émigrés est délicate en face de ceux qui se trouvent posséder leurs biens (Balzac, Tén. affaire,1841, p. 170):
34. Qu'étaient les privilégiés, haut clergé et noblesse, en face du Tiers-État des villes et des campagnes? Un atome : deux cent mille contre vingt-quatre millions; un centième. Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 44.
Rem. On rencontre ds la docum. le synon. en face. Mon gros père, tu viendras ce soir avec ta voiture, par exemple, en face le gymnase (Balzac, Splend. et mis., 1844, p. 198). Quelle est la femme qui habite cette chambre dont la fenêtre donne sur la ruelle en face l'hôtel Vallombreuse (Gautier, Fracasse, 1863, p. 199). Nous allâmes nous installer derrière le Vert-Galant, sur la berge de la Seine, en face le bateau-lavoir (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 200).
3. Face à
a) La face, la partie antérieure du corps tournée vers. Nous avançons face au soleil. C'est contre toute logique que j'ai décidé de faire du plein est (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 220).Trois musulmans faisaient leurs génuflexions rituelles face à La Mecque (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 168).
b) P. ext. Du même côté que la partie antérieure, visible, de quelque chose. Ils se remirent à lire les inscriptions sur le mur, sur celui où il y avait la porte, face à la fenêtre (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 55).La Postüberwachung (...) occupait face à la gare d'Oberwesel les deux étages d'un petit hôtel réquisitionné (Ambrière, Gdes vac.,1946p. 90).
c) Au fig.
[Le déterminé désigne une pers.] En opposition avec, contre. Tout révolté, par le seul mouvement qui le dresse face à l'oppresseur, plaide (...) pour la vie, s'engage à lutter contre la servitude (Camus, Homme rév.,1951, p. 350).Chaque arrondissement verrait, face au candidat du « parti », se présenter, tout au moins, un socialiste, un radical, un républicain populaire, un modéré (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 266):
35. Avec sa double rouerie italienne et normande, il [Bohémond] se sentira aussi à son aise face aux diplomates byzantins qu'avec son invincible épée face aux Turcs. Grousset, Croisades,1939, p. 20.
[Le déterminé désigne une chose abstr.] En présence de. Être face à l'impossible − exorbitant, indubitable − quand rien n'est plus possible est à mes yeux faire une expérience du divin (G. Bataille, Exp. int.,1943, p. 57):
36. ... la science (...) se retrouvera toujours, au bout du compte, face au même problème posé : Comment donner à tous et à chacun de ces éléments leur valeur finale en les groupant dans l'unité d'un tout organisé? Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955, p. 278.
Prononc. et Orth. : [fas]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. fasce (écu) et formes du verbe faire. Étymol. et Hist. 1. a) 1remoitié du xiies. « partie antérieure de la tête de l'homme » (Psautier d'Oxford, éd. F. Michel, Psaume 79, 4); b) loc. adv. 1174-76 face a face (Guernes de Pont-Sainte-Maxence, La Vie de Saint Thomas le Martyr, 3544 ds T.-L.); 2. a) ca 1265 « aspect sous lequel une chose se présente » (Brunet Latin, Trésor, éd. F. J. Carmody, livre II, ch. 58, ligne 16); b) 1370-72 « chacun des côtés d'une chose » (Oresme, Le Livre des Ethiques d'Aristote, éd. A. D. Menut, livre I, ch. 16, p. 134); 3. a) 1552 « façade d'un édifice » (Rabelais, Quart Livre, éd. R. Marichal, XLIX, p. 203, ligne 27); b) av. 1611 « surface, superficie » (J. Bertaut, Œuvres, éd. 1634, p. 601 ds Guérin); c) 1819 « côté qui porte une figure (médaille, monnaie) » (Boiste). Du b. lat. facia « portrait », lui-même issu du lat. class. facies (v. ce mot). Fréq. abs. littér. : 16 807. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 15 114, b) 27 451; xxes. : a) 31 601, b) 24 866.
DÉR.
Facer, verbe trans.,,T. du jeu de la bassette. Amener pour face une carte qui est la même que celle sur laquelle un joueur a mis son argent. Il m'a facé d'abord. J'ai été facé trois fois`` (Ac. 1835, 1878). [fase], (je) face [fas]. Ds Ac. 1718-1878. 1resattest. 1. 1562 « former les faces (d'un polyèdre) » (M. Scève, Microcosme, L. II, p. 65 ds Hug.), emploi isolé; 2. 1718 terme de jeu de bassette (Ac.); du rad. de face*, dés. -er.
BBG. − Renson (J.). Les Dénominations du visage en fr. et ds les autres lang. rom. Paris, 1962, 2 vol., 738 p.

Face : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

face \fas\ féminin

  1. Visage.
    • […] et, surprenant un homme qui volait la ration d’un camarade, il l’invectiva et le frappa à la face. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 272 de l’éd. de 1921)
    • Quand il mettait un ortolan entier dans sa bouche, il cachait dans ses deux mains sa face rouge et bleue comme le cou des dindons quand on les siffle, et il fallait que les enfants fissent silence. — (François Mauriac, « Pour un livre de Raymond Oliver », octobre 1963, reproduit dans les Nouveaux cahiers François Mauriac n°4, Éditions Grasset & Fasquelle, 1996)
  2. (Familier) Figure humaine.
    • Des hoquets de dégoût convulsèrent de nouveau leurs faces hâlées, zébrées de rides. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • C’était bizarre. Jamalou n’éprouvait plus, devant cette face douloureuse dont les yeux révulsés, la bouche aux lèvres tuméfiée, presque noire, révélaient l’atroce agonie, aucune espèce de compassion. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Ce qui me frappait le plus en lui, c’était le sourire — le plus franc, le plus engageant que j’aie jamais vu sur aucune face humaine. — (Henry Miller, L’ancien combattant alcoolique au crâne en planche à lessive, dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Elle en avait contracté l’eczéma de la face, une éruption suintante qui la dévorait de sa brûlure atroce. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  3. (Anatomie) (Médecine) La partie antérieure de la tête.
    • Les muscles de la face. — Une plaie à la face.
  4. (Numismatique) Le côté d’une pièce de monnaie où est empreinte la figure , à l'opposé du côté pile.
    • Pile ou face.
  5. (Peinture) (Sculpture) Mesure qui sert à déterminer les proportions du corps humain, et qui est égale à la longueur du visage.
    • On divise ordinairement la hauteur du corps en dix parties égales, que l'on appelle faces en terme d'art, parce que la face de l'homme a été le premier modèle de ces mesures : on distingue aussi trois parties égales dans chaque face, c'est-à-dire dans chaque dixième partie de la hauteur du corps ; cette seconde division vient de celle que l'on a faite de la face humaine en trois parties égales. — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, De l'âge viril. Description de l'homme, in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 255.)
  6. Superficie, en parlant des choses.
    • Une végétation arbustive, résistante à la sécheresse occupe les faces exposées au sud. — (Robert E. Ricklefs & Gary L. Miller, Écologie, page 149, De Boeck Supérieur, 2005)
    • La face de la terre.
    • La face de la mer.
  7. (Astronomie) Hémisphère visible ou non visible d'un astre pour un observateur. Note : Le terme peut être considéré abusif, car une sphère n'a pas de face.
    • La face cachée de la Lune, celle qu'il est impossible de voir à partir de la Terre, est parfois confondue avec sa partie non éclairée.
  8. (Géométrie) Les diverses portions de surface plane qui terminent un solide.
    • Les faces d’une pyramide, d’un prisme.
    • Toutes les faces d’un cube sont des carrés.
  9. (Anatomie) (Botanique) Chacune des parties qui composent la superficie d’un organe.
    • Mais la face interne de l'épiderme, considéré dans ces parties, n'appelle pas moins, quoique sous un autre rapport, l'attention de l’anatomiste. — (M. Flourens, Recherches anatomiques sur la manière dont l’épiderme se comporte avec les poils et avec les ongles, dans Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, vol.7, 1838, page 845)
    • Les faisceaux ligneux pointent vers la face supérieure de la feuille alors que les faisceaux libériens sont situés vers la face inférieure. — (Danielle Roux & Odile Catier, Botanique, Pharmacognosie, Phytothérapie, Wolters Kluwer France, 2007, page 43)
  10. (Par extension) Chacun des différentes parties extérieures ou des différents aspects d’un objet placé de diverses façons ou vu de divers côtés.
    • La lame du kinjal porte sur chaque face une rainure pour permettre l’écoulement du sang de la victime. — (Henri Dorion & ‎Arkadi Tcherkassov , Le russionnaire: petite encyclopédie de toutes les Russies, Éditions MultiMondes, 2001, page 138)
    • Les faces d’un diamant.
  11. Le devant d’un édifice ou d’une de ses parties considérables.
    • La face d’une maison.
    • Ce bâtiment a tant de mètres de face.
    • Les faces latérales.
    • La face du côté de la cour.
    • La face du côté du jardin.
    • La face du côté du levant.
  12. (Spécialement) (Architecture) Chacune des bandes dont est composée l’architrave.
  13. (Architecture) Chacun des deux côtés qui sont entre les flancs et la pointe d’un bastion.
    • Faire face : Être tourné vers un certain côté.
    • Sa maison fait face à la mienne.
  14. (Figuré) État ou situation des affaires.
    • Cette mort changea toute la face des choses.
    • Depuis, la situation a changé de face, a pris une autre face, une tout autre face.
  15. Un des divers aspects ou des divers points de vue sous lequel une chose, une affaire peut être examinée, considérée.
    • L'histoire, n'en déplaise aux élitistes et aux complotistes, faces complémentaires d'une même incompréhension, est faite par les masses, aisées, pauvres ou médiocres. — (Emmanuel Todd, Les luttes des classes en France au XXIe siècle, Éditions du Seuil, 2020, p. 31)
    • Cette question a plusieurs faces.
    • Examiner une affaire sous toutes ses faces.
    • La question se présentait à moi sous une autre face.
  16. (Désuet) (Surtout au pluriel) Boucle de cheveux qui couvre les oreilles.
    • Fig 2. A. la toque piquée après laquelle les cheveux qui forment le toupet & les faces sont attachés. — (Encyclopédie méthodique : Arts et Métiers mécaniques, t.6, Paris, Panckouke & Liège, Plomteux, 1789, page 318)

Nom commun 2

face \fɛjs\ masculin et féminin identiques

  1. (Anglicisme) (Catch) Catcheur jouant le rôle du gentil.

Forme de verbe

face \fas\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de facer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de facer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de facer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de facer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de facer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Face : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FACE. n. f.
Visage. Il est surtout usité lorsqu'on parle de Dieu. Dieu détourne sa face du pécheur. Devant la face du Seigneur. Il se dit aussi, dans le style familier, de la Figure humaine. Avoir une large face, la face large et rubiconde. Une face réjouie, enluminée. Fig. et fam., Une face de carême. Voyez CARÊME. Fig., Se voiler la face, Se couvrir le visage pour ne pas voir un spectacle qu'on réprouve. Homme à deux faces, à double face, Homme faux, perfide. Il s'emploie également en termes d'Anatomie et de Médecine. Les muscles de la face. Une plaie à la face. En termes de Numismatique, il désigne le Côté d'une pièce de monnaie où est empreinte la figure. Pile ou face. Jouer à pile ou face. Voyez PILE. En termes de Peinture et de Sculpture, il signifie Mesure qui sert à déterminer les proportions du corps humain, et qui est égale à la longueur du visage. L'ensemble de la figure a dix faces. Il y a, du bas du genou au cou-de-pied, deux faces. Il se dit aussi pour Superficie, en parlant des Choses. La face de la terre. La face de la mer. Il désigne également, en termes de Géométrie, les Diverses portions de surface plane qui terminent un solide. Les faces d'une pyramide, d'un prisme. Toutes les faces d'un cube sont des carrés. Il se dit pareillement, en termes d'Anatomie, d'Une des parties qui composent la superficie d'un organe. La face supérieure de l'estomac. La face antérieure de la vessie. En termes de Botanique, Face inférieure, externe ou dorsale des feuilles, Celle sur laquelle fait saillie la nervure. Face supérieure ou interne, La face opposée. Par extension, il désigne les Différentes parties extérieures, les différents aspects d'un objet placé de diverses façons ou vu de divers côtés. Pierre taillée sur toutes ses faces. Les faces d'un diamant. Il désigne encore, dans une acception particulière, le Devant d'un édifice ou d'une de ses parties considérables. La face d'une maison. Ce bâtiment a tant de mètres de face. Les faces latérales. La face du côté de la cour. La face du côté du jardin. La face du côté du levant. En termes d'Architecture, Les faces de l'architrave, Les bandes dont elle est composée. En termes de Fortification, Les faces d'un bastion, Les deux côtés qui sont entre les flancs et la pointe d'un bastion. Faire face, Être tourné vers un certain côté. Sa maison fait face à la mienne. Il signifie particulièrement, en termes de Guerre, Présenter le front. Nous faisions face à l'ennemi. On dit de même Faire face de tous côtés, en parlant d'une Troupe rangée de telle sorte que, de quelque côté que les ennemis viennent l'attaquer, elle leur présente le front. Par ellipse, Face à l'ennemi! Ils restèrent face à l'ennemi. On dit aussi Faire volte-face. Voyez VOLTE. Faire face signifie aussi figurément Pourvoir ou parer à quelque chose, ne pas se trouver au dépourvu dans le besoin. Pour faire face à cette dépense. Il n'est pas en état de faire face à ses engagements. Je ferai face à tous les événements, à tout.

FACE signifie figurément État, situation des affaires. Cette mort changea toute la face des choses. Depuis, la situation a changé de face, a pris une autre face, une tout autre face. Il se dit également des Divers aspects, des divers points de vue sous lesquels une chose, une affaire peut être examinée, considérée. Cette question a plusieurs faces. Examiner une affaire sous toutes ses faces. La question se présentait à moi sous une autre face.

EN FACE, loc. adv. Par-devant. Voir, regarder quelqu'un ou quelque chose en face. Regarder quelqu'un en face signifie aussi Le regarder au visage, le regarder fixement ou sans baisser les yeux. Osez-vous bien, après cela, me regarder en face? Fig., Regarder la mort en face, le péril en face, Ne point s'effrayer à la pensée d'une mort prochaine, d'un péril imminent. Peu de gens osent regarder la mort en face.

EN FACE signifie quelquefois simplement En présence, la personne étant présente. Il osa le lui dire en face. Soutenir un mensonge en face. Reprocher une injustice en face.

EN FACE DE, loc. prép. Vis-à-vis de. Se placer en face de quelqu'un, de quelque chose. Sa maison est en face de la mienne. Par ellipse, Il demeure en face. La maison d'en face. Ils avaient le soleil en face. En face de l'Église, Devant les ministres de l'Église et suivant les cérémonies et les formes ordinaires de l'Église. Il n'est guère usité que dans cette phrase, Épouser, se marier en face de l'Église. On dit plus ordinairement Devant l'Église ou à l'église.

DE FACE, loc. adv. Du côté où l'on voit toute la face, tout le devant. Une loge de face. On l'emploie surtout en termes de Beaux-Arts. Une figure vue, dessinée, prise de face. Cet édifice est imposant lorsqu'on le voit de face.

FACE À FACE, loc. adv. On l'emploie en parlant de Deux personnes qui sont en présence l'une de l'autre, dont l'une a le visage tourné vers celui de l'autre. Se trouver face à face avec quelqu'un. Nous nous sommes rencontrés face à face. Dans le langage mystique, Voir Dieu face à face.

À LA FACE DE, loc. prép. En présence de, à la vue de. Il ne s'emploie guère que dans le style figuré. À la face de l'univers, de toute la terre.

Face : définition du Littré (1872-1877)

FACE (fa-s') s. f.
  • 1Visage. La face humaine. Le sceptre que porte sa race, Où l'heur aux mérites est joint, Lui met le respect en la face, Malherbe, III, 1. Un fantôme pareil et de taille et de face, Tandis que vous fuirez, remplira votre place, Corneille, Médée, IV, 6. Quand lui, la face ouverte et nullement émue, Rotrou, Antig. I, 2. Nous couvrons notre face devant Dieu, Bossuet, Hist. II, 6. Pyrrhus m'a reconnu, mais sans changer de face ; Il semblait que ma vue excitât son audace, Racine, Andr. V, 3. Le sang de toutes parts ruisselle sur sa face céleste [de Jésus-Christ], Massillon, Carême, Passion. Ses cheveux [de la Vierge] flottent portés par des faces de chérubins, Chateaubriand, Natch. IV. Le voyage qu'ils font [mes parents morts] est profond et sans bornes ; On le fait à pas lents, parmi des faces mornes, Et nous le ferons tous ! Hugo, F. d'aut. 6.

    Se couvrir, se voiler la face, se cacher la figure en signe de chagrin ou d'indignation ou de honte.

    Il s'emploie dans le langage de l'anatomie et de la médecine. Les muscles de la face. Les altérations de la face.

    Face hippocratique, l'aspect que présente le visage d'une personne à l'agonie, ainsi dite d'une description frappante faite de cet état des traits par Hippocrate.

    Face se dit le plus souvent dans le langage familier. Avoir une grosse face, une face rebondie, enluminée.

    Face de carême, visage pâle et blême.

    Face de réprouvé, physionomie sinistre et effrayante.

    Avoir une face de prédestiné, avoir un visage plein, vermeil et serein.

    La face s'allonge, se dit de celui dont la figure exprime quelque désappointement. À cet effroyable prodige, D'un pied ma face s'allongea, Scarron, Virg. III.

    Populairement. Couvrir la face à quelqu'un, lui donner un soufflet.

    Un homme à deux faces, à double face, homme perfide, trompeur, faux.

  • 2Faire face, se dit d'un homme qui, poursuivi, se retourne et résiste aux assaillants.

    Fig. Pourvoir à une chose, parer à un inconvénient. Faire face à ses engagements. J'ai parlé de la déroute [banqueroute] de la Touane et de Sauvion et que le roi fit face pour eux afin de soutenir son crédit, Saint-Simon, 99, 53.

    Terme militaire. Faire face à l'ennemi, lui présenter le front des lignes. Défiant les Romains, qui se serrent, font face, Saurin, Spartac. I, 4.

    Faire face de tous côtés, se dit d'une troupe rangée de telle sorte qu'elle présente le front, de quelque côté que l'ennemi s'avance.

    Elliptiquement : Face ! Face à droite ! etc. commandement de faire face, de faire face à droite, etc.

    Faire volte-face, voy. VOLTE-FACE.

  • 3 Terme de numismatique. Dans une pièce de monnaie, côté où se trouve la tête du souverain.

    Dans une médaille, le côté où se trouve la tête ou quelquefois le nom seul de celui pour qui elle a été frappée.

    Jouer à pile ou face, voy. PILE.

  • 4Face, en histoire naturelle, se dit aussi des animaux mammifères. La face du chien.

    Terme de manége. Belle face, marque blanche très grande occupant presque toute la partie antérieure de la tête du cheval, et s'étendant jusqu'aux yeux, et même au delà.

  • 5Terme du jeu de bassette. La première carte que découvre celui qui tient la banque. La face est un valet.
  • 6Il se dit des tempes par rapport aux cheveux qui les couvrent. Il a les faces dégarnies.
  • 7 Terme de peinture et de sculpture. Hauteur équivalant à celle de la face et qui sert à déterminer la dimension en longueur d'une figure humaine. On divise ordinairement la hauteur du corps en dix parties égales, que l'on appelle faces en termes d'art, parce que la face de l'homme a été le premier modèle de ces mesures, Buffon, Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 322, dans POUGENS.
  • 8 Terme de l'Écriture. La face de Dieu, la présence intellectuelle ou morale de la divinité. Caïn s'étant retiré de devant la face du Seigneur, Sacy, Bible, Genèse, IV, 16. Il rejette les orgueilleux de devant sa face, Bossuet, Croix, 1. Le Seigneur voulait vous sanctifier dans le secret de sa face, Massillon, Carême, Voc.
  • 9Façade. S'il rencontre un palais, il m'en décrit la face, Boileau, Art p. I.

    Faire face, avoir la façade tournée vers un point. Cette maison fait face à une grande boutique.

    Les faces de l'architrave, les bandes dont elle est composée.

    Les faces d'un bastion, les deux côtés qui vont de la pointe aux deux flancs.

  • 10Surface que présente une chose. La face supérieure d'un bloc de marbre. Tout de même que les peintres, ne pouvant également bien représenter dans un tableau plat toutes les diverses faces d'un corps solide, en choisissent une des principales, Descartes, Méth. v, 2.

    Terme d'horlogerie. Face de pignon, plans ou côtés qui déterminent l'épaisseur d'un pignon.

    Terme d'eaux et forêts. La face d'un baliveau ou d'un pied cormier, le côté sur lequel on applique la marque du marteau. On appelle aussi faces du bois les quatre côtés d'une pièce équarrie.

    Face, le biseau d'une échoppe.

    Terme de menuiserie. Faces plates, parties de la montre du buffet d'orgues qui sont entre les tourelles, et qui n'ont pas, comme ces dernières, de saillie sur le massif.

    Terme d'astrologie. Le tiers d'un signe du zodiaque ou 10 degrés. Vénus est dans la troisième face du Taureau.

    Terme d'histoire naturelle. Les parties aplaties d'un organe. La face interne, celle qui regarde l'axe du corps ; la face externe, la face opposée.

    Face inférieure, externe ou dorsale des feuilles, celle sur laquelle fait saillie la nervure moyenne ou principale ; face supérieure, interne ou ventrale, celle qui est opposée à la précédente.

    Terme de géométrie. Les diverses surfaces planes qui limitent un solide. Les pyramides d'Égypte ont quatre faces.

  • 11Superficie. La face de la lune. On ne l'a point revu sur la face de l'eau, Tristan, M. de Chrispe, v, 6. Le moindre vent qui d'aventure Fait rider la face de l'eau Vous oblige à baisser la tête, La Fontaine, Fabl. I, 22. L'iniquité couvrit toute la face de la terre, Bossuet, Hist. II, 1. Répandus sur la terre, ils [les Juifs] en couvraient la face, Racine, Esth. II, 1. La tristesse était répandue sur la face de l'Espagne, Voltaire, Mœurs, 177. La face entière de la terre porte aujourd'hui l'empreinte de la puissance de l'homme, Buffon, 7e époq. nat. Œuvres, t. XII, p. 339, dans POUGENS. Du monde un voile épais enveloppe la face, Delavigne, Paria, IV, 7.

    Dans le langage de l'Écriture, la face des eaux, la face de l'abîme, des abîmes.

  • 12Aspect. Et le taon des guerres civiles Piqua les âmes des méchants, Qui firent avoir à nos villes La face déserte des champs, Malherbe, VI, 29. Paris changera de face dans quelques mois, Sévigné, 145. Les solitudes prenaient une face riante, Bossuet, I, Pâq. 1. Je ne veux proposer que le simple coup d'œil de la face de la nature, Fénelon, Exist. 9. Tout le monde ne sait pas voir ; on prend pour l'objet entier la première face que le hasard nous a présentée, Fontenelle, Dodart.
  • 13 Fig. Il se dit des divers aspects ou points de vue que présente quelque chose. Que l'air dont vous vivez vous faisait un peu tort ; Qu'il prenait dans le monde une méchante face, Molière, Mis. III, 5. Le ton de voix change un discours de face, Pascal, Puiss. tromp. 1 (éd. Faugère). La vérité ne s'offre à eux que sous une double face, Massillon, Avent, Épiph. Sous quelque face qu'on considère les choses, les moines sont des misérables qui scandalisent et qui fatiguent trop le Mexique pour les y laisser subsister plus longtemps, Raynal, Hist. phil. VI, 13. Les choses dans ce monde prennent des faces bien différentes ; tout ressemble à Janus ; tout, avec le temps, a un double visage, Voltaire, Lett. Florian, 14 janvier 1767. L'on ne présente qu'un côté de l'objet, on met dans l'ombre toutes les autres faces, et ordinairement ce côté qu'on choisit est une pointe, un angle sur lequel on fait jouer l'esprit avec d'autant plus de facilité qu'on l'éloigne davantage des grandes faces sous lesquelles le bon sens a coutume de considérer les choses, Buffon, Disc. de réception.

    Terme de musique. Faces d'un accord, les différents aspects que présente cet accord, selon que l'on prend pour la note la plus basse l'une ou l'autre de celles dont il se compose.

  • 14État, situation des choses. Albe et Rome demain prendront une autre face, Corneille, Hor. I, 2. En vit-on jamais un [sort] dont les rudes traverses Prissent en moins de rien tant de faces diverses ? Corneille, ib. IV, 4. [Les morts] qui détruisent les partis et donnent une autre face aux affaires, Corneille, Sert. Au lecteur. Mais les choses depuis ont bien changé de face, Molière, le Dép. v, 7. Ils ont changé la face de la chrétienté, Pascal, Prov. 5. Quel fruit lui en revint-il, sinon de connaître par expérience le faible des grands politiques, leurs volontés changeantes ou leurs paroles trompeuses, la diverse face des temps, les amusements des promesses… ? Bossuet, Anne de Gonz. D'un secret tout à coup la vérité connue Change tout, donne à tout une face imprévue, Boileau, Art p. III. Oui, puisque je retrouve un ami si fidèle, Ma fortune va prendre une face nouvelle, Racine, Andr. I, 1. C'est donc toi dont l'audace De la terre à ton gré prétend changer la face, Voltaire, Fanat. II, 5. Les révolutions des empires, la diverse face des temps, les nations qui ont dominé… tout cela que peut-il paraître ? Vauvenargues, Max. CCII.
  • 15Morceau de cuir, etc. attaché vers le milieu d'un ceinturon d'épée et auquel sont fixés des pendants.
  • 16À la face de, loc. prép. En présence, à la vue de. Il est difficile de défendre un ouvrage des ténèbres à la face de tant de juges si éclairés, Patru, Plaidoyer 2, dans RICHELET. Et faisons en ces lieux Justice à tout le monde, à la face des dieux, Corneille, Cinna, I, 3. Elle fut hier mariée à la face du soleil, Sévigné, 399. C'est pour cela qu'à la face de toutes les nations il révélera toute la turpitude du pécheur et toute son ignominie, Bourdaloue, Jugem. dern. 2e avent, p. 750. Ils [Charles IV de Lorraine et Béatrix de Cusance] continuèrent de vivre ensemble à la face du monde, comme étant effectivement mariés, Saint-Simon, 52, 117. Nous jurâmes par elle à la face des cieux, Voltaire, Tancr. v, 3.

    Fig. Vous en faire rougir à la face de toute l'Église, Pascal, Prov. 16. En présence des empereurs et à la face de tout l'univers, Bossuet, Hist. II, 7.

  • 17De face, loc. adv. Du point où l'on voit toute la face. Nous voyons tout le palais de face. Une figure dessinée de face, prise de face.

    Fig. Vous avez bien fait de n'y pas peindre le genre humain tout à fait de face ; ce triste visage n'est pas bon à être vu de face dans toute la difformité de ses traits, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 12 févr. 1763.

    Terme militaire. De face, de front.

  • 18De prime face, voy. PRIME FACE.
  • 19En face, loc. adv. Par devant. Voir quelque chose en face.

    Regarder quelqu'un en face, fixer ses regards sur son visage.

    Fig. Soutenir le regard de quelqu'un. Osez-vous bien après cela me regarder en face ?

    Regarder le péril, la mort en face, les regarder sans effroi, sans trouble.

    Vis-à-vis. Avoir le soleil en face. Ce château a en face un fort beau canal.

    Devant la personne même, la personne même étant présente. Quoi ! vous osez me soutenir en face Que plus tôt qu'à cette heure on m'ait ici pu voir ? Molière, Amph. II, 2. Je ménage les gens et sais comme embarrasse Le contraignant effort de ces aveux en face, Molière, F. sav. I, 2. Docte abbé, de ce pas j'irai leur dire en face…, Boileau, Épît. XI. Ils n'ont pas la force de résister à personne en face, Fénelon, Tél. XXIII. En général, nous ne louons aujourd'hui les grands en face que très rarement, et encore ce n'est que dans les épîtres dédicatoires qui ne sont lues de personne, pas même de ceux à qui elles sont adressées, Voltaire, Sur les panégyr. Ils se disaient en face des choses insultantes, qu'ils croyaient des traits d'esprit, Voltaire, Babouc.

  • 20En face de, loc. prép. Vis-à-vis. En face du théâtre est un des plus anciens temples d'Athènes, celui de Bacchus, Barthélemy, Anachar. ch. 8. En face des autels par le sang profanés, Lemercier, Fréd. et Br. II, 3.

    Se placer en face de quelqu'un, se placer devant lui ; et fig. lui résister ouvertement.

    En face de l'Église, devant les ministres de l'Église, et suivant les formes ordinaires de l'Église. Épouser, se marier en face de l'Église.

  • 21Face à face, loc. adv. Vis-à-vis l'un de l'autre, en parlant de deux personnes qui ont le visage tourné l'une vers l'autre… Chacun d'eux devint statue et marbre dur ; Le couple infortuné face à face repose, La Fontaine, Filles de Minée.

    Fig. Nous voilà face à face avec la vérité, Lamartine, Méd. I, 28.

    On dit de même voir Dieu face à face. Et c'est là que bientôt voyant Dieu face à face, Corneille, Poly. v, 2. J'ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée, Sacy, Bible, Genèse, XXXII, 30. Un prophète à qui Dieu parlait face à face, Bossuet, Hist. II, 3.

    PROVERBE

    Face d'homme fait vertu, ou porte vertu, c'est-à-dire une chose n'en va que mieux quand on y est présent et qu'on s'en occupe.

HISTORIQUE

XIIe s. Aval la face [l'eau] lui est clere coulée, Ronc. p. 48. Dame, mar vi [je vis à la male heure] le clair vis et la face Où rose et lis florissent chascun jour, Couci, X. Cil fu bons emperere ; Deus li duna sa grace, Saint iglise l'eshauce ; il veit Deu face à face, Th. le mart. 91. Mais l'une de ses faces comença à festrir, Si que dedenz la buche tresqu'as denz li purri, ib. 94.

XIIIe s. Acolé sont estroitement, Bouce à bouce et face à face, Fl. et Bl. 2598. La verité a maintes fois face de mensonge ; et maintes fois est mençoigne coverte en semblance de verité, Latini, Trésor, p. 347.

XIVe s. Et dient les expositeurs que tetragone est un corps quarré comme un dey et a six faces, Oresme, Eth. 24.

XVIe s. N'oser regarder en face les ennemis, Montaigne, I, 64. Vous avez bien la face descouverte ; or moy, je suis tout face [paroles d'un sauvage presque nu], Montaigne, I, 259. Brief, haut et bas, en face et à dos, à dextre et à gauche, nous sommes assiegez et assailliz de…, Calvin, Instit. 791. Il ne tint plus conte de ses ennemis, lesquels de premiere face l'avoient tant effrayé, Calvin, ib. 110. Et ainsi les reformez commencerent quelque face [façon] de siege, D'Aubigné, Hist. II, 437. La passion du cœur m'apparoist sur la face : La face ne ment point, c'est le mirouer du cœur, Ronsard, 273. Face d'abbé [visage enluminé], H. Estienne, Apol. pour Hérodote, p. 357, dans LACURNE. Face de grand turc [le derrière], Oudin, Dict.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FACE.
6Ajoutez : Cet homme, grand et maigre, encore vigoureux, était vêtu d'un habit noir à la française, portait des faces poudrées, une queue, et une espèce de petite bourse autrefois appelée crapaud, E. Sue, le Colonel de Surville, ch. 1er.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Face : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

FACE, (Anat.) visage de l’homme. Cette partie animée par le souffle de Dieu, suivant l’expression de Moyse (Gen. ij. 7.), a des avantages très-considérables sur celle qui lui répond dans les autres animaux, & qu’on appelle bec, museau, ou hure. Voyez Bec, &c.

Cicéron, Ovide, Silius Italicus, & plusieurs autres, ont remarqué que l’homme seul de tous les animaux, a la face tournée vers le ciel. Brown, l. I V. ch. j. de son ouvrage sur les erreurs populaires, a dit là-dessus des choses assez curieuses. Voy. Brown’s Worcks, p. m. 149-151.

M. de Buffon, dans le second tome de son histoire naturelle, a exprimé parfaitement les traits caractéristiques qui peignent les passions fortes par le changement de la physionomie. Si l’on considere combien les passions ont de degrés & de combinaisons différentes, si l’on observe ensuite que chaque modification des mouvemens de l’ame est reconnoissable à des yeux exercés, on sera étonné de la diversité prodigieuse des mouvemens, dont les muscles de la face sont susceptibles. Voyez Physionomie.

On juge encore du tempérament ; & presque des mœurs & du caractere d’esprit, par l’inspection des rides du front. Le principe de cet art, dont l’application paroît fort vaine, a été singulierement défendu par M. Lancisi, dans une dissertation qui est à la tête du Theatrum anat. de Manget. Voy. Métoposcopie.

Les Anatomistes sont assez d’accord sur l’exposition des os de la face ; mais ils different extrèmement dans les descriptions des muscles de cette partie. Celles de Santorini sont très-remarquables. Observ. anat. chap. j. Voyez les articles particuliers des os & des muscles de la face, comme Maxillaire, Masseter, &c.

On distingue la face en partie supérieure ou front, & en partie inférieure. Enfin on se sert du mot face, pour exprimer le côté supérieur, antérieur, &c. de différentes parties du corps. (g)

Face, (Séméiotique.) Voyez Visage.

Face hippocratique, voyez Visage Hippocratique.

FACE, s. f. en Géomét. désigne en général un dès plans qui composent la surface d’un polyhedre : ainsi on dit que l’hexahedre a six faces. V. Polyhedre.

La face ou le plan sur lequel le corps est appuyé, ou supposé appuyé, est appellée proprement sa base, & les autres plans gardent le nom de face. Chacune des faces peut servir de base, ou être supposée servir de base. Cependant lorsqu’un corps est long & étroit, comme un obélisque, on prend pour base la face la moins étendue. (O)

* Face, (Astrol. jud. & Divinat.) c’est la troisieme partie de chaque signe du zodiaque, que les Astrologues ont regardé comme composé de 30 degrés. Ils ont divisé ces 30 degrés en trois. Les dix premiers degrés composent la premiere face ; les dix suivans, la seconde ; & les dix autres, la troisieme face. Ils ont ensuite rapporté ces faces aux planetes, & ils ont dit que Vénus correspondoit dans telle circonstance à la troisieme face du Taureau, c’est-à-dire qu’elle étoit dans les dix derniers degrés de ce signe. On voit bien que toutes ces idées sont arbitraires, & que si l’Astrologie fonde ses prédictions sur ces divisions, il ne faut que les connoître un peu pour être desabusés. Quand on conviendroit qu’en conséquence de la liaison, qui est nécessairement entre tous les êtres de l’Univers, il ne seroit pas impossible qu’un effet relatif au bonheur ou au malheur de l’homme, dût absolument co-exister avec quelque phénomene céleste, ensorte que l’un étant donné, l’autre résultât ou suivît toûjours infailliblement ; peut-on jamais avoir un assez grand nombre d’observations pour fonder en pareil cas quelque certitude ? Ce qui doit ajoûter beaucoup de force à cette considération, c’est que toute la durée de nos observations en ce genre ne sera jamais qu’un point, relativement à la durée du monde, antérieure & postérieure à ces observations. Celui qui craindroit, lorsque le Soleil descend sous l’horison, que la nuit qui approche ne fût sans fin, seroit regardé comme un fou : cependant je voudrois bien que l’on entreprît de déterminer le nombre des expériences suffisant pour ériger un évenement en loi uniforme & invariable de l’Univers, lorsqu’on n’a de la constance de l’évenement aucune démonstration tirée de la nature du méchanisme, & qu’il ne reste, pour s’en assûrer, que des observations réitérées.

Face d’une Place, (Fortificat.) c’est la même chose que le front d’une place : c’est un de ses côtés, composé d’une courtine & de deux demi bastions. Voyez Front.

Lorsqu’on veut attaquer une place, il est très-important d’en bien connoître les différentes faces, ou les différens fronts, afin d’attaquer le plus foible ou celui qui donne le plus de facilité pour les approches, & pour y faire arriver les munitions commodément. Voyez Attaque. (Q)

Faces (les) d’un ouvrage de Fortification, sont en général les deux côtés de l’ouvrage les plus avancés vers la campagne, ou le dehors de la place.

Ainsi les faces du bastion sont les deux côtés qui forment un angle saillant du côté de la campagne ; elles sont par leur position les plus exposées de toutes les parties de l’enceinte, au feu de l’ennemi ; & comme elles ne sont d’ailleurs défendues que par le flanc du bastion opposé, elles sont les parties les plus foibles du bastion, ou de l’enceinte des places fortifiées : c’est par cette raison que l’attaque du bastion se fait par les faces ; on y fait breche ordinairement vers le milieu ou le tiers, à compter de l’angle flanqué ; on se trouve par-là en état, lorsqu’on s’est établi sur la breche, d’occuper plus promptement tout l’intérieur du bastion. Voy. Attaque du Bastion.

Les faces du bastion doivent avoir au moins 35 ou 40 toises, afin que le bastion ne soit pas trop petit. On les trouve bien proportionnées à 50 ; parce qu’elles donnent alors le bastion d’une grandeur raisonnable. Lorsqu’elles doivent défendre quelqu’ouvrage au-delà du fossé, il faut qu’elles ayent la longueur nécessaire pour les bien flanquer ; elles ne doivent point être trop inclinées vers la courtine, afin de défendre plus avantageusement ou moins obliquement l’approche du bastion.

Les faces de la demi-lune, des contre-gardes, des tenaillons ou grandes lunettes, &c. sont de même les deux côtés de ces ouvrages qui forment un angle vers la campagne ; ainsi que celles des places d’armes du chemin couvert. Ces dernieres devroient avoir toûjours 15 ou 20 toises, afin de rendre les places d’armes plus grandes, & de pouvoir flanquer plus avantageusement les branches ou les côtés du chemin couvert, qui en sont flanqués ou défendus. Voyez Chemin couvert & Place d’armes du Chemin couvert. (Q)

Face, (Arts, Dessein, Sculpture, Peinture.) nom donné par les Dessinateurs à une dimension du corps humain, pour fixer les justes proportions que ces parties doivent avoir ensemble.

Pour cet effet, les Dessinateurs divisent ordinairement la hauteur du corps en dix parties égales, qu’ils appellent faces en terme d’art ; parce que la face de l’homme a été le premier modele de ces mesures. On distingue trois parties égales dans chaque face, c’est-à dire dans chaque dixieme partie de la hauteur du corps : cette seconde division vient de celle que l’on a faite de la face humaine en trois parties égales. La premiere commence au-dessus du front, à la naissance des cheveux, & finit à la racine du nez ; le nez fait la deuxieme partie de la face ; & la troisieme, en commençant au-dessous du nez, va jusqu’au-dessous du menton. Dans les mesures du reste du corps, on désigne quelquefois la troisieme partie d’une face, ou une trentieme partie de toute la hauteur, par le mot de nez, ou de longueur du nez.

La premiere face dont nous venons de parler, qui est toute la face de l’homme, ne commence qu’à la naissance des cheveux, qui est au-dessus du front ; depuis ce point jusqu’au sommet de la tête, il y a encore un tiers de face de hauteur, ou, ce qui est la même chose, une hauteur égale à celle du nez : ainsi depuis le sommet de la tête jusqu’au-bas du menton, c’est-à-dire dans la hauteur de la tête, il y a une face & un tiers de face ; entre le bas du menton & la fossette des clavicules, qui est au-dessus de la poitrine, il y a deux tiers de face : ainsi la hauteur depuis le dessus de la poitrine jusqu’au sommet de la tête, fait deux fois la longueur de la face ; ce qui est la cinquieme partie de toute la hauteur du corps. Depuis la fossette des clavicules jusqu’au-bas des mammelles, on compte une face : au-dessous des mammelles commence la quatrieme face, qui finit au nombril ; & la cinquieme va à l’endroit où se trouve la bifurcation du tronc ; ce qui fait en tout la moitié de la hauteur du corps. On compte 2 faces dans la longueur de la cuisse jusqu’au genou ; le genou fait une demi face. Il y a 2 faces dans la longueur de la jambe, depuis le bas du genou jusqu’au coup-de-pié, ce qui fait en tout neuf faces & demie ; & depuis le coup-de-pié jusqu’à la plante du pié, il y a une demi-face, qui complete les dix faces, dans lesquelles on a divisé toute la hauteur du corps.

Cette division a été faite pour le commun des hommes ; mais pour ceux qui sont d’une taille haute & fort au-dessus du commun, il se trouve environ une demi-face de plus dans la partie du corps, qui est entre les mammelles & la bifurcation du tronc : c’est donc cette hauteur de surplus dans cet endroit du corps qui fait la belle taille. Alors la naissance de la bifurcation du tronc ne se rencontre pas précisément au milieu de la hauteur du corps, mais un peu au-dessous.

Lorsqu’on étend les bras, de façon qu’ils soient tous deux sur une même ligne droite & horisontale, la distance qui se trouve entre les extrémités des grands doigts des mains, est égale à la hauteur du corps. Depuis la fossette qui est entre les clavicules jusqu’à l’emboîture de l’os de l’épaule avec celui du bras, il y a une face : lorsque le bras est appliqué contre le corps & plié en-avant, on y compte quatre faces ; savoir deux entre l’emboîture de l’épaule & l’extrémité du coude, & deux autres depuis le coude jusqu’à la premiere naissance du petit doigt, ce qui fait cinq faces ; & cinq pour le côté de l’autre bras, c’est en tout dix faces, c’est-à-dire une longueur égale à toute la hauteur du corps.

Il reste cependant à l’extrémité de chaque main la longueur des doigts, qui est d’environ une demi-face ; mais il faut faire attention que cette demi-face se perd dans les emboîtures du coude & de l’épaule, lorsque les bras sont étendus.

La main a une face de longueur ; le pouce a un tiers de face, ou une longueur de nez, de même que le plus long doigt du pié ; la longueur du dessous du pié est égale à une sixieme partie de la hauteur du corps en entier.

Si l’on vouloit vérifier ces mesures de longueur sur un seul homme, on les trouveroit fautives à plusieurs égards ; parce qu’on n’a rien observé de parfaitement exact dans le détail des proportions du corps humain. Non-seulement les mêmes parties du corps n’ont pas les mêmes dimensions proportionnelles dans deux personnes différentes, mais souvent dans la même personne, une partie n’est pas exactement semblable à la partie correspondante : par exemple, souvent le bras ou la jambe du côté droit, n’a pas exactement les mêmes dimensions que le bras ou la jambe du côté gauche, &c.

Il a donc fallu des observations répétées pendant long-tems, pour trouver un milieu entre ces différences, afin d’établir au juste les dimensions des parties du corps humain, & de donner une idée des proportions qui font ce que l’on appelle la belle nature. Ce n’est pas par la comparaison du corps d’un homme avec celui d’un autre homme, ou par des mesures actuellement prises sur un grand nombre de sujets, qu’on a pû acquérir cette connoissance ; c’est par les efforts qu’on a faits pour imiter & copier exactement la nature : c’est à l’art du dessein qu’on doit tout ce que l’on peut savoir en ce genre. Le sentiment & le goût ont fait ce que la méchanique ne pouvoit faire ; on a quitté la regle & le compas, pour s’en tenir au coup-d’œil ; on a réalisé sur le marbre toutes les formes, tous les contours de toutes les parties du corps humain, & on a mieux connu la nature par la représentation, que par la nature même.

Dès qu’il y a eu des statues, on a mieux jugé de leur perfection en les voyant, qu’en les mesurant. C’est par un grand exercice de l’art du Dessein, & par un sentiment exquis, que les grands statuaires sont parvenus à faire sentir aux autres hommes les justes proportions des ouvrages de la nature. Les anciens ont fait de si belles statues, que d’un commun accord on les a regardées comme la représentation exacte du corps humain le plus parfait. Ces statues, qui n’étoient que des copies de l’homme, sont devenues des originaux ; parce que ces copies n’étoient pas faites d’après un seul individu, mais d’après l’espece humaine entiere bien observée, & si bien vûe, qu’on n’a pû trouver aucun homme dont le corps fût aussi bien proportionné que ces statues. C’est donc sur ces modeles que l’on a pris les mesures du corps humain, telles que nous les avons rapportées.

Il seroit encore bien plus difficile de déterminer les mesures de la grosseur des différentes parties du corps ; l’embonpoint ou la maigreur change si fort ces dimensions, & le mouvement des muscles les fait varier dans un si grand nombre de positions, qu’il est presque impossible de donner là-dessus des résultats sur lesquels on puisse compter.

Telles sont les réflexions judicieuses que M. de Buffon a jointes aux divisions données par les dessinateurs de la hauteur & de la largeur du corps humain, pour en établir les proportions. Voyez l’article Proportion. Voyez son Hist. nat. tom. II. p. 545. in-4°. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Face, en Musique, est une combinaison, ou des sons d’un accord, en commençant par celui qu’on veut, & prenant les autres selon leur suite naturelle ou celle des touches du clavier qui forment le même accord : d’où il suit qu’un accord a autant de faces possibles, qu’il y a de sons qui le composent ; car chacun peut être le premier à son tour.

L’accord parfait ut, mi, sol, a trois faces. Par la premiere ut, mi, sol, tous les doigts son rangés par tierces, & la tonique est sous le premier. Par la seconde mi, sol, ut, il y a une quarte entre les deux derniers doigts, & la tonique est sous le troisieme. Par la troisieme sol, ut, mi, la quarte est entre les deux premiers doigts, & la tonique est sous celui du milieu. Voyez Renversement.

Comme les accords dissonnans ont ordinairement quatre sons, ils ont aussi quatre faces, qu’on peut trouver avec la même facilité. Voy. Doigter. (S)

Face, en terme d’Architecture, est un membre plat qui a beaucoup de largeur & peu de saillie. Telles sont les bandes d’une architrave, d’un larmier, &c. Voyez Bande. (P)

Face, (Manege.) terme qui dans notre art signifie la même chose que celui de chamfrin. Nous employons l’un & l’autre pour désigner spécialement tout l’espace, qui, depuis les sourcils où le bord inférieur des salieres, regne jusqu’à l’endroit où les os du nez terminent inférieurement leur trajet. Les chevaux dont le chamfrin est blanc, c’est-à-dire dont l’étoile ou la pelote, qui est située au milieu du front, se propage & s’étend en forme de bande jusqu’aux nasaux, sont appellés belle face. L’épithete prouve sans doute que cette marque a été considérée comme un trait de beauté dans l’animal. Quoique nous ayons conservé cette expression, nous n’adoptons pas unanimement les idées des anciens à cet égard ; nous nous croyons fondés à rejetter aussi celles qu’ils se sont formées de la bonté, du bonheur ou du malheur, de la franchise ou de l’indocilité du cheval, relativement à l’existence ou à la non-existence de cette bande de poils blancs, à sa non-interruption ou à sa disparition dans certaine étendue, à son plus ou moins de prolongement sur la levre antérieure, qui, noyée ou recouverte entierement de ces mêmes poils, constitue le cheval qui boit dans le blanc, dans le lait. L’ignorance érigea les conjectures de ces premiers observateurs en maximes ; & s’il est encore parmi nous une foule de personnes qui les honorent de ce nom, n’en accusons que l’aveuglement avec lequel elles se livrent au penchant qui les porte à encenser des erreurs, tellement accréditées par le tems & par le préjugé, qu’elles triomphent de la vérité même. On exclut avec soin des haras les étalons & les jumens belle face, par la raison qu’ils fourniroient trop de blanc, & que les poulains qu’ils produiroient, pourroient en être entachés d’une maniere très-desagréable à la vûe. (e)

Faces de Pignon, terme d’Horlogerie, ce sont les plans ou côtés qui terminent l’épaisseur d’un pignon. Les Horlogers polissent ordinairement celles qui sont exposées à la vûe. Pour qu’elles soient bien faites, il faut qu’elles soient fort plates, & bien brillantes : comme cela est assez difficile à exécuter, on a imaginé un instrument ou outil, pour les adoucir & les polir. Voyez l’article suivant Outil a faire des Faces ; voyez aussi Pignon, &c. (T)

Faces, (outil à faire des) Horlogerie ; c’est un instrument dont les Horlogers se servent pour polir les faces des pignons. La tige du pignon passe au-travers du trou qui est au milieu de la piece P, contre la face du pignon. On applique cette partie P enduite des matieres nécessaires pour la polir ou l’adoucir, & on la tient par la zone S. Il faut supposer qu’on fait tourner le pignon tout comme un foret ; & qu’on appuie l’outil contre sa face, de même qu’on appuie la piece à percer contre le foret. Cette piece P étant mobile sur les deux points t, t de la zone ou anneau z ; & cet anneau étant mobile de même sur les points o, o de la zone S, fixés à angles droits avec les premiers t, t, il s’ensuit que si la main vacille dans l’opération, la face du pignon ne s’en polira pas moins plate, ces différentes zones obéissant en tout sens à tous les mouvemens qu’on pourroit faire, & la plaque P frotant par-là toûjours également sur toutes les parties de la face P, tant près du centre que vers les extrémités. Voyez Faces de pignon. (T)

Face, Plate-face, (Luther.) c’est dans le fût d’orgue les parties KLMN, Planc. I. fig. 1. placées entre les tourelles. Ces plates-faces sont quelquefois bombées ou concaves, selon la volonté de celui qui donne le dessein de l’orgue. On doit faire ensorte que les plates-faces correspondantes soient semblables & symmétriques ; que les tuyaux dont elles sont remplies soient de même grandeur, & leurs bouches arrangées symmétriquement ; ensorte que si celles des tuyaux d’une plate-face vont en montant d’un sens, comme, par exemple, de la partie latérale de l’orgue vers le milieu, celles de l’autre plate-face aillent en montant de l’autre partie latérale vers le milieu, où elles se réuniroient si elles étoient prolongées ; ou bien elles font le chevron rompu, comme dans la fig. 1. auquel cas la plate face correspondante doit être semblable.

Face d’Outil, terme d’usage chez les Orfévres & autres Artistes. On appelle ainsi le biseau d’un échope formé sur la meule, & avec lequel on coupe. Faire ce biseau sur la meule ou la pierre à l’huile, s’appelle faire la face de l’outil.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « face »

Étymologie de face - Littré

Picard, fache ; provenç. fatz, facia, fassa, facha ; anc. catal. faç ; espagn. faz ; portug. face ; ital. faccia ; du latin facies. Les étymologistes ont rapproché facies, de fax, facis, flambeau, et du grec φάσις, apparition.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de face - Wiktionnaire

(Nom commun 1) Du bas latin facia (« portrait »), dérivé du latin classique facies.
(Nom commun 2) Contraction de l’anglais babyface.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « face »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
face fas play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « face »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « face »

  • Les Rémois rejoindront lundi le Touquet pour un stage de dix jours au cours duquel ils joueront trois nouveaux matches amicaux face à Mouscron (BEL, le 15 juillet), Dunkerque (L2, le 18 juillet) et Le Havre (L2, le 22 juillet). L'Équipe, Reims s'impose avec envie face à Troyes (L2) - Foot - L1 - Reims - L'Équipe
  • "La peur face au virus reprend le dessus", constate Guillaume Dejean, analyste de marché chez Western Union. "En l'absence de vaccins et traitement contre le virus, on risque de voir s'enchaîner des phases successives de confinement partiel des économies mondiales, seul moyen efficace à ce jour pour endiguer la progression de la pandémie." usinenouvelle.com/, Le repli des actions se confirme face au risque de reconfinement - Infos Reuters
  • Mais la réforme des retraites est devenue un totem. Politiquement, il sera très difficile pour Emmanuel Macron de se représenter en 2022 face aux électeurs sans avoir imprimé sa marque sur ce dossier majeur, qui devait être la réforme emblématique du quinquennat. L’opposition l’a bien compris et en fait un argument. Rouvrir ce dossier est «une faute politique, a estimé le patron des sénateurs PS Patrick Kanner. Dans la période qui est la nôtre, où on a besoin de rassurer les Français, de les accompagner, d’avoir un esprit de concorde pour la reconstruction du pays, c’est un chiffon rouge qu’on est en train à nouveau d’agiter». Le Figaro.fr, Retraites: Castex face au mur du refus des syndicats
  • L’Assemblée nationale a adopté, dans la soirée du jeudi 9 juillet, un troisième budget d’urgence face à la « crise inédite » du coronavirus, avec un débat sur les contreparties écologiques aux aides publiques octroyées aux entreprises. Le Monde.fr, L’Assemblée vote un troisième budget d’urgence face à la « crise inédite » du coronavirus
  • Londres (awp/afp) - L'euro se stabilisait vendredi face au dollar, après avoir entamé la journée en retrait et au lendemain d'une baisse due à une recrudescence des cas de coronavirus qui pousse les investisseurs à la prudence. , L'euro se stabilise face à un dollar bénéficiant de la prudence ambiante | Zone bourse
  • Le poète est en face du langage comme le peintre est en face de l’objet. Le langage devient sa matière première. De Georges Charbonnier
  • Se voiler la face ne permet jamais de se construire. De Olivier G. Boiscommun / Evene.fr - Octobre 2007
  • La responsabilité est l’autre face de la liberté. De Rama Yade-Zimet / Evene.fr - Mai 2007
  • Les îles sont toujours des frontières face au monde. De José Carlos Llop / Parle-moi du troisième homme
  • Toujours le chef est seul en face du mauvais destin. De Charles de Gaulle / Mémoires de guerre
  • Ah ! l'insignifiance de tout face à la douleur ! De Louis Nucera / Ils s'aimaient
  • Elle était aussi bien de fesses que de face. De Raymond Queneau / Les Enfants du limon
  • La vie est un défi Fais-lui face.
  • La victime meurt face à un assassin. L'assassin, lui, meurt face au monde entier. De Victoria Thérame / La dame au bidule
  • L'amour c'est la présence, le face-à-face ; le reste est désir. De Rina Lasnier / Miroirs
  • On est d'abord côte à côte, puis face à face, puis dos à dos. De Sacha Guitry
  • Sans pile, on perd la face. De Pierre Desproges
  • Un véritable ami vous poignarde en face. De Oscar Wilde
  • Je prétends regarder face à face le gouffre. De Victor Hugo / L'Art d'être grand-père
  • Il y aurait bien moins de bavards, s'il y avait plus de faces parlantes. Malcolm de Chazal, Sens plastique, Gallimard

Images d'illustration du mot « face »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « face »

Langue Traduction
Corse faccia
Basque aurpegia
Japonais
Russe лицо
Portugais cara
Arabe وجه
Chinois 面对
Allemand gesicht
Italien viso
Espagnol cara
Anglais face
Source : Google Translate API

Synonymes de « face »

Source : synonymes de face sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « face »



mots du mois

Mots similaires