La langue française

Envers

Définitions du mot « envers »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENVERS1, prép.

A.− [Uniquement ds les loc. fig., coordonné à contre] En face de, vis-à-vis de (quelqu'un).
1. Loc. vieillie. Envers et contre tous
a) [Contre glose envers] À l'égard de tous. Ils s'engagèrent par serment à agir en bonne union et fraternité envers et contre tous, sauf le roi (Barante, Hist. ducs Bourg.,t. 3, 1821-24, p. 165).
b) [Envers glose contre] Contre tout le monde, en s'opposant à tous (après des verbes comme aider, défendre, protéger, soutenir [qqn ou qqc.]). L'armée (...) doit (...) défendre envers et contre tous la constitution légalement établie (Staël, Consid. Révol. fr.,t. 2, 1817, p. 108).Je ressens dans les plus mauvais moments, le désir de priver volontairement les autres de moi et de vivre envers et contre tous (Éluard, Donner,1939, p. 65).
P. anal. Envers et contre, loc. prépositive
α) [Suivie de tout adj. ou pron.] Ce fut M. de Chateaubriand, qui, envers et contre tout le Conseil, et surtout Villèle qui n'en voulait pas, fit nommer M. de Damas (Mmede Chateaubriand, Mém. et Lettres,1847, p. 113).La lutte pour l'homme, pour les hommes, envers et contre tout ce qui n'est pas les hommes (Guéhenno, Journal Révol.,1938, p. 182).
β) [Sans tout] Sa politique envers et contre le protestantisme (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 162).Sans doute même cette expérience voulait-elle être tentée, envers et contre mon cœur (Duhamel, Terre promise,1934, p. 62).
c) En dépit de l'opposition générale. Ils me nomment colonel de la garde nationale de Mâcon, envers et contre tous (Lamart., Corresp.,1832, p. 252).Sa femme d'ailleurs l'avait épousé envers et contre tous parce que c'était un « être de charme » (Proust, J. Filles en fleurs,1918, p. 512).
d) En dépit de tous les obstacles réels ou possibles, quoi qu'il arrive. Synon. à toute force, contre vents et marées, malgré tout, coûte que coûte.Il se cramponnait, envers et contre tous, au plan positif, au plan des intérêts en jeu! (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 485).
2. Mod. Envers et contre tout. Synon. de A 1 d.Tenir bon, envers et contre tout. Raoul Ponchon, resté homme de café envers et contre tout (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 37):
1. ... il conta brièvement les manifestations de Paris, de Bruxelles, et quels transports l'avaient saisi devant l'unanime élan de ces foules qui, envers et contre tout, clamaient, par toute l'Europe, leur volonté de paix. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 466.
Rem. On rencontre ds la docum. des var. d'aut. (envers et...). La vengeance de Lisée (...) allait le suivre impitoyablement, empoisonner ses jours, et accomplir envers et malgré tout son œuvre fatale (Pergaud, De Goupil, 1910, p. 44). D'accord avec sa conscience... envers et quand même! Au sein des pires calamités! (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 235).
B.− Usuel. À l'égard de.
1. [Le compl. prép. désigne une pers., une collectivité; pour exprimer un sentiment, une disposition, une attitude, un comportement ou une action au moral] Synon. à l'endroit de (littér.), vis-à-vis de.
a) Verbe ou loc. verbale + envers qqn.S'engager, s'acquitter envers qqn; remplir un devoir, une obligation envers qqn; agir, se conduire (de telle manière) envers qqn; user de (tel procédé) envers qqn.
[Sentiment, disposition] L'énorme dette que j'ai contractée envers vous qui avez été si bon, si complaisant et affectueux pour moi (Balzac, Corresp.,1837, p. 340).Renée la tenait pour folle, et se défendait mal envers elle d'une certaine aversion (Arland, Ordre,1929, p. 220).
[Conduite, action, comportement] Il redoubla de prévenance et d'attention envers Madame de Serpierre et cinq ou six de ses bonnes amies (Stendhal, L. Leuwen, t. 1, 1835, p. 256).Cette mobilisation forcerait la France à tenir les engagements qu'elle a pris envers la Russie (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 356):
2. Dès ce moment (50), il changea de conduite à l'égard des Gaulois : il fit montre envers eux d'une extrême douceur; il les ménagea pour les tributs au point d'exciter la jalousie de la province. Michelet, Hist. romaine,t. 2, 1831, p. 250.
[Action morale (dans certains cas, l'action portant atteinte à la pers. morale, envers est synon. de contre)] Commettre un crime, une injustice envers qqn; j'ai des torts envers vous. Dieu me fit la grâce de comprendre combien je péchais envers lui, envers mes enfants, envers mon mari, reprit Mmede Rênal (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 218):
3. Lord Londonderry n'était pas homme à se repentir d'avoir péché contre l'humanité, dont il ne se souciait guère, ni envers les lumières du siècle, pour lesquelles il avait un profond mépris : la folie était entrée par les femmes dans la famille Castlereagh. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 3, 1848, p. 122.
SYNT. Avoir, manifester, garder (telle attitude) envers qqn; commettre une faute envers qqn.
b) Adj. (ou loc. verbale avec adj.) + envers qqn.Être quitte envers qqn. Synon. avec, pour, à (non permutables dans tous les cas).Monsieur de Lessay était brusque avec les hommes et courtois envers les dames (France, Bonnard,1881, p. 389).Sois patient et doux envers toi-même. Il est infiniment probable que Dieu ne fera rien de ce que tu rêves. Il fera mieux (Bloy, Journal,1902, p. 138):
4. Ces heurts n'étaient jamais vulgaires : car Christophe avait le respect de Françoise. Et Françoise, qui pouvait être cruelle, était bonne pour ceux qui étaient bons envers elle; pour rien au monde, elle n'eût voulu leur faire de mal. Rolland, Jean-Christophe,Les Amies, 1910, p. 1178.
SYNT. (Être, se montrer) attentif, attentionné, bienveillant, compatissant, cruel, dévoué, dur, exigeant, froid, généreux, indifférent, indulgent, injuste, poli, sévère, traître envers qqn.
c) Subst. + envers qqn
α) [Sentiment (souvent exprimé par un adj. substantivé) que l'on porte à qqn] Complaisance envers soi-même; sincérité envers soi-même, envers les autres; cruauté, dureté, reconnaissance envers qqn :
5. Et, exhalant le mépris de la patricienne pour le plébéien, la haine de Jacob contre Edom, elle lui reprocha son indifférence aux outrages, sa mollesse envers les Pharisiens qui le trahissaient, sa lâcheté pour le peuple qui la détestait. Flaubert, Hérodias,1877, p. 152.
[Avec un subst. coll.] Dubois et la politique de complaisance envers l'Angleterre (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 273).
β) [Attitude, position, comportement que l'on a visà-vis de qqn] (Manque d') égards, (de) délicatesse, réserve, tact envers qqn, l'un envers l'autre :
6. ... l'obéissance du fils envers le père, l'amour qu'il portait à sa mère, c'était de la piété, pietas erga parentes; l'attachement du père pour son enfant, la tendresse de la mère, c'était encore de la piété, pietas erga liberos. Fustel de Coulanges, La Cité antique,1864, p. 119.
γ) Action morale ou résultat d'une obligation, d'un engagement. Crime, faute, injustice, tort envers qqn; dette, devoir, obligation envers qqn. Il vous sera aisé de pallier votre conduite envers moi, du moins vis-à-vis de ceux qui ne sont pas mes amis (Staël, Lettre. L. de Narbonne,1794, p. 241).Injures et sévices envers un soldat (Sardou, Patrie,1869, I, 1ertabl., 3, p. 22).
2. [Le compl. désigne une entité abstr.]
a) Verbe, loc. verbale ou subst. déverbal + envers + subst.Elle sait parfaitement qu'elle a de plus grandes obligations à remplir envers les mille vanités dont se compose la vie (Balzac, Goriot,1835, p. 244):
7. C'est un devoir strict envers notre langue de n'ouvrir les portes sévères de son vocabulaire qu'à des termes nouveaux qui apportent avec eux une idée nouvelle et qui prennent au dépourvu nos propres ressources linguistiques. Gourmont, Esthétique de la lang. fr.,1899, p. 101.
b) Adj. + envers + subst.Traître envers la patrie. Incapable (...) de se montrer servile envers le pouvoir et dur pour le malheur (Staël, Consid. Révol. fr.,t. 2, 1817, p. 225).Il était extrêmement poli envers la religion plutôt que croyant (Stendhal, H. Brulard,t. 1, 1836, p. 120).
c) Subst. + envers + subst.Tu es démoralisé par ta précoce rancune envers l'existence (Miomandre, Écrit sur eau,1908, p. 188).Beaucoup profitaient simplement de cette libération envers leur passé d'adulte pour retrouver des joies de collégien (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 166).
3. [Le compl. désigne une chose concr.] Pour ce qui concerne, regarde. Envers la plupart des astres, nos connaissances réelles se réduisent, au fond, à d'exacts dénombrements, sans que nous puissions seulement constater leur figure ou leur grandeur, qui d'ailleurs ne nous importent guère (Comte, Catéch. posit.,1852, p. 113).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃vε:ʀ]. D'apr. Littré l's ne se lie pas, bien qu'il observe que quelques-uns le lient. Ex. envers eux [ɑ ̃vε ʀø], parfois [ɑ ̃vε ʀzø]. La prép. est admise ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Fin xes. « dans la direction de, vers (avec mouvement) » (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 293 : Envers Jesum sos olz torned); 2. ca 1100 « à l'égard de, contre (hostilité) » (Roland, éd. J. Bédier, 1222); 3. 1remoitié xiies. « à l'égard de (sans idée d'hostilité) » (Lois Guillaume, éd. J. E. Matzke, § 42); 4. 1642 « auprès de, dans l'esprit de » (Corneille, Polyeucte, V, 6). Composé de la prép. en* et de la prép. vers*. Bbg. Archer (J.). Z. fr. Spr. Lit. 1912, t. 38, pp. 182-183. − Reyelt (R.). Über den Gebrauch und die begriffliche Entwicklung der fr. Präpositionen vers, envers, devers... Göttingen, 1912, 97 p.

ENVERS2, subst. masc.,À L'ENVERS, loc. adv.

I.− Subst. masc.
A.− [En parlant d'une chose concr.] Côté qu'on ne voit pas au premier abord. Anton. endroit.
1. [En parlant d'une chose fabriquée par l'homme] Face non destinée à être vue, par opposition au beau côté. Synon. dessous, derrière, dos, mauvais côté, mauvais endroit.Le jardinier, un long couteau à la main, (...) faisait le signe de la croix sur l'envers du pain bis (Boylesve, Leçon d'amour,1902, p. 30).Pas de plafond, on touchait de la main l'envers des tuiles brunes (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 116):
1. ... il courut à la cheminée, détacha un petit portrait en miniature pendu près de la glace, et, le retournant, passa sa manche sur le carton poussiéreux qui en formait l'envers. Verne, Les 500 millions de la Bégum,1879, p. 46.
En partic.
a) Envers d'une étoffe, d'un vêtement, d'un ouvrage de tapisserie. Côté intérieur (où apparaissent les coutures ou les fils de la trame). Synon. dessous, revers, mauvais côté.De l'envers de sa veste, il tira un portefeuille (Pourrat, Gaspard,1931, p. 273).Je tripote toutes mes doublures... ma culotte... envers... endroit... (Céline, Mort à crédit,1936, p. 224):
2. ... un manteau qu'elle ne reconnaissait pas, (...). Mais le manteau étant hors d'usage, Françoise l'avait fait retourner et exhibait un envers de drap uni d'un beau ton. Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 649.
Loc. fig. L'envers du décor, des tapisseries. La situation réelle, les ressorts véritables d'un acte. Tous les souverains aiment à connaître l'envers des tapisseries, et savoir les véritables motifs des événements que le public regarde passer bouche béante (Balzac, Splend. et mis.,1847, p. 494).
L'envers et l'endroit. Tous les aspects, tous les détails d'une réalité (examinée dans tous les sens, sous tous ses aspects, sur toutes les coutures). Mon petit, en littérature, chaque idée a son envers et son endroit (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 422).
Loc. prép. À l'envers de. Sur le côté intérieur de. C'était à l'envers du velours le coton sans magnificence (Aragon, Rom. inach.,1956, p. 146).
Étoffe sans envers (mod.), à deux envers (vx). Étoffe de très belle qualité, dont l'envers est aussi beau que l'endroit. Synon. (pour un vêtement) réversible.Dauphines sans envers en pièces, points de Gênes et d'Alençon (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 613).
Loc. verbales fig.
L'envers vaut l'endroit [En parlant des beaux côtés cachés, des dessous de quelqu'un, de quelque chose] Elle a une nuque qui n'est pas si mal. Mais est-ce assez? « L'envers vaut l'endroit », disent les petits tailleurs (Montherl., Pitié femmes,1936, p. 1146).« Pourquoi conserver des opinions hors d'usage? Confiez-les-nous! L'envers vaut l'endroit » (Green, Journal,1938, p. 140).
Faire de son envers l'endroit. Se retourner complètement, changer totalement de point de vue. Synon. faire volte-face.J'ai fait de mon envers l'endroit, je me suis retourné comme un gant (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1560).
P. anal. et au fig. Médaille sans envers. Réalité sans côté déplaisant. Les rapports humains devraient se réduire à des parties d'échecs. Sauf pour la camaraderie! Ça, c'étaient de véritables rapports humains, une médaille sans envers (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 261).
b) Envers d'un feuillet. Synon. dos, verso; anton. recto.L'envers blanc d'une étiquette (Proust, Swann,1913, p. 51).J'avais noté neuf choses à lui dire, sur l'envers d'une carte de visite (Montherl., Songe,1922, p. 191).
P. métaph. À l'ombre des journaux délirants d'appels aux sacrifices ultimes et patriotiques, la vie, strictement mesurée, farcie de prévoyance, continuait et bien plus astucieuse même que jamais. Tels sont l'envers et l'endroit, comme la lumière et l'ombre, de la même médaille (Céline, Voyage,1932, p. 92).
2. [En parlant d'une chose naturelle] Côté opposé à celui qui est exposé à la lumière ou au regard. Quelques beaux papillons, (...) portant, à l'envers des ailes, une grosse macule nacrée (Gide, Voy. Congo,1927, p. 685).L'envers des nuages du côté qui regarde le zénith (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 12).
B.− Au fig. [En parlant d'une réalité, des choses de la vie]
1. Aspect qui n'apparaît pas à première vue, qui n'est pas saisissable, palpable; le côté caché, mystérieux.
P. ext., péj. Les aspects que l'on cache, les petits côtés peu brillants, honteux ou ridicules. Synon. les dessous.Flaubert et ses amis aimaient à se figurer les dessous, l'envers de la vie rouennaise (Thibaudet, Réfl. litt.,1936, p. 170).
En partic., emploi abs., rare. Homme à deux envers. Homme double, hypocrite, ambigu dans ses opinions, contradictoire dans son comportement. Synon. fourbe, trompeur.Un autre être existait encore, en lui : cet esprit se dédoublait, et, après l'endroit apparaissait l'envers de l'écrivain, un fanatique religieux et un prophète biblique (Huysmans, À rebours,1884, p. 206).
2. Aspect opposé à celui qui devrait normalement se présenter à la vue, forme superficielle voilant la réalité profonde de quelque chose. Pour ce qui est de ton échec, dis-toi bien que « nous ne voyons jamais que l'envers de notre destinée » (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1905, p. 36).Je pense que le temps n'est que la forme matérielle de la pensée et comme l'envers d'une activité créatrice à laquelle il ne tient qu'à moi d'être intérieurement lié (J. Bousquet, Trad. du silence,1935-36, p. 189).
a) [P. oppos. au dedans, au fond des choses, à la réalité intérieure] :
3. ... l'universelle gravité des corps, dont nous sommes tant frappés, n'est que l'envers ou l'ombre de ce qui meut réellement la nature. Pour apercevoir l'énergie cosmique « fontale », il faut, si les choses ont un dedans, descendre dans la zone interne ou radiale des attractions spirituelles. Teilhard de Chardin, Le Phénomène humain,1955, p. 294.
b) [P. oppos. à l'au-delà, à la réalité supérieure] :
4. Heureux ceux qui croient qu'au-dessus de l'ordre de la politique règne l'ordre de la charité, que l'histoire visible est l'envers de la véritable histoire et qu'il existe un autre Royaume que les royaumes de ce monde meurtrier! Mauriac, Le Baîllon dénoué,1945, p. 458.
3. Aspect opposé complémentaire (d'une réalité, envisagée sous sa double forme). Aucun mot ne possède un sens unique (...). Tout mot a pour envers une idée générale, ou du moins généralisée (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 315).Les massifs d'arbres (...) prenaient des teintes noir olive, et semblaient l'envers de quelque couleur (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 24):
5. Un ouvrage bien complet ne doit pas avoir besoin qu'on le réfute. L'envers de chaque pensée doit y être indiqué, de manière que le lecteur saisisse d'un seul coup d'œil les deux faces opposées dont se compose toute vérité. Renan, Drames philos.,Le Prêtre de Nemi, 1885, p. 526.
P. ext. [Dans la loc. fig. c'est l'envers de la médaille, « toute médaille a son revers »] Toute chose a son mauvais côté, son aspect désagréable. L'envers de la gloire. Synon. rançon, contrepartie.Plus il était seul, plus il s'obstinait à avoir raison; c'était l'envers inévitable de ses qualités souveraines de fermeté, d'élan et de confiance (Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 60).Il semble que mon bonheur soit l'envers du malheur des autres, que je ne sois capable d'être heureux qu'aux frais d'autrui (Bernanos, Joie,1929, p. 586):
6. ... les enfants n'y pensent pas plus [à l'état présent chèrement acquis] qu'à l'air qu'ils respirent; en revanche, ils seront sensibles à des désagréments qui ne sont que l'envers des avantages douloureusement conquis pour eux. Bergson, Les Deux sources de la mor. et de la relig.,1932, p. 312.
Compensation. Le droit de grâce n'a pas d'envers : le roi, qui peut gracier le banqueroutier frauduleux, ne rend rien à la victime dépouillée (Balzac, Mais. Nucingen,1838, p. 653).
4. Aspect contradictoire, sens contraire, inverse de quelque chose
a) de ce qui est. L'envers de la vérité. Obligé, comme les grands poètes comiques, comme Molière et Rabelais, de considérer toute chose à l'endroit du pour et à l'envers du contre, il était sceptique, il pouvait rire et riait de tout (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 237):
7. « Un cheval, je le savais, vient au monde les antérieurs d'abord : la naissance, c'est le premier saut. (...) (Dans une contraction violente, Querelle a chassé autre chose de son ventre, une forme oblongue, le début de la tête). (...) j'avais l'impression qu'une présence envahissait l'écurie, et c'était brutal, étincelant, l'envers de la mort, son échec. La mort de la mort, la vie. LA VIE ». C. de Rivoyre, Le Petit matin,Paris, Livre de poche, 1968, p. 162.
b) de ce qui devrait être (l'aspect négatif, péjoratif ou caricatural). L'envers du bon sens (= le non sens). Léo. − Je ne sais pas si c'est un drame ou un vaudeville. De toute manière c'est un chef-d'œuvre. Georges. − Un chef-d'œuvre de monstruosité. (...) Léo. − Tu as gagné l'envers du gros lot, mon pauvre Georges (Cocteau, Par. terr.,1938, I, 8, p. 218).L'éloquence et son envers, le verbalisme (Mounier, Traité caract.,1946, p. 124).
II.− À l'envers, loc. adv. ou loc. adj.
A.− Du mauvais côté, du côté qui n'est pas destiné à être vu (le côté le moins beau en dehors). Anton. à l'endroit, du bon côté, dans le bon sens, correctement.
1. Sens devant derrière. [En parlant d'une étoffe, d'un vêtement] Le côté de devant étant placé derrière. Il a mis ses bretelles à l'envers. Il ne retrouve pas l'une de ses chaussettes (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 236).[En parlant d'un objet à deux faces] La face retournée, le dos étant présenté à la vue. Des toiles appuyées à l'envers contre le pied des chevalets (Meilhac, Halévy, Cigale,1877, III, 3, p. 111).
2. Sens dessus dessous.
a) Le côté intérieur à l'extérieur. Synon. retourné.Et il mit son gilet à l'envers, signe évident d'un violent combat intérieur (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 304).Dans sa précipitation, il lui arrivait souvent de la mettre à l'envers, ou sens devant derrière [sa perruque] (Sand, Hist. vie,t. 2, 1885, p. 321).
b) La tête en bas, la base au sommet. D'autres couraient, (...) comme pour chercher le vrai sens du tableau, déclarant qu'il était beaucoup mieux à l'envers (Zola, Œuvre,1886, p. 307).
B.− En sens inverse, dans un sens contraire à la norme, à la perspective naturelle ou habituelle; dans le mauvais sens.
1. En sens inverse (position, orientation). Mettre qqc. à l'envers. Retourner quelque chose. Il rentre les chaises (...) et les met à l'envers au bord des tables (Pagnol, Marius,1931, II, 4, p. 124).Il est vraiment très tard, reprit-il en consultant à l'envers la montre posée sur mon bureau (Gracq, Syrtes,1951, p. 245).
2. En sens inverse (mouvement contraire). Celui-là qui faisait la valse les yeux fermés, à l'envers et à l'endroit (Giono, Gd troupeau,1931, p. 185).J'essayai de vivre à l'envers. Entre neuf et dix ans, je devins tout à fait posthume (Sartre, Mots,1964, p. 165):
8. Abraham, Isaac et Jacob, c'est-à-dire, en remontant, avec lui. Et comme à l'envers, Jacob, Isaac, Abraham. Sem et Noé. Mathusalem, Enoch. Seth, Adam. Péguy, Victor-Marie, comte Hugo,1910, p. 741.
3. Au fig. Dans un sens anormal, paradoxal, opposé, contraire au bon-sens, au sens réel ou au sens naturel.
a) À l'opposé du bon-sens (vers le non-sens, l'aberration). Les choses vont à l'envers. Cela va mal, en dépit du bon-sens. Des traditions de famille, qui, prenant l'honneur et la dignité à l'envers, lui imposaient l'oisiveté comme le premier, comme le plus saint des devoirs (Sandeau, Sacs,1851, p. 38):
9. Quand Freycinet dit : « Je veux », Zurlinden répond : « Je ne veux pas », et dans un pays où tout est à l'envers, il est bien naturel que ce soit l'inférieur qui commande au supérieur docilement soumis. Clemenceau, Vers la réparation,1899, p. 404.
C'est le monde à l'envers. C'est aberrant. Des lunettes noires à la fin de novembre, le monde à l'envers! (Montherl., Fils personne,1943, II, 2, p. 295).C'est le monde à l'envers, plus de médecins que de malades (Camus, Peste,1947, p. 1312).
b) À l'opposé du sens réel (d'un mot, d'une idée), à contre-sens. Interpréter des paroles à l'envers. Synon. mal, de travers (ou dans un faux sens).Ces journalistes, ils ne lisent pas même les documents qu'ils fourrent dans leurs serviettes, ou plutôt les lisent à l'envers. (...) Burty avait trouvé le moyen de commettre à peu près autant d'erreurs qu'il avait emprunté de mots à la courte note! (Goncourt, Journal,1875, p. 1086).De telles paroles (...) doivent en quelque sorte être lues à l'envers puisque leur lettre signifie le contraire de la vérité (Proust, J. Filles en fleurs,1918, p. 860):
10. ... « pour égaler Dieu, devenir des créateurs, nous nous fîmes destructeurs; nous créâmes à l'envers, puisque nous ne pouvions créer dans le sens de l'avenir. Nous nous fîmes un univers de destruction, ... » Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 34.
c) À l'opposé du sens commun. Il éprouvait ses émotions à l'envers, au contraire des autres (Jouhandeau, M. Godeau,1926, p. 128).
d) À l'opposé du sens de la marche, de la progression; en rétrogradant. Synon. à rebours.
À l'envers de, loc. prép. Tout au contraire de, à l'encontre de. Si nous allons vers la joie, qu'importe que cela soit ici-bas à l'envers de notre approximation corporelle? (Claudel, Soulier,1929, 3ejournée, 13, p. 844):
11. De sorte qu'à l'envers de nous, qui commençons par les beaux jours et semblons d'abord papillons, pour traîner plus tard et languir, lui [le phénix] commence par les années sombres, et d'une longue vie obscure il surgit à la jeunesse où il meurt glorifié. Michelet, L'Insecte,1857, p. 79.
C.− P. ext. et au fig. [L'ordre étant bouleversé] En tous sens, en grand désordre. Synon. sens dessus dessous, pêle-mêle, en pagaïe (fam.), n'importe comment.
1. En grand désordre (concret), dans un bouleversement total. Gérard (...) regardait avec terreur son domicile à l'envers sans trouver de chaise pour s'asseoir (Champfl., Avent. MlleMariette,1853, p. 184).Elle mettait la table à l'envers, s'arrêtant avec les assiettes pour tomber dans de grosses réflexions (Zola, Assommoir,1877, p. 477):
12. scoronconcolo. Depuis que nous trépignons dans cette chambre, et que nous y mettons tout à l'envers, ils doivent être bien accoutumés à notre tapage. Je crois que tu pourrais égorger trente hommes dans ce corridor, (...) sans qu'on s'aperçoive dans la maison qu'il s'y passe du nouveau. Musset, Lorenzaccio,1834, III, 1, p. 167.
P. ext. Dans une confusion extrême (trouble ou révolution). Car là-bas il y a la France tout à l'envers et ce pauvre petit roi je ne sais où comme il peut (Claudel, Visages radieux,1947, p. 808):
13. Si la révolution venait et mettait à l'endroit ce qui était à l'envers et à l'envers ce qui était à l'endroit, elle saurait toujours se trouver sur ses pieds, elle ferait ce qu'il y aurait à faire, ... Rolland, Jean Christophe,Le Buisson ardent, 1911, p. 1284.
2. Dans une grande perturbation psychologique ou mentale, les sens ou la raison troublés.
(Avoir) la tête, la cervelle, l'esprit, l'âme à l'envers. Être bouleversé, inquiet, agité, affolé ou excité; être un peu fou. On ne se comprend plus bien, la tête à l'envers d'embarras et de fièvre (Pourrat, Gaspard,1925, p. 158).Commencèrent des histoires d'hôtel meublé, de rendez-vous. Elle était folle, la tête à l'envers (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 279).
Mettre la tête, l'esprit à l'envers à qqn. Faire perdre la tête, rendre comme fou. Synon. remuer, chavirer, bouleverser, tournebouler :
14. broquin. − Toujours dans le même état... toujours sur le point d'être mère pour la huitième fois... C'était annoncé pour hier soir, et ce matin rien encore. prosper. − Ça doit lui mettre la tête à l'envers... à ce pauvre monsieur Camusot. Meilhac, Halévy, La Boule,1875, III, 1, p. 84.
Se mettre la tête à l'envers
pour qqn. Devenir amoureux fou. Si tu aimais une femme à te mettre pour elle l'âme à l'envers, et qu'il lui fallût de l'argent (Balzac, Goriot,1835, p. 155).Se mettre la tête à l'envers pour une femme dont on n'a même pas bien remarqué les yeux! Mais d'où prenait-il qu'il se mît la tête à l'envers? Elle était comme toujours, sur ses épaules (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 291).
pour qqc. Perdre ses moyens, se rendre malade (fig.). Vous allez toujours au chagrin, vous ne savez qu'inventer pour vous mettre la tête à l'envers (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 1178).Inutile de se mettre la ciboule à l'envers pour une telle bêtise (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 373).
Se mettre à l'envers. Devenir comme fou sous l'effet d'une émotion violente. Cf. les loc. fig. perdre la boule, la boussole, le nord; être aux cents coups; se ronger, se tourner les sangs.Pas la peine de te mettre à l'envers. Ce n'est pas grave. (...) Mais c'est sérieux. Il avait la poitrine faible (Cocteau, Enf. terr.,1929, p. 41).
3. Dans une grande perturbation physiologique.
a) Avoir les yeux à l'envers
Anormaux, troublés. On lui parle, elle ne vous répond pas. C'est comme les gens qui couvent une maladie et qui ont les yeux à l'envers (Zola, Dr Pascal,1893, p. 152).
Révulsés. La face était pourpre; les yeux, à l'envers (Martin du G., Thib.,Mort père, 1929, p. 1275).
b) Avoir le cœur à l'envers. Avoir mal au cœur, être écœuré, barbouillé; se sentir mal. Aussi, quand la morte fut habillée et proprement étendue sur son lit, Lantier se versa-t-il un verre de vin, pour se remettre, car il avait le cœur à l'envers (Zola, Assommoir,1877, p. 655).Au fig. Rien que de le voir, j'en ai le cœur à l'envers. Il nous a tous trahis en même temps, Alice et nous autres (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 231).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃vε:ʀ]. Pas de liaison selon Littré. Enq. : /ãveʀ/. Le subst. est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. Subst. 1. Ca 1170 « côté opposé à l'endroit » a l'androit ne a l'anvers (Chr. de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 2638); 2. [av. 1592 « côté opposé à une opinion, le revers des choses » (Mont., IV ds Littré)]; 1611 fig. nul endroict sans son envers (Cotgr.). B. Loc. adv. ca 1380 à l'envers « du mauvais côté (d'un vêtement) » (J. Cuvelier, B. du Guesclin, éd. Charnière, 19362); av. 1526 « d'une façon contraire à ce qui devrait être » (J. Marot, V, 143 ds Littré). Emploi subst. de l'adj. a. fr. envers « à la renverse, sur le dos » fin xes. Passion, éd. d'A. S. Avalle, 140, du lat. inversus, part. passé de invertere « retourner renverser ».
STAT. − Envers1 et 2. Fréq. abs. littér. : 4 290. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 7 355, b) 6 263; xxes. : a) 4 403, b) 5 964.

Wiktionnaire

Nom commun

envers \ɑ̃.vɛʁ\ masculin

  1. Le côté qui, dans un objet à deux faces, n’est pas destiné à être vu.
    • Voici l’endroit de cette étoffe, voilà l’envers. L’envers d’un tableau. L’envers d’un décor.
    • Cette étoffe n’a ni endroit ni envers.
    • Étoffe sans envers, celle dont les deux côtés sont semblables.
    • Tout le monde sait que les Fougères n’ont pas de fleurs ; ce sont pour cette raison des cryptogames. Cependant on les sème, comme les autres végétaux, mais non pas au moyen de graines. Elles forment ordinairement à l’envers de leurs feuilles des corpuscules extrêmement ténu et qu’on appelle en botanique des spores.— (Charles Morren Reproduction des fougères dans La Belgique horticole: Annales de botanique et d' horticulture, Volume 14, p.236)
    • (Figuré) L’envers d’une qualité. L’envers d’une situation.
  2. (Toponymie) (Vosges) (Savoie) (Vallée d’Aoste) Ubac.
    • « L'adroite du lac » désigne simplement l'adret du lac, l'endroit (exposé) au soleil. « Ramberchamp » désigne un campus ou « espace ouvert et suffisamment plane » à l'envers, soit sur le rivage de l'ombre ou de l'ubac. — (Lac de Gérardmer sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg)
    • L’envers du Rupt de Bâmont. L’envers de la Poirie. L’envers des Graviers.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENVERS. préposition
. À l'égard de. Charitable envers les pauvres. Pieux envers Dieu. Ingrat envers son bienfaiteur. Traître envers sa patrie. Il signifiait aussi En face de. Il n'est plus employé dans ce sens que dans les locutions Servir, aider, défendre quelqu'un ou soutenir quelque chose envers et contre tous.

Littré (1872-1877)

ENVERS (an-vêr ; l's ne se lie pas : envers eux se prononce an-vêr eux ; cependant quelques-uns lient : an-vêr-z eux) prép.
  • 1À l'égard de, pour. Compatissant envers les pauvres. Ingrat envers ses bienfaiteurs. Il est bon d'être charitable ; Mais envers qui ? c'est là le point, La Fontaine, Fabl. VI, 13. L'humanité envers les peuples est le premier devoir des grands, Massillon, Pet. carême, Hum. des grands.
  • 2Auprès de. Je perdrai mon crédit envers sa majesté, Corneille, Polyeucte, v, 6. Je vois qu'envers mon frère on tâche à me noircir, Molière, Tart. III, 7.

    Cet emploi d'envers vieillit.

  • 3Envers et contre tous, loc. adv. qui terminait les formules des anciens serments de foi et hommage, et qui signifiait contre tout le monde.

    Par extension. Je serai défendu par elle [la cabale] envers et contre tous, Molière, Fest. v, 2. Dispose de ma griffe et sois en assurance ; Envers et contre tous je te protégerai, La Fontaine, Fabl. VIII, 22. Envers et contre tous, je protége Dorante, Piron, Métrom. IV, 1.

HISTORIQUE

XIe s. E qui dreit jugement refuserad seit forfait envers celi ki dreit ço est à aveir, Lois de Guill. 41. Envers le rei s'est Guenes aprismet [approché], Ch. de Rol. XXX.

XIIe s. Envers Espaigne [il] a son cheval torné, Ronc. p. 69. Droites lor lances [ils] portent envers le ciel, ib. p. 133. Car je ne sui si forz ne si hardiz, Qu'envers amor [je] me peüsse contendre [avoir querelle], Couci, v. Pleüst à Dieu qu'amor feïst ainsi Envers tous ceus qui en lui ont fiance ! Quesnes, Romancero, p. 98. Puis lui dites coment Guiteclins de Sassogne envers nous entreprent, Sax. XX. Felenie n'ad en mei, ne crime envers tei, Rois, p. 95.

XIIIe s. [Je] Vous defens qu'envers moi n'aiez pensée amere, Berte, CXIII.

XVe s. Trop estoit noble femme envers lui et plus jeune assez, Lancelot du lac, t. I, f° 71, dans LACURNE. Et avient souvent, por ce qu'il est très jeune envers elle, elle devient jalouse, Les 15 joies de mariage, p. 118. Lasse ! or [je] me voy aujourd'hui si perie Que nul ne fait envers moy son devoir, Deschamps, Complainte de la France.

XVIe s. Tenant conclusions en tout sçavoir, publicquement envers et contre tous, Rabelais, Pant. II, 8. Il est soupçonneux à l'endroict de celuy qui l'ayme, et simple envers celuy qui le trompe, La Boétie, 51. La rigueur dont il usa envers ces miserables luy donnant esperance d'estre assez bien envers ses ennemis, D'Aubigné, Hist. I, 95.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* ENVERS, s. m. (Gramm.) On donne généralement ce nom à la face la moins belle ou la moins commode dans tout ouvrage où l’on distingue deux faces, dont l’une est ou plus belle ou plus commode que l’autre ; ainsi le drap a son envers, dont le côté opposé s’appelle l’endroit. S’il arrive que l’ouvrage soit aussi beau ou aussi commode à l’envers qu’à l’endroit, alors on dit qu’il a deux envers. On diroit plus exactement qu’il est sans envers, ou qu’il a deux endroits.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « envers »

En 1, et vers, prépos. (voy. ce mot) ; wallon, ivier', èvier' ; picard, à mn'envers, à mon égard ; provenç. enves ; ital. inverso. Le sens propre est du côté de, en allant vers.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Préposition) Par univerbation, Composé de en et de vers.
(Nom commun) Du latin inversus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « envers »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
envers ɑ̃vɛr

Évolution historique de l’usage du mot « envers »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « envers »

  • Le vol est l'envers du capitalisme. De Mikhaïl Zochtchenko / Histoire d'une vie
  • L'espoir est l'envers de la mort. De Jean-Paul Filion / Les murs de Montréal
  • Se justifier, tel est le premier devoir envers soi-même. De Jacques Languirand / Tout compte fait
  • On ne peut être fidèle envers les autres que si on l’est d’abord envers soi-même. De Erich Fromm
  • La douceur envers soi est la source de toute politesse. De Marcel Jouhandeau / Réflexions sur la vieillesse et la mort
  • Les enfants doivent être indulgents envers les grandes personnes. De Antoine de Saint-Exupéry / Le petit prince
  • Devoirs : les autres en ont envers vous, mais on en n’a pas envers les autres. De Gustave Flaubert / Dictionnaire des idées reçues
  • Le meilleur parmi vous est le meilleur envers son épouse. De Le Coran
  • La mémoire, c’est l’imagination à l’envers. De Daniel Pennac / La Fée carabine
  • Je vous fais voir l'envers des événements, que l'histoire ne montre pas. François René, vicomte de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe
  • Sois dur envers les hommes et bon envers les bêtes. De Edward Horswell / Rembrandt Bugatti
  • La foi nous rend responsable envers nous-mêmes, envers les autres, envers une vérité supérieure. De Dan Brown / Anges et démons
  • Impiété. Votre irrévérence envers mon dieu. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Agissez envers les autres comme vous aimeriez qu'ils agissent envers vous. De Confucius
  • La cruauté envers les animaux peut devenir violence envers les hommes. De Ali McGraw
  • Celui qui est sévère envers lui-même et indulgent envers les autres évite les mécontentements. De Confucius / Entretiens du Maître avec ses disciples
  • Le 7 juillet à 2 h 45, le prévenu s’était mêlé d’un contrôle de police envers un livreur d’alcool, près de la Masse à Agen. En présence de deux autres individus, il aurait menacé avec une bouteille de vodka, puis ses poings fermés, deux fonctionnaires de police et ce, malgré le fait que les forces de l’ordre lui demandaient de s’écarter. Mais en état d’excitation, le suspect se rapprochait et revenait à la charge, ivre, les yeux vitreux. Il contraignait un policier à sortir son taser sans l’utiliser, puis devant son air belliqueux, il était interpellé et c’est lors du menottage que le prévenu au sol, assénait un coup de tête à l’arcade sourcilière d’un des fonctionnaires, lui valant trois points de suture. Mais à la barre, il a campé sur ses dénégations : "Ce sont eux qui se sont rapprochés de moi, je ne comprends pas pourquoi ils m’ont interpellé, je n’étais pas menaçant, je n’ai rien fait". ladepeche.fr, Lot-et-Garonne : 14 mois de prison ferme pour rébellion envers les policiers - ladepeche.fr
  • A Orcines, dans le Puy-de-Dôme, les propriétaires de chats du chemin des Meuniers sont sur leurs gardes. Entre 2019 et 2020, 6 plaintes ont été déposées par les habitants de ce quartier pour des actes de torture et des empoisonnements envers leurs chats. France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, Puy-de-Dôme : 6 plaintes déposées pour des actes de cruauté envers des chats à Orcines

Traductions du mot « envers »

Langue Traduction
Anglais towards
Espagnol hacia
Italien in direzione
Allemand gegenüber
Chinois
Arabe تجاه
Portugais em direção
Russe в направлении
Japonais に向かって
Basque bidean
Corse versu
Source : Google Translate API

Synonymes de « envers »

Source : synonymes de envers sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « envers »

Envers

Retour au sommaire ➦

Partager