La langue française

Employer

Sommaire

Définitions du mot employer

Trésor de la Langue Française informatisé

EMPLOYER, verbe trans.

A.− [Le compl. d'obj. désigne une chose]
1. [Le compl. désigne une substance, un matériau, un outil] Faire usage d'une chose en la faisant fonctionner, en la faisant entrer dans la composition de quelque chose ou en la consommant. Synon. se servir de, user de, utiliser.Employer des matières premières; employer un médicament; employer un appareil, des armes. J'ai eu mal aux yeux, au point d'employer un collyre (Flaub., Corresp.,1879, p. 261).Mathieu, qui en tenait la recette d'Antoine, a toujours su manier les rouges, à la différence de Louis, qui ne les emploie pas beaucoup (Jamot, Les Le Nain,1929, p. 107):
1. ... les pendules étaient de bois : aiguilles, cadran, rouages. (...) On employait du néflier ou du corbier. Le bois qui se polit le mieux en durcissant le plus. Pesquidoux, Le Livre de raison,1932, p. 7.
Employer + compl. prép. indiquant le domaine d'emploi.Employer qqc. dans, en.Les femmes employaient avec à propos les condiments dans la cuisine (Aymé, Jument,1933, p. 13).La pharmacie l'emploie [le sucre] en plusieurs compositions (Faral, Vie temps St Louis,1942, p. 172).
Employer + compl. prép. (subst. ou inf.) indiquant le but.Employer qqc. pour.Claire n'emploie jamais le savon pour se laver la figure (Duhamel, Terre promise,1934, p. 174).Employer qqc. contre.Le thé se vendait encore chez les apothicaires, comme une drogue employée contre les indigestions (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 64).Employer qqc. à.Le maïs est employé à mille usages (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 198).
Employer + compl. prép. indiquant l'attribution, la destination.Employer comme. Le vaisseau l'« Orion » (...) a été plus tard employé à Brest comme vaisseau-école (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 442).
Emploi pronom. passif. Au lieu de quatre millions de livres de coton qui s'employaient au moment de la révolution, il s'en travaillait à présent au delà de trente millions de livres (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 450).
2. P. anal.
a) [Le compl. désigne un animal] Utiliser ses capacités. Pendant la guerre sud-africaine, (...) nous employions pour nos transports un grand nombre de bœufs (Maurois, Silences Bramble,1918, p. 230).
b) [Le compl. désigne une pers. ou une catégorie de pers.] Confier à quelqu'un un travail à faire, une mission à remplir. Employer l'armée, la gendarmerie (dans une circonstance précise). La grande raison des Bourgeois pour employer cet artiste est celle-ci : « Dites-en ce que vous voudrez, il place vingt mille francs par an chez son notaire » (Balzac, P. Grassou,1840, p. 459).L'an dernier, le mémoire de la couturière était de dix-huit mille. Il a fallu employer le confesseur pour réduire la femme (Taine, Notes Paris,1867, p. 25).Nous démontrons que le Kuomintang peut être employé en l'employant. Non en discutant. Nous n'avons cessé de l'employer depuis deux ans (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 285):
2. ... l'Allemagne emploie des espions chez nous, et leur donne des instructions très judicieuses. Il est à croire que nous en employons chez elle... Romains, Les Hommes de bonne volonté,Le 6 octobre, 1932, p. 162.
3. En partic.
a) [Le compl. d'obj. désigne une somme d'argent]
α) Dépenser (une somme d'argent) dans un but quelconque :
3. Agathe et moi nous voulions employer notre argent de tant de manières différentes, que nous ne savions plus à quel achat nous résoudre. Balzac, Le Père Goriot,1835, p. 108.
Employer + compl. prép. (subst. ou inf.) indiquant le but.Employer (de l'argent) à l'achat, à l'acquisition de qqc., à s'acheter qqc. Employer la dot de sa femme à satisfaire les prodigalités ruineuses de sa maîtresse (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 412).Olympe employait à des fantaisies l'argent qu'elle tirait des poches de Marthe (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 1164).
Employer + compl. prép. (subst.) précisant la nature de l'acquisition.Employer (de l'argent) en. J'aurais encore mieux aimé que cet argent fût employé en fards et en toilettes (Montherl., Lépreuses,1939, p. 1409).
β) Utiliser (une somme d'argent) en vue d'un placement productif. Anton. dépenser, gaspiller :
4. Ce conseil déterminera positivement la somme à laquelle commencera, pour le tuteur, l'obligation d'employer l'excédant des revenus sur la dépense : cet emploi devra être fait dans le délai de six mois, passé lequel le tuteur devra les intérêts à défaut d'emploi. Code civil,1804, art. 455, p. 84.
Employer + compl. prép. indiquant la nature, le domaine d'emploi.Employer des capitaux en actions. Dès que l'un d'eux [un bourgeois] se sentait possesseur d'un petit capital, au lieu de l'employer dans le négoce, il s'en servait aussitôt pour acheter une place (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol.,1856, p. 171).
b) [Le compl. d'obj. désigne un terme lex., une forme gramm., une figure de style, etc.] Utiliser (un terme) dans un discours, un écrit. Tout substantif français peut être employé adjectivement (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 33).Ils employaient des expressions et des tournures de phrases que l'on n'entend point au pays de Québec (Hémon, M. Chapdelaine,1916, p. 165).Il n'emploie presque jamais les substantifs convenables; il les remplace par deux ou trois mots omnibus (Duhamel, Journal Salav.,1927, p. 74):
5. « J'avoue que Taquin le Superbe me plaît infiniment comme rédaction », concluait la princesse. En réalité, le mot de « rédaction » ne convenait nullement pour ce calembour, mais la princesse d'Épinay (...) avait pris à Oriane les expressions « rédigé, rédaction » et les employait sans beaucoup de discernement. Proust, Le Côté de Guermantes 2,1921, p. 466.
SYNT. Employer une métaphore, une tournure de phrase, un langage noble, bas; employer un temps (du verbe), un mode; employer un mot nouveau, un vilain mot, un mot au figuré; employer un mot pour un autre.
Employer un mot + compl. déterminatif en appos. ou introd. par de, indiquant le mot employé. J'employe à dessein ce mot d'empire, ce mot d'impérialisme auquel je donne leur signification de conquête et de prééminence (Barrès, Cahiers,t. 12, 1919-20, p. 93).Toi seul n'as pas remarqué qu'elle n'employait jamais le mot femme (Giraudoux, Ondine,1939, III, 1, p. 171).
Employer un mot, un terme + compl. déterminatif introd. par de, indiquant la provenance, le domaine habituel d'emploi du mot en question. Le dépit, entre femmes, emploie volontiers les métaphores de la halle et de la grève, fussent-elles duchesses ou grandes coquettes (Gautier, Fracasse,1863,p. 91).(...) On ne m'a raconté que le thème de votre histoire, le synopsis, comme on dit maintenant... − Vous voyez, vous êtes forcé d'employer des mots de théâtre (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 154).Cf. aussi apache ex. 5.
P. ext. « Pour arriver. » Même dans ses pensées les plus obscures, elle employait ce mot de succès et d'ambition (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 117).
Employer + compl. prép. indiquant la destination.Elle employait toujours un langage noble pour les choses les plus simples (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 596).
Employer un mot au sens de/où, dans le sens + déterminatif. Jamais, en effet, on n'a pu constater un départ plus net entre le « peuple » et les « habiles », au sens où La Bruyère employait ces deux mots (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 339).Elle aussi bien que moi, nous ne pûmes supporter cette gêne (et j'emploie ce mot dans son sens le plus fort) (Gide, Et nunc manet,1951, p. 1129).
Expr. Pour employer le mot propre, exact, un mot cher à (qqn). Bref, dans l'heure qui a suivi, Antonia, pour employer la formule consacrée, est devenue ma maîtresse (Romains, Hommes bonne vol.,1939, p. 206).
Emploi pronom. passif. Quelle étonnante ambiguïté dans la notion de justice. (...) le même mot s'emploie pour désigner la justice distributive et la justice mutuelle (Alain, Propos,1912, p. 136).
c) [Le compl. désigne un espace de temps]
α) Occuper un certain intervalle de temps. Employer sa journée, ses loisirs, quelques heures. Elle était affectée de quelques millions et ne savait comment employer le plus agréablement son temps (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 119):
6. Je pense (...) aux choses du dehors. Elles me distraient, emploient mon temps et usent ma vie sans m'intéresser beaucoup. Maine de Biran, Journal,1817, p. 4.
Employer + compl. prép. précisant la nature de l'occupation, introd. par à lorsque l'occupation est une action précise, introd. par en lorsque le sens est assez vague.Employer du temps à faire qqc.; employer du temps en discussions, en promenades, en enfantillages; employer du temps à la conversation. J'ai employé ce temps partie en distractions et partie à la composition d'un morceau de philosophie mystique sur les deux « révélations » (Maine de Biran, Journal,1818, p. 185).Ces huit jours d'amour que tu prétends avoir eus pour moi, je n'en ai pas profité. Je ne les ai employés qu'à ma jalousie (Achard, J. de la Lune,1929, I, 6, p. 11).
[Le suj. désigne la chose qui fait que qqn occupe du temps à la réaliser] Ces diverses courses, ces occupations minutieuses employèrent plus de deux heures (Balzac, Splend. et mis.,1846, p. 412).
β) Occuper (du temps) utilement, avec profit. Anton. gaspiller.Si j'avais deviné, il y a six ans, ce que je soupçonne maintenant, j'aurais employé mes loisirs d'alors et j'en saurais beaucoup aujourd'hui (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1899, p. 346).Je n'emploie pas encore tout mon temps. Un peu de vertige devant trop d'heures vides (Gide, Journal,1906, p. 199):
7. Si j'eusse parlé vers 1795 de mon projet d'écrire, quelque homme sensé m'eût dit : « Écrivez tous les jours pendant deux heures, génie ou non ». Ce mot m'eût fait employer dix ans de ma vie dépensés niaisement à attendre le « génie ». Stendhal, Vie de Henry Brulard,t. 1, 1836, p. 215.
d) [Le compl. d'obj. désigne une faculté, un pouvoir, un moyen d'action de la pers.] Mettre en œuvre. Il fallait produire, il fallait employer tes dons, faire valoir tes talents (Amiel, Journal,1866, p. 236).Jamais on n'avait encore employé pour elles tant de galanterie (Colette, Cl. école,1900, p. 72).Dans ces moments où sa volonté était employée tout entière, rien ne lui résistait (Maurois, Ariel,1923, p. 321):
8. ... elle n'avait pas osé employer la calomnie et le mensonge, armes incertaines qui se retournent parfois contre celui qui les emploie. H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 178.
SYNT. Employer des moyens, des procédés, un stratagème; employer ses facultés intellectuelles, ses dons, son habileté; employer la force, la ruse, la violence; employer son crédit, son influence en faveur de qqn.
Employer + compl. prép. précisant le domaine d'emploi.Employer qqc. dans.Quand il employait ainsi toutes ses forces dans une lecture, il perdait en quelque sorte la conscience de sa vie physique (Balzac, L. Lambert,1832, p. 19).Ils employaient toute leur intelligence dans les affaires (France, Île ping.,1908, p. 402).
Employer + compl. prép. indiquant le but.Employer qqc. à.La citoyenne avait employé son crédit à faire nommer Gamelin à un poste envié (France, Dieux ont soif,1912, p. 104).Employer qqc. pour.Il me fallait employer mille ruses pour éloigner de nous ce démon familier, persécuteur et jaloux (Tharaud, Fête arabe,1912, p. 215).
B.− [Le compl. d'obj. désigne une pers.]
1. Faire travailler quelqu'un à son profit, en échange d'une rémunération, généralement selon les modalités d'un contrat de travail. Une jeune ouvrière, que Manette employait à la journée (Theuriet, Mariage Gérard,1875, p. 6).M. Mourguer me dit : « J'emploie douze cents ouvriers dans mes fabriques du Liban (Barrès, Cahiers Orient,1914, p. 335).Le coiffeur Gustave, qui emploie quatre manucures (Sartre, Nausée,1938, p. 63).
Employer + compl. prép. indiquant le but.Employer qqn à.Deraedt le plombier était employé par les Allemands à revoir les tuyauteries d'eau et de gaz de la prison (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 292).Les Nord-Africains qu'on emploie à l'empierrement des routes (Aragon, Rom. inach.,1956, p. 45).Employer qqn en (rare).Or les seigneurs, voyant qu'ils ne pouvaient plus guère Employer leur personne en actions de guerre, Partaient pour Mexico (Heredia, Trophées,1893, p. 176).
Employer + compl. prép. précisant la fonction.Employer qqn comme.Le prisonnier de guerre français Pierre L... est employé chez nous comme contremaître en outillage et serrurier (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 192).
Emploi pronom. réfl. S'employer dans, comme + subst. indiquant le domaine d'activité ou la nature de l'emploi.Occuper un emploi dans, comme. Pour se distraire, il s'employa chez lui comme homme de peine (Flaub., MmeBovary,t. 1, 1857, p. 100).Le comte est inflexible : il l'obligera sûrement à s'employer dans les ambassades (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 454).
2. Utiliser le crédit, l'influence dont dispose une personne, en sa faveur (cf. A 3 d, employer le crédit de qqn) :
9. Je comptais employer, pour obtenir de vous la faveur que je vous demande, monsieur Hugo ou Dumas, qui sont mes amis et je pense aussi les vôtres... Nerval, Corresp.,1830-55, p. 33.
3. Emploi réfl.
a) S'employer à + inf. ou subst.Se consacrer énergiquement, mettre son ardeur à. Sous la voûte impalpable [de la fumée], la société s'employait à boire; quelques Anglais, quelques Pérotes, mais des Russes surtout (Morand, Ouv. la nuit,1922, p. 98).Il s'employait à toutes les tâches avec une égale ardeur : au ménage, aux courses, à la polycopie, au classement des périodiques (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 38):
10. Ce grand homme [E. Poe] serait aujourd'hui complètement oublié, si Baudelaire ne se fût employé à l'introduire dans la littérature européenne. Valéry, Variété II,1929, p. 144.
b) S'employer pour qqn.Mettre en œuvre son activité, ses forces, son influence en faveur de quelqu'un. Je compte à Bruxelles des cœurs généreux qui s'emploient pour moi (Verlaine, Corresp.,t. 3, 1873, p. 144).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃plwaje], (j')emploie [ɑ ̃plwa]. Ds Ac. 1694-1932. Conjug. Cf. aboyer. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 « utiliser, mettre à, placer, user de (ici, des coups, une arme) » (Roland, éd. J. Bédier, 1013 et 3418); 2. 1370-80 pronom. s'employer à « s'occuper ardemment de » (Remèdes d'Amour, 106 et 336 ds T.-L.); 3. a) 1636 « avoir (quelqu'un) à son service » (Monet); b) 1723 employé subst. masc. (Savary des Bruslons, Dict. universel de comm., s.v. employé et commis). Du lat. class. implicare signifiant proprement « plier dans » d'où « entortiller dans, emmêler, enlacer » et « mettre, placer », parallèlement à l'empr. plus tardif impliquer*. Fréq. abs. littér. : 5 171. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 10 379, b) 6 262; xxes. : a) 5 738, b) 6 325. Bbg. Bruneau (Ch.). Romania. 1927, t. 53, p. 235. − Gottsch. Redens. 1930, p. 25, 239, 267, 391. − Ricard (R.). Utiliser et employer. Vie Lang. 1961, pp. 519-521.

Wiktionnaire

Verbe

employer \ɑ̃.plwa.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’employer)

  1. Utiliser ; user ; se servir de.
    • Le sucre était connu des anciens qui ne l’employaient qu'en très-petite quantité et comme médicament ; il y a 200 ans à peine, il se vendait seulement chez les pharmaciens, à un prix très-élevé. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 119)
    • On sait que l’emploi du fer fut inconnu de toute l’Amérique avant l’arrivée de Colomb. […]. Parfois cependant le fer météorique est employé accidentellement. — (René Thévenin & Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., p.18)
    • Tant qu’il n’était pas appelé au loin par la guerre contre les Saxons, les Bretons, ou les Goths de la Septimanie, Chlother employait son temps à se promener d’un domaine à l’autre. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833–1837)
    • Ces cartouches sont destinées à remplacer les fortes charges de poudre-éclair qu'il serait nécessaire d’employer pour l’éclairage intensif d'intérieurs, de grottes, de mines, etc., […]. — (Agenda Lumière 1930, Paris : Société Lumière & librairie Gauthier-Villars, page 413)
    • La Sandaraque impure des marchés arabes provient du Thuya et de divers Juniperus. On l’emploie en poudre pour arrêter les petites hémorragies de l’épistaxis. — (Bulletin des sciences pharmacologiques, 1921, vol. 28, page 23)
  2. (Spécialement) (Grammaire) S’en servir en parlant ou en écrivant, en parlant d'une phrase, d'un mot ou d'une locution.
    • Employer les termes propres, les tours les plus élégants.
  3. Pourvoir d’une occupation ou d’un travail pour son usage ou pour son profit.
    • Une seule usine, employant une vingtaine d'ouvriers, existe à Vatan et la main-d’œuvre masculine, hormis celle du bâtiment, se voit contrainte d'aller travailler dans les villes voisines. — (Marc Michon, Petite histoire de Vatan, impr. Lecante, 1971, page 57)
    • On l’a employé dans de grandes affaires, à de grandes négociations.
    • C’est un homme qui mérite d’être employé.
    • Il est employé dans les bureaux de tel ministère.

Nom commun

employer \ɛm.ˈplɔ.jər\

  1. Employeur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMPLOYER. (Il se conjugue comme BROYER.) v. tr.
Mettre à son service, user, se servir de. Employer de l'étoffe. Employer de l'argent. C'est de l'argent bien employé. Employer la plus grande partie de son revenu en charités, en aumônes. Cet argent a été employé aux nécessités de l'État. Les remèdes qu'on doit employer. Employer du bois, de la pierre à bâtir. Bien employer le temps, son temps. Un temps mal employé. Employer la douceur. Employer les châtiments, la contrainte. Employer tout son esprit, tout son art, toute son industrie, tous ses soins, toute son éloquence. Il emploie toutes sortes de moyens. Employer le crédit de ses amis. Employer ses amis. Employer une phrase, un mot, une locution, S'en servir en parlant ou en écrivant. Employer les termes propres, les tours les plus élégants. Il signifie aussi Pourvoir d'une occupation, d'un travail pour son usage, pour son profit. Employer un grand nombre d'ouvriers. On l'a employé dans de grandes affaires, à de grandes négociations. C'est un homme qui mérite d'être employé. Il est employé dans les finances. Il est employé dans les bureaux de tel ministère.

S'EMPLOYER À ou POUR signifie S'occuper d'une chose, s'y appliquer avec intérêt. Je m'y emploierai avec joie. Il ne s'emploie qu'à cela. Il s'est employé pour moi de la manière la plus bienveillante.

Littré (1872-1877)

EMPLOYER (an-plo-ié ; plusieurs disent an-ploiié), j'employais, nous employions, vous employiez ; que j'emploie, que nous employions, que vous employiez ; l'y grec se change en i devant un e muet : j'emploie, j'emploierai v. a.
  • 1Faire emploi de quelque chose. Employer beaucoup d'argent en aumônes. Employer de l'étoffe. Le temps est cher, il le faut employer, Racine, Mithr. III, 5. Allons, employons bien le moment qui nous reste, Racine, Bajaz. III, 8. Ceux qui emploient mal leur temps sont les premiers à se plaindre de sa brièveté, La Bruyère, XII. Employez-les [vos biens et votre autorité] à faire des heureux et à rendre la vie plus douce et plus supportable à des infortunés, Massillon, Pet. car. Human. des gr.
  • 2 Par extension. La lumière emploie environ un demi-quart d'heure à nous venir du soleil. Un boulet de canon qui irait de la terre au soleil et qui conserverait toujours sa première vitesse, emploierait vingt-cinq ans pour y arriver, Rollin, Traité des Ét. V, art. 3 et 4.
  • 3Mettre en œuvre. Employer ses bons offices pour quelqu'un. Employer tous les moyens pour parvenir à ses fins. Employer la fiction et le mensonge. Rome est sujette d'Albe, et, pour l'en garantir, Il n'a pas employé jusqu'au dernier soupir ! Corneille, Hor. III, 6. Dieu… qui, fécond en moyens, emploie toutes choses à ses fins cachées, Bossuet, Reine d'Angl. Employer ses mains charitables pour servir les pauvres, Fléchier, II, 26. J'employais les soupirs et même la menace, Racine, Brit. II, 2. Sans qu'elle employât une seule prière, Racine, Andr. V, 2. Vous pourriez de Zaïre employer la faveur, Voltaire, Zaïre, II, 1. Tu n'aurais employé qu'une juste défense, Voltaire, Mér. II, 2. Ce poids léger du temps que le travail emploie, Lamartine, Harm. I, 5.

    Familièrement. Employer le vert et le sec, faire tous ses efforts, mettre toutes sortes de moyens en œuvre. Locution tirée d'un homme qui, pour se chauffer, brûle non-seulement le bois sec, mais le bois vert.

    Employer une somme, l'appliquer à une dépense. Tous ceux qui emploient de l'argent pour obtenir les ministères ecclésiastiques, Pascal, Réfut. de la rép. à la 12e lett.

    Employer une phrase, un mot, un tour, en user en parlant ou en écrivant.

    Employer une raison, une pièce, la faire valoir, s'en appuyer.

  • 4Donner de l'emploi, de l'occupation. Employer un grand nombre d'ouvriers. On l'a employé dans de grandes négociations… de tous ceux que le sultan emploie, Orcan le plus fidèle à servir ses desseins, Racine, Baj. III, 8. Capitaine qu'Adraste, par jalousie, n'avait jamais voulu employer, Fénelon, Tél. XX.

    Employer quelqu'un, se servir de son crédit, de son influence, de ses démarches. Vous l'avez employé pour réussir dans votre candidature. Après avoir pour nous employé ce grand homme, Corneille, M. de Pomp. I, 3. Faites-moi la grâce de m'employer ; soyez persuadé que je suis entièrement à vous, Molière, Imprompt. 3.

    Par extension. J'ai regret que le sort m'emploie à la ruine De la plus éclatante et superbe machine, Rotrou, Bélis. V, 5.

  • 5S'employer, v. réfl. Être employé, mis en œuvre. Ce moyen ne peut s'employer. Ce mot ne s'emploie pas en ce sens. Ô grands vénérateurs de ce saint mystère [l'eucharistie], dont le zèle s'emploie à persécuter ceux qui l'honorent par tant de communions saintes, Pascal, Prov. 16.

    User de son crédit en faveur de quelqu'un. Sauvez ce malheureux, employez-vous pour lui, Corneille, Polyeucte, IV, 5. Et je n'ai point eu lieu de m'employer pour toi, Corneille, Cinna, III, 4. Vous daignerez vous employer pour moi, Molière, Femmes sav. I, 2. Il ne s'en sauva que quelques-uns [des partisans de Cylon], pour qui les femmes des citoyens s'employèrent et les firent mettre en liberté, Fénelon, Solon.

REMARQUE

Employer régit à devant les verbes : Employez votre argent à secourir votre frère. Il employa à mettre en vers ces fables les derniers moments de sa vie, La Fontaine, Fabl. Préface. Il régit à devant les noms, quand ils sont déterminés : J'ai employé vingt mille francs à cette acquisition ; il a employé tout son argent à des bagatelles ; et en quand ils sont indéterminés, c'est-à-dire sans article ou sans autre déterminatif : Il a employé tout son argent en bagatelles.

HISTORIQUE

XIe s. Or guart chascuns que granz cops il empleit, Ch. de Rol. LXXVII. Nen i a oel [qui] sa lance n'i empleit, ib. CCXLVIII.

XIIe s. Malement [j'] ai mon service emploié, Couci, VII. Après celui [ils] eslurent dant Garin le Pohier ; Ne sorent la corone alors mieux amploier, Saxons, IV. Jamais tut cil denier n'ierent bien empleié, Quant sunt par felunie conquis e gaaignié, Th. le mart. 157.

XIIIe s. Et se vous veés que la corone soit mius emploïe en l'un de vous qu'en moi, je m'i otroi volentiers, Chr. de Rains, 148. Et nous ne veimes où li roiaumes de Jherusalem fust mius emploiés que en vous, ib. 86. Metre ton temps en mal, ce n'est mie emploier, la Fole et la Sage.

XIVe s. N'y ot prince si grant tant y fust souffisant, Qui pour Englois grever ne s'alast emploiant, Guesclin. V. 20142.

XVe s. Quand le demeurant qui eschapper purent, furent venus en l'ost devers leurs compagnons, si conterent leurs aventures aux uns et aux autres, qui peu les en plaignirent, mais dirent que c'estoit bien employé, car sans conseil et sans commandement ils y estoient allés, Froissart, I, I, 141. Mieuls ne poet employer le temps Homs, ce m'est vis, qu'au bien amer [en aimant bien], Froissart, Espinette amoureuse. Je vous prye que vous hastez de faire ce mariage le plus tost que vous pourrés, et vous asseure que, de ma part, je m'y emploieray autant que si c'estoit pour ma propre fille, Lettre de Louis XI, Bibl. des Chartes, 4e série, t. I, p. 20. Au surplus il faut vivre en joye ; Que servent les biens amassés, Au besoing qui ne les emploie ? Basselin, LII.

XVIe s. Amour a fait ma langue desployer, Et ma main dextre à t'escrire employer, Marot, I, 325. Car peu de gloyre me semble accroistre à ceulx qui seullement y emploictent leurs yeulx, au demourant y espargnent leurs forces, Rabelais, Pant. III, Prol. En toutes choses qu'il nous peult faire plaisir, il s'y employe comme pour lay mesmes, Marguerite de Navarre, Lett. 112. Ce n'est pas raison que tu employes ton loisir en un subject si frivole, Montaigne, Au lect. p. XI. Employant plusieurs exemples et raisons à prouver que…, Montaigne, I, 17. Voyez le revenir de là aprez quinze ou seize ans employez, Montaigne, I, 145. Eudamidas donne pour faveur à ses amis de les employer à son besoing, Montaigne, I, 217.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

EMPLOYER, dans le Commerce, se servir de quelqu’un ou de quelque chose. En fait de compte, ce terme signifie mettre quelque partie, quelqu’article en recette ou en dépense. Avez-vous employé ces mille écus dans votre compte ? Voyez Emploi. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « employer »

Du latin implicāre (« impliquer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

 Dérivé de employ avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. empleiar ; catal. emplegar ; espagn. emplear ; portug. empregar ; ital. impiegare ; du latin implicare, au propre, plier dans, impliquer, mettre dans, de in, en, et plicare, plier (voy. PLOYER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « employer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
employer ɑ̃plwaje

Évolution historique de l’usage du mot « employer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « employer »

  • Il faut perdre la moitié de son temps pour pouvoir employer l'autre. De John Locke / L’Essai philosophique concernant l’entendement humain
  • Il ne faut pas employer ceux qu'on soupçonne, ni soupçonner ceux qu'on emploie. De Proverbe chinois
  • Le bonheur est une recherche. Il faut y employer l’expérience et son imagination. De Jean Giono / Voyage en Italie
  • Inutile d’employer un thermomètre de haute précision pour prendre la température d’un fantôme. De Jean Rostand
  • Pour tromper un rival, l'artifice est permis, On peut tout employer contre ses ennemis. De Cardinal de Richelieu / Les Thuilleries
  • Avant d’employer un beau mot, faites-lui une place. De Joseph Joubert / Pensées
  • Allez, le temps est cher : il le faut employer. De Jean Racine / Mithridate
  • La meilleure séduction est de n'en employer aucune. De Charles Joseph de Ligne / Pensées et fragments
  • Celui qui excelle à employer les hommes se met au-dessous d'eux. De Lao-Tseu
  • J'ai appris à employer le mot impossible avec la plus grande prudence. De Wernher von Braun
  • Ne pas employer ses défauts ne signifie pas qu'on ne les a pas. De Antonio Porchia / Voix
  • Il faut éprouver les amis aux petites occasions et les employer aux grandes. De Proverbe français
  • La stratégie amoureuse ne peut s’employer que lorsqu’on n’est pas amoureux. De Cesare Pavese
  • Il vaut mieux employer notre esprit à supporter les infortunes qui nous arrivent qu'à prévoir celles qui nous peuvent arriver. De François de La Rochefoucauld
  • Je déteste les vacances. Pourquoi rester assis sur la plage si l’on peut employer ses journées à construire des immeubles. De Philip Johnson
  • Qui emploie une aide à domicile ou une baby-sitter oublie souvent qu'il devient ainsi un employeur – avec toutes les obligations que cela implique. Ainsi, beaucoup ne savent pas par exemple que, pour les travailleurs domestiques, les cotisations AVS doivent être décomptées pour tout salaire, aussi petit soit-il. Pas de «franchise», comme dans d'autres professions. Exception: depuis le 1er janvier 2015, les jeunes jusqu'à 25 ans ne sont plus tenus de payer de cotisations AVS sur leur «petit boulot», pour autant que leur revenu ne dépasse pas 750 francs par année. Alors, comment employer correctement une femme de ménage? Voici les questions les plus fréquentes sur l'aide à domicile et les réponses correspondantes. , Employer du personnel de maison, à quelles conditions? | Illustré
  • L’État français a donc instauré une obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH). Depuis 1987, les établissements du secteur privé d’au moins 20 salariés doivent en employer minimum 6 %. Mais il est possible d’y déroger en versant une contribution financière à l’Agefiph. Faire Face - Toute l'actualité du handicap, Employer des travailleurs handicapés ne pénalise pas la rentabilité des entreprises - Faire Face - Toute l'actualité du handicap
  • Insultes, jurons... Voilà des mots fleuris pas très élégants qui, parfois, nous échappent. C’est humain, personne n’est infaillible. Cependant, une grossièreté peut nous mettre dans une situation bien inconfortable. Voici donc cinq gros mots, désuets mais charmants à l’oreille, que vous pouvez employer sans paraître vulgaire. Le Figaro.fr, Cinq insultes désuètes à employer en toute sérénité
  • Voilà une insulte utile et que l’on peut aisément employer dans nombre de situations. En voiture coincé dans les bouchons, lors d’un affront, autour d’un dîner de famille... Le mot vient du néerlandais kakkerlak et désigne à l’origine une blatte ou un cafard. En effet, le «cancrelat» est un insecte qui nous vient d’Amérique et que «l’on retrouve sur les navires et dans les réserves de denrées alimentaires». Par extension, le mot a fini par caractériser quelqu’un de méchant, de sournois ou encore, de laid «avec des côtés mesquins et veules». Le Figaro.fr, Dix mots orduriers à employer sans paraître grossier
  • Nombreuses sont ces charmantes formules régionales que nous devrions employer plus souvent. Grâce à l’éclairant ouvrage de Mathieu Avanzi, Parlez-vous (les) français, atlas des expressions de nos régions (Armand Colin), Le Figaro vous propose une petite sélection. Le Figaro.fr, Cinq expressions très françaises à employer absolument

Images d'illustration du mot « employer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « employer »

Langue Traduction
Anglais to employ
Espagnol emplear
Italien impiegare
Allemand zu beschäftigen
Chinois 聘请
Arabe يوظف
Portugais empregar
Russe использовать
Japonais 採用します
Basque enplegatu
Corse impiegà
Source : Google Translate API

Synonymes de « employer »

Source : synonymes de employer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « employer »

Partager