La langue française

Gouffre

Définitions du mot « gouffre »

Trésor de la Langue Française informatisé

GOUFFRE, subst. masc.

A. − [Accept. concr. physiques]
1. Trou profond et large qui s'ouvre à la surface du sol. Bord, fond du gouffre; gouffre béant, entr'ouvert, profond; jeter précipiter, tomber dans un gouffre; le gouffre s'ouvre; se pencher sur le gouffre; au-dessus du gouffre :
1. À quelques pas de là, la vallée de gauche, qui va toujours en se creusant, forme alors un gouffre circulaire, auquel son étendue, sa profondeur et son ensemble gigantesque ont fait donner le nom de Bol-de-Punch-du Diable... Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 249.
2. GÉOL. Cavité souterraine creusée par les eaux dans les régions calcaires. Le gouffre de Padirac :
2. Redressés et très plissés dans les Alpes et les Pyrénées, ils [les terrains secondaires] forment, sur la bordure sud du Massif Central, cette curieuse région des Causses, plateaux élevés, froids, véritables déserts de pierres, pays des gorges profondes, des gouffres et des cavernes, résultant de la dissolution des calcaires... Boule, Conf. géol.,1907, p. 139.
3. Vaste tourbillon qui se produit dans la mer ou l'océan, provoqué par la rencontre de deux courants contraires. Le gouffre de Maelstrom :
3. Comme un vaisseau qui sombre aux gouffres de la mer. Ils fendaient engloutis ces ténèbres palpables; L'écume des brouillards ruisselait sur les câbles... Lamart., Chute,1838, p. 971.
B. − [Accept. abstr. et au fig.]
1. [Gouffre exprime la notion de perte]
a) [matérielle]
[En parlant d'une chose] Chose, opération où s'engloutissent les biens, les richesses, la vie, etc. Prends garde! dit Pécuchet, tu vas te lancer dans les réceptions. C'est un gouffre! (Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 47).Même en allant à l'économie, cette maison est un gouffre (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 231) :
4. Enfin, à la corbeille, Delarocque et Jacoby surtout passaient pour avoir gagné personnellement de grosses sommes, déjà englouties du reste dans les deux gouffres toujours béants, impossibles à combler, que creusaient chez le premier l'appétit de la femme et chez l'autre la passion du jeu. Zola, Argent,1891, p. 377.
[En parlant d'une pers.] Personne absorbant d'impressionnantes quantités de nourriture. Quelle différence avec ce goinfre de Pigeonneau, un abîme à victuailles, un goufre [sic] insondable, sans fond (Fabre, Roi Ramire,1884, p. 125).
b) [intellectuelle] Le gouffre de l'oubli. Voici le temps où Julien, Fabrice, Dominique, Lucien, quand je m'efforce de les arracher au gouffre, ne me racontent plus que des histoires à dormir debout (Mauriac, Mém. intér.,1959, p. 69).
c) [morale] Au moment de se jeter dans le gouffre de la prostitution parisienne, à l'âge de seize ans, belle et pure comme une Madone, celle-ci rencontra Castanier (Balzac, Melmoth,1835, p. 331).
2. [Gouffre exprime la notion de mystère et de ténèbres]
a) Tentation et vertige. Au bord du gouffre. L'abîme, que des forces fatales avaient creusé entre eux, ne les séparait que matériellement; ils restaient sur les bords du gouffre, à s'adorer de loin. (Zola, M. Férat,1868, p. 249) :
5. Au moral comme au physique, j'ai toujours eu la sensation du gouffre, non seulement du gouffre du sommeil, mais du gouffre de l'action, du rêve, du souvenir, du désir, du regret, du remords, du beau, du nombre, etc. Baudel., Cœur nu,1867, p. 668.
b) L'insondable. Au fond du gouffre. Plus souvent encore, il apparaît errant dans l'immensité, cherchant à sortir du « noir » pour aboutir à la clarté, se heurtant le front à des plafonds de nuages sombres, rencontrant des êtres monstrueux ou éclatants, ou bien s'abîmant dans des gouffres sans fond (Béguin, Âme romant.,1939, p. 369).
c) Les puissances du mal. Du fond de mon exil, si j'y retourne, Dieu m'appellera au royaume du ciel; et toi, de ton royaume en ce monde, tu seras précipitée dans les gouffres de l'enfer (Thierry, Récits mérov., t. 2, 1840, p. 174).
3. [Gouffre exprime le très haut ou le plus haut degré où se trouve une chose] Par instants je trébuche dans des gouffres d'horreur (Gide, Retour Tchad,1928, p. 891).
Prononc. et Orth. : [gufʀ ̥]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 « abîme, cavité béante où l'on risque d'être englouti » (B. de Ste-Maure, Troie, 28881, ds T.-L. : Al gofre e al sorbissement); en partic. 1538 « tourbillon » (Est.); cf. 1774-79 le gouffre... de la mer de Norvège (Buff., Théorie de la terre, Preuves, art. XV ds Littré); 2. a) ca 1330 fig. « ce qui, comparé à un gouffre, engloutit comme lui; ici gorge, gosier » (G. de Digulleville, Pelerinage vie hum., 10479 ds T.-L.); b) fin xives. « personne qui engloutit de grandes quantités de nourriture » (E. Deschamps, Œuvres, II, 53, 6, ibid.); c) av. 1525 « chute, situation déplorable, état de perdition dans lequel on tombe » (J. Lemaire ds Palsgr., p. 63); d) 1611 un gouffre d'argent (Cotgr.). Du gr. κ ο ́ λ π ο ς « pli, creux » d'où « golfe, repli de la côte » quelquefois « vallée », empr. tardivement (ives.) par le lat. sous la forme colpus, colfus (forme vulg.); on peut donc penser que le fr. ne tient pas le mot du lat. mais des Grecs de la côte méditerranéenne : le f s'expliquerait comme un traitement hypercorrect du π devenu φ (en réaction contre le phénomène illustré par enter*). Fréq. abs. littér. : 1 561. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 003, b) 3 651; xxes. : a) 2 777, b) 1 301. Bbg. Antoine (G.). Pour une nouvelle exploration du gouffre baudelairien. Fr. mod. 1962, t. 30, pp. 81-98. - Arveiller (R.). Golfe, gouffre. Fr. mod. 1955, t. 23, pp. 191-196. - Fondane (B.). Baudelaire et l'exp. du gouffre. Paris, 1947, 383 p. - Guiraud (P.). Ch. styl. du gouffre de Baudelaire. Orbis litterarum. 1958, t. 13, pp. 75-84. - Hope 1971, pp. 40-41. - Vidos 1939, pp. 429-430. - Vidos (B.E.). Fr. gouffre, golfe. R. port. Filol. 1956, t. 7, pp. 1-15; Gouffre golfe ou golfe-gouffre? Fr. mod. 1956, t. 24, pp. 139-141.

Wiktionnaire

Nom commun 1

gouffre \ɡufʁ\ masculin

  1. Cavité souterraine naturelle, large et profonde.
    • A l'ouest du village de Mosnay, près du hameau des Jadrets, s'ouvre un gouffre explorable. Il s'agit de la perte d'un ruisseau coulant depuis le sud et qui, au nord de la D 30a, s'encaisse profondément dans un ravin […]. — (Jacqueline Lorenz, Le Dogger du Berry: contribution à la connaissance des plates-formes carbonatées européennes du Jurassique, Éditions du BRGM, 1992, page 171)
  2. (Figuré) (Soutenu) Ce qui donne une impression de vide abyssal, en parlant de certaines choses.
    • Il voit Paris, non comme un gouffre où l’on sombre et qui vous dévore, mais comme un rêve flamboyant, où l’or se gagne, s’enlève à larges pelletées, où le plaisir est sans fin. — (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
    • Le gouffre de l’oubli.
    • Le gouffre du passé.
    • Le gouffre de l’éternité.
  3. (Figuré) Chose qui cause des frais, des sacrifices, des pertes immenses.
    • « Crossrail », une sorte de RER traversant Londres d’est en ouest, qui devait montrer la capacité du secteur privé à construire une grosse infrastructure dans les délais, se révèle être un gouffre financier que les pouvoirs publics sont sans cesse appelés à combler. — (Philippe Bernard, Le train de nuit Londres-Edimbourg tourne au cauchemar, Le Monde. Mis en ligne le 5 juillet 2019)
    • Les maisons de jeu sont des gouffres pour les jeunes gens.
    • Ce pays devint un gouffre où s’engloutissaient nos armées et nos trésors.
    1. Grand nombre de malheurs, de misères, de chagrins qui accablent à la fois une personne, une famille, etc.
      • Dans quel gouffre d’horreurs cet événement nous a plongés !
      • Tomber dans un gouffre de malheurs, de misères.
    2. Grand dissipateur de richesses.
      • C’est un gouffre que cet homme-là.
  4. (Figuré) Grande distance qui sépare les humains, les choses.
    • Mais cela est impossible, il y a un gouffre entre nous ; notre éducation, notre culte nous défendent également de le franchir. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)

Nom commun 2

gouffre \ɡufʁ\ masculin

  1. (Héraldique) Meuble représentant un tourbillon d’eau au centre des armoiries. Il est généralement représenté d’azur.
    • D’argent au gouffre d’azur, qui est de la famille Gorges. (cf. illustration)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GOUFFRE. n. m.
Cavité large et profonde, vide ou remplie d'eau. Il se dit quelquefois, figurément, dans le style soutenu. Le gouffre de l'oubli. Le gouffre du passé. Le gouffre de l'éternité. Il se dit encore, au figuré, de Toutes les choses qui causent des frais, des sacrifices, des pertes immenses. Ce procès est un gouffre. Paris est un gouffre. Les maisons de jeu sont des gouffres pour les jeunes gens. Ce pays devint un gouffre où s'engloutissaient nos armées et nos trésors. On dit dans ce sens C'est un gouffre que cet homme-là, en parlant d'un Grand dissipateur. Il se dit aussi d'un Grand nombre de malheurs, de misères, de chagrins qui accablent à la fois une personne, une famille, etc. Dans quel gouffre d'horreurs cet événement nous a plongés! Tomber dans un gouffre de malheurs, dans un gouffre de misères.

Littré (1872-1877)

GOUFFRE (gou-fr') s. m.
  • 1Cavité profonde, vide ou remplie d'eau, de feu, de flammes, etc. Dans un gouffre allumé, Suzon, oui, je m'y jetterais plutôt que de lui nuire, Beaumarchais, Mar. de Fig. II, 14. Tu péris, et si jeune ! ah ! nos sables peut-être, Ou les gouffres des mers t'auront vu disparaître, Ducis, Abufar, I, 6. Un gouffre de feu fait [dans une décoration] avec du satin jaune et du papier doré ; ce qui lui donnait beaucoup plus l'apparence d'un surtout de table que d'un abîme, Staël, Corinne, VII, 2. L'enfer mugit d'un effroyable rire, Quand, dégoûté de l'orgueil des méchants, L'ange, qui pleure en accordant sa lyre, Fait éclater ses remords et ses chants ; Dieu d'un regard l'arrache au gouffre immonde, Béranger, Ange exilé.

    Fig. Ce gouffre infini ne peut être rempli que par un objet infini, Pascal, dans COUSIN.

  • 2En particulier, tournoiement d'eau. Le plus grand gouffre que l'on connaisse est celui de la mer de Norvége, on assure qu'il a plus de vingt lieues de circuit ; il absorbe pendant six heures tout ce qui est dans son voisinage, l'eau, les baleines, les vaisseaux, et rend ensuite pendant autant de temps tout ce qu'il a absorbé, Buffon, Théorie de la terre, Preuves, art. X. L'Euripe, si fameux par la mort d'Aristote, absorbe et rejette alternativement les eaux sept fois en vingt-quatre heures, Buffon, ib. Les gouffres de la mer sont produits par le mouvement de deux ou de plusieurs courants contraires, Buffon, ib.
  • 3 Fig. Ce qui, comparé à un gouffre, engloutit comme lui. Ils [les hommes] vont tous se confondre dans ce gouffre infini du néant, où l'on ne trouve plus ni rois, ni princes, ni capitaines, ni tous ces autres augustes noms qui nous séparent les uns des autres, mais la corruption et les vers, la cendre et la pourriture qui nous égalent, Bossuet, Gornay. Telle est votre convoitise ; c'est un gouffre toujours ouvert, qui ne dit jamais : c'est assez, Bossuet, 1er serm. pour le 4e dim. de car. 2. [Agamemnon] Qui, perçant du tombeau les gouffres éternels, Revenait en ces lieux commander aux mortels, Voltaire, Oreste, V, 7. Dût ce sacré tombeau profané par mes pas, Ouvrir, pour me punir, les gouffres du trépas, Voltaire, Sémiram. V, 5.
  • 4 Fig. Il se dit de malheurs, de misères, de dangers dans lesquels on tombe comme dans un gouffre. C'est un gouffre où la pudeur ne peut éviter un triste naufrage, Patru, Plaidoyer 11, dans RICHELET. En quel gouffre d'horreur m'as-tu précipité ? Corneille, Rodog. V, 4. Dans ce gouffre de maux c'est lui qui m'a plongée, Corneille, Théod. V, 6. Trahi de toutes parts, accablé d'injustices, Je vais sortir d'un gouffre où triomphent les vices, Et chercher sur la terre un endroit écarté Où d'être homme d'honneur on ait la liberté, Molière, Mis. V, 8. Dans un gouffre profond Sion est descendue, Racine, Athal. III, 8. Quels sont les crimes affreux qui ont creusé à cet infortuné ce gouffre de tourments où il est enseveli ? Massillon, Carême, Mauv. riche. Le genre humain s'est trouvé souvent dans la religion comme dans le gouvernement entre la tyrannie et l'anarchie, prêt à tomber dans l'un de ces deux gouffres, Voltaire, Mœurs, 130.
  • 5 Fig. Il se dit de toutes les choses où l'on fait des frais, des sacrifices, des pertes immenses. Ce procès est un gouffre. Les maisons de jeu sont des gouffres pour les jeunes gens. Les villes sont le gouffre de l'espèce humaine, Rousseau, Ém. I.

    C'est un gouffre d'argent, se dit d'une affaire où il faut toujours employer une grande quantité d'argent.

    C'est un gouffre que cet homme-là, c'est un grand dissipateur.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et chevauchierent à une cité que l'en apele Nicomie, et siet seur un goufre [golfe] de mer, Villehardouin, CXXVIII. Il est cheüs aval au gouffre Où il toutes les dolors souffre, Unicorne et serpent.

XVe s. Ô faulse convoitise, gouffre d'enfer insatiable, comment as tu puissance de tellement aveugler le cœur de l'homme ? Boucic. III, 19. Fuy le gouffre de villaine lubricité, J. Lemaire, dans PALSGRAVE, p. 63.

XVIe s. Je traversay le gouffre [golfe] de la mer Adriatique depuis Brindes jusques à Corfou en un seul jour, Amyot, P. Aem. 58. Il s'esmerveilla fort quand il veit en la province d'Ecbatane le gouffre dont il sort continuellement de gros bouillons de feu comme d'une fonteine, Amyot, Alex. 65. Voilà les trois goulphes et precipices d'où peu de gens se sauvent, Charron, Sagesse, I, 20.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GOUFFRE, s. m. (Phys.) les gouffres ne paroissent être autre chose que des tournoyemens d’eau causés par l’action de deux ou de plusieurs courans opposés ; l’Euripe si fameux par la mort d’Aristote, absorbe & rejette alternativement les eaux sept fois en vingt-quatre heures ; ce gouffre est près des côtes de la Grece. Voyez Euripe. Le Carybde qui est près du détroit de Sicile, rejette & absorbe les eaux trois fois en vingt-quatre heures : au reste on n’est pas trop sûr du nombre de ces alternatives de mouvement dans ces gouffres.

Le plus grand gouffre que l’on connoisse, est celui de la mer de Norvege ; on assûre qu’il a plus de vingt lieues de circuit : il absorbe pendant six heures tout ce qui est dans son voisinage, l’eau, les baleines, les vaisseaux, & rend ensuite pendant autant de tems tout ce qu’il a absorbé.

Il n’est pas nécessaire de supposer dans le fond de la mer des trous & des abysmes qui engloutissent continuellement les eaux, pour rendre raison de ces gouffres ; on sait que quand l’eau a deux directions contraires, la composition de ces mouvemens produit un tournoyement circulaire, & semble former un vuide dans le centre de ce mouvement, comme on peut l’observer dans plusieurs endroits auprès des piles qui soûtiennent les arches des ponts, sur-tout dans les rivieres rapides : il en est de même des gouffres de la mer, ils sont produits par le mouvement de deux ou de plusieurs courans contraires ; & comme le flux & le reflux sont la principale cause des courans, ensorte que pendant le flux ils sont dirigés d’un côté, & que pendant le reflux ils vont en sens contraire, il n’est pas étonnant que les gouffres qui résultent de ces courans, attirent & engloutissent pendant quelques heures tout ce qui les environne, & qu’ils rejettent ensuite pendant tout autant de tems tout ce qu’ils ont absorbé. Voyez Courans.

Les gouffres ne sont donc que des tournoyemens d’eau qui sont produits par des courans opposés, & les ouragans ne sont que des tourbillons ou tournoyemens d’air produits par des vents contraires ; ces ouragans sont communs dans la mer de la Chine & du Japon, dans celle des îles Antilles, & plusieurs endroits de la mer, sur-tout auprès des terres avancées & des côtes élevées ; mais ils sont encore plus fréquens sur la terre, & les effets en sont quelquefois prodigieux. « J’ai vû, dit Bellarmin (je ne le croirois pas si je ne l’eusse pas vû), une fosse énorme, creusée par le vent, & toute la terre de cette fosse emportée sur un village ; ensorte que l’endroit d’où la terre avoit été enlevée, paroissoit un trou épouvantable, & que le village fut entierement enterré par cette terre transportée ». Bellarminus, de ascensu mentis in Deum. Cet article est tiré du premier volume de l’hist. naturelle, géner. & partic. p. 489.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gouffre »

Le même que golfe, comme le montre l'historique. Le Berry dit gorge, s. m. qui vient du latin gurges, gouffre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIIe siècle) On le dit forme collatérale [1] de golfe, le flamand, du primitif golpe a fait golpen, gulpen → voir gulp (« engouffrer ») en anglais. Plus avant, du grec ancien κόλπος, kólpos (« pli, creux » d'où « golfe, repli de la côte ») [2], on peut penser que le français ne tient pas le mot du latin *colpus, colfus mais des Grecs de la côte méditerranéenne. Néanmoins l’arabe حفرة, houfra «gouffre, précipice» que propose Pihan [3] semble mieux cadrer avec le mot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « gouffre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gouffre gufr

Citations contenant le mot « gouffre »

  • Chacun de nous est un gouffre ; on a la tête qui tourne quand on regarde au fond. De Georg Büchner / La Mort de Danton Léonce et Léna
  • Deux siècles de déprédations et de brigandages ont creusé le gouffre où le royaume est prêt à s'engloutir. De Mirabeau
  • Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe ? Au fond de l'Inconnu pour trouver du nouveau ! De Charles Baudelaire / Les Fleurs du mal
  • C'est seulement par la connaissance des gouffres que l'on peut atteindre la vérité et par l'exploration des marges et de la nuit que l'on peut atteindre au mythe. De Linda Lê / Entretien avec Catherine Argand - Avril 1999
  • La prodigalité, c’est un gouffre sans fond. De Cicéron
  • Nous sommes au bord du gouffre, avançons donc avec résolution. De Sully Prudhomme
  • Le gouffre le plus angoissant qui soit : l'amour... De Hélène Ouvrard / L'herbe et le varech
  • Je prétends regarder face à face le gouffre. De Victor Hugo / L'Art d'être grand-père
  • Ce n'est pas le gouffre qui sépare, mais la différence de niveau. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • L'âme humaine est comme un gouffre qui attire Dieu, et Dieu s'y jette. De Julien Green / Journal
  • Il y a une solitude, même entre mari et femme, un gouffre ; et cela, on doit le respecter. De Virginia Woolf / Mrs Dalloway
  • La jeune femme a été extraite du gouffre vers 21h45 et aussitôt héliportée vers l'hôpital d'Annecy en urgence relative. L'opération se termine actuellement par le ravitaillement des secouristes, assuré par la Croix Rouge. , Faits-divers - Justice | Fillière : bloquée dans un gouffre à 35 mètres sous terre, la spéléologue en est sortie
  • Les hommes ne sont point faits pour être entassés en fourmilières mais épars sur la terre qu'ils doivent cultiver. Plus ils se rassemblent, plus ils se corrompent. Les villes sont le gouffre de l'espèce humaine. De Jean-Jacques Rousseau / Emile ou de l’éducation
  • Les montagnes elles aussi sont séparées par des gouffres. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Ce samedi matin, les sapeurs-pompiers sont intervenus suite à l'ouverture d'un gouffre sous les pattes d'un veau. L'animal est descendu de près de 3 mètres sous terre alors qu'il était en train de profiter du bon air Charolais. Face à la difficulté, l'agriculteur de Vendenesse-les-Charolles, a appelé les pompiers alors qu'il mettait tout en oeuvre pour retrouver le veau disparu. C'est dans un secteur déjà sujet à ce genre de gouffre que la mésaventure est arrivée. Des trous qui pourraient surgir compte tenu de la nature du sol et d'une possible existence de rivière souterraine sur ce secteur.  Les exemples de gouffre de ce type se sont multipliés au fil du temps. A l'issue de l'opération de secours, le veau a pu rejoindre sa mère sans aucune séquelle.  Info Chalon, Chalon-sur-Saône | Un gouffre s'ouvre sous les pattes d'un veau à côté de Charolles Info Chalon l'actualité de Info Chalon
  • Déconfiné, le gouffre d’Esparros est accessible aux visiteurs, sur réservation. Mais ils ne sont pas les seuls à apprécier les lieux. C’est aussi un lieu de recherches scientifiques qui contribue activement à la connaissance de ce milieu si spécifique. C’est aussi depuis son ouverture un lieu de recherches scientifiques et il contribue activement à la connaissance de ce milieu si spécifique. Des informations sont données aux visiteurs qui peuvent aussi découvrir les appareils de mesure en place. ladepeche.fr, Hautes-Pyrénées : Esparros, gouffre le plus étudié au monde - ladepeche.fr
  • Date limite de réservation : 23 août 2020. Lieu/site internet pour la réservation/l'inscription : www.gouffredepoudrey.com. , Decouverte du gouffre de Poudrey : Visite guidee a Etalans
  • Quand on parle de transition écologique, il y a un gouffre abyssal entre le discours et les actes. C’est cette incohérence, pointée par le @hc_climat dès son premier rapport, que je trouve insupportable. #climat (Entretien dans @lemondefr) 1/3https://t.co/eFW5kvITzl Le HuffPost, Écologie: Tubiana pointe un "gouffre abyssal" entre le discours et les actes | Le HuffPost
  • C’est un endroit emblématique du Narbonnais, connu pour sûr par tous les locaux, mais qui peut échapper aux touristes tant il est enclavé dans la nature, celle du massif de la Clape. Le gouffre de l’œil doux est une cavité d’eau naturelle à la couleur turquoise, qu’il est possible d’observer d’en haut, au terme d’une randonnée en pleine nature que les plus intrépides auront bouclé en une dizaine de minutes. Sur le chemin rocailleux menant au sommet, la biodiversité est extrêmement riche. Les amateurs de faune et de flore seront donc autant servis que les amoureux de paysages à couper le souffle. ladepeche.fr, Narbonne. Le gouffre de l'Oeil doux, une curiosité tout aussi belle que mystérieuse - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « gouffre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « gouffre »

Traductions du mot « gouffre »

Langue Traduction
Anglais chasm
Espagnol abismo
Italien abisso
Allemand kluft
Chinois 裂口
Arabe هوة
Portugais abismo
Russe бездна
Japonais 裂け目
Basque leize
Corse chass
Source : Google Translate API

Synonymes de « gouffre »

Source : synonymes de gouffre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « gouffre »

Gouffre

Retour au sommaire ➦

Partager