La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « tertre »

Tertre

Définitions de « tertre »

Trésor de la Langue Française informatisé

TERTRE, subst. masc.

A. − Petite éminence de terre, souvent à sommet plat, et isolée. Synon. butte, monticule.La Place du Tertre à Paris. On nous menait souvent au Mont-Dol, au sommet duquel se trouvaient quelques ruines gallo-romaines: du haut de ce tertre isolé, l'œil plane sur la mer et sur des marais (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 80).Peyrony se laisse tomber sur un tertre de gazon planté d'arbres (Montherl., Olymp., 1924, p. 290).
B. − Monticule de terre recouvrant une sépulture. Synon. tumulus.Tertre funéraire. Le dimanche qui suit l'enterrement, les proches parents du défunt se réunissent, après la messe, sur la tombe de celui qu'ils ont perdu (Lorraine) et déposent, sur le tertre, l'écuelle du mort remplie d'eau bénite (Menon, Lecotté, Vill. Fr., 2, 1954p. 101).On n'a pas encore osé conseiller la suppression des tertres tumulaires, gaspilleurs de place (Meynier, Paysages agraires, 1958, p. 68).
Prononc. et Orth.: [tε ʀtʀ ̭]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 « petite éminence de terre isolée à sommet aplati » (Roland, éd. J. Bédier, 708); 2. 1649 « élévation de terre recouvrant une sépulture » (Scarron, Virgile travesty, l. III, p. 213, éd. de 1668); 1906 tertres funéraires (Pt Lar.). D'un lat. pop. *termitem, acc. de *termes, -mitis « tertre », réfection par substitution de suff., prob. d'apr. limes, limitis « limite, borne », qui a aussi le sens de « monticule, tertre », du lat. termen, -inis « borne ». Fréq. abs. littér.: 290. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 463, b) 460; xxes.: a) 332, b) 391.

Wiktionnaire

Nom commun - français

tertre \tɛʁtʁ\ masculin

  1. Monticule, éminence isolée.
    • Non loin d'Apalachucla s'élevait, sur un tertre isolé, le pavillon du conseil. — (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
    • Mon chemin était presque transversal, du nord au sud, et passait par le tertre le plus haut. — (Robert Louis Stevenson, Les Gais Lurons, 1881, traduction Jean-Pierre Naugrette, 2004)
    • [...],il tomba subitement malade, se coucha au pied de la montagne de Kè Giàng et mourut. Les termites recouvrirent son corps d’un tertre. — (Le Courrier du Vietnam, Le fantôme n'est pas ingrat, lecourrier.vn, 3 janvier 2021)
    • Tertre élevé.
    • Un château situé sur un tertre.
    • Un tertre de gazon.
  2. (Spécialement) Tumulus fait de terre.
    • Il y avait au bout du parc un tertre gazonné assez élevé, dont on se servait en été comme glacière. — (Jean Ray, Harry Dickson, Le Mystère des sept fous, 1933)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TERTRE (tèr-tr') s. m.
  • 1Petite éminence de terre, qui s'élève dans une plaine et qui ne tient à aucune côte. Le tertre isolé sur lequel sont situés la ville et le vieux château de Montbard, est élevé de 140 pieds au-dessus de la rivière, Buffon, Add. Théor. terr. Œuv. t. XIII, p. 169. Vis-à-vis de ma fenêtre est un tertre sur lequel se rassemblent les enfants, Rousseau, Ém. I.
  • 2Se dit quelquefois des éminences qui recouvrent une sépulture. Assez près de nous s'élevait Un tertre qui la mine avait D'être la fosse de quelque homme, Scarron, Virg. III. On n'a point élevé de marbre sur leurs humbles tertres, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virg. Je parlerai des tertres tumulaires à l'occasion de ceux de notre France, Legrand D'Aussy, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. II, p. 419. L'homme de Waterloo nous dira-t-il sa vie, Et ce qu'il a fauché du troupeau des humains, Avant que l'envoyé de la nuit éternelle Vînt sur son tertre vert l'abattre d'un coup d'aile, Musset, la Nuit de mai.
  • 3Espèce d'établi sur lequel les tanneurs font les tourbes ou mottes de vieux tan.

HISTORIQUE

XIe s. [Enseigne] En sum un tertre cuntre le ciel levée, Ch. de Rol. LIV.

XIIe s. Eyke voske [voilà que] cistvient saillanz ens montaignes et trespessanz les tertres, Saint Bernard, 528. Li provoire et li ordenez En sus un teltre sont montez, Rou, dans DU CANGE, tertrum.

XIIIe s. En un bois joste Duvelinc [Dublin], Sur un tertre lès la marine, Lai de Melion. D'ung tertre qui près d'iluec iere [était], Descendoit l'iave grant et roide, Clere, bruiant…, la Rose, 108. Comme descorde fust sur ce que je demandoie au tertre ou finage de MontEsclair, Du Cange, tertrum.

XVe s. Tant allerent [les gens du comte de Flandre] que ils virent [les Gantois] avaler [descendre d'] un tertre, Froissart, II, II, 97.

XVIe s. Philippus, voyant d'un tertre l'ordre et distribution du camp romain, Montaigne, I, 230. Ma maison est juchée sur un tertre, comme dict son nom, et n'a point de piece plus esventée que cette cy [la bibliothèque], Montaigne, III, 289.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TERTRE, s. m. (Jardinage.) est une éminence qui s’éleve au milieu d’une plaine, en forme d’un monticule qui est détaché des côtes voisines. Il y en a de deux sortes, le naturel & l’artificiel ; le naturel est celui dont on vient de parler ; l’artificiel est un terreplein, élevé, ou une terrasse faite de main d’homme.

Tertre, s. m. (Tannerie.) morceau de bois de la grosseur de la jambe, & long de quatre ou cinq piés ; il est posé horisontalement sur trois piés, dont deux sont au deux bouts & presque perpendiculaires, & le troisieme est au milieu, mais en affourche, s’éloignant par son extrémité d’en-bas, de plus de deux piés & demi en arriere ; c’est sur quoi posent les mains & s’appuyent les garçons tanneurs, qui font des tourbes ou des mottes des vieilles tannées. Dict. du Comm. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tertre »

Wallon, tièr ; Brie, tuarte, chemin escarpé dans une côte. Origine incertaine. H. Estienne le tirait de τέρεθρον, sommité d'une chose. Mais, attendu qu'on ne voit pas comment ce mot grec serait entré, Diez propose terræ-torus, élévation de terre, l'accent dans un mot composé pouvant se reculer, exemple, trèfle de trifolium.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin populaire *termitem, accusatif de *termes, termitis (« tertre »), réfection, probablement d’après limes, limitis (« limite, borne » mais aussi « monticule, tertre »), du latin termen, terminis (« borne »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tertre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tertre tɛrtr

Images d'illustration du mot « tertre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tertre »

Langue Traduction
Anglais mound
Espagnol montículo
Italien tumulo
Allemand hügel
Chinois
Arabe تل
Portugais monte
Russe насыпь
Japonais マウンド
Basque mendixka
Corse tumultu
Source : Google Translate API

Synonymes de « tertre »

Source : synonymes de tertre sur lebonsynonyme.fr

Tertre

Retour au sommaire ➦

Partager