Débander : définition de débander


Débander : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉBANDER1, verbe trans.

A.− [Le compl. d'obj. désigne une bande, un bandeau] Ôter une bande, un bandeau (cf. bander A). Débander les yeux. Il ne répondit pas, débanda les plaies, les examina en silence, tira des fioles de sa poche et refit un pansement (Zola, Débâcle,1892, p. 622).
Arg. Débander. ,,Perdre ses bandes molletières; 125eInf., 1915 (M. Cohen); − se défaire, parlant des bandes molletières; 109eInf., 1916 (J. Demeure)`` (Esnault, Notes complét. Poilu, 1956).
B.− [Le compl. d'obj. désigne un métal, un arc, une voix, etc.] Détendre ce qui est bandé (cf. bander B). Débander un ressort. Les Parthes, débandant leurs arcs, exhortèrent les Romains à passer paisiblement (Michelet, Hist. romaine,t. 2, 1831, p. 317).
Au fig. Le délassement de sa besogne formidable [de Sylla] (...) ne consistait en aucune débauche, qui eût débandé ou distrait sa volonté (L. Daudet, Sylla,1922, p. 228).
Absol., vulg. ,,Cesser d'être en érection`` (Carabelli, [Lang. pop.]).
Prononc. et Orth. : [debɑ ̃de], (je) débande [debɑ ̃:d]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Fin xiies. desbender « débarrasser (quelque chose) d'un bandeau, d'une bande » (Aliscans, éd. E. Wienbeck, W. Hartnacke et P. Rasch, 5386); xiiies. [ms.] (Renart, éd. M. Roques, 2143 var. H); 2. 1459-60 « détendre une arbalète » (A. N. JJ 190, fo111 ds Gdf. Compl.); 1601 se débander au fig. « se relâcher [en parlant de l'esprit] » (P. Charron, Sagesse, 1, 15 ds Littré); 1690 « cesser d'être en érection » (Fur.). Dér. de bander*; préf. dé-*. Bbg. Grimaud (F.). Pt gloss. du jeu de boules. Vie Lang. 1968, pp. 112-113.

DÉBANDER2, verbe trans.

A.− Mettre une troupe, une bande, un groupe en désordre. Le mâle ainsi renié, furieux, essayait de le débander [le clan] (Genevoix, Dern. harde,1938, p. 126).
Emploi adj. Vingt mille hommes de déroute, débandés, démoralisés, épuisés (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Horrible, 1884, p. 241).
Au fig. J'ai hâte d'arriver à ce qui reste de mes vieux projets si souvent débandés, déroutés, débâclés (Alain-Fournier, Corresp.[avec J. Rivière], 1905, p. 49).
À la forme passive, au fig. Sur la table, les verres, rangés tout à l'heure en flûte de Pan, sont débandés, éparpillés, errants (Goncourt, Ch. Demailly,1860, p. 358).
B.− Emploi pronom. Rompre les rangs, se disperser, aller en tous sens. Quand approchait l'enragée coureuses (...) les bêtes craintives se débandaient (Maupass., Conte, et nouv.,t. 1, Histoire d'une fille de ferme, 1881, p. 34).Le cordon de fantassins fut rompu et se débanda (Romains, Copains,1913, p. 261):
« Aussitôt hors de France, on nous signifia à tous qu'il fallait nous dissoudre; (...). Nous nous débandâmes; chacun prit une direction à l'aventure, ... » Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 954.
P. ext., plus rare. [Le suj. ne désigne pas une troupe de soldats] Les petits oiseaux (...) se débandent (...) et s'éparpillent au milieu des buissons (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 175).Au centre et au sud du pays, l'UNITA, privée de l'essentiel de l'appui sud-africain, menace de se débander (Le Monde,5 févr. 1976).
Prononc. et Orth. Cf. débander1. Étymol. et Hist. 1. 1556 pronom. « s'écarter, s'éloigner d'une troupe » (J. de La Lande, trad. de Dictys de Crète, L. V, 99 vods Hug.); 1592 trans. « écarter (quelqu'un) du gros de la troupe » (Lett. miss. de Henri IV, t. IV, p. 615 ds Gdf. Compl.); 2. 1584 trans. « faire fuir en désordre » (Du Bartas, 2esemaine, Sec. Jour. Les Colonies, p. 246 ds Hug.); 1771 pronom. « se disperser en désordre [en parlant d'une armée] » (Trév.). Dér. de bande2*; préf. dé-*. STAT. − Débander1 et 2. Fréq. abs. littér. : 129.
DÉR.
Débandement, subst. masc.[En parlant princ. des troupes] Action de se débander. Il y eut dans l'armée un débandement général (Gattel, Nouv. dict. port. lang. fr.,1797).Attesté ds la plupart des dict. gén., avec la mention ,,peu us.`` ds Quillet 1965. [debɑ ̃dmɑ ̃]. Ds Ac. 1762-1932. 1reattest. 1555 [publ. 1606] (Du Villars, Mém., VI ds Gdf. Compl.); de débander2, suff. -ment1*.

Débander : définition du Wiktionnaire

Verbe

débander \de.bɑ̃.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se débander)

  1. Détendre.
    • Débander un arc.
    • Son arc s’est débandé.
  2. (Par extension) Débarrasser d’une bande, d’un bandeau.
    • Débander une plaie.
    • On lui débanda les jambes.
  3. (Vulgaire) Voir son érection flancher.
    • Et naturellement voilà que tu débandes ! fit-elle avec une désolation qui me fit sourire malgré moi. — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre IV)
    • Si le monsieur débande entre vos lèvres, n’en accusez pas la faiblesse de ses moyens, mais votre propre inexpérience. S’il meurt, commencez par reboutonner son pantalon avant d’appeler la bonne, et ne racontez jamais dans quelles circonstances il a rendu son âme à Dieu. — (Pierre Louÿs, Manuel de civilité pour les petites filles à l’usage des maisons d’éducation, 1926)
  4. (Pronominal) (Militaire) Se disperser en quittant les rangs, soit pour piller, soit pour fuir.
    • […] : une troupe de volontaires, essentiellement chiites, levée à l’appel du grand ayatollah Ali Al-Sistani, la principale autorité religieuse chiite d’Irak, alors que l’armée irakienne s’est débandée face à l’EI. — (Louis Imbert, Ghassem Soleimani, sentinelle de l’Iran, Le Monde. Mis en ligne le 12 mai 2017)
    • Lâches, comme l’est toujours la foule devant un homme exaspéré, ils se débandèrent et s’enfuirent. — (Guy de Maupassant , Le papa de Simon, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 173.)
    • Des dizaines de morts jonchent la rue. À ce moment, on se débande. On court, on se bouscule, c'est la grande lessive sous le ahan du ciel. — (Eric Vuillard, 14 juillet, Actes Sud, 2016, page 18)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Débander : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉBANDER. v. tr.
Détendre. Débander un arc. Son arc s'est débandé. Par extension, il signifie Débarrasser d'une bande, d'un bandeau. Débander une plaie. On lui débanda les jambes.

Débander : définition du Littré (1872-1877)

DÉBANDER (dé-ban-dé) v. a.
  • 1Ôter une bande. Débander une plaie.

    Ôter un bandeau. On débanda les yeux du parlementaire.

    Ôter des bandeaux qui ornent ou couvrent la tête. Quand les filles se sont débandé la tête deux heures par jour, elles ne sont pas pressées de chercher d'autres délassements, Maintenon, Lett. à Mme de la Viefville, 23 février 1706.

  • 2Détendre. Et prenant en main un arc qu'un Perse eût à peine soutenu, loin de le pouvoir tirer, il le banda en présence des ambassadeurs et dit… cela dit, il débanda l'arc…, Bossuet, Hist. III, 3.

    Fig. Se débander l'esprit, donner à son esprit fatigué quelque relâche.

  • 3 V. n. S'emporter contre. Le maréchal de Joyeuse débanda sur Gobert, excellent brigadier de dragons, Saint-Simon, 29, 86. Peu usité en ce sens.
  • 4Se débander, v. réfl. Ôter le bandeau qu'on a sur les yeux. Le colin-maillard triche, il se débande.

    Se détendre, en parlant des armes. Son arc se débanda.

    Fig. Le temps se débande, la température qui était comme tendue par le froid se relâche, devient moins froide.

HISTORIQUE

XIIe s. Et ses deux mains derriers vet deliant, Et ses biax euz [yeux] li vet tot desbandant, Bataille d'Aleschans, V. 5660.

XIIIe s. Atant le firent desbender ; Li rois le fist à lui aler ; Et il i vient joianz et liez, Les menuz sauz, toz eslessiez, Ren. 11839.

XVe s. Icelui prit l'arbrier [le manche] de l'arbaleste et la fit desbender, Du Cange, arboreta.

XVIe s. Or est ainsi qu'envie et ignorance Ensemble font volontiers demourance, Pour desbander [décocher] contre les vertueux, Marot, I, 282. Et [l'Amour] si avoit, afin que l'entendez, Son arc alors et ses yeux desbandez, Marot, I, 344. Desbander l'arc, ne guerit point la playe, Marot, II, 298. Il ne s'aperçut de son bras, qui se desbanda ; et la playe…, Marguerite de Navarre, Nouv. L. Et celuy qu'on desbandoit pour luy lire sa grace, Montaigne, I, 91. Sa pensée desbrouillée et desbandée [détendue], Montaigne, I, 94. S'approchant luy mesme tout pacifiquement, son arc desbandé, Amyot, Crass. 57. Ils sortirent meche esteinte, la caisse desbandée, D'Aubigné, Hist. II, 370. Qui ne tient pour tout certain l'ire de Dieu se debander sur nous, pour punir les fautes…, Paré, IX, 2e disc. Ainsi l'esprit : si l'on ne l'occupe à certain subject, il se desbande et se jette dedans le vague des imaginations…, Charron, Sagesse, I, 15.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « débander »

Étymologie de débander - Littré

Dé, et bander.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de débander - Wiktionnaire

Verbe dérivé de bander avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « débander »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
débander debɑ̃de play_arrow

Conjugaison du verbe « débander »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe débander

Évolution historique de l’usage du mot « débander »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « débander »

  • Il faut pouvoir remonter en selle, se dire : 'je vais essayer, je vais être délicat, je vais bander, peut-être avoir peur et débander. Maintenant je sais où mon pénis est censé rentrer, je sais que j'avais finalement peur de débander et que j'y suis allé un petit peu à la hussarde parce que je ne me permettais pas de me donner du temps par peur de perdre ma propre érection.  Europe 1, LA QUESTION SEXO – Comment faire quand la première fois est ratée ?
  • "J’en ai pas sur moi, la flemme d’aller en acheter!", "Ça me fait débander !", "J’ai beaucoup moins de sensations", "C’est un truc de mauviettes !" ou encore "Il n’en font pas à ma taille" : les prétextes et mauvaises excuses pour se délester du tant redouté bout de latex ne viennent généralement jamais à manquer, quand le sujet n’est pas tout simplement éludé.  Marie Claire, Charge sexuelle : mon partenaire refuse de mettre un préservatif - Marie Claire

Traductions du mot « débander »

Langue Traduction
Corse disbandire
Basque disband
Japonais 解散する
Russe разгон
Portugais dispersar
Arabe حل \ سرح
Chinois 解散
Allemand auflösen
Italien disband
Espagnol disolver
Anglais disband
Source : Google Translate API

Synonymes de « débander »

Source : synonymes de débander sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « débander »



mots du mois

Mots similaires