La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « héberger »

Héberger

Définitions de « héberger »

Trésor de la Langue Française informatisé

HÉBERGER, verbe

I. − Emploi trans.
A. − Qqn héberge qqn.Accueillir (chez soi) provisoirement. Synon. loger, recevoir.On pourrait partager sa maison avec des étrangers (...) on héberge des parents, des amis; ce sont là des proches fantômes qui effleurent à peine notre vie (Chardonne, Claire,1931, p. 128) :
... j'obtins pourtant du gardien de l'hôtel qu'on m'y hébergeât; il accepta de m'y préparer une chambre des plus agréables. Lui-même ne logeait pas dans l'hôtel (...). Quant aux repas de midi et du soir, il m'avoua qu'il serait assez difficile de les varier... Gide, Feuillets,1949, p. 1107.
B. − Qqc. héberge qqn/qqc.Offrir un abri provisoire à. Une ancienne maison religieuse, à présent transformée en hôtel, nous hébergea (Gide, Immor.,1902, p. 400).Cette première rue à droite doit héberger, le matin, un marché aux légumes (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 135).
[L'obj. désigne un animal] L'immense volière centrale qui porte cet avertissement : « Danger : n'approchez pas des barreaux », héberge des vautours de l'Irak à yeux de chat (Morand, Londres,1933, p. 131).
II. − Emploi intrans., vx
A. − Qqn héberge.Loger provisoirement. À Tarbes, j'aurais voulu héberger à l'hôtel de l'Étoile, où Froissart descendit avec messire Espaing de Lyon (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 560).
Rem. On relève en ce sens un emploi pronom. rare. Un soir un garçon vint s'héberger. Il portait à sa prétendue, à Allègre, les dorures des noces (Pourrat, Gaspard, 1925, p. 279).
B. − Qqc. héberge, au fig.Se trouver quelque part un certain temps. Les cinq oiseaux qui l'annoncent [le printemps], l'hirondelle, le loriot, le coucou, la caille et le rossignol, arrivent avec des brises qui hébergent dans les golfes de la péninsule armoricaine (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 59).
Prononc. et Orth. : [ebε ʀ ʒe], (il) héberge [ebε ʀ ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694; ds Ac. 1694-1740 : heberger. Conjug. : prend un e devant a et o : j'hébergeai(s), nous hébergeons. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 herberger « loger (quelqu'un) chez soi » (Alexis, éd. Chr. Storey, 217); 1180-90 hebergier (A. de Paris,, Alexandre, II, 2884 in Elliott Monographs, 37, p. 65); 2. ca 1225-30 herbergier « accueillir, recevoir sur son sol » (G. de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 476); 3. a) 1235 hierbegier « construire un édifice » (Villard de Honnecourt, éd. H.R. Hahnloser (1972), p. 81, 34a); b) 1580 s'héberger « s'adosser sur un mur mitoyen (en parlant d'une maison) » (Coutumes de Paris ds Nouv. Coutumier Général, éd. Ch. A. Bourdot de Richebourg, t. 3, p. 44b). Empr. à l'a. b. frq. * heribergôn « loger, camper (d'une armée) » (sens encore très vivant en a. fr., cf. T.-L. et Gdf.), qui correspond au germ. occ. *haribergôn (v. auberge), cf. m. néerl. herbergen « loger »; a. h. all. heribergôn « id. »; m. h. all. herbergen; all. beherbergen « id. ». On a également un lat. médiév. heribergare « procurer le gîte aux guerriers » (811 ds Nierm.) et « ériger des habitations » (1187, ibid.). Fréq. abs. littér. : 136. Bbg. D'Arbois de Jubainville (H.). La Lang. franque. Romania. 1872, t. 1, pp. 129-145.

Wiktionnaire

Verbe - français

héberger \e.bɛʁ.ʒe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Recevoir chez soi, loger et nourrir.
    • Crispée de jalousie, elle observait le manège de Régine qui, à la fin de la soirée, jouant les étonnées, prétexta que le dernier train pour le Vésinet était depuis longtemps parti pour me prier de l’héberger dans mon studio. — (Bernard Demory, Au temps des cataplasmes: document — 1944-1968, la France d'avant la télé, Ginkgo Éditeur, 2003, p. 275)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HÉBERGER. v. tr.
Recevoir chez soi, loger et nourrir. Il nous hébergea. Nous avons été mal hébergés.

Littré (1872-1877)

HÉBERGER (é-bèr-jé. Le g prend un e devant a et o ; j'hébergeais, nous hébergeons) v. a.
  • 1Loger, recevoir chez soi. Notre petit château espère toujours d'avoir l'honneur de vous héberger, quand vous prendrez le chemin de la France, Voltaire, Lett. Chauvelin, 14 févr. 1763. Présentez-vous chez le docteur en habit de cavalier, avec un billet de logement ; il faudra bien qu'il vous héberge, Beaumarchais, Barb. de Sév. I, 4.

    Par extension. Chez les loups qu'hébergeait ce lieu peu fréquenté, La Fontaine, Pet. chien.

    Fig. …d'où vient qu'aussi Je ne puis héberger cette capricieuse [la Fortune] ? La Fontaine, Fabl. VII, 12.

  • 2 Terme de salines. Héberger la muire, charger d'eau le poêle.
  • 3V. n. (emploi qui est peu usité). Nous avons passé plus de dix ponts qui n'étaient gardés de personne, et, partout où nous avons hébergé, nos hôtes n'ont point fait de difficulté de prendre de l'argent de nous, Voiture, Lett. 85.
  • 4S'héberger, v. réfl. En termes d'architecture, s'adosser sur et contre un mur mitoyen.

HISTORIQUE

XIe s. Franc se herbergent par tute la contrée, Ch. de Rol. LIV. Dist l'emperere : tens est de l'herberger, ib. CLXXVII. Desuz la rive sont Franceis hebergiez, ib. CXCVI.

XIIe s. Chez un hoste [ils] herbergent, qui moult estoit prudhon, Sax. XXII.

XIIIe s. Et quant il furent hebregié, si avint, au tiers jor, une grant mesaventure illuec, entour l'eure de vespres, Villehardouin, XLIX. Li quens [le comte] les heberja mout honorablement, Berte, IX. Saint Juliens, fait-ele, veuillez moi hebergier, ib. XXXIX. Ne purquant jo sui enveiez Pur vus herberger e servir, Lai del desiré. Car li leus [le lieu] d'oisiaus herbergier N'estoit ne dangereus ne chiches, Onc mès ne fu nus leus si riches D'arbres, ne d'oisillons chantans, la Rose, 472. Travail et dolor là herbergent, ib. 4539. Et en tex [telles] manieres de cuers [cœurs] ne se pot loiatés herbegier, Beaumanoir, I, 7.

XVIe s. Il delibera en ycelle ville se heberger soy et ses gens, Rabelais, Garg. I, 38. Et plus cent fois me plaisoit d'ouyr dire : Pan, fais bon œil à Robin le berger, Que veoir chez nous trois cents bœufz heberger, Marot, I, 222.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

HÉBERGER. Ajoutez :

Héberger la moisson, la rentrer. Ajoutez-vous un jour à la semaine, ou si vous vous chargez d'héberger la moisson et de labourer les champs ? Proudhon, La célébration du dimanche, 1868, in-12, p. 140.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « héberger »

(1050) Attesté sous la forme herberger en ancien français[1] ; du vieux-francique heribergôn (« donner un gîte ») (→ voir auberge), apparenté au latin médiéval heribergo « campement » (attesté dans les Gloses de Reichenau, VIIIè s), à beherbergen en allemand, herbergen en néerlandais.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, auberger, aberger et heberger, couvrir, abriter ; bourguig. eborgé ; génev. aberger ; provenç. alberguar ; espagn. et portug. albergar ; ital. albergare ; du germanique : anc. h. allem. heriberga, campement militaire, de heri, armée, et berge, logement : proprement logement des gens de guerre, puis, par extension du sens, logis en général et même auberge (voy. ce mot).

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : Heriberga est une forme postérieure à la forme en a de l'époque mérovingienne, D'ARBOIS DE JUBAINVILLE, Romania, n° 2, p. 141 (voy. AUBERGE au Supplément).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « héberger »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
héberger ebɛrʒe

Fréquence d'apparition du mot « héberger » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « héberger »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « héberger »

  • Voulez-vous héberger l'amour dans vos maisons ? Jonchez le sol de courtoisie.
    Marcabru
  • Nous ne pouvons héberger en France toute la misère du monde.
    Michel Rocard — Le Point - 19 Mars 1990
  • À partir de la fin du mois, elle accueillera une dizaine de préfabriqués. Ils seront aménagés pour héberger la petite centaine d’écoliers répartis dans…
    CharenteLibre.fr — Ruelle: l’école maternelle Chantefleurs entame sa mue - Charente Libre.fr
  • Si Orange, SFR et Free gardent leur langue dans leur poche, Bouygues Telecom se montre plus communicatif. L’opérateur ne cache pas être en discussion avec Amazon et se dit prêt à “lancer un pilote”, a déclaré Pascal Cervoni, en charge de l’« edge computing ». Car c’est bien de cela qu’il s’agit, héberger et traiter localement les données des mastodontes américains, soit à proximité des utilisateurs et non dans des data centers très éloignés.
    Univers Freebox — Les opérateurs songent à héberger Amazon, Google et Microsoft dans leurs réseaux, Bouygues Telecom ne le cache pas

Traductions du mot « héberger »

Langue Traduction
Anglais host
Espagnol anfitrión
Italien ospite
Allemand gastgeber
Chinois 主办
Arabe مضيف
Portugais hospedeiro
Russe хозяин
Japonais ホスト
Basque ostalari
Corse ospitante
Source : Google Translate API

Synonymes de « héberger »

Source : synonymes de héberger sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « héberger »

Combien de points fait le mot héberger au Scrabble ?

Nombre de points du mot héberger au scrabble : 13 points

Héberger

Retour au sommaire ➦