La langue française

Culture

Sommaire

  • Définitions du mot culture
  • Étymologie de « culture »
  • Phonétique de « culture »
  • Évolution historique de l’usage du mot « culture »
  • Citations contenant le mot « culture »
  • Images d'illustration du mot « culture »
  • Traductions du mot « culture »
  • Synonymes de « culture »
  • Antonymes de « culture »

Définitions du mot culture

Trésor de la Langue Française informatisé

CULTURE, subst. fém.

I.− Traitement du sol en vue de la production agricole.
A.− Gén. au sing., absol. Ensemble des travaux et techniques mis en œuvre pour traiter la terre et pour en tirer des produits de consommation. Celui qui s'occupe des soins de la culture, des combinaisons de l'irrigation, de l'éducation de pépinières, de l'inspection d'un grand jardin (Crèvecœur, Voyage,t. 3, 1801, p. 245).Son rêve de grande culture dans un coin des Landes, le défrichement de plusieurs lieues carrées, (...) la conquête d'une nouvelle terre (Zola, E. Rougon,1876, p. 171).Au mois d'août les travaux de la culture retiennent aux champs les villageois (Barrès, Colline insp.,1913, p. 138).
SYNT. a) Culture + adj. culture extensive, intensive. b) Adj. + culture : moyenne, petite culture. c) Subst. + prép. + culture : instrument, mode, système, technique, type de culture.
Chef de culture. Cultivateur ou technicien responsable de la mise en valeur de la terre et de l'exploitation des produits du sol. Chef de culture allemand qui dirigeait la ferme Lacombe (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 20).
B.− Mise en valeur d'une terre d'étendue variable, destinée à la production agricole. Culture d'un champ, d'un jardin, d'un verger; aire, terrain de culture; terre en culture. Elle dirigeait en personne la culture de ses terres (Zola, Terre,1887, p. 39).Il a combiné la culture du sol avec l'élevage des animaux (Lowie, Anthropol. cult.,1936, p. 44).
Loc. Mettre en culture (une terre, etc.). Exploiter (une terre, etc.) en vue de la production agricole. Mise en culture. Les pâturages et les marais ont été mis en culture (Robesp., Discours,Restit. biens communaux, t. 6, 1790, p. 221).L'exécution d'un programme étendu de répartition des terres et de mise en culture (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 454).
P. méton., gén. au plur. Étendue de terre mise en culture. Une échappée à travers la plus fraîche culture dont la rivière Currah animait le fond (Sainte-Beuve, Volupté,t. 1, 1834, p. 96).Le faubourg et ses vagues cultures semées de maisonnettes (Gautier, Fracasse,1863, p. 359).Les champs s'élargirent en vastes cultures (Zola, E. Rougon,1876, p. 257).
En partic., au sing. [Gén. suivi d'un nom propre] Terre mise en culture, désignée par le nom de son propriétaire ou terrain mis sous la protection d'un saint éponyme. Poinsot est né rue Culture Sainte-Catherine (Michelet, Journal,1821, p. 167).Sainte-Catherine avec son immense culture, qui n'était bornée que par la muraille de Paris (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 154).
C.− Ensemble des soins appropriés par lesquels on assure et éventuellement améliore la production d'un végétal. Cette seconde inondation (...) aurait été réservée (...) à la culture du coton, de l'indigo, du café, du tabac, de la canne à sucre (Du Camp, Nil,1854, p. 27).Les parcelles de terre (...) qui permettent la culture des céréales ou la plantation de l'olivier (Encyclop. éduc.,1960, p. 240).
SYNT. a) Culture + adj. : culture céréalière, fourragère, fruitière, maraîchère, vivrière; culture forcée, hâtée; cultures alternes, dérobées, nettoyantes. b) Culture + prép. + subst. : culture de la betterave (à sucre), de la vigne, du blé, du maïs, des plantes.
P. métaph. :
1. La duchesse t'appartient-elle? En ce cas, je n'aurai rien à dire. Allons, fais-moi tes confidences. Il s'agit de ne pas perdre ton temps à greffer ta belle âme sur une nature ingrate qui doit laisser avorter les espérances de ta culture. Balzac, La Duchesse de Langeais,1834, p. 283.
P. méton., gén. au plur. Productions végétales, qu'on tire de la terre. Répartition, rotation des cultures. Les collines (...) sont chargées de cultures mélangées : olivier, vigne et blé (Jouve, Paulina,1925, p. 253).
D.− P. ext. Entretien et exploitation des qualités d'un être vivant, à des fins utilitaires ou esthétiques.
1. Action d'élever certaines espèces animales dans un milieu qui favorise leur croissance ou p. ext., de développer leurs productions naturelles. Culture marine; culture des perles; perles de culture. Un mémoire sur la culture des vers à soie (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 34).
2. En partic., BIOL. EXP.
a) Technique permettant de faire vivre et proliférer des microbes dans un milieu nutritif approprié. Culture microbienne; culture de bacilles; bouillon de culture. Il s'est préoccupé (...) d'améliorer les milieux destinés à la culture du bacille diphtérique et du bacille tétanique (Ce que Fr. a apporté à méd.,1946, p. 43).
b) Technique permettant d'assurer en milieu artificiel la survie et le maintien des fonctions de fragments de tissu vivant (prélevés dans une asepsie rigoureuse); p. méton. ensemble des fragments tissulaires ainsi développés :
2. Fischer place côte à côte dans le milieu de culture un fragment du voile leucocytaire et un morceau de muscle mort. Les monocytes envahissent le muscle. Après quelques repiquages, on voit émigrer du muscle quelques fibroblastes. Si l'on pourvoit alors abondamment la culture de jus embryonnaire, on obtient en peu de temps une culture de fibroblastes typiques. J. Verne, La Vie cellulaire hors de l'organisme,1937, p. 61.
Loc. Mettre en culture. Vie cellulaire « in vitro ». Lorsque l'on met en culture des fragments de tissus embryonnaires, ... (J. Verne, La Vie cellulaire hors de l'organisme,1937p. 3).
3. Culture physique. Pratique des exercices et mouvements propres à assurer le développement harmonieux du corps et son entretien. Les « équipements-santé », les terrains propres à la culture physique et au sport quotidien de chacun (Le Corbusier, Charte Ath.,1957, p. 23).Une séance-démonstration de culture physique d'entretien (Jeux et sp.,1968, p. 1232).
Rem. Pour les composés du type apiculture, aviculture, horticulture, monoculture, motoculture, pisciculture, polyculture, viticulture, etc., se reporter à l'ordre alphabétique.
II.− Au fig. Fructification des dons naturels permettant à l'homme de s'élever au-dessus de sa condition initiale et d'accéder individuellement ou collectivement à un état supérieur.
A.− Ensemble des moyens mis en œuvre par l'homme pour augmenter ses connaissances, développer et améliorer les facultés de son esprit, notamment le jugement et le goût.
1. Absol. Travail assidu et méthodique (collectif ou individuel) qui tend à élever un être humain au-dessus de l'état de nature, à développer ses qualités, à pallier ses manques, à favoriser l'éclosion harmonieuse de sa personnalité. Culture et personnalité; accès à la culture; croissance, diffusion de la culture; foyer de la culture. Cette idée de la culture en action et qui devient en nous comme un nouvel organe, une sorte de souffle second (Artaud, Théâtre et double,1938, p. 12):
3. Ne comprenant pas que l'effort pour parfaire la nature de l'homme par un processus lui-même conforme aux profondes exigences de celle-ci, je veux dire par la perfection intérieure d'une certaine sagesse de connaissance et de vie, doit toujours être son effort principal, la culture se propose avant tout de maîtriser la nature extérieure et de régner sur elle par un processus technique, ... Maritain, Humanisme intégral,1936, p. 40.
En partic. Maison de la culture. Institution municipale où, avec l'assistance d'animateurs, on peut s'adonner à des activités intellectuelles, artisanales ou artistiques, propres à enrichir la personnalité. Si les antifascistes d'aujourd'hui avaient un peu de sens poétique, n'est-ce pas « Sertorius » que l'on jouerait dans ces maisons de la culture qu'ils ont mises à la mode? (Brasillach, Corneille,1938, p. 383).
Rem. Culture prend parfois un sens péj. lorsqu'il s'oppose à nature et évoque le caractère normatif, contraignant de l'éducation sociale, des idéologies régnantes :
4. Quant à l'égotisme à la Stendhal, il implique une croyance, la croyance à un moi-naturel dont la culture, la civilisation et les mœurs sont ennemies. Ce moi-naturel nous est connu, et ne peut nous être connu que par celles de nos réactions que nous jugeons ou imaginons primitives et véritablement spontanées. Plus ces réactions nous paraissent indépendantes du milieu social, et des habitudes, ou de l'éducation qu'il nous a données, plus précieuses et authentiques sont-elles pour l'égotiste. Valéry, Variété II,1929, p. 93.
2. [Le compl. désigne un individu considéré dans sa nature intellectuelle et morale] Activité qui permet à l'homme de développer, épanouir certaines composantes de sa personnalité.
a) [Le compl. désigne des facultés intellectuelles, artistiques, etc.] En Angleterre, la culture de l'esprit et la morale sont presque toujours réunies (Staël, Consid. Révol. fr.,t. 2, 1817, p. 378).Une délicatesse de sensibilité, une culture du goût littéraire peu compatibles avec la sécheresse de nos études habituelles (Cournot, Fondem. connaiss.,1851, p. 325):
5. Il [le philosophe Ravaisson] demande que, dans l'instruction primaire, la culture de l'imagination occupe la première place et (...) il dit que l'enfance et la jeunesse devraient être nourries dans le culte de la plus haute beauté, ... Barrès, Mes cahiers,t. 3, 1902-04, p. 159.
b) [Le compl. désigne des sentiments] :
6. ... je comprenais que seul le dégoût préventif à l'égard de la vie nous garantit de toute déception, (...) il fallut la révélation de Jersey, pour que je prisse le courage de me conformer à ces vérités soupçonnées, et de conquérir par la culture de mes inquiétudes l'embellissement de l'univers. Barrès, Un Homme libre,1889, p. 19.
Péj. Développement artificiel et excessif de sentiments qui compromettent l'équilibre de la personnalité, complaisance coupable à leur égard. Culture de la haine, de la passion. La culture de mes émotions fut mauvaise (Gide, Journal,1893, p. 38):
7. L'emploi systématique de la terreur en éducation (...) peut le [l'enfant] fixer pour la vie dans l'affectivité saignante et douloureuse de l'émotif. Avec des natures sensibles, l'usage abusif du croquemitaine, des menaces obscures (...) peuvent aboutir au même résultat en opérant chez l'enfant une véritable culture de la peur, ... Mounier, Traité du caractère,1946, p. 242.
3. P. ext. [Le compl. désigne un domaine d'activité intellectuelle, artistique, etc.] Pratique, perfectionnement de certains modes de connaissance ou d'expression. Il règne dans la culture des sciences un désordre trop peu senti (...) celui d'être presque toujours cultivées séparément (Marat, Pamphlets,Charlatans mod., 1791, p. 267).Une vieille famille où la culture enthousiaste des lettres et des arts avait donné un peu d'air aux traditions aristocratiques (Proust, Sodome,1922, p. 945).
B.− P. méton. Bien moral, progrès intellectuel, savoir à la possession desquels peuvent accéder les individus et les sociétés grâce à l'éducation, aux divers organes de diffusion des idées, des œuvres, etc.
1. Absol. Ensemble de connaissances et de valeurs abstraites qui, par une acquisition généralement méthodique, éclaire l'homme sur lui-même et sur le monde, enrichit son esprit et lui permet de progresser :
8. Les préoccupations dominantes semblent être de donner aux enfants une culture disputée entre la tradition dite classique, et le désir naturel de les initier à l'énorme développement des connaissances et de l'activité modernes. (...) Je n'hésite jamais à le déclarer, le diplôme est l'ennemi mortel de la culture. Valéry, Variété III,1936, p. 275.
2. [Construit avec un adj. ou un compl. d'obj. dir.] Qualité, compétence que la possession d'un savoir étendu et fécondé par l'expérience donne à une personne ou à une société dans un domaine de connaissances particulier, à une époque ou dans un lieu déterminé.
a) [L'adj. ou le compl. d'obj. dir. désigne un/des domaine(s) de connaissances ou un degré quantitatif, qualitatif] Le sens fin du ridicule ne suffit pourtant pas à remplacer la culture artistique, morale, religieuse, scientifique, les voyages, les idées, et tout le bagage d'une forte éducation spirituelle (Amiel, Journal,1866, p. 130):
9. L'oubli occupe une large place dans l'éducation scientifique de l'individu. Une foule de données spéciales, apprises plus ou moins péniblement, tombent d'elles-mêmes de la mémoire; il faut pourtant se garder de croire que pour cela elles soient perdues. Car la culture intellectuelle qui est résultée de ce travail, la marche que l'esprit a accomplie par ces études, demeurent; et cela seul a du prix. Renan, L'Avenir de la sc.,1890, p. 238.
10. C'était un de ces hommes qui, en dehors d'une carrière scientifique où ils ont d'ailleurs brillamment réussi, possèdent une culture toute différente, littéraire, artistique, que leur spécialisation professionnelle n'utilise pas et dont profite leur conversation. Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 67.
SYNT. Culture livresque, musicale; culture marxiste, socialiste, culture élémentaire, encyclopédique, étendue; grande, profonde; solide culture; degré, niveau, vernis de culture.
Culture générale. Ensemble des connaissances de base dans les domaines intellectuels considérés comme importants par la société en place, qui précède la spécialisation et correspond à un niveau d'instruction secondaire. On peut être illettré (...) et posséder un don particulier qu'aucune culture générale ne remplace (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 433).Je ne veux point les dernières découvertes; cela ne cultive point; cela n'est pas mûr pour la méditation humaine. La culture générale refuse les primeurs et les nouveautés (Alain, Propos,1921, p. 221).
b) [L'adj. ou le compl. d'obj. dir. désigne un peuple ou une classe soc.] Culture nationale, populaire. Mettre ici au courant de l'ensemble de la culture allemande (J.-J. Ampère, Corresp.,1826, p. 407).L'opposition du XIXesiècle entre culture ouvrière et culture bourgeoise semble (...) s'estomper (Dumazedier, Ripert, Loisir et cult.,1966, p. 302):
11. Chacun apportait des richesses immenses, dont lui-même jusque-là n'avait pas pris conscience : le trésor moral de son peuple; Olivier, la vaste culture et le génie psychologique de la France; Christophe, la musique intérieure de l'Allemagne et son intuition de la nature. Rolland, Jean-Christophe,Dans la maison, 1909, p. 944.
SOCIOL. Culture de masse. ,,Sous le nom de « culture de masse », on a ainsi décrit un ensemble de mythes, de notions, d'images, de modèles culturels assez rudimentaires qui sont répandus par tous ces organes et moyens de diffusion (la télévision, la radio, le cinéma, les magazines, la publicité). Cette culture de masse, que l'on a accusée de servir la société de consommation, de répandre le conformisme, (...) ou que l'on a inversement créditée d'une élévation dans les habitudes de vie et de pensée de la classe populaire, se développerait en dehors des circuits traditionnels de l'éducation scolaire ou universitaire`` (Sociol. 1970, p. 71).
c) [Avec déterminant référant à une époque ou à un peuple, le syntagme évoquant le patrimoine de connaissances et de valeurs (tirées des œuvres littér., philos., artistiques) propre à une ou plusieurs nations à un moment donné de leur histoire] Culture classique, moderne. Soldat qui dans le défaut de nos professeurs maintenez, défendez la culture. Français héritier de la culture antique et de la même culture française (Péguy, V.-M., Comte Hugo,1910, p. 833).L'homme européen devait se libérer de la culture gréco-latine pour pouvoir comprendre la psychologie des primitifs (Hist. sc.,1957, p. 1460).
Rem. À la faveur d'une ressemblance formelle, culture est parfois utilisé (mis entre guillemets ou glosé) pour le mot allemand Kultur qui désigne « un mode-système de vie », une « civilisation » (cf. Malraux, Voix sil., 1951, p. 617 : Pourquoi la théorie allemande des « cultures » (au sens de civilisations tenues pour des organismes autonomes et mortels) (...) a-t-elle rencontré une si grande fortune?). Les écrivains soucieux de l'usage classique distinguent ces concepts et évitent de confondre les termes qui les dénomment (cf. Guéhenno, Journal « Révol. », 1938, p. 165 : Comment n'aurions-nous pas cru sauver par nos éclats de voix la culture et la civilisation, puisque d'autres éclats de voix (...) les mettaient effectivement en péril?). À l'inverse, qq. aut., plus ou moins pénétrés par la philos. allemande ou sensibles aux traits que les 2 notions possèdent en commun, traitent ces mots comme des synon. (cf. civilisation B 2 a rem.) :
12. Demandons-nous d'abord en quoi consiste ce qu'on appelle culture ou civilisation. On sait que les auteurs russes et allemands ont coutume d'opposer ces deux notions. Pour notre présente étude, nous pouvons les employer comme synonymes. Nous dirons que la culture ou la civilisation, c'est l'épanouissement de la vie proprement humaine, concernant non seulement le développement matériel nécessaire et suffisant pour nous permettre de mener une droite vie ici-bas, mais aussi et avant tout le développement moral, le développement des activités spéculatives et des activités pratiques (artistiques et éthiques) qui mérite d'être appelé en propre un développement humain. Maritain, Humanisme intégral,1936, pp. 105-106.
Prononc. et Orth. : [kylty:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. I. [Ca 1150 colture « terre cultivée » (Pèlerinage Charlemagne, 318 ds T.-L.) − 1611, Cotgr., spéc. en usage comme terme de dr. coutumier (Du Cange, s.v. auca2, v. aussi Gdf.), a subsisté dans certains dial. (v. FEW t. 2, p. 1504 a)]; xives. culture (Gloss. B. N. fr. 7692, 2077, éd. M. Roques, t. 1, p. 301); 1. 1420 « action d'honorer, culte de quelque chose ou quelqu'un » (Complaincte des bons Françoys, 103, Héron ds R. Hist. litt. Fr., t. 8, p. 504) − xvies. ds Hug.; 2. 1509 [éd. 1540] « terre cultivée » (Octavien de Sainct-Gelays, Énéide, 101 rods R. Hist. litt. Fr., loc. cit.); 1878 culture microbienne (Année sc. et industr., 302 ds Quem.). II. 1. a) 1549 fig. culture de leur langue, culture employé absol. (en liaison avec fruict) (Du Bellay, Deffence et Illustration, éd. H. Chamard, p. 25, p. 24); 1638 culture des bonnes lettres (Patru, Oraison pour Archia ds Rich.); b) 1691 emploi abs. « formation de l'esprit par l'éducation » (La Bruyère, Caractères cité ds Ph. Bénéton, Histoire de mots : culture et civilisation, 1975, p. 25); 1746 mépris de la culture (Vauvenargues, Réflexions et maximes ds Europäische Schlüsselwörter, Kultur und Zivilisation, 1967, p. 8); 1798 esprit sans culture (Ac.); c) 1796 traduisant le terme all. Kultur, notion proche de civilisation (Trad. de Kant ds Civilisation, le mot et l'idée, Centre international de synthèse, Paris, 1930, p. 39 : ... état de culture [lequel] n'est autre chose que le développement de la valeur sociale de l'homme); 1810 (Staël, Allemagne, t. 1, p. 15 : Les nations dont la culture intellectuelle est d'origine latine sont plus anciennement civilisées que les autres); 1826 culture allemande (J.-J. Ampère, supra); d) 1923-24 accept. ethnol. p. oppos. à la notion normative de civilisation (M. Mauss cité ds Ph. Bénéton, op. cit., p. 129); 1936 plur. cultures andines (Encyclop. fr., t. VII, ibid., p. 130); 2. 1808 culture physique (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 1, p. 406), seule attest. av. 1911, v. culturiste. Empr. au lat. class. cultura [d'où a. fr. couture forme régulière] « action de cultiver la terre, agriculture » et « culture de l'esprit, de l'âme », « culte, action d'honorer, de vénérer ». II 1 c p. infl. de l'all. Kultur (v. Ph. Bénéton, op. cit., p. 55 à 97; Europäische Schlüsselwörter, pp. 9-10 et 66; Civilisation, le mot et l'idée, p. 61 à 73; v. aussi Lal.). II 1 d sous l'infl. conjuguée de l'all. Kultur et de l'anglo-saxon culture, notion répandue par les ethnologues américains, cet emploi de culture s'expliquant en partie par le fait que la langue ne possède d'adj. correspondant à civilisation, ce qui a contribué à répandre l'association culture/culturel (v. Ph. Bénéton, op. cit., p. 113 à 150). Fréq. abs. littér. : 2 881. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 104, b) 2 325; xxes. : a) 3 958, b) 5 977. Bbg. Ac. Fr. Dict. de l'Ac. Banque Mots. 1973, no5, pp. 101-102. − Banuls (A.). Les Mots culture et civilisation en fr. et en all. Ét. germ. 1969, t. 24, no2, pp. 171-180. − Bourgaux (L.). À propos du mot culture. In : Clarté et prestige de la lang. fr. Gembloux, 1963, pp. 174-175. − Dampierre (E. de). Note sur culture et civilisation. Comparative studies in society and history. 1961, t. 3, pp. 328-340. − Darm. Vie 1932, p. 51. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 68. − Mots ds le vent. Vie Lang. 1969, pp. 693-695. − Vaganay (L. J.). Culture matérielle. Fr. mod. 1937, t. 5, p. 263.

Wiktionnaire

Nom commun

culture \kyl.tyʁ\ féminin

  1. Action de cultiver la terre.
    • En comparant ce tableau avec celui fourni par le cadastre de 1810 que nous donnons ci-dessous, on est frappé des immenses changements survenus dans l’état de la culture du terroir de Laon depuis moins d’un demi-siècle. — (Maximilien Melleville, Histoire de la ville de Laon et de ses institutions, V.1, 1846, page 11)
    • Quelle hérésie ! Jacques Bonhomme, trahir la cause du sol, abandonner la culture du blé parce que peu rémunératrice. — (Albert Noret, Les Féodaux du Blé, E. Figuière, 1930, page 183)
    • Le sol argilo-calcaire, parfois décalcifié en surface — devenant argilo-siliceux au contact des grès bigarrés — se prête bien à la culture des céréales. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 13)
    • Grande culture, se disait autrefois de la culture qui se faisait avec des chevaux et se dit aujourd’hui de l’exploitation d’un vaste terrain, à laquelle on consacre de grands capitaux, en employant les procédés ou les instruments aratoires jugés les meilleurs par les agronomes.
    • Petite culture se dit par opposition à l’un et à l’autre sens.
    1. Résultat de cette action, plantes cultivées sur une parcelle, un terroir, etc.
      • Toutes ces plantes appartiennent à la classe des cultures dites industrielles, parce qu'elles fournissent des produits qui servent de matières premières à l'industrie. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 101)
      • Ce graminicide, très sélectif pour le blé et le colza, agit par arrêt de la croissance des cellules déjà formées; la concurrence exercée par la culture entraîne alors la destruction de la mauvaise herbe. — (Index des produits phytosanitaires, ACTA ; 1977, p.262 (article benzoylprop-éthyl))
    2. (Au pluriel) Ensemble de terres cultivées.
      • Les cultures dans les pays de population dense comme l’Inde ou les deltas indo-chinois occupent des surfaces considérables. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.189)
  2. Action de se cultiver, application que l’on met à perfectionner les sciences, les arts, à développer les facultés humaines.
    • Notre homme était un officier supérieur à la retraite qui cachait, j’allais l’apprendre assez vite, une fine culture littéraire derrière son côté scrogneugneu. — (Georges-Noël Jeandrieu, La société Jupiter, page 115, Éditions du Seuil, 1988)
    • La culture de l’esprit, de l’intelligence.
    • Culture physique, développement rationnel du corps par des exercices appropriés.
    • La culture, c’est ce qui relie les savoirs et les féconde. — (Edgar Morin)
    1. (Par extension) Civilisation.
      • La France est sans doute la seule nation à laquelle il était loisible d’adhérer par autre chose que son identité, la seule nation à laquelle on puisse se rallier par sa culture et par sa langue. — (Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Ce qui reste du gaullisme, c'est un sens aigu du social, dans Marianne (magazine), 12 juin 2010)
      • Culture gréco-latine.
      • Propager la culture française à l’étranger.
      • Fonder la culture sur le présent et la vitesse, c’est l’asseoir sur du vent. — (Paul Guth, Lettre ouverte aux futurs illettrés, Albin Michel, page 80)
    2. Ensemble de connaissances générales et spécialisées d'une personne.
      • Bonnet, Frossard, de Monzie, la fripouillerie, la vieille fripouillerie parlementaire, classique, leur est consubstantielle. On les sait véreux. Mais de Monzie, en plus, a de l’orthographe. D'où il conclut qu'il a de la culture. — (Léon Werth, Déposition : Journal de guerre 1940-1944, éd. Viviane Hamy, 1992)
      • Pour beaucoup, la culture, qu’on appelait autrefois « l’instruction », n’est qu’un moyen de dire des choses ordinaires avec des mots étonnants. — (Robert Beauvais, L’hexagonal tel qu’on le parle, Hachette, 1970)
    3. Domaine de l’activité humaine qui concerne essentiellement les arts.
      • Ministère de la Culture.
      • Investir dans la culture.
      • Le budget de la culture est annoncé en baisse de 3 %. — (Le Monde, 10 septembre 2012)
  3. (Biologie) Élevage et développement de cellules d'origine végétales, bactériennes ou animales.
    • La culture du bouillon est ensemencée sur un tube de gélose; vingt-quatre heures après, on voit des traînées de coli, semées de colonies rondes de staphylocoques. — (Comptes rendus des séances de la Société de biologie de Paris, volume 51, page 572, Masson, 1899)
    • En juillet survint une période de conjugaison : beaucoup d’infusoires se conjuguèrent même avant, d'avoir entièrement digéré leur nourriture. Dans les cultures à inanition presque tous les individus se conjuguèrent; […]. — (« Hertwig (R.). — La conjugaison chez Dileptus gigas », dans L'Année biologique, volume 9, Paris : chez Masson, 1907, page 53)
    • Les résultats de ces recherches ont démontré l'importance primordiale que revêtent, pour la consistance du yoghourt brassé, le choix de la culture et la température d’incubation. — (Bulletin agricole du Rwanda, Office des cafés du Rwanda, 1972, vol. 5-7, page 252)

Forme de verbe

culture \kyl.tyʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de culturer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de culturer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de culturer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de culturer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de culturer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CULTURE. n. f.
Ensemble des travaux qui servent à rendre la terre plus fertile et à améliorer ses productions. La culture des champs. La culture des vignes, des plantes, des fleurs. Culture jardinière, maraîchère. Frais de culture. Grande culture, se disait autrefois de la Culture qui se faisait avec des chevaux et se dit aujourd'hui de l'Exploitation d'un vaste terrain, à laquelle on consacre de grands capitaux, en employant les procédés ou les instruments aratoires jugés les meilleurs par les agronomes. Petite culture se dit par opposition à l'un et à l'autre sens. Pays de grande culture. Pays de petite culture. Il se dit quelquefois pour Terres cultivées et alors il ne s'emploie guère qu'au pluriel. L'étendue des cultures. Le bon état des cultures. En termes de Bactériologie, Culture microbienne, Développement d'une espèce microbienne placée dans des conditions de nutrition, de température et d'aération qui lui sont favorables. Il se dit figurément de l'Application qu'on met à perfectionner les sciences, les arts, à développer les facultés intellectuelles. La culture de l'esprit, de l'intelligence. Culture générale, Ensemble de connaissances générales sur la littérature, l'histoire, la philosophie, les sciences et les arts, que doivent posséder, au sortir de l'adolescence, tous ceux qui forment l'élite de la nation. Par extension de ces deux derniers sens CULTURE est quelquefois maintenant synonyme de Civilisation. Culture gréco-latine. Propager la culture française à l'étranger. Culture physique, Développement rationnel du corps par des exercices appropriés.

Littré (1872-1877)

CULTURE (kul-tu-r') s. f.
  • 1Travail de la terre, ensemble des opérations propres à obtenir du sol les végétaux dont l'homme et les animaux domestiques ont besoin. La culture du blé, du tabac, de la garance, de la vigne. L'antiquité admira les riches moissons d'un pays que la négligence de ses habitants laisse maintenant sans culture, Bossuet, Hist. III, 4. Le choix que ces deux illustres poëtes ont fait de cette matière pour la traiter en vers, nous marque en quel honneur étaient chez les anciens la culture des terres et la nourriture des troupeaux, deux sources innocentes de richesses et d'abondance pour un pays, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. II, p. 600, dans POUGENS. On peut juger de l'attention que l'on donnait à la culture des terres par le soin que prit l'un des plus puissants rois de Syracuse [Hiéron II] de composer un livre sur cette matière, où il donnait de sages avis et d'excellentes règles pour entretenir et augmenter la fertilité du pays, Rollin, ib. t. X, p. 416. La culture des champs, la guerre sont nos arts, Voltaire, Minos, II, 1. Aussi ne voit-on les prodiges de la culture et de l'abondance que dans les campagnes divisées entre une foule de possesseurs, Marmontel, Pays. nord. Œuvres, t. XVII, p. 91. Ils ont pour maxime de tirer de la culture tout ce qu'elle peut donner, non pour faire un plus grand gain, mais pour nourrir plus d'hommes, Rousseau, Hél. IV, 10. St Boniface, avec les religieux de son ordre, commença toutes les cultures dans les quatre évêchés de Bavière, Chateaubriand, Génie, IV, VI, 7.

    Grande culture, exploitation d'un vaste terrain, d'une grande ferme, d'après les meilleurs procédés, et employant les machines soit pour labourer, soit pour moissonner, soit pour faucher, etc. Petite culture, celle des petites parcelles, qui se fait généralement à bras. Culture alterne, assolement où l'on cultive chaque année des plantes diverses, sans laisser reposer la terre.

    Mode d'exploitation du sol. Culture jardinière, maraichère. Culture à moitié fruits.

    Culture a aussi la signification générale d'agriculture ; c'est en ce sens qu'on dit la culture pastorale.

    Bail à culture ou location perpétuelle, convention par laquelle on affermait un bien à perpétuité, à la condition de le cultiver et de payer une redevance.

  • 2Terrain cultivé. L'étendue des cultures. On a constaté le bon état des cultures.
  • 3Action de cultiver un végétal, un produit de la terre. Culture du blé, de la vigne, du chanvre, du mûrier. La culture des arbres isolés fait des progrès.

    Les cultures, nom donné, dans certaines colonies, à la culture de plantes particulières, telles que la canne à sucre, le café, le poivre, etc. Si les premiers Français qui parurent à St-Domingue avaient songé à établir des cultures, ils auraient occupé, comme ils le pouvaient, la partie de l'île qui est située à l'est ; elle a des plaines vastes et fertiles, Raynal, Hist. phil. XIII, 46.

  • 4 Fig. La culture des lettres, des sciences, des beaux-arts. Le peu de connaissance que j'ai, je le dois à la culture des bonnes lettres, Patru, Harangue de Cicéron pour Archias, dans RICHELET. Quoique livré presque uniquement à des études et à des ouvrages ecclésiastiques, il n'avait pas entièrement abandonné la culture des lettres, D'Alembert, Éloges, Fleury. Si la culture des sciences est nuisible aux qualités guerrières, elle l'est encore plus aux qualités morales, Rousseau, Disc. rétabl. des sciences.

    Instruction, éducation. Un esprit sans culture. La culture du cœur, des sentiments. Des premiers ans du roi [Charles IX] la funeste culture N'avait que trop en lui corrompu la nature, Voltaire, Henr. III. Tout ce qui flatte le plus notre vanité n'est fondé que sur la culture que nous méprisons, Vauvenargues, Max. 587.

HISTORIQUE

XIIIe s. Si comme je voil demander à Jehan une couture de terre ou toz les heritages qui furent Pierre…, Beaumanoir, VI, 28. Li leus [le loup] s'en va grant aleüre Droit au jument par la costure, Ren. 7536. Vigne de noble fruit chargée Sans humaine cultiveüre, Violete non violée, Cortilz touz enceinz à closture, Rutebeuf, II, 12.

XVIe s. A esté baillé à Jehan une aucquette ou couture, Du Cange, auca. Et les vivans contens de la pasture Produicte alors sans labeur ne culture, Marot, IV, 17. Que si les anciens Romains eussent esté aussi negligens à la culture de leur langue…, Du Bellay, J. I, 6, recto. Que le jardinier se resolve de ne lui espargner la culture, ne l'arrouser au besoin, De Serres, 530. Meslant non seulement à la culture des terres et ornement des villes les arts de deçà, mais aussi meslant les vertus grecques et romaines aux originelles du pays, Montaigne, IV, 19.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « culture »

(XVe siècle)[1] Attesté avec le sens de « culte rendu » ; (XVIe siècle) sens de « terre cultivée » puis « culture, civilisation ». Du latin cultura (« action de (se) cultiver »), lui-même de colere (« cultiver ») et lié à culter (« couteau », « fer de charrue ») qui a également donné coutre en français. Comme coutre, couteau, l’ancien français faisait couture qui est la forme régulière[1], la forme moderne est une réfection savante de la Renaissance.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, couture ; picard, couture, grand champ cultivé ; provenç. et espagn. cultura ; ital. coltura ; du latin cultura, de cultum, supin de colere. Dans l'ancien français, couture ou culture signifie une pièce de terre cultivée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « culture »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
culture kyltyr

Évolution historique de l’usage du mot « culture »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « culture »

  • On ne peut avoir de culture gastronomique sans vin. De Julia Child
  • La non-culture est un signe intérieur de sagesse. De José Artur
  • La chute de chiffre d’affaires du secteur culturel liée à la crise sanitaire est évaluée à 22,3 milliards d’euros par rapport à 2019, ce qui constitue une dégringolade de 25 %. Le Monde.fr, De nouvelles aides pour la culture et les médias
  • Comment accorder culture et économie ? Laurence Equilbey, Mireille Bruyère, José-Manuel Gonçalvès, Jean-Jacques Aillagon, Rebecca Zlotowski et Françoise Benhamou. Télérama, Comment accorder culture et économie ? Retrouvez nos débats sur l’urgence des alliances
  • Aucune culture n'est l'entière vérité. De Richard Hoggart / The Listener - 1971
  • La culture est une arme de destruction massive De Fleur Pellerin / France Culture - 17 novembre 2015
  • La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert. André Malraux, Oraisons Funèbres, Hommage à la Grèce , Gallimard
  • Une culture ne meurt que de sa propre faiblesse. André Malraux, La Tentation de l'Occident, Grasset
  • En politique, il faut déjà beaucoup de culture pour se contenter d'explications simples. André Siegfried, Quelques maximes, J. Haumont
  • Je n'hésite pas à le déclarer, le diplôme est l'ennemi mortel de la culture. Paul Valéry, Variété, le Bilan de l'intelligence , Gallimard
  • La pitié ne naît point dans l'esprit sans culture, mais dans celui du sage. Euripide, Électre, 294-295 (traduction Parmentier)
  • La culture engendre la monstruosité. De Georges Braque / Le jour et la nuit
  • La pub est un vulgarisateur de culture. De Christian Blachas
  • Trop de culture épuise un champ fertile. De Cardinal de Bernis / Poésies diverses
  • Le culturel conserve, la culture cultive. De Bernard Lubat / Territoires - Avril 2003
  • Un événement rendu possible grâce au Centre Culturel Canadien, au service culturel du Consulat de France à Montréal et au réseau des Alliances française du Canada. , La culture consommée virtuellement, une réalité à laquelle il faut s'habituer | ONfr+
  • Commercialement, la culture est pénalisante. De Bernard Pivot / Le Métier de lire
  • Les parlementaires réclament un plan de soutien aux activités culturelles de la «même envergure» que celui déployé pour l'industrie. Le Figaro.fr, Après le Ségur, le Valois ? Des députés réclament des «états généraux» de la culture
  • Le ministère de la culture a publié une étude sur les conséquences dévastatrices de la crise liée au Covid-19 dans le secteur culturel. La chute du chiffre d’affaires global est estimée à 22,3 milliards d’euros. La Croix, Crise sanitaire : la culture paye l’addition
  • Le Covid-19 et ses conséquences sur le monde culturel. Un plan de 5 milliards d’euros pour le secteur a été présenté hier par le ministère. La période est difficile pour les acteurs culturels. Exemple avec l’un des rares théâtres privés du département : le Chatbaret. La salle des Achards accueille généralement une cinquantaine de représentations par an. Mais depuis le mois de mars, aucun spectacle n’a été joué. L’activité ne reprendra qu’à la rentrée. Reportage Grégoire de Chatillon. TV Vendée, Culture : le Chatbaret dans l'attente d'une reprise - Actu - TV Vendée
  • Avant de voir du chanvre pousser dans son champs, il y avait du maïs. Yves Rouzeau peut attendre de recevoir environ 1000 euros pour un hectare produit, c'est sensiblement moins que le maïs selon les cours, mais à moyen terme, il devrait être payé 1200 voire 1500 euros l'hectare. Il faut dire que de nouvelles débouchées pourraient bien s'offrir à ce type de cultureFrance Bleu, Charente-Maritime : un projet de culture de chanvre à grande échelle est lancé

Images d'illustration du mot « culture »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « culture »

Langue Traduction
Anglais culture
Espagnol cultura
Italien cultura
Allemand kultur
Chinois 文化
Arabe حضاره
Portugais cultura
Russe культура
Japonais 文化
Basque kultura
Corse cultura
Source : Google Translate API

Synonymes de « culture »

Source : synonymes de culture sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « culture »

Partager