La langue française

Plantation

Sommaire

  • Définitions du mot plantation
  • Étymologie de « plantation »
  • Phonétique de « plantation »
  • Citations contenant le mot « plantation »
  • Images d'illustration du mot « plantation »
  • Traductions du mot « plantation »
  • Synonymes de « plantation »
  • Antonymes de « plantation »

Définitions du mot « plantation »

Trésor de la Langue Française informatisé

PLANTATION, subst. fém.

I. − ARBORIC., HORTIC.
A. −
1. Action de planter (v. ce mot I); résultat de cette action. Plantation de printemps; tranchée, trou de plantation. Six mois après, les plants étaient morts. Nouvelles commandes au pépiniériste, et plantations nouvelles dans des trous encore plus profonds (Flaub., Bouvard, t.1, 1880, p.40).Toute l'Antiquité classique distingue comme principaux métiers de la terre le labourage et la plantation (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p.135).
[Avec un compl. prép. introduit par de et désignant ce qui est planté] J'ai aussi considérablement avancé la fécondité de mes deux vergers. Le dernier, qui est de pêchers, a commencé à me donner du fruit dès la troisième année de la plantation du noyau (Crèvecoeur, Voyage, t.2, 1801, p.31).Je partis (laissant des instructions minutieusement détaillées pour les plantations d'arbres fruitiers...) (Gide, Journal, 1904, p.145).
[Avec un compl. de manière] Plantation à la bêche, au plantoir; plantation en ligne, en quinconce. La plantation [des arbres fruitiers] en carré (...) ménage l'éclaircissage des arbres temporaires (Boulay, Arboric. et prod. fruit., 1961, p.84).
2. P. anal.
a) Action d'enfoncer quelque chose dans la terre; résultat de cette action (v. planter I B 1 a). Plantation d'un poteau. Ce jour-là, il devait y avoir feu de joie à la Grève, plantation de mai à la chapelle de Braque et mystère au Palais de Justice (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p.12).Les divers travaux complémentaires de mobilisation étaient commencés: déboisement, construction de batteries, plantation de réseaux de fil de fer (Joffre, Mém., t.1, 1931, p.217).
b) Action de dresser, d'installer quelque chose à la verticale; résultat de cette action (v. planter I B 2). Le changement de l'ancien monde, le renouvellement de la société ne commencent-ils pas à la plantation de la croix? (Chateaubr., Mém., t.1, 1848, p.632).C'était surtout du peu de pente des échelles qu'elle souffrait, de cette plantation presque droite, qui l'obligeait de se hisser à la force des poignets, le ventre collé contre le bois (Zola, Germinal, 1885, p.1407).
B. − P. méton.
1. Souvent au plur. Arbres, végétaux plantés sur un même terrain, dans un même espace. Synon. plant (v. ce mot A 2).Orage qui saccage les plantations; plantations urbaines. Ce lieu s'appelait le Mont des Oliviers (...). Une plantation d'oliviers alors jeunes Le couvrait en effet (Hugo, Fin Satan, 1885, p.852):
1. La garenne fournissait toujours son contingent de lapins aux offices de Granite-House. Comme elle était située un peu au dehors (...), ses hôtes ne pouvaient pénétrer sur le plateau réservé, ni ravager, par conséquent, les plantations nouvellement faites. Verne, Île myst., 1874, p.284.
2. Terrain où l'on a planté des végétaux d'une même espèce. Synon. plant (v. ce mot A 2).Plantation d'arbres fruitiers (verger), de légumes (potager). Nous avons une grande plantation de hêtres, de tilleuls, de chênes, tout comme à Rayssac. C'est là ma promenade favorite (M. de Guérin, Corresp., 1832, p.67).Naît à la lumière tel lot de villes, de palmeraies, de terres arables et de plantations d'orangers (Saint-Exup., Citad., 1944, p.965).
3. Vaste domaine fondé, en général, par des colons, autour d'une exploitation où l'on cultive des plantes tropicales à usage alimentaire ou industriel. Plantation de canne à sucre, de coton, d'hévéa, de tabac. La traite dépeupla en partie l'Afrique noire pour prêter aux plantations du Nouveau Monde les bras qui manquaient (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p.269).Beaucoup plus vieille que n'importe qui à la plantation, cousine Laura se souvenait des premiers temps de la colonie (Green, Journal, 1934, p.272):
2. ... Antonho Prado (...) avait défriché la forêt vierge pour y planter du café et avait créé cette plantation de San-Martinho qui à peu de chose près a la superficie de la Suisse... Cendrars, Bourlinguer, 1948, p.344.
II. − Spécialement
A. − BEAUX-ARTS. Manière dont un personnage est planté sur ses pieds. (Ds Littré Suppl. 1877).
B. − THÉÂTRE. Mise en place des éléments du décor sur la scène. Derrière le rideau, on entendait les coups de marteau de la plantation d'un décor. Les loges s'emplissaient (Péladan, Vice supr., 1884, p.210):
3. Si la rampe n'existe pas encore, si la plantation des décors est toujours, jusqu'au dix-huitième siècle, celle de Guignol, si l'on éclaire en France à la chandelle de cire plutôt qu'à l'huile comme en Italie, les ornements, les changements à vue font l'admiration des spectateurs et feraient peut-être encore la nôtre. Brasillach, Corneille, 1938, p.366.
C. − Plantation (de cheveux). Manière dont les cheveux sont implantés, répartis sur le crâne. Synon. implantation.Plantation drue, serrée; plantation basse sur le front. Jules Renard (...) un garçon à la construction de la tête toute semblable à celle de Rochefort, mais sans la plantation rèche des cheveux, sans le toupet de clown (Goncourt, Journal, 1891, p.55).
Prononc. et Orth.: [plɑ ̃tasjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist.A. 1. Fin xiies. «végétal qui a été planté» (Sermons St Grégoire sur Ezéchiel, 52, 7 ds T.-L.); 1486 [date de l'éd.] «rejeton» p.métaph. la plantacion de la Cité de Dieu (Raoul de Presles, Cité de Dieu, Abbeville, J. du Pré et P. Gérard, livre XVI, Exp. sur le chap.12); 1488 «rejeton, descendance» (La mer des Histoires, I, 110c, éd. 1491 d'apr. Vaganay ds Rom. Forsch. t.32, p.129); 1798 (Ac.: Plantation [...] Il se prend aussi pour Le plant même); 2. 1732 «action de planter» (Trév.); 3. 1732 plur. «végétaux, ensemble de végétaux plantés» (A. R. Lesage, Aventure du Chev. de Beauchêne, p.247); 4. a) 1836 «mise en place, implantation (ici, d'une croix)» (E. de Guérin, Lettres, p.100); b) 1880 théâtre «disposition du décor» (Zola, Nana, p.48). B. 1. 1627 «établissement, colonie» (Camden, Hist. d'Elizabeth, p.585 ds Mack. t.1, p.71); 2. 1664 «domaine rural (aux colonies)» (Biet, Voyage, p.274 ds Arv., p.415). A empr. au lat. plantatio «ce que l'on a planté, ensemble de végétaux plantés», plus spéc. p.réf. aux emplois en lat. chrét. (cf. Vulgate, Math. XV, 13, passage correspondant au texte de St Grégoire et Blaise) parallèlement à la forme planteisun, planteson «jeune plante» (T.-L., s.v. plantaison). B empr. à l'angl. plantation (xves. ds NED) de même orig. que A att. dep. 1586 au sens de «établissement» (NED), plus spéc. «établissement d'outre-mer, colonie» (1606) puis «domaine rural dans une colonie» (1645), v. DAE et Americanisms. Fréq. abs. littér.: 353. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 642, b) 476; xxes.: a) 226, b) 561. Bbg. Barb. Loan-words 1921, p.256.

Wiktionnaire

Nom commun

plantation \plɑ̃.ta.sjɔ̃\ féminin

  1. (Agriculture) Action de planter.
    • Les cannes flèchent au mois d'août, c'est-à-dire, vers le dixième mois de leur plantation ; au moment de la floraison la canne est creuse; aussi se garde-t-on bien de la récolter à cette époque ; […]. — (L.-J Blachette & Frédéric-Salvator Zoéga, Nouveau manuel complet du fabricant et du raffineur de sucre… , collection Manuels Roret, Paris : Librairie Encyclopédique de Roret, 1833, page 22)
    • On ne doit employer le crud-ammoniac qu'après l’avoir abandonné à l’air pendant un certain temps, ou l’avoir répandu dans le sol plusieurs mois avant les semailles ou plantations. — (Louis Grandeau, Rapports du Jury International, 5e partie: Agriculture, Horticulture, Aliments, vol.2, p.320, 1906)
    • Dès la fin novembre, les plantations de peupliers peuvent débuter. — (Vincent Thècle, Peupliers : comment réussir les nouvelles plantations., dans La France agricole, n° 3361 du 26 novembre 2010)
  2. Certaine quantité d’arbres plantés dans un même terrain.
    • La route parcourt une campagne fertile et variée par des jardins, par des plantations de noyers, et par des coteaux plantés de vignes: à gauche, ou suit presque constamment le cours de l'Yonne; […]. — (Girault de Saint-Fargeau, Guide pittoresque du voyageur en France, Firmin Didot frères, 1837, vol.1 (Route de Paris à Genève : Département de l'Yonne), page 1)
    • Dans toute cette région agricole, les arbres sont très clairsemés; on n'y trouve guère que quelques rares plantations de figuiers et de nopals. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 221)
    • Mais cette perte a été largement compensée par l'extension des plantations de tabac (…) et par le rendement actuel de l'industrie résinière. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  3. Établissements agricoles dans les colonies.
    • La forme de l’esclavage était celle de l’esclavage domestique et le sort des esclaves était certainement moins dur que celui des nègres qui travaillaient dans les plantations d’Amérique ou même les coolies chinois ou canaques qui les ont remplacés. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 34)
  4. (Beaux-Arts) Manière de camper un personnage.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  5. (Par extension) Façon de présenter un fait, une action, etc.
    • La plantation d’un décor.

Nom commun

plantation \Prononciation ?\

  1. Plantation, large exploitation agricole.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLANTATION. n. f.
T. d'Agriculture. Action de planter. Ce n'est pas l'époque de la plantation, Il est occupé de la plantation de son jardin. Il se dit aussi d'une Certaine quantité d'arbres plantés dans un même terrain. Il a fait de belles plantations dans sa propriété. Il se dit encore des Établissements agricoles dans les colonies. Les créoles vivent sur leurs plantations. En termes de Beaux-Arts, il désigne la Manière de camper un personnage. Par extension, La plantation d'un décor.

Littré (1872-1877)

PLANTATION (plan-ta-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action de planter. La plantation d'un arbre. La plantation d'un jardin. La plantation du printemps.
  • 2Arbres plus ou moins gros qui couvrent un terrain.
  • 3Le lieu où l'on a planté.
  • 4Établissements dans les colonies. Les Anglais détruisirent les plantations de la France à Saint-Domingue, Voltaire, Louis XIV, 16.

SYNONYME

PLANTATION, REPIQUAGE. Dans le langage agricole, le mot plantation ne s'applique qu'aux plantes ligneuses ; on emploie celui de repiquage, lorsqu'il s'agit de végétaux herbacés.

HISTORIQUE

XIIe s. Li tierz usaiges des awes [eaux] est li arrosemens, et de cestui ont mestier les noveles plantesons, Saint Bernard, 538.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PLANTATION. Ajoutez :
5 Terme de peinture et de sculpture. Manière dont un personnage est planté sur ses pieds. Les bras entièrement nus et les épaules décolletées bas, elle est présentée de face, jusqu'à la hauteur des genoux, et elle regarde le spectateur ; la plantation est donc fort simple ; aucun ornement n'en altère la parfaite unité de style, E. Bergerat, Journ. offic. 15 févr. 1876, p. 1230, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PLANTATION, s. f. (Moral.) je mets les plantations au rang des vertus, & j’appelle ce soin une vertu morale nécessaire à la société, & que tout législateur doit prescrire.

En effet, il n’est peut-être point de soin plus utile au public que celui des plantations ; c’est semer l’abondance de toutes parts, & léguer de grands biens à la postérité. Que les princes ne regardent point cette idée comme au-dessous de leur grandeur. Il y a eu des héros de leur ordre dans ce genre, comme dans l’art de la destruction des villes, & de la désolation des pays. Cyrus, dit l’histoire, couvrit d’arbres toute l’Asie mineure. Qu’il est beau de donner une face plus belle à une partie du monde ! La remplir de cette variété de scenes magnifiques, c’est approcher en quelque sorte de la création.

Caton, dans son livre de la vie rustique, donne un conseil bien sage. Quand il s’agit de bâtir, dit-il, il faut long-tems déliberer, & souvent ne point bâtir ; mais quand il s’agit de planter, il seroit absurde de déliberer, il faut planter sans délai.

Les sages de l’antiquité n’ont point tenu d’autres discours. Ils semoient, ils plantoient ; ils passoient leur vie dans leurs plantations & dans leurs vergers ; ils les cultivoient soigneusement, ils en parloient avec transport.

Hic gelidi fontes, hic mollia prata, Lycori,
Hic nemus, hic ipso tecum consumerer ævo.

Virg. Eclog. X. 42.

« Ah ! Lycoris, que ces clairs ruisseaux, que ces prairies & ces bois forment un lieu charmant ! c’est ici que je voudrois couler avec toi le reste de mes jours. »

Ipsæ jam carmina rupes,
Ipsa sonant arbusta.

« Les rochers & les arbustes que tu as plantés tout autour de ce hameau, y répetent déja nos chansons. »

Virgile lui-même a écrit un livre entier sur l’art des plantations.

Ipse thymum, pinosque ferens de montibus altis
Tecta serat latè circùm, cui talia curæ :
Ipse labore manum duro terat : ipse feraces
Figat humo plantas, & amicos irriget imbres.

« Que celui qui préside à vos ruches, ne manque pas de semer du thym aux environs ; qu’il y plante des pins & d’autres arbres, qu’il n’épargne point sa peine, & n’oublie pas de les arroser ! »

Atque equidem extremo ut jam sub fine laboram
Vela traham, & terris festinem advertere proram,
Forsitan & pingues hortos quæ cura colendi
Ornaret canerem . . . . . . . .

« Si je n’étois pas à la fin de ma course, je ne commencerois pas à plier déja mes voiles prêt d’arriver au port ; peut-être enseignerois-je ici l’art de cultiver les jardins, & de former des plantations dans les terres stériles. »

Namque sub Œbaliæ memini me turribus altis,
Quâ niger humectat flaventia culta Galesus,
Corycium vidisse senem, cui pauca relicti
Jugera ruris erant ; nec fertilis illa juvencis,
Nec pecori opportuna seges, nec commoda Baccho.
Hic rarum tamen in dumis olus, albaque circum
Lilia verbenasque premens, vescumque papaver,
Regum æquabat opes animis, serâque revertens
Nocte domum dapibus mensas onerabat inemptis.
Primus vere rosam, atque autumno carpere poma :
Et cum tristis hyems etiam nunc frigore saxa
Rumperet, & glacie cursus frænaret aquarum ;
Ille comam mollis jam tùm tondebat acanthi,
Æstatem increpitans seram, Zephyrosque morantes.
Illi tilia, atque uberrima pinus :
Quotque in flore novo pomis se fertilis arbos
Induerat, totidem autumno matura tenebat,
Ille etiam seras in versum distulit ulmos,
Eduramque pyrum, & spinos jam pruna ferentes,
Jamque ministrantem platanum potantibus umbram.

Verùm hæc ipse equidem spatiis exclusus iniquis,
Prætereo.

Georg. liv. IV. 125. 150.

« Près de la superbe ville de Tarente, dans cette contrée fertile qu’arrose le Galèse, je me souviens d’avoir vu autrefois un vieillard de Cilicie, possesseur d’une terre abandonnée, qui n’étoit propre ni pour le pâturage, ni pour le vignoble ; cependant il avoit fait de ce terrein ingrat un agréable jardin, où il semoit quelques légumes bordés de lys, de vervene & de pavots. Ce jardin étoit son royaume. En rentrant le soir dans sa maison, il couvroit sa table frugale de simples mets produits de ses travaux. Les premieres fleurs du printems, les premiers fruits de l’autonne naissoient pour lui. Lorsque les rigueurs de l’hiver fendoient les pierres, & suspendoient le cours des fleuves, il émondoit déja ses acanthes ; déja il jouissoit du printems, & se plaignoit de la lenteur de l’été. Ses vergers étoient ornés de pins & de tilleuls. Ses arbres fruitiers donnoient en automne autant de fruits, qu’au printems ils avoient porté de fleurs. Il savoit transplanter & aligner des ormeaux déja avancés, des poiriers, des pruniers greffés sur l’épine, déja portant des fruits, & des planes déja touffus, à l’ombre desquels il regaloit ses amis. Mais les bornes de mon sujet ne me permettent pas de m’arrêter plus long-tems sur cette peinture. »

C’est pourquoi je me contenterai d’observer avec Virgile, que l’amusement des plantations ne procure pas seulement des plaisirs innocens, mais des plaisirs durables, & qui renaissent chaque année. Rien en effet ne donne tant de satisfaction que la vue des paysages qu’on a formés, & des promenades délicieuses à l’ombre des arbres qu’on a plantés de ses mains.

On pourroit même, ce me semble, charger un domaine entier de plantations différentes, qui tourneroient également au plaisir & au profit du propriétaire. Un marais couvert de saules, un coteau planté de chênes, seroit sans doute plus profitable qu’en abandonnant le terrein à sa stérilité naturelle. Des haies fortifiées & décorées d’arbres forment un rempart utile, agréable & solide.

Il n’est pas besoin de se montrer trop curieux de la symmétrie des plantations. Tout le monde est en état de remplacer des arbres à la ligne & à la regle, en échiquier, ou en toute autre figure uniforme ; mais doit-on s’astraindre à cette régularité sans oser s’en écarter ? Et ne feroit-on pas mieux de cacher quelquefois l’art du jardinier ? Présenter toujours des arbres qui s’élevent en cones, en globes, en pyramides, en éventail, sur chacun desquels on reconnoît la marque des ciseaux, est plutôt l’effet d’un goût peigné, que celui de la belle nature. Ce n’est pas ainsi qu’elle forme ses admirables sites. Des forêts de citronniers ne sont pas moins superbes avec toute l’étendue de leurs branches, que taillés en figures mathémathiques. Un grand verger dont les pommiers sont en fleurs, plaît bien davantage que les petits labyrinthes de nos parterres. Qui est celui qui ne préfereroit à nos arbres nains, des chênes de plusieurs centaines d’années, & des grouppes d’ormes, propres à mettre à couvert de la pluie un grand nombre de cavaliers.

Quoi qu’il en soit des plantations symmétriques ou sauvages, je ne recommande pas les unes ou les autres aux grands & aux riches, par la seule raison qu’elles sont un amusement agréable, en même tems qu’une décoration de leurs maisons de campagne ; j’ai des motifs plus nobles à leur proposer ; je leur recommande les plantations de toutes parts, parce que c’est un emploi digne d’un citoyen vertueux, & qu’il s’y doit porter par des principes tirés de la morale, & entr’autres par celui de l’amour du genre humain.

Ce n’est pas tout ; je soutiens qu’on est inexcusable de manquer à un devoir de la nature de celui-ci, & dont il est si facile de s’acquitter. Lorsqu’un homme pense que le soin de mettre chaque année, tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, quelques rejettons en terre, peut servir à l’avantage d’un autre qui ne viendra dans le monde qu’au bout de cinquante ans ; lorsqu’il songe qu’il travaille peut-être au soutien ou à l’aisance d’un de ses arriere-neveux ; s’il trouve alors quelque répugnance à se donner cette peine, il doit en conclure qu’il n’a nuls principes, nul sentiment de générosité.

Quelqu’un a dit d’un citoyen industrieux & bienfaisant, qu’on peut le suivre à la trace. Ces deux mots peignent à merveille les soins d’un honnête homme, qui en cultivant des terres, y a laissé des marques de son industrie & de son amour pour ceux qui lui succéderont.

Ces réflexions ne viennent que trop à-propos dans un siecle où les arts les plus utiles à la conservation de la société sont entierement négligés, & les soins de la postérité pleinement abandonnés, si même ils ne sont pas tournés en ridicule. Nos forêts ne nous fourniroient plus de bois pour bâtir, si nos ancêtres avoient pensé d’une façon si basse & si méprisable.

Les Tartares du Daghestan, tout barbares qu’ils sont, habitans d’un pays stérile, ont une coutume excellente qu’ils observent soigneusement, & qui leur tient lieu de loi. Personne chez eux ne se peut marier, avant que d’avoir planté, en un certain endroit marqué, cent arbres fruitiers ; ensorte qu’on trouve actuellement partout dans les montagnes de cette contrée d’Asie, de grandes forêts d’arbres fruitiers de toute espece. On ne trouve au contraire dans ce royaume que des pays dénués de bois dont ils étoient autrefois couverts. Le dégât & la consommation en augmentent tellement, que si l’on n’y remedie par quelque loi semblable à celle de l’ancienne patrie des Thalestris, nous manquerons bien-tôt de bois de charpente pour nos usages domestiques. On ne voit que des jeunes héritiers prodigues, abattre les plus glorieux monumens des travaux de leurs peres, & ruiner dans un jour la production de plusieurs siecles.

En un mot, nous ne travaillons que pour nous & nos plaisirs, sans être aucunement touchés de l’intérêt de la postérité. Ce n’est pas cette façon de penser que la Fontaine prête à son octogénaire qui plantoit. On sait avec quelle sagesse il parle aux trois jouvenceaux surpris de ce qu’il se charge du soin d’un avenir qui n’étoit pas fait pour lui. Le vieillard, après les avoir bien écoutés, leur répond

Mes arrieres-neveux me devront cet ombrage.
He bien défendez-vous au sage
De se donner des soins pour le plaisir d’autrui ?
Cela-même est un fruit que je goûte aujourd’hui,
J’en puis jouir demain, & quelques jours encore.


Le Chevalier de Jaucourt.

Plantation, (Jardinage.) se dit d’un jardin entier à planter : j’ai une grande plantation à faire.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « plantation »

(Siècle à préciser) Du latin plantatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin plantatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenc. plantacio ; espagn. plantacion ; portug. plantação ; ital. piantazione, piantagione ; du lat. plantationem, de plantare, planter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « plantation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
plantation plɑ̃tasjɔ̃

Citations contenant le mot « plantation »

  • Une banque : une plantation d'oseille. De Pierre Perret
  • Hollywood : une plantation d'orangers où se promènent des acteurs au chômage. De Groucho Marx
  • Celui qui te conseille d'agrandir la plantation ne t'aidera pas à la cultiver. De Proverbe téké
  • Sur cette vaste plantation, ce n'est pas la pluie mais la sueur de mon front qui arrose les récoltes. De Antonio Jacinto / Monangamba
  • La technologie croissante sur le marché La plantation agricole et épandeuses Machines est également décrite dans ce rapport de recherche. Les facteurs qui stimulent la croissance du marché et qui donnent une impulsion positive pour prospérer sur le marché mondial sont expliqués en détail. Il comprend l’analyse des tendances du marché, des parts de marché et des modèles de croissance des revenus, ainsi que du volume et de la valeur du marché. Il repose également sur une méthodologie minutieusement structurée. Ces méthodes aident à analyser les marchés sur la base de recherches et d’analyses approfondies. , La plantation agricole et épandeuses Machines Marché 2020 Rapport de recherche sur l’analyse des tendances mondiales, de la part, de la taille et des fabricants 2026 – InFamous eSport
  • La plantation est prévue ce mardi à partir de 16h rue Léon-Chomel. Lyonmag.com, Villeurbanne : une plantation géante de légumes organisée mardi
  • Et si vous plantiez une haie ? L'association Prom'haies accompagne les agriculteurs, les collectivités et les particuliers dans la plantation de haies. Une association née en Poitou-Charentes, du constat de la disparition des bocages, et qui s'est implantée en 2018 en Dordogne. Depuis, 19 km de haies ont été plantées. 32 000 jeunes plants installés et déjà 75 porteurs de projets dont 61 agriculteurs qui ont bien compris l'intérêt des haies et des bosquets sur leurs parcelles. Elles amènent fraîcheur, de l'eau et la biodiversité.   France Bleu, Dordogne : l'association Prom'haies accompagne les agriculteurs dans la plantation de haies
  • Les autorités ivoiriennes ont présenté samedi à Yamoussoukro le bilan d'une ambitieuse opération de plantation de plus de 5 millions d'arbres en 2020 pour lutter contre la déforestation, après la plantation en 2019 de plus d'un million d'arbres.  LExpress.fr, Opération "un jour, cinq millions d'arbres" contre la déforestation en Côte d'Ivoire - L'Express
  • Ecosia, le moteur de recherche qui cherche à financer la plantation d'arbres, annonce qu'il participera à la prochaine vente aux enchères pour apparaître comme alternative à Google dans Android. Numerama, Ecosia, le moteur de recherche écolo, renonce au boycott des enchères sur Android
  • Un rapide tour d’horizon laisse apparaître des feuilles et têtes de plantations de cannabis chez l’un des mis en cause. Les constatations réalisées permettent la découverte de 19 pieds de cannabis plantés en pot et recouvrant l’intégralité du balcon. , Aude. Appelés pour une bagarre, les gendarmes découvrent une plantation de cannabis à Bram | Voix du Midi Lauragais

Images d'illustration du mot « plantation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « plantation »

Langue Traduction
Anglais planting
Espagnol plantando
Italien piantare
Allemand pflanzen
Chinois 种植
Arabe يزرع
Portugais plantio
Russe насаждение
Japonais 植付
Basque landaketa
Corse piantazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « plantation »

Source : synonymes de plantation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « plantation »

Partager