Érudition : définition de érudition


Érudition : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉRUDITION, subst. fém.

[Essentiellement dans le domaine des sciences de l'homme, notamment en histoire, et à l'exclusion de la recherche directe en sciences naturelles et exactes]
A.− Pratique d'une méthode consistant à rassembler des documents nombreux et souvent exhaustifs autour d'une recherche. Goût de l'érudition, recherches d'érudition. Que serait-ce si je montrais que la critique littéraire, qui est notre domaine propre, (...) ne peut être sérieuse et profonde que par l'érudition? (Renan, Avenir sc.,1890, p. 292).
[Avec personnification] :
1. L'érudition a pointé ses yeux grossissants sur les moindres points de sa vie [de Beyle], sur ses griffonnages, sur les factures de ses fournisseurs. Valéry, Variété II,1929, p. 80.
B.− P. méton. et parfois péj.
1. [À propos de pers.] Connaissances accumulées par l'emploi de cette méthode. Une immense, prodigieuse, vaste érudition; fausse érudition. Il [Lévy Mas] refit, avec un grand déploiement d'érudition, un exposé de la question (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 491).Je m'étonne que sa grande érudition littéraire lui permette une production si soutenue et si parfaite (Gide, Journal,1895, p. 62):
2. À vingt ans j'admirais ce livre [Dorian Gray]. Il était fait pour éblouir de jeunes nigauds comme moi, et tout ce clinquant de style et de fausse érudition m'agrandissait les yeux d'étonnement. Green, Journal,1941, p. 157.
P. ext. Connaissances précises, détaillées des faits particuliers. Bien que peu au fait de la science contemporaine, et plus occupé de culture que d'érudition, j'ai lu dans un petit livre (France, Livre ami,1885, p. 285).
2. [À propos d'ouvrages] Documents accumulés autour d'une question. Monuments, livres d'érudition. Pouchet avait également publié des ouvrages d'érudition sur la biologie aristotélicienne et le progrès des sciences naturelles au moyen âge (J. Rostand, Genèse vie,1943, p. 84).
Péj. Il trouvait dérisoire qu'on consumât sa vie dans de poussiéreux travaux d'érudition (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 177).
Prononc. et Orth. : [eʀydisjɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1475? [date 1reéd.] « notoriété » (Tenur de Littleton, fol. 85 rods La Curne); 1495 « enseignement, instruction » erudicion seculiere (J. de Vignay, Mir. hist., Delb. Rec. ds DG); 1618 « connaissance approfondie d'une branche des sciences » (d'apr. Bl.-W.3-5); 1680 (Rich. : homme d'une grande érudition). Empr. au lat. class. eruditio « action d'enseigner; connaissance, science ». Fréq. abs. littér. : 576. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 181, b) 714; xxes. : a) 911, b) 510.

Érudition : définition du Wiktionnaire

Nom commun

érudition \e.ʁy.di.sjɔ̃\ féminin

  1. Savoir minutieux dans un domaine restreint d'histoire littéraire, de la philologie classique, en histoire événementielle, ou dans les sciences annexes de l’histoire.
    • Vaste, solide érudition. Érudition mal digérée, sans critique, dénuée de critique. Une érudition poussiéreuse, mal contrôlée et gonflante. Ouvrages d’érudition. Travaux d’érudition. Recherches d’érudition.
    • L'érudition ne remplace pas le génie. (Schopenhauer)
    • Il ne faudrait pas croire cependant que Rarahu fût sans érudition; elle savait lire dans sa bible tahitienne, et écrire, avec une grosse écriture très ferme, les mots doux de la langue maorie; elle était même très forte sur l'orthographe conventionnelle fixée par les frères Picpus, – lesquels ont fait, en caractères latins, un vocabulaire des mots polynésiens.
      — (Loti, Le mariage de Loti (Rarahu), 1882)
    • Ne valait-il pas mieux s’abstenir de toute étude que de s’embarrasser d’érudition ? — (Paul Guimard, L'Âge de Pierre, 1992)
  2. (Par métonymie) L’ensemble des érudits (en un domaine donné).
    • Cette recension sera en même temps un éloge funèbre; l’auteur, frappé d’un coup subit et ridicule du sort, ne saura pas ce que l’érudition pense de son livre. — (Revue belge d’archéologie et d’histoire de l’art, 1935)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Érudition : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉRUDITION. n. f.
Savoir approfondi en littérature, en philologie, en histoire ou dans les choses qui se rattachent à l'histoire. Vaste, solide érudition. Érudition mal digérée, sans critique, dénuée de critique. Ouvrages d'érudition. Travaux d'érudition. Recherches d'érudition.

Érudition : définition du Littré (1872-1877)

ÉRUDITION (é-ru-di-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Savoir approfondi dans les langues anciennes ou orientales, dans les origines des peuples, dans les inscriptions et les médailles, en un mot dans tous les documents qui fournissent les matériaux à l'histoire. La sûre érudition d'un du Cange. Livre plein d'érudition. Plus soigneux d'étaler de l'érudition que de parler avec précision, Bossuet, Var. 12. Les commentateurs, si abondants et si chargés d'une vaine et fastueuse érudition, La Bruyère, XIV. Budé surtout communiqua à la nation française le goût de l'érudition grecque, l'ayant reçu lui-même de Lascaris son maître, qui avait été employé par Laurent de Médicis à établir cette fameuse bibliothèque de Florence, Rollin, Traité des Ét. I, 1. Je vois toujours en vous la politesse d'un grand seigneur, avec l'érudition d'un homme d'État ; vous auriez été digne d'être sénateur romain, Voltaire, Dial. XII. La philosophie, qui forme le goût dominant de notre siècle, semble, par les progrès qu'elle fait parmi nous, vouloir réparer le temps qu'elle a perdu et se venger de l'espèce de mépris que lui avaient marqué nos pères ; ce mépris est aujourd'hui retombé sur l'érudition, et n'en est pas plus juste pour avoir changé d'objet, D'Alembert, Encyclop. Disc. prélim. Votre mépris pour l'érudition est très injuste ; c'est elle qui nourrit et fait vivre toutes les autres parties de la littérature, depuis le bel esprit jusqu'au philosophe, D'Alembert, Apol. de l'étude, Œuvres, t. IV, p. 223, dans POUGENS. La vaste érudition, qui était sa partie dominante et comme son élément naturel, n'est pas notre objet principal, quoique nous ayons pour elle tout le respect et toute la reconnaissance qu'un enfant bien né doit à sa nourrice, D'Alembert, Éloges, Bouhier.
  • 2Choses érudites, recherches savantes, curieuses. Elle semblait raser les airs à la manière Que les dieux marchent dans Homère ; Ceci n'est-il point trop savant ? Des éruditions la cour est ennemie, Même on les voit assez souvent Rebuter par l'Académie, La Fontaine, Poésies mêlées, LXV. C'est une vieille traduction d'un vieil auteur en vieux français, réimprimé, non pour le public, mais pour mes amis amateurs de ces éruditions, Courier, Lett. I, 378.

HISTORIQUE

XVIe s. En chaire ne se doit tenir propos qui ne soit totalement à l'erudition de son prochain et l'honneur de Dieu, Marguerite de Navarre, Nouv. X.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « érudition »

Étymologie de érudition - Littré

Lat. eruditionem (voy. ÉRUDIT).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de érudition - Wiktionnaire

(fin XV) Emprunté au latin eruditio (« instruction, connaissance, science, érudition, enseignement »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « érudition »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
érudition erydisjɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « érudition »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « érudition »

  • La masterclasse de Jean-Luc Verna est placée sous le signe de l'étoile, qui se retrouve partout dans son oeuvre depuis ses débuts, il y a vingt-ans. Tout au long de cette heure, Jean-Luc Verna tisse les contours de son oeuvre, qui tend à lier la culture populaire, à l'érudition. De sa définition du dessin, à la pratique de la danse, jusqu'à l'utilisation du calque comme procédé vernaculaire, Jean-Luc Verna nous livre son processus de création, en convoquant ici et là, les figures de Marguerite Duras, Barbara ou encore Siouxsie Sioux. Plus de 20 ans de carrière, et autant de pratiques artistiques, qui se nourrissent entre elles, pour former un écho général dans son oeuvre polymorphe. France Culture, Jean-Luc Verna : "J'ai une grande fascination pour le mensonge, c'est pourquoi je suis dans la représentation"
  • Écrivain et professeur, Marc Fumaroli avait redonné aux Français les clefs de leur histoire. Ses mots et son verbe ont mis en évidence l’importance et le rayonnement du Grand Siècle et du Siècle des lumières. Combattant pugnace et sincère, il avait fait de sa puissante érudition et de la virtuosité de sa langue, les fidèles compagnons des causes qu’il pensait justes et essentielles. Il plaçait les arts et les lettres au-dessus de tout, assumant ses partis pris, avec gourmandise et passion.  , Hommage de Franck Riester, ministre de la Culture, à Marc Fumaroli
  • « Djerba, l’île enchantée », répond, certes, aux critères de « Beau Livre », de par l’élégance de sa présentation, la beauté de ses photos, le soin de sa maquette. Mais c’est aussi et surtout un livre d’érudition, parfaitement documenté, remarquablement analysé, rigoureusement structuré. La Presse de Tunisie, Vient de paraître: Djerba, l’île enchantée … | La Presse de Tunisie
  • La première est extrêmement portée sur l’aspect technique voire technologique des films (étudiant en cinéma oblige), la seconde est davantage axée sur l’émotion et le ressenti du public, la troisième est un mélange d’humour absurde et d’érudition couplée à de fortes références théoriques et la dernière se développe avant tout sur le cinéma de genre avec un apport universitaire non négligeable (Theurel est docteur en information-communication après un doctorat sous la direction d’Emmanuel Ethis). The Conversation, La critique cinéma française sur YouTube : un état des lieux
  • Conséquence de ce déplacement, cette histoire ample des savoirs accueille les disciplines de l’érudition (antiquariat, philologie, grammaire, numismatique) comme les sciences de l’information (histoire du livre, histoire des médias, etc.), mais l’enquête sur la nature n’est plus au centre du champ. En s’intéressant aux « savoirs précaires » dans un ouvrage traduit en français, Savoirs précaires. Pour une autre histoire des idées à l’époque moderne (Editions de la Maison des sciences de l’homme, 2018), Mulsow a donné l’exemple, frappant, d’une histoire fragile des sciences peu intéressée par les grands récits de conquête, d’accumulation et de domination, mais attentive à la précarité matérielle, à la marginalité, à la perte. Le Monde.fr, « L’histoire des savoirs ne se définit plus par défaut comme une histoire des sciences »
  • Zghortiote de souche né à Sydney (Australie), Selim Mawad bataille ferme pour l’orthographe de son nom. « Mon nom s’écrit Mawad et non Moawad comme feu son proche parent, le président René Moawad (assassiné en 1989) », annonce-t-il d’emblée, comme pour marquer son territoire et son identité. Les traits taillés à la serpe et le teint basané, la silhouette svelte, les mains, le pantalon et les godasses éclaboussés de peinture, Selim Mawad arbore à 47 ans une barbe poivre et sel fournie et des cheveux noirs de jais en bataille. Le verbe, d’une grande érudition, entre culture et critique sociopolitique, est d’une brutale franchise. « Je ne suis pas marié », clame-t-il tout de go en riant comme un adolescent fier de ses incartades, ajoutant : « Je me bats contre tout ce qui est conventionnel, conservateur, judéo-chrétien et religieux. Je suis athée à fond » et en guerre contre « les démocraties branlantes et des États sclérosés et pourris ». Droit dans ses bottes, voilà qu’il se positionne sur l’échiquier sociopolitique. Mais attention, l’artiste, parfaitement épicurien, précise : « J’adore en revanche ce qui est traditionnel, c’est-à-dire le L'Orient-Le Jour, Selim Mawad : Affamés et frustrés, les Libanais pris en otage sont en révolte et non en révolution... - L'Orient-Le Jour
  • Toute tentative d'apprendre est autodestructrice. Lorsque vient l'érudition, la poésie s'en va. De Jack Vance / La machine à tuer
  • L'ignorant n'est pas celui qui manque d'érudition mais celui qui ne se connaît pas lui-même. De Jiddu Krishnamurti / De l'éducation
  • La vérité déroute à cause de ses nuances, quand le silence passe pour de l'érudition. De Pierre Billon / Le livre de Seul
  • L’érudition est une fuite loin de notre propre vie que nous n’avons pas le courage de regarder en face. De Marcel Proust
  • L'érudition, c'est la mémoire et la mémoire, c'est l'imagination. De Max Jacob / Conseils à un jeune poète
  • La connaissance du coeur humain, c'est l'érudition des flâneurs. De François de Curel / L'Amour brode
  • L'érudition n'est pas la science, de même que les matériaux ne sont pas l'édifice. De Proverbe turc
  • L’érudition n’est desséchante qu’aux desséchés. De Samuel Rocheblave / La bibliothèque de Pétrarque
  • Par des citations on affiche son érudition, on sacrifie son originalité. De Arthur Schopenhauer
  • Quand l'érudit se trompe, il se trompe avec érudition. De Proverbe médiéval
  • Rancune : cette érudition de la colère. De Philippe Bouvard
  • Érudition. Poussière tombée d'un livre dans un crâne vide. Ambrose Gwinnet Bierce, The Devil's Dictionary
  • Être au-dessus de ce qu'on sait, chose rare. L'érudition par-dessus c'est le fardeau, par-dessous c'est le piédestal. Jules Amédée Barbey d'Aurevilly, Disjecta membra

Traductions du mot « érudition »

Langue Traduction
Corse erudizione
Basque erudizio
Japonais 博学
Russe эрудиция
Portugais erudição
Arabe سعة الاطلاع
Chinois 博学
Allemand gelehrsamkeit
Italien erudizione
Espagnol erudición
Anglais erudition
Source : Google Translate API

Synonymes de « érudition »

Source : synonymes de érudition sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « érudition »



mots du mois

Mots similaires