Couard : définition de couard, couarde


Couard, couarde : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

COUARD, ARDE, adj. et subst.

A.− Emploi adj., vieilli ou littér. Qui manque de courage. Synon. lâche, peureux, pusillanime.
1. [En parlant d'un être animé] Être couard devant l'ennemi. ... comme font les chiens couards qui n'osent sauter à la figure (Sand, Maîtres sonneurs,1853, p. 246).Le Parlement couard s'était mis à genoux (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 241):
Ils auraient été méchants, s'ils n'eussent été couards; on voyait qu'ils avaient envie de vous déchirer, mais ils retiraient leurs griffes dans leur peur comme dans une gaine. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 3, 1848, p. 207.
2. [En parlant d'une action ou d'une entité abstr.] Rare et littér. La réponse est prudente et même couarde (Goncourt, Journal,1890, p. 1289).Au théâtre, souvent, j'emmène mon amie, dans la couarde certitude qu'elle ne me trompera pas pendant ce temps-là (Colette, Cl. ménage,1902, p. 223).
B.− Emploi subst. Personne qui manque de courage. Oh! La terreur de mon livre chez les peureux, chez les couards, chez les ménageurs de la chèvre et du chou! (Goncourt, Journal,1890, p. 1246).Ah! Tu trembles, vieux couard! (Milosz, Amour. initiation,1910, p. 150).
Prononc. et Orth. : [kwa:ʀ], fém. [-aʀd]. Ac. 1694 enregistre : quouard avec la rem. : ,,on escrit coüard``. Ac. 1718-1932 donne la forme moderne. Étymol. et Hist. Ca 1100 cuard (Roland, éd. J. Bédier, 888). Dér. avec suff. -ard* de cüe, cöe, coue, formes anciennes de queue*, littéralement « qui porte la queue basse ». Fréq. abs. littér. : 43.
DÉR. 1.
Couardement, adv.,littér. et rare. De manière couarde. Le vœu, couardement consenti avec cette légère et bizarre ivresse (Arnoux, Double chance,1958, p. 189). Dernière transcr. ds DG : kwàr-de-man. 1reattest. ca 1209 coairdement ([Raoul de Ferrières], Ms Berne 389 ds Arch. St. n. Spr., t. 42, p. 298, § CLXV), début xiiies. cuardement (Chardry, Set dormans, 1031 ds Gdf. Compl., s.v. coardement); de couard, suff. -ment2*.
2.
Couarder, verbe intrans.,littér. et rare. Agir en couard. Avec le renard, on renarde, avec le couard, on couarde. Se couarder. Devenir lâche. Le cœur se couarde dans le ventre dès qu'on émet le moindre doute sur sa vocation (Arnoux, Rhône,1944, p. 143). Seule transcr. ds Littré : kou-ar-dé. 1reattest. ca 1100 « être couard, agir en couard » ici pronom. (Roland, éd. J. Bédier, 1107) − 1611 (Cotgr.), à nouv. dep. Ac. Compl. 1842; de couard, dés. -er.
BBG. − Spitzer (L.). Cobarde. Homenaje A.M. Huntington. Wellesley, mars. 1952, pp. 571-574.

Couard, couarde : définition du Wiktionnaire

Adjectif

couard \kwaʁ\ masculin

  1. Qui est poltron, qui n’a pas de courage.
    • Wilson le considérait d’un œil froid, maintenant. Il ne s’était pas attendu à cela. C’est donc un sacré con en plus d’un foutu couard, se dit-il à part lui. Pourtant, il me plaisait assez, jusqu’à maintenant. Mais comment peut-on savoir, avec un Américain ? — (Ernest Hemingway, L’Heure triomphale de Francis Macomber, 1936. Traduit de l’anglais américain par Marcel Duhamel, 1946. Traduction revue par Marc Sapora, 2001. p. 49.)
    • Il s’est montré couard en présence du danger.

Nom commun

couard \kwaʁ\ masculin (pour une femme on dit : couarde)

  1. Poltron, lâche.
    • Si vous n’avez pas le cran de faire face à une penture, comment réagirez-vous à ce qui nous attend ? La Tour Blanche n’a nul besoin de couardes ! — (Robert Jordan, Les Feux du ciel, traduit par Jean-Claude Mallé, Bragelonne, 2013, ISBN 978-2-35294-664-9)
    • Je pensais que j’avais des seins à bustier, mais comme je suis une couarde, j’ai choisi le dos nu à ficelle amovible. — (chulinetti.blogs.com)
    • Le jour venu, le couard se dit malade, reste au lit et, donnant son écu mi-parti à son ami, l’envoie aux joutes. — (Roger Lathuillère, Guiron le Courtois: Étude de la tradition manuscrite et analyse critique, 1966)

Forme d’adjectif

couarde \kwaʁd\

  1. Féminin singulier de couard.

Forme de verbe

couarde \kwaʁd\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe couarder.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe couarder.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe couarder.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe couarder.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe couarder.

Forme d’adjectif

couarde \kwaʁd\

  1. Féminin singulier de couard.

Forme de verbe

couarde \kwaʁd\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe couarder.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe couarder.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe couarder.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe couarder.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe couarder.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Couard, couarde : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COUARD, ARDE. adj.
Qui est poltron, qui n'a point de courage. Il s'est montré couard en présence du danger. Substantivement, Un couard. Il est peu usité au féminin.

Couard, couarde : définition du Littré (1872-1877)

COUARD (kou-ar ; le d ne se lie jamais) s. m.
  • 1Poltron, lâche. C'est un franc couard.

    Adj. Un homme couard. Une femme couarde. De vaillant fait couard, de fidèle fait traître, Malherbe, I, 4.

    Terme de blason. Lion couard, lion qui porte la queue entre les jambes.

  • 2 Terme de manége. Tronçon de la queue du cheval.
  • 3 Terme de boucherie. Nom d'une région du bœuf dite aussi bord du cimier, ou cimier, ou abords, ou bords du bassin, qui comprend dans son ensemble la base de la queue, la partie postérieure de la croupe, les parties latérales de l'anus (et de la vulve chez la femelle seulement), et enfin l'angle de la fesse.
  • 4Extrémité par laquelle on applique le manche à la faux.

HISTORIQUE

XIe s. Pour tout l'or Deu [il] ne volt estre cuard, Ch. de Rol. LXIX.

XIIe s. Mais li cohart n'i auront [en paradis] ja pardon, Ronc. p. 71. Et non porquant la terre d'outremer [je] Voi en si très grant balance Qu'en chantant [je] veuil prier le roi de France Que ne croie cowairt ne losengier [qui lui conseillent de quitter la croisade], Quesnes, Romancero, p. 100. Quant il ont en bataille fiché leur estendart, Ne le maintiennent mie à guise de coart, Sax. XI. Li reis ad dous [deux] privez, Sorel e dan Blanchart, Tost funt del buen malvais e del hardi cuart, Th. le mart. 56.

XIIIe s. Il n'i ot si coart qui maintenant ne fust garnis de hardement, H. de Valenciennes, IV. Ce dist Renart : trop ies coarde, Ce fis ge por toi esmaier, Einsi te voloie essaier, Ren. 1800. Se il [le bailli] estoit couars, il n'oseroit courocier le rice home qui aroit à fere contre le povre, Beaumanoir, 20.

XIVe s. Il n'est pas dit couart pour ce, se il craint infame ou que l'on ne face villanie à ses gens, Oresme, Eth. 79.

XVe s. Si sont Lombards de leur nature riches et couards ; nous y ferons nostre profit, Froissart, III, IV, 20. Peu de chose est de fol espoir, Et c'est assés, au dire voir ; Car le cowart il fait hardi ; Et le joli, Selon les mours qui sont en li, Il li fait ordenance avoir, Froissart, Virelay.

XVIe s. Auprès du feu couards tiennent gros termes, Marot, J. p. 38, dans LACURNE. C'est une qualité tousjours couarde et basse, Montaigne, I, 6. Nous le rendons servile et couard [l'entendement], pour ne luy laisser la liberté de rien faire de soy, Montaigne, I, 163. Il n'y a homme si couard qui n'ayme mieulx tumber une fois, que demourer tousjours en branle, Montaigne, I, 251. Ouy, dit-il, je suis couard, voirement timide ès choses villaines et deshonnestes, Amyot, De la mauv. honte, 6. Moy plus couard, je ne requiers sinon… Mourir oisif en ton giron, Cassandre, Ronsard, 44, 933.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COUARD.
1Ajoutez : Couard est proprement celui qui tremble au moindre bruit qu'il oit, et appréhende toute chose sans occasion, Malherbe, le Traité des bienfaits de Sénèque, IV, 26.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Couard, couarde : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* COUARD, s. m. (Œcon. rust.) est l’extrémité faite en anse, par laquelle on applique le manche à la faulx à faucher ; on serre le couard sur le manche avec des coins & une virole. Le bout du couard a un talon recourbé en crochure, pour empêcher la virole de descendre trop bas ; & la faulx de s’échapper de dessus le manche, quand on s’en sert, le crochet du talon embrassant la partie de la virole à laquelle il correspond.

Couard, adj. pris subst. en termes de Blason, se dit d’un lion qui porte sa queue retroussée en-dessous entre les jambes. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « couard »

Étymologie de couard - Littré

Provenç. coart ; espagn. et portug. cobarde ; ital. codardo ; du latin cauda, queue (voy. ce mot) : qui est de la queue, c'est-à-dire qui se tient en arrière, ou qui porte la queue basse comme les animaux qui ont peur. Coart est le nom du lièvre dans le roman de Renart.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de couard - Wiktionnaire

De l’ancien français coue (« queue ») avec le suffixe -ard (suffixe péjoratif). Littéralement : « qui porte la queue basse ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « couard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
couard kwar play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « couard »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « couard »

  • Ils ne font que reprendre des informations de journalistes d'investigation, que Trump ne dément pas, il renvoie la patate chaude à ses collaborateurs ... le couard. L'Obs, Des primes russes pour que des Talibans tuent des américains ? Trump nie mais ne convainc pas
  • The Blade Itself de Joe Abercrombie: Un barbare philosophe, un guerrier noble et couard et un gentil tortionnaire doivent sauver le royaume, le monde et surtout leur peau. Un roman jouissif qui a mis les clichés de la fantasy sens dessus-dessous. ActuSF - Site sur l'actualité de l'imaginaire, La Bibliothèque idéale de vos auteurs - Nadia Coste, Jacques Martel et Alex Evans - ActuSF - Site sur l'actualité de l'imaginaire
  • La spiritualité... demande d'abord une culture du coeur, une immense force, une intrépide sans faille. Les couards ne peuvent satisfaire à une morale. De Gandhi
  • La conscience fait de nous tous des couards. De William Shakespeare / Hamlet
  • La prudence est la modestie des couards. De Henri Jeanson
  • Mieux vaut être couard une minute que mort tout le reste de la vie. De Proverbe gaélique

Traductions du mot « couard »

Langue Traduction
Corse coward
Basque koldar
Japonais 腰抜け
Russe трус
Portugais covarde
Arabe جبان
Chinois 懦夫
Allemand feigling
Italien codardo
Espagnol cobarde
Anglais coward
Source : Google Translate API

Synonymes de « couard »

Source : synonymes de couard sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « couard »



mots du mois

Mots similaires