La langue française

Capon, caponne

Sommaire

  • Définitions du mot capon, caponne
  • Étymologie de « capon »
  • Phonétique de « capon »
  • Évolution historique de l’usage du mot « capon »
  • Citations contenant le mot « capon »
  • Images d'illustration du mot « capon »
  • Traductions du mot « capon »
  • Synonymes de « capon »
  • Antonymes de « capon »

Définitions du mot capon, caponne

Trésor de la Langue Française informatisé

CAPON, ONNE, subst.

A.− Vx, inus. Flatteur, flagorneur.
B.− Vieilli, fam. Personne lâche et peureuse :
1. − Tenez ferme, mes enfants! ne lâchez pas! ... ah! les capons, les voilà qui filent! nous allons leur régler leur compte! Zola, La Débâcle,1892, p. 373.
Arg. scol. Élève qui dénonce ses camarades.
Emploi adj. :
2. Décidément, on est aussi bête et aussi capon chez les juifs que chez les catholiques. Bloy, Journal,1893, p. 96.
C.− Vx, pop. Joueur rusé et filou.
Prononc. et Orth. : [kapɔ ̃], fém [-ɔn]. Ds Ac. 1718-1932. Le fém. n'est donné que ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. A. 1. 1628 les capons désigne la classe des gueux et des coupeurs de bourses (O. Chereau, Le Jargon de l'argot réformé ds Sain. Sources arg. t. 1, p. 226); 1625-51 francs capons (David Ferraud, Muse normande, gloss. par Héron); 2. 1690 « écolier fripon » terme de collège (Fur.); 1808 (D'Hautel, Dict. du b. lang. : Les écoliers appellent capon celui de leurs camarades qui va se plaindre ou rapporter au maître). B. 1. 1713 « celui qui dans une maison de jeu prête de l'argent aux joueurs » (Hamilton, Mémoires du comte de Grammont, p. 316 ds IGLF Litt.); 2. 1808 « homme lâche, poltron » (D'Hautel, loc. cit.); 1808 « flatteur, hypocrite » (Id., ibid.). Peut-être forme prov. ou normanno-picarde de chapon; A p. allus. à ses ergots (cf. 1616, Comédie des Proverbes, acte III, scène 4 ds Anc. théâtre fr., t. IX, p. 76 : ces gueux-là ... l'ont escamotté et aggriffé avec leurs argots de chappon), cf. aussi coquin; B p. allus. à l'incapacité et à la couardise de l'animal châtré; les rapports de capon avec le fourbesque accaponi 1628 « gueux couverts de fausses plaies » (Jargon de l'argot réformé ds Sain. op. cit., p. 54) sont mal élucidés. Fréq. abs. littér. : 36.
DÉR.
Capon(n)erie,(Caponerie, Caponnerie) subst. fém.Couardise et filouterie. J'encaissais avec une vertu angélique dont je n'étais pas médiocrement fier car ce n'était pas de la caponnerie bien au contraire (A. Arnoux, Le Chiffre,1926, p. 100). [kapɔnʀi]. On rencontre la graph. avec 1 ou 2 n (cf. Barrès, Leurs figures, 1901, p. 6 et A. Arnoux, loc. cit.). 1reattest. 1852 « poltronnerie, lâcheté » (J. Humbert, Nouv. gloss. genevois, p. 77); de capon, suff. -erie*.
BBG. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 270. − Rigaud (A.). La Vraie Cour des Miracles. Vie Lang. 1969, p. 26, 153. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 105. − Sain. Lang. par. 1920, p. 440, 522.

Wiktionnaire

Adjectif

capon \ka.pɔ̃\ masculin

  1. (Vieilli) (Familier) Poltron, couard, lâche.
    • Hier, en allant me faire arracher ma dent, j’ai passé sur la place du Vieux-Marché, où l’on exécutait autrefois, et en analysant l’émotion caponne que j’avais au fond de moi, je me disais que d’autres à la même place en avaient eu de pires, et de même nature pourtant ! l’attente d’un événement qui vous fait peur ! — (Gustave Flaubert, Correspondance, lettre à Louise Colet, 1er mai 1853)
    • En résumé, tout ça prouve, une fois de plus, que le paysan français n’est pas aussi capon que le disent ceux qui voudraient que ce soit vrai. — (Émile-Ambroise Thirion, La Politique au village, Fischbacher, 1896, page 287)
  2. (Bourgogne) Étourdi, abasourdi.
    • Cent mille ? Déjà ? c’est plus que je ne dépense en un an à la Rouéchotte ! coupa Gilbert, tout capon. — (Henri Vincenot, Le Pape des escargots, 1972, page 138)
  3. (Géographie) Relatif au Cap-de-la-Madeleine, ancienne ville québécoise, désormais secteur de la ville de Trois-Rivières [1].
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun 1

capon \ka.pɔ̃\ masculin (pour une femme on dit : caponne)

  1. (Vieilli) (Familier) Substantif de l’adjectif.
    • Vrai, comme Dieu est là-haut, vous n’avez jamais été soldat ; mais, comme un brave garçon que vous êtes, puisque votre régiment est au feu, vous voulez y paraître, et ne pas passer pour un capon. — (Stendhal, La Chartreuse de Parme, 1939, livre 1, chap. 3)
    • Quand je rouvris les yeux, je vis au large de la place l’amant éploré qui fuyait comme un capon. Je compris qu’il était aussi lâche que moi et qu’il ne savait plus où terrer sa couardise. — (Pierre Magnan, Guernica, Denoël, 1991)

Nom commun 2

capon \ka.pɔ̃\ masculin

  1. (Marine) Palan muni d’un crochet de fer qui sert à hisser l’ancre au bossoir.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Forme de verbe

caponne \ka.pɔn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe caponner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe caponner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe caponner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe caponner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe caponner.

Forme de verbe

caponne \ka.pɔn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe caponner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe caponner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe caponner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe caponner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe caponner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAPON, ONNE. n.
Poltron, lâche. Il s'est montré bien capon. Il est populaire.

Littré (1872-1877)

CAPON (ka-pon) s. m.
  • 1Celui qui cajole pour tromper et arriver à ses fins. Tu as beau faire le capon, tu perds ta peine. Terme très familier.
  • 2Dans les académies de jeu, capons, ceux qui ne s'y trouvent que pour prêter de l'argent aux joueurs.

    Populairement, joueur rusé, fin et appliqué à prendre tous ses avantages. Il est capon à ce jeu-là.

  • 3Poltron, et aussi, au collége, celui qui, dans une punition collective, dénonce un camarade.
  • 4 Adj. Capon, caponne, qui a le caractère du capon. Quoi de plus capon qu'une pareille conduite ? Il n'y a pas au monde plus capon que lui.
  • 5Charge caponne, se disait autrefois d'une charge qui n'avait qu'un titre sans rien d'effectif. La Vrillière avait une charge de secrétaire d'État, qui, pour parler comme en Espagne, se pouvait appeler caponne, Saint-Simon, 197, 135. Il y a des clefs qui n'en ont que la figure, qui n'ouvrent rien et qui s'appellent des clefs caponnes, pour les gentilshommes [de la chambre d'Espagne] sans exercice, Saint-Simon, 89, 172. D'une charge caponne de général des carabins qui n'existaient plus, il s'en fit une réelle de mestre-de-camp général des dragons, Saint-Simon, 37, 176.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CAPON, s. m. (Marine.) c’est une machine composée d’une corde & d’une grosse poulie, à quoi l’on joint un gros croc de fer, dont l’usage est de lever l’ancre lorsqu’elle paroît hors de l’eau, & de saisir l’orin, ou cordage, qui répond à l’arganeau de la bouée & à la croisée de l’ancre.

Croc de capon, servent à caponner l’ancre.
Poulie de capon,

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « capon »

(Sens 1 : poltron) (1628) De l’argot italien accapone (« gueux, flatteur »), d’origine incertaine.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. capon, chapon ; ital. cappone, même sens (voy. CHAPON). Dans charge caponne, caponne vient de l'espagnol capona, en cette locution llave capona, clef châtrée, que le roi d'Espagne accordait à certains gentilshommes, ainsi dite parce que, donnant le droit honorifique d'entrée dans les appartements, elle ne donnait ni exercice ni appointement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « capon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
capon kapɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « capon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « capon »

  • C’est comme dans..al...caponne midilibre.fr, Près de Montpellier : le maire de Villeneuve dément bénéficier d'un emploi fictif à Palavas - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « capon »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « capon »

Langue Traduction
Anglais cat
Source : Google Translate API

Synonymes de « capon »

Source : synonymes de capon sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « capon »

Partager