La langue française

Classique

Sommaire

  • Définitions du mot classique
  • Étymologie de « classique »
  • Phonétique de « classique »
  • Évolution historique de l’usage du mot « classique »
  • Citations contenant le mot « classique »
  • Images d'illustration du mot « classique »
  • Traductions du mot « classique »
  • Synonymes de « classique »
  • Antonymes de « classique »

Définitions du mot classique

Trésor de la Langue Française informatisé

CLASSIQUE, adj. et subst.

I.− Emploi adj.
A.− ESTHÉTIQUE
1. LITTÉRATURE
a) [Appliqué à un écrivain de l'antiquité gréco-latine, ou à sa lang.]
Vx. Considéré comme un excellent auteur par ses contemporains et, postérieurement, par les admirateurs de l'antiquité :
1. Il sera, je crois, utile, pour que mes romans ne me tournent pas la tête, d'y mêler la lecture de l'antiquité classique, et des philosophes surtout. Peut-être alors dominerai-je assez mes romans pour qu'ils ne m'entraînent pas comme ils font. Michelet, Journal,1820, p. 107.
[Appliqué au berceau de la culture classique, la Grèce, l'Italie] Cette terre classique et historique où Virgile et Le Tasse ont chanté (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 4, 1848, p. 124).
Mod. [Appliqué à un enseignement] Qui comporte l'étude des langues grecques et latines (ou l'une de ces deux langues). Culture, enseignement classique; langues, lettres classiques. Croyez-moi, faites vos études classiques. Rien ne remplace ce fonds-là (G. Sand, Histoire de ma vie, t. 4, 1855, p. 86):
2. Il n'y a pas d'enseignement qui soit par lui-même démocratique ou aristocratique. Taine a vu dans l'enseignement classique et dans les vieilles humanités la source de l'esprit révolutionnaire. Personne ne croit plus à ce rapport artificiel. Il serait aussi vain de penser avec tel instituteur que le latin, langue des curés, ne saurait que véhiculer une influence cléricale. Et pareillement que les langues et les sciences contiennent une vertu démocratique. Thibaudet, Réflexions sur la litt.,1936, p. 250.
b) [Appliqué à un écrivain fr. ou à un genre littér. des xviieet xviiies.; p. ext., à tout écrivain consacré]
Sens strict [p. oppos. à baroque] Qui s'inspire de l'antiquité par les thèmes développés, la pureté de la langue et le respect de certaines règles établies. École classique (cf. classicisme); genre, littérature, poésie, théâtre classique. C'est de Sénèque que sortira toute la tragédie classique en France (Brasillach, Pierre Corneille,1938, p. 44):
3. Il est vrai, répondit le comte d'Erfeuil, que nous avons en ce genre les véritables autorités classiques; Bossuet, La Bruyère, Montesquieu, Buffon, ne peuvent être surpassés; surtout les deux premiers, qui appartiennent à ce siècle de Louis XIV, qu'on ne saurait trop louer, et dont il faut imiter, autant qu'on le peut, les parfaits modèles. Mmede Staël, Corinne,t. 1, 1807, p. 325.
Spéc. Répertoire classique. Qui ne comporte que des œuvres classiques (cf. Zola, La Curée, 1872, p. 508).
[Souvent opposé à romantique] Fidèle à la tradition de l'antiquité ou des écrivains qui s'en réclament. Une épitre, conçue dans le goût classique et composée en vers alexandrin (Romains, Les Copains,1913, p. 71):
4. On prend quelquefois le mot classique comme synonyme de perfection. Je m'en sers ici dans une autre acception, en considérant la poésie classique comme celle des anciens, et la poésie romantique comme celle qui tient de quelque manière aux traditions chevaleresques. Mmede Staël, De l'Allemagne,t. 2, 1810, p. 129.
c) P. ext. [Appliqué à tout écrivain consacré] Qui est digne d'accéder, par la qualité littéraire de ses écrits, au patrimoine culturel de son pays. Pas d'art classique, sans une élite, car c'est l'époque qui fait l'œuvre classique (Massis, Jugements,1924, p. 262):
5. J'appellerais volontiers classiques tous les ouvrages réguliers, ceux qui satisfont l'esprit non seulement par une peinture exacte ou grandiose, ou piquante des sentiments et des choses, mais encore par l'unité... E. Delacroix, Journal,t. 3, 1863, p. 23.
d) P. anal., ÉCON. POL. École classique. Groupe d'économistes anglais et français que l'on considère comme les fondateurs de l'économie politique. Les économistes classiques en réclamèrent, et à bon droit, la suppression (de la grande industrie) (Durkheim, De la Division du travail soc.,1893, p. XXVI).
2. B.-A.
a) ARCHIT. [Appliqué à un monument] Qui s'inspire des édifices de l'antiquité et plus spécialement de la Grèce. Les belles proportions des hôtels qui dressaient leurs ordres classiques (A. France, La Vie en fleur,1922, p. 322).
Qqf. Style classique. Synon. de style de la Renaissance(cf. A. Lenoir, Archit. monastique, t. 1, 1852, p. XVI).
b) DANSE. Danse classique. Ensemble de pas et de mouvements servant de base à la danse enseignée dans les écoles de danse :
6. Au lieu de mimer la pyrrhique, Qu'autrefois on nous enseigna, Danse noble, danse classique, En tous lieux maintenant voilà Qu'on danse une chose excentrique Et sans nom, qui ressemble à ça... Meilhac, Halévy, La Belle Hélène,1865, III, 5, p. 265.
c) MUS. Musique classique. Qui est conforme aux principes enseignés dans les écoles de musique. Concert classique. Composé uniquement d'œuvres classiques. Le dimanche il s'en fut au « concert classique » entendre Les Béatitudes de César Franck (Miomandre, Écrit sur de l'eau,1908, p. 164).
Rem. Sens attesté dep. Rob. 1953 avec la précision suiv. : ,,Musique qui appartient à une période (...) dont J. S. Bach est le principal représentant.``
d) PEINT., SCULPT. [Souvent opposé à Rococo] Qui s'inspire des modèles antiques. C'est de lui [Vien] que date la peinture classique (T. Gautier, Guide de l'amateur au Musée du Louvre,1872, p. 180).
P. anal. Beauté classique. Qui est conforme aux canons de la beauté antique. Ses formes n'offraient pas les sévères lignes sculpturales de la beauté classique (L. Cladel, Ompdrailles,1879, p. 103).
B.− Dans la lang. cour. Qui est conforme au bon goût traditionnel.
1. [Appliqué à une pers.] Qui ne s'écarte pas du bon usage, des règles établies. Je faisais ma cour, bien classique et bien bourgeoise (Verlaine, Œuvres complètes, t. 4, Les Mémoires d'un veuf, 1886, p. 210).
[Appliqué à une toilette] Qui est sobre, de bon goût. Gina (...) n'aimait que les robes classiques et sages, presque droites (Abellio, Heureux les pacifiques,1946, p. 124).
Emploi subst. masc. Berthe aussi s'habille très bien (...) Elle ne porte que du classique (J. Renard, Comédies,Le Pain de ménage, 1899, p. 68).
2. Fam. [Appliqué à un procédé, un comportement] Habituel, ordinaire. Il est classique que. Il est courant que. Je prends la route d'Hermance et refais ma promenade classique (Amiel, Journal intime,1866, p. 157):
7. Quoique je sois redevenue plus aguichante et gentille, il ne me dit plus rien de la chose, et il ne se décide pas davantage à tenter une nouvelle attaque directe, pas même le coup classique du bouton de culotte à recoudre... Un coup grossier, mais qui ne rate pas souvent son effet ... En ai-je recousu, mon dieu, de ces boutons-là! ... Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre,1900, p. 106.
[P. anal. avec le syntagme terre classique (supra I A 1 a)] Terre, sol classique de. Terre habituelle, berceau de... Cette terre classique du banditisme [la Corse] (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Histoire corse, 1881, p. 43).Le pays de Walter Scott, terre classique des ballades et des romances (Barrès, Mes cahiers,t. 4, 1904-06, p. 97).
C.− PÉDAG. et COMM. Qui sert dans les écoles de base d'étude à l'enseignement. Livres classiques. Livres de classe. Je le fais recevoir dans les lycées [votre ouvrage] au nombre des livres classiques (Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 5, 1814, p. 154).Librairie classique. Où l'on vend des ouvrages scolaires. L'écolier, que le hasard mène dans une de nos grandes librairies classiques (Mallarmé, La Dernière mode,1874, p. 743).
[Appliqué à une théorie] :
8. Au premier abord il nous semble que les théories ne durent qu'un jour et que les ruines s'accumulent sur les ruines. Un jour elles naissent, le lendemain elles sont à la mode, le surlendemain elles sont classiques, le troisième jour elles sont surannées et le quatrième elles sont oubliées. H. Poincaré, La Valeur de la sc.,1905, p. 268.
II.− Emploi subst. (gén. masc. p. ell. d'auteur, d'ouvrage, de genre).
A.− ESTHÉTIQUE
1. [Appliqué à une pers.]
a) LITTÉRATURE
Écrivain de l'antiquité; p. ext. toute personne nourrie de culture classique :
9. ... tout homme qui a la tête meublée de ces beaux mots des Anciens, qui s'en souvient en pensant et en parlant, et qui tient à en faire ressouvenir les autres, est un classique. Sainte-Beuve, Nouveaux lundis,t. 13, 1863-69, p. 284.
Écrivain de l'époque classique française. Une collection de classiques; connaître ses classiques par cœur. La querelle des romantiques et des classiques (Péguy, L'Argent,1913, p. 1123).Un Racine apprivoisé, un classique qui traîne dans tous les livres de classe des lycées (Green, Journal,1946, p. 81).
Auteur (de pays ou d'époque divers) digne de servir de modèle aux générations futures. Le maître certain du conte, le classique du conte (Maupassant) (Thibaudet, Hist. de la litt. fr. de 1789 à nos jours,1936, p. 376).
b) BEAUX-ARTS
MUS. Musicien classique :
10. Il n'avait pas assez de sarcasmes pour ces pontifes de conservatoires, interprétant les grands hommes du passé en « classiques ». − « Classique! ce mot dit tout. La libre passion, arrangée, expurgée à l'usage des écoles! La vie, cette plaine immense que balayent les vents, − renfermée entre les quatre murs d'une cour de gymnase! Le rythme sauvage et fier d'un cœur frémissant, réduit au tic tac de pendule d'une mesure à quatre temps, qui va tranquillement son petit bonhomme de chemin, clochant du pied et béquillant sur le temps fort! R. Rolland, Jean-Christophe,La Révolte, 1907, p. 436.
PEINT. Peintre classique. C'est un classique (Degas) par sa passion du vrai, son amour du moment où il vit (C. Mauclair, Les Maîtres de l'impressionnisme,1904, p. 100).
2. [Appliqué à une œuvre ou à un genre]
LITTÉRATURE
a) Livre classique. À côté des classiques (...) de magnifiques dictionnaires (Mallarmé, La Dernière mode,1874, p. 777).
b) Rare [Avec une valeur collective] Genre classique. Synon. de classicisme.Votre théorie littéraire sur le classique et le romantique n'est pas erronée (Hugo, Correspondance,1824, p. 387).Cf. aussi Balzac, Petites misères de la vie conjugale, 1846, p. 138 : Petit-Bon-Homme-vit-encore avait abandonné le classique de sa jeunesse pour le romantique à la mode.
MUS. Pièce de musique, répertoire classique. L'orchestre joue du classique (Queneau, Loin de Rueil,1944, p. 196).
P. anal., CIN. Film reconnu par tous comme un modèle du genre. Ils projettent des classiques et des documentaires (Sartre, La Mort dans l'âme,1949, p. 30).
B.− SP. [Au fém. p. ell. de épreuve] Une classique. Épreuve sportive traditionnelle de grand renom. Ses qualités lui permettent d'être un vainqueur de n'importe quelle classique (L'Auto, 1eraoût 1933, p. 2 ds A. O. Grubb, French sports neologisms, 1937).
Prononc. et Orth. : [klasik]. Pour [a] ant. (à comparer avec [ɑ] post. de classe) cf. Mart. Comment prononce 1913, p. 34, Grammont Prononc. 1958, p. 32, Fouché Prononc. 1959, p. 89 et Kamm. 1964, p. 97. Transcrit avec [ss] double ds Land. 1834, Fél. 1851, Passy 1914. Cf. aussi Mart. Comment prononce 1913, p. 323 et Nyrop Phonét. 1951, § 130. Pour G. Straka (La Prononc. parisienne ds B. de la Faculté des Lettres de Strasbourg, 1952, p. 18) les consonnes géminées sont ,,acceptables dans les mots tout à fait savants et rares, mais [leur] prononciation est choquante, même dans le parler soigné, lorsqu'il s'agit de mots fréquemment employés et qui ont pénétré dans l'usage courant``, ce qui est le cas de classique. Attesté ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1548 adj. « qui est dans les meilleurs » (Sebillet, Art. Poet., I, 3 ds Hug. : lecture des bons et classiques poétes françois) − 1611, Cotgr.; 2. 1611 « qui fait autorité, considéré comme un modèle du genre » (Cotgr.); 1791 (Mirabeau, Collection, t. 1, p. 338 ds Littré : cette terre classique [l'Angleterre] des amis de la liberté); 1809 « ordinaire, habituel » (Lamarck, Philos. zool., t. 1, p. 180 : elles n'ont point le caractère classique); av. 1826 « qui ne s'écarte pas des usages établis » (Brillat-Savarin, Physiol. du goût, p. 364 : Veuillez accepter pour demain un dîner classique, en petit comité); 3. 1680 « (auteur) qu'on enseigne dans les classes » (Rich.); v. aussi Trév. 1771; 4. a) littér. 1680 « (d'un auteur latin) qui est dans les meilleurs et qui sert de modèle » (Rich.); 1753 « (des auteurs des xviieet xviiies.) id. » (Encyclop. t. 3); 1810 (Mme de Staël, De l'Allemagne, t. 2, p. 127 : de la poésie classique et de la poésie romantique); b) 1768 « qui répond aux règles de l'art » (J.-J. Rousseau, Dict. de mus., p. 463 : Style de Mottet [...] est plutôt classique et savant); 1835 (Ac. : Classique, se dit également, dans les Arts d'imitation, De ce qui rappelle la manière antique, ou De ce qui est conforme aux règles strictes de l'Art). Empr. au lat. classicus « citoyen de la première classe » (Caton d'apr. Aulu-Gelle ds TLL s.v., 1280, 81 : emploi subst.), attesté comme adj. au sens de « exemplaire, de première importance » (Aulu-Gelle, ibid., 1280, 79). Fréq. abs. littér. : 2 111. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 739, b) 1 937; xxes. : a) 3 463, b) 4 373.

Wiktionnaire

Adjectif

classique \kla.sik\ masculin et féminin identiques

  1. Se dit généralement d’un auteur à qui l’excellence ou le temps ont donné autorité.
    • Quelque mauvais auteur que vous estimiez ce livre [Lancelot, de Gilles Ménage], c’est un auteur classique pour vous, son autorité l’autorise. — (Chapelain, De la lecture des vieux romans, 1647)
    • Classique ne se dit guère que des auteurs qu’on lit dans les classes, dans les écoles ou qui y ont grand autorité. — (Antoine Furetière, Dictionnaire universel, 1690)
    • On apèle [sic] Auteurs Classiques, les Auteurs anciens, généralement aprouvés [sic], et qui font autorité dans une certaine matière, comme Homère, Demosthène [sic], Platon, Aristote, Virgile, Cicéron, Tite-Live, etc [sic], — (Jean-François Féraud, Dictionaire [sic] critique de la langue française, 1787–1788)
  2. Qui relève d’une certaine esthétique, le classicisme, caractérisée par la recherche de l’équilibre et de la sobriété.
  3. Traditionnel et sans extravagance.
    • C’est une robe très sobre avec une coupe très classique.
    • On oppose parfois l’esthétique classique à l’esthétique baroque.
  4. Qui se rapporte à une période considérée comme particulièrement brillante ou équilibrée, et qui a servi de référence à des époques ultérieures.
    1. (En particulier) L’Antiquité classique : La Grèce et Rome jusqu’à 300 après J.-C. environ.
      • Toute l’histoire classique est dominée par la guerre conçue héroï­quement ; les institutions des républiques grecques eurent, à l’origine, pour base l’organisation d’armées de citoyens […] — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. V, La Grève générale politique, 1908, p. 231)
    2. (En particulier) Les langues classiques : Le grec et le latin.
    3. (En particulier) La Grèce classique : Celle du Ve siècle avant J.-C. en particulier.
    4. (En particulier) L’époque classique : Généralement le XVIIe siècle, ou, dans un sens plus restreint, les années 1660–1670.
  5. Sans préjuger de la brillance des époques antérieures ou postérieures, se dit en particulier des œuvres, des auteurs, des écoles de la période qui va du XVIIe au XIXe siècle.
    • La musique, la danse classique.
    • La pensée économique classique se développe en même temps que naissent la société industrielle et le capitalisme moderne.
  6. (Familier) Courant, banal.
    • C’est le coup classique.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CLASSIQUE. adj. des deux genres
. Qui est en usage dans les classes. Livres classiques. Auteurs classiques. Écrivains classiques. Par extension, Librairie classique, Librairie qui vend des livres classiques. Il se dit spécialement des Auteurs qui sont devenus des modèles dans une langue quelconque. Platon, Aristote, Homère, Démosthène, Cicéron, Virgile, Tite-Live, etc., sont des auteurs classiques. Les auteurs, les écrivains classiques français, anglais, etc. On l'emploie aussi comme nom. Les classiques français, anglais, etc. Recueil des classiques. Ouvrage classique, Ouvrage que les hommes de goût regardent comme un modèle. Il se dit aussi, par opposition à Romantique, des Écrivains qui suivaient les règles de composition et de style établies par les auteurs classiques. Il s'est dit également des Ouvrages de ces écrivains. Auteur, écrivain, poète classique. Poésie classique. Poème classique. Le genre classique. On dit aussi, comme nom, Les classiques et les romantiques, Les partisans du genre classique et ceux du genre romantique. Il se dit, par extension, des Auteurs, des ouvrages qui font autorité en quelque matière. L'ouvrage de ce jurisconsulte, de ce médecin est devenu classique. Il se dit encore de Ce qui a rapport à l'Antiquité grecque et latine. Les langues classiques, Le grec et le latin. Les études classiques. Il se dit également, dans les Arts d'imitation, de Ce qui rappelle la manière antique, ou de Ce qui est conforme à l'enseignement de l'école. Les productions de cet artiste ont le mérite de l'originalité, unie à toute la pureté classique. Les traditions classiques. La musique classique. Terre classique, sol classique, Pays qui fut habité dans les temps anciens par quelqu'un des peuples célèbres dont la littérature et les arts ont servi de modèles. On dit, par extension, La terre classique des beaux arts, Le pays où les beaux arts sont ou furent cultivés avec le plus de succès; et, figurément, La terre classique de la liberté.

Littré (1872-1877)

CLASSIQUE (kla-si-k') adj.
  • 1Qui est à l'usage des classes. Les livres, les auteurs classiques.

    Qui appartient aux classes. Exercices classiques.

    Livre classique, nom donné, soit aux auteurs grecs ou latins expliqués, soit aux auteurs modernes ou aux livres admis dans les classes des lycées, des colléges, ou dans les écoles.

    Substantivement. Les classiques grecs, latins.

  • 2Auteur, poëte, ouvrage classique, celui qui est regardé comme un modèle. Vous me faites grand plaisir en m'apprenant que l'Académie va rendre à la France et à l'Europe le service de publier un recueil de nos auteurs classiques, avec des notes qui fixeront la langue et le goût, Voltaire, Lett. Duclos, 10 avril 1761.

    Par extension, tout auteur, tout ouvrage qui fait autorité. Les ouvrages de ce jurisconsulte, de ce médecin, sont devenus classiques.

  • 3Qui appartient à l'antiquité grecque ou latine. L'antiquité classique. Les langues classiques, le grec et le latin.

    Par analogie. L'algonquin est la langue classique du désert, Chateaubriand, Amér. 110.

    Terre classique, la Grèce ou l'Italie antique.

    Fig. Terre classique des beaux-arts, pays où ils furent cultivés avec le plus de succès. La Grèce est la terre classique de la liberté. Cette île fameuse [l'Angleterre], cet inépuisable foyer de si grands exemples, cette terre classique des amis de la liberté, Mirabeau, Collection, t. I, p. 338.

  • 4Classique, par opposition à romantique, qui est conforme ou qui se conforme aux règles de composition et de style établies soit par les auteurs de l'antiquité grecque et latine, soit par les auteurs classiques du XVIIe siècle. Poëte classique. Poésie classique. Le genre classique, et, simplement, le classique.

    En termes d'arts, qui rappelle la manière antique. Pureté classique. Cet artiste suit les traditions classiques.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CLASSIQUE. Ajoutez :
5Se dit aujourd'hui, dans le commerce, d'une sorte de soie. Les organsins et trame filature de France ont eu quelques demandes, ainsi que les gréges classiques… les organsins et trames classiques, titres fins, se soutiennent mieux que les sortes courantes, spécialement les trames, sur les marchés italiens, Journ. offic. 18 mars 1872, p. 1931, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CLASSIQUE, adj. (Gramm.) Ce mot ne se dit que des auteurs que l’on explique dans les colléges ; les mots & les façons de parler de ces auteurs servent de modele aux jeunes gens. On donne particulierement ce nom aux auteurs qui ont vécu du tems de la république, & ceux qui ont été contemporains ou presque contemporains d’Auguste ; tels sont Térence, César, Cornélius Népos, Cicéron, Salluste, Virgile, Horace, Phedre, Tite-Live, Ovide, Valere Maxime, Velleius Paterculus, Quinte Curce, Juvénal, Martial, & Frontin ; auxquels on ajoûte Corneille Tacite, qui vivoit dans le second siecle, aussi bien que Pline le jeune, Florus, Suétone, & Justin.

Mais en Latin l’adjectif classicus n’a pas la même valeur ou acception qu’il a en François.

1°. Classicus se dit de ce qui concerne les flottes ou armées navales, comme dans ce vers de Properce :

Aut canerem Siculæ classica bella fugæ.

L. II. Eleg. I. v. 28.

Classica corona, la couronne navale qui se donnoit à ceux qui avoient remporté la victoire dans un combat naval. Classici, dans Quinte-Curce, 4. 3. 18. signifie les matelots.

2°. Classici cives étoient les citoyens de la premiere classe ; car il faut observer que le roi Servius avoit partagé tous les citoyens Romains en cinq classes. Ceux qui, selon l’évaluation qu’on en fait, avoient mille deux cents cinquante livres de revenu, au moins, ou qui en avoient davantage ; ceux-là, dis-je, étoient appellés classiques. Classici dicebantur primæ tantùm classis homines, qui centum & viginti quinque millia æris, amplius-ve, censi erant. Aul. Gell. 7. 13. Classici testes, se disoit des témoins irréprochables, pris de quelque classe de citoyens. Classici testes, dit Festus, dicebantur qui signandis testamentis adhibebantur. Et Scaliger ajoûte : qui enim cives Romani erant, omnino in aliqua classe censebantur ; qui non habebant classem, nec cives Romani erant.

C’est de-là que dans Aulu Gelle, 19. 8. autores classici ne veut pas dire les auteurs classiques, dans le sens que nous donnons parmi nous à ce mot ; mais autores classici ; signifie les auteurs du premier ordre, scriptores prima note & præstantissimi, tels que Cicéron, Virgile, Horace, &c. (F)

On peut dans ce dernier sens donner le nom d’auteurs classiques François aux bons auteurs du siecle de Louis XIV. & de celui-ci ; mais on doit plus particulierement appliquer le nom de classiques aux auteurs qui ont écrit tout à la fois élégamment & correctement, tels que Despréaux, Racine, &c. Il seroit à souhaiter, comme le remarque M. de Voltaire, que l’académie Françoise donnât une édition correcte des auteurs classiques avec des remarques de Grammaire.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « classique »

Classe. Les grammairiens anciens appelaient écrivains ou poëtes classiques ceux qu'ils mettaient dans la première classe ; les modernes ont donné le même nom à ceux qu'on étudie dans les classes ; d'où la série des sens : qui est donné comme modèle et qui, à ce titre, appartient à l'antiquité, et enfin qui est opposé à romantique.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1548) Du latin classicus (« qui se rapporte aux citoyens de la première classe, la plus riche (voir classis) »). Aulu-Gelle (IIe siècle) emploie l’expression « auctores classici » pour désigner les écrivains de premier ordre. Pour certaines de ses connotations, le mot a été influencé par « classe », au sens scolaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « classique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
classique klasik

Évolution historique de l’usage du mot « classique »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « classique »

  • C’est l’un des rares événements culturels du pays de Caux qui est maintenu cet été et c’est une bonne nouvelle pour les amateurs de musique classique. Le concert en plein air de la jeune association, née il y a trois ans, Classique Albâtre, qui met en avant une culture souvent inaccessible au grand public et pilotée par le pianiste international et conseiller artistique, Hélio Vida, est programmé le dimanche 19 juillet dans le parc de l’Ange Gardien, situé à Grainville-la-Teinturière. www.paris-normandie.fr, En juillet 2020, la musique classique à nouveau à l’honneur dans le pays de Caux
  • Tout vrai créateur est classique. De Eugène Ionesco / Notes et contre-notes
  • Dans la vie aussi, je suis très classique. De Cécilia Sarkozy
  • Un classique est un écrivain qui veille sur la tradition. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Un auteur classique est un auteur sans cesse en train de se former. De Azorin / Lectures espagnoles
  • Plus elle se prête au changement, plus l'oeuvre classique est vitale. De Azorin / Lectures espagnoles
  • La culture classique commence à partir d'un million de revenus. De Friedrich Dürrenmatt / Frank V
  • La citation classique est le mot de passe des lettrés du monde entier. De Samuel Johnson
  • Je suis l'exemple classique des humoristes : seulement drôle quand je travaille. De Peter Sellers
  • J’espère un jour ne plus être à la mode pour devenir un classique. De Pedro Almodovar
  • Beaucoup de gens croient avoir le goût classique qui n'ont que le goût bourgeois. De Paul Claudel / Positions et propositions
  • Le classique se connaît à sa sincérité, le romantique à son insincérité laborieuse. De Charles Péguy / Préface de "La grève" de Jean Hugues
  • Un bon classique ne va pas sans un peu de médiocrité. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Comme toutes les grandes oeuvres, "Shoah" attire la bêtise, c'est classique. De Claude Lanzmann / Paris Match, 2 mars 2017
  • Un classique est quelque chose que tout le monde voudrait avoir lu et que personne ne veut lire. De Mark Twain / The disappearance of literature
  • Un écrivain classique est un écrivain qui dissimule ou résorbe les associations d'idées. De Paul Valéry / Tel quel
  • Pour des raisons sanitaires et économiques évidentes, des milliers d’entreprises ont repensé leur façon de travailler. Face à cette révolution dans monde travail encore accéléré par la crise du Covid, de nombreuses entreprises ont choisi de supprimer partiellement ou totalement le bureau classique. Cadre & Dirigeant Magazine, Est-ce la fin du bureau classique au profit des centres de coworking et d’affaires ?
  • Il rejoint Radio France en 1992 pour animer le rendez-vous musical classique devenu le plus célèbre de l’audiovisuel : Carrefour de Lodéon qui a fêté ses 25 ans en décembre 2017. Deux heures de découvertes, servies avec verve et une humeur savoureuse. En une trentaine d’années, ce conteur hors-pair aura réussi à décloisonner la musique classique pour la partager avec le plus grand nombre.  France Musique, Après 51 ans au service de la musique classique, Frédéric Lodéon raccroche le micro
  • L’Athènes classique a inventé la démocratie et l’a mise en pratique dans une cité qui ne comptait pas plus de 20.000 ou 30.000 citoyens - soit des hommes issus de parents libres âgés de plus de dix-huit ans -, au témoignage notamment de l’auteur de comédies Aristophane. L’outil de cette création politique qu’est la démocratie aurait été une spécificité constitutionnelle en effet bien réelle: le tirage au sort des membres de l’une des deux assemblées athéniennes, la Boulê, et d’un certain Le Figaro.fr, «Le tirage au sort dans l’Athènes classique: on est loin de la “Convention citoyenne”!»

Images d'illustration du mot « classique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « classique »

Langue Traduction
Anglais classic
Espagnol clásico
Italien classico
Allemand klassisch
Portugais clássico
Source : Google Translate API

Synonymes de « classique »

Source : synonymes de classique sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « classique »

Partager