Amusement : définition de amusement


Amusement : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AMUSEMENT, subst. masc.

A.− Sens gén. Divertissement, agrément.
1. Passe-temps agréable, récréatif, occupant le corps ou l'esprit, et destiné à tromper l'ennui :
1. Je veux donner l'idée d'un divertissement innocent. Il y a si peu d'amusements qui ne soient pas coupables! Ch. Baudelaire, Petits poèmes en prose,Le Joujou du pauvre, 1867, p. 92.
2. ... son verdict (...) était que la distraction, que l'amusement, que la joie, pouvaient seuls influer sur cette maladie dont tout le côté spirituel échappait à la force chimique des remèdes... J.-K. Huysmans, À rebours,1884, pp. 283-284.
3. L'ingénuité de ses amusements, la puérilité de ses manières et la maladresse enfantine de ses gestes offraient un contraste attendrissant avec sa bonté qui semblait d'un âge plus mûr, tant elle montrait de force et de mâle constance. A. France, Le Petit Pierre,1918. p. 257.
Spéc. [En parlant des enfants] :
4. Je plaignais les enfants uniques; les amusements solitaires me semblaient fades : tout juste une manière de tuer le temps. S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 45.
5. ... le jeu de l'enfant ne serait-il donc qu'un passage entre amusement et travail et comme un compromis entre les deux? Penser cela, ce serait faire une grave erreur, ce serait négliger des coupures très nettes entre le jeu d'une part et d'autre part soit l'amusement, soit le travail. Il n'est pas besoin de revenir sur la distinction que l'enfant fait lui-même, entre l'amusement (le playing des Anglais) et le jeu, le game : l'amusement ne vise que le plaisir, alors que le jeu vise plus haut, l'expression de la personne... Jeux et sports,1968, p. 53.
2. P. ext. Chose aisée à accomplir :
6. Le vieux Nur excellait à découvrir les figures de l'antiquité... Aussi ne fut-ce qu'un amusement pour lui de trouver Georges de Blanchelande. A. France, Balthazar,1889, p. 246.
3. Au plur.
a) Divertissements. Les amusements champêtres (légende d'un tableau de Watteau).
b) Spéc. [En parlant d'un inanimé concr.] Synon. frivolités, colifichets :
7. Aucune des recherches modernes ne manquait là. Quelques colifichets, amusements de la pauvre Vanda, prouvaient que cet amour paternel allait jusqu'au délire. H. de Balzac, L'envers de l'histoire contemporaine, L'Initié, 1848, p. 404.
B.− Sens partic. à divers domaines.
1. Domaine affectif
a) Liaison amoureuse peu sérieuse et souvent éphémère :
8. Mon père (...) se permettait assez fréquemment des propos légers sur les liaisons d'amour; il les regardait comme des amusements, sinon permis, du moins excusables... B. Constant, Adolphe,1816, p. 19.
b) Plaisir amoureux :
9. [Sérafine :] − Les maris, ça consent encore à ne pas avoir d'enfants, mais ça se dérange, dès que ça ne trouve pas d'amusement chez soi, et quand une femme ne peut plus, c'est le pire malheur qui puisse arriver dans un ménage. É. Zola, Fécondité,1899, p. 361.
P. méton. Objet du plaisir amoureux :
10. Non, Phœbus, non, je serai ta maîtresse, ton amusement, ton plaisir, quand tu voudras, une fille qui sera à toi, je ne suis faite que pour cela, souillée, méprisée, déshonorée, mais qu'importe! aimée. V. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 346.
2. Domaine des sens :
11. L'attention est soutenue, dans les vers, par l'amusement de l'oreille. La prose n'a pas ce secours... J. Joubert, Pensées,t. 1, 1824, p. 94.
12. Je crois surtout à l'avenir et au besoin universel de choses sérieuses; maintenant que l'amusement des yeux par des surprises enfantines fait sourire tout le monde au milieu même de ses grandes aventures, c'est, ce me semble, le temps du drame de la pensée. A. de Vigny, Chatterton,1835, p. 241.
13. Trois ans plus tard, (...) Duval publiait son sixième livre de sonates de violon, qu'il intitulait : amusemens pour la Chambre. L. de La Laurencie, L'École française de violon,1922, p. 106.
Rem. Syntagmes rencontrés a) Amusement + adj. : amusement agréable, bas, bénin, doux, enfantin, frivole, grand (antéposé), innocent, littéraire, modeste, musical, populaire, public, puéril, spirituel, vain, vil, vulgaire; b) Amusement + subst. : amusement de l'enfance, de jeunesse, de l'esprit, de société; c) Subst. + amusement : voyage d'amusement, voyage d'agrément (cf. P. de Barante, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 4, 1824, p. 391); d) Amusement + prép. : par amusement, avec amusement, au grand amusement de; e) Verbe + amusement : prendre de l'amusement, procurer de l'amusement; f) Amusement + verbe : c'est un amusement de, trouver de l'amusement à :
14. L'homme? mais comme collaborateur, il est charmant! demandez à Isabelle! c'est un perpétuel amusement de travailler avec lui! Wanda. − Oui, je sais, vous vous êtes tous entichés de ce garçon! J'en suis encore à chercher pourquoi. Il m'a déplu, à moi, depuis le premier jour! J'ai horreur de ces petits coqs! R. Martin du Gard, Un Taciturne,1932, II, 5, p. 1287.
C.− Vx et littér.
1. Ce qui distrait, éloigne des choses sérieuses, essentielles; perte de temps :
15. Je n'aime pas à savoir que vous avez souffert! Je me suis reproché d'être, à cette époque, en amusements pendant que vous étiez malade. H. de Balzac, Lettres à l'étrangère,t. 1, 1850, p. 239.
16. ... je lisais au jardin, ce que ma grand'tante n'aurait pas compris que je fisse en dehors du dimanche, jour où il est défendu de s'occuper à rien de sérieux et où elle ne cousait pas (un jour de semaine, elle m'aurait dit « comment tu t'amuses encore à lire, ce n'est pourtant pas dimanche » en donnant au mot amusement le sens d'enfantillage et de perte de temps)... M. Proust, À la recherche du temps perdu,Du côté de chez Swann, 1913, p. 101.
2. Rare. Prétexte, leurre, promesse trompeuse :
17. Tout ce que vous me dites là n'est qu'un amusement. Ac.1835.
Rem. Commentaire de Lav. Diffic. 1846 : ,,L'Ac. dit que ce mot se prend dans le sens de promesses trompeuses. C'est une erreur (...) Il est vrai que le verbe amuser se prend en ce sens, et qu'on dit, vous voulez m'amuser par ces paroles, pour dire, vous voulez me tromper. Mais le substantif n'a pas toujours les même significations que le verbe d'où il est tiré.``
3. Moquerie légère :
18. Ce dernier mot « chance », prolongé et comme étiré par la voix merveilleuse, parut à Augustin, ce que sans doute il était, plein d'amusement, de moquerie légère, ou même aussi d'intérêt et de familiarité naissante, et peut-être encore de vagues choses ressemblant à des regrets sur elle-même. J. Malègue, Augustin ou le Maître est là,t. 1, 1933, p. 141.
Être l'amusement de qqn. Être l'objet de ses railleries (cf. amuser ex. 60, 61).
Rem. Synon. Amusailles, subst. fém. plur., néol., coll. à valeur péj. Amusements bas, vils divertissements : ,,toujours pour eux [les badauds] les amusailles et pour nous les ailles à payer.`` (M. Druon, Le Lis et le lion, 1960, p. 246).
Prononc. ET ORTH. : [amyzmɑ ̃]. Passy 1914 note une durée mi-longue pour la 2esyllabe du mot. Cette syllabe est longue ds Fér. Crit. t. 1 1787 qui précise : ,,La 2eest longue et il convient de la marquer d'un accent circonflexe.`` À comparer avec Fér. 1768 qui marquait la 2esyllabe brève.
Étymol. ET HIST. − 1. 1472 admusement « perte de temps, retard » (Marcial, Vigil. de Ch. VII, sign. 4iii rods Gdf. Compl. : Si firent aux Francoys sçavoir Que soubz umbre de parlement, L'en taschoit a les decevoir Et tenir par admusement); ca 1490 amusement « id. » (O. de S. Gel., Eneid., B.N. 861, fo17aibid. : Puis s'appliquerent sans autre amusement Sur icelluy Lacoon promptement), attest, isolées; à nouv. ds Ac. 1835 : Il signifie quelquefois, Perte de temps, retardement; 2. 1497 « promesses trompeuses » (O. de S. Gel., Ep. d'Ov., Ars. 5108, fo189 roibid. : Les doulx attraictz et les amusemens De sa langue tres faulce et mensongere); vieilli (voir Ac. 1835); 3. a) 1580 « ce qui occupe agréablement, sert à passer le temps » (Montaigne, Essais, II, 10 ds Dict. hist. Ac. fr. t. 3 1888, p. 164 : Je ne cherche aux livres qu'à m'y donner du plaisir par un honneste amusement); b) av. 1691 spéc. « liaison d'amour peu sérieuse » (La Br. 3 ds DG : La seconde [la coquette] a plusieurs amusements tout à la fois). Dér. de amuser*; au sens 1 de amuser* étymol. 2, au sens 2 de amuser* étymol. 1; au sens 3 a de amuser* étymol. 2 et 3; suff. -ment1*. Amusaille, 1960, supra.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 769. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 1 345, b) 825; xxes. : a) 1 109, b) 1 012.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Bonnaire 1835. − Bruant 1901. − Canada 1930. − Daire 1759. − Darm. Vie 1932, p. 62. − Dup. 1961. − Gir. 1834, p. 11. − Guizot 1864. − Laf. 1878. − Lav. Diffic. 1846. − Noter-Léc. 1912. − Sardou 1877. − Synon. 1818.

Amusement : définition du Wiktionnaire

Nom commun

amusement \a.myz.mɑ̃\ masculin

  1. Ce qui amuse.
    • Les apologistes de la reine la représentent comme une femme du dix-huitième siècle, aimant la vie, l'amusement, la distraction, […], mais une femme honnête et pure. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Mais avec un petit poële net, propre, chauffé par l'électricité et pourvu de thermomètres, avec des températures absolument contrôlables et des écrans protecteurs, la cuisine pourrait devenir une distraction et un amusement même pour les dames âgées ou valétudinaires. — (H. G. Wells, Anticipations, 1901, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Société du Mercure de France, Paris, 1904)
    • Ceux-ci, d’ailleurs, un peu hautains et dédaigneux, affectaient souvent de regarder comme indignes d’eux les amusements habituels des gosses. — (Louis Pergaud, Deux Veinards, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Nous ne voulons pas entrer dans la vie privée de beaucoup de canotiers; mais à en croire les apparences, le canotage ne serait, pour quelques amateurs, qu'un prétexte d'orgies, une occasion de plaisirs faciles, au lieu d'un amusement salutaire et convenable à la dignité de l'homme. — (Pierre Bidon & ‎Jules Jacquin, Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, Manuels-Roret, 1843, vol.1, page 83)
  2. (Vieilli) (Quelquefois) Perte de temps, retardement.
    • Pas tant d’amusement, allez vite où je vous ai dit.
  3. (Vieilli) Tromperie, promesses trompeuses.
    • Tout ce que vous me dites là n’est qu’un amusement.
    • Je suis las de tant d’amusements.

Nom commun

amusement

  1. Amusement, distraction, détente, récréation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Amusement : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AMUSEMENT. n. m.
Ce qui amuse. Doux amusement. Amusement innocent. La musique est pour lui un amusement et non pas une occupation. On lui a procuré toutes sortes d'amusements. Il signifie quelquefois Perte de temps, retardement. Pas tant d'amusement, allez vite où je vous ai dit. Il signifie aussi Tromperie, promesses trompeuses. Tout ce que vous me dites là n'est qu'un amusement. Je suis las de tant d'amusements. Ce sens a vieilli.

Amusement : définition du Littré (1872-1877)

AMUSEMENT (a-mu-ze-man) s. m.
  • 1Ce qui amuse, divertissement. Les choses qui font mon amusement. C'était un amusement de le tromper. J'y trouve encore quelque amusement, Sévigné, 62. Une lunette qui faisait notre amusement dans le bateau, Sévigné, 223. Faibles amusements d'une douleur si grande, Racine, Bérén. II, 2. Lesbos même conquise… De toute autre valeur éternels monuments, Ne sont'd'Achille oisif que les amusements, Racine, Iph. I, 2. Ces pompeux bâtiments Du loisir d'un héros nobles amusements, Boileau, Épît. I. Le lecteur sage fuit un vain amusement, Boileau, Art poét. III. Leur esprit toutefois se plaît dans son tourment Et se fait de sa peine un noble amusement, Boileau, Épît. X. N'attendez point de moi de soupirs et de pleurs ; Ce sont amusements de légères douleurs, Corneille, Perthar. IV, 5. La fille aînée de Croissy avait infiniment d'esprit, de grâces et d'amusement dans l'esprit, Saint-Simon, 33, 132.
  • 2Perte de temps, retardement. Ah ! que d'amusement, Molière, Mis. IV, 4. Je t'attends ici pour moins d'amusement, Molière, Tart. I, 3.
  • 3Tromperie, prétexte. Tu prends d'un feint courroux le vain amusement, Molière, Sgan. 6. Henriette, entre nous, est un amusement, Un voile ingénieux, un prétexte, mon frère, à couvrir d'autres feux dont je sais le mystère, Molière, F. sav. II, 3. La haine entre les grands se calme rarement ; La paix souvent n'y sert que d'un amusement, Corneille, Rodog. I, 7.

HISTORIQUE

XVe s. Si firent aux Françoys savoir Que, soubz umbre de parlement, L'en taschoit à les decevoir Et tenir pur admusement, Vigil. de Charles VII, part. II, p. 53.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « amusement »

Étymologie de amusement - Wiktionnaire

Du verbe amuser et suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « amusement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
amusement amyzmɑ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « amusement »

  • L'amusement est le besoin le plus criant et, bien entendu, le plus terrifiant de la nature humaine. Georges Bataille, Documents, Mercure de France

Traductions du mot « amusement »

Langue Traduction
Corse divertimentu
Basque dibertigarria
Japonais 楽しい
Russe веселье
Portugais diversão
Arabe مرح
Chinois 好玩
Allemand spaß
Italien divertimento
Espagnol divertido
Anglais fun
Source : Google Translate API

Synonymes de « amusement »

Source : synonymes de amusement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « amusement »



mots du mois

Mots similaires