Volonté : définition de volonté


Volonté : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VOLONTÉ, subst. fém.

A. − [Faculté de l'être hum.]
1. Faculté de l'homme de se déterminer, en toute liberté et en fonction de motifs rationnels, à faire ou à ne pas faire quelque chose. Effort de volonté. Le désir est passif et impersonnel, la volonté est le type même de l'activité et de la personnalité, le caractère le plus éminent de l'homme (Cousin, Hist. philos. mod., t. 2, 1846, p. 319).La volonté est déterminée par l'intellect. Le jugement n'implique pas d'acte volontaire; il est une idée claire qui s'affirme par elle-même (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1907, p. 200).V. attention ex. 7, capacité ex. 7.
Spécialement
PHILOS., MOR. ,,Disposition à agir conforme aux exigences du devoir et de la loi morale`` (Morf. Philos. 1980). En partic. [Dans le syst. philos. de Kant] Volonté bonne. Volonté dont la qualité est déterminée par le pur respect de la loi morale (d'apr. Aur.-Weil 1984, s.v. bon). La tâche de la philosophie est, d'abord, de désimpliquer par voie régressive le concept de volonté libre enveloppé dans l'estimation absolue de la bonne volonté (Encyclop. univ.t. 231990).
PSYCHOL. [P. oppos. aux automatismes, aux réflexes ou aux impulsions] Pouvoir qu'a l'homme d'accomplir des mouvements et des actes en les contrôlant, c'est-à-dire en fonction d'une représentation consciente et d'une intention préalable de les accomplir; en partic., ensemble des forces psychiques qui portent à l'action (d'apr. Lafon 1969). Anton. aboulie.Maladie, troubles de la volonté. L'éducation de la volonté exige impérieusement que l'enfant ne livre aucun travail qui ne porte la marque de l'effort intellectuel et manuel (Hist. instit. et doctr. pédag., 1912, p. 394).V. aboulie ex. 1, 6 et aboulique ex. 3, 4.
DR. Principe de l'autonomie de la volonté. Principe du droit privé des obligations selon lequel l'auteur d'un acte a la faculté d'agir librement, de déterminer à son gré le contenu et les effets de ses actes, dans le respect de l'ordre public et les bonnes mœurs (d'apr. GDEL).
2. Cette faculté en tant que qualité individuelle, qui se caractérise par la fermeté et la constance dans la décision et l'exécution, et par une énergie morale plus ou moins grande. Synon. caractère2, détermination, énergie, ténacité; anton. faiblesse, nolonté (vx).Tu ne seras jamais qu'une loque, un pauvre sire, un pauvre homme sans volonté, sans fermeté, sans énergie (Maupass., Contes et nouv., t. 2, M. Parent, 1886, p. 599).V. acte1ex. 1.
Avoir beaucoup, peu de volonté. Il manque de volonté pour la conduite de sa vie, avec toutefois des coins d'entêtement (Goncourt, Journal, 1888, p. 763).Je n'ai pas de fortune... Je n'ai pas de volonté... Je ne dois pas avoir beaucoup de talent... Qu'on me laisse au moins être un brave homme, si ça me fait plaisir! (Guitry, Veilleur, 1911, iii, p. 22).
[Avec un adj. qualificatif] Grande volonté; volonté affirmée, ardente, créatrice, déterminée, ferme, implacable, indomptable, inflexible, irrésistible, puissante, tenace, terrible. Une paire de petits yeux bleu clair et un menton carré annonçaient une volonté inébranlable (About, Roi mont., 1857, p. 81).Vraiment, j'en ai assez, et des autres, et de moi-même; le cœur insuffisant, la volonté défaillante... (Gide, Journal, 1946, p. 304).V. involontaire A 1 ex. de Mmede Girardin.
Locutions
Volonté d'acier, de fer. Chez cette fille, plate et insignifiante, une femme d'une volonté de fer avait brusquement paru, si absolue, que Daguenet tremblait devant elle (Zola, Nana, 1880, p. 1449).Une imagination frénétique, qui se cabrait sous le mors d'une volonté d'acier (Rolland, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1490).
De volonté. Qui a de la volonté. Ce qui convenait à l'heure présente, c'était un homme d'énergie et de volonté (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 339).
P. méton. Personne de volonté. Je ne puis acquérir de valeur que par un mariage avec une volonté forte, impitoyable (Balzac, Illus. perdues, 1843, p. 698).M. Courbet (...) est un puissant ouvrier, une sauvage et patiente volonté (Baudel., Curios. esthét., 1867, p. 153).
Proverbe, fam., vieilli. Les volontés sont libres. Chacun est libre de faire ce qui lui plaît. V. libre I B 1 a α loc.
B. − [Expression ou réalisation de cette faculté]
1. Décision ou détermination ferme de l'individu d'accomplir ou de faire accomplir quelque chose. Synon. désir, dessein, exigence, intention, souhait, vœu.
a) Décision ou détermination de quelqu'un. Telle est ma volonté; contrarier, respecter, suivre la/les volonté(s) de qqn; se conformer, obéir, se ranger, se soumettre à la volonté, aux volontés de qqn; déterminer, influencer la volonté de qqn; imposer sa volonté à autrui; indépendamment de notre volonté. Il n'aimait pas le chaos! Il lui fallait le saisir, le dompter, le plier à sa volonté violente et réfléchie (Rolland, Beethoven, t. 1, 1937, p. 286).
Loc. prép.
Contre la volonté de qqn. Dites bien à votre client que si ces paroles m'ont échappé, c'est contre ma volonté! (Feydeau, Dame Maxim's, 1914, i, 21, p. 24).
De sa pleine, de sa propre volonté. De son plein gré. Ayant cédé de ma pleine volonté à mon très-cher et aimé cousin le roi d'Espagne (Baudry des Loz., Voy. Louisiane, 1802, p. 111).J'embrassais sa bouche et le baiser de sa bouche me parut déjà le ciel. De ma propre volonté je n'avançais pas plus loin, limitant en elle ce que je sentais de frénétique (Jouve, Scène capit., 1935, p. 240).
Par la volonté de qqn, par sa seule volonté. Conformément à la décision de qqn, conformément au vœu exprimé par cette personne. En expirant, le pauvre châtelain a la force de détacher ses clefs de sa ceinture et de les jeter à la fille du roi, en lui disant qu'elle est désormais maîtresse et souveraine, et qu'il se trouve heureux de mourir par sa volonté! (Nerval, Filles feu, Chans. et lég. du Valois, 1854, p. 632).Quelle histoire! Et tout cela par la volonté d'un vieux mauvais sujet, qui se figurait faire ainsi son salut (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 58).
Selon, suivant la volonté de qqn. Selon le choix, le bon plaisir de quelqu'un. M. le premier président Cassignol fut conduit à l'église dans le corbillard des pauvres, selon la volonté qu'il avait exprimée (A. France, Anneau améth., 1899, p. 205).
b) [Avec un compl. précisant la nature de ce qui est voulu]
α) Volonté de + subst.Volonté d'action, de calme, de conciliation, d'expression, de guerre, de paix; volonté de la volonté. Le rêve de tranquillité que nous voulons mener quand nous « rentrons dans notre coquille » est perdu par la volonté de délire qui marque le génie du peintre [Bosch] (Bachelard, Poét. espace, 1957, p. 120).Volonté de puissance*.
β) Volonté de + verbe.Volonté d'agir, de croire, de douter, de gagner, de guérir, de vaincre. L'homme ne peut, par aucun recours, échapper à l'insuffisance ni renoncer à l'ambition. Sa volonté de fuir est la peur qu'il a d'être homme (G. Bataille, Expr. int., 1943, p. 143).
PHILOS., MÉTAPHYS. [Surtout p. réf. à la philos. de Schopenhauer] Volonté (de vivre). ,,Principe universel de l'effort instinctif par lequel tout être réalise le type de son espèce, et lutte contre les autres êtres pour maintenir la forme de vie qui est la sienne`` (Lal. 1968). Lorsque, avec Schopenhauer, on préfère parler de la volonté de vivre, on embrasse moins bien l'ensemble des phénomènes passionnels de la nature, mais on marque mieux l'intervention du libre arbitre dans la délivrance (Renouvier, Essais crit. gén., 3eessai, 1864, p. 160).On sait en effet que la théorie de la volonté fut édifiée par Schopenhauer sur les bases de la philosophie bouddhique (A. France, Vie littér., t. 3, 1891, p. 380).
c) DROIT
α) Volonté déclarée
,,Volonté exprimée par déclaration écrite ou orale ou même par gestes`` (Juridique 1987).
,,Volonté manifestée soit expressément (...) soit tacitement, par des actes indiquant clairement la volonté de contracter (...), manifestation nécessaire pour que l'acte soit formé`` (Juridique 1987). Volonté expresse; volonté tacite (Juridique 1987).
β) Déclaration de volonté. ,,Manifestation extérieure du consentement d'une partie à un acte juridique`` (GDEL).
γ) Volonté unilatérale. Volonté qui, tel le testament, produit par elle-même un effet juridique, sans qu'il y ait besoin du concours d'une autre volonté (d'apr. Cap. 1936).
2. La volonté de Dieu, du Ciel; la volonté divine
a) [P. oppos. aux actions des hommes] ,,Ce qui est conforme au bien, physique ou moral`` (Lal. 1968).
b) ,,Tout ce qui arrive, en tant que manifestation de la toute puissance de Dieu`` (Lal. 1968). La soumission à la volonté de Dieu; que la volonté du seigneur s'accomplisse; les manifestations de la volonté de Dieu. Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel: mot sublime, qui comprend tous les attributs de la divinité (Chateaubr.,Génie, t. 2,1803,p. 290).Rien n'échappe à la volonté divine, pas plus qu'à sa science (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 1061).
3. L'ensemble des choix effectués ou des souhaits exprimés par une collectivité ou un groupe. Volonté collective, publique; volonté du pays, du peuple; les volontés des citoyens; loi, expression de la volonté nationale; expression fidèle de la volonté populaire; volonté de tous. Toutes nos constitutions ont été l'expression fidèle de la volonté populaire (Proudhon, Propriété, 1840, p. 150).C'est par la volonté claire et concordante de l'immense majorité des citoyens, que s'accomplira la Révolution socialiste (Jaurès, Ét. soc., 1901, p. 51).V. peuple B 2 b ex. de Condorcet.
POL., PHILOS. Volonté générale. [P. réf. à la philos. de J.-J. Rousseau] ,,Ensemble des choix effectués souverainement par la majorité des citoyens et exprimant infailliblement l'intérêt général`` (Debb.-Daudet 1981). La liberté consiste à n'obéir qu'aux lois émanées de la volonté générale (Le Moniteur, t. 2, 1789, p. 346).Mais la grande faiblesse de la Commune assurément fut d'avoir en face d'elle une assemblée qui, quelque réactionnaire qu'elle fût, émanait ou paraissait émaner du suffrage universel et de la volonté générale (Jaurès, Ét. soc., 1901, p. 95).
4. Le plus souvent au plur.
a) La/les dernière(s) volonté(s) de qqn. Volonté(s) manifestée(s) par une personne avant de mourir, pour qu'on les exécute après sa mort. Dicter ses dernières volontés; exaucer les dernières volontés de qqn. Je soussigné, Paul-Émile-Cyprien-Gontran, comte de Vaudrec (...) exprime ici mes dernières volontés (...) [testament du comte de Vaudrec] (Maupass., Bel-Ami, 1885, p. 317).
La volonté d'un mort, d'un mourant. Écoutez bien ce que je vais vous dire et faites-le, je vous prie: la volonté d'un mourant est sacrée (Borel, Champavert, 1833, p. 217).
b) Péj. Exigences fondées sur des désirs fantaisistes ou sur des caprices. Synon. fantaisie.Accéder à toutes les volontés de cet enfant. Soumettre tout le monde à ses volontés (Ac.).
Loc. fam.
Faire la volonté de qqn; faire les (quatre, trente six, quatre cents) volontés de qqn. Céder à tous les caprices de quelqu'un. Célie: Qu'allons-nous devenir entre ces entêtés? Hélas! il faudra bien faire leurs volontés! Horace: Si nous faisons les leurs, qui donc fera les nôtres (Augier, Aventur., 1848, p. 167).Alfred est une larve soumise à mes quatre volontés (Aymé, Quatre vérités, 1954, p. 182).
N'en faire qu'à sa volonté. N'en faire qu'à sa guise, qu'à sa tête. Il n'en fait jamais qu'à sa volonté (Ac. 1835-1935).
5. Disposition à agir de telle ou telle manière dans un cas déterminé ou à l'égard de quelqu'un.
a) Bonne volonté
α) Désir, volonté de bien faire ou d'être serviable, de rendre service (avec, parfois, une nuance péj., pour désigner des aptitudes médiocres). Avec un peu, beaucoup de bonne volonté; faire preuve de bonne volonté; abuser de la bonne volonté de qqn. D'après leur façon de commander, ces dames m'avaient jugée du premier coup: une fille pleine de bonne volonté, capable de comprendre le service, mais gniangnian, comme on est à la campagne (Frapié, Maternelle, 1904, p. 32).Le mal qui est dans le monde vient presque toujours de l'ignorance, et la bonne volonté peut faire autant de dégâts que la méchanceté, si elle n'est pas éclairée (Camus, Peste, 1947, p. 1324).
(Être) de bonne volonté. Vous trouverez un jeune homme de bonne volonté qui consentira (...) à se présenter chez le notaire (A. France, Jocaste, 1879, p. 107).[Avec un compl. prép.] Il a beaucoup de bonne volonté pour vous (Ac.).
Loc., vieilli. De bonne volonté. De bon gré. Si vous ne voulez pas sortir de bonne volonté (...). Ils vous feront sortir de force (Dumas père, Laird de Dumbiky, 1844, i, 2, p. 8).
Loc. [Sert à introduire l'expression du regret de ne pas pouvoir faire qqc.] Avec la meilleure volonté du monde. Je ferai ce que le Parti me commandera. « Tu auras des surprises. Avec la meilleure volonté du monde, ce qu'on fait, ce n'est jamais ce que le Parti vous commande » (Sartre, Mains sales, 1948, 1ertabl., 1, p. 22).
β) Dans la lang. relig. [P. allus. à l'Évangile (Luc, 2, 14)] Hommes, âmes, cœurs de bonne volonté. Personnes qui n'ont d'autre but que de faire le bien. Le chanoine goûtait ici-bas par avance la paix promise aux hommes de bonne volonté (A. France, Vie littér., t. 2, 1890, p. 70).
Loc. biblique. Paix sur la terre aux hommes/âmes/cœurs de bonne volonté. Oui, j'entends des chrétiens, des pasteurs comme vous. Ils ont vu cette nuit la légion des anges Passer et du Très-Haut entonner les louanges: Gloire à Dieu! gloire à Dieu dans son immensité! Paix sur la terre aux cœurs de bonne volonté! (Brizeux, Marie, 1840, p. 111).
P. ext. Personnes capables de dévouement et d'altruisme. Après la reddition du poste, des hommes de bonne volonté furent requis pour éteindre l'incendie (A. France, Pt Pierre, 1918, p. 84).Les hommes dits de bonne volonté pouvaient tranquillement se mettre en grève; les savants et les techniciens étaient en train de fabriquer des bombes, des anti-bombes, des super-bombes, c'étaient eux qui tenaient l'avenir dans leurs mains (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 229).
b) Mauvaise volonté. Disposition à prendre une attitude passive ou de résistance devant une tâche à accomplir ou un ordre à exécuter. Allez, allez, foutez-moi le camp et promptement, vous et votre batterie de cuisine! Nom de Dieu, c'est épatant, ça! J' suis t'y brigadier, oui ou non (...). On obéit avec une mauvaise volonté et une lenteur manifestes (Courteline, Train 8 h. 47, 1888, p. 74).Style: négligé. Géographie: ne la sait jamais. Mémoire: met une grande mauvaise volonté à retenir sa géographie (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 149).V. mauvais I B 1 b β ex. de Reybaud.
C. − Loc. adv. À volonté
1. [Sert à marquer l'abondance] Comme on le veut et autant qu'on le veut. Synon. à discrétion, à gogo (fam.).Boire, manger à volonté; vin à volonté. On connaît aussi des montres à seconde indépendante, dans lesquelles l'aiguille des secondes est mue par un mouvement distinct, qu'il faut remonter spécialement, et que l'on peut actionner et arrêter à volonté (Bassermann-Jordan, Montres, horl. et pend., 1964, p. 196).
2. Billet payable à volonté. ,,Billet payable quand celui à qui il est dû voudra être payé`` (Ac.).
3. ART MILIT. [En parlant de tirs] Au bon gré du tireur. Couchés par terre, abrités derrière les bornes, profitant des moindres saillies, les hommes tiraient à volonté (Zola, Débâcle, 1892, p. 217).
Feu à volonté! V. feu1III B 1 loc. verb.
Prononc. et Orth.: [vɔlɔ ̃te]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Fin xes. plur. « passions, désirs, exigences » (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 503: Contra nos eps pugnar devem; Fraindre devem noz voluntez, Que part aiam ab Deu fidels); 1160-74 faire ses voluntez (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 893); 2. ca 1050 « disposition à agir de telle ou telle manière » bone volentet « disposition à bien faire » (St Alexis, éd. Chr. Storey, 159 et 541); 1424 gens de maelle vollenteit (ap. Louvrex, Ed. et règlem. pour le pays de Liège, I, 38 ds Gdf. Compl.); 1549 porter volunté bonne ou mauvaise envers aucun (Est.); 3. 1130-40 « décision prise d'accomplir quelque chose » faire sa volenté (Wace, Conception N.-D., éd. W. R. Ashford, 1654); 1588 la volonté de + inf. (Montaigne, Essais, III, 5, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 866); spéc. a) α) déb. xiies. par le divine volentet (St Alexis, prol.); 1160-74 (Wace, Rou, III, 4452: ,,Tot seit en Dé E en la soe volenté``); ca 1190 (Maurice de Sully, Homélies, éd. C. A. Robson, III, 4, p. 83: Pater noster [...] soit faite la toie volentés); β) 1275 darraine volunté (Jacobins de Poligny, A 5, A. Jura ds Gdf. Compl., s.v. testament); 1701 plur. (Fur.); γ) 1588 en parlant d'une collectivité la volonté du peuple Romain (Montaigne, op. cit., III, 6, p. 905); b) à volonté loc. adv. α) 1130-40 a volenté « de bon gré » (Wace, Ste Marguerite, éd. E. A. Francis, 150); β) 1280-83 a vollentet « sans délai fixé » (Livre Roisin, éd. R. Monier,59); γ) 1380 « sans limite, à merci » hommes taillaules a veluntey (Cart. S.-Et. de Vignory, p. 7, J. d'Arbaumont ds Gdf. Compl.). B. 1. Ca 1370 « faculté de se déterminer librement à l'action » (Nicole Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, I, 9, p. 120: homme a ame, laquelle a [...] raison, laquelle est divisee en deux puissances, ce sont entendement et volenté; III, 2, p. 194: volenté [...] signifie une puissance de l'ame qui autrement est appelee appetit intellectif); 2. 1580 « cette faculté considérée comme qualité morale; énergie morale » (Montaigne, op. cit., I, 38, p. 235: Nous avons poursuivy avec resoluë volonté la vengeance d'une injure); 3. 1657-58 « ensemble des forces psychiques portant à l'action » (Pascal, Opuscules, II, De l'art de persuader ds Œuvres, éd. J. Chevalier, 1964, p. 592: il y a deux entrées par où les opinions sont reçues dans l'âme [...] l'entendement et la volonté); 4. 1893 psychol. (Th. Ribot, Les Maladies de la volonté [titre], Paris, Alcan). Du lat. voluntas, -atis « faculté de vouloir; volonté, vœu, désir; disposition à l'égard de quelqu'un; disposition favorable, bonne volonté, zèle pour quelqu'un » [b. lat. bona voluntas, Ps. 5, 13; homines bonae voluntatis, Luc II, 4 ds Blaise Lat. chrét.]; « dernières volontés d'un mourant; intentions ». Pour l'évol. vocalique, v. volontiers. Fréq. abs. littér.: 13 869. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 20 406, b) 13 908; xxes.: a) 20 115, b) 22 020. Bbg. Dub. Pol. 1962, p. 443. − Mombello (G.). Les Avatars de talentum... Turin, 1976, passim. − Vardar Soc. pol. 1973 [1970], p. 315.

Volonté : définition du Wiktionnaire

Nom commun

volonté \vɔ.lɔ̃.te\ féminin

  1. Faculté de vouloir, de se déterminer à quelque chose ; en particulier, cette faculté même en tant qu’elle est plus ou moins agissante.
    • L'entendement éclaire la volonté. — La volonté est souvent déterminée par la passion.
    • Nous croyons que la plus grande partie des maux qui affligent les hommes découle de la mauvaise organisation sociale ; et que les hommes, par leur volonté et leur savoir, peuvent les faire disparaître. — (Errico Malatesta, Le Programme anarchiste)
    • Supputer ce qui eût été accompli, avec une volonté différente, est une spéculation aussi vaine que magnifique. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910)
    • Ce qui manque aujourd’hui, c’est la volonté politique. La volonté politique de mettre un prix sur le carbone. La volonté politique de mettre fin aux subventions pour les combustibles fossiles. La volonté politique d’arrêter la construction de centrales au charbon à partir de 2020. La volonté politique de faire passer l’imposition du revenu au carbone. Nous devons taxer la pollution plutôt que de taxer les humains. — (António Guterres in Valentin Cimino, Pour le secrétaire général de l’ONU : “l’humanité doit arrêter de faire la guerre à la planète”, Siècle digital, 2 décembre 2019 → lire en ligne)
  2. Ardeur pour les choses qu’on entreprend ; fermeté du caractère ; capacité à se faire obéir.
    • Si un vol facile, même de longue durée, peut enchanter, donner au pilote l’impression qu’il est un être supraterrestre, la difficulté aiguise l’énergie, accroît la volonté et accorde dans la lutte des satisfactions innombrables et dans la victoire un enivrement qui pousse à croire que l’homme est tout-puissant devant les éléments déchaînés. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Se souvenant de la fatigue qui l'avait assommée, pour ne point y succomber, elle s’injectait de la volonté. Toutefois, pour s’économiser, elle ralentit l'allure. — (Christian Paviot, Les fugitifs, 2006)
    • Ma myopie renforçait encore l’impression d’irréel, de cauchemar que je ressentais et contre laquelle je m’efforçais de lutter, dans la crainte de voir se briser ma volonté. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Cet homme n’a pas de volonté, il ne peut agir par soi-même, il est incapable de résistance, il cède toujours à autrui.
    • Celui-là est défendu contre les quémandeurs trop opiniâtres par une sorte de femelle revêche, bourrue, grimaçante, qui s’entend à merveille à décourager les volontés les plus obstinées. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)
  3. Disposition où l’on est pour quelqu’un, pour quelque chose. Désir de bien ou mal faire.
    • Il a beaucoup de bonne volonté pour vous. — J’ai reconnu sa mauvaise volonté envers moi.
    • Ce bon jeune homme est plein de bonne volonté, alors que ce galopin-là est connu pour sa mauvaise volonté.
  4. (Par extension) Les actes mêmes de la volonté, de ce qu’une personne veut, prescrit ou désire.
    • Je n’ai point d’autre volonté que la vôtre. — Tout plie sous sa volonté. — C'est contre ma volonté.
    • Telle est ma volonté. — Exécuter, respecter les volontés de quelqu'un. — Ses volontés sont des ordres pour moi. — Vos volontés sont pour moi des ordres, chère Madame !
    • Telle est la liberté de l'homme pécheur.... qui, pour trop faire ses volontés, par une étrange contradiction de désirs, s'empêche lui-même d'être ce qu'il veut, c'est-à-dire, heureux. — (Bossuet, Sermons)
    • Je pensai que j'avais été trop aimable ou familière avec Adam Johnson et je rédigeai un texte froid et distant: monsieur Saito prenait acte de la décision de monsieur Johnson et conformément à ses volontés jouerait au golf avec lui. — (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel S.A., 1999, p. 11)
  5. Exigence, désir, caprice, fantaisie.
    • Pour un « niaquoué », S. M. l’Empereur Bao Dai n'est que l’exécutant des volontés françaises, l’exécuteur de nos plus basses œuvres. — (Étiemble, Hygiène des lettres, tome 2, éd. Gallimard,, 1966, p. 173)
    • Dans bien des cas, la coutume régionale et la pratique traditionnelle préislamique, combinées à la volonté arbitraire du potentat régnant, sont devenues la base légale du gouvernement. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
    • Soumettre tout le monde à ses volontés. — Il semble que ses volontés soient des lois.
  6. (Militaire) Capacité à exécuter tous les ordres donnés, et même à se porter volontaire pour des opérations risquées.
    • Cet officier, ce soldat est de bonne volonté. — Il nous faut pour cette expédition des hommes de bonne volonté.Une fille de bonne volonté.
  7. (Psychologie) Capacité à accomplir un acte de façon intentionnelle, consciemment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Volonté : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VOLONTÉ. n. f.
Faculté de vouloir, de se déterminer à quelque chose. L'entendement éclaire la volonté. La volonté est souvent déterminée par la passion. Il se dit particulièrement de Cette faculté en tant qu'elle est plus ou moins agissante. Volonté efficace. Volonté absolue, inflexible. Ferme volonté. Volonté débile, chancelante. La volonté de Dieu, Ses commandements, ses décisions actuelles. Accomplir la volonté de Dieu. Rien ne se fait dans le monde que par la volonté de Dieu. Que la volonté de Dieu soit faite. Avoir une volonté forte, beaucoup de volonté, Avoir beaucoup d'ardeur pour les choses qu'on entreprend, être d'un caractère ferme et savoir se faire obéir. On dit aussi absolument Avoir de la volonté. Par exagération, Cet homme n'a pas de volonté, Il ne peut agir par soi-même, il est incapable de résistance, il cède toujours à autrui. Fam., Il n'en fait jamais qu'à sa volonté, Il est entêté, opiniâtre. Bonne, mauvaise volonté, Bonne, mauvaise disposition où l'on est pour quelqu'un, pour quelque chose. Il a beaucoup de bonne volonté pour vous. J'ai reconnu sa mauvaise volonté envers moi. Avoir de la bonne volonté. Je lui suis obligé de sa bonne volonté. Il y a mis de la mauvaise volonté. Ce jeune homme est plein de bonne volonté, Il est plein du désir de bien faire. Cet officier, ce soldat est de bonne volonté, Il est prêt à exécuter tous les ordres qu'on lui donne, et même à s'offrir dans les occasions périlleuses. Il nous faut pour cette expédition des hommes de bonne volonté.

VOLONTÉ se dit, par extension, des Actes mêmes de la volonté, de ce qu'une personne veut, prescrit ou désire. Je n'ai point d'autre volonté que la vôtre. La volonté générale. L'accord de toutes les volontés. Tout plie sous sa volonté. C'est contre ma volonté. Telle est ma volonté. Exécuter, respecter les volontés de quelqu'un. Ses volontés sont des ordres pour moi. Dicter ses volontés. Je vous ferai connaître mes volontés. Faire sa volonté. Est-ce là votre volonté? Faites-en à votre volonté. Les dernières volontés d'une personne, Ce qu'une personne veut qui soit fait après sa mort. On dit de même : Acte de dernière volonté, Testament.

VOLONTÉS, au pluriel, se dit en mauvaise part dans le sens de Fantaisies, caprices. Soumettre tout le monde à ses volontés. Il semble que ses volontés soient des lois. Fam., Faire ses quatre volontés.

À VOLONTÉ, loc. adv. Quand on veut, autant qu'on veut. Un ressort qui joue à volonté. Billet payable à volonté, Billet payable quand celui à qui il est dû voudra être payé.

Volonté : définition du Littré (1872-1877)

VOLONTÉ (vo-lon-té) s. f.
  • 1Puissance intérieure par laquelle l'homme et aussi les animaux se déterminent à faire ou à ne pas faire. Et rien n'est tant à nous que notre volonté, Rotrou, Vencesl. H, 3. La volonté nous détermine, Non l'objet ni l'instinct ; je parle, je chemine, Je sens en moi certain agent ; Tout obéit dans ma machine à ce principe intelligent, La Fontaine, Fabl. X, 1. Quand la volonté, à la volée et sans discussion, se porte à vouloir ou abhorrer, Pascal, Prov. IV. L'esprit croit naturellement, et la volonté aime naturellement, Pascal, Pens. VII, 11, éd. HAVET. Personne n'ignore qu'il y a deux entrées par où les opinions sont reçues dans l'âme… l'entendement et la volonté, Pascal, Géométr. II. Lesage Locke n'ose prononcer le nom de liberté ; une volonté libre ne lui parait qu'une chimère ; il ne connaît d'autre liberté que la puissance de faire ce qu'on veut, Voltaire, Phil. Newt. I, 4. Notre volonté est une force qui commande à toutes les autres, lorsque nous la dirigeons avec intelligence, Buffon, Hist. min. Introd. t. VI, p. 164. Il n'est point de volonté où il n'est point de raison de vouloir, Ess. anal. âme, 12. Il n'y a point de véritable volonté sans liberté, Rousseau, Ém. IV. Dans un sens plus général, la volonté se prend pour une faculté qui embrasse toutes les opérations qui naissent du besoin, Condillac, Œuv. t. v, p. XCVIII.

    Terme de manége. Volonté gagnée, se dit lorsque le cheval est devenu obéissant.

  • 2Particulièrement, la volonté considérée comme agissante, et, par extension, les actes mêmes de la volonté ; ce qu'une personne veut, prescrit ou désire. Comment l'appellerai-je ? - Ami de volonté, Ennemi seulement par la nécessité, Du Ryer, Scévole, IV, 5. Il s'en faut bien que nous connaissions toutes nos volontés, La Rochefoucauld, Réfl. mor. n° 293. Comme il a volonté… De me déterminer à l'hymen d'Hippolyte, Molière, l'Ét. II, 9. Il y a deux principes qui partagent les volontés des hommes, la cupidité et la charité, Pascal, Pens. XV, 7. Je ne fais pas sur cela ma volonté, Sévigné, 115. Je trouve qu'elle doit être louée d'avoir la volonté avec le pouvoir ; car les deux choses sont quasi toujours séparées, Sévigné, 284. Corbinelli est ravi de ces deux volontés, qu'on trouve si bien en soi, sans qu'il soit besoin de les aller chercher si loin, Sévigné, 294. Deux obstacles presque invincibles nous empêchent d'être les maîtres de nos volontés, l'inclination et l'habitude, Bossuet, Sermons, sur la pénitence, 2. Vos bons désirs, vos volontés imparfaites, vos commencements de vertu, Bossuet, Méd. sur l'Évang. Dern. sem. du Sauveur, 89e jour. Comme, si vous ne pouvez pas ce que vous voulez, votre volonté n'est pas satisfaite, de même, si vous ne voulez pas ce qu'il faut, votre volonté n'est pas réglée, Bossuet, Sermons, Ambition, 1. Le faible des grands politiques et leurs volontés changeantes, Bossuet, Anne de Gonz. Le sénat chaque jour et le peuple, irrités De s'ouïr par ma voix dicter vos volontés, Racine, Brit. IV, 2. Bientôt ils [les flatteurs] vous diront… Qu'un roi n'a d'autre frein que sa volonté même, Racine, Ath. IV, 3. Quoique, en jouant du luth, je ne songe pas à tous moments à remuer les doigts, et que je n'aie qu'une volonté générale, il a pourtant fallu que j'aie eu une volonté particulière, ou en commençant cette pièce, ou quand j'ai appris d'abord à jouer du luth, ce qui suffit, Fontenelle, Œuv. t. IX, p. 340. La volonté de l'homme est bien ambulatoire, Regnard, le Distr. v, 10. Avoir une volonté, c'est préférer un objet à un autre objet, une situation à une autre situation, Bonnet, Ess. anal. âme, 19. Ceux qui ne sont plus ne peuvent nous entendre, et leur volonté sans force porte un caractère touchant et sacré, Staël, Corinne, XX, 3.

    En volonté, en voulant. …S'approche, plus savante, en volonté de lire, Régnier, Sat. III.

    Demi-volonté, volonté faible. S'il eût borné toutes les opérations de sa grâce à votre égard, à ces demi-volontés dont le monde est plein, Massillon, Profes. relig. Sermon 4. Le grand défaut de presque tous ceux qui gouvernent, est de n'avoir que des demi-volontés et des demi-moyens, Voltaire, Dict. phil. Vénalité.

    Toucher la volonté, toucher l'esprit, le cœur. Misérable ! je puis adoucir des taureaux… L'enfer tremble, et les cieux, sitôt que je les nomme, Et je ne puis toucher les volontés d'un homme ! Corneille, Méd. III, 3.

    Acquérir, gagner les volontés, se concilier les cœurs. Cette grâce si charmante dont vous gagnez les volontés de tous ceux qui vous voient, Voiture, Lett. 3. Mon bonheur d'ordinaire M'acquiert les volontés de la fille et du père, Si bien que, de tous deux également chéri, L'un me veut pour son gendre, et l'autre pour mari, Corneille, Méd. I, 1.

    Avoir de la volonté, être d'un caractère ferme qui tient à ce qu'il veut. Nous avons plus de force que de volonté ; et c'est souvent pour nous excuser à nous-mêmes, que nous imaginons que les choses sont impossibles, La Rochefoucauld, Max. 30.

    Par exagération. Cet homme n'a point de volonté, il est toujours de l'avis des autres.

    Avoir une grande volonté, une volonté forte, bien de la volonté, avoir beaucoup d'ardeur pour ce qu'on entreprend. Il faut marquer en cette affaire ce qui ne se trouve pas dans les gazettes, la grande volonté des troupes et des officiers par l'espérance de voir bientôt le roi à leur tête, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 300.

    Il n'en fait qu'à sa volonté, il est entêté, opiniâtre.

  • 3La volonté de Dieu, ses ordres, ses décrets. Que la volonté de Dieu soit faite. La volonté du ciel soit faite en toute chose ! Molière, Tart. IV, 1. Il faut juger de ce qui est bon ou mauvais par la volonté de Dieu qui ne peut être ni injuste, ni aveugle, et non pas par la nôtre propre, qui est toujours pleine de malice et d'erreur, Pascal, Pens. XXIV, 13 bis. L'essence du péché consistant à avoir une volonté opposée à celle que nous connaissons en Dieu, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 5. Si nous ne suivons cette doctrine [le mystère des desseins de la Providence], nous aurons le déplaisir de voir que, rien dans le monde n'étant quasi dans l'ordre, tout s'y passera contre la volonté de celui qui l'a fait, Sévigné, 445. Saint Augustin dit sans hésiter que les volontés humaines ne peuvent pas résister à la volonté de celui qui fait tout ce qu'il lui plaît dans le ciel et dans la terre, Bossuet, Avert. sur le livre Réflex. mor. v.

    On dit de même : la volonté du ciel, des cieux. Il a fait assembler ceux qui savent le mieux Lire en un songe obscur les volontés des cieux…, Racine, Esth. II, 1.

    Dieu en a fait sa volonté, se dit d'une personne qui est morte.

  • 4Les dernières volontés d'une personne, ce qu'une personne veut qui soit fait après sa mort.

    Acte de dernière volonté, un testament.

  • 5Particulièrement, au plur. Fantaisies, caprices. On ne doit pas laisser suivre à un enfant toutes ses volontés. Telle est la liberté de l'homme pécheur… qui, pour trop faire ses volontés, par une étrange contradiction de désirs, s'empêche lui-même d'être ce qu'il veut, c'est-à-dire, heureux, Bossuet, 4° serm. Vêture, 1.
  • 6Bonne, mauvaise volonté, disposition favorable, défavorable, où l'on est pour quelqu'un, pour quelque chose. La reine connut bien par l'embarras de Son Altesse Royale que sa conduite était plutôt un effet de sa faiblesse que de sa mauvaise volonté, Retz, Mém. t. II, liv. III, p. 490, dans POUGENS. Je vous prie de bien remercier M. Tribolet, et de me conserver toutes ses bonnes volontés, Sévigné, 18 janv. 1694. Priez-la de vous conserver sa bonne volonté, Bossuet, Lett. Corn. 57.

    Dans un autre sens, bonne, mauvaise volonté, disposition à faire tous ses efforts, à ne faire aucun effort. Cet enfant est rempli de bonne volonté. J'ai bonne volonté ; mais je ne puis encore rien déterminer, Bossuet, Lett. Corn. 43. Les Polonais, qui formaient son aile droite [d'Auguste, roi de Saxe], s'enfuirent tous dès le commencement de la bataille, les uns par terreur, les autres par mauvaise volonté, Voltaire, Charles XII, 2.

    Cet officier, ce soldat est de bonne volonté, il est prêt à exécuter les ordres qu'on lui donne, à s'offrir dans les occasions périlleuses. On demanda des hommes de bonne volonté.

    De bonne volonté, se dit aussi, en mauvaise part, des personnes qui se prêtent à des actes malhonnêtes. [Un matelot] achète les faveurs de la première fille de bonne volonté qu'il rencontre, sur les ruines des maisons détruites [dans le tremblement de terre à Lisbonne], Voltaire, Cand. 5.

    À volonté, loc. adv. à son gré, quand il semble bon. Ce ressort joue à volonté.

    Billet payable à volonté, billet payable quand celui à qui il est dû voudra être payé.

    Voiture à volonté, service à volonté, voiture, service de domestique qu'on loue quand on en a besoin.

    Arme à volonté, commandement militaire de porter l'arme comme il sera plus commode.

    PROVERBE

    Les volontés sont libres, se dit quand quelqu'un refuse de faire quelque chose qu'on lui propose. Monsieur, les volontés sont libres ; que m'importe ? Molière, l'Ét. III, 2. B : Ne dit-on pas toux les jours : les volontés sont libres ? - A : Un proverbe n'est pas une raison, Voltaire, Dict. phil. Liberté.

HISTORIQUE

XIIe s. Ainz me convient otroier et graer Les volentés de mon cuer sans defaire, Couci, II. Et si [je] me sui mis à sa volenté [de ma dame], Que nus travaus mon desir ne refraigne, ib. XI. Mais il convient qu'à sa volenté [je] soie, ib. XX. Toute lor volentez or en iert [sera] accomplie, Sax. X. Quant vit qu'il ne purra faire ses volentez, Th. le mart. 25.

XIIIe s. La volenté du duc fu tele que il refusa, Villehardouin, XXV. Li rois fist de la serve toute sa volenté [jouit d'elle], Berte, X. Le roy dist à l'amiral [l'émir] que il deist sa volenté, Joinville, 259.

XIVe s. La mort et les plaies donnent grans tristesces à celi qui est fort, combien que il les soustienne de volenté, Oresme, Éth. 90. Comment ! ce dit li rois, ne sui-je rois nommez, D'Espaigne et de l'onnoursires et couronnez ? Ne puis-je pas bien faire toutes mes volentez ? Guesclin, 8495. Bonne volenté doit pour oevre estre contée, Baud. de Seb. III, 908.

XVe s. Là furent pris ledit messire Hue le pere et le comte d'Arondel, et amenés par devant la roine pour faire d'eux sa pure volonté, Froissart, I, I, 20. Et tantost les Anglois les envahirent et assaillirent de grand volonté, Froissart, I, I, 294. Si entendit-il secretement que le roi estoit en volonté de faire prendre sa sœur, son fils… et de eux remettre au roi d'Angleterre, Froissart, I, I, 12. Cette obstinée voulenté ne dura pas gramment, Louis XI, Nouv. Je connois la vollonté que mes parens vous portent, qui vous sont tout forts amys, et l'estime en laquelle ils vous ont, l'Amant ressuscité, p. 412, dans LACURNE. À la mienne volonté que [je voudrais que] de mon sang se pust assouvir, ib. p. 391.

XVIe s. Seigneur Dieu, ta saincte voulenté soyt faicte, Rabelais, Pant. IV, 21. Rien n'est en nostre puissance que la volonté, Montaigne, I, 30. Declarer quelque haineuse volonté envers le proche, Montaigne, I, 31. Derniere volenté, Montaigne, ib. Un excellent moyen de gaigner le cœur et la volonté d'aultruy, Montaigne, I, 135. Ma volenté de son vouloir est faite ; Je vis en elle, elle vit dedans moy, Ce n'est qu'un cœur, qu'une ame et qu'une foy, Ronsard, 755.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Volonté : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

VOLONTÉ, s. f. (Gram. & Philosophie morale.) c’est l’effet de l’impression d’un objet présent à nos sens ou à notre réflexion, en conséquence de laquelle nous sommes portés tout entiers vers cet objet comme vers un bien dont nous avons la connoissance, & qui excite notre appétit, ou nous en sommes éloignés comme d’un mal que nous connoissons aussi, & qui excite notre crainte & notre aversion. Aussi il y a toujours un objet dans l’action de la volonté ; car quand on veut, on veut quelque chose ; de l’attention à cet objet, une crainte ou un desir excité. De-là vient que nous prenons à tout moment la volonté pour la liberté. Si l’on pouvoit supposer cent mille hommes tous absolument conditionnés de même, & qu’on leur présentât un même objet de desir ou d’aversion, ils le desireroient tous & tous de la même maniere, ou le rejetteroient tous, & tous de la même maniere. Il n’y a nulle différence entre la volonté des fous & des hommes dans leur bon sens, de l’homme qui veille & de l’homme qui rêve, du malade qui a la fievre chaude & de l’homme qui jouit de la plus parfaite santé, de l’homme tranquille & de l’homme passionné, de celui qu’on traine au supplice ou de celui qui y marche intrépidement. Ils sont tous également emportés tout entiers par l’impression d’un objet qui les attire ou qui les repousse. S’ils veulent subitement le contraire de ce qu’ils vouloient, c’est qu’il est tombé un atome sur le bras de la balance, qui l’a fait pancher du côté opposé. On ne sait ce qu’on veut lorsque les deux bras sont à-peu-près également chargés. Si l’on pese bien ces considérations, on sentira combien il est difficile de se faire une notion quelconque de la liberté, sur-tout dans un enchaînement de causes & des effets, tels que celui dont nous faisons partie.

Volonté en Dieu, (Théolog.) c’est l’attribut par lequel Dieu veut quelque chose.

Quoique cette volonté soit en Dieu, comme son entendement, un acte très-simple, & qui n’est pas distingué de la nature divine, cependant proportionnellement aux différens objets vers lesquels se porte cette volonté, & pour s’accommoder à notre maniere de concevoir, les théologiens distinguent en Dieu diverses sortes de volontés.

Ils la divisent donc en volonté de signe & volonté de bon plaisir, volonté antécédente & volonté conséquente, volonté efficace & volonté inefficace, volonté absolue & volonté conditionnée.

Ils appellent volonté de signe celle que Dieu nous fait connoitre par quelque signe extérieur, comme les conseils, les préceptes qu’on appelle par métaphore la volonté de Dieu. Aussi convient-on généralement que cette volonté n’est que métaphorique. Les théologiens en distinguent cinq especes, savoir le précepte, la prohibition, la permission, le conseil & l’opération : ce qu’ils expriment par ce vers technique :

Præcipit & prohibet, permittit, consulit, implet.

La volonté de bon plaisir est une volonté intérieure & réelle qui réside en Dieu. C’est celle dont l’apôtre a dit : ut probetis qua sit voluntas Dei bona & beneplacens & parfecta. Rom. xij. v. 2. La volonté de bon plaisir est toujours jointe à celle de signe dans ce que Dieu opere ; elle y est quelquefois jointe, & quelquefois elle en est séparée dans ce qu’il commande, conseille ou défend ; mais elle n’y est jamais unie dans ce qu’il permet quant au péché ; car ce seroit un blasphême que de dire que Dieu veut intérieurement & réellement qu’on commette le péché.

La volonté de bon plaisir se divise en volonté antécédente & volonté conséquente. Par volonté antécédente on entend celle qui considere un objet en lui-même, abstraction faite des circonstances particulieres & personnelles ; on l’appelle ordinairement volonté de bonté & de miséricorde. La volonté conséquente est celle qui considere son objet accompagné & revêtu de toutes ses circonstances tant générales que particulieres. On la nomme aussi volonté de justice. On trouve cette distinction dans S. Chrysostome, homel. 1. sur l’épître aux Ephésiens ; dans S. Jean Damascene, lib. II. de fid. orthodox. cap. xxix. & plus expressément encore dans S. Thomas, part. I. quest. XIX. art. 6, respons. ad 1.

La volonté efficace en Dieu est celle qui a toujours son effet. La volonté inefficace est celle qui est privée de son effet par la résistance de l’homme.

Enfin par volonté absolue on entend celle qui ne dépend d’aucune condition, mais uniquement des decrets libres de Dieu, telle qu’a été la volonté de créer le monde ; & par volonté conditionnée l’on entend celle qui dépend d’une condition ; telle est la volonté de sauver tous les hommes, pourvû qu’eux-mêmes veuillent coopérer à la grace, & observer les commandemens de Dieu.

Que Dieu veuille sauver tous les hommes, c’est une vérité de foi clairement exprimée dans les Ecritures ; mais de quelle volonté le veut-il ? C’est un point sur lequel ont erré divers hérétiques, & qui partage extrèmement les théologiens.

Les Pélagiens & les semi-Pélagiens ont prétendu que Dieu vouloit sauver indifféremment tous les hommes, sans prédilection particuliere pour les élus, & qu’en conséquence Jesus-Christ avoit versé son sang pour tous les hommes également. Les Prédestinatiens au contraire ont avancé que Jesus-Christ n’étoit mort que pour les élus, & que Dieu ne vouloit sincerement le salut que des seuls prédestinés Calvin a soutenu la même erreur, & Jansénius l’a imité, quoique d’une maniere plus captieuse & plus enveloppée ; car il reconnoit que Dieu veut le salut de tous les hommes, en ce sens que nul n’est sauvé que par sa volonté, ou que le mot tous se doit entendre de plusieurs, d’un grand nombre, ou enfin parce qu’il leur inspire le desir & la volonté de se sauver. Mais toutes ces explications sont insuffisantes. Le véritable nœud de la difficulté est de savoir si Dieu prépare ou confere sincerement à tous les hommes des graces vraiment suffisantes pour opérer leur salut, & c’est ce que Jansénius & ses disciples refusent de reconnoître.

Parmi les théologiens quelques-uns, comme Hugues de Saint-Victor, Robert Pullus, &c. disent que la volonté de Dieu pour le salut de tous les hommes, n’est qu’une volonté de signe, parce qu’ils n’admettent en Dieu de volonté vraie & réelle que celle qui est efficace, & qu’il est de fait que tous les hommes ne se sauvent pas ; mais d’un autre côté, ils reconnoissent qu’en conséquence de cette volonté de signe, Dieu donne aux hommes des graces vraiment suffisantes.

D’autres, comme S. Bonaventure & Scot, admettent en Dieu une volonté antécédente, vraie, réelle & de bon plaisir pour le salut de tous les hommes ; mais, selon eux, elle n’a pour objet que les graces vraiment suffisantes qui précedent le salut ; & c’est pour cela qu’ils la nomment volonté antécédente.

Sylvius, Estius, Bannez, &c. enseignent que cette volonté antécédente pour le salut de tous les hommes n’est pas proprement & formellement en Dieu, mais seulement virtuellement & éminemment, parce que Dieu est une source infinie de bonté & de miséricorde, & qu’il offre à tous les hommes des moyens généraux & suffisans de salut.

Aureolus, Suarez & d’autres expliquent cette volonté antécédente d’un amour de complaisance en Dieu pour le salut de tous les hommes, amour nécessaire & actif, qui leur prépare des graces avec lesquelles ils se sauveroient s’ils en usoient bien.

Vasquez distingue entre les adultes & les enfans. Il prétend que Dieu veut d’une volonté antécédente & sincere le salut des premiers, mais qu’on ne peut pas dire la même chose des enfans qui meurent dans le sein de leur mere, & auxquels on n’a pas pu conférer le baptème.

Enfin Lemos, Alvarès, Gamache, Isambert, Duval, Bellarmin, Tournely & la plûpart des théologiens modernes pensent que Dieu veut d’une volonté antécédente, vraie, réelle & formelle le salut de tous les hommes, même des reprouvés & des enfans qui meurent sans baptême, & qu’il leur prépare, leur offre ou leur confere des moyens suffisans de salut, & que Jesus-Christ est mort & a répandu son sang pour le salut d’autres que des prédestinés.

On convient cependant généralement que Dieu ne veut d’une volonté conséquente le salut que des seuls élus, & que c’est aussi d’une volonté absolue, conséquente & efficace, que Jesus-Christ est mort pour le salut des prédestinés ; car, comme le dit expressément le concile de Trente, sess. V. c. iij. quoique le Sauveur du monde soit mort pour tous, tous néanmoins ne reçoivent pas le bienfait de sa mort.

Volonté derniere, (Jurisprud.) est une disposition faite en vue de la mort, & que celui qui dispose, regarde comme la derniere qu’il fera, quoiqu’il puisse arriver qu’il en change : les actes de derniere volonté, sont les testamens & codiciles, les partages des peres entre leurs enfans. Voyez Codicille, Testament, Partage. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « volonté »

Étymologie de volonté - Littré

Berry, voulanté, voulontè ; norm. voulenté ; provenç. voluntat ; espagn. voluntad ; portug. vontade ; ital. volontà ; du latin voluntatem, de volo, je veux (voy. VOULOIR 1). Volonté est refait sur le latin ; l'ancienne forme est volenté, où l'on remarque le changement de un ou on en en ou an, comparable au changement de o en a : domina, dame, occasio, achoison, etc.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de volonté - Wiktionnaire

Du latin voluntas (« bienveillance, bonne volonté »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « volonté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
volonté vɔlɔ̃te play_arrow

Citations contenant le mot « volonté »

  • Après la volonté de léguer un patrimoine à leurs enfants, le second argument de poids des partisans de l’ achat immobilier est d’avoir une liberté totale de transformation chez eux. Alors que les propriétaires peuvent remodeler entièrement leur habitation à leur image, la marge de manœuvre en location est en effet limitée. , Logement : Quels travaux a-t-on le droit de faire en tant que locataire ?
  • Prendre l'avion "à volonté". Voici la dernière promotion qui fait fureur en Chine. Déjà huit compagnies nationales proposent des billets qui permettent, sous certaines conditions, de voyager pendant plusieurs mois pour une somme fixe, explique Reuters. BFM BUSINESS, Des compagnies aériennes chinoises proposent des offres de vol « à volonté »
  • Lima – Le Maroc et le Pérou sont animés d’une forte volonté de continuer à consolider leurs relations et de les hisser à un niveau de coopération multidimensionnelle pour renforcer le dialogue politique et les échanges commerciaux, a souligné l’ambassadeur du Maroc à Lima, Amine Chaoudri. MAP Express, Le Maroc et le Pérou ont une forte volonté de renforcer la coopération dans divers domaines (ambassadeur) | MAP Express MAP Express
  • BEYROUTH, 3 août (Reuters) - Le ministre libanais des Affaires étrangères Nassif Hitti a présenté lundi sa démission, déplorant l'absence de volonté politique de réforme alors que son pays traverse sa pire crise économique depuis la guerre civile des années 1975-1990. Investir, Liban-Démission du chef de la diplomatie faute de "volonté de réforme", Actualité des marchés - Investir-Les Echos Bourse
  • Nous obéissons à quelque chose d'obscurément sacré : la volonté de vivre, qui n'a rien à voir avec la volonté de faire le bien. De Claire Martin / Les morts
  • Il n'y a pas de bonheur là où il y a de la volonté. La volonté, ça vous met toujours des bâtons dans les roues. De Jean-François Somcynsky / Les grimaces
  • Tu dois, donc tu peux. Une volonté libre et une volonté soumise à des lois morales sont une seule et même chose. De Emmanuel Kant / Fondements de la métaphysique des moeurs
  • La volonté absolue ne consent pas au mal ; mais la volonté y consent dans la mesure où elle craint, par refus, de tomber dans un plus grand malheur. De Dante / La divine comédie
  • On dit que le désir naît de la volonté, c'est le contraire, c'est du désir que naît la volonté. Le désir est fils de l'organisation. De Denis Diderot
  • L’extériorisation de la volonté comme volonté subjective ou morale est l’action. De Friedrich Hegel / Les principes de la philosophie du droit
  • La vie de l'homme dépend de sa volonté ; sans volonté, elle serait abandonnée au hasard. De Confucius
  • La volonté est l'intelligence et l'intelligence est la volonté. De Jean Buridan / Quaestiones super X libros Ethicorum
  • Les volontés faibles se traduisent par des discours ; les volontés fortes par des actes. De Gustave Le Bon / Hier et demain
  • La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne. De Proverbe chinois
  • La volonté des hommes contrarie souvent la bonne volonté du destin. De Tristan Bernard / Triplepatte
  • Que pourrait la volonté d’une minute contre la volonté accumulée de longs siècles. De Alexandra David-Néel
  • La volonté de Dieu détruit la volonté des hommes. De Proverbe oriental
  • Où est le bien ? Dans la volonté. Où est le mal ? Dans la volonté. Et ce qui n'est ni bien ni mal ? Dans ce qui ne dépend pas de la volonté. De Epictète
  • Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté nationale et que nous n'en sortirons que par la puissance des baïonnettes. Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau,
  • Les choses extérieures ne dépendent pas de moi ; ma volonté dépend de moi. Où chercher le bien et le mal ? En moi-même, dans ce qui est mien. Épictète, Entretiens, II, 5, 4-5 (traduction E. Bréhier)
  • Je le veux, je l'ordonne, que ma volonté tienne lieu de raison. Juvénal en latin Decimus Junius Juvenalis, Satires, VI, 223
  • L'art même n'est, à mon sens, qu'inceste entre l'instinct et la volonté. Marie-René Alexis Saint-Leger Leger, dit, en diplomatie, Alexis Leger, et, en littérature Saint-John Perse, Correspondance, à Paul Claudel, 1er août 1949 , Gallimard
  • Nos destinées et nos volontés jouent presque toujours à contretemps. André Maurois, Climats, Grasset
  • Il n'est pas au pouvoir de notre volonté de ne pas souhaiter d'être heureux. Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité
  • Il n'y a de passions que celles qui nous frappent d'abord et nous surprennent ; les autres ne sont que des liaisons où nous portons volontairement notre cœur. Les véritables inclinations nous l'arrachent malgré nous. Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette, Zaïde
  • Notre volonté souterraine n'a ni présent ni avenir ni passé et rien ne la distrait dans le bloc de sa permanence. Pierre Jean Jouve, En miroir, Mercure de France
  • Car quiconque a une volonté ferme et constante d'user toujours de la raison le mieux qu'il est en son pouvoir, et de faire en toutes ses actions ce qu'il juge être le meilleur, est véritablement sage autant que sa nature permet qu'il le soit. René Descartes, Principes de la philosophie
  • Plus on veut, mieux on veut. Charles Baudelaire, Fusées
  • La volonté peut et doit être un sujet d'orgueil bien plus que le talent. Honoré de Balzac, La Muse du département
  • Notre Dieu est au ciel qui fait tout ce qu'il veut par le moyen de ceux-là mêmes qui ne font pas sa volonté. Agnès Arnauld Mère Agnès, Lettre à M. Arnauld
  • Le pessimisme est d'humeur ; l'optimisme est de volonté. Émile Chartier, dit Alain, Propos sur le bonheur, Gallimard
  • On peut défaire n'importe quel bonheur par la mauvaise volonté. Émile Chartier, dit Alain, Minerve ou De la sagesse, Gallimard

Images d'illustration du mot « volonté »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « volonté »

Langue Traduction
Corse vuluntà
Basque izango
Japonais 意志
Russe воля
Portugais vai
Arabe إرادة
Chinois
Allemand werden
Italien volere
Espagnol será
Anglais will
Source : Google Translate API

Synonymes de « volonté »

Source : synonymes de volonté sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « volonté »



mots du mois

Mots similaires