Très : définition de très


Très : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TRÈS, adv.

Adv. non prédicatif marquant l'intensité forte devant un mot susceptible de recevoir une gradation.
Rem. ,,Le mot très recouvre un être de langue qui est déficient du côté de la matière et ne constitue qu'une forme imposée à la matière fournie par l'adjectif (...) comme est le signe d'une forme le suffixe de superlatif qui dans certaines langues (cf. ital. -issimo) vient s'ajouter au radical de l'adjectif`` (G. Moignet, Ét. de psycho-systématique fr., Paris, Klincksieck, 1974, p. 145).
A. − [Devant un adj.] Vinrent huit petits cochons (...) ils luttaient entre eux, arc-boutés comme des chèvres, et leurs très petits pas étaient précipités (Jammes, De l'angélus, 1898, p. 115).Où ai-je déjà vu ce menton net et ce regard froid, et ces cheveux très blonds lissés en bandeaux? (Farrère, Homme qui assass., 1907, p. 109).Il y avait (...) un voyou très « modern' style » qui ressemblait à une bottine jaune (Fargue, Piéton Paris, 1939, p. 132).
[Dans un titre (souvent avec une majuscule) pour qualifier une pers. (ou un pays) auxquels on attribue une certaine prééminence] La Très Sainte Mère l'Église; la Très Sainte Vierge Marie; sa Très Gracieuse Majesté. Louis XVIII était affligé de la froideur avec laquelle l'ambassadeur de Sa Majesté Très Chrétienne avait été reçu (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 97).
[Dans les formules de politesse] Je suis, Monsieur, votre très humble et très dévoué (Flaub., Corresp., 1872, p. 35).
[Précédé de très, l'adj. de relation prend une valeur caractérisante] C'est un défaut très féminin d'aller d'une exagération à l'autre (Frapié, Maternelle, 1904, p. 224).Mais qu'entend-on par une personne ou une chose très parisienne ? (Fargue, Piéton Paris, 1939, p. 171).
Rem. 1. Très, qui permet de représenter la qualité à son degré le plus élevé sans compar. avec d'autres (superl. abs.), est en principe exclu devant un adj. compar. (meilleur, moindre, pire) ou devant un adj. qui ne peut recevoir une gradation (infime, essentiel) ou qui a la valeur d'un superl. (excessif, extrême, primordial, supérieur). On peut noter toutefois qq. ex. de ces empl.: Avant de quitter Paris, il était très essentiel de s'assurer de quelques moyens d'influence (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 311). Heine a tous les défauts d'un journaliste très supérieur (Du Bos, Journal, 1927, p. 199). Vous êtes sans doute trop orgueilleuse pour me faire, à moi très infime, l'honneur d'une scène de jalousie (Duhamel, Cécile, 1938, p. 164). 2. Très fonctionnait, d'apr. Littré, comme un élém. de compos. indiquant une qualité supérieure: C'est une assez grande île, où l'on trouva du bois, de l'eau, des rafraîchissemens, et des habitans très-pacifiques (Voy. La Pérouse, t. 1, 1797, p. 103). À la très-chère, à la très-belle Qui remplit mon cœur de clarté (...) Salut en l'immortalité (Baudel., Fl. du Mal, 1867, p. 268).
B. − [Devant un adv.] Et le grand soleil équatorial buvait très vite toute cette eau tombée sur nous (Loti, Mon frère Yves, 1883, p. 71).Il parlait très curieusement et très abondamment d'un retable qu'il venait de voir (Goncourt, Journal, 1894, p. 680).
C. − [Devant un subst. non déterminé en fonction d'adj.] J'étais un enfant très enfant, un petit garçon garçonnant, un petit animal vif et joyeux (A. France, Pt Pierre, 1918, p. 234).Très modecol lacet mélangé argent et or (Catal. jouets (Louvre) 1936).
[Le subst. est précédé d'un adj.] Un régime de république suisse, esprit radical et très petit bourgeois (Maurras, Kiel et Tanger, 1914, p. 86).
[Le subst. est suivi d'un compl. déterminatif] Je la trouvai très « femme du monde », et ce grade, que je lui décernai d'emblée, ne m'emballa pas sur elle (Gyp, Souv. pte fille, 1928, p. 82).
[Devant un nom propre] Très Ève, « éternel féminin »; elle est belle (Gide, Voy. Congo, 1927, p. 759).Le ton est très Rilke, et me faisait penser à sa voix (Larbaud, Journal, 1934, p. 278).
D. − [Devant un groupe prép. en fonction d'attribut] Le docteur est très en verve ce soir (Maurois, Sil. Bramble, 1918, p. 139).Les sièges formaient là un endroit retiré très hors du monde (Jouve, Scène capit., 1935, p. 241).La marche chantée était très en faveur dans l'armée allemande (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 263).
E. − [Empl. improprement dans une loc. verb. formée d'un auxil. ou d'un verbe support (avoir, être, faire, prendre...) et d'un subst. abstr. désignant des ,,sensations ou des sentiments à l'état brut: faim, soif, froid, chaud, sommeil, mal, peur, envie, plaisir, honte, hâte...`` (G. Moignet, op. cit., p. 154); empl. critiqué] Un jour, elle se retrouva dans son lit, bien faible, ayant très faim (A. France, Jocaste, 1879, p. 74).Il faut que nous fassions très attention, il faut que nous soyons très prudents (Guitry, Veilleur, 1911, iii, p. 19).
[Dans une loc. à la forme impers. désignant un phénomène météor.] Cosette pensait donc qu'il était nuit, très nuit, qu'il avait fallu remplir à l'improviste les pots et les carafes dans les chambres des voyageurs (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 462).Dans la rue, il faisait très doux, déjà l'on pressentait les caresses de juin, malgré l'heure tardive (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 324).
F. − [Devant un part. passé]
1. [Le part. passé est pris adj.] Son domestique par derrière, très enveloppé de manteaux (Nerval, Voy. Orient, t. 1, 1851, p. 9).De grands triangles de pâte très feuilletée où se niche un œuf mollet (Gide, Journal, 1943, p. 169).
2. [Très renforce le procès exprimé par le part. passé qui conserve une valeur verbale passive] Cette dernière chanson fut très applaudie par les inconnues (Restif de La Bret., M. Nicolas, 1796, p. 235).La rivière est très grossie par les pluies précédentes (Maine de Biran, Journal, 1816, p. 249).
En partic.
[Si le procès exprimé par le verbe est réitérable, la gradation porte soit sur le nombre d'agents effectuant le procès, soit sur le nombre de fois que chacun de ces agents effectue le procès] On risquait (...) à traverser un carrefour très fréquenté (Camus, Peste, 1947, p. 1335).Cette passerelle est très utilisée par Marie et Jean. Cette passerelle est très utilisée, quotidiennement, une fois à l'aller une fois au retour (J. Authier, Note sur l'interprétation sémantique de « très + participe passé passif »ds Cah. Lexicol.1980, no37, p. 28).
[L'obj. (suj. du passif) peut désigner un type, un modèle...] Cette maison est très construite par ici. Ce modèle a été très vendu (J. Authier, Note sur l'interprétation sémantique de « très + participe passé passif »ds Cah. Lexicol.1980, p. 30).
[Avec un verbe de sentiment, très porte sur la force du sentiment éprouvé par une pers. donnée ou sur la quantité de pers. éprouvant ce sentiment] Mais il est aimé, très aimé, souvent aimé (Balzac, Cous. Bette, 1846, p. 359).
[Très peut marquer qu'une partie importante de l'obj. (suj. du passif) est affectée par le procès] Des souvenirs qui datent de si loin (...) sont très-brisés dans ma mémoire, et ce n'est pas ma mère qui eût pu m'aider par la suite à les enchaîner (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 187).Ma jambe! (...) La carne!Était-elle très abîmée! (Benjamin, Gaspard, 1915, p. 147).
Rem. 1. Très peut être empl. absol., spéc. dans la reprise d'un discours où l'on omet de reprendre le terme modifié par l'adv.: Henriette: Denis est très intelligent! Gabrielle: Très! Henriette: Il sait un tas de choses (Bernstein, Secret, 1913, I, 5, p. 8). − (...) Elle est très habile.Très! soupira Elsa (Sagan, Boujour tristesse, 1954, p. 94). 2. Très est fréq. repris pour en renforcer l'intensité: On y buvait du petit vin blanc très... très passable (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p. 159). Il est vrai que la dame a plus de cinquante ans, mais elle est très-très riche (Lorrain, Modern., 1885, p. 106).
Prononc. et Orth.: [tʀ ε] devant cons., [tʀ εz] devant voy. ou h muet: très belle [tʀ εbεl], très agréable [tʀ εzagʀeabl̥]. Ac. 1694: tres; 1718: trés ; dep. 1740: très. Ac. 1694: tres-bon, tres-mauvais, tres-bien et 1740-1835: très-bon, très-mauvais, très-bien. V. aussi Littré: ,,Se joint à un adjectif, à un participe et à un adverbe; on unit ces deux mots par un trait d'union; du moins c'est l'usage du Dictionnaire de l'Académie``. Rob. 1985 explique cette façon d'écrire par l'orig. préf. de très: ,,Son caractère originel de préfixe a longtemps subsisté dans l'orthographe: il est accolé au mot dans le Dictionnaire de R. Estienne (tresbon, treslong etc.), et on l'a lié ensuite au mot par un trait d'union (très-bon), que l'imprimeur Didot fut le premier à supprimer, suivi par l'Académie en 1877``. On a, effectivement, très bon, tres bien ds Ac. 1878 et 1935 mais 1718 écrit déjà: trés bon, trés bien. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 placé devant un adj. ou un autre adv. pour marquer le superl. abs. (Alexis, éd. Chr. Storey, 547); 2. 2emoit. xiiies. devant un nom empl. comme adj. ou devant une loc. à valeur adj. (Gaufrey, 292 ds T.-L.); 3. ca 1225 dans des loc. verb. d'état comp. de avoir et d'un subst. (Gautier de Coincy, Mir. Vierge, éd. V. F. Koenig, II Mir 26, t. 4, p. 269: J'ai si tres soif); 4. ca 1450-65 empl. dans les réponses avec ell. de l'adj. ou de l'adv. (Charles d'Orléans, Rondeaux ds Œuvres, éd. P. Champion, t. 2, p. 347); 5. 1668 devant un subst. (Racine, Plaideurs, II, 4); 6. 1715 s'emploie devant un part. à valeur verbale de passif (A. Lesage, Gil Blas, éd. M. Bardon, t. 2, L. XII, ch. VIII, p. 336, éd. Garnier 1962). Du lat. trans « au delà de, par-delà », « par-dessous, de l'autre côté de », qui pouvait comme préverbe avoir le sens de « de part en part, complètement » d'où son empl. comme adv. superl. passé très tôt en a. fr. Très est parfois encore prép. en a. fr. et jusqu'au xvies. au sens de « jusqu'à, dès, depuis, auprès, derrière... » (v. Gdf., T.-L. et FEW t. 13, 2, pp. 197b-199) et a formé de nombreuses loc. tres puis, tres or, etc. Fréq. abs. littér.: 68 535. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 74 526, b) 105 566; xxes.: a) 118 891, b) 99 810. Bbg. Authier (J.). Note sur l'interprétation sém. de « très + participe passé passif ». Cah. Lexicol. 1980, t. 37, no2, pp. 25-33. − Blanc (B.). Ét. de la combinaison très + participe passé passif. Mém., Paris III, 1978, 83 p. − Darm. 1877, p. 146. − Gaatone (D.). Obs. sur l'oppos. très-beaucoup. R. Ling. rom. 1981, t. 45, pp. 74-95. − Gohin 1903, p. 340. − Le Flem (D. C.). Syst. de la compar. en fr. contemporain... Congrès Internat. de Ling. et Philol. Rom. 14. 1974. Naples. Napoli; Amsterdam, 1979, pp. 493-517. − Michaëlsson (K.). Neuphilol. Mitt. 1943, t. 44, pp. 108-112. − Schwarz (Ch.). Zur kategorialgrammatischen Klassifierung von neufr. très. Papiere zur Linguistik. 1977, pp. 17-185. − Togeby (K.). Gramm. fr. vol. 4: les mots inv. Copenhague, 1984, pp. 183-186.

Très : définition du Wiktionnaire

Adverbe

très \tʁɛ\

  1. Beaucoup, au plus haut point (devant un adjectif ou un adverbe).
    • Lorsque dans une armée le besoin de récompenses se fait très vivement sentir, on peut affirmer que sa valeur est en baisse. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La Morale des producteurs, 1908, page 359)
    • Il avait été entendu entre maman et moi que si j’étais heureuse je lui écrirais : « Ici je suis très heureuse », en soulignant « très ». Et seulement « Je suis heureuse » si je ne l’étais pas. — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 114)
    • À quoi servent les faits divers ? […] En règle générale, à faire du très mauvais journalisme, caressant le lecteur dans ses pulsions malsaines quitte à pulvériser les lignes jaunes du métier […]. — (Nicolas Demorand, Trouble, dans Libération, no 9535, 7 & 8 janvier 2012, page 3)
    • L’affaire sera jugée sur le fond le 31 mai, mais, en attendant, ces déboires juridiques vont augmenter la facture de la grève pour les agents dès la fin de ce mois et, sans doute, faire basculer une part des très-grévistes vers le camp des non-grévistes ou des peu-grévistes. — (Éric Béziat, SNCF : la grève faiblit, le malaise cheminot grandit, Le Monde. Mis en ligne le 19 mai 2018)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Très : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRÈS. adv.
Beaucoup, au plus haut point; il marque le superlatif absolu et ne s'emploie que devant un adjectif, un participe pris adjectivement ou un adverbe. Un homme très bon. Il est très connu. Très bien. Très fort. Très peu. Il a agi très sagement.

Très : définition du Littré (1872-1877)

TRÈS (trê ; l's se lie : trê-z heureux) adj.
  • 1Particule qui marque le superlatif absolu, et qui se joint à un adjectif, à un participe et à un adverbe ; on unit ces deux mots par un trait d'union ; du moins c'est l'usage du Dictionnaire de l'Académie. Une campagne très agréable. Il est très estimé et très aimé. Cela lui arrive très rarement. Il est très informé des questions du temps, et il sait parfaitement le secret des jésuites, Pascal, Prov. II.
  • 2Très se met devant une locution adverbiale ; alors le trait d'union ne s'emploie pas. Quand je parle de labourer la terre, je parle très à la lettre : je me sers du nouveau semoir…, Voltaire, d'Argental, 19 déc. 1758. Mon ouvrage, qui avait été écrit à Gênes, très à la hâte, Galiani, Lett. à Mme d'Épinay, 28 avril 1770. Ce qui restera doit être donné à mon ambassadeur, qui m'a avancé cet argent ; mais, comme il est très en état d'attendre…, ID. ib. 18 sept. 1769. … sur l'état de l'industrie et de l'agriculture en France, qu'il dit être très en souffrance, Gudin, Rapport au sénat, Monit. univ. 21 mars 1868, p. 423, 1re col.
  • 3On a contesté s'il pouvait se mettre devant un substantif. Cela est peu usité ; mais l'usage de bons auteurs y autorise. Il ne laisse pas de se fier à celui-ci, comme à un très homme de bien, Guez de Balzac, le Barbon. Oui, vous êtes sergent, monsieur, et très sergent, Racine, Plaid. II, 4.
  • 4Mme de Sévigné l'a mis devant un verbe à un temps composé. Ils m'ont très assuré que la vendange de cette année [un bain de vendange, pour des douleurs] m'aurait empirée, Sévigné, 30 sept. 1676.

HISTORIQUE

XIe s. Tres qu'en la mer [il] conquist la tere altaigne, Ch. de Rol. I. Si li truvez ki tres bien li ajut [aide], ib. LX. Le cors [il] li trenchet tres l'un costet qu'al altre, ib. CXIII.

XIIe s. Mais ma dame est de si tres grant vaillance [prix], Que son ami ne doit faire faillance, Couci, XXIV. L'apostoiles de Rome, tres en mi le palais, Les princes en apele, Sax. X.

XIIIe s. Aliste, se je puis, tres bien [je] marierai, Berte, VII. Et si tres en mal aise et si fort tourmentée, ib. LXVIII. Sachiez, si tres m'en deut li cuers [le cœur] sous la mamele, ib. LXXXVI. Amis, dit Renart, di moi voir, Sez-tu ci entor nul manoir Où je trovasse que mengier ? Je ne manjoi tres [dès] avant er [hier], Ren. 23348. Je n'os mie bien recorder Sa beauté que ele a si tres, Ms. de poés. franç. av. 1300, t. I, p. 248.

XIVe s. En batailles les tres plus forts ne sont pas les mieux combatans, Oresme, Éth. 85. L'en a de tiex [tels] tres pitey et misericorde, Oresme, ib. 75. Pour ce que felicité est operacion selon vertu, il est raisonnable que ce soit selon la tres meilleur vertu, Oresme, ib. 313. Vous estes le cinquieme message vraiement Qu'envoié a li rois, dont je sui moult dolent, Qu'à lui n'ai obei tres le commencement, Guesclin. 17222.

XVe s. Et tres adont [aussitôt] furent instituées reigles et ordonnance d'ost mettre en forme d'eschieles, Christine de Pisan, Charles V, II, 2.

XVIe s. L'autre [trait] dangereux plus que très , Porte un fer de plomb mal couché, Par la pointe tout rebouché, Marot, I, 169.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TRÈS. Ajoutez :
5 Absolument. Vous êtes belle, plus que très, Corneille, Lexique, éd. Marty-Laveaux.

Le même Lexique dit que les paysans des environs de Paris emploient très de cette même manière : Ce terrain est-il bon ? - Il ne l'est pas très.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « très »

Étymologie de très - Littré

Bourguig. tré ; du lat. trans, au delà. Si l'on prend en considération le sens de très dans l'anç. français, qui est beaucoup, dès, jusqu'à ; si on le voit en composition dans trespasser et autres mots ; si on tient compte de l'ital. tracodardo, très couart, trafreddo, très froid, etc. on reconnaîtra que très est la forme française de trans.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de très - Wiktionnaire

(1080) Du latin trans (« au delà de », « de part en part », « complètement ») ; d’où son emploi moderne comme adverbe superlatif.
Jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’usage prépondérant est de lier l’adverbe à l’adjectif avec un trait d’union (→ voir très-).
  • Une sorte de thé vert qui est très-fin et d’une odeur très-agréable. Le song-lo et le bohé sont moins recherchés par les Hollandais. — (Jean-François de La Harpe, Jean Baptiste Benoit Eyrles, Abrégé de l’Histoire générale des voyages […], 1820)
  • L’anguille chien est très-goulue […] — (Bernard Germain de Lacépède, Œuvres du Comte de Lacépède, tome 2 : Histoire naturelle des poissons, Paris, 1836)
  • Si l’on veut un dépôt très-régulier, il est indispensable de fixer la pièce à cobalter au rhéophore de la pile avant de la plonger dans le bain. — (Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 1878)
  • Quand nous avons traversé la vallée, je te parle d’hier, nous avons gravi une montée très-roide et très-escarpée. — (George Sand, Le Marquis de Villemer, Paris, 1860)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « très »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
très trɛ play_arrow

Citations contenant le mot « très »

  • Poursuivie en justice dans le cadre de l'affaire Epstein, Ghislaine Maxwell vient de remporter une manche importante dans son procès en obtenant le scellé de détails très intimes sur sa vie personnelle. Closermag.fr, Ghislaine Maxwell : ces preuves très intimes qui ne seront jamais dévoilées dans l'affaire Jeffrey Epstein - Closer
  • L'Organisation mondiale de la Santé a prévenu ce samedi que la pandémie de coronavirus allait probablement être "très longue". Selon l'OMS, le risque reste très élevé. Le nombre de cas continue notamment d'augmenter en Afrique du Sud, en Amérique du Sud et aux Etats-Unis. France Bleu, Coronavirus : l'OMS prévoit une pandémie "très longue"
  • Une proposition loin de faire l’unanimité chez plusieurs professionnels de la santé. À commencer par Catherine Hill, qui juge que c’est "une très mauvaise idée" sur RTL. "Les jeunes ne vivent pas dans une bulle", ajoute-t-elle. Sur BFMTV, l’épidémiologiste va même encore plus loin :  SudOuest.fr, Coronavirus : laisser les jeunes se contaminer entre eux ? "Une très mauvaise idée" pour des spécialistes
  • Dans un contexte de tensions politiques et commerciales avec la Chine, Washington accuse depuis des mois la très populaire plateforme d’être utilisée par le renseignement chinois à des fins de surveillance.  Le HuffPost, Microsoft insiste pour sauver la très populaire TikTok aux États-Unis | Le HuffPost
  • Quand l’équipe gagne, l’entraîneur est très flatté. Quand elle perd, il est très critiqué. De Arthur Jorge
  • L'excès d'un très grand bien devient un mal très grand. De Jean-Pierre Florian / Fables
  • La peinture, c'est très facile quand vous ne savez pas comment faire. Quand vous le savez, c'est très difficile. De Edgar Degas
  • Le meilleur auditoire pour un orateur, c'est celui qui est très intelligent, très cultivé et un peu saoul. De Alben William Barkley
  • L'art d'être tantôt très audacieux et tantôt très prudent est l'art de réussir. De Napoléon Bonaparte
  • Pour être beau chaque jour, on est ou très pauvre ou très riche. De Proverbe français
  • Il faut écrire des choses très folles en ayant une vie très rangée. De Gustave Flaubert
  • Les lois sont très nombreuses lorsque l'Etat est très corrompu. De Proverbe latin
  • Je suis venu au monde très jeune dans un monde très vieux. De Erik Satie / Ecrits
  • A côté d’un très beau poney attelé, une Ferrari n’est pas très impressionnante. De Antoine de Causse
  • Les hommes très mâles sont toujours flairés par les femmes très femmes. De Hector Talvart
  • Je suis très ami et je serai ami toute ma vie avec Nicolas Sarkozy, parce que je le connais depuis très longtemps, et c'est lui qui m'a marié avec Laeticia. (...) M. Hollande sera certainement, et je l'espère, un très bon président pour la France. De Johnny Hallyday / Le Parisien, 14 mai 2012
  • S'endormir au volant, c'est très dangereux. S'endormir à vélo, c'est très rare. S'endormir à pied, c'est très con. De Philippe Geluck / Le chat est content
  • Si j’étais très très très riche, je distribuerais mon argent jusqu'à ne plus être que très riche. Très riche, ça me suffit. De Philippe Geluck / Le chat est content

Images d'illustration du mot « très »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « très »

Langue Traduction
Corse assai
Basque oso
Japonais 非常に
Russe очень
Portugais muito
Arabe للغاية
Chinois 非常
Allemand sehr
Italien molto
Espagnol muy
Anglais very
Source : Google Translate API

Synonymes de « très »

Source : synonymes de très sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « très »


Mots similaires