Total : définition de total


Total : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TOTAL, -ALE, -AUX, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. − Qui n'est altéré, entamé, perturbé, réduit par rien. Synon. absolu, entier, parfait1, plein.Absence, adhésion, condamnation, confiance, disponibilité, ignorance, impuissance, incapacité, obscurité, sécurité totale; amour, pardon, silence total; manque total de qqc.; total abandon; totale franchise, liberté, sécurité. Jamais il ne put oublier ce qu'il lut à ce moment-là dans ce regard: une si totale indifférence pour tout encouragement, une vie intérieure déjà si intense, une telle détresse dans une telle solitude (Martin du G., Thib., Cah. gris, 1922, p. 595).La solitude était totale; le silence était encore plus profond (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 42).
B. − Qui concerne ou affecte l'ensemble, l'intégralité des parties, des éléments. Synon. complet1, général1.Changement, éclipse, exclusion, explication, guerre, infirmation, négation, réflexion, ressemblance, ruine total(e); effondrement, refus total; total accord, sacrifice; totale compréhension, destruction. Ma joie d'avoir possédé un peu de l'intelligence d'Albertine et de son cœur ne venait pas de leur valeur intrinsèque, mais de ce que cette possession était un degré de plus dans la possession totale d'Albertine, possession qui avait été mon but et ma chimère depuis le premier jour où je l'avais vue (Proust, Fugit., 1922, p. 496).
CHIR. [En parlant d'une opération] Où tout l'organe est enlevé. Hystérectomie totale. Ablation chirurgicale totale du corps thyroïde suivant la technique de Reverdin et de Kocher (Bariéty, Coury, Hist. méd., 1963, p. 748).
Subst. fém., fam. Ablation des organes génitaux féminins. [Les femmes] savent toutes ce qu'est une « totale » et sont toutes terrifiées par cette castration (Soubiran, Un Coup de grâce, 1975ds Gilb. 1980).
C. −
1. [En parlant de qqc. de nombrable] Pris dans la somme de toutes ses parties. Bénéfice, contenu, nombre, prix de revient, revenu total; hauteur, longueur, production, quantité, somme, superficie totale. Dans sa largeur totale le Nil a plus d'une lieue; une mer (Fromentin, Voy. Égypte, 1869, p. 56).Lhomme, premier caissier de la vente, venait de centraliser les recettes particulières de chaque caisse; après les avoir additionnées, il affichait la recette totale, en embrochant dans sa pique de fer la feuille où elle était inscrite (Zola, Bonh. dames, 1883, p. 501).
2. [En parlant de qqc. qui ne peut être nombré] Considéré dans son entier, dans son intégralité, dans toutes ses dimensions. Le système total du monde (Blondel, Action, 1893, p. 280).Un système (...) où il n'y a pas d'absurdité théorique à imaginer que les choses soient remises en place, où par conséquent le même phénomène total ou du moins les mêmes phénomènes élémentaires peuvent se répéter (Bergson, Évol. créatr., 1907, p. 28).Chez Marx le matérialisme historique s'associe au matérialisme dialectique pour former la base d'une conception philosophique de la réalité totale (Lacroix, Marxisme, existent., personn., 1949, p. 42).
D. −
1. [En parlant d'une œuvre, d'un art, d'un moyen d'expression] Qui exploite toutes les possibilités du genre, qui comporte des éléments empruntés à différents genres. Art, opéra, roman, théâtre total; littérature totale. Pratiquement, nous voulons ressusciter une idée du spectacle total, où le théâtre saura reprendre au cinéma, au music-hall, au cirque, et à la vie même, ce qui de tout temps lui a appartenu (Artaud, Théâtre et son double, 1938, p. 104).
2. [En parlant d'un sport, de loisirs] Qui présente, offre toutes les possibilités du genre, qu'on exploite au maximum, dont on tire le plus grand parti possible. Football, tennis total; vacances totales. Les Européens commencent à prendre goût au ski total des grandes stations (L'Information, 18 déc. 1972ds Gilb. 1980).
3. [En parlant d'une pers.] Qui se réalise dans toute sa plénitude. Peintre, romancier total. Mais c'est un homme total qu'il voulait être [Pierre de Rozières], agissant par sa vie aussi bien que par son esprit (Barrès, Fam. spir., 1917, p. 152).
II. − Subst. masc. Résultat de l'addition de plusieurs quantités, de plusieurs valeurs ou de plusieurs nombres. Synon. somme1.Total chiffré à; total impressionnant; faire le total de. Ça fait cinq mille quatre cent trois francs; et, si nous ajoutons les six cents francs des billets, nous arrivons au total de six mille francs (Zola, Argent, 1891, p. 157):
Le vieil ours avait compris dans l'inventaire jusqu'aux cordes de l'étendage. La plus petite ramette, les ais, les jattes, la pierre et les brosses à laver, tout était chiffré avec le scrupule d'un avare. Le total allait à trente mille francs, y compris le brevet de maître imprimeur et l'achalandage. Balzac, Illus. perdues, 1837, p. 15.
P. anal. [À propos de qqc. qui n'est pas chiffrable] Ensemble de choses qui s'ajoutent, qui s'additionnent. Je trouve des qualités charmantes au talent de M. de Musset; mais enfin, comme vous le dites vous-même, le total forme un talent du second ordre (Tocqueville, Corresp.[avec Gobineau], 1844, p. 74).Les connaissances expérimentales devaient s'additionner un jour, et leur total équivaloir forcément à la connaissance parfaite (Béguin, Âme romant., 1939, p. 4).
Au total. En additionnant tous les nombres. Au total, onze enfants, dont un seul avait survécu (Rolland, J.-Chr., Aube, 1904, p. 27).Il dénicha deux hommes, puis trois hommes, puis quatre autres dont un sergent (...). Ce qui lui fit douze hommes au total (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 64).
Au fig. Tout compte fait, tout bien considéré. Synon. somme toute (v. somme1).Ma situation, douce au total, près d'un être si chéri, dans une vie légère d'embarras, m'endort trop sans doute sur les souffrances du monde (Michelet, Journal, 1854, p. 253).Au total, après des années de vie libre, sous la légère tutelle de sa mère, elle se voyait désabusée, écœurée par la connaissance trop précoce d'un milieu dépravé, instruite de l'existence et de ses laides réalités (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 199).
Fam. [En tête de phrase ou de prop. pour introduire une conclusion] En fin de compte; résultat. Les Boches nous foutent la paix, il faut qu'ils les emm... Total, ils bombardent le patelin et c'est nous qui serons encore verts (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 107).« Qu'est-ce qu'il avait fait, au juste? » « Il avait crié ». « C'est tout? Merde alors. Total: quatre morts, vingt blessés » (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 220).
REM.
Totalisme, subst. masc.,arts, rare. a) Art complet. L'art moderne (...) ne peut se régénérer que par le « retour au réel » et en aspirant à devenir un art « complet ». Il y a vingt ans, ambitieux et ingénu, je caressais l'hypothèse d'un tel art, que je baptisais « totalisme » (Lhote, Peint. d'abord, 1942, p. 107).b) Art qui vise à rendre compte d'un phénomène dans sa totalité. Dans l'Iliade et l'Odyssée, le métier est partout présent. Marins, bûcherons, pâtres, cultivateurs, cuiseurs de viande, fileuses, tisseuses, tous sont nommés. Le poète antique ne néglige aucun élément de la vie (...). Les classiques français, tellement épris de l'imitation de la Grèce, n'ont pas continué ce totalisme social (Arts et litt., 1935, p. 64-1).
Prononc. et Orth.: [tɔtal], plur. [-o]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj. 1. 1370 « complet, à quoi il ne manque rien » (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, fo92d, p. 281); 2. a) 1398 « qui embrasse toutes les parties » somme toutalle (A.N. S 90, pièce 104 ds Gdf. Compl.); b) 1924 un risque de guerre totale (Thibaudet, Princes lorr., p. 148). B. Subst. 1559 « assemblage de plusieurs éléments considérés comme un tout » (Amyot, Marc., 26 ds Littré); d'où 1. 1723 « résultat de l'addition de plusieurs nombres, représentant des quantités, des valeurs » (Savary); 2. 1738 le total de la dépense (Rollin, Hist. anc. des Égyptiens, Paris, Vve Estienne, t. 5, p. 496); 1788 au total « addition faite de toutes les sommes, de tous les nombres » (Fér. Crit. t. 3); 1805 fig. « tout bien considéré » (Cuvier, Anat. comp., t. 1, p. 181); 3. 1968 informat. total majeur (Lar. encyclop. Suppl.). C. Adv. 1. 1833 « par conséquent » (Balzac, Méd. camp., p. 177); 2. 1836 « en fin de compte » (Stendhal, H. Brulard, t. 1, p. 299). Empr. au lat. médiév.totalis att. dans le domaine angl. en 1170 (Latham) − l'adv. totaliter est déjà att. en b. lat. − lui-même dér. de totus, v. tout. Fréq. abs. littér.: 3 194. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 516, b) 2 127; xxes.: a) 3 470, b) 8 210. Bbg. Blois (J.). Les Néol. dans l'hebdomadaire L'Express... Néol. Marche. 1980, no18, p. 139. − Gohin 1903, p. 340. − Quem. DDL t. 25, 27, 38, 41. − Spitzer (L.). Total. Fr. mod. 1939, t. 7, pp. 20-25.

Total : définition du Wiktionnaire

Adjectif

total \tɔ.tal\

  1. Qui est complet ; qui est entier.
    • L’énorme rouf construit sur l’embarcation et son gréement, démontraient l’inexpérience totale que son propriétaire avait des choses de la mer, […]. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Processus évidents sous les règnes de Louis XV et Louis XVI, dont les gouvernements ne poursuivaient pas la politique de contrôle social, d’imposition et de guerre totale de Louis XIV, notre Roi-Soleil mégalomane. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 52)

Adverbe

total \tɔ.tal\

  1. (Familier) Bref, en fin de compte, au total.
    • Total, on se retrouve au point de départ.
  2. (Familier) Totalement.
    • Être à la ramasse total.

Nom commun

total \tɔ.tal\ masculin

  1. Ce qui est obtenu en considérant tout, ensemble, somme.
    • Le total d’une addition.
    • Je vous donnerai tant pour le total.
    • Le total de sa succession.
    • Il y a tant au total.
    • La somme des totaux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Total : définition du Littré (1872-1877)

TOTAL (to-tal, ta-l') adj.
  • 1À quoi il ne manque rien. Somme totale. Il arriva un accident que je crus devoir être cause de ma totale destruction, Voiture, Lett. 10. Se laisser dépouiller au dehors et au dedans, c'est le total martyre et par conséquent l'état le plus éloigné de l'illusion, Fénelon, t. XVIII, p. 369.

    Une éclipse de lune est totale lorsque la lune pénètre entièrement dans le cône d'ombre de la terre.

    Il y a éclipse totale du soleil pour les points de la terre pour lesquels la lune couvre complétement le soleil.

    Marée totale, différence entre la moyenne de deux pleines mers consécutives et la basse mer intermédiaire.

  • 2 S. m. Un tout, l'assemblage de plusieurs choses considérées comme un tout. Ces deux totaux font tant. On ne pourrait estropier cent soldats sur toute une armée, qu'on ne diminuât les forces du total de l'armée, Fénelon, t. III, p. 175. Il faut qu'ils [les matérialistes] disent que le monde matériel a en soi essentiellement la pensée et le sentiment… et il faut avec cela confesser qu'il n'y a qu'un petit nombre de parties qui aient ce sentiment et cette pensée essentielle au total du monde, Voltaire, Métaphys. 2. D'abord réunissant les deux sommes en une, C'est un total, Collin D'Harleville, Vieux célib. II, 7.
  • 3Au total, en total, loc. adv. Tout compensé, tout compris. Au total, c'est une bonne affaire. Or là, puisqu'au total il n'est pas arrivé d'accident…, Picard, Provinc. à Paris, I, 7.
  • 4Somme totale, loc. adv. En comptant tout. Cela coûte, somme totale, dix mille francs.

HISTORIQUE

XIVe s. Une injustice especial, qui est partie de tele injustice total, Oresme, Éth. 143.

XVe s. Il devoit avoir le gouvernement total du royaume, Juvénal Des Ursins, 1380.

XVIe s. Tous les autres Syracusains estoient comme le corps et les membres de tout l'equippage d'Archimedes, et luy seul en estoit l'ame qui mouvoit et remuoit le total, Amyot, Marc. 26. Les faultes d'une partie gastée, qui pourroient estre prejudiciables au total, sont souvent redressées et corrigées par les autres parties saines et entieres, Amyot, Lys. 32.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Total : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TOTAL, s. m. (Commerce.) assemblage de plusieurs parties qui composent un tout. Les quatre quarts ou les trois tiers d’une aune en font le total.

Total se dit aussi en fait de comptes de plusieurs nombres ou sommes qu’on a jointes ensemble par l’addition pour connoître le montant, soit du crédit, soit du débit d’un compte, c’est-à-dire de la recette ou de la dépense. L’addition de plusieurs nombres forme un total ou somme totale. Dictionnaire de commerce.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « total »

Étymologie de total - Littré

Lat. totalis, qui doit avoir existé puisqu'on trouve totaliter, et qui dérive de totus (voy. TOUT). Au lieu de total, substantif, on disait au XVIe s. siècle, totage.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de total - Wiktionnaire

(XIVe siècle) Du latin médiéval totalis, dérivé de totus (« tout »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « total »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
total tɔtal play_arrow

Citations contenant le mot « total »

  • La Nature, trésor inépuisable des couleurs et des sons, des formes et des rythmes, modèle inégalé de développement total et de variation perpétuelle, la Nature est la suprême ressource ! De Olivier Messiaen
  • Si le nombre pair de douze a été fixé pour chiffrer le total des membres d'un jury d'assises, c'est pour éviter à celui-ci de commettre un impair. De Pierre Dac
  • Etre fataliste, ce n'est pas tellement croire en Dieu. C'est bien plutôt une sorte de lassitude, une forme du dilettantisme et un manque presque total de volonté. De Sacha Guitry
  • La vérité du drame est dans ce pur espace qui règne entre la stance heureuse et l'abîme qu'elle côtoie : cet inapaisement total, ou cette ambiguïté suprême. De Saint-John Perse / Sur Dante
  • L'adultère demande une telle liberté d'esprit, un égoïsme si candide et un manque de scrupules si total qu'il ne peut raisonnablement être conseillé qu'aux célibataires. De Jacques Faizant
  • L’animal apporte une chose en plus : sa fidélité et son désintéressement. Un amour total. Un amour sans frontières sans fin. De Brigitte Bardot / l’interview de l’Express du 19 janvier 1990
  • Les courses d’avions ne demandent pas nécessairement beaucoup de courage mais une certaine folie et un total mépris de sa propre vie. De Mary Haizlip
  • Pour que votre voyage de noces soit un succès total sur le plan touristique, sentimental et sexuel, la première chose à faire est de partir seul. De Pierre Desproges
  • L'espoir d'un succès est essentiellement lié à l'expérimentation, l'engagement total de son être. De Anonyme
  • Il n'y a pas d'action véritable sur l'autre sans un don total à l'autre. De Fernand Ouellette / Lucie ou un midi en novembre
  • Le succès n’est jamais total, l’échec n’est jamais complet. Il n’y a que le courage qui compte. De Ben Tilton
  • Avec toutes les promesses que font nos députés, le budget total des États-Unis serait insuffisant pour un seul département français. De Pierre Doris
  • Le concept de roman total m’intéresse, le roman qui explique tout un monde. De Victor Del Arbol / Libération Livres, 19 février 2015
  • Le silence total est parfois le plus sûr moyen d’être dérangé par le moindre bruit. De Pierre Daninos / Vacances à tous prix
  • L'histoire est le total des choses qui auraient pu être évitées. De Konrad Adenauer

Images d'illustration du mot « total »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « total »

Langue Traduction
Corse tutali
Basque guztira
Japonais 合計
Russe общее количество
Portugais total
Arabe مجموع
Chinois
Allemand gesamt
Italien totale
Espagnol total
Anglais total
Source : Google Translate API

Synonymes de « total »

Source : synonymes de total sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « total »



mots du mois

Mots similaires