Tempête : définition de tempête


Tempête : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TEMPÊTE, subst. fém.

A. −
1. Perturbation atmosphérique importante sur terre ou sur mer, caractérisée essentiellement par un vent violent (souvent accompagné de précipitations) et, en mer ou sur un lac, par de fortes vagues. Je voyais avec un plaisir indicible le retour de la saison des tempêtes, le passage des cygnes et des ramiers, le rassemblement des corneilles dans la prairie de l'étang (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 130).Dans la plupart des régions de France on constate du mauvais temps, tandis que la tempête sévit sur la mer du Nord, sur la Manche et sur l'Atlantique (Le Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 2, col. 1-2).
SYNT. Effroyable, furieuse, grande, violente tempête; tempête d'automne, d'équinoxe; tempête de vent; les tempêtes de l'océan; souffle, violence de la tempête; hurlements, mugissements de la tempête; ciel, vent de tempête; jour, nuit, soir de tempête; la tempête fait rage, gronde, mugit, rugit, souffle; la tempête se déchaîne, s'élève, s'apaise, se calme; affronter la tempête; annoncer, précéder la tempête; essuyer une tempête; échapper à la tempête; lutter contre la tempête; disparaître dans une tempête; exposé aux tempêtes; dispersé, emporté, secoué par la tempête; rocher, vaisseau battu par la tempête; tempête sur le lac, sur la mer; en pleine tempête; à l'approche, au cours, au fort, au milieu, au sein de la tempête; à l'abri des tempêtes; la tempête jette qqn sur la côte; le vent souffle en tempête.
P. méton. Mention figurant sur un baromètre. Le baromètre a descendu une fois, en 1796, à trois lignes au-dessous de tempête (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 139).Avis de tempête. V. avis B 2 e.
Tempête de neige. Perturbation s'accompagnant de fortes chutes de neige. Synon. tourmente de neige.Il est parti une nuit, par une épouvantable tempête de neige (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 367).Tempête de sable*.
[Dans le domaine relig.; symb. de la puissance, de la colère de Dieu] C'est Jehova qui sort! Il descend au milieu Des tempêtes et du tonnerre! (Lamart., Harm., 1830, p. 363).
2. Spécialement
a) GÉOGR. Le cap des Tempêtes. Le cap de Bonne-Espérance. La mer bout depuis l'Amazone jusqu'au Cap des Tempêtes! (Claudel, Chr. Colomb, 1929, 1repart., p. 1164).
Expr. fig. Doubler, franchir, passer le cap des Tempêtes /tempêtes. Sortir d'une situation difficile, troublée; sortir de l'âge des passions. Philine a eu d'assez gros ennuis, mais elle paraît avoir doublé le cap des Tempêtes, et naviguer maintenant dans des eaux calmes et sous des cieux propices (Amiel, Journal, 1866, p. 96).Mon âge m'enlevait quelque autorité pour parler de ces choses [la pureté], moi qui ai passé le cap des tempêtes (Mauriac, Nouv. Bloc-Notes, 1959, p. 173).
b) ORNITH. Oiseau des tempêtes. Oiseau de haute mer (notamment le goéland et certaines variétés de pétrels ou d'oiseaux proches des pétrels). Aucun écho du monde n'arrivait jusqu'à elle [une île]. Seuls, les oiseaux des tempêtes s'y reposaient pendant leurs longues traversées (Verne, Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p. 223).V. oiseau I A 1 a.
B. − P. anal.
1.
a) Explosion violente; bruit violent, fracas, agitation. Tempête d'applaudissements, de bravos, de cris, d'injures, de sifflets, de voix; des tempêtes de rire. Faire tonner [le motif principal] au finale avec la tempête graduée de tous les instruments (Nerval, Filles feu, Angélique, 1854, p. 567).Il y eut un cri terrible dans le lit; et puis une tempête furieuse sous le drap. Ça remuait, remuait, s'agitait, frétillait. Elle ne pouvait plus se dégager, tout enroulée là-dedans (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Surprise, 1882, p. 19).
b) Locutions
De tempête, loc. adj. Qui a des caractéristiques rappelant la tempête, ses manifestations (bruit, violence, impétuosité, etc.). Bruit, clameur, rire de tempête. Hâan furieux, s'élançant à la porte, se mit à crier d'une voix de tempête:Montez (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p. 120).Il courait après l'abbé Godart, qui, la cérémonie finie, s'en allait de son pas de tempête, en oubliant ses deux enfants de chœur (Zola, Terre, 1887, p. 510).
En tempête
Loc. adj. Synon. de en bataille.La touffe insensée des blonds cheveux en tempête (Colette, Chatte, 1933, p. 204).
Loc. adv. D'une façon brutale, sans ménagement. Entrer en tempête dans un endroit. Elle l'entraîna en tempête hors du salon (Drieu La Roch., Rêv. bourg., 1937, p. 235).
2. ASTROPHYS. Tempête magnétique. Synon. de orage* magnétique.Très souvent le passage d'une tache solaire au méridien dont le plan contient la terre est suivi par une tempête magnétique et par une aurore (H. Poincaré, Hyp. cosmogon., 1911, p. 247).
C. − Au fig.
1. Trouble, agitation, réaction violente d'une personne, d'une collectivité; grand trouble, grande agitation de l'âme, de l'esprit chez une personne. Tempête civile, politique, populaire, révolutionnaire; tempête de l'âme, du cœur; tempête d'amour, de haine; tempêtes intérieures, morales; tempêtes de la vie; tempêtes de jalousie; déchaîner, apaiser la tempête; résister à la tempête; il y a tempête. Chez cet être singulier, c'était presque tous les jours tempête (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p. 64):
On pouvait croire que cette petite opération, si heureusement effectuée, serait entérinée sans secousse par le Gouvernement américain (...). Or, ce fut une vraie tempête qui éclata aux États-Unis. De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 185.
[En corrélation avec calme] Le calme avant la tempête. Espérons que toutes nos agitations sont terminées et que le calme va succéder à la tempête (Flaub., Corresp., 1864, p. 126).[En corrélation avec port au sens de « terme, refuge, abri »] S'assurer un port dans la tempête. Sur cette figure (...) de madame de Cursy, apparaissait le calme céleste, mérité dès ici-bas, la possession acquise de l'impérissable port au sein des tempêtes (Sainte-Beuve, Volupté, t. 2, 1834, p. 25).
2. Expr. Une tempête dans un verre d'eau. Beaucoup d'agitation pour quelque chose de peu d'importance, de peu de valeur. Cette affaire (...) semblerait, à côté des grandes cata-strophes qui ont bouleversé l'Europe, une tempête dans un verre d'eau (Vigny, Journal poète, 1856, p. 1323).
3. Proverbe. Qui sème le vent récolte la tempête. V. récolter.
4. [P. allus. au titre de chap. « Une tempête sous un crâne » des Misérables, 1repart., VII, 3 de V. Hugo, dans lequel Jean Valjean se pose un cas de conscience] Je réfléchis, j'eus ma petite tempête sous un crâne (...). Bref, je pris l'énergique parti de m'éloigner (Courteline, Femmes d'amis, Fils, 1885, p. 129).
REM.
-tempête, élém. de compos.V. falot(-)tempête (rem. b s.v. falot1), lampe-tempête, lanterne-tempête (rem. s.v. lanterne) et aussi:
Pétrel-tempête, subst. masc.,ornith. Oiseau appartenant à une variété de pétrels. Montagnes à droite, montagnes à gauche. Des pingouins partout, des pétrels-tempêtes (Hugo, Travaill. mer, 1866, p. 184).
Prononc. et Orth.: [tɑ ̃pεt]. Ac. 1694, 1718: tempeste; dep. 1740: tempête. Étymol. et Hist. 1. 938-950 « vent violent accompagné de rafales de pluie, de grêle » ici, en mer (Jonas, éd. G. de Poerck, 6: Scio enim ego quoniam propter me si est venu de cise tempestes super vos); 1176-81 allus. au caractère subit et destructeur de la tempête (Chrétien de Troyes, Chevalier de la charrette, éd. M. Roques, 2728: Lors le fiert [...] si l'anvaïst come tanpeste); ca 1195 id. (Ambroise, Guerre sainte, 2229 ds T.-L.: Cil [li Turc] saillirent come tempeste); 2. a) 1174-77 « mauvais traitement, ravage » (Renart, éd. M. Roques, 6518); b) ca 1200 « malheur » (Guiot de Provins, Bible, 2474 ds Œuvres, éd. J. Orr, p. 87: c'est une tenpeste Quant il assemblent en un leu [li legistre] ou il cudent faire lor preu); c) α) 1205-50 [ms. H xives.] « bruit, vacarme » demener grant tempeste (Renart, éd. E. Martin, XXIII, 1502); β) 1668 la tempête de sa voix (La Fontaine, Fables, II, 19); 3. 1176-81 « agitation, trouble de l'âme, de l'esprit » (Chrétien de Troyes, Chevalier au lion, éd. M. Roques, 2946: Li osterons nos de la teste Tote la rage et la tempeste); 4. fin xives. « troubles dans un État, tourmente politique » (Eustache Deschamps, Miroir de mariage, 11570 ds Œuvres, éd. Queux de St-Hilaire, t. 9, p. 372). D'un lat. vulg. *tempesta (viies. Gl. de Reichenau), fém. subst. de l'adj. b. lat. tempestus, synon. de tempestivus « opportun; précoce » (viiies. P. Diaconus ex Festo, 499, 6 ds Ern.-Meillet, s.v. tempus II: tempesta, tempestiva). *Tempesta semble avoir assumé les sens du class. tempestas « époque, moment; temps qu'il fait; mauvais temps, tempête, orage », fig. « trouble, malheur, calamité [tempestas populi; querelarum; invidiae] ». Cf. 1. le subst. masc. a. fr. tempest « orage, tempête » (ca 1100 Roland, éd. J. Bédier, 2534), fig. « douleur, malheur » (ca 1220 Gui de Cambrai, Barlaam et Josaphat, 105 ds T.-L.), issu d'un subst. lat. vulg. *tempestus, forme masc. de *tempesta; 2. le subst. fém. a. fr. tempesté « tempête » (1119 Philippe de Thaon, Comput, 1914, ibid.), issu de tempestatem, acc. de tempestas, -atis; cf. aussi 3. le subst. masc. a. fr. tempier « tempête » (ca 1150 Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 645), « douleur, malheur » (ca 1200 Raimbert de Paris, Ogier le Danois, 10060 ds T.-L.) , issu du lat. vulg. *temperium, formé sur (in)temperies (intempérie*), lui-même dér. de temperare, mais directement rapproché de tempus (Ern.-Meillet, s.v. temperare ; Thomas [A.] Nouv. Essais, p. 115). Fréq. abs. littér.: 3 086. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5 890, b) 5 231; xxes.: a) 3 767, b) 3 029. Bbg. Mantha (S.). Phénomènes atmosphériques dans le dict. explicatif combin. du fr. moderne... R. québec. Ling. 1984, t. 14, no1, pp. 189-217. − Quem. DDL t. 27, 30 (s.v. tempête magnétique).

Tempête : définition du Wiktionnaire

Nom commun

tempête \tɑ̃.pɛt\ féminin

  1. (Météorologie) Tourmente atmosphérique, violente agitation de l’air, souvent accompagnée de pluie, de neige, de grêle, d’éclairs, de tonnerre, etc.
    • Pendant cette journée, dans l’après-midi, les brumes s’épaissirent et prirent une teinte jaunâtre d’un sinistre aspect. Le lieutenant était assez inquiet, […], il s’entretenait avec le sergent Long, que ces symptômes d’une tempête ne laissaient pas de préoccuper. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Le 30 août l'« Hekla » voulu rejoindre la glace et explorer la côte : coup sur coup elle fut assaillie par de violentes tempêtes avec neige et pluie ; il fallait céder à la bourrasque et à la force des lames et s'éloigner ; […]. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Il vente très fort, des goélands passent, emportés par la tempête, et essaient vainement de remonter le vent. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • A chaque tempête, les dunes progressent vers l'intérieur des terres. […]. Des villages entiers sont engloutis : habitations, église, tout disparaît sous le sable. — (Jean-Henri Fabre, La Plante ; leçons à mon fils sur la botanique, Paris, Delagrave, 1905, 8e éd., p.111)
  2. Tourmentes furieuses sur la mer, qui soulèvent les flots.
    • Une fois engagé dans ces mers orageuses et ignorées, sa perte était certaine. Une tempête jeta dix-sept navires sur la côte d’Irlande […] — (Frédéric Zurcher et Élie-Philippe Margollé, Les Naufrages célèbres, Hachette, Paris, 1873, 3e édition, 1877, p. 13)
    • La tempête les a dispersés, les a jetés sur telle côte, les a brisés contre les rochers.
  3. (Figuré) Violente agitation, tourmente politique, mouvement dirigé contre quelqu’un pour le perdre, pour l’accabler.
    • De Gaulle que tant de tempêtes avaient assailli sans jamais l’ébranler, s’évanouit et disparut à la première égratignure que lui fit un parlement-croupion. — (François Mitterrand, Le coup d’État permanent, 1965)
    • Au troisième jour d’une période électorale en Inde qui va se terminer le 19 mai, l’article s’est retrouvé au cœur d’une tempête politique. — (Julien Bouissou, Tempête politique en Inde après les révélations du « Monde » sur la dette fiscale effacée par la France, Le Monde. Mis en ligne le 14 avril 2019)
    • Il voyait la tempête se former. — Demeurer calme dans la tempête.
    • Laisser passer la tempête. — Conjurer, détourner la tempête.
  4. (Figuré) Violente et bruyante explosion.
    • Soulever une tempête d’injures.
    • Déchaîner une tempête d’acclamations.

Forme de verbe

tempête \tɑ̃.pɛt\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de tempêter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de tempêter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de tempêter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de tempêter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de tempêter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tempête : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TEMPÊTE. n. f.
Tourmente atmosphérique, violente agitation de l'air, souvent accompagnée de pluie, de grêle, d'éclairs, de tonnerre, etc. Violente, furieuse tempête. Le vent souffle en tempête. La tempête est apaisée, a cessé. La tempête redouble. Il s'est élevé tout d'un coup une furieuse tempête. La tempête a abattu de grands arbres dans la forêt. La tempête a fait de terribles ravages dans cette province. Se mettre à l'abri, à couvert de la tempête. Il se dit spécialement des Tourmentes furieuses sur la mer, qui soulèvent les flots. Il a été surpris par la tempête, assailli par la tempête. Des vaisseaux agités et battus de la tempête, par la tempête. La tempête les a dispersés, les a jetés sur telle côte, les a brisés contre les rochers. Fig. et fam., Une tempête dans un verre d'eau, Beaucoup de bruit et d'agitation pour peu de chose. L'oiseau des tempêtes, Le goéland.

TEMPÊTE se dit au figuré d'une Violente agitation, d'une tourmente politique, d'un mouvement dirigé contre quelqu'un pour le perdre, pour l'accabler. Sa fermeté ne l'a point abandonné au milieu des tempêtes suscitées contre lui. Il voyait la tempête se former. Demeurer calme dans la tempête. Laisser passer la tempête. Conjurer, détourner la tempête. Il se dit encore d'une Violente et bruyante explosion. Soulever une tempête d'injures. Déchaîner une tempête d'acclamations.

Tempête : définition du Littré (1872-1877)

TEMPÊTE (tan-pê-t') s. f.
  • 1Violente agitation de l'air souvent accompagnée de pluie, de grêle, d'éclairs, de tonnerre. Semblables à ces hautes montagnes dont la cime, au-dessus des nues et des tempêtes, trouve la sérénité dans sa hauteur et ne perd aucun rayon de la lumière qui l'environne, Bossuet, Louis de Bourbon.

    Terme de météorologie. Tempêtes, vents violents qui, après avoir soufflé un certain temps de la même direction, en changent quelquefois plus ou moins brusquement.

    Dans la nomenclature des vents, on réserve ce nom à un vent qui parcourt 20 mètres à la seconde.

    Tempête tournante, voy. OURAGAN.

  • 2 Particulièrement. Orage sur mer. La reine se met en mer au mois de février, malgré l'hiver et les tempêtes, Bossuet, Reine d'Anglet. Je tremble au seul récit de la tempête furieuse dont sa flotte fut battue durant dix jours, Bossuet, ib. Le cap de Bonne-Espérance est fameux par ses tempêtes et par le nuage singulier qui les produit, Buffon, Hist. nat. Preuv. th. terr. Œuv. t. II, p. 261.

    Fig. Après s'être sauvée des flots, une autre tempête lui fut presque fatale ; cent pièces de canon tonnèrent sur elle à son arrivée, Bossuet, Reine d'Angl. Nous l'avons vu, dit l'une, affronter la tempête De cent foudres d'airain tournés contre sa tête, Boileau, Épît. IV.

    Le cap des Tempêtes, le cap de Bonne-Espérance.

    Fig. Doubler le cap des tempêtes, échapper à un péril, à une crise.

    L'oiseau des tempêtes, le goëland. Et, comme l'oiseau des tempêtes, Tremper tes ailes dans les flots, Hugo, Feuilles d'automne, 10.

  • 3Grand fracas. Leur troupe n'était pas encore accoutumée à la tempête de sa voix, La Fontaine, Fabl. II, 19.
  • 4 Fig. Grande agitation de l'âme. Les uns [les gens de cour] sont tout de feu [dans l'amour], et les autres [les gens de la ville] mènent une vie dont l'uniformité n'a rien qui frappe ; la vie de tempête surprend, frappe et pénètre, Pascal, Pass. de l'amour. L'amour peut bien remuer le cœur des héros du monde, il peut bien y soulever des tempêtes, mais il y a des âmes d'un ordre supérieur à ses lois, Bossuet, Mar.-Thér. Je sais par quels ressorts on le pousse, on l'arrête, Et fais, comme il me plaît, le calme et la tempête, Racine, Esth. III, 5.
  • 5 Fig. Ce qui s'élève contre quelqu'un comme le vent de la tempête. Si vous voulez calmer toute cette tempête,…, Corneille, Héracl. III, 4. Quelque tempête va renverser mes desseins, Et ce secret sans doute est celui que je crains, Molière, le Dép. III, 3. Quelle tempête devait s'élever contre l'Église naissante ! Bossuet, Hist. II, 12. Je m'assure un port dans la tempête ; Néron m'échappera, si ce frein [Britannicus vivant] ne l'arrête, Racine, Brit. I, 1. Nous [les encyclopédistes] avons essuyé cet hiver une tempête ; j'espère qu'enfin nous travaillerons en repos ; je me suis bien douté qu'après nous avoir aussi maltraités qu'on a fait, on reviendrait nous prier de continuer, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 24 août 1752.
  • 6Querelle violente. Pour peu que l'on s'oppose à ce que veut sa tête, On en a pour huit jours d'effroyable tempête ; Elle me fait trembler dès qu'elle prend son ton, Molière, Fem. sav. II, 9.
  • 7Trouble, sédition dans un État. Un coup imprévu de tempête civile et domestique jette sur des bords étrangers cette princesse infortunée qui…, Fléchier, Mme d'Aiguill. Heureux qui, dans le sein de ses dieux domestiques, Se dérobe au fracas des tempêtes publiques ! Delille, Homme des champs, II.

HISTORIQUE

XIe s. Sis [si les] aquillit e tempeste e ored, Ch. de Rol. LIII.

XIIe s. Il le fiert si qu'il lui abat L'espée moult près de la teste, Si l'envaïst come tempeste, la Charrette, 2726.

XIIIe s. Dieux dist, et si estut li esperites de tempeste, et eslevé sunt li flot de la mer, Psautier, f° 133.

XIVe s. Et telle chose avient aucune foiz en tempestes à ceulx qui, pour leur neif alegier, jettent lour denrées en la mer, Oresme, Éth. 48. En celle tempeste [en ce temps] vindrent li Normant la seconde fois jusques à Paris, Du Cange, tempesta. Le vol d'un hairon bien montant, Est-ce point chose deduisant, Qui monte hault jusques aux nues ? Et puis aucunes fois advient Qu'il [l'épervier] le prend là haut par la teste, Puis s'en viennent comme tempeste, Tournant aval jusqu'à la terre, Modus, f° CVI, verso.

XVe s. Et tant que Philippes Giffars, Qui pour le prevost se mesloit, Et qui très bien armez estoit, Et avoit bacinet en teste, Fut occis en ceste tempeste, Deschamps, Poésies mss. f° 573.

XVIe s. Lors commence à tirer et faire tel tempeste Que ie camp de Venise en peult ouyr la feste, Marot, J. v, 119. Deux pots au feu signifient feste, deux femmes font la tempeste, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Tempête : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TEMPÊTE, s. f. (Phys.) agitation violente de l’air avec de la pluie ou sans pluie, ou avec de la grêle, de la neige, &c. Voyez Vent, Ouragan, &c.

Il y a des endroits dans la mer plus sujets que d’autres aux tempêtes ; par exemple, vers la partie septentrionale de l’équateur, entre le quatrieme & le dixieme degré de latitude, & entre les méridiens qui s’étendent au-delà des îles hespérides. On a toujours entre les mois d’Avril & de Septembre, du tonnerre, des éclairs, des ouragans, des ondées, &c. qui se succedent fort vîte les uns aux autres ; il fait aussi souvent des tempêtes proche les côtes d’Angola. Mussch. essai de Physique. (O)

Tempête, (Mythol.) les Romains avoient déifié la Tempête ou les tempêtes ; elle avoit un temple à Rome, Ovide, dans le VI. liv. des Fastes :

Te quoque Tempestas, meritam delubra fatemur,
Cum penè est Corsis obruta classis aquis.

« Nous avouons que la Tempête a mérité des temples quand notre flotte fut presque submergée près de Corse ». Cela arriva l’an de Rome 494 : lorsque le vieux Scipion qui étoit alors consul, prit Corse, ses vaisseaux furent en grand danger ; c’est pourquoi il voua un temple à la Tempête dans le premier quartier de Rome ; c’est ce qu’il est facile de justifier par un monument de ce tems-là, que Gassendi rapporte dans la vie de M. de Peiresk.

On ne sera pas fâché de le lire ici ; car c’est une chose assez curieuse de voir de quelle maniere les premiers latins écrivoient leur langue. Honc. Oino. Ploirume. consentiont. R. Duonoro. Optimo. Fuisse. Viro. Luciom. Scipione. filios. Barbati. Consol. Censor, Aidilis, Hic Fuct. A. Hic cepit. Corsica. Alteriaque Urbe dedet. tempestatibus. Aide Mereto.

Voici comment on l’écriroit aujourd’hui, Hunc unum plurimi consentiunt Romani bonorum optimum fuisse virum Scipionem, filius Barbati, consul, censor, ædilis, hic fuit, autem hic cepit Corsicam, Alteriam que urbem, dedit tempestatibus ædem meritò, « c’est-à-dire, la plûpart des Romains tombent d’accord, que Lucius Scipion fils de Barbatus, étoit le plus honnête homme de la république ; il fut consul, censeur, & édile ; il prit Corse & la ville d’Altéria, & il consacra aux tempêtes le temple qu’elles avoient bien mérité ». (D. J.)

Tempête, (Peint. poétiq.) voilà le phénomène de la nature, sur lequel les anciens poëtes ont le plus exercé leurs talens ; mais de l’aveu des connoisseurs, c’est Virgile qui a remporté le prix dans cette carriere ; je n’excepte pas même Homere, quoique le prince des poëtes latins ait pris la description du Ve. livre de l’odissée pour modele. Celle de Lucain, liv. V. est peut-être ridicule ; & celle d’Ovide, Métam. II. & Trist. I. est certainement trop badine ; mais Virgile s’est surpassé par la vérité du coloris, la force & la grandeur des images. Je relis avec un nouveau plaisir sa description, pour la trentieme fois, & je croirois manquer au bon goût, que de ne la pas transcrire dans cet ouvrage.

Venti velut agmine facto,
Quâ data porta ruunt, & terras turbine perflant.
Incubuere mari, totumque à sedibus imis
Una Eurusque Notusque ruunt, creberque procellis
Aphricus, & vastos volvunt ad littora fluctus.
Insequitur, clamorque virum, stridorque rudentum,
Eripiunt subitò nubes, cælumque, diemque
Teucrorum ex oculis, ponto nox incubat atra :
Intonuere poli, & crebris micat ignibus æther.
Proesentemque viris intentant omnia mortem.
Talia jactanti stridens Aquilone procella
Velum adversa ferit, fluctusque ad sidera tollit :
Franguntur remi, tum prora avertit, & undis
Dat latus, insequitur cumulo proeruptus aquæ mons.
Hi summo in fluctu pendent his unda dehiscens
Terram inter fluctus aperit, furit æstus arenis.
Tres Notus abreptas in saxa latentia torquet,
Saxa vocant Itali, mediis quæ fluctibus aras,
Dorsum immane mari summo, tres Eurus ab alto
In brevia & syrteis urget, miserabile visu,
Illiditque vadis, atque aggere cingit arenæ.
Unam, quæ Lycios, fidumque vehebat Orontem,
Ipsius ante oculos ingens à vertice pontus
In puppim ferit, excutitur, pronusque magister
Volvitur in caput ; ast illam ter fluctus ibidem
Torquet agens circum, & rapidus vorat æquore vortex.
Apparent rari nantes in gurgite vasto :
Arma virûm, tabuloeque & Troïa gaza per undas.
Jam validam Ilionei navem, jam fortis Achatoe
Et qua vectus Abas, & qua grandoevus Alethes
Vicit hyems, laxis laterum compagibus omnes
Accipiunt inimicum imbrem, rimisque fatiscunt.

Æneid. l. I. v. 87. &c. & 106. &c.

A l’instant tous les vents en foule sortent impétueusement de leurs cavernes, & se répandant sur la terre & sur la mer, y excitent la plus affreuse tempête. Le jour fuit ; les nuages épais dérobent le ciel aux Troïens, & les plongent dans les ténebres. Les cris des matelots, le bruit des cordages, la nuit répandue sur les ondes, les fréquens éclairs dont l’air est enflammé, le tonnerre qui gronde au septentrion & au midi, tout offre l’image d’une mort inévitable. La tempête augmente, & l’aquilon luttant contre les voiles, déploie ses fureurs ; il éleve les vagues jusqu’aux nues, & brise les rames ; la proue des navires se renverse, & ils prêtent le flanc aux vagues qui, comme de hautes montagnes, les accablent ; les navires semblent tantôt plongés dans le sein de la mer, & tantôt élevés jusqu’aux nues ; trois furent jettés par le vent du sud sur des bancs de sable, & contre ces vastes rochers à fleur d’eau, que nous appellons autels ; trois furent emportés par le vent d’est vers les Syrtes, où ils toucherent les sables & échouerent ; celui qui portoit le fidele Oronte, & les Lyciens, reçut un coup de vague qui submergea sa poupe dans les flots ; le pilote tombe, le vaisseau tourne, & est bientôt enseveli dans les gouffres de Neptune ; à peine un petit nombre de ceux qui le montoient, pût-il se sauver à la nage ; on voit flotter au tour d’eux les débris de leur naufrage ; déja les navires d’Ilionée, d’Acate, d’Abas, & du vieux Alethès, succombent sous les fureurs de la tempête. Tous enfin fracassés & entr’ouverts, font eau de toutes parts, & sont prets d’être engloutis.

Entre les modernes, les Anglois ont excellé. Y a-t-il ailleurs de plus belle description de tempête que celles de Milton, du chevalier Blackmore, & de M. Thompson.

Il est difficile de rendre leurs vers en notre langue. Voici une esquisse de la tempête du dernier des trois poëtes que j’ai nommés.

Tout est dans l’étonnement, la crainte, & le silence, quand tout-à-coup l’éclair se montre au sud, à l’œil effrayé ; le tonnerre qui le suit plus lentement, fait entendre sa voix terrible à-travers les nuages, dans la vaste étendue de l’air ; la tempête gronde & résonne dans les cieux ; mais quand l’orage approche, qu’il roule son terrible fardeau sur les vents, les éclairs forment alors des sillons plus larges, & le bruit redouble. Aussitôt une flamme livide se déploie sur la tête, le nuage s’ouvre & se ferme sans-cesse, se ferme & s’ouvre encore, s’étend, & enveloppe tout dans une mer de feu ; le bruit suit de près, augmente, brise ses liens, s’approfondit, devient une confusion ; le fracas répété, écrase & déchire le ciel & la terre.

Un déluge de grêle bruyante, & de pluie chaude en grosses gouttes, se précipite avec fracas, & les nuages ouverts versent un fleuve entier ; cependant le flambeau de l’invincible éclair n’est pas encore éteint ; il fait de nouveaux efforts ; le tonnerre tournoyant en balles rouges, déchire fierement, & allume les montagnes avec une rage redoublée ; le pin brisé & noirci du coup, demeure un tronc informe & hideux ; les troupeaux frappés, restent étendus comme un grouppe inanimé : ici, les douces brebis, avec le regard toujours innocent, semblent ruminer encore, le taureau paroît froncer le sourcil, & le bœuf est à moitié de bout. Le rocher escarpé est frappé du même coup, ainsi que la vénérable tour, & le temple en pyramide, qui tombent, & perdent pour jamais leur ancien orgueil ; les bois obscurs tressaillent à l’éclair, & les arbres antiques, environnés de feux, tremblent jusque dans leurs profondes racines ; le rugissement furieux retentit au milieu des montagnes de Carnarvon, le sommet hérissé tombe en éclat dans la mer enflammée, détaché des roches de Pennamaur, entassées jusqu’aux cieux ; la pointe de Snowden se fondant, quitte subitement ses neiges éternelles ; le haut du Chéviot plein de bruyeres, se voit de loin enflammé, & Thulé retentit à travers ses îles les plus reculées.

Enfin les nuages dispersés de la surface des cieux, errent en désordre ; le firmament sans bornes s’éleve, & étend sur le monde un azur plus pur ; la nature après la tempête se pare de nouveau ; l’éclat & le calme se répandent en un instant à travers l’air qui s’éclaircit ; une écharpe éclatante de joie, ornée d’un rayon jaune, signe du danger passé, environne les champs baignés encore après l’orage. (Le chevalier de Jaucourt.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tempête »

Étymologie de tempête - Littré

Wallon, tainpess ; provenç. tempesta ; du latin fictif tempesta ; les autres langues romanes ont : espagn. tempestad ; ital. tempestà, de tempestatem. Tempestas vient de tempus, temps, et a d'abord signifié moment du jour, puis état atmosphérique en général, enfin spécialement mauvais temps. À côté de tempeste, il y avait un masculin tempest, qui suppose un latin fictif tempestus : E les orez, les merveillus tempez, Ch. de Rol. CLXXXII.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tempête - Wiktionnaire

Du moyen français tempeste, de l’ancien français tempeste, du latin tempestas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tempête »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tempête tɑ̃pɛt play_arrow

Citations contenant le mot « tempête »

  • Edouard est le cinquième phénomène cyclonique à voir le jour sur le bassin Atlantique depuis le mois de mai. Classé en tempête tropicale, il n’a fait aucun dégât mais détient un record de précocité qui inquiète. Tameteo.com | Meteored, Tempête tropicale Edouard : des inquiétudes pour la saison à venir ?
  • Après avoir balayé le Texas, accompagnée de fortes pluies et de bourrasques, Hanna avait été rétrogradée en tempête tropicale. Mais les météorologistes avaient mis en garde contre le risque d'inondations et de glissements de terrain dans le nord du Mexique. , Mexique : Deux morts et quatre disparus après le passage de la tempête Hanna
  • À ce stade, il semble qu'une tempête tropicale, voire un ouragan, risque de menacer les îles des Petites Antilles en milieu de semaine, entre mercredi et jeudi, sur un secteur compris entre Sainte-Lucie et les Îles du Nord. Martinique la 1ère, Une tempête tropicale, voire un ouragan, risque de menacer les Petites Anti
  • La tempête Hanna est devenue ce samedi le premier ouragan de l'année 2020 et s'approche de la côte du Texas aux États-Unis, selon le centre américain des ouragans NHC. , Météorologie - Climat | La tempête Hanna, premier ouragan de l'année 2020, s'approche du Texas
  • Selon le National Hurricane Center, l’organisme américain qui surveille la formation et l’évolution de ce genre de phénomène, il était effectivement fort probable que “l’onde tropicale 21” devienne rapidement la neuvième tempête de l’année. Ce qui est devenu le cas dans la journée de ce mercredi.  Le HuffPost, Météo: les Antilles françaises en vigilance orange à cause d'une tempête tropicale | Le HuffPost
  • Les premiers effets de la tempête seront ressentis jeudi 30 juillet à la mi-journée et les perturbations qui devraient s'intensifier jusqu'à vendredi matin, sont susceptibles de provoquer des inondations et des glissements de terrain. Chaque année, de juin à novembre, Haïti est sous la menace de cyclones mais de fortes averses suffisent à menacer la vie des citoyens les plus défavorisés. RTL.fr, Haïti : l'île placée en alerte orange à l'approche d'une tempête tropicale
  • L'amour-propre est un ballon gonflé de vent dont il sort des tempêtes quand on y fait une piqûre. De Voltaire
  • Cris de mouettes, signe de tempête. De Proverbe français
  • Gardez le cap dans la tempête et tenez fermement la barre. De Guy Roux
  • Dans la maison de la fourmi, la rosée est une tempête. De Proverbe arabe
  • Agir dans la colère, c’est s’embarquer dans la tempête. De Proverbe allemand
  • La solitude est une tempête de silence qui arrache toutes nos branches mortes. De Khalil Gibran
  • Le voeu fait dans la tempête est oublié dans le calme. De Thomas Fuller / Gnomologia
  • La mer est aussi profonde dans le calme que dans la tempête. De John Donne / Sermons
  • Trois marmites, grande fête ; trois femmes, tempête. De Proverbe corse
  • L’ennui suit l’ordre et précède la tempête. De L. Langanesi
  • Rhume : tempête sous narine. De Léo Campion
  • Qui sème le casque bleu, récolte la tempête. De Alexandre Vialatte
  • Tout nuage n'enfante pas une tempête. De William Shakespeare
  • Qui sème le vent récolte la tempête. De Osée
  • Cris de mouette, signe de tempête. De Proverbe français
  • Car toute nuée n'engendre pas la tempête. William Shakespeare, Henry VI, V, 3, Clarence
  • Ils sèment le vent, ils récolteront la tempête. , Ancien Testament, Osée VIII, 7
  • Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête Toute sonore encor de vos derniers baisers ; Laissez-la s'apaiser de la bonne tempête, Et que je dorme un peu puisque vous reposez. Paul Verlaine, Romances sans paroles, Green , Messein
  • Une tempête sous un crâne. Victor Hugo, Les Misérables
  • Lorsque avec ses enfants vêtus de peaux de bêtes, Échevelé, livide au milieu des tempêtes, Caïn se fut enfui de devant Jéhovah Comme le soir tombait, l'homme sombre arriva Au bas d'une montagne en une grande plaine. Victor Hugo, La Légende des siècles, la Conscience

Images d'illustration du mot « tempête »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tempête »

Langue Traduction
Corse tempesta
Basque ekaitza
Japonais
Russe буря
Portugais tempestade
Arabe عاصفة
Chinois 风暴
Allemand sturm
Italien tempesta
Espagnol tormenta
Anglais storm
Source : Google Translate API

Synonymes de « tempête »

Source : synonymes de tempête sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tempête »



mots du mois

Mots similaires