La langue française

Orage

Sommaire

  • Définitions du mot orage
  • Étymologie de « orage »
  • Phonétique de « orage »
  • Citations contenant le mot « orage »
  • Images d'illustration du mot « orage »
  • Traductions du mot « orage »
  • Synonymes de « orage »
  • Antonymes de « orage »

Définitions du mot orage

Trésor de la Langue Française informatisé

ORAGE, subst. masc.

A. − Perturbation atmosphérique caractérisée par des phénomènes électriques (tonnerre, éclairs, foudre) et généralement accompagnés de fortes précipitations (pluie, grêle) ainsi que de rafales de vent. Bientôt le ciel prit une face menaçante, les nuages s'amoncelèrent, et un orage épouvantable éclata avec tonnerre, pluie et grêle (Brillat-Sav.,Physiol. goût,1825, p.302):
1. Il était dix heures du matin, le soleil d'avril trempait de lumière les tendres feuilles des arbres. Allégé par l'orage de la nuit, l'air avait une douceur délicieuse. A. France,Dieux ont soif,1912, p.47.
SYNT. Orage imminent, lointain, terrible; grand, gros orage; chaleur, ciel, jour, nuage, nuée, nuit, pluie, soir, temps, vent d'orage; la saison des orages; l'orage menace, s'éloigne, se prépare; il y a de l'orage; annoncer un orage; être surpris par l'orage; voir, sentir monter l'orage; voir se former un orage; avant, pendant, après l'orage; à l'abri de l'orage; à l'approche de l'orage; au plus fort, au sein de l'orage.
Orage de + subst.Orage de pluie. Le vent soufflait en rafales (...) tandis que des orages de grêle d'une extrême violence, s'abattaient sur la région, accompagnés d'éclairs et de coups de tonnerre (L'Humanité,19 janv. 1952, p.6, col.6).
Expressions
Faire de l'orage. Aujourd'hui, d'ailleurs, il fait de l'orage et j'ai mal à la tête (Flaub.,Corresp.,1875, p.265).
Le temps est, se met à l'orage. Si le temps n'était pas à l'orage, je ne sais comment je passerais la journée; mais le tonnerre retentit déjà dans les rochers (Senancour,Obermann,t.1, 1840, p.40).Pour comble, le temps se mit à l'orage (...). Le ciel devenait chaque jour un peu plus bas, mais l'orage n'éclatait point (Bosco,Mas Théot.,1945, p.61).
L'orage est sur qqn, sur qqc. L'orage sera sur nous dans une heure, peut-être moins (Duhamel,Nuit St-Jean,1935, p.220).
Subst. + d'orage.Qui est une caractéristique de l'orage appliqué à autre chose; qui a certaines caractéristiques propres à l'orage et à ses phénomènes (bruit, couleur, etc.). À ce moment, le train passait, dans sa violence d'orage, comme s'il eût tout balayé devant lui (Zola,Bête hum.,1890, p.37).Magnifique athlète de vingt ans aux prunelles d'orage (L. Daudet, Bacchantes,1931, p.22).
[Chez les Romantiques, comme thème privilégié qui associe les tourments de la nature à une exaltation intérieure, à une vie passionnée, à un appel vers l'inconnu] :
2. Levez-vous vîte, orages desirés, qui devez emporter René dans les espaces d'une autre vie! Ainsi disant, je marchois à grands pas, le visage enflammé, le vent sifflant dans ma chevelure, ne sentant ni pluie ni frimat; enchanté, tourmenté, et comme possédé par le démon de mon coeur. Chateaubr.,Génie,t.1, 1803, p.435.
En emploi subst. fém., pop. ou vieilli. Toutes les orages qui viennent de là sont méchantes, dit l'institutrice (Renard,Journal,1901, p.683).
B. − P. anal.
1. (de phénomène phys.) Les orages de sable de la Libye, qui engloutissent des caravanes entières (Bern. de St-P.,Harm. nat.,1814, p.141).Comme un volcan travaillé par des orages souterrains (Artaud,Théâtre et son double,1938, p.24).
ASTROPHYS. Orage magnétique. Perturbation du champ magnétique terrestre due à une éruption solaire libérant de très nombreuses particules. Des particules électrisées (protons) sont éjectées lors de l'éruption et provoquent lors de leur arrivée sur la terre les orages magnétiques et les aurores polaires (Schatzman,Astrophys.,1963, p.68).
2. (de bruit, d'intensité, etc.). Synon. tempête.Orage de larmes, de pleurs. Les yeux sont rouges et étincellans, la douleur de tête excessive (...). Ce violent orage est suivi d'un peu de calme et de rémission (Geoffroy,Méd. prat.,1800, p.52).Il y eut un orage d'applaudissements et de cris, où les trompettes de l'orchestre (...) mêlèrent leurs clameurs triomphales (Rolland,J.-Chr.,Aube, 1904, p.78).
[Avec une idée de fréquence, d'accumulation] Des orages de.Synon. une avalanche de.Des orages de traits, de flèches et de dards, Pour chasser les Troyens pleuvent sur leurs remparts (Delille,Énéide,1804, v, p.249).Avec des chiffres des chiffres... des orages de chiffres (Prévert,Paroles,1936, p.141).
C. − Trouble, agitation d'origine diverse affectant une ou plusieurs personnes, une collectivité. Pour détourner l'orage maternel qui s'amassait sur sa tête (Dumas père, Monte-Cristo,t.2, 1846, p.117).À travers les orages de l'histoire universelle (Sainte-Beuve,Port-Royal,t.3, 1848, p.40):
3. Elle se leva toute droite. −Oui! dit-elle furieusement. Puis, elle eut un sourire. L'oncle dut calmer l'orage. À quoi bon se chamailler? Il valait mieux s'entendre. Zola,Pot-Bouille,1882, p.124.
SYNT. Orages domestiques, politiques; les orages de la jeunesse, de la passion, de la vie; les orages du monde, de la Révolution; conjurer, laisser passer l'orage; déchaîner, soulever un orage; faire, tenir tête à l'orage.
Expr. fam. Il y a de l'orage dans l'air. Il y a une atmosphère de nervosité laissant prévoir une querelle. Tu feras aujourd'hui tes vrais débuts. Il y a de l'orage dans l'air. Ça va chauffer (Vogüé,Morts,1899, p.191).
En partic. Trouble, agitation qui affecte quelqu'un intérieurement. Les orages du coeur. Au dedans de lui grondait un orage de rancune et de dépit (Theuriet,Mariage Gérard,1875, p.106).Sa sérénité radieuse dissipait les orages de l'âme (Ménard,Rêv. païen,1876, p.89).Au bout d'un moment il sentit au fond de lui des orages énormes s'accumuler (Drieu La Roch.,Rêv. bourg.,1937, p.113).
Prononc. et Orth.: [ɔ ʀa:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Début xiies. «vent favorable» (St Brendan, éd. E. G. R. Waters, 795) −xiiies., v. Gdf., T.-L.; 2. ca 1140 «tempête, grosse pluie» (Pélérinage Charlemagne, éd. G. Favatti, 378); 3.au fig. 1197 «malheurs» (Hélinant, Vers de la mort, XLI, 8 ds T.-L.); 4.1552 un orage de (Ronsard, Divers jeux rustiques ds OEuvres, éd. H.Chamard, t.5, p.48:... un perpetuel orage Et de souspirs et de pleurs). Dér. à l'aide du suff. -age* de l'a. fr. ore «vent» (att. de ca 1165, Benoît de Sainte-Maure, Troie, 27347 au xives., J. de Condé, II, 4, 93 ds T.-L.) à côté de aure*, et dont le dér. beaucoup plus fréq. orez, subst. masc., de même sens, est att. de ca 1050 (Alexis, éd. Chr. Storey, 105) au xives. (G. Guiart, I, 6839 ds T.-L.); cf. a. prov. aura «vent, souffle» (xiies. ds Rayn.), prov. auro, oro «id.» (v. Mistral). Fréq. abs. littér.: 3677. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 6857, b) 6311; xxes.: a) 3823, b) 4105.

Wiktionnaire

Nom commun

orage \ɔ.ʁaʒ\ masculin

  1. (Météorologie) Perturbation atmosphérique, ordinairement de peu de durée, qui se manifeste par un vent impétueux, de la pluie ou de la grêle, des éclairs et du tonnerre.
    • J’entends sous le feuillage
      L’eau qui tombe à grand bruit,
      Voici, venir l’orage
      Voilà l’éclair qui luit.
      Entends-tu le tonnerre ?
      Il roule en approchant, …
      — (Fabre d’Églantine, Il pleut, il pleut, bergère,)
    • La Verse ou le versage des blés, et de beaucoup de plantes céréales, est un accident occasionné, ou par de grands vents, des orages, de fortes pluies, ou par le trop d'embonpoint que prennent les plantes dans les temps chauds et humides. — (Jean Baptiste Henri Joseph Desmazières, Agrostographie des départemens du Nord de la France, page 130, 1812)
    • On entendait incessamment sur le parc de Neuilly grêler les balles à travers les branches avec ce bruit des orages d'été que nous connaissons si bien. — (Louise Michel, La Commune, Paris : P.-V. Stock, 1898, p.219)
    • L’atmosphère avait été lourde pendant toute la journée, et le soir un orage terrible se déclara. Les coups de tonnerre se succédaient sans interruption ; la pluie tombait, torrentielle. — (Octave Mirbeau, La Chambre close, Ernest Flammarion, Paris, 1920)
    • Sur les versants dénudés, […], les eaux se précipitent avec violence à la suite des orages, affouillent le sol, entraînent les terres, les blocs de rochers, […]. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Le canon grondait en avant de nous, comme un orage lointain ; nous entendions cela depuis Toul ; ce n'était pour moi qu'une sorte d'éloquence. Nul parmi nous ne savait rien de la guerre ; […]. — (Alain, Souvenirs de guerre, page 9, Hartmann, 1937)
  2. (Figuré) Malheurs dont on est menacé ; disgrâces qui surviennent tout à coup, soit dans les affaires publiques, soit dans la fortune des particuliers.
    • […] ; il me semble n’y avoir vu encore que des visages effarouchés ou rébarbatifs. Peut-être aussi les Parisiens ont-ils peur de l’orage. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
  3. Désaccord violent qui se produit entre deux ou plusieurs personnes.
    • […] ; et je me prépare à lui répondre par ma première épître aux Turgotins ».
      Ce mot pouvait soulever un orage, car plusieurs des convives étaient d’anciens amis de Turgot.
      — (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2, 4, 1833)
    • Même s’ils sont obligés de négocier, les gouvernements ont vu qu’ils pouvaient laisser passer l’orage. Résultat : les contestations ritualisées n’obtiennent quasiment plus de résultats. — (Raphaëlle Besse Desmoulières, La grève, un mode d’action devenu obsolète ?, Le Monde. Mis en ligne le 12 janvier 2019)
  4. Ce qui vient troubler la paix de l’âme.
    • Les orages des passions. - Les orages du cœur.

Forme de verbe

orage \ɔ.ʁaʒ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe orager.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe orager.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe orager.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe orager.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe orager.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ORAGE. n. m.
Perturbation atmosphérique, ordinairement de peu de durée, qui se manifeste par un vent impétueux, de la pluie ou de la grêle, des éclairs et du tonnerre. Il s'éleva un orage. Rentrons avant que l'orage éclate. Nous aurons de l'orage. Le temps est à l'orage. L'orage gronde. L'orage a crevé sur ce vallon. Le fort de l'orage. Il a fait un grand orage. Une flotte battue de l'orage. Lutter contre l'orage. Fuir sous l'orage. Les orages sont très fréquents en cette saison. L'orage passera bientôt. L'orage s'apaise. L'orage a cessé. Il se dit, figurément, des Malheurs dont on est menacé, des disgrâces qui surviennent tout à coup, soit dans les affaires publiques, soit dans la fortune des particuliers. Il a détourné, conjuré, dissipé l'orage par sa prudence. Laissez passer l'orage. Il se dit aussi d'un Désaccord violent qui se produit entre deux ou plusieurs personnes. De fréquents orages ont troublé leur union. Le discours de cet orateur déchaîna un véritable orage dans l'assemblée. Faire tête à l'orage. Il y a de l'orage dans l'air. Il se dit aussi de Ce qui vient troubler la paix de l'âme. Les orages des passions. Les orages du cœur.

Littré (1872-1877)

ORAGE (o-ra-j') s. m.
  • 1Agitation violente de l'atmosphère avec vent, éclair et tonnerre. Il me semble qu'elle est votre Iris, et que c'est comme un arc-en-ciel qui paraît après l'orage, Voiture, Lett. 63. Comme un sage pilote, sans s'étonner ni des vagues, ni des orages, ni de son propre péril, Bossuet, le Tellier. Les orages, les vents, les cieux te sont soumis, Racine, Esth. I, 4. Il est certain que les orages sont beaucoup plus violents et plus dangereux sur les hautes montagnes que dans les plaines, Saussure, Voy. Alpes, t. III, p. 249, dans POUGENS. Le jour s'obscurcit, le vent s'éleva et nous apporta les sinistres roulements du tonnerre ; ce ciel menaçant, cette terre sans abri nous attrista… il est vrai que cet orage fut grand comme l'entreprise [l'expédition de Moscou] ; pendant plusieurs heures, ses lourds et noirs nuages s'épaissirent et pesèrent sur toute l'armée ; de la droite à la gauche et sur cinquante lieues d'espace, elle fut tout entière menacée de ses feux et accablée de ses torrents, Ségur, Hist. de Nap. IV, 2.

    Fig. Et vous, ma chère fille… vous que j'ai toujours aimé et souhaité d'avoir près de moi, voyez quel orage vous jette au bout du monde, Sévigné, 11 déc. 1675.

  • 2 Fig. Revers, malheurs, embarras, disgrâces. Le ciel, en qui votre âme a borné ses amours, Était bien obligé de vous donner des jours Qui fussent sans orage, et qui n'eussent point d'ombre, Malherbe, VI, 12. Si près de voir sur soi fondre de tels orages, L'ébranlement sied bien aux plus fermes courages, Corneille, Hor. I, 1. Adieu, mais, quand l'orage éclatera sur vous, Ne doutez point du bras dont partiront les coups, Corneille, Poly. V, 6. L'estime où l'on vous tient a dissipé l'orage, Molière, Tart. IV, 5. Il y a quinze jours que nous sommes sur le rivage… nous serons ravis de vous voir aborder comme nous, et tous également sauvés de l'orage [les embarras d'un procès], Sévigné, 28 mars 1689. Aller me mettre à couvert pour quelque temps, jusqu'à ce que l'orage qui nous accable ici de toutes parts [une disette cruelle] soit un peu passé, Sévigné, à Mme de Guitaut, 25 avr. 1694. Sans succomber pourtant tu soutins cet orage, Boileau, Sat. XI. Ou j'aime à me flatter, Ou sur eux quelque orage est tout prêt d'éclater, Racine, Iphig. II, 8. Regarde quel orage est tout prêt à tomber, Racine, ib. V, 1. Tous les jours de ma vie ont été des orages, Voltaire, Tancr. I, 4. Quel changement affreux a formé cet orage ? Voltaire, ib. IV, 5. Il se forme un orage ; je le vois ; je le sens, Diderot, Père de famille, V, 2.

    Conjurer l'orage, voy. CONJURER.

  • 3 Fig. Guerre, révolte, désordre. Les orages d'une longue révolution. Il apaisa l'orage dont le royaume était agité, Fléchier, Tur. Et, tandis que la guerre occupait son courage, [le roi] M'envoya dans ces lieux éloignés de l'orage, Racine, Mithr. I, 3.
  • 4 Fig. Tumulte de sentiments, agitations du cœur, tumulte de la société. Se dérober aux orages du monde. Et ses trois frères morts par la main d'un époux Lui donneront des pleurs bien plus justes qu'à vous ; Mais j'espère aisément en dissiper l'orage, Corneille, Hor. IV, 3. Il pense voir en pleurs dissiper cet orage, Racine, Andr. V, 1. Vos passions plus violentes et plus furieuses… vous feront éprouver des agitations et des orages que vous n'aviez jamais éprouvés, même dans le crime, Massillon, Car. Pécher. Ah ! qu'il se passe d'orages au fond du cœur ! Staël, Corinne, XVIII, 5. Son cœur cacherait-il quelque orage terrible ? Ducis, Othello, IV, 7. Troublée par les orages du cœur, si la virginité résiste, elle devient céleste, Chateaubriand, Génie, I, I, 9. Les passions font gronder leurs premiers orages dans le cœur du couple malheureux [Adam et Ève], Chateaubriand, II, I, 3. Espères-tu, livrée aux orages des sens, Offrir un encens pur et des vœux innocents ? Delavigne, Vêpr. sicil. sc. supprimée. Bon vieillard, plaignez ma jeunesse, En butte aux orages des cours, Béranger, Voyag.
  • 5 Fig. Opposition, colère soulevée contre quelqu'un ou quelque chose. J'ai eu un terrible orage à essuyer ; je ne me mêlerai plus d'aucune affaire, Maintenon, Lett. à Mme de St Géran, 27 août 1704. Vous ne sauriez avoir l'idée de l'orage qu'excite contre moi la publication des Lettres écrites de la montagne ; c'est une défense que je devais à mes anciens concitoyens et que je me devais à moi-même, Rousseau, Lett. à M. de Leyre, Corresp. t. VI, p. 201, dans LACURNE.

    Familièrement. Reproches d'un supérieur. Tout l'orage tombera sur vous. Je vais voir fondre sur moi un orage soudain d'impétueuses réprimandes, Molière, Scapin, I, 1.

    Correction manuelle. Quels orages de coups vont fondre sur ton dos ! Molière, Amph. III, 2.

REMARQUE

1. Corneille a dit : Cependant allons voir si nous vaincrons l'orage, Rod. III, 6. Sur quoi Voltaire observe que vaincre est impropre, qu'on dissipe, calme, détourne, brave un orage, mais qu'on ne le vainc pas. Cette remarque est trop sévère ; l'idée de victoire peut s'appliquer à un orage.

2. Au XVIIe siècle, les femmes, d'après Thomas Corneille, mettaient orage au féminin. On le trouve ainsi employé dans Mme de Sévigné : Devinez où s'en alla cette diablesse d'orage : après m'avoir ravagé… Lett. à Mme de Guitaut, 24 juill. 1694. Dans les environs de Paris et en Normandie, les paysans font encore orage du féminin.

SYNONYME

ORAGE, TEMPÈTE. L'orage produit le tonnerre, la pluie, la grêle, la tempête. La tempête est un vent violent, accompagné ordinairement de pluie ou de grêle, et qui s'élève quelquefois pendant l'orage, quelquefois sans orage. Les orages de mer portent ordinairement le nom de tempêtes. Il y a des orages sans tempête quand la pluie et le tonnerre ne sont pas accompagnés de vent, F. GUIZOT.

HISTORIQUE

XIIe s. Viengnent tout à seür quant il auront orage [temps favorable], Rou, ms. p. 127, dans LACURNE. Et granz orages et merveilleuz tempiez, Ronc. p. 112. Amont par mi le Rin li orages [le temps, le vent] les guie [guide], Sax. VII. Aprendre lui convient [il faut] vie d'home sauvage, Et gesir mainte nuit au vent et à l'orage, ib. XXVI.

XIIIe s. Et li orages venoit devers nos gens, Villehardouin, LXXX. Sor eles tonoit et negoit, Et si grant orage faisoit, Que nus [nul] ne le puist endurer, Lai du trot. Et le prist un grans orages, si grans que il sanbloit que la nef montast as nues…, Chr. de Rains, p. 46.

XIVe s. Grans dons donna aux poures chevaliers qui leurs choses avoient perdues en mer pour l'oraige de la tempeste, Chron. de St Denis, t. II, f° 18, dans LACURNE. Uns orages leva, onkes ne fu si grans, Qui le drommon emmaine, chi nous dist li rommans, Plus tost que nul oisiaus n'est parmi l'air volans, Baud. de Seb. X, 1081.

XVe s. Et se mirent au danger de Dieu et du vent, si eurent orage bel et moult agreable, et vindrent en bien briefs jour ferir au havre de Bayonne, Froissart, liv. III, p. 293, dans LACURNE.

XVIe s. Ces paroles jettées comme un orage de vent impetueux sur la mer d'une infinie multitude de peuple, mirent la ville en grand trouble, Amyot, Fab. 8. Toujours ne dure orage ne guerre, Cotgrave, au mot guerre. De la pauvre vertu l'orage n'a de port Qu'un havre tout vaseux d'une honteuse mort, D'Aubigné, Tragiques, Princes.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ORAGE. - HIST.

XVIe s. Ajoutez : Tout va bien ; l'orage est passée, Rabelais, Pant. IV, 23.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ORAGE, s. m. (Gramm.) violente agitation de l’air, accompagnée de pluie & quelquefois de grêle, d’éclairs & de tonnerre.

Les grands vaisseaux ne craignent ni les vents, ni l’orage, mais seulement la terre & le feu.

Il se prend au figuré, le vaisseau de l’église est sans cesse battu de l’orage. Il n’y a point de maisons qui ne soient troublées par quelques orages.

Orage, (Phys.) personne ne doute qu’il n’y ait une matiere extrémement agitée qui pénetre les corps même les plus durs, ébranle leurs petites parties, les sépare les unes des autres, les entraîne avec elle, & les répand çà & là dans le fluide qui les environne : aussi les voyons-nous tous, tant solides que liquides, se dissiper insensiblement, diminuer le volume, & enfin par le laps du tems s’évanouir & disparoître à nos yeux.

Il y a donc dans l’air des parties de tous les mixtes que nous voyons sur la terre, & de ceux même que nous ne voyons pas, & qu’elle renferme dans son sein.

Nous savons d’ailleurs que parmi ces mixtes il y en a dont le mêlange est toujours suivi d’un mouvement de fermentation. Il doit donc y avoir dans l’air des fermentations, dont les effets doivent varier selon la différente nature des principes qui les produisent, selon la différente combinaison de ces mêmes principes, & même selon la différente disposition du fluide dans lequel ils nagent.

Et voilà d’abord une idée générale de la cause qui produit les orages & les phénomenes qui les accompagnent ; mais entrons dans quelque détail, & voyons comment la fermentation opere tous ces prodiges.

Formation des orages. L’expérience nous apprend qu’il n’y a point de fermentation qui ne produise un mouvement expansif dans la matiere qui fermente : ainsi dès que les vapeurs & les exhalaisons qui forment un nuage, commencent à être agitées par la fermentation, il faut que ce nuage se dilate & qu’il occupe un plus grand espace, il faut donc aussi qu’il s’éleve ; car puisque son volume augmente, sa masse demeurant la même, il devient plus léger qu’un pareil volume d’air, ce qui suffit pour le faire monter suivant les lois invariables de l’Hydrostatique. Or il est aisé de comprendre que ce mouvement de bas-en-haut doit attirer les nuages qui se trouvent à une certaine distance du lieu abandonné par celui qui s’éleve ; car à mesure qu’il passe d’une couche d’air à une autre plus élevée, & par conséquent moins dense que la premiere, l’espace qu’il laisse après lui doit être occupé principalement par l’air collatéral, puisque c’est le seul qui ait la densité requise pour faire équilibre à cette hauteur. Donc la couche d’air qui répond à cette même hauteur, doit prendre une pente vers cet endroit, & en même tems y pousser les nuages voisins, lesquels se joignant au premier fermenteront avec lui, & en attireront d’autres de la même maniere qu’ils ont été attirés eux-mêmes.

Et je n’avance rien ici dont il ne soit aisé de se convaincre ; car d’où viennent ces mouvemens contraires & opposés, qu’on remarque toujours dans les nuages qui environnent un orage pendant qu’il se forme, & dont le vulgaire croit rendre raison en disant que les vents se battent ? N’est-il pas évident que l’exaltation de la matiere qui fermente attire les uns, tandis que son mouvement expansif du centre à la circonférence écarte les autres ?

Mais développons ceci encore mieux, s’il est possible.

Dès que la matiere qui forme un nuage commence à fermenter, il est certain que son expansion & le mouvement de chaleur qui se répand de tous côtés, doivent écarter l’air environnant, ensemble les nuages voisins dont cet air se trouve charge. Mais l’effet de cette chaleur & de cette force expansive, diminuera sans doute dans cette couche d’air à mesure que la matiere s’en éloignera en passant dans une autre plus élevée, dont ce même air d’abord écarté à droit & à gauche doit bientôt retomber par son propre poids & par la force de son ressort vers l’espace abandonné par la matiere qui s’éleve, & ramener ainsi vers l’orage les mêmes nuages qu’on avoit vû s’en écarter un peu auparavant. C’est ainsi que l’air écarté par l’action du soleil revient à l’endroit même d’où il a été chassé aussi-tôt que le soleil a passé outre : encore dans le cas proposé, y a-t-il, comme l’on voit, une cause particuliere qui doit hâter le retour de l’air, puisque le nuage qui s’éleve laisse après lui un espace propre à la recevoir, au lieu que le soleil n’en laisse point.

Pour rendre encore plus sensible ce que je viens de dire, & ne laisser aucun doute sur la cause qui produit ce jeu singulier dans les nuages qui se trouvent à portée d’un orage qui se forme, je suppose qu’on mette dans un vase différentes liqueurs moins pesantes les unes que les autres, par exemple, du mercure, de l’eau & de l’huile, & pour rapprocher cette supposition du cas proposé autant qu’il est possible, j’imagine ce vase extrèmement étendu & ces différentes liqueurs aussi élastiques que l’air. Si on jette dans ce vase un solide d’un certain volume & d’une pesanteur spécifique égale à celle de l’eau, il est évident qu’il doit s’arrêter dans l’eau entre l’huile & le mercure, & qu’il doit s’y tenir en équilibre tandis qu’il ne surviendra aucun changement dans sa masse, ni dans son volume : mais si l’on suppose qu’il se fasse dans ce solide une fermentation qui le dilate, il arrivera en premier lieu que son expansion jointe au mouvement de chaleur qui l’accompagne écartera l’eau environnante, & la poussera de tous côtés vers les parois du vase, ensorte que si cette eau se trouve chargée de quelques corpuscules, on les verra s’éloigner peu-à-peu en s’approchant des bords : il arrivera en second lieu que ce solide, en se dilatant, s’élevera hors de l’eau & passera dans l’huile, qu’il doit également pousser vers les parois du vase, de même que les corps étrangers dont l’huile se trouvera chargée. Enfin il arrivera qu’à mesure que ce solide passera l’eau dans l’huile ; l’eau qui d’abord avoit été poussée vers les bords, doit retomber par son propre poids vers l’espace que le solide laisse dans l’eau en montant dans l’huile, & ramener ainsi au-dessous du solide les mêmes corpuscules qu’on avoit vu un peu auparavant s’écarter vers les bords ; ensorte que dans le même tems on verra ceux-ci s’approcher du solide, & ceux qui nagent dans l’huile s’en éloigner jusqu’à ce qu’enfin le solide passant de l’huile dans l’air, ils seront ramenés à leur tour vers l’espace que le solide laissera dans l’huile en montant dans l’air. Ceci est palpable, & il est aisé d’en faire l’application aux différens nuages qui se trouvent dans les différens couches d’air qu’un orage qui se forme doit traverser en s’élevant.

Mais ce n’est pas assez d’avoir démontré que les nuages voisins doivent être attirés par ce mouvement de bas-en-haut de la matiere qui fermente, il faut encore prouver que les vapeurs & les exhalaisons qui ne forment point de nuage, & qui sont si répandues dans l’air qu’elles ne tombent point sous les sens, doivent aussi se porter vers cet endroit & suivre la matiere qui s’éleve. Or rien de plus aisé à faire que cette preuve.

Car premierement, tout mouvement de chaleur excité dans l’air, procure l’élévation des corpuscules qu’il soutient. Or la chaleur de la fermentation se répand sans doute dans cette couche d’air, qui est immédiatement au-dessous de la matiere qui fermente. Donc les vapeurs & les exhalaisons qui s’y trouvent doivent monter plus haut, & se joindre à celles qui fermentent.

En second lieu, cette premiere couche d’air ne peut se débarrasser de tous les corps étrangers dont elle étoit chargée, & que la fermentation lui enleve, qu’en même tems elle n’attire une partie de ceux qui se trouvent répandus dans la couche inférieure, lesquels à mesure qu’ils y arriveront seront élevés plus haut comme les premiers, & iront tout comme eux grossir le corps de l’orage, & par-là même contribuer au progrès, tant de la fermentation que de cette espece de vertu attractive, qui en est une suite.

De sorte que, selon ces principes, il peut arriver ce que l’on voit souvent, que quand bien même il n’y aura point ou presque point de nuages qui aillent se joindre à celui qui commence à fermenter, il ne laisse pas que de s’étendre & de grossir considérablement au moyen de cette espece d’empire qu’il exerce sur les vapeurs & les exhalaisons répandues autour de lui, en les attirant de toutes parts, & en les allant chercher jusque vers la surface de la terre & dans la terre même ; car on comprend que de proche en proche l’attraction peut aller jusque-là, sur-tout quand il regne un grand calme dans l’air, que la terre est humide & que le soleil dardant ses rayons sur cet endroit de la terre qui se trouve directement sous l’orage, en détache des parties déja ébranlées par l’humidité, & facilite leur élévation en les atténuant : aussi observe-t-on constamment que les orages deviennent plus considérables & même plus dangereux toutes les fois que le soleil paroît pendant qu’ils se forment, comme aussi qu’ils sont souvent précédés d’une rosée abondante qui tombe pendant la nuit, ou d’un brouillard ou petite pluie qui tombe le matin.

Au reste, j’ai dit ci-dessus que les nuages poussés vers le lieu abandonné par ceux que la fermentation éleve, doivent s’élever aussi & se joindre à eux. J’ajouterai maintenant que cela doit arriver, quelle que soit leur densité ou leur pesanteur spécifique. Car, parmi tous ces corpuscules & toutes ces parties de différens mixtes dont je viens d’expliquer l’élévation, il y en a sans doute que l’on peut regarder comme des véritables fermens ; or ces fermens ne pouvant s’élever jusqu’aux nuages supérieurs qui les attirent sans rencontrer ceux qui s’assemblent au-dessous, les pénétreront, les feront fermenter, les dilateront & les feront monter jusqu’à ce qu’ils se joignent aux premiers.

Voilà une explication bien simple de la maniere dont les orages se forment : celle que l’on va donner du vent impétueux qui se fait sentir ordinairement lorsqu’ils commencent à fondre, ne le sera pas moins.

Vent. Pendant que la fermentation éleve & soutient la matiere qui fermente, il est évident que ceux qui se trouvent sous l’orage ne doivent sentir aucun vent, à moins que quelque cause particuliere & indépendante de l’orage ne leur en procure, puisqu’alors tout le mouvement qui regne dans l’air se dirige vers le lieu abandonné par la matiere qui s’éleve. Mais voyons ce qui doit arriver lorsque la fermentation parvenue au période commence enfin à diminuer.

D’abord si nous supposons qu’elle diminue également & dans la même proportion dans toutes les parties de l’orage, il arrivera en premier lieu que le corps de l’orage diminuera de volume, & que cette diminution sera parfaitement égale dans toutes ses parties : il arrivera en second lieu que la résistance que le corps de l’orage opposoit à l’air environnant, diminuera également de tous côtés, de façon que le ressort de cet air environnant doit se déployer également sur toutes ses parties. Il y aura donc deux causes qui concourent pour pousser l’orage perpendiculairement vers la terre, & pour le tenir toujours parallele à lui-même pendant sa chûte ; l’air intermédiaire doit donc être pressé de-haut en-bas avec une force exactement proportionnée à la vîtesse avec laquelle l’orage descend, c’est à-dire à la diminution plus ou moins prompte de la fermentation qui le soutient. Mais quel sera l’effet de cette pression ? & que doit devenir cette grande colonne d’air ainsi poussée contre la surface de la terre qu’elle ne peut pénétrer ? La réponse est aisée. Elle doit s’échapper de tous côtés en se répandant du centre à la circonférence de l’orage ; ensorte qu’on doit se représenter cette ligne qui tombe du centre de gravité de l’orage perpendiculairement sur la surface de la terre, comme environnée dans toute sa longueur de petits filets de vent coulant horisontalement jusque par-delà les extrémités de l’orage, & se repliant ensuite vers l’espace que l’orage laisse après lui. Il n’y aura donc point de vent au pié de cette ligne (non plus que dans toute sa longueur) ; & celui qui soufflera tout proche ne sera presque rien, & ne pourra devenir sensible qu’à une certaine distance, comme vers les extrémités, & tout autour de cet endroit de la terre sur lequel l’orage descend.

Mais il est moralement impossible que la fermentation diminue en même tems & dans la même proportion dans toutes les parties de l’orage, ainsi qu’on vient de le supposer ; il faudroit pour cela que les fermens eussent été distribués par-tout également, qu’ils eussent par-tout la même force & la même activité, & que la matiere qui fermente fût par-tout également disposée & susceptible du même degré de fermentation dans le même tems. Ainsi ce cas-là doit presque être regardé comme un cas chimérique.

Supposons donc ce qui doit presque toujours arriver, que la fermentation s’affoiblisse sensiblement dans une partie de l’orage, tandis qu’elle se soutient ou qu’elle diminue beaucoup moins dans les autres : alors il est évident non-seulement que le corps de l’orage doit faire un mouvement vers cet endroit devenu plus foible, mais encore que toute l’action de l’air environnant, qui jusque-là a été tellement dirigée vers le centre de l’orage, qu’elle l’a tenu immobile en le pressant également de tous corés, doit maintenant suivre ce centre qui s’échappe, & se déployer de ce côté avec d’autant plus de force, que la résistance de la partie de l’orage qui s’affoiblit, diminue avec plus de promptitude.

Et ce qui doit donner lieu à cet air de se jetter du même côté avec encore plus de force, & d’accélérer d’autant plus le mouvement progressif de l’orage, c’est que la fermentation ne peut s’affoiblir dans une de ses parties sans que cet affoiblissement se communique en quelque façon à tout le corps de l’orage ; je m’explique. La partie qui s’affoiblit ne peut descendre sans entraîner tout l’orage, qui doit descendre aussi en s’inclinant sur elle. Donc la fermentation doit aussi s’affoiblir dans le corps de l’orage ; la conséquence est évidente, car il ne peut descendre sans prendre la place d’un volume d’air plus pesant ; il doit donc devenir lui-même plus pesant. Donc son volume doit diminuer ; ce qui ne peut se faire sans que la fermentation diminue aussi dans la même proportion : de sorte que ces deux choses, savoir la diminution de la fermentation & la descente de la matiere qui fermente, seront la cause & l’effet l’une de l’autre en différens endroits de l’orage.

Cependant comme l’orage n’est forcé de descendre qu’en s’inclinant sur la partie foible, la diminution de la fermentation occasionnée par cette descente, ne doit pas être égale dans toutes ses parties, mais plus ou moins considérable dans chacune, selon qu’elle se trouve plus ou moins proche de la partie foible qui entraîne tout. On voit même que le progrès que cet affoiblissement fera dans cette partie, doit se communiquer aux autres de la même maniere & avec la même gradation. Voyez ci-après pag. suiv. phénom. 3.

Il y aura donc cette différence du premier cas à celui-ci, que dans le premier le corps de l’orage doit descendre directement vers le centre de la terre, au lieu que dans le second il doit plonger obliquement entraîné par la partie foible qui est la premiere à descendre, & forcé d’obéir au mouvement que lui imprime l’action de l’air, qui le suit & le pousse devant lui, ainsi qu’on vient d’expliquer.

Ce n’est donc plus directement vers la terre que sa chute doit pousser l’air intermédiaire, comme dans le cas précédent, mais obliquement & suivant la direction de sa ligne de route. Or la surface de la terre ne sauroit empêcher l’effet de cette pression, qui dans ce cas doit être suivie d’un vent plus ou moins impétueux, selon que le mouvement progressif de l’orage est plus ou moins hâté par l’affoiblissement de la fermentation, & par la facilité que cet affoiblissement trouve à se communiquer d’une extrémité de l’orage à l’autre.

Ouragans. C’est la direction oblique de ce vent, ainsi excité par la translation précipitée du corps de l’orage, qui est cause de ces tourbillons que l’on voit quelquefois arracher des arbres, renverser des maisons, &c. car cette direction étant composée de l’horisontale & de la perpendiculaire, la surface de la terre est entierement opposée à l’une ; & les montagnes, les édifices, les forêts, &c. s’opposent à l’autre, & même en différens sens & de différentes façons, selon leur différente position & la différente inclinaison de leurs surfaces, par rapport au mouvement direct du vent que l’orage pousse devant lui. Ainsi, par exemple, différens ruisseaux de vent réfléchis en arriere & du haut en bas par différentes montagnes, différens édifices, &c. différemment situés & différemment inclinés, peuvent concourir en un même point comme en un foyer. Là ils seront croisés par d’autres ruisseaux réfléchis en avant & de bas en haut par la surface de la terre, & les uns & les autres seront encore traversés par des troisiemes qui n’ayant point rencontré d’obstacle, ont suivi jusques-là leur premiere détermination.

On voit assez que le concours, l’opposition, la différente inclinaison de tous ces ruisseaux, les uns à l’égard des autres, peut produire dans l’air qui les compose, un mouvement spiral ou circulaire extrêmement violent, & que si quelque obstacle, par exemple, un arbre se trouve dans l’enceinte de ce tourbillon, il en deviendra bientôt le centre, & qu’il sera arraché avec d’autant plus de facilité que ses branches & son feuillage donneront plus de prise au vent qui roule tout autour avec une rapidité inconcevable.

Grêle. Ce phénomene, tout étrange qu’il est, l’est cependant moins que celui qu’à juste titre on peut appeller le fléau de nos contrées ; on voit bien que c’est de la grêle qu’il est ici question. En effet, il n’est pas mal-aisé de comprendre que plusieurs courans d’air, qui se choquant les uns aux autres, s’empêchent mutuellement de continuer leur mouvement en ligne droite, & par-là même s’obligent à tourner circulairement autour d’un centre commun ; peuvent envelopper un arbre & le déraciner. Mais comment concevoir que des vapeurs & des exhalaisons suspendues sur nos têtes, & échauffées à un tel point, que le lieu d’où elles sortent nous paroît bien souvent tout en feu, puissent se convertir subitement en pieces de glace plus compactes & plus solides que celle que nous voyons se former durant l’hiver le plus rude ? On dira sans doute que ce qui glace & durcit ainsi les parties liquides qui se détachent d’un orage, & le convertit en grêle, c’est la froideur de l’air qu’elles ont à traverser pour parvenir jusqu’à la surface de la terre.

Mais premierement, à quelque hauteur qu’un orage puisse s’élever, peut-on raisonnablement supposer que l’air qui se trouve au-dessous, soit assez froid pour glacer & durcir dans un instant une matiere qui, indépendamment de son mouvement de liquidité, a deux autres mouvemens également propres à empêcher cet effet ; savoir, un mouvement de chaleur que la fermentation doit lui avoir laissé ; & un mouvement de translation qui la précipite vers la terre ?

En second lieu, nous savons que la moyenne région de l’air, qui est la région des vents & des orages, ne s’étend pas tout-à-fait jusqu’au sommet des plus hautes montagnes. Or je demande si ceux qui y sont montés, ont senti cet air froid capable de produire un effet aussi surprenant. Si cela étoit, ils y seroient morts sans doute, & ils ne seroient jamais revenus nous apprendre que des caracteres tracés sur la poussiere se sont conservés pendant plusieurs années, sans souffrir la plus petite altération.

Ces raisons & quelques autres que j’obmets pour abréger, m’ont toujours empêché d’adopter le systême ordinaire sur la formation de la grêle ; & j’ai toujours cru que cette matiere qui se détache des orages lorsqu’ils fondent, & qui se glace & se durcit en tombant, portoit du sein même de l’orage, où elle a fermenté, le principe qui produit cet effet pendant sa chute.

Pour expliquer ce que c’est que ce principe, je commence par observer premierement, que la grêle étant une espece de glace, il est très-vraissemblable qu’elle se forme à-peu-près comme la glace ordinaire ; & secondement, que de l’aveu de la plûpart des physiciens, la glace se forme au moyen de parties de nitre répandues dans l’air, que quelques-uns appellent esprits frigorifiques, lesquelles, selon les uns, s’insinuent comme de petits coins dans les intervalles que les parties du liquide laissent entre elles, & par-là empêchent que la matiere extrèmement agitée, qui est la cause de la liquidité, ne puisse y passer avec assez de liberté pour produire son effet ordinaire ; & selon d’autres, fichent leur pointe dans différentes parties du même liquide, & en forment des molécules si grossieres, que la cause de la liquidité ne pouvant plus les agiter, elles tombent les unes sur les autres, & forment ainsi un corps dur. La maniere dont on fait la glace artificielle est une assez bonne preuve de la solidité de l’une ou de l’autre de ces deux opinions.

D’où je pourrois conclure sans autre preuve, car ici les vraissemblances doivent tenir lieu de démonstrations, que ce sont ces mêmes parties de nitre, ces mêmes esprits frigorifiques, ou du-moins des parties de matiere analogues à celles-là, qui faisant partie de ce mélange de vapeurs & d’exhalaisons qui se détachent d’un orage lorsqu’il fond, les glacent en tombant, & les convertissent en grêle.

Mais pour appuyer cette conjecture & la tourner en preuve, j’expliquerai en peu de mots comment cela doit arriver, conformément au système proposé.

Lorsque la fermentation diminue, le volume de la matiere qui fermente diminue aussi dans la même proportion, c’est-à-dire, que ses petites parties se rapprochent les unes des autres, à mesure qu’elles perdent de leur mouvement ; mais les moins subtiles & les plus grossieres, du nombre desquelles seront les parties de nitre & autres semblables, lorsqu’à cause de leur roideur & de leur inflexibilité, elles auront résisté[1] plus que les autres à l’action de la fermentation, doivent faire plus que se rapprocher : leur propre poids & le retour de l’air environnant attiré tout-à-la-fois par la descente & par la réduction du volume de la matiere qui forme l’orage, doivent les faire tomber les unes sur les autres, & les rassembler ainsi par pelotons d’autant plus grands que la fermentation tombe avec plus de promptitude. Ces pelotons renfermeront nécessairement quelques parties de cet air extrèmement dilaté, dans lequel ils se forment, & le tout ensemble descendra vers la terre.

Or je dis que ces pelotons ainsi composés, doivent se glacer en tombant indépendamment de la froideur de l’air qu’ils ont à traverser : car le ressort de l’air intérieur, de cet air raréfié qu’ils portent du sein même de l’orage où ils se sont formés, va toujours s’affoiblissant depuis qu’il n’est plus soutenu par la chaleur de la fermentation, & se réduit presque à rien ; par conséquent il n’oppose presque point de résistance à l’action de l’air extérieur, qui les environnant de toutes parts dans leur trajet, presse leurs petites parties les unes contre les autres, & les tient ainsi dans un repos respectif,[2] que l’on peut comparer au repos d’une eau dormante. Donc ces parties de nitre, ces esprits frigorifiques, qui entrent dans la composition de ces petits grumeaux de matiere liquide, doivent y produire le même effet que celui qu’ils produisent dans l’eau dormante durant le froid de l’hiver, ou encore mieux le même effet que celui qu’ils produisent dans l’eau quand on fait de la glace artificielle. En un mot, forcés d’obéir à la pression de l’air extérieur, ils doivent s’arranger dans le liquide de la maniere la plus propre à réduire sa masse au plus petit volume qu’il est possible. Ils doivent donc boucher ses pores, ou si l’on veut, ficher leurs pointes dans ses petites parties, & par-là arrêter l’action de cette matiere extrèmement agitée, qui est la cause de leur liquidité.

Il faut pourtant convenir qu’il doit y avoir deux différences notables entre la glace ainsi formée, & la glace d’hiver ; mais ces différences viennent à l’appui de mon hypothèse, bien loin de la combattre ; car il suit des principes ci-dessus établis, que cette matiere qui se glace ainsi en tombant, doit se glacer en très-peu de tems, & plus promptement que l’eau ne se glace en plein air durant l’hiver le plus rude, puisqu’ici l’air intérieur ne fait point d’obstacle à l’affaissement des parties, au lieu que le ressort de l’air qui est dans l’eau en souleve les parties & les empêche de se rapprocher ; tellement qu’elle ne se convertit en glace, qu’en écartant cet air & en le contraignant de s’assembler en petits grumeaux ou petites bulles, que l’on voit éparses çà & là dans l’intérieur de la glace ; aussi ne doutai je pas qu’on ne fît de la glace artificielle avec de l’eau purgée d’air plus facilement & plus promptement qu’avec de l’eau commune.

La seconde différence qu’il doit y avoir entre la glace & la grêle, c’est que la grêle doit être plus solide & plus compacte que la glace, puisqu’il y a beaucoup moins d’air dans l’une que dans l’autre. C’est pour la même raison que la glace qui se fait dans la machine pneumatique après qu’on en a pompé l’air grossier, est plus compacte & contient plus de matiere propre sous le même volume, que celle qui se fait en plein air.

Tonnerre, foudre, éclairs. Après avoir expliqué comment un léger mouvement de fermentation excité dans un nuage peut être suivi d’un orage affreux accompagné de vent & de grêle, je pourrois me dispenser de prouver que le tonnerre, la foudre, & les éclairs peuvent dériver du même principe, ou plutôt je pourrois en donner cette preuve aussi simple que solide, que ce que la plûpart des physiciens ont dit de mieux sur ces trois phénomenes, s’adapte parfaitement au système proposé : car on conçoit aisément que la fermentation, cet agent universel, cette ame du monde, comme l’appelle un ancien philosophe, après avoir assemblé toutes ces parties de différens mixtes répandues dans l’atmosphère, peut beaucoup mieux que toute autre cause, produire dans ce mélange toutes ces combinaisons, altérations, secrétions, expansions, inflammations, &c. par lesquelles on explique le bruit du tonnerre, la lumiere de l’éclair, & la nature des exhalaisons qui forment la foudre.

Cependant, comme on ne peut guere défendre ce système sans renoncer à l’explication que M. Descartes nous a donné du bruit du tonnerre, que ce philosophe attribue, comme tout le monde sait, à la compression de l’air occasionnée par la chûte des nuages les uns sur les autres, (explication d’ailleurs surabondante, puisque cette compression peut très bien s’expliquer par l’expansion de la matiere qui s’enflamme dans le corps de l’orage), je crois devoir lui en substituer une autre, que l’on trouvera peut-être aussi vraissemblable, & d’autant plus simple, qu’elle est tirée du fond même du système. Voici ce que c’est.

Lorsque la fermentation commence à faire quelque progrès, la matiere qui fermente doit se débarrasser des parties d’air les plus branchues & les plus rameuses, qui à cause de leur figure, sont les moins propres au mouvement. Ces parties écartées de tous côtés & en tous sens, se rencontreront, s’embarrasseront mutuellement, & formeront ainsi par intervalles les amas d’air grossier qui seront soutenus & pressés de tous côtés par la matiere environnante, dont l’action tend toujours à répousser tout ce qui est incapable d’un mouvement pareil au sien.

On voit même qu’à mesure que la fermentation fera de nouveaux progrès, ces amas doivent grossir, se multiplier, se joindre les uns aux autres ; & tous ces différens mouvemens seront la principale cause de cette espece de bouillonnement ou de bruit sourd qu’on entend presque toujours dans le corps de l’orage.

Or il est évident que la chaleur de la fermentation qui va toujours croissant, dilatera cet air ainsi enfermé à un tel point, qu’à la fin il doit rompre les barrieres qui le contiennent, percer ou soulever cette masse de matiere qui fermente, & en s’échappant tout-au-travers exciter un bruit[3] proportionné à la résistance qu’il surmonte, & au degré de chaleur qui a bandé son ressort. C’est ainsi que nous voyons la chaleur du feu dilater & faire éclater l’air qui se trouve enfermé dans du bois sec & vermoulu.

Et voilà comment il peut arriver que le tonnerre se fasse entendre sans qu’il paroisse aucun éclair qui nous l’annonce. Cependant si cet air en s’échappant, ainsi qu’on vient de dire, rencontre quelques exhalaisons disposées à s’enflammer, il les enflammera infailliblement, & alors l’éclair sera le précurseur du tonnerre ; car la lumiere se répandant plus vîte que le son, elle doit frapper l’œil avant que le son ne frappe l’oreille.

Mais parce qu’on pourroit trouver quelque difficulté à concevoir comment ces matieres inflammables peuvent se rassembler pour être ainsi allumées par cette explosion de l’air, j’aime mieux dire, & ceci est très-intelligible, que les exhalaisons les moins propres[4] à la fermentation, étant écartées de tous côtés par l’action de celles qui se trouvent capables d’une fermentation plus prompte & plus vive,[5] se joignent à quelques-uns de ces amas d’air grossier qui a été mis à l’écart tout comme elles, & que la s’échauffant & fermentant separément des vapeurs répandues dans le corps de l’orage, elles s’enflamment, soulevent la matiere environnante, & ouvrent ainsi une voie à cet air deja dilaté qu’elles dilatent encore davantage, lequel en s’échappant les entraîne avec lui, & les lance avec impétuosité hors du corps de l’orage.

Ou si l’on veut, ce sera cet air dilaté par la chaleur de la fermentation, qui se trouvant assez fort sans le secours de cette inflammation, sera le premier à se faire jour, percera ou soulevera la matiere environnante, & en s’échappant enflammera ces exhalaisons, les emportera avec lui, & les lancera tout comme auparavant.

Il y a, comme l’on voit, cette différence d’un cas à l’autre, que dans le dernier c’est le tonnerre qui allume l’éclair, au lieu que dans le premier c’est l’éclair qui procure cette explosion de l’air dans laquelle consiste le tonnerre. Mais dans les deux cas l’effet doit être le même, & il est toujours vrai de dire que si les exhalaisons lancées hors du corps de l’orage, sont dirigées vers la terre, & qu’elles sont d’une telle nature, qu’elles ne se consument que dans un certain tems ou qu’elles ne puissent point s’allumer tout-à-la-fois, mais successivement & les unes après les autres ; elles pourront parvenir jusqu’à nous avant d’être entierement consumées ; & alors l’éclair se convertira en foudre, dont les effets quelque variés qu’ils soient, sont une suite du principe ci-dessus. Car on comprend que selon que ces amas d’exhalaisons seront composés de parties nitreuses, sulphureuses, bitumineuses, vitrioliques, métalliques, &c. selon que toutes ces parties seront plus ou moins atténuées, & en un mot selon la différente nature du tout qui résultera de la différente combinaison de leurs quantités & qualités respectives, la foudre doit produire des effets différens.

Ainsi, par exemple, l’exhalaison abonde t-elle en nitre, & ses parties sont-elles atténuées à un certain point ? Elle passera tout-au-travers d’un corps poreux sans l’endommager ; mais si elle rencontre un corps dur, alors resserrée dans ses pores, elle déployera toute son action sur ses parties solides, & les séparera les unes des autres. C’est ainsi que l’eau-forte qui ne dissout point le fer, dissout des métaux beaucoup plus durs & plus solides que le fer.

Au contraire l’exhalaison est-elle sur-tout composée d’un soufre volatil sans nitre ou sans presque point de nitre ? Elle n’aura pas assez de force pour consumer ou pour dissoudre les corps un peu durs, mais elle consumera ou dissoudra ceux dont les parties résistent moins à leur séparation.

S’il est vrai que la foudre tombe quelquefois en forme de pierre ou de corps dur & solide, cela peut venir de ce que l’exhalaison s’éteint avant d’être entierement consumée (ce qui peut arriver de plusieurs façons que chacun peut aisément imaginer) ; car cela posé, les parties qui restent après l’extinction, doivent s’approcher les unes des autres, à mesure qu’elles se réfroidissent à cause de la pression de l’air environnant, & du peu de résistance de l’air intérieur (voyez ce qu’on a dit sur la grêle), ou même parce que les petits intervalles qu’elles laissent entre elles sont remplis d’une matiere encore plus subtile que l’air le plus subtil, laquelle n’ayant plus cette action que lui donnoit le feu avant de s’éteindre, doit aisément céder à la pression de l’air extérieur. Or il n’en faut pas davantage, pour que des exhalaisons séparées des vapeurs, puissent former un corps dur & solide. C’est ainsi que le plomb rendu liquide par l’action du feu, se durcit en se réfroidissant : encore pour rendre la comparaison plus juste, peut-on supposer que la matiere qui reste & qui a été épargnée par le feu, est sur-tout composée des parties métalliques ?

Je ne m’étendrai pas davantage sur ce détail des effets de la foudre, qui me meneroient trop loin ; & je passe à l’explication de quelques phénomenes que je crois nécessaires pour mieux développer le fond du système.

1°. Les orages se forment le plus souvent sur le soir, & sont ordinairement annoncés par un vent du levant, connu sous le nom du vent dautan.

Parce qu’alors le soleil couchant, donnant à l’air un mouvement vers l’orient, opposé à celui que lui imprime le vent du levant, les nuages s’assemblent & demeurent immobiles au point de concours de ces deux vents, en sorte que les fermens qu’ils portent avec eux, ou ceux qui ont été élevés jusques là par la chaleur du jour, peuvent agir sur eux, sans que leur action soit traversée par aucun mouvement ni des nuages eux-mêmes, ni de l’air qui les soutient.

2°. Il arrive souvent que plusieurs orages se forment au même endroit dans un même jour, quelquefois même le lendemain & les jours suivans ; comme aussi qu’ils se jettent tous du même côté, & suivant exactement la même voie.

C’est une suite du dérangement que la descente du premier orage a laissé dans l’air ; car à mesure qu’il est descendu, il a été remplacé principalement par l’air qu’il avoit au-dessus de lui, lequel ne se trouvant plus soutenu, a dû le suivre & tomber avec lui. Or, dès que le calme commence à se rétablir, cet air ou d’autre encore qui est venu d’ailleurs, & a succédé au premier, n’ayant pas la densité requise pour se maintenir en cet endroit, doit insensiblement se remettre à sa place ; & par ce mouvement tirer à lui l’air environnant ensemble les nuages qui s’y trouvent, lesquels ainsi assemblés & immobiles pourront former un second orage, si la chaleur favorise l’action des fermens qu’ils portent avec eux, ou facilite l’élévation de ceux qui se trouvent répandus au-dessous.

Par la même raison tout l’espace que le premier orage a parcouru en descendant obliquement vers la terre, se trouve rempli d’un air qui n’étant pas à sa place, doit en sortir dès que le calme commence à favoriser son retour : donc les orages qui se forment au même endroit que le premier, trouvant moins de résistance de ce côté, doivent suivre la même voie.

En effet, dès que le second orage élevé par la fermentation arrive au point d’où le premier est parti, la matiere qui le compose doit se répandre dans la voie qu’il a suivie, à cause du peu de résistance qu’elle y trouve, ainsi qu’on vient de le dire ; & ce mouvement ne peut se faire, comme l’on voit, sans que la fermentation en souffre : donc, cæteris paribus, la fermentation s’affoiblira dans cette partie de l’orage plutôt que dans toute autre. Or, j’ai dit ailleurs que la position de la partie de l’orage, qui est la premiere à s’affoiblir, détermine le point de l’horison vers lequel le corps de l’orage doit être poussé.

3°. On voit quelquefois des orages se diviser en deux parties, dont l’une paroît demeurer immobile, tandis que l’autre s’écarte de la premiere.

Cela vient de ce que la fermentation s’affoiblit dans une partie de l’orage, tandis qu’elle fait du progrès dans la partie voisine : car, cela posé, celle-ci doit s’élever en même-tems que l’autre plongera obliquement en se séparant de la premiere ; & c’est une exception à ce qu’on a dit ailleurs. pp. précédentes, qu’une partie de l’orage qui descend doit entraîner la partie voisine : ce qui ne doit arriver, comme l’on voit, qu’autant que cette derniere est entraînée d’un côté avec plus de force qu’elle n’est élevée de l’autre par l’action de la fermentation.

4°. Les deux parties d’un orage qui se divise prennent quelquefois differentes routes, & vont fondre en même tems l’un d’un côté, & l’autre de l’autre.

Parce que la fermentation s’affoiblit considérablement & en même tems aux deux extrémités opposées de l’orage ; car dans ce cas, chacune des extrémités doit entraîner la partie voisine ; ce qui ne peut se faire sans que l’orage se divise en deux parties, dont l’une plongera d’un côté, & l’autre de l’autre. On voit même que l’égalité ou l’inégalité de ces deux parties doit dépendre de l’égalité ou de l’inégalité de cet affoiblissement qui survient de deux côtés en même tems.

5°. A mesure qu’un orage fond en s’avançant vers nous, il paroît s’étendre de tous côtés, & couvrir une plus grande partie de notre horison.

Premierement, parce que l’angle sous lequel nous le voyons, devient toujours plus grand, à mesure qu’il approche de notre zénith, & même à mesure qu’il descend vers la terre.

En second lieu, parce que la base de l’orage doit en effet s’étendre de tous côtés dès qu’il commence à fondre ; car la couche supérieure de la matiere qui le compose, se trouvant moins soutenue par l’action de la fermentation, doit se répandre vers les extrémités de la couche inférieure, & augmenter ainsi l’étendue de cette partie de sa surface qui est tournée vers nous.

Ce qui n’empêche pas que le volume de la matiere qui fermente ne diminue à mesure que la fermentation tombe, comme on l’a dit ailleurs ; car il suffit pour cela que la solidité du corps de l’orage, ou le produit de sa base par sa hauteur, perde plus par la diminution de la hauteur ou profondeur, qu’elle ne gagne par l’agrandissement de la base.

6°. Il arrive souvent qu’un orage qui a été poussé pendant quelque tems vers un certain point de l’horison, change tout-à-coup de direction, & se jette d’un autre côté.

Cela doit arriver en premier lieu, lorsque la fermentation qui n’a encore diminué que très-peu dans une partie latérale de l’orage, vient à cesser tout-à-coup, ou à diminuer sensiblement dans cette même partie ; car par la même raison que le corps de l’orage s’est jetté sur sa partie antérieure lorsque la fermentation s’est affoiblie en cet endroit, il doit maintenant se jetter sur sa partie latérale, & changer ainsi la direction de son mouvement progressif, & celle de l’air qui le suit & le pousse devant lui.

La même chose doit arriver en second lieu, lorsque quelque obstacle considérable, par exemple, une montagne, se trouve dans le plan perpendiculaire de sa ligne de route ; car l’air pressé par la descente de l’orage contre la partie antérieure de la montagne qu’il ne peut pénétrer, doit se retourner contre l’orage même, l’empêcher d’avancer, & l’obliger de couler du côté où sa ligne de route fait le plus grand angle avec la montagne.

7°. Tous les orages ne donnent pas de la grêle.

Parce que pour la formation de la grêle deux conditions sont requises : il faut premierement que les parties qui se détachent d’un orage lorsqu’il fond, soient mêlées d’une quantité suffisante de nitre, ou autres parties de matieres propres à produire le même effet que le nitre : il faut en second lieu que l’air enfermé dans les petits intervalles que ces parties laissent entr’elles en s’assemblant avant de tomber, ait été dilaté à un certain point par la chaleur de la fermentation. Tout ceci a été expliqué ailleurs.

Or, la premiere de ces conditions manque toutes les fois que les alkalis dominent dans le mélange de la matiere qui fermente, parce qu’ils usent & dénaturent les acides, & par conséquent le nitre qui est un véritable acide. Cette premiere condition manque aussi lorsque la fermentation est d’une telle nature, que le nitre, ou la plus grande partie du nitre est mise à l’écart, & jetté dans quelques-unes de ces cavités pleines d’air grossier, où il est consumé par le feu qui s’y allume, ou lancé hors du corps de l’orage par l’explosion de l’air qui fait le tonnerre : aussi remarque-t-on que les orages donnent d’autant moins de grêle, que les éclairs sont plus fréquens, & les éclats du tonnerre plus répétés & plus considérables, &c.

La seconde condition manque lorsque les fermens sont foibles & que la fermentation est douce & lente, ou bien encore lorsqu’il survient quelque cause étrangere qui rompt l’équilibre de l’air environnant, trouble la fermentation, & l’empêche de faire un certain progrès, comme seroit un coup de vent, ou quelque mouvement excité dans l’air de quelqu’autre maniere, &c.

8°. Le bruit du tonnerre varie & reçoit différentes modifications.

Parce que l’air comprimé qui le produit en rompant les barrieres qui le contiennent, s’élance de différentes façons hors du corps de l’orage.

S’il souleve avec force la matiere environnante, & qu’il s’échappe presque tout-à la-fois, le bruit ne différera guere de celui d’un coup de canon : cela doit arriver lorsque son ressort déja bandé à un certain point par la chaleur de la fermentation, vient tout-à-coup à recevoir de nouvelles forces par l’inflammation subite des exhalaisons contenues dans la cavité d’où il sort, & alors on doit sur-tout craindre la foudre, parce qu’elle est d’autant plus à craindre, que l’explosion de l’air qui la mene vers nous, se fait avec plus de force.

Si l’air se fait des voies obliques à travers le corps de l’orage, & qu’il s’échappe par petits filets, le bruit sera aigu, & durera un certain tems.

S’il s’élance irrégulierement & comme par secousses, l’organe de l’ouie sera aussi ébranlé par secousses, & on entendra une espece de brouissement ou de pétillement qui doit varier, comme l’on voit, selon l’ordre & la succession des vibrations plus ou moins fortes, plus ou moins fréquentes, plus ou moins distinctes, &c.

Enfin si l’air enfermé dans une cavité voisine de celle qui s’avance, se trouvant moins soutenue de ce côté, vient à percer la cloison qui les sépare, il s’échappera lui-même à la suite de celui qui a déja commencé à se faire une voie, & augmentera le bruit excité par l’explosion commencée sans son secours : c’est ainsi qu’un éclat qui va en diminuant, & qui semble prêt à cesser, prend tout-à-coup de nouvelles forces, & se fait entendre beaucoup plus qu’auparavant.

Il peut même arriver que l’évacuation de cette seconde cavité donne lieu à l’évacuation d’une troisieme, comme la premiere a donné lieu à la seconde ; ce qui doit faire un tonnerre continuel qui se fera entendre à coups redoublés.

J’aurois bien d’autres phénomenes à expliquer, si je voulois épuiser la matiere ; mais je crois en avoir assez dit pour donner une idée du système que je propose. Je remarquerai seulement ici que le principe d’où je suis parti, est évident & incontestable ; savoir, que la fermentation est l’un que cause des orages & des phénomenes qui les accompagnent : aussi n’ai-je pas cru devoir me mettre en peine de le prouver. Le tonnerre, les éclairs, la foudre, le vent, ce bouillonnement que l’on entend dans un orage qui se forme, voila mes preuves, il n’en faut pas d’autres pour quiconque a vu des fermentations. La grêle même n’est-elle pas une espece de crystallisation, effet ordinaire des fermentations ?

Ainsi, j’ose le dire, quelque versés que soient dans la Physique ceux qui travailleront désormais sur ces matieres, ils s’égareront s’ils perdent ce principe de vue : qu’on réforme, qu’on abatte même, si l’on veut, l’édifice que je viens d’élever, je n’en suis point jaloux, mais qu’on ne cherche pas à bâtir sur un autre fondement.

Je voudrois que quelque physicien habile, quelqu’un de ces hommes privilégiés que la nature se plaît à initier dans ses mysteres ; par exemple, un… un… commençassent par se bien convaincre de cette vérité, & qu’ils prissent ensuite la résolution de faire un système, je suis assuré que la théorie qu’ils nous donneroient vaudroit infiniment mieux que tout ce qu’on a fait jusqu’ici sur cette matiere. Que sçait-on même si le progrès de la théorie seroit l’unique fruit de leur travail ? Ne pourroit-il pas arriver qu’ils fissent quelque découverte heureuse, & qu’ils trouvassent quelque moyen de nous délivrer d’un des plus funestes fléaux dont la colere divine puisse nous affliger ? On a bien fait d’autres découvertes auxquelles il semble qu’on auroit dû s’attendre encore moins qu’à celle là.

Mais comme c’est à l’expérience bien plus qu’aux systèmes & aux raisonnemens, que nous sommes redevables de toutes celles qui se sont faites jusqu’ici, c’est sut-tout de l’expérience que nous devons attendre celles qui se feront à l’avenir ; il semble donc que dans un pays dévasté tous les ans par la grêle, les raisons ses moins spécieuses devroient suffire pour nous engager à tourner toute notre attention de ce côté-là. Menacés d’être réduits à la derniere indigence, & presque forcés à faire un abandon de nos biens, que ne devons nous pas faire pour tâcher d’éviter ce malheur ?

Nous avons oui dire plus d’une fois à nos militaires, que le bruit du canon dissipe les orages, & qu’on ne voit jamais de grêle dans les villes assiégées. Je n’oserois assurer qu’on puisse compter sur cette observation ; il semble pourtant que l’accord de tant de gens dignes de foi, qui prétendent l’avoir faite, doit être de quelque considération.

Lorsque j’examine la chose en physicien, & relativement aux principes ci-dessus, cet effet du canon ne me paroît pas hors de toute vraissemblance. Après tout que risqueroit-on à faire un essai ? quelque quintal de poudre, les frais du transport de quelques pieces de canon qui ne vaudroient pas moins après avoir été employées à cet usage.[6]

Peut être qu’au moyen de cette espece de mouvement d’ondulation qu’on exciteroit dans l’air par l’explosion de plusieurs canons tirés les uns après les autres, on pourroit ébranler, diviser, dissiper le nuage qui commence à fermenter.

Peut-être qu’on écarteroit les nuages voisins & qu’on disperseroit toutes ces parties de différens mixtes répandues dans l’air ; en sorte qu’on empêcheroit l’effet de cette vertu attractive qui assemble tout au même endroit : car ce n’est qu’à la faveur du calme extraordinaire qui regne dans l’air, que peut se former & continuer cette espece de chaîne que font ces différens corpuscules en se levant vers l’orage les uns à la suite des autres. Or le bruit du canon en troublant ce calme, ne doit-il pas rompre cette chaîne, & faire cesser la fermentation en lui dérobant des fermens qui sans doute servent à l’entretenir ?

Peut-être enfin qu’on romproit cet équilibre qui regne dans toutes les parties de l’air environnant, comprimé par l’expansion de la matiere qui fermente, lequel favorise l’action des fermens que l’orage renferme dans son sein en le tenant immobile, & en empêchant un mouvement de translation qui ne pourroit que traverser leur action.

Sur quoi j’observe que le canon pourroit produire ce dernier effet de deux façons :

Premierement, en augmentant la force de cette partie de l’air environnant, vers laquelle son action seroit dirigée ; secondement, en troublant la fermentation dans cette partie de l’orage qu’il ébranleroit le plus par ses secousses : car en supposant la fermentation arrêtée, ou considérablement diminuée dans une partie de l’orage, le corps de l’orage doit se jetter de ce côté, comme je l’ai observé ailleurs, & l’air environnant se déployant en même-tems du même côté, doit emporter l’orage & le dissiper, ou le faire fondre avant que la fermentation ait fait un progrès suffisant pour procurer cette coagulation qui fait la grêle. Il y a lieu de croire que c’est ce qui arrive lorsqu’un orage vient à fondre bientôt après qu’il a commencé à se former : aussi dans ce cas n’y a-t-il point de grêle.

Je ne porte pas plus loin mes conjectures, & je finis cet article en conjurant les physiciens de vouloir bien examiner s’il n’y auroit pas des bonnes raisons pour engager les malheureux habitans des pays sujets à la grêle, à faire l’expérience du canon pour tâcher de se délivrer de ce fléau.

Peut-être des raisons de douter devroient-elles suffire pour presser l’exécution de ce projet. En effet, pour le conduire avec prudence, on doit balancer le danger qu’il y a de faire une dépense inutile par le degré d’utilité que cette même dépense peut procurer, si l’expérience réussit. Or, l’utilité seroit[7] grande sans doute ; donc il semble que l’incertitude du succès ne devroit pas empêcher qu’on la fît.

Au reste, pour éviter l’embarras qu’il y auroit à faire transporter du canon, & la difficulté qu’on pourroit trouver à obtenir la permission de déplacer celui de nos villes de guerre, ne pourroit-on pas faire usage des boîtes-à-feu propres à produire le même effet dans l’air ? Et si cela se peut, comme je n’en doute pas, quelle forme faudroit-il leur donner pour que l’inflammation de la poudre qu’on y enfermeroit, excitât dans l’air la plus forte commotion qu’il seroit possible ? C’est ce que je voudrois qu’on examinât.

Ne pourroit-on pas encore faire des boîtes-à-vent, dans lesquelles on comprimeroit l’air à un tel point, qu’en le laissant échapper tout-à-la-fois, il se débanderoit avec force sur l’air extérieur, dans lequel il exciteroit un ébranlement à peu-près pareil à celui qu’excite la poudre quand elle prend feu dans le canon ? Autre question à examiner.

Orage, s. m. (Poésie.) grosse pluie, ordinairement de peu de durée, mais accompagnée d’un vent impétueux, & quelquefois de grêle, d’éclairs, & de tonnerre. Le lecteur sera peut-être bien-aise de se délasser à lire ici la description que fait M. Thompson d’un orage d’automne dans les îles britanniques : c’est un tableau plein de poésie & de sentimens d’humanité.

« Le sud brûlant s’arme d’un souffle puissant qui détruit les travaux de l’année. A peine voit-on d’abord la pointe des arbres trembler, un murmure tranquille se glisse au long des moissons qui s’inclinent doucement ; mais la tempête croît, s’éleve ; l’atmosphere s’ébranle & se remplit d’une humidité pénétrante, invisible, & immense, qui se précipite avec impétuosité sur la terre. Les forêts agitées jettent au loin des nuées de feuilles bruyantes. Les montagnes voisines battues de l’orage, poussent la tempête brisée, & la renvoient en torrens dans le vallon. La plaine fertile flotte en ondes, découverte & exposée à la plus grande fureur du vent. La mer de la moisson ne peut éviter le coup qui la menace, quoiqu’elle plie à l’orage, elle est arrachée & enlevée dans l’air, ou réduite en chaume inutile par l’ébranlement qui la détruit.

» Quelquefois l’horison noircit, fond & descend en fleuve précipité, tandis que la tempête semble se reproduire. L’obscurité s’augmente, le déluge s’accroît, les champs noyés de toutes parts, perdent leurs fruits couchés sous l’inondation. Tout-à-coup des ruisseaux sans nombre se précipitent tumultueusement, rougis, jaunis ou blanchis, par la terre des collines qu’ils entraînent ; la riviere s’enfle & quitte ses bords. Les brebis, la moisson, les cabanes roulent ensemble emportées par la cruelle vague. Tout ce que les vents ont épargné, céde à ce dernier effort, qui ruine en un instant les plus hautes espérances, & dissipe les trésors mérités, fruits de l’année laborieuse.

» Le laboureur sans secours fuit sur les hauteurs, considere le malheureux naufrage de tout son bien, ses troupeaux noyés, & tous ses travaux dispersés. Les besoins de l’hiver s’offrent en ce cruel moment à la pensée tremblante : il frémit, il croit entendre les cris de ses chers enfans affamés.

» Vous maîtres accourez, consolez-le, séchez ses larmes, & ne soyez alors occupés que de soutenir la main rude & laborieuse, qui vous procurera l’aisance dans laquelle vous vivez : donnez du moins des vêtemens grossiers à ceux dont le travail a fourni la chaleur & la parure de vos habits : veillez encore au soin de cette pauvre table, qui a couvert la vôtre de luxe & d’abondance : soyez compatissans enfin, & gardez-vous d’exiger ce que les vents orageux & les affreuses pluies viennent de moissonner sans retour ». (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « orage »

De l’ancien français ore (« vent »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dauphiné, orage, le vent, le souffle du vent ; bourguig. oraige ; provenç. auratge, vent, orage ; catal. oretj ; espagn. orage ; d'une forme fictive auraticum, du lat. aura, vent, air ; grec αὔρα, souffle. L'ancien français avait aussi oré ; provenç. aurey, qui était un autre dérivé du même mot aura.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « orage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
orage ɔraʒ

Citations contenant le mot « orage »

  • L'amour, c'est le soleil après la pluie, et la luxure, c'est l'orage après le soleil. De William Shakespeare / Vénus et Adonis
  • La maladie est un des paravents que les femmes mettent le plus souvent entre elles et l'orage d'une querelle. De Honoré de Balzac / La Cousine Bette
  • Je chante parce que l'orage n'est pas assez fort pour couvrir mon chant. Louis Aragon, Les Yeux d'Elsa, Cahiers du Rhône
  • Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage. Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, l'Ennemi
  • Au plus fort de l'orage, il y a toujours un oiseau pour nous rassurer. C'est l'oiseau inconnu. Il chante avant de s'envoler. René Char, Les Matinaux, Gallimard
  • Levez-vous vite, orages désirés, qui devez emporter René dans les espaces d'une autre vie ! François René, vicomte de Chateaubriand, René
  • Vieillard : À propos d'une inondation, d'un orage, etc., les vieillards du pays ne se rappellent jamais en avoir vu un semblable. Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues
  • L’orage rajeunit les fleurs. De Charles Baudelaire / Les Fleurs du mal
  • Il faut laisser passer l’orage. De Proverbe français
  • Abri : l’orage lui amène des clients. De Tristan Bernard / Mots-croisés
  • Le pire orage éclate au moment de la moisson. De Proverbe italien
  • Le repos est un rêve ; la vie est un orage. De George Sand / Tamaris
  • C'est pendant l'orage qu'on connaît le pilote. De Sénèque / De providence
  • Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage. De Jean Jaurès
  • Ceux qui sont pour la liberté sans agitation sont des gens qui veulent la pluie sans orage. De Mark Twain
  • L'habituel défaut de l'homme est de ne pas prévoir l'orage par beau temps. De Nicolas Machiavel
  • Une petite rébellion de temps en temps, c'est comme un orage qui purifie l'atmosphère. De Thomas Jefferson
  • Les serments d'amour sont comme les voeux des marins, on les oublie après l'orage. De John Webster / The white devil
  • Le bonheur est comme un frêle voilier en pleine mer : il suffit d'un orage pour le détruire. De Léna Allen-Shore / Ne me demandez pas qui je suis
  • Imaginez regarder dans le ciel et regarder un objet plus grand que l’araignée du mont Everest. Cela semble apocryphe, non? Mais pour les 1,4 million d’habitants de Calgary, au Canada, c’était exactement le spectacle qui se profilait jeudi comme un orage menaçant – et magnifique – sur une superceline. News 24, Un orage super céleste s'est abattu sur Calgary, au Canada, jeudi - News 24
  • Alors que les précipitations sont aux abonnées absentes dans la moitié nord, des orages se développent quotidiennement des Pyrénées aux Alpes, apportant quelques pluies et surtout de la grêle. Tameteo.com | Meteored, Orages : plus de 50000 éclairs en 48h et d'importantes chutes de grêle
  • Mercredi soir, de forts orages ont touché le Gard rhodanien. Au camping de La Saraillère à Goudargues, des touristes ont dû être évacués et mis en sécurité. Ce jeudi, le maire de la commune, Fred Mahler est allé sur place constater les dégâts et faire un point de la situation. midilibre.fr, Gard : retour à la normale au camping de Goudargues après l'orage de grêle de mercredi soir - midilibre.fr
  • Déjà, mercredi en fin de journée, de forts orages avaient touché le Gard rhodanien et plus particulièrement la commune de Saint-André-de-Roquepertuis. La grêle a causé de nombreux dégâts. Contactée par Objectif Gard, la mairie restait injoignable ce vendredi. , UZÈS Gros orage : une commerçante se retrouve les pieds dans l’eau – Objectif Gard
  • Selon les prévisions, les orages devraient commencer à éclater en début de soirée, aux alentours de 21 h. La vigilance jaune court jusqu’à 3 h du matin. , Attention aux orages : Météo France place le Nord et le Pas-de-Calais en vigilance | Lille Actu
  • Après un samedi très chaud, les hautes pressions subsahariennes devraient se décaler vers l'Europe centrale alors qu'une perturbation atlantique apportera un dégradation pluvio-orageuse dimanche. La Chaîne Météo, Météo du prochain week-end : forte chaleur et orages - Actualités La Chaîne Météo
  • Un orage est passé au-dessus de l'Ardèche et de la Drôme ce mercredi soir. La foudre a provoqué un départ de feu à Mauves en Ardèche, des grêlons de gros diamètre sont tombés à Portes-lès-Valence dans la Drôme. France Bleu, PHOTOS - Avec les orages, des grêlons gros comme des noix tombent à Portes-lès-Valence
  • Un gros orage a éclaté, mercredi 22 juillet, sur le secteur de Soyons et Toulaud avec de la grêle et de gros dégâts sur les cultures, fruitiers et jardins. , Environnement | Orage : gros dégâts sur les cultures et jardins à Soyons

Images d'illustration du mot « orage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « orage »

Langue Traduction
Anglais thunderstorm
Espagnol tormenta
Italien temporale
Allemand gewitter
Chinois 雷雨
Arabe عاصفة رعدية
Portugais trovoada
Russe гроза
Japonais 雷雨
Basque ekaitz
Corse tempesta
Source : Google Translate API

Synonymes de « orage »

Source : synonymes de orage sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « orage »

Partager