La langue française

Suranné

Définitions du mot « suranné »

Trésor de la Langue Française informatisé

SURANNÉ, -ÉE, adj.

A. − DR., vieilli. Qui a cessé d'être valide, dont le délai est expiré. Synon. nul, périmé.Brevet suranné; lettres surannées (Ac. 1798-1878). Passeport suranné; procuration surannée (Ac. 1878, 1935).
Concession surannée. ,,Concession devenue nulle pour n'avoir pas été enregistrée dans le temps prescrit`` (Lar. Lang. fr.).
B. −
1. [En parlant d'une chose] Qui a cessé d'être en usage, qui ne se fait, ne se porte ou ne se dit plus et se réfère à une époque révolue. Synon. caduc, démodé, désuet, rétrograde, vétuste, vieilli, vieillot, ringard (fam.); anton. actuel, à la mode, à la page, d'avant-garde, moderne, neuf, nouveau.Devant que était déjà un peu suranné lorsque notre auteur l'employa (A. France,Génie lat.,1909,p. 79).À Vienne, où une cour d'un autre âge conserve un ton d'élégance surannée et des manières d'Ancien régime (Tharaud, Déroulède, 1914, p. 29):
... Vois se pencher les défuntes Années, Sur les balcons du ciel, en robes surannées, Surgir du fond des eaux le Regret souriant. Baudel., Fl. du Mal, 1861, p. 134.
SYNT. Mise, mode, tenue, toilette surannée; cérémonial suranné; courtoisie, politesse surannée; mot, terme, vocabulaire suranné; expression, rhétorique surannée; enseignement, système suranné; coutumes, habitudes surannées; doctrines, idées, méthodes surannées.
Vieilli. Suranné de + subst.Quand il [Catinat] écrit, il est comme Vauban, un peu suranné de langage (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 8, 1864, p. 450).
En partic. Qui appartient au style d'une autre époque. Beffroi, hôtel suranné; maison surannée; meubles surannés. Ce fauteuil, d'une forme surannée, garni de velours d'Utrecht rouge (A. France, Dieux ont soif, 1912, p. 150).
Poét. Fané. Tantôt des roses surannées Elle retranchoit les débris (Delille, Œuvres posth., 1813, p. 240).
2. [En parlant d'une pers.]
a) Littér. Qui est très âgé, qui, par son apparence, se rattache au passé. Une dame surannée, en décolleté et à salières, jaune, cérémonieuse et affable (Arnoux, Paris,1939, p. 59).
b) Vieilli. Qui est trop vieux pour le personnage qu'il joue en société. Un galant suranné (Ac.).
Empl. subst. Plus d'une surannée de Pierrefitte a dû la fin de son célibat aux rubans de M. Fleuri-Croseau (Balzac, Œuvres div., t. 1, 1826, p. 156).
3. Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Ce qui est d'une autre époque, ce qui est démodé. Une conversation galante, intelligente, spirituelle, avec du suranné, du vieillot dans les idées et les tours de phrases, qui vous fait penser parfois que vous dînez dans un rêve avec des morts d'avant 89 (Goncourt, Journal, 1872, p. 917).
REM.
Surannation, subst. fém.a) Dr. civil. α) ,,Cessation de validité d'un acte, qui n'était valable que pour un temps déterminé`` (Barr. 1974). β) ,,Expiration (d'un délai de procédure)`` (Rob. 1985). b) Hist. Lettres de surannation. ,,Lettres qu'on obtenait du prince, pour rendre la force et la validité à celles qui étaient surannées`` (Ac. 1798-1878).
Prononc. et Orth.: [syʀane]. Barbeau-Rodhe 1930 tolère la gémination. Att. ds Ac. 1694-1798 et Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. 1174-77 « qui a plus d'un an » chapons soranez (Roman de Renart, éd. M. Roques, br. II, 3339); 1871 houblon suranné (Littré); 2. 1340 dr. « qui, après un an de date, cesse d'être valable » amandes sourannees (Acc., Ste Marie-de-Boq., À Côtes-du-Nord ds Gdf. Compl.); 1718 concessions surannees (Ac.); 3. a) 1567 « vieux, ancien » (J. Martin, Arch. Alberti, p. 57 vo); b) 1646 « qui appartient à une période révolue » mots surannez (Maynard, Œuvr., in 4 , p. 223 ds Livet Molière); 1844 empl. subst. (Gautier, Les Grotesques, préf.); 4. 1648 « qui n'est plus jeune » fille surannee (Sorel, Polyandre, I, p. 139 ds Livet Molière); empl. subst. 1826 (Balzac, loc. cit.). Dér. de an*; préf. sur-*; suff. *. Fréq. abs. littér.: 224. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 299, b) 325; xxes.: a) 452, b) 251.

Wiktionnaire

Adjectif

suranné \sy.ʁa.ne\

  1. (Droit) Qui a dépassé la date d’expiration et n’est plus valide.
    • C’est encore dans cette vue qu’Henri II, par le même Édit a défendu de le servir pour prendre date , de procuration surannée. — (Pierre Gohard, Traité des bénéfices ecclésiastiques, Paris : chez Langlois et chez veuve Mazière & J.B. Garnier, 1736, vol.2, p.389)
  2. (Droit) Qualifie les concessions qui, faute d’être enregistrées dans le temps prescrit, deviennent nulles.
  3. (Figuré) Qui est tombé en désuétude, qui date d’une autre époque.
    • Peu m’importait d’arrêter mes regards sur un parterre peuplé seulement d’une trentaine d’amateurs forcés, sur des loges garnies de bonnets ou de toilettes surannées, - ou bien de faire partie d’une salle animée et frémissante couronnée à tous ses étages de toilettes fleuries, de bijoux étincelants et de visages radieux. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Sylvie, 1854)
    • Je suis un vieux boudoir plein de roses fanées, où gît tout un fouillis de modes surannées — (Baudelaire; Les Fleurs du mal - Spleen LXXVI, 1857)
    • C'était une ample robe en soie écarlate, rehaussée de somptueuses dentelles et lamée d'or, très riche et très coûteuse en vérité, mais d'une mode surannée. — (Jean Ray, Harry Dickson, Les Vingt-Quatre heures prodigieuses, 1936)
    • […], Roquillard, gentilhomme campagnard, qui parle une langue surannée, emploie ce terme : « Dès mon premier âge, j’ai pourchassé l’accointance de messieurs du théâtre, parce qu’ils sont volontiers courtois et joviaux. » — (Pierre Benjamin Lafaye, Dictionnaire des synonymes de la langue française : avec une introduction sur la théorie de synonymes, 3e éd., Paris : Louis Hachette, 2e part., p. 668)
    • Le progrès des sciences rend inutiles les ouvrages qui ont le plus aidé à ce progrès. Comme ces ouvrages ne servent plus à grand-chose, la jeunesse croit de bonne foi qu’ils n’ont jamais servi à rien ; elle les méprise et, pour peu qu’il s’y trouve quelque idée trop surannée, elle en rit. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 163.)
  4. (Figuré) (Vieilli) Très âgé, ou trop âgé pour la situation.
    • […] c’est le côté grotesque et naturellement plus ou moins inconvenant de ce travestissement, car tout à l’heure la veuve qui vient du Brésil va être pressée de près par deux prétendants, un vieil homme de loi hypocrite et un beau suranné; […]. — (La Vie parisienne, 1894, p.177)
    • […], tous les mâles du coin rêvent d’échanger leurs épouses contre cette bombe.
      L’un d’eux, le bellâtre un rien suranné, a d’ailleurs une longueur d’avance sur les autres, […].
      — (Lilli Carati, une superbe actrice au destin contrarié !, sur le site Le Royaume des avis (http:/ /leroyaumedesavis.over-blog.com/), 26 janvier 2009)

Forme de verbe

suranné \sy.ʁa.ne\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe suranner.

Adjectif

suranné \sy.ʁa.ne\

  1. Qui a dépassé la limite d’un an.
    • Chapon suranné, qui a été chaponné il y a plus d’un an.
    • Lettres surannées, dont le sceau a été apposé il y a plus d’un an.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SURANNÉ, ÉE. adj.
T. de Jurisprudence. Il se dit de Certains actes publics, lorsque le temps au-delà duquel ils ne peuvent avoir d'effet est expiré. Procuration surannée. Passeport suranné. Il vieillit. On dit plutôt aujourd'hui Périmé. Il se dit aussi des Concessions qui, faute d'être enregistrées dans le temps prescrit, deviennent nulles. Il s'emploie surtout au figuré, dans le langage courant, et signifie Qui est vieux, hors d'usage, qui n'est plus de mise. Cet habit est un peu suranné. Une mode surannée. Une façon de parler surannée. Il se dit encore des Personnes. Un galant suranné. Une beauté surannée. Il est vieux en ce sens.

Littré (1872-1877)

SURANNÉ (su-ra-né, née) part. passé de suranner
  • 1Qui ne peut plus avoir d'effet, en parlant d'actes publics pour lesquels on a laissé passer l'année, le temps au delà duquel ils ne peuvent avoir d'effet. Procuration surannée.

    Concessions surannées, concessions qui, faute d'être enregistrées dans le temps prescrit, deviennent nulles.

    Houblons surannés, houblons qui ont plus d'un an, Journ. offic. 6 nov. 1871, p. 4329, 2e col.

  • 2 Fig. Vieux, hors de mode. On aurait pu des fables surannées Ressusciter les diables et les dieux, Gresset, Ver-vert, I. Il n'est point de pays… où les usages surannés subsistent plus généralement encore, Staël, Allemagne, I, 2.

    Il se dit des personnes. Venez, beau directeur, suranné damoiseau, Molière, Éc. des mar. III, 6. Toutefois à la cour les turlupins restèrent…, D'un jeu de mots grossier partisans surannés, Boileau, Art p. II. Une coquette surannée qui se couche après avoir laissé ses cheveux, ses sourcils et ses dents sur sa toilette, Lesage, Diable boit. III. Croyez-moi, madame, c'est un dangereux animal qu'une beauté surannée, Campistron, l'Amante amant, IV, 1. Je sentais trop le ridicule des galants surannés, pour y tomber, Rousseau, Conf. IX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SURANNÉ, adj. (Jurisprud.) terme de chancellerie dont on se sert pour désigner des lettres dont la date remonte à plus d’une année ; on dit que ces lettres sont surannées, pour dire qu’elle sont au-dessus d’un an. Les lettres surannées ne peuvent plus servir, à moins que le roi n’accorde d’autres lettres pour les valider, qu’on appelle lettres de surannation. Voyez le style de la chancellerie par Ducrot. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « suranné »

De l’ancien français sorane/souranne qui désigne, au départ, ce qui a plus d’un an, ainsi que les actes qui, dépassant la limite d’un an, deviennent nuls.
Attesté dans le Dictionnaire de l’Académie française, 1re édition (1694) avec ses acceptions propres et figurées (« vieux »). Le Thresor de la langue française de Jean Nicot (1606) ne mentionne que les sens propres.
Composé de sur- (« au-delà ») et an.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « suranné »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
suranné syrɑ̃ne

Citations contenant le mot « suranné »

  • Délicatement posée au creux de son oreille, une fleur rose pétant soutient la coiffure d’Amandine Troadec. La jeune femme de 34 ans déborde d’énergie. Le 15 août, elle sera sous les feux du cabaret de Mézos (Landes) pour l’élection de la Miss pin-up de Nouvelle-Aquitaine. Un brin suranné ce concours ? Tout le… SudOuest.fr, Pays royannais : Lady Madeleine tourne la page
  • À table à la guinguette Bel Ami, on remonte le temps autant qu’on l’arrête. Avec ses assiettes dépareillées chinées à la brocante de Blaye et ses coussins de camping-car dont le tissu laineux marron et orange trahit les années 80, la guinguette en bord de Gironde instaure un décor suranné et anachronique mêlant les dimanches de l’époque… SudOuest.fr, A Plassac, en bord de Gironde, la guinguette Bel Ami fait un tabac
  • À Voulgézac, la famille se transmet ce moulin de Nanteuillet suranné. Un lieu paisible, de balade, où la dernière génération voudrait cultiver l’esthétisme. CharenteLibre.fr, Voulgézac: le moulin de Nanteuillet tourné vers le beau - Charente Libre.fr

Images d'illustration du mot « suranné »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « suranné »

Langue Traduction
Anglais outdated
Espagnol anticuado
Italien antiquato
Allemand veraltet
Chinois 过时的
Arabe عفا عليها الزمن
Portugais desatualizado
Russe устаревший
Japonais 時代遅れの
Basque zaharkitu
Corse caduta
Source : Google Translate API

Synonymes de « suranné »

Source : synonymes de suranné sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « suranné »

Suranné

Retour au sommaire ➦

Partager