La langue française

Rappel

Sommaire

  • Définitions du mot rappel
  • Étymologie de « rappel »
  • Phonétique de « rappel »
  • Citations contenant le mot « rappel »
  • Images d'illustration du mot « rappel »
  • Traductions du mot « rappel »
  • Synonymes de « rappel »
  • Antonymes de « rappel »

Définitions du mot « rappel »

Trésor de la Langue Française informatisé

RAPPEL, subst. masc.

Fait, action de rappeler; p. méton., instrument de cette action.
A. − Rappel de qqn/qqc. (quelque part).Action d'appeler pour faire revenir, de faire revenir en appelant.
1. [L'obj. du procès est un être vivant, gén. une pers.]
a) [Corresp. à rappeler I A 1 b α ] En ce moment, les spectateurs entendirent la sonnette de rappel et quittèrent le foyer pour se rendre à leurs places (Balzac,Peau chagr., 1831, p. 212):
1. Quand le coup de canon du rappel part du navire; quand le pavillon de signal se hisse au mât, et que la chaloupe se détache pour venir vous prendre, on pleurerait presque ce coin sans nom du monde, où l'on n'a fait qu'étendre quelques heures ses membres harassés. Lamart.,Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 352.
α) ARM. Batterie de tambour, sonnerie de clairon ou de trompette au moyen desquelles on appelle les soldats pour les rassembler. Battre le rappel; écouter, entendre le rappel; le battement précipité du rappel. Le réveil est sonné à six heures; le rappel, à six heures et un quart (Claris,Éc. polytechn., 1895, p. 45).Le clairon maintenant sonne le rappel aux caporaux, aux fourriers, la vie commence en France pour les Français de ces grades (Giraudoux,Suzanne, 1921, p. 218).V. battre ex. 11.
Le rappel bat, sonne. Le rappel bat dans tout Paris; et bientôt, sur le tambour, sur le clairon, sur les clameurs, sur les cris: Aux armes! montent les grandes ondes tragiquement sonores du tocsin, qui se met à sonner à toutes les églises (Goncourt,Journal, 1871, p. 804).
P. métaph. Il se forçait à ne pas ouvrir les yeux, pour essayer de se rendormir (...); mais c'était peine perdue; le rappel de la vie sonnait la diane de ses maux et le jetait, éperdu, sur son séant (Huysmans,Oblat, t. 2, 1903, p. 242).La mort, tambour brutal, roule un rappel d'airain (Ch. Guérin, Cœur solit., 1904, p. 158).
Au fig. Battre le rappel de qqn/qqc. Chercher à rassembler tous ceux, tout ce dont on peut disposer. Battre le rappel de ses amis, de ses souvenirs. Schaunard battait dans Paris ce qu'on appelle le rappel de la monnaie (Murger,Scènes vie boh., 1851, p. 28).« Courage! » se répète-t-il. Cette exhortation du conseiller bat dans toutes ses artères le rappel de ses forces: « Courage! » (Châteaubriant,Lourdines, 1911, p. 114).
Faire le rappel de. Même sens. On fit le rappel du pain. Pas un morceau dans l'escadron (Bourget,Monique, Gestes, 1902, p. 212).
P. anal. Battre le rappel sur, contre qqc. Frapper des coups en cadence, tambouriner. (Dict. xixeet xxes.). Battre le rappel sur une porte, une vitre, une table. Étienne ramassa le morceau de grès, que l'autre avait émietté déjà, et il battit contre la veine, au fond, le rappel des mineurs, le roulement prolongé, dont les ouvriers en péril signalent leur présence (Zola,Germinal, 1885, p. 1568).MÉD. Bruit de rappel. ,,Redoublement claqué du deuxième bruit du cœur, audible au niveau de la pointe lors d'un rétrécissement mitral, dû au claquement d'ouverture de la valve sclérosée`` (Méd. Flamm. 1975).
β) CHASSE. [Corresp. aussi à rappeler II B] Chant par lequel certains oiseaux s'appellent mutuellement; en partic., cri de ralliement crépusculaire des perdrix, généralement au soir d'une chasse qui a dispersé la compagnie (d'apr. Burn. 1970). Le rappel aigu, argentin d'un oiseau; imiter le rappel de la perdrix. Aux sérieuses promenades d'hiver, nous avions toujours près de nous le roitelet à huppe d'or, son petit chant rapide, son rappel doux et flûté (Michelet,Oiseau, 1856, p. 177).Les corbeaux filaient au loin à tire-d'aile en poussant des croassements de rappel significatifs (Pergaud,De Goupil, 1910, p. 179).V. cocorico ex.
P. méton. Rassemblement d'oiseaux. Depuis des années, à l'équinoxe d'automne, je vois, à Auteuil, un rappel de sansonnets, par centaines, habiller le même bouquet d'arbres (Colette,Jumelle, 1938, p. 204).
Loc. [À propos d'un chien] Avoir du rappel. Bien obéir à l'ordre de revenir auprès de son maître (d'apr. Burn. 1970). La chienne caracolait devant eux (...) « Ici Mirande! » Elle revenait bien: elle avait du rappel (Vialar,Homme de chasse, 1961, p. 106).
γ) SPECTACLES. [L'obj. du procès est un artiste, un comédien] Applaudissements destinés à faire revenir sur scène pour l'acclamer l'artiste, le comédien qui vient de s'y produire. Rappel des acteurs; rappels frénétiques; régler les rappels. À la fin du spectacle, (...) [le chanteur] appela le chef de claque et le secoua de la belle façon. On avait manqué ses entrées, ses sorties, oublié le rappel du troisième acte (A. Daudet,Femmes d'artistes, 1874, p. 86).Répétition générale, très bonne. Trois rappels au premier acte, trois au second. Succès énorme, dit Antoine (Renard,Journal, 1909, p. 1253).
δ) VOILE. Invitation faite au bateau qui a franchi trop tôt la ligne, lors d'un départ de régate, de revenir derrière cette ligne et de prendre un nouveau départ. Un rappel général peut être donné si plus du tiers des concurrents a pris un faux départ. Les rappels sont notifiés par un signal sonore et le numéro de rappel du bateau mis en évidence (Barber.1969).
ε) Arg. Synon. de appel (v. ce mot B 4 b).Elle décoche au chevalier en conquête une de ces œillades de rappel sur le sens desquelles le moins entreprenant ne se méprend pas (L'Héritier,Suppl. Mém. Vidocq, t. 2, 1830, p. 84).
b) [Corresp. à rappeler I A 1 b β] Rappel des bannis. M. Necker obtint le rappel de tous les exilés, la délivrance de tous les prisonniers pour des opinions politiques (Staël,Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 130):
2. Notre ancien club de la place d'armes s'était rouvert après thermidor, et depuis quelques mois les vieilles bourriques attachées au ci-devant cardinal de Rohan (...) faisaient là leurs motions pour le rappel des émigrés... Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 400.
Rappel de l'exil. Les hommes, qui prenaient un véritable intérêt à David, ne désiraient point son rappel de l'exil. Comme peintre, son influence en France était devenue nulle; comme homme il n'y eût point été heureux (Delécluze,Journal, 1826, p. 294).
Au fig. C'est un homme, celui qui dans la route austère Marche vite à son but, les deux bras en avant, Et ne se tourne pas aux surprises du vent. Qu'importe l'horizon? Sans rappels en arrière, Le fort ne se résout jamais à la prière (Dierx,Poèmes, 1864, p. 41).
c) [Corresp. à rappeler I A 1 b γ] Fait d'inviter quelqu'un à se rendre de nouveau (en un lieu déterminé) au titre d'une fonction, d'une qualité, d'une compétence; fait d'ordonner à quelqu'un de rejoindre son poste. Louis XVI refusa de sanctionner les décrets et renvoya les ministres girondins le 12 juin (...). Le 20 juin, un cortège tumultueux, portant une pétition pour le rappel des ministres girondins, défila devant l'Assemblée consentante (Bainville,Hist. France, t. 2, 1924, p. 67).V. approvisionnement ex. 1:
3. La demi-confusion faite par la Constitution de 1946 entre sessions et séances a pour conséquence de confondre le rappel de l'Assemblée Nationale en session au cours d'une interruption de session et la convocation pour une séance non prévue. Vedel,Dr. constit., 1949, p. 418.
En partic. Rappel (sous les drapeaux); rappel des permissionnaires, d'une classe. Le roi ordonne le rappel des réservistes de la première classe et des services auxiliaires (Romains,Hommes bonne vol., 1932, p. 195).On projette le rappel de trois classes, pour pouvoir mettre cent mille hommes de plus en ligne (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p. 358):
4. Les hommes envoyés dans la disponibilité ou dans les réserves (...) sont tenus de rejoindre leur corps ou leur poste (...) en cas de rappel par ordre individuel et en cas de convocation pour des périodes d'exercice. J.O., Loi rel. recrut. arm., 1928, p. 3817.
d) [Corresp. à rappeler I A 1 b δ] Fait d'inviter (ou d'autoriser) quelqu'un à quitter temporairement ou définitivement son poste. Demander, ordonner, proposer le rappel de qqn; demander, solliciter son rappel; obéir à un ordre de rappel. L'air vif du Liban rongeait sa poitrine, et raccourcissait le nombre de ses années. Il n'avait qu'un mot à écrire à ses supérieurs pour obtenir son rappel en France (Lamart.,Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 126).Mise en train immédiate de l'évacuation par les troupes allemandes et du rappel de tous les instructeurs, prisonniers et agents civils et militaires allemands se trouvant sur les territoires de la Russie (Foch,Mém., t. 2, 1929, p. 310).
En partic. Rappel d'un agent diplomatique. Votre Excellence sait qu'après le rappel de l'ancien attaché militaire, le lieutenant-colonel von Süsskind, un agent français du nom d'Arc s'efforce d'entretenir des relations avec les membres de l'ambassade, qui le repoussent (Affaire Dreyfus, 1901, p. 34).Staline, dit-on, a demandé le rappel de l'ambassadeur des U.S.A. à Moscou (Gide,Journal, 1943, p. 212).
Rappel en/pour consultation. Le gouvernement israélien a marqué sa réprobation à l'élection de M. Waldheim en annonçant, lundi, le rappel pour consultation de son ambassadeur à Vienne (Agence télégraphique juive, 10 juin 1986, p. 4, col. 1).
Lettres de rappel. ,,Document par lequel un gouvernement signifie à l'un de ses agents diplomatiques auprès d'un gouvernement étranger qu'il met fin à sa mission`` (Cap. 1936). Synon. lettres de recréance*.J'ai reçu de Berlin des lettres si flatteuses que j'ai un extrême désir d'aller porter moi-même mes lettres de rappel au roi pour le remercier de ses bontés (Chateaubr.,Corresp., t. 2, 1821, p. 275).
2. [L'obj. du procès est une chose]
a) [Corresp. à rappeler I A 3]
ALPIN. Rappel de corde. Fait de ramener à soi la corde qui a été utilisée pour descendre une paroi verticale (d'apr. Gautrat 1970).
Usuel. Rappel ou rappel de corde. Manœuvre qui permet de descendre une paroi verticale sur une corde double passée autour d'un point d'attache (piton, bec rocheux, anneau de cordelette) (d'apr. M. Liotier, Celui qui va devant, 1974 [1968], p. 218 et Petiot 1982). Piton, point de rappel. C'est au tour d'Aline. Elle n'a jamais fait de rappels de corde. Elle s'élance, mais si maladroitement qu'elle rebondit et pendule le long du rocher, crispée sur la corde (R. Frison-Roche,Premier de cordée, 1969 [1941], p. 94).
Corde de rappel et, p. ell., rappel. Dérouler, filer, fixer, lancer, placer, poser le rappel. Je glisse le long du rappel. Trente mètres descendus tranquillement (...). Je récupère la corde de rappel, la plie, la loge dans mon sac (M. Liotier,Celui qui va devant,1974 [1968],p. 101).Rappel, piolet et crampons ne sont indispensables, pour les courses décrites dans ce livre, que si la rubrique « Matériel » le précise (H. Grossen,L'Oberland bernois, Paris, Denoël, 1982, p. 26).
Descente en rappel et, p. ell., rappel. Faire un rappel de n mètres. La descente en rappel. Il existe différentes manières de descendre en rappel (Gautrat1970).
Descendre en rappel. On peut (...) descendre en rappel par un couloir du versant sud (H. Grossen,L'Oberland bernois, Paris, Denoël, 1982, p. 72).
P. méton. Passage où l'utilisation de cette manœuvre s'impose. Nous voici au rappel (...), j'installe les cordes (M. Liotier,Celui qui va devant,1974 [1968],p. 150).
JEUX (billard). Faire un rappel. ,,Toucher la première bille adverse de telle manière qu'elle revienne à peu près à son point de départ, après avoir touché une ou plusieurs bandes`` (Lar. encyclop.).
SKI. [Dans le déclenchement d'un virage] ,,Repli des jambes destiné à dégager les talons des skis de la neige`` (Rob. Suppl. 1970).
En compos. Rappel-lancer. Deuxième temps du virage à court rayon dit christiania-slalom et consistant en un repli des jambes, suivi d'une projection des skis vers l'extérieur de la trace initiale, les spatules servant de pivot (d'apr. Petiot 1982).
VOILE. ,,Position acrobatique de l'équipage d'un bateau qui consiste à porter le corps le plus à l'extérieur possible afin de faire contrepoids et lutter contre une trop grande gîte`` (Barber. 1969). Se mettre au rappel (Merrien 1958). Le rappel est parfois facilité par l'utilisation d'un trapèze (Lar. encyclop.).
b) [Corresp. à rappeler I B 4]
α) MAR. [Corresp. aussi à rappeler II C]
,,Secousse donnée par une chaîne ou une amarre, au mouillage, qui ramène brutalement le bateau à sa position après qu'il a embardé ou culé`` (Merrien 1958). La chaîne a donné un violent coup de rappel; le bateau est venu brutalement au rappel (Merrien 1958).
Mouvement de réaction d'un navire en mer. Ce navire a des rappels brutaux (Merrien 1958).Rappel de roulis. ,,Effort violent d'un bateau pour se redresser`` (Merrien 1958). Rappel au vent. ,,Coup de roulis violent du bord du vent`` (Lar. encyclop.). Rappel de barre. ,,Réaction du gouvernail`` (Merrien 1958).
β) MÉCAN., PHYS. Fait de ramener un mécanisme, un système à sa position initiale ou à sa position d'équilibre. Dispositif, tige, vis de rappel. Parfois, les ressorts de rappel des mâchoires de freins cassent, d'où frottement sur le tambour, et chaleur (Chapelain,Techn. automob., 1956, p. 359).Le rappel du crochet a lieu par le ressort R et la position initiale du crochet est assurée par une petite équerre terminant l'aiguille (Thiébaut,Fabric. tissus, 1961, p. 138).
Effort de rappel. Effort exercé par un dispositif de rappel. Les bogies sont soumis à un effort de rappel tendant à les ramener constamment dans l'axe de la machine (Bailleul,Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 47).Force de rappel, moment de rappel. Force, moment tendant à ramener un système vers sa position d'équilibre stable (d'apr. Sarm. Phys. 1981). La pesanteur fournissant la force de rappel du balancier, toutes ses variations réagissent sur la marche de l'horloge (Decaux,Mesure temps, 1959, p. 83).
c) Spécialement
α) ADMIN., COMPTAB. Paiement d'une portion d'appointements ou d'arrérages demeurés en suspens. Rappel de salaire, de solde, de traitement. MacAllan: Alors, Votre Majesté lèvera le séquestre? Le roi: Il est levé, avec rappel des revenus depuis 1652. Voici l'ordre (Dumas père, Laird de Dumbiky, 1844, iii, 5, p. 78).Le droit à pension peut être rétabli par l'effet de l'amnistie, de la grâce ou de la réhabilitation dans le cas de condamnation ou de révocation. Dans ce cas, il n'est pas dû de rappel pour les arrérages antérieurs (Lubrano-Lavadera,Législ. et admin. milit., 1954, p. 276).
Rappel d'ancienneté. ,,Prise en compte d'un temps de service antérieur pour l'établissement d'une situation administrative`` (Admin. 1972).
β) MÉD. Injection de rappel et, p. ell., rappel. Nouvelle injection de vaccin pratiquée chez un sujet déjà vacciné, destinée à renforcer ou restaurer l'immunité. Rappel anti-diphtérique, antipoliomyélitique, antitétanique. Lorsqu'on se trouve en présence d'un sujet antérieurement vacciné par l'anatoxine tétanique et qui vient de subir une blessure, il faut lui faire (...) une injection de rappel d'anatoxine dont l'effet sera, en peu de jours, de lui renforcer énormément son immunité antitoxique (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946, p. 46).
Rare. Synon. de décharge.Des réactions vasculaires que Gautrelet compare à un « rappel adrénalinique » (Josué, Godlewskids Nouv. Traité Méd.fasc. 8 1925, p. 315).
γ) POL. Rappel d'une loi. Abrogation d'une loi. Vingt fois j'ai demandé le rappel de ces lois de persécution (Chateaubr.,Mém., t. 3, 1848, p. 530).
HIST. Rappel ou rappel de l'Union. Abrogation de l'acte qui, en 1799, avait confondu en un seul Parlement les représentants de la Grande Bretagne et de l'Irlande, réclamée par l'homme politique irlandais O'Connell et l'association créée par lui vers 1841 (d'apr. Littré et Lar. 19e).
B. − Rappel de qqn à qqc.
1. [Corresp. à rappeler I B 1] Action de faire revenir quelqu'un à (un état, une situation antérieure). La mise en non-activité étant toujours une mesure prise par l'État sans l'accord de l'intéressé ne peut avoir lieu que par décret. Le rappel à l'activité doit aussi être prononcé dans la même forme (Lubrano-Lavadera,Législ. et admin. milit., 1954, p. 74).
2. [Corresp. à rappeler I B 2]
a)
α) Action de faire revenir quelqu'un à (son devoir). Rappel au droit, à la légalité; rappel à la conscience professionnelle, au devoir, à la raison, à ses obligations; rappel à l'héroïsme, à l'humilité, au recueillement. « Allons, me dit-il, allons un peu plus vite. » Ce rappel à l'exactitude (...) me fit lever la tête et le considérer (Fromentin,Dominique, 1863, p. 64):
5. − Moi, reprit M. Rohner, je ne crains pas la bataille. J'ai passé une bonne partie de mon existence à donner des coups et à en recevoir. Ce n'est donc pas moi qui recommanderai la circonspection. « Bien! bien! pensait Laurent. Ce sont, malgré les apparences, ce sont des rappels au calme. » Duhamel,Combat ombres, 1939, p. 206.
β) DROIT
Rappel à l'ordre. V. ordre I D 3.Rappel à la question. Le président, bien qu'il ait le devoir de maintenir le débat sur le sujet en discussion et de prévenir les orateurs en défaut, n'a lui-même aucun pouvoir d'action envers un député qui refuse d'obéir à ses rappels à la question (Lidderdale,Parlement fr., 1954, p. 163).Rappel au règlement. Des dérogations au tour de parole normal sont prévues (...) en faveur des députés qui veulent faire un « rappel au règlement » (Vedel,Dr. constit., 1949, p. 419).
b) Absolument
[Avec compl. déterminatif désignant l'agent de l'action] Rappel de qqn.Admonestation, injonction, remontrance. Il ne fallait rien de moins qu'un rappel sévère de Glenarvan pour maintenir le jeune garçon à son poste de marche (Verne,Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 96).Cher ami, vous avez mille fois raison de me reprocher ce long silence. Votre rappel me prouve que votre affection n'en est pas altérée, et c'est, avant tout, ce qui m'importe (Martin du G.,J. Barois, 1913, p. 261).
P. anal. En pleine déroute de ses facultés inférieures, le rappel impérieux de la raison parvint jusqu'au cerveau, suspendit l'instant fatal. « Une crise analogue à celle de cet hiver, pense-t-il. Est-ce que je deviens fou? » (Bernanos,Joie, 1929, p. 715).Je touchais au vif de mon pèlerinage. Et si je n'avais point souffert en même temps des continuels rappels de mon appétit je me serais cru parvenu à l'un de ces moments de surnaturelle révélation esthétique (Céline,Voyage, 1932, p. 243).
COMPTAB. Quand le comptable-magasinier constate un retard dans les livraisons, il adresse un bon de rappel au service des achats (Villemer,Organ. industr., 1947, p. 98).
3. [Corresp. à rappeler I B 3] Action de faire reprendre conscience (d'une/de la réalité). Elle se sentait comme paralysée de tous ses membres (...). − « Non, elle n'irait pas. » Mais Jeanne entra, et, sans prononcer une parole, regarda la pendule. Ce fut comme un rappel à sa destinée. Anna se leva subitement (Reider,MlleVallantin, 1862, p. 111).V. infériorité C 2 ex. de Mirbeau:
6. Marcel Proust s'enchante de voir promener dans le salon d'une princesse de Guermantes (...) ce hautain seigneur retombé en enfance: « comme dans un guignol à la fois scientifique et philosophique où il servait comme dans une oraison funèbre ou un cours à la Sorbonne, à la fois de rappel à la vanité de tout et d'exemple d'histoire naturelle... » Blanche,Modèles, 1928, p. 134.
Rappel à soi-même. [Les lieder de Schubert] séduisent par le charme, mais c'est par la vérité qu'ils envoûtent, par ce qu'ils disent de terrible et d'élémentaire, par ce rappel inexorable de l'homme à lui-même (Buenzod,Schubert, 1937, p. 125).
C. − Rappel de qqc./qqn (à qqn)
1.
a) [Corresp. à rappeler I C 1 a] Fait de faire revenir à l'esprit, de remettre en mémoire par ses propos (ou par tout autre moyen approprié).
Rappel de qqn.Maintenant les témoignages crépitent comme une fusillade. Rappel des morts et des blessés, mais sans insistance et sans tristesse: c'est affaire au destin qui choisit qui lui plaît (Bordeaux,Fort de Vaux, 1916, p. 99).Ton père est à la veille de revenir. Faut pas qu'il te retrouve de même. Redresse-toi. Au rappel de son père, Angélina s'était roidie (Guèvremont,Survenant, 1945, p. 263).
[P. méton.] Il supportait, à la rigueur, l'évocation de Gise, le rappel de son nom; mais à Jenny il refusait farouchement la plus fugitive allusion (Martin du G.,Thib., Sorell., 1928, p. 1206).
Rappel (de qqn) ou, p. ext., de ses sentiments (au souvenir de qqn). Embrassez Lolo pour moi, et n'oubliez personne dans le rappel de mes tendresses, pas même Fadet! (Flaub.,Corresp., 1870, p. 216).On monte en haut prendre le café et les liqueurs; et ce sont des embrassades, des rappels à mon souvenir de gens dont j'ai oublié le nom et la figure (Goncourt,Journal, 1895, p. 753).
Rappel de qqc.Ce subit et inattendu rappel d'un tragique épisode qui marquait certainement une date dans sa paisible existence lui causait-il une pénible surprise? (Bourget,Actes suivent, 1926, p. 61).− « Jenny, jouez-moi... vous savez... cette chose... cette chose que vous jouiez... autrefois. » − « Quoi donc? » Elle savait bien ce qu'il voulait dire. Mais elle avait frémi devant ce rappel douloureux de leur été à Maisons-Laffitte (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p. 573).V. loucher A 1 ex. de Bernanos.
SYNT. Rappel courageux, cuisant, désagréable, imprévu, obsédant (de qqc.); rappel du passé; rappel de la jeunesse, des jours d'autrefois; rappel d'un anniversaire, d'une fête; rappel d'un chagrin, d'une émotion, d'une impression, d'une joie, d'une peine; rappel d'une promesse; couper court, se dérober au rappel de qqc.
En partic. [Dans un exposé] Rappel de définitions, de données, d'événements, de faits, de généralités, de notions (élémentaires, fondamentales); court, petit, simple rappel de qqc. Radiodiffusion. Rappel des principales émissions de la soirée (Le Monde, 19 janv. 1952, p. 8, col. 5).Quelques rappels indispensables. La première caractéristique des milieux océaniques est qu'ils sont peuplés dans les trois dimensions de l'espace, alors que la faune terrestre n'occupe, en fait, que la surface même du sol des continents (J.-M. Pérès, Vie océan, 1966, p. 7).V. apostolat ex. 5, brigueur ex., insistant II A 1 ex. de Gilson.
[Avec déterminant désignant le domaine concerné] Rappel chronologique, mathématique; rappel d'histoire. Ce bref rappel anatomique, basé sur les dégénérations après lobotomie, suggère fortement que ces interventions modifient les relations entre le lobe frontal et le thalamus (Delay,Ét. psychol. méd., 1953, p. 202).Peut-être (...) un rappel historique sommaire n'est-il pas ici superflu (P. Rousseau,Hist. transp., 1961, p. 118).
P. anal. Un fichier-fournisseurs, à raison d'une fiche par maison, classée dans l'ordre alphabétique, et contenant: (...) le rappel des commandes passées et des marchandises refusées antérieurement (Villemer,Organ. industr., 1947, p. 95).
Rappel de qqn/qqc. par.À la fin du dîner, sur le rappel par Léon, dans la conversation, d'un de ses professeurs aimés, Alphonse Daudet s'écrie qu'il aimerait à être professeur (Goncourt,Journal, 1890, p. 1286).
[Le compl. d'obj. désigne un comportement à adopter dans l'avenir] Plutôt qu'un châtiment [la correction] c'était une sorte de pense-bête, un rappel d'avoir à mieux choisir ses complices (Aymé,Vouivre, 1943, p. 98):
7. S'il avait fait cette halte, au retour de Guéthary, sans doute ne fût-il rien advenu de plus qu'à l'aller: quelques recommandations, des rappels de prudence, un embrassement; elle l'aurait suivi jusqu'au palier, se serait penchée sur la rampe, l'aurait regardé descendre le plus longtemps possible. Mauriac,Myst. Frontenac, 1933, p. 213.
Loc. adj.
De rappel. Qui sert à rappeler. Numéro de rappel. Le géomètre (...) divise la grandeur qu'il doit mesurer, ligne, surface ou volume, en la jalonnant et y marquant des points de rappel et de reconnaissance (Proudhon,Créat. ordre, 1843, p. 13).J'aurais aimé (...) qu'à quelques endroits bien choisis, un mot de rappel − un nom, une date (...) − nous invite à penser au destin différent et à la marche convergente des arts, des littératures et des philosophies (L. Febvre,Hist. art, hist. de la civilis., [1935] ds Combats, 1953, p. 301).
En rappel (rare). Même sens. Ses facultés s'affaiblissaient, surtout sa mémoire, que ne parvenaient plus à guider les épingles en rappel aux revers de sa redingote (A. Daudet,Immortel, 1888, p. 213).
b) [Corresp. à rappeler I C 1 b]
Fait de signaler, de faire prendre conscience de. Il m'expliqua successivement, avec ce bavardage invincible qui est le sien, et toujours coupé par quelques rappels de sa personne que sa femme et sa fille n'aimaient pas beaucoup le monde et qu'elles étaient d'excellentes ménagères (Bourget,Disciple, 1889, p. 103).« Où sont les enfants? » (...) Au cri traditionnel s'ajoutait, sur le même ton d'urgence et de supplication, le rappel de l'heure: « Quatre heures! Ils ne sont pas venus goûter! Où sont les enfants?... » (Colette,Mais. Cl., 1922, p. 13).
Fait pour quelque chose de se manifester, de se rappeler à quelqu'un. Le souvenir ensoleillé s'est heurté, dans l'esprit du musicien-poète, au rappel de la réalité, de ses soucis et de ses ombres (Rolland,Beethoven, t. 2, 1937, p. 445).
2. [Corresp. à rappeler I C 2] Fait de faire (re)venir à l'esprit par une association mentale.
a) [Le suj. et l'obj. de l'action sont liés dans l'expérience du locuteur] « Outre! ça sent l'ail!... » Et tous, ragaillardis par ce rappel de la patrie, ce fumet des plats nationaux que Tartarin n'avait plus respiré depuis longtemps, ils se retournaient sur leurs chaises avec une anxiété gourmande (A. Daudet,Tartarin Alpes, 1885, p. 223):
8. Elle venait de se souvenir soudain que, petite fille, Azarius l'avait emmenée sur cette rive, le dimanche, quand il venait pêcher la barbotte. (...) vaguement troublée aussi par ce rappel de son enfance, [elle] continua (...). − Mon père, il a été bon pour nous autres quand on était petits. Roy,Bonheur occas., 1945, p. 407.
[P. méton.] Je me disais que le vieux manuscrit serait publié après ma mort (...) et que de là peut-être viendrait pour moi un de ces rappels à l'attention du monde dont les pauvres morts ont besoin dans la concurrence inégale que leur font, à cet égard, les vivants (Renan,Avenir sc., 1890, p. v).
b) [Le suj. de l'action est un élément caractéristique de l'obj.] On avait installé au-dessus de son lit un appareil qui lui maintenait les bras levés. Quand il attendait des visiteurs, il faisait enlever cet appareil, afin de ne pas les gêner par le rappel de sa maladie (Arland,Ordre, 1929, p. 302).
c) [Le suj. et l'obj. de l'action sont liés par une anal. d'aspect, de forme, de situation] Je ne veux pas dire que Saint-Pierre est un rappel de l'édifice blanc et or dont Hérode le Grand couronna Jérusalem, mais l'effet produit devait être le même (Green,Journal, 1935, p. 9).Violette Nozière est, à l'exclusion de tout rappel maternel, la fille de son père (Colette,Pays connu, 1949, p. 183).
3. P. méton.
a) Le processus de remise en mémoire. [Les signes artificiels du langage] ne sont que des mouvements ou des caractères institués par nous, et surajoutés à nos impressions, pour mieux les distinguer, et surtout les approprier au rappel (Maine de Biran,Influence habit., 1803, p. 164).
[Avec compl. désignant l'agent de l'action] Qui sait? C'est peut-être un regard d'elle que je n'avais point remarqué et qui m'est revenu ce soir-là par un de ces mystérieux et inconscients rappels de la mémoire qui nous représentent souvent des choses négligées par notre conscience, passées inaperçues devant notre intelligence! (Maupass.,Contes et nouv., t. 2, Magnétisme, 1882, p. 780).
b) Ce qui se rappelle à quelqu'un, souvenir, réminiscence. Il s'attendrissait sur elle, l'aurait pour un peu franchement adorée, puis de même qu'un coup de foudre, le rappel de sa trahison le frappa (Huysmans,Sœurs Vatard, 1879, p. 324).Des souvenirs d'enfance, mais transformés par des lectures, c'est tout ce qui me reste de ce pays [l'Amérique du Sud] (...) des rappels si lontains, si intimes et si ténus qu'ils m'échappent au moment où j'allais les prendre dans le filet des mots (Larbaud,Barnabooth, 1913, p. 350).V. gémir I A 2 ex. de Van der Meersch.
D. − Dans le domaine de l'art, de la décor., de la mode.[Corresp. à rappeler I D 4] Fait de répéter (un détail, un thème, une couleur) de façon à créer un lien, à établir une harmonie (entre les différents éléments d'un décor, d'un vêtement, les différentes parties d'une œuvre), à rappeler l'une par l'autre. Rappel des couleurs. [Dans les Noces de Cana] les groupes s'enchaînent si bien par des rappels de tons ou de lignes, qu'aucun d'eux ne se détache de l'ensemble d'une façon nuisible au reste (Gautier,Guide Louvre, 1872, p. 43).Son gilet blanc était un rappel heureux de ses cheveux d'argent (Sartre,Nausée, 1938, p. 113).
Absol. La mère et la fille (...) s'avançaient d'un pas ferme et sûr (...). Leurs toilettes quoique merveilleusement assorties à leurs âges, avaient entre elles de secrets et charmants rappels (Feuillet,Mariage monde, 1875, p. 28).
Rem. Pop., synon. de appel D (v. rappeler II B 1): « J'ai paumé en première instance; mais pour sûr, ej' gagnerai au rappel. » (Bruant 1901, p. 24).
Prononc. et Orth.: [ʀapεl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1erquart xiiies. « action de faire revenir quelqu'un dans un lieu » (Reclus de Molliens, Miserere, 220, 3 ds T.-L.); en partic. 1798 lettres de rappel (Ac.); b) 1260 sans rapea « irrévocablement » (Vente, Ste-Croix, Ste-Raged. de Pommiers, Arch. Vienne ds Gdf.); c) 1277 « action de faire revenir des personnes en disgrâce ou exilées » banis ... sans rapiel (Sentence de l'archevêque de Reims... ds Rec. actes XIIes.-XIIIes., éd. M. Tailliar, p. 332); d) 1762 « batterie de tambour, sonnerie exécutés pour rassembler les soldats » (Ac.); 1835 fig. (Vigny, Serv. et grand. milit., p. 62); e) 1839 « applaudissements par lesquels on rappelle un comédien, un musicien, une troupe ... pour les acclamer » (Balzac, Massimilla Doni, p. 442); f) 1855 « chant par lequel certains oiseaux s'appellent mutuellement » le rappel aigu et argentin d'un oiseau (Goncourt, Journal, p. 225); 2. a) 1802 « fait d'évoquer à la mémoire » (Baudry des Loz., Voy. Louisiane, p. 147); cf. 1803 le rappel des idées (Maine de Biran, Influence habit., p. 44); b) 1805 « action de rappeler à quelqu'un de façon impérative une conduite, une règle dont il n'aurait pas dû s'écarter » le rappel à la sensation simple (Destutt de Tr., Idéol. 3, p. 303); cf. 1834 le rappel au bien (Sainte-Beuve, Volupté, t. 1, p. 243); c) 1835 rappel au règlement (Ac.); rappel à l'ordre (ibid.); 1855 fig. (Champfl., Bourgeois Molinch., p. 119: la question qu'elle adressait à Julien n'était qu'un simple rappel à l'ordre); 3. a) 1803 vis de rappel (Notice sur l'échelle à incendie in Bull. de la soc. d'encouragement pour l'industrie nat., numéro 11, messidor an XI, p. 202 ds Quem. DDL t. 22); b) 1803 peint. (Boiste); c) 1825 « paiement d'une partie d'appointement restée en suspens » rappel de solde (Le Couturier, Dict. portatif et raisonné des connaissances milit., p. 132, s.v. congé); cf. 1832 (Musset ds R. des Deux Mondes, p. 106); d) 1883 alpin. rappel de corde (Annuaire du Club alpin fr. Année 1882, p. 106 ds Quem. DDL t. 27); e) 1906 mar. « mouvement du bateau qui, incliné transversalement, tend à reprendre la position verticale » (Soé-Dup.); d'où 1964 « effort effectué par les équipiers d'un yacht pour contrebalancer la gîte imprimée par l'effet du vent sur la voile » (Lar. encyclop.); f) 1906 billard (Sports Mod. Illustr. ds Petiot 1982); g) 1961 (d'un chien) avoir du rappel (Vialar, Homme de chasse, p. 106); h) 1966 méd. injection de rappel (Vic-Dupont, La Maladie infectieuse, Paris, P.U.F., n o1220, p. 70). Comp. de l'élém. formant r(e)-* et de appel*. Fréq. abs. littér.: 794. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 662, b) 2 230; xxes.: a) 1 236, b) 872. Bbg. Quem. DDL t. 27.

Wiktionnaire

Nom commun

rappel \ʁa.pɛl\ masculin

  1. Action par laquelle on rappelle, on fait revenir quelqu’un.
    • Cet ambassadeur a obtenu son rappel. — Il a obéi par la crainte du rappel.
  2. (En particulier) Action de pardonner et de faire revenir, en parlant de ceux qui ont été disgraciés ou exilés.
    • Après son rappel à la cour. — Lettres de rappel.
  3. Acclamations que l’on fait aux acteurs pour les faire revenir sur la scène et les applaudir.
    • Pas difficile de se monter un répertoire… Six chansons de choix, un ou deux couplets pour les bis et les rappels… Pas difficile ! — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 69 de l’éd. de 1921)
  4. Réclamation pour exiger le respect des obligations, des règles ou des lois
    • Demander la parole pour un rappel au règlement.
  5. Action de faire revenir à la mémoire de quelqu’un.
    • Ce rappel à la réalité quotidienne et aux occupations usuelles change momentanément le cours de mes pensées. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • J’ai été obligé de lui faire un discret rappel pour l’amener à me rembourser.
  6. (Militaire) Manière de battre le tambour pour rassembler une troupe.
    • Battre le rappel.
  7. (Administration) (Comptabilité) Action d’accorder et de payer à quelqu’un des appointements qui étaient restés en suspens, ou bien lorsque, après avoir payé une somme à quelqu’un, il y a lieu, d’après une décision on une vérification ultérieure, de lui payer quelque chose de plus.
    • Ses appointements ayant été augmentés à partir de telle époque, il a droit à un rappel.
    • Rappel de compte.
  8. (Mécanique) Action de ramener à la position initiale.
    • […], et une vis de rappel micrométrique peut ensuite soulever ou abaisser la lunette par un mouvement doux et modérable , pour faire atteindre plus exactement à son axe optique la hauteur voulue. — (Gabriel Lamé, Cours de physique de l'École polytechnique, Paris, Bachelier, 1840, vol. 1, page 225)
  9. (Beaux-Arts) (Littérature) Action de faire revenir une idée, un motif, un thème musical, une couleur.
    • Un heureux rappel de ton.
  10. (Arts de la scène) Moment à la fin d'une performance quand les artistes revient sur scène pour remercier le publique, souvent en répondant aux applaudissements et en s'inclinant.
    • Le publique a tellement aimé la spectacle que les artistes ont fait dix-huit rappels!
  11. (Informatique) En reconnaissance des formes et recherche documentaire, fraction des retours pertinents potentiels qui sont obtenus.
  12. (Sport) Descente d'une pente à l'aide de cordes.
    • Le cercueil fut arrimé, glissé en rappel, livré au Jugement dernier sans un heurt, sans un de ces grattements de paroi qui désolent les familles en faisant tomber – avant l’heure – un peu de terre sur l’acajou verni. — (Hervé Bazin, Chapeau bas, Seuil, 1963, Le Livre de Poche, page 41)
    • Faire du rappel.
    • Généralement en cas de longue descente on se sera préalablement muni de corde spéciale rappel.
  13. (Médecine) Nouvelle dose de vaccin administrée afin de renforcer la réponse immunitaire.
    • Pour le tétanos, on fait d’abord trois injections puis un rappel au bout d’un an.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAPPEL. n. m.
Action par laquelle on rappelle, on fait revenir quelqu'un. Cet ambassadeur a obtenu son rappel. Il a obéi par la crainte du rappel. Il se dit principalement en parlant de Ceux qui ont été disgraciés ou exilés. Après son rappel à la cour. Lettres de rappel. Il se dit aussi en parlant des Acteurs qu'on fait revenir sur la scène pour les applaudir. Il y eut de nombreux rappels à la fin de la représentation. Dans les Assemblées politiques, Rappel à l'ordre, Action de faire rentrer dans l'ordre l'orateur qui s'en est écarté. On a demandé le rappel à l'ordre. Le président a prononcé le rappel à l'ordre. On dit aussi : Demander la parole pour un rappel au règlement, Pour réclamer contre une violation du règlement et rappeler ce qu'il prescrit.

RAPPEL se dit aussi de l'Action de faire revenir à la mémoire de quelqu'un. J'ai été obligé de lui faire un discret rappel pour l'amener à me rembourser. Rappel de médaille, Proclamation d'une récompense accordée antérieurement et qui ne peut être décernée de nouveau.

RAPPEL, en termes d'Art militaire, signifie Manière de battre le tambour pour rassembler une troupe. Battre le rappel. Fig., Battre le rappel, Rassembler, réunir tout ce dont on peut disposer. Il a été obligé de battre le rappel de ses amis pour avoir du monde à sa conférence.

RAPPEL, en termes d'Administration et de Comptabilité, se dit lorsqu'on accorde et que l'on paie à quelqu'un des appointements qui étaient restés en suspens, ou bien lorsque, après avoir payé une somme à quelqu'un, il y a lieu, d'après une décision on une vérification ultérieure, de lui payer quelque chose de plus. Ses appointements ayant été augmentés à partir de telle époque, il a droit à un rappel. Rappel de compte. Il se dit, en termes de Beaux-Arts et de Littérature, de l'Action de faire revenir une Idée, un motif, un thème musical, une couleur. Un heureux rappel de ton.

Littré (1872-1877)

RAPPEL (ra-pèl) s. m.
  • 1Action de rappeler, de faire revenir. Le rappel d'un ambassadeur. Charès, par le rappel de ses deux collègues, se trouva seul général de toute l'armée, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. V, p. 495. Le rappel de l'homme à son climat, Buffon, Quadrup. t. VII, p. 195.
  • 2Il se dit particulièrement de ceux qui ont été exilés ou disgraciés. Le rappel de l'exil. Son rappel à la cour. Elle prit cela pour un ordre de rappel, Hamilton, Gramm. 11. Quelque brillant qu'ait été son rappel, il est certain que ce fut une grâce, Rousseau, Contr. soc. IV, 6.

    Fig. Si les pensées, les livres et leurs auteurs dépendaient des riches, et de ceux qui ont fait une belle fortune, quelle proscription ! il n'y aurait plus de rappel, La Bruyère, VI, 1.

    Lettres de rappel, ordre souverain qui rappelle un banni, un disgracié.

    Rappel de ban, lettres du prince par lesquelles il rappelait quelqu'un du bannissement.

  • 3Rappel de l'union, ou, simplement, rappel, suppression de l'union établie entre l'Angleterre et l'Irlande, qui fut pendant longtemps le cri de guerre d'un parti politique en Irlande.
  • 4Dans les assemblées politiques, rappel à l'ordre, action de rappeler à l'ordre l'orateur qui s'est écarté des convenances parlementaires.

    Rappel à la question, action de rappeler à la question dont il s'agit l'orateur qui s'en écarte.

    Rappel au règlement, action de réclamer contre une violation du règlement.

  • 5 Terme de droit. Rappel à succession, disposition testamentaire qui appelle à une succession des personnes qui en seraient exclues de droit.
  • 6 Terme de peinture. Rappel de lumière, distribution de la lumière telle qu'elle frappe les objets les plus importants d'un tableau.
  • 7 Terme d'art militaire. Manière de battre le tambour pour rassembler une troupe et faire revenir les soldats au drapeau. Le canon gronde aux rappels des tambours, Béranger, 14 juillet.

    Battre le rappel, exécuter sur le tambour cette batterie qui fait rassembler les soldats.

    Fig. Battre le rappel, réunir tous ses moyens, ses forces, ses ressources. Arrivé demain, il faut qu'après-demain il [Napoléon à son retour de l'île d'Elbe] batte le rappel, fasse la presse des conscrits, ramasse les vieux soldats que nous ont rendus les neiges de la Russie et les pontons anglais, Villemain, Souvenirs contemporains, les Cent-Jours, ch. I.

    Terme de marine. Batterie de tambour qui a pour objet d'appeler les hommes de l'équipage à tel ou tel poste.

  • 8 Terme d'administration et de comptabilité. Payement d'une portion d'appointements qui était restée en suspens ; et aussi payement en sus, après qu'un payement effectué a été reconnu incomplet. Il a droit à un rappel. Rappel de compte.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et apert, puisque contrarietés ne rapiaus ne sont trouvé el deerain [testament], que ce n'est fors qu'ajoustemens de testament, Beaumanoir, XII, 41. Il ne rentrent jusques au rappel le [du] majeur et les [des] jurés, Bibl. des chartes, 2e série, t. III, p. 426.

XIVe s. Au rappel de ceulx qui le pont despeçoient, il [Horatius Coclès] les parforsa euls en torner, Bercheure, f° 31, recto. Qui il ataint à cop, il est mort sans rapiel, Hugues Capet, V. 927. Lettres qui ne feroient expresse mencion du rappel [révocation] de ceste presente ordonnance, Du Cange, rapellum.

XVe s. Elle a perdu, c'est sans rappel, Mart. de St Pierre et St Paul. Car par tropeaulx Nonobstant les cris et rappeaulx Des bons, couvristes les coppeaulx [coteaux] Des heaulmes…, Chartier, le Livre des quatre dames.

XVIe s. Le decret du rappel de Pompeius dans la ville avecques son armée, lors de l'emotion de Catilina, Montaigne, I, 340.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RAPPEL.
6Ajoutez :

Fig. Distribution, dans la toilette d'une femme, de nuances qui se rappellent l'une l'autre. Leurs toilettes [de la mère et de la fille], quoique merveilleusement assorties à leur âge, avaient entre elles de secrets et charmants rappels, Oct. Feuillet, Rev. des Deux-Mondes, 1er sept. 1875, p. 12.

9 Terme de législation. Abrogation expresse d'une loi. C'est en 1824 que fut voté [par le parlement anglais] le rappel des lois sur les coalitions [d'ouvriers], Paul Leroy-Beaulieu, Journ. des Débats, 17 juin 1876. (c'est une expression anglaise qui tend à s'établir dans le français).
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RAPPEL, s. m. (Jurisprud.) ce terme a dans cette matiere plusieurs significations différentes, & il y a diverses sortes de rappels.

Rappel de ban, c’est lorsque quelqu’un qui a été banni d’un lieu y est rappellé, & qu’il a permission d’y revenir ; ce rappel se fait par lettres du prince, qui ne peuvent être scellées qu’en la grand-chancellerie ; l’arrêt ou jugement de condamnation doit être attaché sous le contre-scel des lettres, faute de quoi les juges ne doivent y avoir aucun égard ; ces lettres doivent être enthérinées sans examiner si elles sont conformes aux charges & informations, sauf aux cours à représenter ce qu’elles jugeront à propos : si c’est un gentilhomme qui obtient de telles lettres, sa qualité de gentilhomme doit y être exprimée nommément afin que les lettres soient adressées à qui il convient. Voyez le titre 16. de l’ordonnance criminelle & le mot Bannissement.

Rappel par bourse, en Normandie, c’est le retrait lignager qui se fait d’un héritage en remboursant le prix à l’acquéreur ; cette dénomination vient sans doute de ce que pour parvenir au retrait il faut faire offre de bourse, deniers, &c. c’est pourquoi l’on dit, rappeller par bourse l’héritage. Anc. cout. de Normandie, ch. cxvj.

Rappel de cause, ou plutôt réappel, est un second appel que le juge fait faire d’une cause à l’audience, soit que les parties ou leurs défenseurs ne se soient pas trouvés à l’audience lorsque la cause y a été appellée la premiere fois, ou que la cause ne fût pas en état ; quand une cause est appellée sur le rôle, & qu’elle n’est pas en état, on ordonne qu’elle sera réappellée sur le rôle dans le tems qui est indiqué. Voyez Rôle.

Rappel de galeres, est lorsqu’un homme condamné aux galeres a permission de quitter & de revenir. Cette grace s’accorde par des lettres de grand-chancellerie, de même que le rappel de ban, & ces lettres sont sujettes aux mêmes formalités. Voyez rappel de ban, & le mot Galeres.

Rappel extra terminos, on sous-entend juris, est un rappel à succession qui est fait hors les termes de droit, c’est-à-dire qui rappelle à une succession quelqu’un qui est hors les termes de la représentation. Voyez ci-après, rappel à succession.

Rappel intra terminos, ou intra terminos juris, est un rappel à succession qui est fait dans les termes de droit, c’est-à-dire qui n’excede point les termes de la représentation. Voyez ci-après rappel à succession.

Rappel ou réappel sur le rôle. Voyez ci-devant rappel de cause.

Rappel à succession, est une disposition entre-vifs ou testamentaire, par laquelle on rappelle à sa succession quelqu’un qui n’y viendroit pas sans cette disposition.

On distingue quatre sortes de rappels en fait de succession ; savoir celui qui se fait dans le cas de l’exclusion coutumiere des filles dotées ; celui qui se fait dans le cas de la renonciation expresse des filles dotées ; celui qui répare le défaut de représentation ; enfin celui qui releve les enfans de leur exhérédation.

Le rappel qui se fait dans le cas de l’exclusion coutumiere des filles dotées est d’autant plus favorable que cette exclusion n’étant fondée que sur une présomption de la volonté de celui qui a doté, dès qu’il y a preuve qu’il a ordonné le contraire, sa volonté fait cesser la présomption de la loi.

Ce rappel doit être fait par les pere, mere, ayeul, ou ayeule, étant les seuls qui soient obligés de doter, & qui excluent les filles des successions en les dotant, ce qui a été ainsi établi en faveur des mâles ; il y a cependant des coutumes qui permettent aux freres de rappeller leur sœur qu’ils ont dotée, telle que la coutume d’Auvergne. Quelques-unes, comme celle du Maine, ne permettent pas le rappel à la mere, parce qu’elles ne lui donnent pas le pouvoir d’exclure sa fille en la dotant.

Quand le pere & la mere ont doté, soit conjointement ou séparément, & qu’il n’y a que l’un des deux qui fait le rappel, en ce cas ce rappel n’a d’effet que pour la succession de celui qui l’a ordonné.

Dans quelques coutumes telles que Auvergne, Bourbon, Maine & la Marche, ce rappel ne peut être fait que par le premier contrat de mariage de la fille ; si c’est par quelqu’autre acte, il ne peut être fait que du consentement des mâles ; dans les autres coutumes on peut faire le rappel par tel acte que l’on juge à propos, & sans le consentement des autres héritiers.

Le rappel de la fille vaut une institution contractuelle, de maniere qu’en cas de prédécès de cette fille, il se transmet à ses enfans, quoiqu’ils ne soient pas aussi rappellés nommément.

Dans ces coutumes où la seule dotation de la fille opere son exclusion des successions paternelles & maternelles, si le pere mariant sa fille, lui donne en avancement d’hoirie, il est censé la réserver à succession, & lorsqu’en la dotant, il la fait renoncer aux successions directes, sans parler des successions collatérales, la fille n’est point exclue de celles-ci, parce que l’exclusion générale prononcée par la loi n’a plus lieu, dès que le pere a parlé autrement.

L’effet du rappel des filles est différent dans ces mêmes coutumes d’exclusion, selon l’acte par lequel il est fait : si la réserve de la fille est faite par son premier contrat de mariage, la fille vient per modum successionis ; mais la réserve faite par tout autre acte, n’opere pas plus qu’un simple legs, à moins que les freres n’ayent consenti au rappel.

Le rappel est irrévocable dans les coutumes où il doit être fait par contrat de mariage, comme dans celles d’Auvergne & de Bourbonnois ; au lieu que dans les coutumes où les filles mariées ne sont pas excluses de plein droit, le rappel est toujours révocable par quelque acte que ce soit.

Il y a dans les coutumes d’exclusion, une autre sorte de rappel qu’on peut appeller légal, qui a lieu en faveur des filles qui étoient excluses, par le prédécès des mâles, ou lorsque les mâles ayant survêcu, ont renoncé à la succession ; il en est parlé dans l’article 309 de la coutume de Bourbonnois.

Pour ce qui est du rappel qui se fait dans le cas de la rénonciation expresse des filles dotées, rien n’est plus favorable, puisque c’est un retour au droit commun, & que le rappel rétablit l’égalité entre tous les enfans.

Quelque autorité que le pere ait dans sa famille, & que le mari ait sur sa femme, il ne peut pas faire pour elle le rappel : ce seroit faire pour elle un testament.

Par quelque acte que la mere rappelle ses filles à sa succession, elle n’a pas besoin de l’autorisation de son mari, parce que c’est une disposition qui touche sa succession. Il faut seulement excepter les coutumes qui requierent expressément cette formalité, comme celles du duché de Bourgogne, de Nivernois & de Normandie.

Le consentement des freres n’est pas nécessaire, si ce n’est dans les coutumes d’exclusion qui requierent ce consentement dans le cas d’une renonciation tacite, telles que Bourbonnois, Auvergne & la Marche ; à plus forte raison est-il nécessaire dans ces coutumes, lorsque la renonciation est expresse.

Le rappel de la fille qui n’est excluse qu’en conséquence d’une renonciation expresse, peut être fait par acte entrevifs ou par testament ; & dans ces coutumes, la fille ainsi rappellée vient en qualité d’héritiere.

Le pere peut toujours révoquer ce rappel par quelque acte qu’il soit fait, à moins qu’il n’eût été fait par le second mariage de la fille.

Les freres peuvent eux-mêmes faire le rappel ; & quand ils y ont donné leur consentement, ils ne peuvent plus le révoquer, si ce n’est dans le cas où le pere révoqueroit le rappel par lui fait.

Quant au rappel qui a pour objet de réparer le défaut de représentation, pour savoir dans quelles coutumes il a lieu, il faut distinguer.

Dans les coutumes telles que Paris & autres qui admettent la représentation à l’infini en directe & dans la collatérale, au profit des enfans des freres succédans avec leurs oncles freres du défunt, le rappel est inutile, n’ayant pas plus d’effet qu’un simple legs.

Le rappel est pareillement inutile dans les coutumes telles que celle de Valois, qui admettent la représentation entre les cousins germains ; car si on veut étendre la représentation au-delà, le rappel ne vaut que per modum legati.

Il seroit encore plus inutile de faire un rappel dans les coutumes qui admettent la représentation à l’infini, tant en directe que collatérale, puisque la loi même a pourvu à ce que l’on ordonneroit par le rappel.

Mais le rappel peut être utile dans les coutumes qui ne font aucune mention de la représentation en collatérale, comme celle de Meaux, & il est surtout usité dans celles qui rejettent formellement la représentation en collatérale, comme Senlis, Clermont, Blois, Montargis.

Enfin celles où il est le plus nécessaire, ce sont les coutumes où la représentation n’a lieu ni en directe, ni en collatérale, comme dans les coutumes de Ponthieu, Boulenois, Artois, Hainault, Lille.

Ce rappel peut être fait par toutes sortes d’actes, lorsqu’il est intra terminos juris, c’est-à-dire, lorsqu’il est dans les termes ordinaires de la représentation ; mais quand il est extra terminos, il ne peut être fait que par testament.

Le consentement des héritiers n’y est pas nécessaire, si ce n’est dans les coutumes qui le requierent expressément ; mais il faut toujours le consentement de celui de cujus ; les héritiers ne pourroient pas autrement rappeller l’un d’entr’eux à la succession.

Le rappel n’est pas sujet à acceptation, lors même qu’il est conçu en forme de donation entrevifs ; car c’est toujours une disposition à cause de mort.

Quand le rappel est fait par contrat de mariage d’un des enfans au profit des enfans qui naîtront du mariage, il profite aux enfans d’un autre fils, & de même celui d’un des petits-fils profite à tous les autres, parce que l’égalité est tellement favorable en directe, que l’on présume que le pere ou aïeul qui l’a ordonné pour l’un, a eu aussi intention qu’elle auroit lieu pour tous, pourvu qu’il n’ait rien ordonné de contraire, lors du rappel qu’il a fait, ou depuis.

Mais cette communication de rappel n’a pas lieu en collatérale, à moins qu’il n’y ait quelque chose dans l’acte qui dénote que telle a été l’intention de celui qui disposoit.

Le rappel intrà terminos donne la qualité d’héritier ; celui qui est extrà terminos ne fait qu’un legs, quand même il seroit fait par donation entrevifs.

Reste maintenant à parler du rappel qui a pour objet de relever les enfans de l’exhérédation.

L’effet de celui-ci est toujours de rétablir les enfans dans la qualité d’héritier.

Ce rappel est exprès ou tacite.

Le rappel exprès se fait par testament.

Le rappel tacite se fait par tout acte où le pere déclare qu’il pardonne à son enfant qui étoit exhérédé.

La réconciliation de l’enfant avec le pere suffit même pour opérer un rappel tacite, sans qu’il y ait aucun acte écrit.

Mais le pere, en rappellant son fils, peut mettre quelques limitations à ce rappel. Voyez Exhérédation.

Sur la matiere des rappels, voyez le tr. des successions de le Brun, tit. des rappels ; le traité de la représentation de Guiné, & les mots Donation, Héritiers, Legs, Représentation, Testament. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « rappel »

Voy. RAPPELER ; bourguig. raipéa.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de appel avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « rappel »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rappel rapɛl

Citations contenant le mot « rappel »

  • Le musicien est quelqu'un à qui l'on peut s'en remettre pour dispenser de l'apaisement à son prochain, mais il est aussi un rappel de ce qu'est l'excellence humaine. De Yehudi Menuhin
  • Si tu donnes, oublie ; si tu prends, rappelle-toi. De Proverbe roumain
  • D'une joie même, le souvenir a son amertume, et le rappel d'un plaisir n'est jamais sans douleur. De Oscar Wilde / Le portrait de Dorian Gray
  • Vieillir c'est se rappeler son enfance. De Thomas Bernhard / Perturbation
  • Si quelqu’un t’a mordu, il t’a rappelé que tu avais des dents. De Proverbe peul
  • Observer attentivement, c'est se rappeler distinctement. De Edgar Allan Poe / Histoires Extraordinaires
  • Ceux qui ne peuvent se rappeler le passé sont condamnés à le répéter. De George Santayana / La vie de Raison
  • La maladie est un avertissement qui nous est donné pour nous rappeler à l’essentiel. De Sagesse tibétaine
  • Je fais un noeud à mon mouchoir pour me rappeler que j'existe. De Alexandre Arnoux
  • Le rite a pour objet de rappeler à Dieu sa promesse. De Jean Daniélou / Dieu et nous
  • L'horloge est une belle invention pour rappeler l'heure des repas. De Diogène Le Cynique
  • Il y a des souvenirs qu'on aime se faire rappeler. De Pierre Karch / Noëlle à Cuba
  • Si les applaudissements sont le pain des acteurs, les rappels en sont le beurre. De Luis Rego
  • Le médicament Minirin Spray 10 microgrammes (desmopressine du laboratoire Ferring SAS), utilisé dans le traitement du diabète insipide, fait l’objet d’un rappel des lots présents dans le circuit de distribution pharmaceutique (grossistes-répartiteurs, pharmacies d’officine, pharmacie à usage intérieur). Ce rappel est effectué par précaution suite à la détection de plusieurs flacons contenant une concentration anormalement élevée de la substance active due à un défaut d’étanchéité du flacon, entraînant un risque de surdosage pour le patient en desmopressine. Medscape, Rappel de tous les lots de Minirin Spray 10 µg (desmopressine)
  • Volvo rencontre des problèmes de ceinture de sécurité et doit rappeler plus de deux millions de véhicules. En cause, le prétensionneur qui pourrait ne pas fonctionner "dans certaines circonstances". Les modèles S60, S60L, S60CC, V60, V60 CC, XC60, V70, XC70, S80 et S80L, tous produits entre 2006 et 2019, sont concernés par ce rappel qui est le plus important de l’histoire de Volvo. Son luxueux SUV XC60 fait aussi partie de la liste communiquée à l’AFP. La majeure partie des véhicules sont en Suède, avec 400 000 unités, mais aussi aux Etats-Unis, en Chine et en Allemagne. Capital.fr, Rappel de véhicules géant pour Volvo - Capital.fr
  • Le germe Pluralibacter gergoviae mis en cause par ce rappel de produit peut provoquer des « réactions inflammatoires des voies respiratoires, de la peau ou des yeux ainsi que des infections des voies urinaires », rappelle Oulah ! , Rappel de produit : des lingettes pour bébés soupçonnées d'être contaminées par des germes | Actu
  • Obligation du port du masque, organisation d’événements,... la préfecture de la Somme rappelle dans un communiqué les règles en vigueur. Courrier picard, Rappel des mesures sanitaires pour lutter contre la propagation du coronavirus

Images d'illustration du mot « rappel »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rappel »

Langue Traduction
Anglais reminder
Espagnol recordatorio
Italien ricordo
Allemand erinnerung
Chinois 提醒
Arabe تذكير
Portugais lembrete
Russe напоминание
Japonais リマインダー
Basque oroigarria
Corse ricordatore
Source : Google Translate API

Synonymes de « rappel »

Source : synonymes de rappel sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rappel »

Partager