La langue française

Exil

Définitions du mot « exil »

Trésor de la Langue Française informatisé

EXIL, subst. masc.

A.−
1. Peine qui condamne quelqu'un à quitter son pays, avec interdiction d'y revenir, soit définitivement, soit pour un certain temps. Prononcer l'arrêt, la peine d'exil. L'exil ne semblait pas un supplice plus doux que la mort. Les jurisconsultes romains l'appelaient une peine capitale (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 255).Nous serons consolés de tant de peines et de persécutions. L'exil prendra fin, voici l'aurore (Camus, Possédés,1959, 1repart., 1ertabl., p. 939):
1. M. de Toulouse se fera un grand honneur de faire lever l'exil de mon père, et moi j'enrage de ce qu'une injustice commise s'appelle une grâce lorsqu'elle cesse. Staël, Lettres jeun.1787, p. 168.
2. Le ministre de la guerre (...) se retourne contre cet officier, le frappe d'exil pour avoir fait son devoir, et assure à un Walsin-Esterhazy l'impunité. Clemenceau, Iniquité,1899, p. 44.
En partic. Exil volontaire. La loi Sempronia qui permettait à un citoyen romain de prévenir par un exil volontaire une condamnation capitale (Michelet, Hist. romaine,t. 2, 1831, p. 229).
SYNT. Envoyer en exil; acte, décret, liste, sentence d'exil; être menacé d'exil perpétuel; cinq ans d'exil pour forfaiture. Prendre le chemin de l'exil.
P. ext., vx. Mesure de disgrâce assignant quelqu'un à une résidence forcée, loin de la cour ou de la ville. Il fut poursuivi, traqué par Bossuet, condamné à Rome, envoyé en exil à Cambrai (Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 241).
2. Au fig.
a) Tout changement de résidence, volontaire ou non, qui provoque un sentiment ou une impression de dépaysement. Je me punis par l'exil de tout le mal que je vous ai fait. Je pars (Flaub., Mme Bovary,t. 2, 1857, p. 44).Les voyages, c'est l'exil volontaire (Lorrain, Phocas,1905, p. 268):
3. ... elle partirait pour Berlin et y passerait l'année : elle envisageait cet exil avec terreur. Beauvoir, Mém. fille,1958, p. 354.
b) Éloignement affectif ou moral; séparation qui fait qu'un être est privé de ce à quoi ou de ce à qui il est attaché. L'exil du cœur; se sentir en exil. L'exil moral et la nostalgie de l'artiste que la nécessité a fait bureaucrate ou marchand (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 54).Un thème revient sans cesse, celui de l'imperfection de la vie quotidienne, de l'exil où nous sommes dans le « temps ». (Béguin, Âme romant.,1939, p. 379):
4. À lui tout seul il représente la silencieuse et hautaine réserve de l'esprit en exil dans la grossièreté ambiante. Faure, Hist. art,1921, p. 56.
5. ... le premier acte de liberté pour le penseur classique est de suspicion : c'est un doute, et ce doute est un acte d'exil; le « je pense » se retire du piège du corps et du monde; il s'exalte en défiant le malin génie. Ricœur, Philos. volonté,1949, p. 418.
B.− État de celui qui est contraint de vivre hors de son pays ou loin de sa résidence ordinaire. Les peines, la tristesse de l'exil. Le grand Arnauld (...) mourut dans l'exil, fidèle et attaché de cœur au roi qui le tenait banni (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 19).L'exil ne déchire pas, il use. Tu ne te repais plus que de songes et tu joues avec des dés vides (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 591):
6. ... la première chose que la peste apporta à nos concitoyens fut l'exil (...) oui, c'était bien le sentiment de l'exil que ce creux que nous portions constamment en nous, cette émotion précise, le désir déraisonnable de revenir en arrière ou au contraire de presser la marche du temps, ces flèches brûlantes de la mémoire. Camus, Peste,1947, p. 1274.
SYNT. Les larmes, la pluie noire, les longs jours de l'exil; un compagnon, un frère d'exil; souffrir de l'exil; manger le pain amer de l'exil.
C.− P. ext. Lieu où réside celui qui est exilé. Terre d'exil. S'il y avait de beaux exils, Jersey serait un exil charmant (Hugo, Corresp.,1852, p. 126).
En partic., RELIG. [P. réf. à une conception qui fait de la condition humaine sur terre un exil] L'exil de la terre; l'âme en exil. La vie présente n'est qu'un exil; tournons nos regards vers la patrie céleste [déclare le christianisme] (Taine, Philos. art,t. 2, 1865, p. 145).
Spéc., ASTROL. Avoir tel astre en exil dans son thème. Planète qui n'est pas située dans le signe qui lui convient. L'exil est à l'opposé du domicile (Hadès, Pluton ou les grands mystères,Paris, Niclaus, 1971, p. 48).
Rem. On rencontre dans la docum. exileur, euse, adj. Qui exile, d'exil. Despotisme exileur. Faible et seule et pleurante en la terre exileuse... (Péguy, Tapisserie Ste Geneviève et J. d'Arc, 1913, p. 111).
Prononc. et Orth. : [εgzil]. Cf. é-1. Ds Ac. dep. 1694. Ac. 1798-1878 : ,,on prononce l'l, mais sans la mouiller``. Étymol. et Hist. Ca 1100 exill « détresse, malheur, tourment » (Roland, éd. J. Bédier, 2935); 1155 « bannissement » (Wace, Vie de St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 642 : ... En eisel l'en envëat l'om). Exil, réfection d'apr. le lat. de l'a. fr. eissil, essil, exill, forme demi-savante, issue du lat. class. ex(s)ilium « bannissement, lieu d'exil ». Fréq. abs. littér. : 1 735. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 403, b) 3 667; xxes. : a) 1 774, b) 1 442. Bbg. De Gorog (R.). The Concept to destroy in Old French and the question of synonymy. Linguistics. La Haye, 1972, no93, p. 37.

Wiktionnaire

Nom commun

exil \ɛɡ.zil\ masculin

  1. État de celui que l’autorité force à vivre hors de sa patrie, ou qui s’y résout lui-même.
    • Envoyer en exil.
    • Aller en exil.
    • Être en exil.
    • Lieu d’exil.
    • Il est revenu, il a été rappelé d’exil, de l’exil, de son exil.
    • La terre est pour l’homme un lieu d’exil, la vie est un temps d’exil.
    • La seconde vague d’exil, déclenchée à partir de 1925 par la dissolution des espaces démocratiques, toucha de très nombreux journalistes, intellectuels, parlementaires, élus locaux et cadres intermédiaires des partis jusqu’aux plus hauts dirigeants. — (Carmela Maltone, Exil et identité: les antifascistes italiens dans le Sud-Ouest, 1924-1940, 2006)
  2. (Par extension) Tout séjour dans un lieu qui n’est pas celui où l’on voudrait être, de tout éloignement qui prive de certains agréments que l’on regrette.
    • Vivre ainsi loin de vous est une sorte d’exil, est un exil, un véritable exil pour moi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXIL. n. m.
État de celui que l'autorité force à vivre hors de sa patrie. Envoyer en exil. Aller en exil. Être en exil. Lieu d'exil. Il est revenu, il a été rappelé d'exil, de l'exil, de son exil. Fig., La terre est pour l'homme un lieu d'exil, la vie est un temps d'exil. Exil volontaire se dit de l'Action de quitter le pays où l'on est accoutumé de vivre, soit parce qu'on n'y est pas en sûreté, soit parce qu'on n'y peut plus vivre. Il évita les poursuites par un exil volontaire. Ce grand homme s'imposa un exil volontaire. Il se dit, par extension, de Tout séjour dans un lieu qui n'est pas celui où l'on voudrait être, de tout éloignement qui prive de certains agréments qu'on regrette. Vivre ainsi loin de vous est une sorte d'exil, est un exil, un véritable exil pour moi.

Littré (1872-1877)

EXIL (è-gzil) s. m.
  • 1Expulsion hors de la patrie. Le bannissement est infamant et l'exil ne l'est pas. Suivre en tous lieux, seigneur, l'exil de votre femme, Corneille, Sertor. III, 4. L'exil des Tarquins même ensanglanta nos terres ; Et nos premiers consuls nous ont coûté des guerres, Corneille, Cinna, II, 1. Qui tous deux de l'exil rappelés par moi-même, Racine, Brit. III, 3. L'exil me délivra des plus séditieux, Racine, ib. IV, 2. Quel temps à mon exil, quel lieu prescrivez-vous ? Racine, Phèd. IV, 2. La cour fut inexorable sous Tibère comme auparavant ; il [Ovide] mourut dans son exil la quatrième année du règne de cet empereur, âgé d'environ soixante ans, Rollin, Hist. anc. XXV, I, 2, 2. L'exil est un supplice d'autant plus rigoureux pour un Athénien, qu'il ne retrouve nulle part les agréments de sa patrie, Barthélemy, Anach. ch. 19. L'exil est quelquefois, pour les caractères vifs et sensibles, un supplice beaucoup plus cruel que la mort, Staël, Corinne, XIV, 3.

    Exil volontaire, action de quitter volontairement le pays où l'on est accoutumé de vivre. Je m'impose à moi-même un exil volontaire, Rotrou, Vencesl. II, 2.

  • 2 Par extension, tout séjour hors du lieu où l'on voudrait être. La ville où nous sommes est pour nous un lieu d'exil. Vivre loin de vous est un exil pour moi. Salut, champs que j'aimais et vous douce verdure, Et vous, riant exil des bois, Gilbert, Adieux à la vie.

    Dans le langage mystique. La terre est un lieu d'exil. Qu'il est difficile de regarder comme un exil une terre de délices ! Massillon, Car. Dang. des prosp. Et n'accuse point l'heure Qui te ramène à Dieu ! Soit qu'il naisse ou qu'il meure, Il faut que l'homme pleure Ou l'exil ou l'adieu, Lamartine, Harm. IV, 5.

HISTORIQUE

XIe s. Qui tei a mort, France a mis en exill, Ch. de Rol. CCVII.

XIIe s. C'est la chose pur quei m'estuet [il me faut] essil suffrir, Th. le mart. 57. … Si erent mis En eixil fors [hors] de lur païs, Benoit de Sainte-Maure, I, 557. …E l'eissil [ravage] et la rapine Que fait la gent ultremarine, Benoit de Sainte-Maure, dans RAYNOUARD, Lexiq.

XIIIe s. Que, quant plus tost definera, Plus tost en paradis ira, Quant il lerra [laissera] l'essil present, la Rose, 5040. Tex maniere d'usages c'est essil [dégât], et nus essius [dégât] ne doit estre soufers, Beaumanoir, XXIV, 7.

XIVe s. Il s'enfuirent en une ville, pour illecques demourer en exil, Bercheure, f° 21, verso.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

EXIL. Ajoutez :

XVe s. Rigueur le transmit en exil Et luy frappa au cul la pelle, Nonobstant qu'il dist : j'en appelle, Villon, dans Romania, avril 1873, p. 216.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

EXIL, s. m. (Hist. anc.) bannissement. Voyez l’article Bannissement.

Chez les Romains le mot exil, exilium, signifioit proprement une interdiction, ou exclusion de l’eau & du feu, dont la conséquence naturelle étoit, que la personne ainsi condamnée étoit obligée d’aller vivre dans un autre pays, ne pouvant se passer de ces deux élémens. Aussi Ciceron, ad Heren. (supposé qu’il soit l’auteur de cet ouvrage) observe que la sentence ne portoit point précisément le mot d’exil, mais seulement d’interdiction de l’eau & du feu. Voyez Interdiction.

Le même auteur remarque que l’exil n’étoit pas à proprement parler un châtiment, mais une espece de refuge & d’abri contre des châtimens plus rigoureux : exilium non esse supplicium, sed perfugium portusque supplicii. Pro Cæcin. Voy. Punition ou Chatiment.

Il ajoûte qu’il n’y avoit point chez les Romains de crime qu’on punît par l’exil, comme chez les autres nations : mais que l’exil étoit une espece d’abri où on se mettoit volontairement pour éviter les chaînes, l’ignominie, la faim, &c.

Les Athéniens envoyoient souvent en exil leurs généraux & leurs grands hommes, soit par jalousie de leur mérite, soit par la crainte qu’ils ne prissent trop d’autorité. Voyez Ostracisme.

Exil se dit aussi quelquefois de la relégation d’une personne dans un lieu, d’où il ne peut sortir sans congé. Voyez Relégation.

Ce mot est dérivé du mot latin exilium, ou de exul, qui signifie exilé ; & les mots exilium ou exul sont formés probablement d’extra solum, hors de son pays natal.

Dans le style figuré, on appelle honorable exil, une charge ou emploi, qui oblige quelqu’un de demeurer dans un pays éloigné & peu agréable.

Sous le regne de Tibere, les emplois dans les pays éloignés étoient des especes d’exils mystérieux. Un évêché en Irlande, ou même une ambassade, ont été regardés comme des especes d’exils : une résidence ou une ambassade dans quelque pays barbare, est une sorte d’exil. Voyez le Dictionnaire de Trévoux & Chambers. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « exil »

Du latin ex(s)ilium venant de ex(s)ul (« séjournant à l’étranger, banni ») ou de ex(s)ilere (« sauter dehors ») ; première apparition en France en 1080, en Allemagne à la fin du XVIIIe siècle (cf. Joachim Henrich Campe).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. essil, ravage, destruction ; du latin exilium, dont l'étymologie est douteuse, à cause de la forme parallèle exsul, exsulare ; on a indiqué exsilire, qui n'explique point exsulare ; quant à exsulare, on a proposé ex solo, hors du sol, ou, en prenant en considération con-sul, in-sula, un thème sul qui serait voisin de solium, siége. Dans l'ancienne langue, exil avait le sens de ravage, destruction plus souvent que celui de bannissement. Palsgrave, p. 60, dit (au XVIe siècle) qu'on prononçait euzil.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « exil »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
exil ɛgzil

Évolution historique de l’usage du mot « exil »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « exil »

  • Les rêves des femmes ne sont jamais des rêves d'exil, mais d'intimité. De Jacqueline Mabit / Les Hommes ont passé
  • Avignon : Noémie Lvovsky, voix d'exil LaProvence.com, Sorties - Loisirs | Avignon : Noémie Lvovsky, voix d'exil | La Provence
  • SOS Méditerranée a reçu l’autorisation de débarquer les 180 exilés qui survivaient à bord de leur bateau, où la situation était devenue explosive. L'Humanité, Exil. État de crise sur le pont de l’Ocean-Viking | L'Humanité
  • Il n'est qu'une espérance. Elle revient d'exil. Paul Fort, Ballades françaises, Sur les jolis ponts de Paris , Flammarion
  • Quand la liberté rentrera, je rentrerai. Victor Hugo, Actes et paroles
  • L'exil, c'est la nudité du droit. Victor Hugo, Ce que c'est que l'exil
  • Toute supériorité est un exil. De Madame de Girardin
  • En exil partout chez soi. De Marc Gendron / Les espaces glissants
  • La vie est un court exil. De Platon
  • Entre exil et exil, le poème est boussole du cadavre qui rentre au pays. De Chawki Abdelamir / Lieux sans terre
  • En pays d’exil, même le printemps manque de charme. De Proverbe russe
  • L'exil est une espèce de longue insomnie. De Victor Hugo
  • Jamais l'exil n'a corrigé les rois. De Pierre-Jean de Béranger / Denys, maître d'école
  • L'exil avec la richesse, c'est une patrie. La pauvreté chez soi, c'est un exil. De Proverbe arabe
  • Personne ne peut envahir la pensée parce que la pensée c'est l'exil et que chacun a l'exil qu'il désire. De Sylvain Trudel / Le Souffle de l'Harmattan
  • Il n’y a pas un exil. Ce sont toujours des exils. De Mourid Barghouti / J’ai vu Ramallah
  • Un écrivain traduit est un écrivain en exil dans une langue étrangère. De Julien Green
  • Le pire châtiment est la veille : l'insomnie est exil du meilleur paradis. De Amado Nervo / Dormir
  • Il n'est pas utile de voyager beaucoup pour trouver l'exil. De François Clément / Les Procédures champêtres
  • Leurs parents ont fui l’Afghanistan très jeunes. Ils ont vécu en exil dans plusieurs pays (Iran, Turquie, Grèce…) avant d’arriver à Ferrette, en janvier 2019. Ils ont six enfants : trois filles de 15 ans, 13 ans et 8 mois, et trois garçons de 9, 6 et 4 ans. Eux qui accordent une grande importance à l’éducation de leurs enfants sont évidemment très fiers du brillant parcours de leur aînée qui fera sa rentrée au lycée Jean-Jacques-Henner en septembre. « En classe, j’aime toutes les matières. Mais je préfère les arts plastiques et les sciences physiques », témoigne Mobina qui parle quatre langues (persan, anglais, grec et français) et qui étudiera l’espagnol l’an prochain. Pour exercer quel métier plus tard ? « Dentiste ou néphrologue », confie dans un grand sourire cette future polyglotte. , Education | Un prix académique pour Mobina, 15 ans, en exil avec sa famille
  • Depuis Paris où il est en exil, Noël Akossi Bendjo a appris le décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, survenu le mercredi 8 juillet 2020, à Abidjan. L'ancien maire de la commune du Plateau, le centre des affaires, a exprimé sa douleur suite à la disparition du chef du gouvernement ivoirien. , En exil en France : Akossi Bendjo a une pensée pour Gon Coulibaly
  • Présentateur du journal télévisé de France 3 Occitanie durant des années, journaliste politique réputé dans la région, Bernard Lagarrigue signe un magnifique roman sur l'exil paru chez Domens et explore avec talent les complexités des relations humaines. Terriblement d’actualité ! France 3 Occitanie, Montpellier : le journaliste romancier Bernard Lagarrigue signe un très beau roman sur l'exil
  • Depuis sa création, il y a soixante-dix ans, le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) n’a jamais eu à publier de données aussi alarmantes. Aujourd’hui, plus de 1 % de la population mondiale vit en exil. Le HCR considère dans son dernier rapport statistique annuel « Tendances mondiales », publié ce jeudi 18 juin , qu’à la fin de l’année 2019 un être humain sur 97 vivait loin de chez lui après avoir été forcé à se déplacer. L'Humanité, Près de 80 millions de personnes vivent en exil, un record, selon l’ONU | L'Humanité
  • Livre noir ? C’est au contraire un livre de clarté où se dessine de page en page la force de l’espoir. Elle fait avancer Nuri, les mains chargées de crayons de couleur pour Afra, sa compagne aveugle : jadis peintre, elle veut encore dessiner. La chaude lumière d’Alep rayonne encore, à travers les ressacs du souvenir, malgré la violence des passeurs, la terreur des vagues, la saleté des refuges. Malgré le souvenir de l’enfant, ce flash mortel sur les yeux de sa mère. Comment un exilé peut-il se garder entier ? Retrouver une vision, un langage, un amour ? Comment sentir à nouveau le goût du miel quand le passé a brûlé, quand la fuite et la peur vous habillent d’instants en haillons ? Marianne, "L'apiculteur d'Alep" : le roman d'un exil

Images d'illustration du mot « exil »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « exil »

Langue Traduction
Anglais exile
Espagnol exilio
Italien esilio
Allemand exil
Chinois 流亡
Arabe منفى
Portugais exílio
Russe ссыльный
Japonais 亡命
Basque erbestean
Corse esiliu
Source : Google Translate API

Synonymes de « exil »

Source : synonymes de exil sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « exil »

Exil

Retour au sommaire ➦

Partager