La langue française

Oreille

Sommaire

  • Définitions du mot oreille
  • Étymologie de « oreille »
  • Phonétique de « oreille »
  • Citations contenant le mot « oreille »
  • Images d'illustration du mot « oreille »
  • Traductions du mot « oreille »
  • Synonymes de « oreille »

Définitions du mot oreille

Trésor de la Langue Française informatisé

OREILLE, subst. fém.

I. − Organe sensoriel.
A. − ANAT., PHYSIOL. L'un des deux organes de l'audition et de l'équilibration des Vertébrés, constitué d'éléments logés dans la boîte crânienne et, dans certaines classes, d'éléments visibles. Oreille droite, gauche:
1. L'oreille nous apparaît, telle que nous la voyons s'exercer dans sa fonction auditive, comme un complexe capable de percevoir et d'analyser les pressions acoustiques (...). Elle défie, dans sa précision et sa rapidité d'exécution, toutes les possibilités des machines de laboratoire, si perfectionnées soient-elles. A. Tomatis,L'Oreille et le lang.,1978, p.60.
Oreille interne. Cavité située dans le rocher, composée de deux parties anatomiquement et physiologiquement distinctes: la cochlée qui transforme le message sonore physique en influx nerveux, le vestibule et les canaux semi-circulaires intervenant dans l'équilibration. Ces engins [des champs de foire] dépasseraient évidemment leur but, s'il ne s'agissait que d'affoler les organes de l'oreille interne, dont dépend le sens de l'équilibre (Jeux et sports,1967, p.172).L'appareil stato-acoustique [des Poissons] est représenté par l'oreille interne constituée comme chez les Tétrapodes (Encyclop. univ.t.131978, p.209).
Oreille moyenne. Cavité remplie d'air, limitée vers l'extérieur par le tympan qui, par l'intermédiaire de la chaîne des osselets, transmet les vibrations sonores à l'oreille interne. Certains des malades privés du dispositif de l'oreille moyenne n'entendent que des bruits dépourvus de tonalité et indépendants de la fréquence des oscillations (Piéron,Sensation,1945, p.185).
Oreille externe. Partie visible de l'oreille assurant la réception des vibrations sonores. L'oreille externe −C'est une nouveauté mammalienne. Le tympan, primitivement à fleur de peau, s'enfonce dans un conduit auditif externe, orné en dehors par un pavillon orientable par des muscles peauciers (qui peuvent être atrophiés comme dans l'espèce humaine) (Zool.,t.3, 1972, p.644 [Encyclop. de la Pléiade]).
B. − Cour. [Chez l'homme]
1. Organe de l'ouïe. Par suite d'un refroidissement, il lui vint une angine; peu de temps après, un mal d'oreilles (Flaub.,Coeur simple,1877, p.56).Ah! ce que je souffre dans ce moment de ma superesthésie dans l'oreille (...). Sans doute un déplacement du tympan, un jour que je me suis mouché trop fort (Goncourt,Journal,1894, p.670).
[P. allus. à l'École des Femmes de Molière] Georgette n'en était plus, comme Agnès, à croire que les enfants se font par l'oreille, mais ce mystère ne l'en inquiétait pas moins (Theuriet,Mariage Gérard,1875, p.174).
a) [L'oreille, siège de sensations sonores dues à des phénomènes internes] Avoir des bourdonnements, des bruissements, des tintements d'oreilles/dans les oreilles; avoir les oreilles bourdonnantes, sifflantes; mes/tes oreilles bourdonnent, cornent, sifflent. La nuit (...) est troublée par des rêvasseries d'halluciné, les oreilles tintent, la tête tourne, le délire commence (Vallès,Réfract.,1865, p.41).Il a couru si vite qu'il ne peut plus respirer. Son coeur bat, son sang bruit dans ses oreilles: un chemin de fer, qui roule sous un tunnel (Rolland,J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p.1591).
Expr. fam. Les oreilles ont dû vous tinter, vous siffler. On a beaucoup parlé de vous en votre absence. Les oreilles ont dû vous tinter ce soir. −Pourquoi donc, madame? −On a beaucoup parlé de vous chez moi (Augier,Effrontés,1861, p.402).
b) Ensemble de l'appareil auditif envisagé dans sa fonction de perception, d'identification des sons, de compréhension des messages sonores et p. méton. ouïe. Ne pas en croire* ses oreilles; ouïr, entendre* de ses deux oreilles; avoir des oreilles et ne pas entendre*. Je tire le voile sur des horreurs, dont mes oreilles seules furent à demi témoins (Restif de La Bret.,M. Nicolas,1796, p.115).Des mots, des formules bizarres frappaient ses oreilles. «Avez-vous vu Dick?» «Mes bijoux» «Maman... maman» (Peisson,Parti Liverpool,1932, p.226).On nous annonça qu'il ne s'était rien passé et que nos oreilles avaient mal entendu (Camus,État de siège,1948, 1repart., p.204).
Aller, venir aux oreilles de qqn. Être entendu et p. méton. parvenir à la connaissance de quelqu'un (alors qu'on ne le souhaite pas). Trois ans plus tard, elle était sourde (...). Un seul bruit arrivait maintenant à ses oreilles, la voix du perroquet (Flaub.,Coeur simple,1877, p.56).Le motif du duel avorté étant purement imaginaire, il fallait empêcher qu'il parvînt aux oreilles de l'officier arbitrairement mis en cause (Proust,Sodome,1922, p.1073).
[Avec des verbes exprimant la nature ou l'intensité des sons] Résonner, retentir, sonner à l'oreille/aux oreilles. Une cloche de bois tintait à ses oreilles, en syllabes sourdes, «pour toujours» (Verlaine,OEuvres compl., t.4, Louise Leclercq, 1886, p.145).La vitesse faisait siffler à nos oreilles une légère brise (Benoit,Atlant.,1919, p.293).
[Dans des loc. évoquant l'attention de la pers. qui écoute ou au contraire l'inattention] Avoir l'oreille au guet*, aux aguets*; avoir l'oreille en campagne (rare). Je demandais à Nieuwerkerke l'adresse de la princesse Julie. La princesse Mathilde, qui a toujours l'oreille en campagne, nous dit: «Hein? Qu'est-ce que vous demandez?» (Goncourt,Journal,1864, p.37).
Écouter de toutes ses oreilles, n'écouter que d'une oreille; être (tout yeux) tout oreilles (cf. être tout ouïe*). S'enfonçant dans son fauteuil avec le ramassement de l'homme qui se dispose à écouter, qui devient tout oreilles, il mit son menton dans sa main (A. Daudet, Nabab,1877, p.143).
Prêter, tendre l'oreille (à qqc.); dresser l'oreille; oreille tendue. Quand on prêtait l'oreille, on entendait aussi un tout petit bruit comme celui d'un ruisseau dans sa rigole (Ramuz,Gde peur mont.,1926, p.51).V. fouiner ex. 2.
Avoir l'oreille à qqc. Fixer son attention sur un objet capable d'émettre un son. Chez les autres l'ennui commence avec la tâche, ils font juste, jusqu'au point où la réprimande sévirait, ils ont l'oeil sur le soleil et l'oreille à la cloche (Pesquidoux,Livre raison,1928, p.262).
P. anal., expr. Les murs* ont des oreilles.
Entrer* par une oreille et sortir par l'autre.
Ouvrir*, fermer* l'oreille/les oreilles; se boucher* les oreilles.
Ne pas avoir d'oreille(s). Refuser d'entendre, de savoir, de comprendre. Mary-Ann essaya de calmer sa mère, mais la bonne dame n'avait pas d'oreilles (About,Roi mont.,1857, p.60).Il constatait la surdité des hauts lieux. Les privilégiés n'ont pas d'oreille du côté des déshérités (Hugo,Homme qui rit, t.3, 1869, p.186).Proverbe. Ventre affamé* n'a pas d'oreilles.
Ne pas mettre ses oreilles dans sa poche. Ne rien perdre de ce qui se dit. Il s'assit, sans souffler, sur le sable, et ne mit pas ses oreilles dans sa poche (Sand,F. le Champi,1848, p.208).
[Avec adj. exprimant l'attitude, l'état d'esprit de la pers. qui écoute] Prêter une oreille indulgente, complaisante; tendre une oreille avide. [Les Français] sont incapables de se plaire à des oeuvres issues d'une esthétique inconnue. Ils ne feraient pourtant que leur devoir, s'ils les écoutaient quelquefois d'une oreille et d'un esprit moins fermés (P. Lalo, Mus.,1899, p.389).Mon camarade (...) prête maintenant une oreille amusée au «phénomène vocal», une dame brune qui file des contre-mi presque insaisissables (Colette,Music-hall,1913, p.17).
[Dans des loc. évoquant une manière de parler à la pers. qui vous écoute] Chuchoter, glisser, murmurer à l'oreille, dans le creux de l'oreille, dans le cornet de l'oreille; crier aux oreilles. La Templinerie, aussi sourd qu'un pot, essayant en vain d'entendre ce qu'on lui cornait aux oreilles (Cladel,Ompdrailles,1879, p.48).Boulingrin, souffla la duchesse à son vieil ami dans le tuyau de l'oreille, est-ce que cette affaire ne vous paraît pas louche? (A. France,Hist. duchesse de Cigogne,1909, p.153).
Au fig. J'ai reçu avec un extrême plaisir votre lettre confidentielle du 1erjuillet. J'en avais besoin, car depuis longtemps nous ne nous étions rien dit à l'oreille (J. de Maistre, Corresp., t.4, 1812, p.246).
De bouche* à oreille ou d'oreille à oreille. Confidentiellement. Les plus grands chagrins ont accablé madame de B... (...). Je ne puis rien vous en dire; ce sont de ces choses dont on se parle d'oreille à oreille (Balzac,Lettres Étr., t.1, 1834, p.161).
[Dans des empl. ou loc. évoquant les capacités de l'oreille, la sensibilité de l'ouïe]
α) [La capacité de percevoir simplement les sons] Avoir bonne oreille, avoir l'oreille fine; c'est ma bonne, ma mauvaise oreille; avoir l'oreille dure, être dur d'oreille, être sourd d'une oreille/des deux oreilles; l'oreille durcit. [Charles X] s'assit auprès de la même table, penchant vers moi sa bonne oreille pour mieux entendre (Chateaubr.,Mém., t.4, 1848, p.217).Si j'ai une oreille paresseuse, je dois regarder plus attentivement de ce côté-là en traversant les rues (Alain,Propos,1921, p.342).
Au fig. Faire la sourde* oreille; ne pas tomber dans l'oreille d'un sourd*; ne pas l'entendre* de cette oreille.
β) [La capacité naturelle ou acquise par l'éducation, l'habitude, de distinguer les moindres nuances des sons, d'en goûter l'harmonie] Un bruit de grelots et le petit trot d'un cheval firent sursauter Séryeuse. Son oreille ne pouvait s'y tromper; c'était la voiture de sa mère (Radiguet,Bal,1923, p.124).
MUS. Avoir l'oreille juste, musicale, sensible, fausse; affiner, éduquer, exercer, former l'oreille; gâter l'oreille; jouer d'oreille. Dans mon enfance, j'avais l'oreille très délicate et l'on s'amusait souvent à me faire désigner la note produite par tel ou tel objet sonore (Saint-Saëns,Harm. et mélod.,1885, p.241).L'autre danger que dénonce Igor Strawinsky dans ses mémoires: «L'habitude continue d'écouter des timbres altérés et parfois défigurés, abîme l'oreille, laquelle désapprend ainsi à jouir du son musical naturel» (Mauriac,Journal 2,1937, p.129).
Avoir de l'oreille. Avoir l'oreille juste. Êtes-vous capable de me dire si le troisième violon a fait une fausse note à l'ouverture du troisième acte? −Non. −Alors taisez-vous. Vous n'avez pas d'oreille (Maupass.,Mt-Oriol,1887, p.166).
Oreille absolue. ,,On dit qu'un sujet a une oreille absolue quand il est apte à reconnaître ou à reproduire la hauteur de sons isolés, sans les mettre en rapport avec d'autres sons de hauteur connue`` (Éduc. 1979).
P. anal. [En poésie ou dans la prose] Rime pour l'oreille. Feriez-vous rimer trône et couronne? L'oreille, il faut l'avouer, n'est pas très satisfaite de cette rime (A. France,Servien,1882, p.163).Racine écrivait pour les oreilles; son vers est remarquablement plein; la faute de l'e muet est rare dans son oeuvre (Gourmont,Esthét. lang. fr.,1899, p.234).
[Pour une époque, un groupe social particulier] Qui de nous se fait une idée de l'harmonie de la prose de Démosthène et de Cicéron, de la cadence des vers d'Alcée et d'Horace, telles qu'elles étaient saisies par une oreille grecque et latine? (Chateaubr.,Mém., t.1, 1848, p.509).On a cru noter (...) que l'oreille moderne n'entendait plus certaines tonalités discernables jadis (Huyghe,Dialog. avec visible,1955, p.51).
[Dans des empl. ou loc. évoquant la manière dont l'oreille, la sensibilité de l'auditeur est affectée par les sons] Charmer, satisfaire l'oreille/les oreilles; blesser, choquer, déchirer, écorcher l'oreille/les oreilles; assourdir, étourdir les oreilles. Du banc des officiers partirent des huées et des sifflets à fendre les oreilles (Mérimée,Mosaïque,1833, p.122).Lucien avait réellement l'oreille offensée par la voix éclatante de ce bel homme (Stendhal,L. Leuwen, t.3, 1835, p.31).
Fam. Casser les oreilles. Faire beaucoup de bruit et p.ext. importuner. Non, mais, Paule! Est-ce que tu vas nous foutre la paix, oui! −Vous dites? (...) −Je dis que tu nous casses les oreilles. Laisse ces enfants tranquilles (H. Bazin, Vipère,1948, p.70).
Battre, rebattre les oreilles et aussi rabattre les oreilles. Ennuyer en répétant toujours la même chose. Une vieille rengaine de Massenet, dont la petite nous rebat les oreilles (Proust,Prisonn.,1922, p.11).
Rem. Les grammairiens normatifs condamnent rabattre les oreilles. ,,On rebat (et non rabat) les oreilles de quelqu'un (...). L'expression rebattre les oreilles est évidemment l'expression correcte. Il est certain que dans l'usage parlé on utilise parfois −mais pour rire −l'expression rabattre les oreilles, qui prend une valeur imagée plus expressive`` (Dupré 1972).
En partic. [À propos de mots choquants, crus] Terme qui choque, offense l'oreille. [Rimbaud] venait à la bibliothèque de ladite ville et y demandait des ouvrages malsonnants aux oreilles du bibliothécaire en chef (Verlaine,OEuvres compl., t.4, Poètes maud., 1884, p.19).−Patron... commença l'inspecteur. Le magistrat tressaille toujours à ce mot grossier auquel son oreille ne peut se faire (Bernanos,Crime,1935, p.829).
[Suivi d'un adj. qualifiant la pers. qui écoute] Choquer les oreilles innocentes, sensibles de qqn; avoir l'oreille prude. La mère de Georgette était venue seule, ne se souciant pas d'exposer les chastes oreilles de sa fille aux plaisanteries un peu crues d'un déjeuner de chasseurs (Theuriet,Mariage Gérard,1875, p.140).Dans la bouche de Milan, elle [la crudité du langage] avait un naturel qui blessait les oreilles civilisées (Aymé,Travelingue,1941, p.61).
c) Mémoire de l'oreille [et empl. évoquant la mémoire auditive]. L'oreille encore pleine des applaudissements tarasconnais (A. Daudet, Tartarin de T.,1872, p.49).Anaïs, Luce, quelques autres, ont heureusement une bonne mémoire de l'oreille, et me suivent de la voix dès la troisième fois (Colette,Cl. école,1900, p.247).
Avoir dans l'oreille. Se souvenir (de sons, de paroles). J'ai encore dans l'oreille cette voix spéciale que tu prenais alors, lorsque ta vanité était en jeu (Mauriac,Noeud vip.,1932, p.66).
2. P. méton. Personne qui écoute. Se garer des oreilles curieuses; les oreilles ennemies écoutent. Il se tuait à faire comprendre à la marquise d'Espard, à madame de Nucingen et à la comtesse, dans une conversation à huit oreilles, qu'elles devaient admettre madame Rabourdin dans leur coalition (Balzac,Employés,1837, p.210).Prudemment, la Pierronne se taisait, à présent qu'il y avait trop d'oreilles (Zola,Germinal,1885, p.1226):
2. L'homme se remit à parler, avec cette volubilité des solitaires qui pensent avoir enfin rencontré une oreille bienveillante... Duhamel,Confess. min.,1920, p.135.
Avoir une oreille dans (un lieu). Connaître une personne qui vous rapporte tout ce qu'il s'y passe. Valérie (...) voulant avoir une oreille dans la famille Hulot, caressait beaucoup la vieille fille (Balzac,Cous. Bette,1846, p.92).
Être l'oreille de qqn. Recueillir des informations pour son compte. Basile: Semen est un habile ministre, zélé pour le bien public (...). Il est l'oreille de notre glorieux tsar. Fedor: Plût au ciel que notre glorieux tsar eût une oreille moins avide à recueillir les dénonciations! (Mérimée,Débuts aventur.,1853, p.317).
3. Au fig.
a) L'oreille du coeur, l'oreille intérieure. La sensibilité. Renan, dans la Prière sur l'Acropole, en tira [du voyage de Grèce] le cantique de l'esprit, un lied de l'intelligence, léger et fait de rien, mais que notre oreille intérieure ne peut plus écarter (Thibaudet,Réflex. crit.,1936, p.9).Je savais avec ce mot que je trouverais l'oreille de votre coeur (Claudel,Soulier,1944, 1repart., 2ejournée, 3, p.1008).
b) Confiance que l'on accorde à quelqu'un. [L'évêque] commençait à retirer chaque jour un peu plus de son oreille aux religieux (Fabre,Lucifer,1884, p.70).
Avoir l'oreille de qqn. Avoir toute sa confiance, en être écouté favorablement. Avoir l'oreille du roi, c'est tirer et pousser à sa fantaisie le verrou de la conscience royale, et fourrer dans cette conscience ce qu'on veut (Hugo,Homme qui rit, t.2, 1869, p.28).Donc passons sur l'Écho de Paris (...) mais n'as-tu pas l'oreille de quelques autres journaux où je pourrais travailler? (Verlaine,Corresp., t.1, 1890, p.233).
C. − En partic. Oreille externe et principalement pavillon de l'oreille.
1. [Chez l'homme] La conversation générale des femmes sur la plage: leurs oreilles, qu'elles se sont fait percer pour mettre des boucles d'oreille (Goncourt,Journal,1864, p.66).Un petit morvandiau, tout brun? (...) qui a les oreilles sans ourlet et la peau tannée? (R. Bazin, Blé,1907, p.29):
3. ... il passait et repassait la main sur les oreilles décollées, qui pliaient le long de la joue et se redressaient comme des ressorts, et devenaient brûlantes... Martin du G.,Thib., Cah. gr., 1922, p.673.
SYNT. Hélix, lobe, lobule, tragus de l'oreille; oreille(s) grande(s), petite(s), bien contournée(s), bordée(s), ourlée(s), rouge(s), transparente(s); oreilles broussailleuses, poilues, velues; oreilles détachées, écartées, en feuilles de choux, en chou-fleur; (se) laver les oreilles, mettre du coton dans ses oreilles; se frotter, se gratter l'oreille; enfoncer son chapeau jusqu'aux oreilles, remonter son col jusqu'aux oreilles; mettre son crayon sur l'oreille; appliquer, coller son oreille contre une porte; anneaux, pendants d'oreilles.
Avoir, mettre, poser (son chapeau) sur l'oreille. [Signe de détermination ou d'insouciance, de laisser-aller] Alfred avait le canotier sur l'oreille. Loin de sa femme, ce petit quadragénaire gras reprenait du poil de la bête (Mauriac,Noeud vip.,1932, p.215).Il marchait en balançant les poings, son chapeau mou crânement posé sur l'oreille (Van der Meersch,Invas. 14,1935, p.205).
Couper une oreille, les oreilles. [Pour châtier les malfaiteurs, les voleurs autrefois, ou pour menacer] Jeune homme, j'ai eu le bonheur, à Bristol, de n'avoir qu'une oreille coupée quand je méritais qu'il ne m'en restât pas une (Janin,Âne mort,1829, p.68).
Frotter* les oreilles, donner* sur les oreilles, secouer les oreilles à qqn. Donner une correction. Je vais te secouer les oreilles, fumiste! Filou! (Audiberti,Quoat,1946, 2etabl., p.51).
Pincer, tirer les oreilles; prendre par l'oreille. [Pour châtier, surtout pour punir un enfant] Spinello, tu es bien ignorant pour ton âge. J'ai grande envie de te tirer les oreilles comme à un mauvais écolier (A. France,Puits ste Claire,1895, p.79).J'aurais pris le gamin par les oreilles et je vous l'aurais fouetté avec une bonne poignée d'orties (Bernanos,Crime,1935, p.815).
Loc. fam. Avoir la puce* à l'oreille. Dépendre* les oreilles. Dormir* sur ses deux oreilles, sur l'une ou l'autre oreille; ne dormir* que d'une oreille. Fendre* l'oreille. Pendre* à l'oreille.
En avoir sur l'oreille (vieilli). ,,Être fatigué, abattu`` (Littré).
Ne pas avoir de coton dans les oreilles. Ne rien perdre de ce qui se dit. Certain Boniface (...) s'était vanté jadis de n'avoir jamais eu de la cire aux yeux, ni les prunelles à la poche, ni du coton dans les oreilles (Cladel,Ompdrailles,1879, p.310).
Chauffer*, échauffer les oreilles. Agacer. Avoir chaud aux oreilles. Être agacé. C'était la seconde fois, cet après-midi là, qu'on autorisait ainsi quelqu'un à lui parler. Et ce n'était pas seulement parce que (...) il était en vacances. C'était une question de caste, en quelque sorte, et le commissaire commençait à en avoir chaud aux oreilles (Simenon,Vac. Maigret,1948, p.119).
Se faire tirer l'oreille. Se faire prier, être peu enclin à faire quelque chose. La main leste à la poche, ne se faisant jamais tirer l'oreille pour payer des glaces ou du punch, il prêtait cinquante francs sans jamais les redemander (Balzac,Employés,1837, p.88).
P. métaph. Sa destination avait toujours été d'être magnifique; mais ses rentes se faisaient un peu tirer l'oreille (Montherl.,Bestiaires,1926, p.389).
Y laisser ses oreilles. ,,Être maltraité`` (Littré). Rapporter ses deux oreilles. Revenir sain et sauf d'une aventure, d'une entreprise dangereuse. Après avoir été la dupe d'une femme, il devait être la dupe du monde et des fausses amitiés. L'expérience qu'il a gagnée est chèrement payée, voilà tout. Nos ancêtres disaient: pourvu qu'un fils de famille revienne avec ses deux oreilles et l'honneur sauf, tout est bien (Balzac,Illus. perdues,1843, p.576).Croyez-vous mon fils capable de s'afficher avec cette ouvrière? −Et quand cela serait, répondit le barbier en riant, pourvu qu'un garçon rapporte au logis ses deux oreilles, il n'y a pas à s'inquiéter du reste (Theuriet,Mariage Gérard,1875, p.24).
Pédaler avec les oreilles. ,,Dodeliner de la tête en pédalant, signe extérieur d'une grande fatigue`` (Glossaire du sport cycliste ds Vie Lang. 1966 no173, p.452).
P. exagér. [À propos d'un rire, d'une grimace] Rire d'une oreille à l'autre. Et Pierrot d'élargir jusqu'aux oreilles une grimace enfarinée (Bertrand,Gaspard,1841, p.84).Un rire d'allégresse fendait sa bouche jusqu'aux oreilles, ses yeux tout ronds s'illuminaient (A. France,Pt Pierre,1918, p.120).
Loc. adv. fam. à valeur intensive
Jusqu'aux oreilles. Entièrement. Être crotté jusqu'aux oreilles. Elle rencontre son regard et rougit jusqu'aux oreilles (Bernanos,M. Ouine,1943, p.1478).
Au fig. Synon. jusqu'au cou.Être dans une affaire jusqu'aux oreilles. Oh! Oh! comme je vais être seul maintenant! Et me voilà dans le malheur jusqu'aux oreilles! (Maeterl.,Maleine,1889, p.221).
Par-dessus les oreilles
Autant que l'on peut, à l'excès. Si l'on avait pu voir dans toutes les chambres, on aurait assisté à quelque chose de drôle, le petit monde s'en donnant par-dessus les oreilles (Zola,Nana,1880, p.1314).Pour neuf lecteurs sur dix, un roman est un plat dont ils s'empiffrent et dont ils veulent avoir par-dessus les oreilles (A. France,Vie littér.,1892, p.318).
En avoir par-dessus les oreilles. En avoir assez, être accablé. Synon. en avoir par-dessus la tête.Quant à la Cibo, j'en ai par-dessus les oreilles: hier encore, il a fallu l'avoir sur le dos pendant toute la chasse (Musset,Lorenzaccio,1834, iv, 1, p.214).
En loc. adj., vieilli. Vin d'une oreille. Bon vin (,,parce que le bon vin fait pencher la tête de celui qui le goûte d'un côté seulement``, (Littré);) vin de deux oreilles. Mauvais vin (,,parce qu'on secoue la tête et par conséquent les deux oreilles``, (Littré).)
Rem. Explication différente chez A. France (Rabelais, 1909, p.3): Et, quand il s'écrie que le pineau est à une oreille, c'est que les Chinonais mettaient le bon vin dans des cruchons à une oreille, ou (...) à une seule anse.
2. [Chez les animaux] L'âne qui marche en tête, l'âne coronel, a toujours un petit plumet qui marque sa supériorité dans la hiérarchie de la gent à longues oreilles (Gautier,Tra los montes,1843, p.70).Les oreilles [du taureau] pointaient, tantôt l'une, tantôt l'autre, tantôt les deux à la fois, dans un mouvement sans repos (Montherl.,Bestiaires,1926, p.526):
4. [Le lièvre] dort, les oreilles soigneusement rabattues sur le dos, pareil à une grosse pierre terne (...) et les bouts noirs et blancs de ses oreilles frémissent quand un bruit étrange aux rumeurs coutumières de la forêt heurte ses notes discordantes au concert monotone qui berce son sommeil. Pergaud,De Goupil,1910, p.127.
SYNT. Oreilles larges, petites, pointues, rondes; oreilles mobiles; oreilles aplaties, couchées, droites, pendantes; coucher, dresser, remuer les oreilles; chauvir des oreilles; couper, tailler les oreilles d'un chien.
[Chez le cheval] Les oreilles sont un élément important de la beauté de la tête quand elles sont hardies, c'est-à-dire quand leur taille, leur forme, leur port sont corrects. Trop grandes, ce sont des oreilles d'âne (...). Si les oreilles sont ballottantes pendant la marche, on dit que le cheval a des oreilles de cochon ou qu'il a les oreilles plaquées (Larousse du cheval,1975, p.195).
[P. allus. au conte du Petit Chaperon Rouge] Léo: Tais-toi, Yvonne approche... Georges: −Tu as de grandes oreilles, Léo. Léo: −C'est pour mieux empêcher qu'on te dévore, mon enfant! (Cocteau,Parents,1938, i, 8, p.219).
Oreilles d'âne. [Symbole de l'ignorance] Cette tombe, si mon souvenir est exact, était située près du lavabo surmonté d'une tête de moine à oreilles d'âne, ces oreilles-là me reviennent de droit si j'ai cité de travers (Hugo,Corresp.,1862, p.394).[P. allus. à Midas] Certaines nuits, j'étais naïvement effrayé par mon intelligence, sachant que si l'artiste métamorphose tout en or, il ne saurait se passer d'oreilles d'âne. Je me tâtais les tempes, je me mêlais les cheveux, je cherchais des oreilles d'âne. J'en trouvais dans mon manque de culture et dans ma prétention même (Cocteau,Potomak,1919, p.22).
ART CULIN. Oreilles de veau, de porc farcies, frites, grillées, à la Mirepoix. −Voulez-vous du thé? −Du thé? parle-moi d'une bonne soupe aux oignons, à la bonne heure; et puis, attends... −Une oreille de veau à la vinaigrette? −Oui, c'est cela, une oreille à la vinaigrette (Erckm.-Chatr.,Ami Fritz,1864, p.38).
TAUROM. Récompense accordée au matador. Si le public a particulièrement apprécié le travail du matador, il demandera au président l'octroi de l'oreille du toro (...). L'octroi de la deuxième oreille, éventuellement de la queue, est de la compétence exclusive du président qui n'a pas à se ranger à une pétition du public (Cas.-DupuyTaurom.1981).
Loc. fig.
Tenir le loup par les oreilles. ,,Être aux prises avec une situation difficile sans savoir comment en sortir`` (Ac. 1935).
[À propos de pers., p. anal. avec les attitudes, les possibilités des oreilles de certains animaux]
Avoir l'oreille basse. Être honteux, humilié. Aussitôt qu'il paraissait avec ses souliers ferrés, ses bas de laine bleue (...), on affectait de mettre la conversation sur un ton de cour: ne sachant quelle contenance tenir, Stamply se retirait confus, humilié et l'oreille basse (Sandeau,Mllede La Seiglière,1848, p.90).−Avez-vous eu souvent l'oreille basse, dans la vie? vous demande-t-il (Villiers de l'I.-A.,Contes cruels,1883, p.348).
[P. allus. à la fable de La Fontaine, L'Âne vêtu de la peau du lion] Laisser passer, montrer (le bout de) l'oreille. Se dévoiler involontairement, laisser deviner ses intentions. Je ne réussis plus à me prendre au sérieux dans mon rôle turc; Loti passe le bout de l'oreille sous le turban d'Arif, et je retombe sottement sur moi-même (Loti,Aziyadé,1879, p.106).Le bout de l'oreille. Ce qui révèle quelque chose. Le bon Dieu est cruel de ne pas laisser entrevoir aux sous-préfets le petit bout de l'oreille de l'avenir (Hugo,Hist. crime,1877, p.191).
Secouer les oreilles. Ne plus se soucier de quelque chose. Il faut que je retrouve l'homme qui m'a insulté, répétait Leuwen (...). −Dans le métier que nous faisons, vous et moi, répondit enfin Coffe d'un fort grand sans-froid, il faut secouer les oreilles et aller en avant (Stendhal,L. Leuwen, t.3, 1835, p.49).
Proverbe. Chien* hargneux a toujours l'oreille déchirée.
P. compar. ou p. métaph.
Serviette nouée en oreilles de lapin. Le muguet: deux longues oreilles vertes et un petit bouton blanc (Renard,Journal,1900, p.581).Une grande consoude, aux feuilles en oreilles d'âne (Genevoix,Rroû,1931, p.112).
(Cheveux coupés en) oreilles de chien. Coiffure, à la mode, sous le Directoire, dans laquelle deux longues mèches de cheveux encadraient le visage. Deconinck déclamait entre ses oreilles de chien envolées par-dessus le haut collet de son habit, et il brandissait son chapeau à la Robinson (Adam,Enf. Aust.,1902, p.266).
II. − P. anal.
A. P. anal. de fonction
1. Oreille artificielle. ,,Dispositif utilisé pour étalonner les écouteurs, comportant un microphone destiné à mesurer la pression acoustique et un coupleur tel que l'impédance acoustique de l'ensemble soit sensiblement égale à celle de l'oreille humaine moyenne`` (Piéron 1973).
2. Oreille électronique. ,,Appareil composé d'un microphone, d'amplificateurs, de filtres et d'écouteurs, employé pour la rééducation des troubles phonatoires et de la dyslexie`` (Lafon 1969).
B. − P. anal. de forme ou de position
1. Partie latérale ou partie saillante d'un objet.
a) Vx. ,,Pli qu'on fait à un feuillet de livre, au coin d'en haut ou d'en bas, pour marquer l'endroit où l'on a interrompu sa lecture`` (Ac. 1935). Synon. corne.
b) Un des coins d'une pièce de tissu nouée, qui dépasse du noeud. Il portait sous son bras une toilette verte (...) puis, défaisant les quatre oreilles de la toilette, il découvrit un tas de petits livres jaunes (A. France,Bonnard,1881, p.269).Beaube (...) amenait les meubles sur une brouette; deux ballots dans des draps noués à grandes oreilles, un sac de jute bossué de casseroles (Hamp.,Champagne,1909, p.92).
c) [Dans des pièces d'habillement]
Une des deux parties d'un bonnet, d'une casquette qui servent à couvrir les oreilles. Synon. oreillette, oreillon.Le plus petit était coiffé d'une casquette militaire, à oreilles rabattues (Vercel,Cap. Conan,1934, p.122).
Une des attaches d'un pantalon, d'une culotte. Il attacha les boucles d'or aux oreilles de son ample culotte de soie (Balzac,Mais. chat,1830, p.30).
Une des deux parties d'une chaussure qui couvrent le cou de pied et dans lesquelles on passe les lacets. Des souliers dont les oreilles étaient attachées avec des rubans à noeuds barbotants (Balzac,Cous. Bette,1846, p.263).
d) Une des deux pièces qui reviennent de chaque côté du dossier dans certains fauteuils pour soutenir la tête. Synon. oreillard, oreillette, oreillon.Bergère à oreilles. Tout y sent les précautions contre les courants d'air; de grands rideaux, deux fauteuils à oreilles (Butor,Passage Milan,1954, p.122).
e) Appendice ou l'un des appendices pleins ou évidés d'un objet, placés de chaque côté de cet objet et qui servent généralement à le saisir commodément, à le fixer. Oreilles d'une écuelle, d'un pot, d'une soupière; cruchon à oreille. L'écrou à oreilles ou à poignée destiné à être serré à la main (Gorgeu,Machines-outils,1928, p.47).La mère accrocha son écumoire à l'oreille de la marmite (Aymé,Jument,1933, p.176).Il existe (...) des bandes en papier, munies d'oreilles ou d'autres dispositifs permettant de les attacher à leurs voisines (Jolley,Trait. inform.,1968, p.197).
f) Dans d'autres domaines
AGRIC. Oreille (d'une charrue). Synon. de versoir.Le versoir ou oreille a pour but de retourner la bande de terre qui vient d'être découpée verticalement par le coutre et horizontalement par le soc (Passelègue,Mach. agric.,1930, p.16).
ARCHIT. Partie saillante d'un appui de fenêtre ou d'un seuil de porte, encastrée de chaque côté dans le tableau de la baie (v. Chabat 1881 et Noël 1968).
MAR. Oreille (d'une ancre). Partie large et saillante de la patte d'une ancre qui sert à la maintenir à la même place (v. Bonn.-Paris 1859 et Soé-Dup. 1906).
MUS. ,,Dans les jeux d'orgues, petites lames que l'on soude à la bouche des tuyaux et qui servent à les accorder`` (Jossier 1881).
2. En comp. Oreille + subst. désignant le plus souvent un animal et précisant l'analogie
a) BOT. [Nom populaire de certains végétaux]
Oreille de + subst. désignant un animé
Oreille d'âne. Consoude. (v. supra I C 2). Synon. oreille de vache.Les banquettes [d'un chemin] étaient mangées par des bardanes, le sol même de la route était jonché d'oreilles d'âne, de pieds d'alouette, de dents de lion (Giono,Chron., Noé, 1947, p.236).V. consoude ex.
Oreille d'homme. Asaret d'Europe ou cabaret. C'est une substance solide qui est contenue dans la racine du cabaret ou oreille d'homme (Wurtz,Dict. chim., t.1, 1ervol., 1869, p.428).
Oreille de Judas. ,,Champignon noir, translucide, veiné, souvent consommé dans les restaurants chinois`` (Lar. encyclop.). L'oreille de Judas (...) champignon en forme de lame (Plantefol,Bot. et biol. végét., t.2, 1931, p.134).
Oreille de lièvre. Buplèvre en faux (v. D. Aichele, Quelle est donc cette plante, Paris, Nathan, 1975, p.128). Pézize. Synon. oreille d'âne.L'oreille de lièvre (...) est une belle Pézize dissymétrique, en pavillon dressé, fixé latéralement par un pied velu, blanc, très court. Elle simule une longue oreille jaune ocre, on la trouve en automne dans les bois (C. Lemoine, G. Claustres, Connaître et reconnaître les champignons,1977, p.226).Plantain lancéolé (v. D. Aichele, op. cit., p.378).
Oreille d'ours. Primevère auricule. Madame Granson (...) avait arboré son chapeau vert à bouquets d'oreilles d'ours (Balzac,Vieille fille,1836, p.334).
Oreille de souris. Myosotis (v. Gatin 1924). Piloselle. Synon. oreille de rat.
Oreille de + subst. désignant une plante, le plus souvent un arbre.[Nom populaire des pleurotes qui poussent généralement sur le bois] Oreille de l'olivier, de l'orme. Le Pleurote du Panicaut ou oreille de chardon (...) pousse en fin d'été et en automne sur les vieilles souches de chardons panicauts, dans les jachères, les landes sèches, pierreuses, les lieux secs herbeux (C. Lemoine, G. Claustres, Connaître et reconnaître les champignons,1977p.136).
b) ZOOL. Nom populaire de coquillages marins.
Oreille de mer ou oreille de Saint-Pierre. Haliotide ou ormeau. De superbes oreilles de mer, dont la nacre est du plus bel orient; elles ont jusqu'à neuf pouces de longueur, sur quatre de largeur (Voy. La Pérouse,t.2, 1797, p.282).
Oreille de Midas. [Les naturels] nous apportèrent quelques coquilles et entre autres une grande quantité de celles dites oreilles de Midas, dont le débit était toujours assuré parmi nos matelots conchyliologistes (Dumont d'Urville,Voy. Pôle Sud, t.6, 1844, p. 121).
c) MARINE
Oreille d'âne. ,,Sorte de cuillère en tôle légère, comportant une partie tubulaire, qu'on insère dans un hublot ouvert, dans le sens du vent, pour que la partie extérieure fasse résistance à l'air et que la partie tubulaire amène cet air à l'intérieur`` (Le Clère 1960).
Oreille de lièvre. Voile latine triangulaire. Montrer ses oreilles de lièvre. ,,Porter les voiles en ciseau`` (Gruss 1978).
d) CH. DE FER. Oreille de cochon. Appareil servant à la remise sur rails des véhicules déraillés, constitué par une plaque triangulaire formant rampe qui guide la roue déraillée jusqu'à la table de roulement du rail (d'apr. Lar. encyclop.).
e) TECHNOL. Oreille d'âne. ,,Outil méplat que l'on passe dans l'anneau d'une clef pour la fixer sur l'étau lorsqu'on lime le panneton`` (Chabat t.2 1876).
REM. 1. [En compos.] V. couvre-oreille, cure-oreille, perce-oreille et aussi gratte-oreilles, subst. masc.[La chatte] choisit longuement dans le jardin une branche taillée en biseau (...) pour s'en servir en guise de brosse à dents d'abord, puis de gratte-oreilles (Colette,Mais. Cl.,1922,p.246).2.
Oreillé, -ée, adj.a) Pourvu d'oreilles. Ânes magnifiquement oreillés (Guérin 1892). b) Hérald. [En parlant de poissons, de coquilles] Dont les oreillettes sont d'une autre couleur. Dauphin d'argent oreillé de gueule (DG).
Prononc. et Orth.: [ɔ ʀ εj]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) Fin xes. aurelia «partie visible de l'organe de l'ouïe» (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 160); b) ca 1100 oreille (d'un animal) (Roland, éd. J. Bédier, 732); 2. a) ca 1145 oreille «organe de l'ouïe (Wace, Conception ND, éd. W. R. Ashford, 1804); 1636 oreille extérieure (Monet); 1690 oreille intérieure, interne, externe (Fur.); 1814 oreille moyenne (Nysten); b) ca 1155 «attention prêtée à un interlocuteur» (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 4784: surde oreille fist); c) 1547 mus. (J. Martin, Architecture, trad. de Vitruve, p.151: avec le jugement de l'oreille musicienne); 1630 (Malherbe, Poésies VI, Lxxiii, éd. J. Lavaud, p.203: une si juste oreille); 1690 avoir de l'oreille (Fur.); d) 1559 «confiance» (Du Bellay, Le poète courtisan ds OEuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t.2, p.70: S'il gaigne comme toy des grands Princes l'oreille); e) 1660 «personne qui entend, qui écoute» (Bossuet, Sermons, Charité fraternelle ds Littré, § 9); 3. a) 1952 oreille électronique (Figaro, 19-20 janv., p.7); b) 1959 oreille artificielle (Electron.). B. P. anal. de forme 1. a) 1247 oraille «anse (d'un van)» (ds G. Espinas, Vie urbaine de Douai, III, 62 ds Fonds Barbier); b) 2emoitié xiiies. «partie de la chaussure où l'on passe les boucles, les lacets» (Gaufrey, éd. F. Guessard et P. Chabaille, 5648: l'oreille d'un souler); c) 1322 «anse d'un récipient» (Dehaisnes, Doc. et extr. divers concernant l'hist. de l'art dans les Flandres... t.1, p.247: paielle d'arain noeve a deus orelles); d) 1388 «pièce métallique» (B. Prost, Inventaires, t.2, p.347: grant caudiere à deux oreilles); e) 1478 «partie d'un couvre-chef» (Arnaud d'Agnel, Comptes du roi René, t.2, p.98: bonnetz à grans oreilles); f) xves. [date du ms.] «manche de charrue» (Gloss. de Garlande, éd. A. Scheler, p.307: Stiva [...] orille); g) 1606 mar. oreille de lievre «sorte de voile» (Nicot); h) 1636 mus. «lame de plomb, dans les jeux d'orgues» (Mersenne, Harmonie universelle, Livre des orgues, p.330); i) 1642 «pli fait à une page de livre» (Oudin Fr.-Ital.); j) 1678 mar. oreille de l'ancre (Guillet, Les Arts de l'homme d'épée); k) 1704 «coin de la toile qui enveloppe un ballot» (Trév.); l) 1721 agric. «versoir de charrue» (Liger, Nouv. maison rustique, t.1, 2epart., p.501); m) 1724 oreilles de chien terme de mode (Satyre nouvelle ... ds Brunot t.6, p.1104); 1797 sobriquet donné à la jeunesse dorée, pendant le Directoire (texte ds Brunot t.9, p.836) ; n) 1755 écrou à oreilles (Encyclop. t.5, s.v. écrou); o) 1830 «partie latérale d'un dossier de fauteuil» (Balzac, Bal Sceaux, p.95: fauteuil à oreilles), cf. oreillette; p) 1868 archit. «entaille au bout d'un appui de croisée ou d'un seuil» (Littré); q) 1876 oreille d'âne «outil passant dans l'anneau d'une clé» (Chabat); r) 1952 oreille d'âne «conduit cylindrique en tôle permettant l'aération d'une cabine de navire» (Gruss); 2. bot. a) 1546 oreille de souris (J. Martin, trad. [F. Colonna] Discours du songe de Poliphile, fo17 rods Quem. DDL t.12, s.v. adiante: Alsine ou oreille de soriz); b) 1552 oreille de Judas sorte de champignon (Rabelais, Quart livre, chap.LX, éd. R. Marichal, p.242: aureilles de Judas); c) 1570 oreille d'homme «asaret» (Pena et Lobel ds Roll. Flore t.9, p.217); d) 1591 oreille de souris «piloselle» (Lobelius, ibid. t.7, p.197); e) 1611 oreille de lièvre «myosotis» (Cotgr.); f) 1611 oreille d'âne «grande consoude» (ibid.); g) 1694 oreille de souris «myosotis» (Tournefort Bot. t.1, p.210); h) 1887 oreille de lièvre «pezize» (Joret ds Roll. Flore t.11, p.175); 3. zool. a) 1611 oreille de mer (Cotgr.); b) 1832 oreille de Saint-Pierre, oreille de boeuf (Raymond). Du lat. pop. auricula «oreille; ouïe; anse de cruche; en compos. dans quelques noms de plantes: auricula muris, etc.», dimin. en -icula (cf. suff. -ule*) du lat. class. auris «oreille; oreille attentive, attention; jugement de l'oreille; orillon d'une charrue», auquel il s'est substitué. Fréq. abs. littér.: 10602. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 13579, b) 18314; xxes.: a) 16023, b) 14052. Bbg. Långfors (A.). Notes lexicogr. Neuphilol. Mitt. 1940, t.41, pp.110-112. _Quem. DDL t.19, 20.

Wiktionnaire

Nom commun

oreille \ɔ.ʁɛj\ féminin

  1. (Anatomie) Appareil de l’audition divisé en trois parties.
    • On distingue l’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne.
  2. Organe de l’ouïe, placé de chaque côté de la tête.
    • L’argent ! ce mot retentissait à mes oreilles, toutes les minutes. Je n’entendais jamais que le tintement de ce mot qui, à la fin, avait pris comme une sonorité d’écus remués. — (Octave Mirbeau, La tête coupée,)
    • Il tendit vers moi son oreille droite. Elle avait une forme remarquable, une oreille plutôt de petite taille, au lobe lisse et rebondi, comme une madeleine qui sortirait du four.— (Haruki Murakami, Saules aveugles, femme endormie, traduit par Hélène Morita, 2006)
  3. L’ouïe, le sens qui perçoit les sons.
    • Que voulez-vous, Monsieur ? demanda- t-elle au jeune homme d’une voix qui bruit à ses oreilles comme une musique délicieuse. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre V)
    • Dans dix ans, parmi les vestiges de Beaumat, les souffles du vent, les croassements des corbeaux et la chute des pierres retentiront seuls ; nulle oreille humaine ne les entendra et la cloche du village elle-même se taira, fatiguée de tinter seulement pour les morts. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Depuis l'Argonne de 1914, […] je n'ai pas l’oreille si mal bâtie que d'avoir, en vingt et un ans, oublié l'art d'apprécier au son la trajectoire d'un obus et le point de chute probable. — (Marc Bloch, L'étrange défaite : La déposition d'un vaincu, 1940, FolioHistoire Gallimard, 1990, page 86)
  4. Appréciation de la justesse des sons musicaux, de la régularité de la mesure.
    • Sans prévenir, il se mit à chanter, opératiquement, dans le registre ténor et en italien, même si Kit savait parfaitement que Reef n'avait aucune oreille, et était incapable de chanter en entier For He's a Jolly Good Fellow sans changer de ton. — (Thomas Pynchon, Contre-jour, traduit de l'anglais (USA) par Claro, Le Seuil, 2014)
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  5. Le pavillon, la partie externe qui est autour du trou de l’oreille (sens 2).
    • Tavannes remit la pie sur son bâton, et s’amusa à rouler et à dérouler les oreilles d’un lévrier. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VI)
    • Toutes avaient des bijoux en or et de lourds anneaux passés dans les oreilles. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
  6. (Par extension) (Cuisine) Cet organe apprêté en cuisine.
    • Les oreilles de veau ont de commun avec les pieds et les cervelles, l'avantage de pouvoir être frites ou mangées à la poulette; et de plus elles se laissent farcir , accommoder aux pois , aux oignons, au fromage, etc. — (Alexandre Balthazar Laurent Grimod de La Reynière, Almanach des gourmands: servant de guide dans les moyens de faire la bonne chère, Maradan, Paris, an XII, page 12)
  7. (Figuré) (Désuet) Attention ; intérêt ; confiance.
    • C’est un avantage d’avoir l’oreille du conseil d’administration.
  8. (Par métonymie) Personne qui entend ou écoute ce que l'on dit.
    • Se pourrait-il que lui, prêtre, pasteur d’âmes, s’oubliât à proférer des paroles imprudentes, des mots qui pourraient choquer ces oreilles innocentes, éveiller des pensers mauvais […]. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Pour commencer, tu devrais fermer la porte. Inutile que des oreilles indiscrètes nous entendent nous disputer. — (Cathy Williams, Trompeuse séduction, éd. Harlequin, 2015)
  9. Ce qui évoque, par sa forme ou par sa position, l’auricule d’un humain ou d’un animal :
    1. anse ou poignée en excroissance sur les cotés d’un récipient ou d’un instrument.
      • Elle saisit précieusement la tasse par l’oreille.
    2. (Vieilli) Corne, petite partie du haut ou du bas d’un feuillet d’un livre qu’on a plié pour marquer une page.
      • […] prenait-elle un livre ? elle le renversait sens-dessus-dessous, tout ouvert, sur la première table, au risque de le tacher, ou bien elle en pliait les pages en y faisant des oreilles, chose qui casse le papier et déplaît souverainement à ceux qui connaissent les livres. — (Sophie de Renneville, Charles et Eugénie, ou la Bénédiction paternelle, Genets jeune, 1822, tome 2, page 8)
    3. (Vieilli) Partie de toile d’emballage qu’on laisse aux quatre coins d’un ballot pour pouvoir le saisir, le soulever, le transporter plus facilement.
    4. (Vieilli) Chacune des deux dents d’un peigne qui sont placées aux extrémités, et qui, étant plus fortes que les autres, servent à les maintenir et à les préserver.
    5. (Botanique) Appendice qui se trouve, par paire, à la base de certaines feuilles et de quelques pétales. — Note : On les nomme aussi oreillon ou oreillette.
  10. (Québec) (Familier) Écouteur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OREILLE. n. f.
Organe de l'ouïe, placé de chaque côté de la tête. Oreille droite. Oreille gauche. Le tympan de l'oreille. Se boucher les oreilles. Avoir un bourdonnement, un tintement d'oreille. Les oreilles me cornent. En termes d'Anatomie, Oreille externe, Partie extérieure de l'oreille; Oreille interne, Partie intérieure de l'oreille, qui contient le labyrinthe, organe essentiel de l'audition; Oreille moyenne, La caisse du tympan et la trompe d'Eustache. Fig., Fermer l'oreille à quelque discours, Ne vouloir pas l'écouter. Fig., Ouvrir l'oreille, Écouter très attentivement. J'ouvre l'oreille et je n'entends rien. Fig., Ouvrir les oreilles, Écouter favorablement une proposition par quelque motif d'intérêt. Quand je lui ai fait espérer telle chose, il a ouvert les oreilles, cela lui a fait ouvrir les oreilles, il a commencé à ouvrir les oreilles. Fig., Prêter l'oreille, Être attentif ou Écouter favorablement. Prêtez-moi l'oreille. Prêtez l'oreille à ce que je vous dis. Prêter une oreille attentive à quelqu'un, à quelque discours. Il ne faut pas prêter l'oreille aux calomniateurs, à la calomnie. Fig., Dresser l'oreille, les oreilles, Devenir très attentif à ce qui se dit. Faire dresser l'oreille, Éveiller, attirer l'attention. Fig., Écouter de toutes ses oreilles, Écouter de toute son attention. On dit aussi Être tout oreilles. Fig. et fam., Les oreilles ont bien dû vous corner, vous tinter, Nous avons beaucoup parlé de vous, nous avons souvent parlé de vous en votre absence. Fig. et fam., Les oreilles vous cornent se dit à Quelqu'un qui croit entendre ce qu'on ne lui dit pas, ou un bruit qui n'est pas réel. Fig. et fam., Corner aux oreilles de quelqu'un, Parler continuellement d'une chose à quelqu'un, dans le dessein de la lui persuader. Fam., Dire un mot à l'oreille de quelqu'un, Parler à quelqu'un de fort près, de manière à n'être entendu que de lui seul. On dit dans le même sens Parler à l'oreille de quelqu'un. L'expression analogue Dire deux mots à l'oreille de quelqu'un se prend comme une menace. S'il ne change pas de conduite, je lui dirai deux mots à l'oreille. Fam., Souffler quelque chose aux oreilles de quelqu'un, Lui dire quelque chose secrètement. Venir aux oreilles se dit des Choses dont on entend parler. Si cela vient aux oreilles de votre père, vous recevrez une forte réprimande. Fam., Avoir les oreilles rebattues d'une chose, En avoir souvent entendu parler, en être ennuyé. On a les oreilles rebattues de cette question. Fam., Étourdir, rompre les oreilles à quelqu'un, Lui tenir des discours qui l'importunent, qui le fatiguent. Il m'a étourdi les oreilles de ses réclamations, de ses plaintes. Il m'a rompu les oreilles de ses projets. Fig., et fam., Cela lui entre par une oreille et lui sort par l'autre se dit en parlant d'une Personne qui oublie facilement les conseils qu'on lui donne, les remontrances qu'on lui fait, ou en général qui ne fait aucune attention à ce qu'on lui dit. Prov. et fig., Ventre affamé n'a point d'oreilles, Un homme, pressé par la faim ou par quelque nécessité urgente, n'entend point les représentations qu'on lui fait. Prov. et fig., Les murs ont des oreilles se dit Lorsqu'on parle dans un lieu où l'on peut craindre d'être entendu.

OREILLE se dit aussi, soit au singulier, soit au pluriel, de l'Ouïe, du sens de la perception des sons. Avoir l'oreille bonne, l'oreille fine. Avoir l'oreille dure. Être dur d'oreille. Avoir une certaine dureté d'oreille. On lui faisait entendre de la bonne musique pour former son oreille, pour lui former l'oreille. Cet instrument flatte, charme l'oreille. Cette musique discordante blesse, offense, choque, écorche, déchire l'oreille, les oreilles. Ce musicien a l'oreille juste, l'oreille délicate. Il a de l'oreille. Il n'a pas d'oreille. Il manque d'oreille. Avoir l'oreille sensible au rythme des vers. L'harmonie de ses vers, de sa prose satisfait l'oreille la plus difficile, la plus sévère. Je n'ai pas l'oreille faite à cette musique. Mes oreilles ne sont pas accoutumées à ce grand bruit. Fam., Faire la sourde oreille, Faire semblant de ne pas entendre ce qu'on dit, n'y avoir point d'égard. Fig., Avoir les oreilles délicates, Se fâcher aisément, se choquer des moindres choses. Fig., Avoir des oreilles chastes, Craindre les paroles qui blessent tant soit peu la pudeur. Fig., Avoir l'oreille de quelqu'un, Avoir un libre accès auprès de lui, en être écouté favorablement. Il a l'oreille de ce ministre.

OREILLE se dit souvent de l'Oreille externe, de la partie cartilagineuse qui est au-dehors et autour du trou de l'oreille. Oreilles plates, bordées, rebordées, ourlées. Oreilles rouges. Oreilles pointues. Oreilles de satyre. Le pavillon de l'oreille. Le lobe de l'oreille. Tirer les oreilles à quelqu'un. Se faire percer les oreilles. Boucles, pendants d'oreilles. Il se dit aussi des Animaux. Une oreille de veau. Manger des oreilles de cochon. Un chien qui secoue les oreilles. Un cheval qui chauvit des oreilles. Voyez CHAUVIR. Fig. et fam., Avoir l'oreille basse, Être humilié, mortifié par quelque perte, par quelque mauvais succès. On dit dans le même sens Baisser l'oreille. Fig. et fam., Avoir la puce à l'oreille, Être inquiet, pressentir quelque difficulté contre laquelle il faut se prémunir. Il a la puce à l'oreille. Cette lettre lui a mis la puce à l'oreille. Fig. et fam., Se gratter l'oreille, Se sentir embarrassé. Fig. et fam., Se faire tirer l'oreille, Avoir de la peine à consentir à quelque chose. Il s'est fait tirer l'oreille pour faire ce qu'on lui demandait. Fig. et fam., Dormir sur les deux oreilles, Être parfaitement tranquille. Vous pouvez dormir sur les deux oreilles, votre affaire réussira. Fig. et fam., Échauffer les oreilles à quelqu'un, Le mettre en colère par quelque discours. Ne lui échauffez pas les oreilles. Si vous lui échauffez les oreilles, vous vous en repentirez. Fig. et fam., Frotter les oreilles, tirer les oreilles, donner sur les oreilles, Infliger une correction, faire de vifs reproches. Fig. et fam., Avoir sur les oreilles, Recevoir une correction, subir des reproches. Fig. et fam., Fendre l'oreille à quelqu'un, Le mettre à la retraite, en réforme. Fam., Mettre son chapeau, porter le chapeau sur l'oreille, Le mettre, le porter penché de côté pour se donner un air décidé. Fig. et fam., Montrer, laisser passer, laisser percer le bout de l'oreille, Laisser voir ce qu'on est, laisser deviner ses intentions. Prov. et fig., Tenir le loup par les oreilles, Être aux prises avec une situation difficile sans savoir comment en sortir. Prov. et fig., Chien hargneux a toujours l'oreille déchirée, Il arrive toujours quelque accident aux gens querelleurs.

OREILLE se dit, par analogie, des Parties d'objets qui ont quelque ressemblance de forme avec l'oreille. Les oreilles d'une écuelle. Une tasse à oreilles. Un plat à oreilles. Les oreilles d'un fauteuil, d'une bergère. L'oreille d'une charrue. Les oreilles d'une ancre. Il désigne particulièrement un Pli qu'on fait à un feuillet de livre, au coin d'en haut ou d'en bas, pour marquer l'endroit où l'on a interrompu sa lecture, ou quelque passage qu'on veut pouvoir retrouver facilement. Marquez ce passage, faites-y une oreille. Il a vieilli dans ce sens; on dit plutôt Faire une corne à un livre. Il se dit également de la Partie de toile d'emballage qu'on laisse aux quatre coins d'un ballot pour pouvoir le saisir, le soulever, le transporter plus facilement. Il se dit encore de Chacune des deux dents d'un peigne qui sont placées aux extrémités, et qui, étant plus fortes que les autres, servent à les maintenir et à les préserver. En termes de Botanique, il se dit des Appendices qui se trouvent à la base de certaines feuilles et de quelques pétales. On les appelle aussi Oreillons ou Oreillettes. Oreille-d'ours ou Cortuse, Petite plante printanière, à fleur monopétale, qui sert à l'ornement des jardins. Oreille-de-souris ou Myosotis, Petite plante à fleurs bleues et quelquefois blanches, dont une espèce, à feuilles velues, croît au bord des eaux et dans les lieux humides; on l'appelle communément Ne m'oubliez pas.

JUSQU'AUX OREILLES, loc. adv. Des pieds à la tête. Être crotté jusqu'aux oreilles. Il s'est mis de la boue jusqu'aux oreilles. Il s'emploie figurément et signifie Très avant, profondément. Il est dans les procès jusqu'aux oreilles. Il s'y est mis, il s'y est plongé jusqu'aux oreilles. On dit plutôt aujourd'hui Jusqu'au cou.

PAR-DESSUS LES OREILLES, loc. adv. Il n'est d'usage qu'au figuré et signifie Plus qu'on ne peut endurer, supporter. J'ai de cet homme-là par-dessus les oreilles. Il est familier.

Littré (1872-1877)

OREILLE (o-rè-ll', ll mouillées, et non o-rè-ye) s. f.

Résumé

  • 1° Appareil de l'audition qui est divisé en trois parties.
  • 2° Organe de l'ouïe, placé de chaque côté de la tête.
  • 3° L'ouïe, le sens qui perçoit les sons.
  • 4° Appréciation des sons musicaux.
  • 5° Délicatesse de l'ouïe.
  • 6° La partie externe qui est autour du trou de l'oreille.
  • Fig. Les oreilles du cœur.
  • Fig. Attention, intérêt, confiance.
  • 9° Oreille se dit quelquefois pour la personne qui entend, qui écoute.
  • 10° Il se dit de ce qui a quelque ressemblance avec la figure d'une oreille.
  • 11° Petite partie du haut ou du has d'un feuillet d'un livre qu'on a plié pour marquer une page.
  • 12° Oreille de ballot, le coin de la toile qui enveloppe le ballot.
  • 13° Les deux espèces de grosses dents qui terminent le peigne des deux côtés.
  • 14° Différentes acceptions dans le langage de la marine.
  • 15° L'une des deux cimes d'une montagne bifurquée.
  • 16° Appendice de certaines feuilles.
  • 17° Ancien nom des oreillettes du cœur.
  • 18° Nom de différentes plantes et champignons.
  • 19° Nom de diverses coquilles.
  • 20° Nom d'un poisson, d'un oiseau.
  • 21° Jusqu'aux oreilles.
  • 22° Par-dessus les oreilles.
  • 1Appareil de l'audition qui est divisé en trois parties : l'oreille externe, qui comprend le pavillon et le conduit auditif ; l'oreille moyenne, formée par la caisse du tympan et ses dépendances ; et l'oreille interne ou le labyrinthe, qui comprend le vestibule, le limaçon et les canaux demi-circulaires. L'oreille humaine est une machine acoustique de la plus savante composition, et dont l'anatomie moderne donne un détail qui étonnerait le philosophe…, Bonnet, Contempl. nat. V, 14.
  • 2Organe de l'ouïe, placé de chaque côté de la tête. Oreille droite, gauche. Les deux oreilles. Les maux d'oreille. Se boucher les oreilles. Un tintement d'oreilles. Passez donc de l'autre côté ; car cette oreille-ci est destinée pour les langues scientifiques et étrangères, et l'autre est pour la vulgaire et la maternelle, Molière, Mar. forcé, 6. Faut-il vous le rebattre Aux oreilles cent fois, et crier comme quatre ? Molière, Tart. V, 3. De toutes les machines, il n'y en a aucune qui travaille autant que la langue, aucune d'aussi orgueilleuse et d'aussi passive que l'oreille, Diderot, Claude et Nér. II, 20.

    Fig. Avoir les oreilles bouchées, ne pas écouter, ne pas accorder d'attention. La mort a des rigueurs à nulle autre pareilles ; On a beau la prier ; La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles Et nous laisse crier, Malherbe, VI, 18. Dans les audiences vulgaires [des juges]… celui-là se présente à vous par coutume ou par bienséance… celui-ci, plus cruel encore, a les oreilles bouchées par ses préventions, Bossuet, le Tellier. Les oreilles y sont bouchées et les cœurs de fer, Fénelon, Dial. des morts anc. 18.

    Entendre des deux oreilles, se dit par pléonasme emphatique pour affirmer qu'on a bien entendu. Rien n'est plus vrai, madame : je l'ai entendu de mes deux oreilles, Lamotte, Talisman, sc. 12.

    Être tout oreilles, écouter avec une extrême attention. Nous sommes tout oreille. Oh ! vous parlez si bien que je suis tout oreille, Boissy, Babillard, sc. 9.

    Familièrement. De toutes ses oreilles, avec une grande attention. Approchez et venez de toutes vos oreilles Prendre part au plaisir d'entendre des merveilles, Molière, Femm. sav. III, 2. Nous y sommes de toutes nos oreilles, Molière, Préc. 10. Écoutez-moi tous deux de toutes vos oreilles, Baron, Andrienne, II, 3. Vous, monsieur le baron, écoutez de toutes vos oreilles, Destouches, Fausse Agn. I, 2.

    Fig. Il entend, il n'entend pas de cette oreille-là, il consent, il ne consent pas, il accède, il n'accède pas. L'abbé Duviquet, son successeur, entend fort bien de cette oreille-là, Arnault, Loisirs d'un banni, t. II, p. 48, dans POUGENS.

    Prêter l'oreille, être attentif. Prête, sans me troubler, l'oreille à mes discours, Corneille, Cinna, V, 1. Si vous prêtez l'oreille, vous recevrez l'instruction, Sacy, Bible, Ecclésiastique, VI, 34. Prêtez-moi l'un et l'autre une oreille attentive, Racine, Athal. II, 5. Il prête l'oreille au moindre bruit, Fénelon, Tel. III. Les esprits entre eux se prêtent l'oreille, Diderot, Ess. sur la vertu.

    Dans le style relevé ou poétique. Que la terre prête l'oreille aux paroles de ma bouche ! Bossuet, Hist. II, 3. Cieux, écoutez ma voix ; terre, prête l'oreille ! Racine, Athal. III, 7.

    Prêter l'oreille, donner créance. La destinée ordinaire de ceux qui refusent de prêter l'oreille à la vérité, est d'être entraînés à leur perte par des prophètes trompeurs, Bossuet, Hist. II, 9. Est-ce à vous de prêter l'oreille à leurs discours ? Racine, Brit. IV, 4.

    Prêter l'oreille, accéder, écouter favorablement. Je ne doute point qu'il ne prêtât l'oreille à la proposition, Molière, l'Avare, IV, 1. Ses douces consolations [d'une abbesse] rétablirent dans le cœur de la princesse Anne ce que d'importuns empressements en avaient banni ; elle prêtait de nouveau l'oreille à Dieu, qui l'appelait avec tant d'attrait à la vie religieuse, Bossuet, Anne de Gonz.

    Fig. Ouvrir l'oreille, écouter attentivement. J'ouvre l'oreille et je n'entends rien.

    Fig. Ouvrir l'oreille, écouter favorablement les propositions, les suggestions. Byzance ouvre, dis-tu, l'oreille à ces menées, Corneille, Héracl. I, 1. Enfin j'ouvre l'oreille aux conseils de la rage, Rotrou, Antig. I, 6.

    L'argent lui fait ouvrir les oreilles, se dit de celui qui, pour de l'argent, consent à quelque proposition. Une marquise ! deux cent mille francs ! oh ! oh ! cela me fait ouvrir les oreilles, Dancourt, les Fonds perdus, III, 7.

    Fig. Fermer l'oreille, ne pas vouloir écouter. Le Parthe… fait un tel effort, Que, la ville aux abois, on lui parle d'accord ; Il veut fermer l'oreille, enflé de l'avantage, Corneille, Rodog. I, 6. Combien de fois on ferme l'oreille aux plaintes des innocents ! Bossuet, 1er sermon, Quinquagés. I. Fermons l'œil aux présents et l'oreille à la brigue, Racine, Plaid. II, 14. On ferme l'oreille aux avis qu'on ne se sent pas la force de suivre ; ils importunent parce qu'ils humilient, Diderot, Claude et Nér. II, 26.

    On dit dans un sens analogue : détourner ses oreilles de. Détourne, roi puissant, détourne tes oreilles De tout conseil barbare et mensonger, Racine, Esth. III, 3.

    Fermer l'oreille à quelqu'un, l'empêcher d'entendre. Je crains d'avoir fermé votre oreille à ses cris, Racine, Phèdre, II, 5.

    Parler à l'oreille, parler très près de l'oreille et de manière à n'être entendu que de la personne à qui l'on parle. Ayant la mauvaise coutume de parler toujours aux oreilles des personnes, et de faire un secret de tout, Scarron, Rom. com. I, 19. La doctrine ancienne [le catholicisme], qui doit être prêchée sur les toits, pouvait à peine parler à l'oreille [dans l'Angleterre protestante], Bossuet, Reine d'Anglet. Je ne vous dissimulerai pas même que je n'aime point du tout qu'on se parle à l'oreille quand on est à table, et qu'on dise ce qu'on a fait hier à son voisin qui ne s'en soucie guère, ou qui en abuse, Voltaire, Lett. d'Autré, 6 sept. 1765.

    Dire quelque chose à l'oreille de quelqu'un, lui parler de manière à n'être entendu que de lui seul. Vous n'avez pu savoir cette grande nouvelle, Sans la dire à l'oreille à quelque âme infidèle, Corneille, Héracl. II, 1. De la moindre vétille il fiat une merveille, Et jusques au bonjour il dit tout à l'oreille, Molière, Mis. II, 5. Des bruits incertains se disaient à l'oreille parmi les courtisans, Hamilton, Gramm. 5. Puis-je en secret, Ô gentille merveille, Vous dire ici quatre mots à l'oreille ? Voltaire, Enf. prodigue, IV, 2.

    Dire deux mots à l'oreille de quelqu'un, le menacer, et même lui proposer un duel. Il faut que de ce fat j'arrête les complots, Et qu'à l'oreille un peu je lui dise deux mots, Molière, Tart. III, 1.

    Souffler quelque chose aux oreilles de quelqu'un, lui dire quelque chose secrètement.

    On dit de même : murmurer à l'oreille. Ne leur irez-vous pas murmurer à l'oreille : Vous qui vivez, donnez une pensée aux morts ? Hugo, Rayons et ombres, XXXIV.

    Cela lui entre par une oreille et lui sort par l'autre, se dit de celui qui ne fait pas grand cas de ce qu'on lui dit, ou de celui qui n'a pas beaucoup de mémoire ou d'attention. Le Grenadin, sur cela, se répandit en remercîments, qui ne m'auraient fait qu'entrer par une oreille et sortir par l'autre, s'il ne m'eût assuré que sa reconnaissance suivrait de près le service que je lui rendais, Lesage, Gil Bas, VIII, 8.

    Familièrement. Avoir les oreilles battues, rebattues d'une chose, être ennuyé d'en entendre parler.

    Étourdir, rompre les oreilles à quelqu'un, l'importuner par ses discours.

    Corner quelque chose aux oreilles de quelqu'un, vouloir persuader quelque chose à quelqu'un à force de lui en parler.

    Les oreilles ont dû vous corner, se dit à quelqu'un dont on a beaucoup parlé pendant son absence (locution née d'une vieille idée populaire, que, lorsque les oreilles vous cornent, c'est signe qu'on parle de vous).

    Les oreilles lui cornent, il croit entendre ce qu'il n'entend pas.

    Les oreilles lui en tintent, se dit de quelqu'un auquel on rebat quelque chose.

  • 3L'ouïe, le sens qui perçoit les sons. Avoir l'oreille fine. Être dur d'oreille. Tout ignorant se surprend par l'oreille, Scarron, Poés. div. Œuv. t. VII, p. 167, dans POUGENS. Des Romains expirants sous un cruel vainqueur Les cris vont à l'oreille et ne vont point au cœur, Brébeuf, Phars. VII. Je vous étudie des yeux et des oreilles, Molière, Critique, 3. Ce sont repas friands qu'on donne à mon oreille, Molière, Femm. sav. III, 1. Que ferez-vous ici, faibles discoureurs ?… dissiperez-vous ces conseils cachés en chatouillant les oreilles ? Bossuet, Bourgoing. Mais il est des objets que l'art judicieux Doit offrir à l'oreille et reculer des yeux, Boileau, Art p. III. Oui, c'est Agamemnon, c'est ton roi qui t'éveille ; Viens, reconnais la voix qui frappe ton oreille, Racine, Iph. I, 1. Elle pourrait avoir écouté sans avoir entendu ; la salle est grande, et la bonne dame n'a pas l'oreille fine, Dancourt, la Folle enchère, sc. 8. À l'oreille, à l'audition. Tel écrit récité se soutint à l'oreille, Qui, dans l'impression au grand jour se montrant, Ne soutient pas des yeux le regard pénétrant, Boileau, Art p. IV.

    N'avoir point d'oreilles pour quelque chose, ne pas vouloir y accéder. Ils [les Juifs] n'eurent plus d'yeux ni d'oreilles que pour celles [des prophéties] qui leur annoncent des triomphes, Bossuet, Hist. II, 5.

    N'avoir point d'oreilles pour quelqu'un, ne pas l'écouter. Il n'a point d'yeux pour lui, ni d'oreilles pour moi, Corneille, Perthar. V, 1.

    Venir à l'oreille, aux oreilles de quelqu'un, arriver à sa connaissance. Il ferait le diable à quatre, si cela venait à ses oreilles, Molière, G. Dand I, 2. Le bruit parvint jusqu'aux oreilles de Sésostris, Fénelon, Tél. II.

    Faire la sourde oreille, ne pas vouloir entendre ce qu'on vous dit, ne pas vouloir faire ce qu'on vous demande. Je voyais… Neptune à mes cris faire la sourde oreille, Malherbe, V, 26. Il m'en a bien dit quelque petite chose ; mais j'ai fait la sourde oreille, Genlis, Théât. d'éduc. l'Amant anonyme, IV, 2.

    Cela écorche l'oreille, cela est très rude, très peu agréable à entendre. Un seul endroit y mène [à la gloire] et de ce seul endroit Droite et roide… Pluton : Ah ! elle m'écorche les oreilles, Boileau, les Héros de roman.

  • 4Appréciation des sons musicaux. Avoir l'oreille juste. Avoir l'oreille fausse. Quoique les musiciens distinguent fort bien les différentes consonnances, ce n'est point qu'ils en distinguent les rapports par des idées claires ; c'est l'oreille seule qui juge chez eux de la différence des sons ; la raison n'y connaît rien, Malebranche, Rech. vér. Éclairc. liv. III, t. IV, p. 213, dans POUGENS.

    Absolument. Avoir de l'oreille, apprécier la justesse des sons, la régularité de la mesure. On dit par opposition : n'avoir pas d'oreille.

  • 5Délicatesse de l'ouïe. Qui témoigna jamais une si juste oreille à remarquer des tons les divers changements ? Malherbe, VI, 1. Le vers le mieux rempli, la plus noble pensée, Ne peut plaire à l'esprit quand l'oreille est blessée, Boileau, Art p. I. Comme le remarque Quintilien, il n'est guère possible qu'une chose aille au cœur, quand elle commence par choquer l'oreille, qui en est comme le vestibule et l'entrée, Rollin, Traité des Ét. III, 3. Pour obéir à l'oreille, jamais ne négligeons le nombre, mais varions-le souvent, D'Olivet, Prosod. franç. V, 2. Les oreilles, que Cicéron appelle superbes, sont fort capricieuses, Voltaire, Lett. Chabanon, 16 mars 1767. Avec un peu d'oreille de la part de l'écrivain, les hiatus ne seront ni fréquents ni choquants dans sa prose, D'Alembert, Mél. litt. Œuv. t. III, p. 234, dans POUGENS. Les vers sont une espèce de chant, sur lequel l'oreille est si inexorable, que la raison même est quelquefois contrainte de lui faire de légers sacrifices, D'Alembert, Sur le goût, Œuv. t. III, p. 417.

    Avoir de l'oreille, avoir le sentiment de la cadence et de l'harmonie. Tout le quatrième chant [de l'Énéide] est rempli de vers touchants qui font verser des larmes à ceux qui ont de l'oreille et du sentiment, Voltaire, Dict. phil. Épopée. Il suffit d'avoir un peu d'oreille pour éviter les dissonances, Buffon, Morc. choisis, p. 10. Tous ces vers sont pleins de dissonances ; et celui qui ne les sent pas n'a point d'oreille, Diderot, Lett. sur les sourds et muets.

    Fig. Avoir les oreilles délicates, se choquer des moindres choses.

    Fig. Avoir les oreilles chastes, craindre les paroles qui blessent la pudeur. Quelqu'un même des laquais cria tout haut qu'elles étaient plus chastes des oreilles que de tout le reste du corps, Molière, Critique, 3.

  • 6La partie externe qui est autour du trou de l'oreille, ordinairement en forme de cornet, d'entonnoir. Mettre un vésicatoire derrière l'oreille. Un ânier, son sceptre à la main, Menait, en empereur romain, Deux coursiers à longues oreilles [ânes], La Fontaine, Fabl. II, 10. Un lièvre, apercevant l'ombre de ses oreilles, La Fontaine, ib. V, 4. Un petit bout d'oreille échappé par malheur Découvrit la fourbe et l'erreur, La Fontaine, ib. V, 21. Il a l'oreille rouge, et le teint bien fleuri, Molière, Tart. II, 3. Presque tous les animaux libres et sauvages ont les oreilles droites ; le sanglier les a droites et roides, le cochon domestique les a inclinées et demi-pendantes, Buffon, Quadrup. t. I, p. 392. Les plus petites oreilles sont, à ce qu'on prétend, les plus jolies ; mais les plus grandes et qui sont en même temps bien bordées sont celles qui entendent le mieux, Buffon, Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 306. L'oreille extérieure n'est qu'un accessoire à l'oreille intérieure ; sa concavité, ses plis peuvent servir à augmenter la quantité du son ; mais on entend encore fort bien sans oreilles extérieures, Buffon, ib. p. 482. On ne sait sur quoi peut être fondée cette coutume singulière de s'agrandir si prodigieusement les oreilles ; il est vrai qu'on ne sait guère mieux d'où peut venir l'usage presque général dans toutes les nations de percer les oreilles et quelquefois les narines, pour porter des boucles, Buffon, ib. p. 307. Un autre usage de Taïti, commun aux hommes et aux femmes, c'est de se percer les oreilles, et d'y porter des perles ou des fleurs de toute espèce, Bougainville, Voy. t. II, p. 79, dans POUGENS.

    Boucle d'oreille, pendant d'oreille, bijou que les femmes portent à l'oreille, préalablement percée.

    Fig. Laisser passer le bout de l'oreille, laisser, quoiqu'on veuille le cacher, reconnaître ce qu'on est, ce qu'on veut ; locution prise de l'âne qui, revêtu de la peau du lion, est reconnu à un bout d'oreille qui passe.

    Fig. Pendre à l'oreille, être imminent. Un grand désagrément lui pend à l'oreille.

    Être toujours pendu aux oreilles de quelqu'un, être assidu à le suivre, à lui parler. Après avoir été pendue aux oreilles du roi, et demandé ce régiment Royal avec fureur, Sévigné, 4 sept. 1675.

    Terme d'équitation. Oreilles hardies, oreilles de cheval dont les pointes se présentent en avant et semblent s'unir l'une à l'autre.

    Boiter de l'oreille, aller de l'oreille, se dit du cheval qui accompagne chaque pas d'un mouvement de tête.

    Oreilles d'âne, oreilles semblables à celles d'un âne qu'Apollon infligea au roi Midas, à cause de son ignorance. J'irai creuser la terre, et, comme ce barbier, Faire dire aux roseaux par un nouvel organe : Midas, le roi Midas a des oreilles d'âne, Boileau, Sat. IX.

    On dit dans un sens analogue : grandes oreilles. La cour a sifflé tes talents ; Paris applaudit tes merveilles ; Grétry, les oreilles des grands Sont souvent de grandes oreilles, Voltaire, Poésies mêlées, CCXXIII. [à propos de l'opéra de Midas de Grétry, sifflé à Versailles, applaudi à Paris]. Nonotte trouve Quinault plat ; quoi ! tu n'aimes pas l'auteur d'Atys et d'Armide ! tant pis, Nonotte, cela prouve que tu as l'âme dure et point d'oreille ou trop d'oreille, Voltaire, Mél. litt. Honnêtetés litt. Petite digression.

    Oreilles d'âne, papier roulé en forme d'oreille d'âne que l'on met aux oreilles des enfants coupables, dans leurs devoirs ou leurs réponses, de quelque grossière ignorance.

    Fig. Tenir le loup par les oreilles, ne savoir quel parti prendre parce qu'il y a du péril de tous les côtés (locution tirée d'un dicton latin qui exprime l'embarras de lâcher le loup ainsi tenu et de continuer à le tenir). Elle tient, comme on dit, le loup par les oreilles, Corneille, le Ment. IV, 7.

    Fig. Dormir sur les deux oreilles, sur l'une et l'autre oreille, être plein de sécurité. …Censeurs, je vous conseille De dormir comme moi sur l'une et l'autre oreille, La Fontaine, Oies. Qu'il eut, pour ne rien faire, un merveilleux talent ! Qu'il dormait bien sur l'une et l'autre oreille ! Fontenelle, Poés. div. Œuv. t. IV, p. 385, dans POUGENS. Dormez donc sur l'une et l'autre oreille, mon cher petit neveu…, Voltaire, Lett. la Houlière, 22 oct. 1770.

    On a dit dans un sens analogue : mettre l'oreille sous le coude, c'est-à-dire rassurer. C'est afin que je vous mette l'oreille sous le coude, Malherbe, Trad. des ép. de Sénèque, Ép. 24.

    Secouer les oreilles, ne tenir compte de quelque chose, s'en moquer. Magnac éclata à la cour, où il fit un étrange bruit ; mais Villars, qui avait le prix de la victoire et Mme de Maintenon pour lui, n'en fit que secouer l'oreille, Saint-Simon, 111, 195.

    Secouer les oreilles, se dit aussi d'une personne à qui il arrive quelque accident, quelque affront, et qui témoigne ne pas s'en soucier. On l'a chassé de cette société, il n'a fait que secouer les oreilles.

    Vin d'une oreille, le bon vin ; vin de deux oreilles, le mauvais ; on appelle ainsi le bon vin, parce que le bon vin fait pencher la tête de celui qui le goûte d'un côté seulement ; et le mauvais vin, parce qu'on secoue la tête et par conséquent les deux oreilles (c'est l'explication donnée par de Brieux).

    Dresser les oreilles, faire attention à ce qui est dit. À ces propositions il dressa les oreilles.

    Avoir l'oreille basse, être humilié, mortifié. Il lui fallut à jeun retourner au logis, Honteux comme un renard qu'une poule aurait pris, Serrant la queue et portant bas l'oreille, La Fontaine, Fabl. I, 18.

    Baisser l'oreille, être las, triste, harassé, mélancolique. Mais enfin ma fierté a baissé l'oreille, Molière, Princ. d'Él. II, 2. Ils viennent tous me dire : allons, vite une lettre pour madame la duchesse… je baisse les oreilles, j'écris, et puis je suis tout honteux, et je voudrais m'aller cacher, Voltaire, Lett. Mme de Choiseul, 1er juin 1770.

    Avoir l'oreille basse, se dit aussi pour être fatigué, abattu par le travail, par des excès, par la maladie.

    En avoir sur l'oreille, être fatigué, abattu. Sa dernière maladie l'a beaucoup vieilli, il en a sur l'oreille.

    Tirer l'oreille, les oreilles, tirer fortement l'oreille à un enfant, à un écolier pour le punir de quelque faute. Si un élève de l'école de Raphaël ou des Carraches en avait fait autant, n'en aurait-il pas eu les oreilles tirées d'un demi-pied ? Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 87, dans POUGENS. Tirer l'oreille à quelqu'un, la lui pincer par signe d'amitié ou pour avertissement.

    Tirer l'oreille, éveiller, exciter. À qui l'ambition la nuit tire l'oreille, Régnier, Sat. XI. Ce soin ambitieux me tirant par l'oreille, Boileau, Épître V. Déjà me tirant par l'oreille, L'ambition hâte mes pas, Béranger, Hab. de cour.

    Se faire tirer l'oreille, faire quelque chose lentement, avec mauvaise volonté. Dis-nous quel est notre destin Sans te faire tirer l'oreille, Scarron, Virg. III. Allons, monsieur, faites les choses galamment, et sans vous faire tirer l'oreille, Molière, Mar. forcé, 16. On se fit un peu tirer l'oreille d'abord, Hamilton, Gramm. 8. Voilà monsieur Clitandre qui me doit cent cinquante pistoles, par exemple je sais bien pour lui qu'il ne se fera pas tirer l'oreille, Dancourt, la Désolat. des joueuses, sc. 9.

    Se faire tirer l'oreille, est une locution qui vient de l'ancien usage d'amener des témoins tirés par l'oreille (testes per aurem attracti, voy. HORACE, Sat. I, 9), usage qui est spécifié dans la loi des Bavarois (voy. DU CANGE, auris).

    Se prendre par les oreilles, se quereller, se battre. Débuter dans une querelle de musique par se prendre par les oreilles, cela est assez naturel, Grimm, Correspond. t. IV, p. 7, dans POUGENS.

    Par plaisanterie. Je gage mes oreilles, se dit quand on veut affirmer quelque chose. …S'il est ici, je gage mes oreilles Qu'il est dans quelque allée à bayer aux corneilles, Piron, Métrom. I, 1.

    Y laisser ses oreilles, être maltraité, ne pas revenir sain et sauf de quelque entreprise périlleuse.

    Il sera bien heureux s'il en rapporte ses oreilles, se dit de quelqu'un engagé dans une affaire périlleuse.

    Je lui couperai les oreilles, se dit par menace à quelqu'un qu'on châtiera. Laissez-moi, je lui veux couper les deux oreilles, Molière, Tart. V, 2. Moi, je lui couperais sur-le-champ les oreilles, S'il n'était pas garant de tout ce qu'il a dit, Molière, l'Ét. III, 3.

    Frotter les oreilles à quelqu'un, ou lui donner sur les oreilles, lui infliger une correction manuelle. Jour de Dieu ! je saurai vous frotter les oreilles, Molière, Tart. I, 1. Je te donnerai sur les oreilles, Molière, Pourc. III, 9. Ôtez-vous de là, vous, ma mie, que je ne vous donne sur les oreilles, Dancourt, Cheval. à la mode, V, 3. Défendez-vous mieux contre les mahométans, qui vous donnent tous les jours sur les oreilles, Voltaire, Dict. phil. Volonté. Les Russes vous donnent [à vous Ottomans] sur les oreilles depuis trois ans, et vous les frotteront encore, Voltaire, Lett. à Cath. 93.

    Avoir sur les oreilles, recevoir quelque correction, manuelle ou autre. Si la conversation s'échauffe, la marquise aura sur les oreilles, Dancourt, la Folle enchère, sc. 18. On m'a parlé aussi d'un dictionnaire [le Dictionnaire philosophique] où beaucoup d'honnêtes fripons ont rudement sur les oreilles, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 9 juillet 1764.

    Il se gratte l'oreille, se dit d'un homme qui a quelque chagrin qui l'inquiète, ou qui a peine à se souvenir de quelque chose.

    Avoir la puce à l'oreille, être inquiet de quelque chose.

    Mettre la puce à l'oreille, inquiéter.

    Échauffer les oreilles à quelqu'un, le mettre en colère par quelque discours. Dites-lui ma pensée, et l'avertissez bien Qu'elle ne vienne pas m'échauffer les oreilles, Molière, Femm. sav. III, 8. Retire-toi, te dis-je, et ne m'échauffe pas les oreilles, Molière, l'Avare, II, 3. Quand la maréchale de la Meilleraye lui échauffait les oreilles [à Saint-Ruth], il jouait du bâton et la rouait de coups, Saint-Simon, 264, 41.

    Avoir le bouquet sur l'oreille, voy. BOUQUET 1, n° 2.

  • 7Dans le style relevé. Les oreilles du cœur, la sensibilité morale. Qu'il [le Seigneur] vous donne ces oreilles du cœur qui seules font entendre sa voix, Massillon, Carême, Parole.
  • 8 Fig. Attention, intérêt, confiance Je dois ici l'oreille à d'autres intérêts, Corneille, Sophon. IV, 2. Ne possédez-vous pas son oreille et son cœur ? Racine, Esth. III, 2. J'approchai par degrés de l'oreille des rois, Racine, Athal. III, 3. …Me fit faire une opération, pénible dans les commencements, mais qui me fut plus heureuse dans la suite, parce qu'elle m'approcha de l'oreille et de la confiance de mes maîtres, Montesquieu, Lett. pers. 64.

    Avoir l'oreille de quelqu'un, en être favorablement écouté. C'est beaucoup que d'avoir l'oreille du grand maître, Corneille, Othon, II, 2. On dirait qu'ils ont seuls l'oreille d'Apollon, Boileau, Disc. au roi. Ces gens ont l'oreille des plus grands princes, sont de tous leurs plaisirs et de toutes leurs fêtes, La Bruyère, VIII. Je suis bien plus en état de vous servir, présentement que j'ai l'oreille du premier ministre, Lesage, Gil Blas, XI, 13.

  • 9 Fig. Oreille se dit quelquefois pour la personne même qui entend, qui écoute. Si vous vous laissez gagner aux soupçons, si vous prenez facilement des ombrages et des défiances, prenez garde pour le moins de ne les porter pas aux oreilles importantes, Bossuet, Sermons, Charité fratern. autre conclusion. Je me plais à répéter toutes ces paroles [relatives au service des pauvres], malgré les oreilles délicates ; elles effacent les discours les plus magnifiques, Bossuet, Anne de Gonz.
  • 10Il se dit de ce qui a quelque ressemblance avec la figure de l'oreille. Les oreilles d'une écuelle. Il avait la tête enfoncée dans un bonnet de laine brune à longues oreilles ; et sa barbe, plus blanche que la neige, lui descendait jusqu'à la ceinture, Lesage, Gil Bl. IV, 9.

    Oreilles de soulier, les parties du soulier où sont attachées les boucles ou les cordons.

    Quand quelqu'un menace de donner sur les oreilles, on répondait autrefois : ce sera donc sur les oreilles de mes souliers.

    Oreille de la charrue, voy. VERSOIR.

    Oreilles d'abricots, abricots confits dont on a rejoint les deux moitiés après en avoir ôté les noyaux.

  • 11Petite partie du haut ou du bas d'un feuillet d'un livre qu'on a plié pour marquer une page qu'on veut retrouver. Faire une oreille à un livre. Lisez la page 34, où il y a une oreille, et voyez les lignes que j'ai marquées avec un crayon, Pascal, Prov. IV.

    On dit plutôt maintenant : faire une corne à un livre.

  • 12Oreille de ballot, le coin de la toile qui enveloppe le ballot, et que l'emballeur laisse en forme d'oreille quand il coud la toile, afin que par cette oreille on puisse prendre le ballot pour le remuer.
  • 13 Les deux espèces de grosses dents qui terminent le peigne des deux côtés et qui renferment les véritables dents, se nomment les oreilles, Dict. des arts et mét. Tabletier.

    Dans les jeux d'orgues, petites lames que l'on soude à la bouche des tuyaux, et qui servent à les accorder.

    Terme d'imprimerie. Languette de frisquette.

    Terme de menuiserie. Voussure dont la partie supérieure est droite en devant, et dont le fond est bombé en arc.

    Partie saillante de certaines pièces employées dans les constructions, et qui servent à les assembler, à l'aide de boulons, à d'autres pièces fixes.

    Terme de maçonnerie. Entaille qu'on fait au bout d'un appui de croisée ou d'un seuil pour qu'il entre dans le tableau de la baie et conserve une saillie sur le nu du mur.

    Partie saillante qui excède une pièce de serrurerie, et sert de repère pour une autre pièce.

    Dans certaines machines, saillies ajoutées à un objet pour lui donner plus d'empatement, ou pour lui permettre de s'appuyer sur un autre.

    Petits appendices qui portent les galets du glissoir de la tige d'un piston.

    Petite saillie sur les côtés de la charnière de certaines coquilles bivalves.

  • 14 Terme de marine. Oreille de l'ancre, chacun des angles de la base du triangle qui a le nom de patte de l'ancre.

    Oreille de lièvre, angle aigu de la voile latine, dans sa partie supérieure. Orienté en oreille de lièvre.

    Donner de l'oreille à une pièce de bois, à un bordage, les conformer de manière que, sur leur longueur, plusieurs parties se trouvent dans des plans différents et différemment inclinés.

    Taquets à oreilles, taquets à double tête qui sont fixés dans la muraille d'un bâtiment pour y tourner les écoutes des basses voiles.

    Oreilles d'âne, forts taquets à deux têtes qui servent à tourner, à amarrer.

  • 15L'une des deux cimes d'une montagne bifurquée. Son sommet [d'une montagne] est l'oreille orientale d'un énorme cratère dont l'enceinte est entièrement culbutée du côté du couchant, Ramond, Instit. Mém. scient. 1813, 1814, 1815, p. 115.
  • 16 Terme de botanique. Appendice qui se trouve à la base de certaines feuilles de quelques plantes. On dit aussi oreillon et oreillette.

    Les jardiniers appellent oreillettes les feuilles séminales. On peut planter en pépinière de petites laitues, dès qu'elles ont les oreilles un peu grandes, La Quintinye, Jardins, 1re part. dans RICHELET.

  • 17Nom donné anciennement aux oreillettes du cœur. Ces deux dernières [l'artère veineuse et la veine cave] s'élargissent avant que d'entrer dans le cœur, et y font comme deux bourses nommées les oreilles du cœur, Descartes, Méth. V, 5.
  • 18Nom de différentes plantes. Oreille de lièvre, le buplèvre en faux, buplevrum falcatum, L. ombellifères.

    Oreille d'ours, primevère oreille d'ours, primula auricula, L. primulacées.

    Oreille de souris, le myosotis des champs, borraginées ; on donne aussi le nom d'oreille de souris au cerastum tomentosum, L. petite caryophyllée dont les feuilles velues ressemblent à celles du myosotis.

    Oreille d'âne, la grande consoude.

    Oreille d'homme, l'asaret d'Europe, asarum europaeum, L. aristolochiées.

    Grande oreille de chat, l'hieracium auricula.

    Nom d'un grand nombre de champignons : oreille d'âne ou d'ours ; oreille brune ; oreille de chardon ; oreille de chat, etc. etc.

    Oreille de houx, la girolle, champignon comestible.

    Oreille de Judas, nom d'un champignon sans queue, qui est une espèce d'agaric, qu'on trouve attaché au tronc du sureau ; la figure en est souvent celle de l'oreille humaine.

  • 19Nom de diverses coquilles : oreille d'âne, oreille de bœuf, oreille de Vénus, etc.

    Oreille de Saint-Pierre, nom sous lequel on mange à Marseille l'animal de la fissurelle grecque (univalves).

    Oreille de mer, voy. ORMIER.

  • 20Oreille grande, nom donné par les marins au scombre thon.

    Oreille blanche, oiseau du Paraguay.

  • 21Jusqu'aux oreilles, loc. adv. Des pieds à la tête. Il est crotté jusqu'aux oreilles.

    Fig. Très avant. Il est dans cette intrigue jusqu'aux oreilles. Employé jusqu'aux oreilles en procès et en chicane, qui est un métier qu'il aime fort, Patin, Lett. t. II, p. 1.

  • 22 Fig. Par-dessus les oreilles, loc. adv. De manière à être accablé. Ce qu'il y avait de pis, c'est que Jenni avait des dettes par-dessus les oreilles, Voltaire, Jenni, 4. En attendant, j'ai de la besogne par-dessus les oreilles, Diderot, Mém. t. III, p. 63, dans POUGENS.

PROVERBES

Les murailles, les murs ont des oreilles, c'est-à-dire il faut prendre garde aux paroles que l'on prononce, même en des lieux fermés. Les murs ayant des oreilles, dit-on, La Fontaine, Quipr. Les planchers sur lesquels je suis, ont des yeux ; les murs qui m'entourent, ont des oreilles, Rousseau, Confess. VII.

Un chien hargneux a toujours les oreilles déchirées, c'est-à-dire les gens querelleurs sont sujets à avoir quelque mal.

Ventre affamé n'a point d'oreilles, c'est-à-dire on n'écoute rien quand on est pressé de la faim.

REMARQUE

Mme de Sévigné a dit : chanter des oreilles. La bonne princesse [de Tarente] alla à son prêche : je les entendais tous qui chantaient des oreilles ; car je n'ai jamais entendu des tons comme ceux-là, 25 déc. 1675. C'est une expression qu'elle a prise à Rabelais : Durant la procession ils [les frères Fredons] fredonnoyent entre les dents melodieusement ne sçais quelles antiphones ; car je n'entendoys leur patelin, et attentifvement escoutant aperceus qu'ils ne chantoyent que des aureilles, Pant. V, 27. Dans Rabelais, chanter des oreilles, comme on voit, c'est ne rendre aucun son, ne pas chanter du tout. Mme de Sévigné a détourné cette expression, pour signifier : chanter mal.

HISTORIQUE

XIe s. La destre oreille al premier ver [verrat] [il] trancha, Ch. de Rol. LVI.

XIIe s. Par dous feiz [deux fois] i fu pris ; si l'en laissa aler ; Mais ainceis [auparavant] li fist l'um les oreilles couper, Th. le mart. 31. À plusors ont trenchies et aureilles et piez, Rou, 1398. Li message del rei dist al duc en l'aureille, ib. 3460. Tel venjance frai sur Juda e sur Jerusalem, que à ces [ceux] ki l'orrunt l'entendront], tut les orilles lur en cornerunt, Rois, p. 420.

XIIIe s. Li autre philosophe ki apeloient les orelles porte de savoir, Alebrand, f° 36. En l'oreille [elle] lui prent tantost à conseiller, Berte, X. Mais cele fet oroille sorde, Qui n'est mie fole ne lorde, Ren. 1816. Yzengrin [le loup] a drecié l'oreille ; Primes regarde, et puis oreille [il écoute], Qu'en la paroi un trou avoit, ib. 12256.

XIVe s. On lui copera une aroille, Du Cange, auditus. Les oreilles vous deveroient bien fort et souvent manjier [démanger] ; car je ne sui en compagnie, que on ne parole tous jours de vous, Machaut, p. 144. Où il alloyt, tretout trembloit, Rien devant luy ne resistoit, Ains chacun si bassoit l'oreille, Liv. du bon Jeh. 619. Il nous ont dit tant de merveilles, Qu'ilz m'ont cassé les deux oreilles, ib. 1146.

XVe s. Il s'enclina et descendit moult voulontiers pour l'amour du roi de France, car à tel roi on peut bien tendre l'oreille [avoir égard], Froissart, IV, p. 279, dans LACURNE. Ce qui m'entre par une oreille, Par l'aultre sault comme est venu, Orléans, Rond. Le duc, à chose qu'ils dissent, ne voulut ouvrir les aureilles, et en estoit très mal content, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1391. [Le saulcier] luy presta l'oreille et dist qu'il n'y pourroit rien faire sans le moyen de Colinet queux du roy, J. de Troyes, Chron. 1475. Auquel Jean donna oreille et fut content de l'ouir, Du Cange, auris, an 1447. Chascun avoit les oreilles longues et pendans en tristeur sans corage, Chastelain, Chron. des D. de Bourg. II, 75. Or prient pour leur bienfaicteur, Ou qu'on leur tire les oreilles, Villon, Grand testum.

XVIe s. J'ay, respondit Panurge, la pusse en l'oreille, je me veulx marier, Rabelais, III, 7. Vous aurez sur l'oreille, Despériers, Contes, CXVIII. Il ne vouloit point qu'un esclave tensast son filz, ne qu'il luy tirast l'oreille, Amyot, Caton, 41. Or la femme de Sinam n'eut pas plustost ce dessein au cœur qu'elle l'eut à la bouche, et Amorath aux oreilles par un rapport incertain, D'Aubigné, Hist. II, 389. À l'instigation de plusieurs princes qu'il nomma à l'oreille, et desquels le nom fut supprimé, D'Aubigné, II, 458. Les deux epiphyses du cœur, nommées oreilles d'iceluy, à raison de la similitude qu'elles ont aux oreilles, Paré, II, 11. Le chancelier du Prat, lequel au traité de Cambray avoit plus l'oreille de madame la regente que nul autre, Du Bellay, M. 459. Elles ne gaignent rien de crier misericorde ny de demander pardon ; car Boccal avoit lors l'oreille de marchand, Merlin Coccaie, t. II, p. 209. Sac plein dresse les oreilles, Cotgrave Bois ont oreilles, et champs œillets, Cotgrave On appelle aujourd'huy à la cour pendans d'oreilles, ceux qui à toutes heures soufflent aux oreilles des grands ; parce qu'ils sont toujours comme pendus à leurs oreilles, H. Estienne, Nouv. lang. ital. p. 565. Une bouche et deux oreilles, Génin, Récréat. t. II, p. 252. L'empereur lui fit la sourde oreille, Brantôme, Moncade. À beau parleur closes oreilles, Leroux de Lincy, t. II, p. 225.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

OREILLE. Ajoutez :
23Disposition des cheveux que l'on compare à une oreille de chien, parce qu'ils tombent sur les tempes. Voici le Juif en longue lévite, avec ses bottes éculées, avec ses oreilles de chien en avant des tempes, ses rides multiples du front, A. Rambaud, Rev. des Deux-Mondes, 15 nov. 1874, p. 348.

REMARQUE

Ajoutez :

2. L'expression chanter de l'oreille qu'a employée Rabelais et à sa suite Mme de Sévigné reçoit quelque lumière de ce qui suit. De l'oreille a signifié, dans l'ancienne langue, d'une manière imparfaite, mal, à peine, ainsi que le prouve ce passage : Tant [les clercs] ont les cuers cointes et gobes, Et tant sont plain de grant outrage, Qu'autel, ne crucefiz, n'ymage N'enclinent mes fors [excepté] de l'oreille, Gautier de Coinsy, les Miracles de la Sainte Vierge, p. 510, éd. abbé Poquet.

3. On dit dormir sur les deux oreilles, pour dire dormir profondément. Dormir à la fois sur les deux oreilles est impossible ; impossibilité à laquelle La Fontaine songeait, quand il a mis s'il se peut dans ces vers : Voici pourquoi je lui conseille De dormir, s'il se peut, d'un et d'autre côté, Coupe enchantée. Quoique ces exagérations jusqu'à l'impossible soient du langage proverbial, il semble que dormir sur les deux oreilles signifie simplement dormir sur l'une ou sur l'autre oreille indifféremment, sur la bonne comme sur la mauvaise, sur le côté gauche aussi bien que sur le côté droit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OREILLE, s. f. (Anatom.) organe de l’ouie. Voy. Ouie.

Description générale de l’oreille. Les Anatomistes divisent ordinairement l’oreille en externe & en interne. L’oreille externe comprend non-seulement l’aîle de l’oreille, mais encore le conduit qui lui est continu, & qui est formé par la membrane du tambour, laquelle fait la séparation de l’oreille externe d’avec l’interne. Celui-ci comprend la caisse du tambour & le labyrinthe.

L’aîle de l’oreille est composée principalement d’un cartilage, si l’on excepte sa partie inférieure, qu’on nomme le lobe de l’oreille, qui paroît faite d’une substance en partie graisseuse, & en partie glanduleuse. Le cartilage qui compose l’aîle de l’oreille, forme des replis, des éminences & des cavités. On a nommé le premier de ces replis ou le plus extérieur, helix ; & celui qui est au-dessous a été appellé anthelix : ce dernier se trouve comme partagé en deux dans sa partie antérieure ; & on donne le nom de scapha ou de fosse naviculaire à la cavité qui se remarque entre ces deux portions. Il y a, outre cela, deux éminences formées aussi par le cartilage. On a nommé la plus antérieure tragus ou hircus, & la plus postérieure antitragus : on voit enfin entre ces deux éminences la cavité nommé la conque. Toute cette partie extérieure de l’oreille est couverte de la peau, & d’une membrane qui paroît nerveuse.

Le conduit de l’oreille est, en partie, cartilagineux, en partie membraneux, & en partie osseux. Sa portion cartilagineuse est une continuation du cartilage qui a formé l’aîle de l’oreille ; & sa portion membraneuse est faite de la continuation de la peau qui recouvre le conduit, laquelle peau ferme les vuides que la portion cartilagineuse laisse. Cette peau est percée d’une infinité de petits trous, qui répondent à autant de glandes qui sont cachées derriere, & logées dans un réseau particulier ; ce sont ces glandes qui fournissent la cire de l’oreille. Enfin la portion osseuse, laquelle ne se trouve point dans le fœtus, acheve de former le conduit, qui est fermé dans son extrémité par une membrane très-mince & transparente appellée membrane du tambour, qui est posée obliquement, & se trouve comme enchassée dans une rainure gravée intérieurement à l’extrémité de ce conduit ; la direction de ce conduit est oblique ; & il s’avance de derriere en-devant.

On observe dans le fœtus, qu’il n’y a que la portion de ce conduit qui porte la rainure pour la membrane du tambour, qui soit osseuse ; & c’est cette portion que l’on nomme cercle osseux, quoiqu’il ne fasse point un cercle entier. Pendant que le fœtus est renfermé dans la matrice, la membrane du tambour se trouve couverte extérieurement d’une substance blanche & mucilagineuse, qui se seche dans la suite, & se divise en plusieurs petites parties, qui sortent avec la cire de l’oreille ; & le conduit qui est comme membraneux, se trouve très-retréci, suivant la remarque de Valsalva.

Les nerfs qui se distribuent à l’oreille externe, lui sont fournis par la portion dure de la septieme paire, & par la seconde cervicale. Les arteres lui viennent de la carotide, & ses veines se déchargent dans les jugulaires.

L’oreille externe a des muscles & des ligamens : on ne compte, pour l’ordinaire, que deux muscles, dont le plus considérable a son point fixe à l’apophyse mastoïde, & l’autre qui est supérieur, semble une continuation du muscle frontal ; les ligamens sont aussi au nombre de deux, dont l’un, qui est antérieur, vient de l’apophyse zygomatique ; & le second, qui est postérieur, vient de l’apophyse mastoïde.

La caisse du tambour est une cavité, dont la surface, qui est fort inégale, se trouve tapissée par une membrane, que plusieurs regardent comme une continuation de celle qui revêt l’intérieur du nez, nommée pituitaire. On considere dans cette caisse deux conduits, deux ouvertures nommées fenêtres, quatre osselets, trois muscles, & une branche de la cinquieme paire de nerfs.

Les conduits sont distingués en antérieur & en postérieur : celui-ci communique dans les cellules de l’apophyse mastoïde ; & l’antérieur établit une communication entre la caisse & le fond de la bouche : on nomme ce conduit trompe d’Eustache ; nom qui lui a été donné, parce qu’il est fort étroit du côté de la caisse, & que sa cavité augmente à mesure qu’il s’en éloigne, ensorte que dans son extrémité, qui répond dans le fond de la bouche, il forme un pavillon. Le commencement de ce conduit est osseux, & le reste de son étendue est, en partie membraneux, & en partie cartilagineux. On observe aussi dans la caisse du tambour, immédiatement au-dessus de la trompe, un demi-canal qui loge un des muscles du marteau.

Les fenêtres sont distinguées, eu égard à leur figure, en ovale & en ronde ; c’est par le moyen de ces deux ouvertures, que la caisse communique dans le labyrinthe.

Les osselets sont au nombre de quatre, nommés le marteau, l’enclume, l’étrier & l’orbiculaire. On considere au marteau une tête & un manche ; la tête a deux éminences, & une cavité pour son articulation ginglymoïde avec le corps de l’enclume. Le manche du marteau est collé à la membrane du tambour. Rau a découvert une apophyse au marteau, qu’il a nommé apophyse grêle.

On considere à l’enclume un corps & deux branches : il se trouve dans le corps de l’enclume deux cavités, & une éminence pour son articulation avec le marteau : les branches de l’enclume sont d’inégale longueur ; la plus courte n’a point de connexion avec les autres osselets ; mais la plus longue, qui est un peu courbée, se termine en une cavité superficielle, pour recevoir une des convexités de l’os orbiculaire, tandis que l’autre convexité de cet os est reçue dans une cavité superficielle creusée dans la tête de l’étrier.

L’étrier a une base ovale, & deux branches qui en partent, & qui vont s’unir pour former sa tête. Les branches sont un peu creuses dans leur face interne ; & c’est dans ces rainures que s’attache une membrane très-mince, qui ferme l’espace que ces branches laissent entr’elles. La base de l’étrier ferme la fenêtre ovale, la ronde n’est fermée que par une membrane très-mince & transparente.

Des trois muscles qui se trouvent dans la caisse du tambour, il y en a deux qui appartiennent au marteau ; le troisieme est pour l’étrier. Les muscles du marteau sont distingués en interne & en externe. Le muscle interne a son point fixe à la portion cartilagineuse de la trompe d’Eustache, & au demi-canal qui se remarque à la partie antérieure de la caisse ; son tendon fait un coude en passant derriere un bec osseux, & vient se terminer au commencement du manche du marteau. Le muscle externe a son attache fixe à la portion osseuse de la trompe, se porte un peu de bas en haut, entre la caisse par une sinuosité oblique, & vient se terminer aussi au commencement du manche du marteau, en couvrant dans son chemin l’apophyse grêle de Rau. Casserius admet un second muscle externe, qui a son point fixe à la partie osseuse du conduit extérieur de l’oreille, & vient se terminer au marteau ; mais la difficulté qu’on trouve à découvrir ce muscle, a donné lieu à la plûpart des Anatomistes de douter de son existence.

A l’égard du petit nerf qui se remarque dans la caisse, communément on l’appelle la corde du tambour ; c’est un rameau de la branche de la cinquieme paire, qui va se distribuer à la langue ; ce nerf suit la route du muscle externe du marteau, passe le long de la face interne de la membrane du tambour, & va se perdre dans la portion dure, en pénétrant le conduit osseux qui la renferme.

Le muscle de l’étrier est caché dans une apophyse pyramidale, située à la partie postérieure de la caisse ; & son tendon sort par le trou qui se remarque à la pointe de cette apophyse, pour se terminer à l’étrier immédiatement au-dessous de sa tête.

La seconde partie, & en même tems la plus enfoncée de l’oreille intérieure, est connue sous le nom de labyrinthe ; elle est composée de trois parties, nommées le limaçon, le vestibule, & les canaux demi-circulaires. Le limaçon est situé en devant, les canaux demi-circulaires en-arriere, & le vestibule au milieu.

Le limaçon est fait principalement d’un conduit osseux, qui fait deux tours & demi en spirale. La cavité de ce conduit va toujours en diminuant, & se trouve partagée dans toute son étendue en deux moitiés appellées rampes, distinguées en externe & en interne par une cloison nommée lame spirale, dont une portion est osseuse, & l’autre membraneuse.

On peut distinguer au limaçon la base, sa pointe, son noyau & ses deux rampes. Le commencement de ces deux rampes est au vestibule, dans lequel la rampe externe, nommée improprement supérieure par quelques-uns, va s’ouvrir, tandis que l’interne se termine à la fenêtre ronde.

Le vestibule est une petite cavité irrégulierement arrondie ; elle est tapissée intérieurement d’une membrane parsemée de beaucoup de vaisseaux. On y considere six ouvertures, sans compter plusieurs petits trous, qui donnent passage aux vaisseaux sanguins & aux nerfs, qui pénétrent dans cette cavité. De ces six ouvertures, il y en a cinq qui répondent aux trois canaux demi-circulaires, & la sixieme répond à la fenêtre ovale. Il s’en trouve encore une septieme, qui est l’orifice de la rampe externe du limaçon.

Les canaux demi-circulaires ont été distingués en supérieur, en moyen & en inférieur. Le supérieur se joint par une de ses extrémités à l’inférieur, ensorte que les cavités de ces deux conduits se confondent, & ne forment ensemble qu’une seule ouverture dans le vestibule. C’est dans ces conduits, aussi-bien que dans les rampes du limaçon, que se distribue la portion molle de la septieme paire. On y découvre aussi plusieurs vaisseaux sanguins, soit par le secours des injections, soit par l’inflammation.

L’oreille est placée proche du cerveau, du centre commun des sensations, afin qu’elle reçoive plus promptement l’impression des sons dans la partie destinée particulierement à l’usage des principaux sens, & dans le voisinage de l’œil, avec lequel elle a un commerce intime par le moyen de ses nerfs.

Si nous examinons en détail la structure & les parties qui la composent, elle nous paroîtra une piece aussi curieuse que travaillée, tant dans les différentes especes d’animaux que dans l’homme.

De l’oreille des animaux. Pour ce qui est de sa structure dans les insectes, les reptiles & les petits animaux aquatiques, au cas qu’ils jouissent de l’ouie, comme il est vraissemblable, nous n’avons ni la vue, ni des instrumens assez fins pour en découvrir l’organe.

Sa forme dans les oiseaux ne porte point d’obstacle à leur mouvement progressif, & est close, afin de leur laisser un passage facile au-travers de l’air.

Leur tympan est composé de deux membranes : l’une intérieure, l’autre extérieure, qui couvre tout le conduit auditif. Du côté de ce conduit s’éleve un cartilage presque au milieu de cette membrane, & qui sert à la relâcher. Au bout de la petite colonne est un autre cartilage divisé en trois branches, dont il y en a deux attachées à l’os pétreux, à quelque distance de la membrane du tambour. Il y a, outre cela, un petit ligament très-fin qui s’étend du côté opposé, & traverse le conduit auditif.

La seconde partie de l’oreille interne des oiseaux est la petite colonne que Schelhammer nomme columella ; c’est un tuyau osseux, très-menu, délicat & leger, dont la base s’élargit & couvre exactement le labyrinthe, ou la chambre de l’ouie.

Le labyrinthe ou limaçon consiste en plusieurs branches, qui ressemblent aux canaux demi-circulaires de l’oreille de l’homme. Il est formé par un os dur & solide. Plusieurs oiseaux ont des canaux demi-circulaires, les uns plus gros, les autres plus minces, se croisant les uns les autres par des angles droits, & s’ouvrant tous dans la chambre de l’ouie, laquelle est tapissée des ramifications du nerf auditif. Il n’en est pas de même dans l’oie, où l’on trouve ces canaux en forme de limaçon, mais différens de ceux des autres oiseaux.

La nature n’a donné qu’un seul osselet aux oiseaux, & un cartilage, qui fait une jointure très-mobile avec l’osselet. Cet osselet est très-dur & très-menu, ayant à un bout une superficie plate, mince & large, suivant les observations du docteur Moulen, insérées dans les Trans. philos. n°. 100. L’ouïe paroît s’opérer tout simplement dans les oiseaux ; & voici comme on peut concevoir la chose ; le son rencontrant dans son mouvement leur tambour, il le frappe ; & ce mouvement, fort ou foible, doux ou perçant, est imprimé sur les cartilages, sur la petite colonne, & de cette maniere est communiqué au nerf auditif, situé dans le labyrinthe, ou la chambre de l’ouïe.

La structure de l’oreille est très-diversifiée dans les quadrupedes ; les uns l’ont large, droite & ouverte ; d’autres cachée bien avant dans le derriere de la tête.

L’oreille externe & interne de la taupe, à laquelle personne n’avoit fait une grande attention avant Derham, est aussi singuliere que la maniere de vivre de cet animal est différente de celle des autres quadrupedes.

Les taupes au lieu d’une oreille longue qui avance en dehors, ont seulement un creux rond entre le cou & l’épaule. Cette situation accompagnée d’une garniture de poil épais & serré qui la couvre, défend cette oreille contre les injures du dehors. Le conduit de leur oreille est long, cartilagineux, avançant jusqu’au dessous de la peau. Autour du côté intérieur regne une espece de filet semblable à celui d’une vis ; dans le fond est une entrée passablement large, qui mene à la caisse du tambour. Cette entrée est formée d’un côté par ledit filet, & de l’autre par un petit cartilage : on y trouve aussi une espece de cire jaune.

L’oreille interne renferme trois petits osselets creux, par le moyen desquels l’action de la membrane du tambour est communiquée au nerf auditif. Un de ces osselets est le marteau ; il a deux productions ou apophyses à peu près de même longueur : la plus longue est attachée au tympan ; l’autre au côté de la caisse, ou à l’os pétreux. La partie postérieure du marteau ressemble à la tête & à la queue d’un petit mousseron. Le second osselet nommé l’enclume, couché sur le dos du marteau, est long, sans apophyse, & ayant en quelque sorte la figure d’une petite écope, dont les Bateliers se servent pour vuider l’eau de leurs bateaux ; son extrémité est attachée par le moyen d’un petit ligament très-mince au troisieme & dernier osselet, qui tient lieu de l’étrier des autres animaux, mais qui n’est ici qu’une fourche sans base : chaque jambe ou dent de la fourche, se termine à une des deux ouvertures ; ces fourchons sont-ils attachés au nerf auditif ?

Ces ouvertures (qui tiennent là lieu des fenêtres rondes ou ovalaires des autres animaux) forment l’entrée de la conque ou coquille, & des canaux demi-circulaires, où se répand le nerf auditif. Ces canaux sont à quelque distance du tambour ; au lieu d’être renfermés comme chez d’autres animaux dans un corps osseux, dur & épais, ils sortent en dehors, & sont situés en dedans du crâne dans un creux terminé par une espece de voûte, où entre une partie du cerveau. En remuant la membrane du tambour, tous les petits osselets se remuent en même tems, & par conséquent ébranlent le nerf auditif.

Telle la structure curieuse de l’oreille de la taupe ; & l’on ne soupçonneroit peut-être pas les variétés qu’offre celle des autres animaux, même par rapport au seul conduit qui mene à l’os pétreux. Dans la chouette, par exemple, qui se perche sur les arbres & sur les poutres, & qui guette sa proie en écoutant de haut en bas, ce conduit avance plus en dehors par le côté de dessus, que par celui de dessous, afin de mieux recevoir jusqu’aux moindres impressions du son. Dans le renard, qui découvre de bas en haut sa proie juchée, il est plus avancé vers le bas. Dans le putois qui écoute tout droit devant lui, ce conduit avance par derriere, pour mieux recevoir les sons qui viennent du côté opposé. Dans le cerf, animal fort alerte, & toujours aux écoutes, le conduit en question est garni d’un tuyau osseux, comme d’un véritable instrument acoustique, formé par la nature, & tellement dirigé vers le derriere, qu’il peut recevoir les sons les plus doux & les plus éloignés qui viennent de ce côté-là. On peut consulter la cosmologie sacrée de Grew, lib. I. chap. v. car j’aime mieux m’attacher à l’oreille humaine, qui est encore supérieure en perfections à celle des animaux. Il faut seulement observer en passant, que l’oreille du singe ressemble le plus à celle de l’homme, & qu’elle a les trois osselets un peu cachés & enfoncés vers le sinus de l’apophyse mastoïde.

Description particuliere de l’oreille de l’homme, & d’abord de l’oreille externe en général. Il y a bien des choses à remarquer dans la figure de l’oreille externe, qui s’offre d’abord à nos yeux. Son éminence sensible qui s’éleve de part & d’autre sur l’os temporal, fait qu’il n’est guere de rayons qui puissent échapper aux deux oreilles à la fois ; & ses trois bords spiraux, font par leur fabrique, leur position, leur inclination tortueuse, & leurs contours, que les rayons sonores qui partent du point sonore, entrent en assez grande quantité dans l’une ou l’autre oreille, ou dans les deux, sont refléchis tels qu’ils étoient sans aucun changement ; s’unissent ensuite, & sont déterminés dans la conque externe.

Ces replis tortueux donnés à l’homme, suppléent à la mobilité de l’oreille, si remarquable dans les autres animaux. Telle est leur disposition, que l’un s’ouvre dans l’autre, & qu’ainsi les rayons sonores sont refléchis jusque dans la conque. Si ces contours caves avoient été perpendiculairement élevés, les rayons eussent été repoussés hors de l’oreille ; mais il est visible que le contraire doit arriver, parce qu’ils sont inclinés vers la cavité interne de l’oreille.

Boerhaave qui savoit voir, & par son génie tirer parti des choses que les autres avoient vues avant lui, ayant un jour sous les yeux le cadavre d’un homme dont l’ouie avoit été excellente, & l’oreille très-bien formée, en prit une parfaite empreinte sur de la cire, & en examinant cette empreinte, il fit cette remarque neuve & singuliere, que si de quelque point sonore que ce soit, à un point quelconque de quelque éminence cartilagineuse de l’oreille, on tire extérieurement des lignes droites, & qu’on mesure l’angle de réflexion égal à l’angle d’incidence, la derniere réflexion conduira toujours les rayons dans le canal de l’ouie, dont l’entrée est comme le foyer commun des courbes que décrivent les diverses éminences de l’oreille.

Telle étoit aussi la structure que Denys, tyran de Sicile, donnoit à ses prisons, afin que celui qu’il plaçoit au centre de la spirale, pût entendre les prisonniers placés dans les spirales convergentes, quelque bas qu’ils pussent parler. Tout le monde sait que les tubes spiraux, larges à leurs bases, & étroits à leurs extrémités, sont les plus propres à augmenter le son, parce qu’il n’y a point de figure qui occasionne aux rayons plus d’allées & de venues, & plus de seconds sons qui se joignent au premier.

Les brutes n’ont point de pareille fabrique ; la plupart des quadrupedes ont les oreilles tortueuses, à la vérité inférieurement, mais s’allongeant en une appendice qui varie, en ce que tantôt elle est coupée courte, tantôt elle est pendante ou conique, comme dans le cheval ; mais tous les quadrupedes remuent les oreilles. Presque tous les oiseaux & les poissons n’ont guere d’oreille en dehors, & par conséquent cette analogie ne leur va pas.

Ne négligeons pas d’observer que l’oreille humaine a une surface large, que la conque & le canal de l’ouie s’étrécissent considérablement ; d’où les rayons viennent en foule à la membrane du tympan. De plus, de quelque côté qu’on tourne la tête, on montre l’une ou l’autre oreille, qui par conséquent est toujours prête à recevoir les rayons sonores. On sait de combien de façons ceux qui n’ont qu’une oreille, sont obligés de la tourner pour entendre : telle est l’utilité des deux oreilles.

On sait encore que les personnes qui ont les oreilles avancées en dehors, entendent mieux que celles qui les ont applaties ; & les gens qui d’après Elien, Martial, Ovide, mettent au rang des difformités les grandes oreilles, condamnent (peut-être sans le savoir) une beauté réelle, une perfection de l’organe pour mieux entendre, un avantage pour la finesse de l’ouie.

Des lobes des oreilles. Les Anatomistes modernes n’ont pas été plus heureux que les anciens à découvrir l’utilité des lobes des oreilles ; mais de tems immémorial on a imaginé de les percer pour y pendre les ornemens qu’on a cru propres à relever la beauté, ou à faire parade de son opulence. Les voyageurs nous parlent d’indiens, tant hommes que femmes, dont les uns cherchent à se procurer des oreilles longues, & les tirent par le bas sans les percer, autant qu’il le faut pour attacher des pendans. D’autres en aggrandissent le trou peu-à-peu, en y mettant des morceaux de bois ou de métal, qu’ils remplissent successivement par de plus gros ; cette pratique commencée dès l’enfance, fait avec le tems un trou énorme dans le lobe de l’oreille, qui croît toujours à proportion que le trou s’élargit.

Les habitans du pays de Laos, & les Indiens de l’Amérique méridionale, portent à leurs oreilles de ces morceaux de bois qui, semblables à des dames de trictrac, ont un pouce de diametre. Les sauvages de la Guyane y mettent de gros bouquets de fleurs. La reine de Calicut, qui peut épouser tant de maris qu’elle veut, & les dames de sa suite qui jouissent du même privilege, ont encore celui de porter des pendans d’oreilles qui leur descendent jusque sur le sein. Les négres du Sénégal, hommes & femmes, en portent aussi qui sont faits de coquilles, de corne, de morceaux de bois ou de métal, qui pesent plusieurs onces.

On ne sait sur quoi peut être fondée cette coutume singuliere de tant de peuples, d’alonger ou d’élargir si prodigieusement les oreilles. Il est vrai qu’on ne sait guere mieux d’où peut venir l’usage de quelques autres nations de se percer aussi les narines, pour y porter des boucles, des anneaux, &c. à moins, dit l’auteur ingénieux de l’histoire naturelle de l’homme, d’en attribuer l’origine aux peuples encore sauvages & nus, qui ont cherché à porter de la maniere la moins incommode, les choses qui leur ont paru les plus précieuses, en les attachant à ces parties ; mais c’en est assez sur le bout des oreilles, passons aux muscles.

Des muscles de l’oreille externe. Les Anatomistes ne conviennent point du nombre & de la situation des muscles de l’oreille. Schellammer nie qu’il y en ait aucun, mais il est presque le seul de son avis : les docteurs Keill & Drake en admettent deux ; Cowper en reconnoît trois, l’un qui tire l’oreille en haut, les deux autres qui la tirent en bas & en arriere. Heister & Winslow en comptent aussi trois, l’un postérieur, l’autre supérieur, & un troisieme antérieur.

Le muscle postérieur a été décrit d’une façon douteuse par Colombus, mais clairement par Fallope. Il se divise peut-être assez souvent en deux ou trois, comme Morgagni l’a observé. Eustachi semble marquer la même division dans ses tables anatomiques. Daverney en fait plusieurs muscles fort grêles, division qui n’est cependant qu’artificielle, & occasionnée par la maniere de disséquer.

Le muscle supérieur, plus connu que tous les autres, a été décrit en premier lieu par Fallope. Les bonnes figures sont celles d’Eustachi & d’Albinus ; celles de Duverney sont trop droites. Il faut encore faire moins de cas de celles de Valsalva & de Cowper. Morgagni a fort bien décrit toutes les variétés de ce muscle.

Le muscle antérieur est plus difficile à découvrir, & souvent, de l’aveu de Morgagni, il manque. Ce n’est qu’un petit faisceau de fibres charnues, qui naissent sous le muscle supérieur, & qui en sont une suite.

Valsalva & Santorini ont tellement multiplié les muscles de l’oreille, qu’on a raison de leur en faire des reproches, & de mettre leur multiplication des muscles de cette partie au nombre des productions de leur imagination & de leur scapel.

Au reste, la diversité qui regne sur le nombre des muscles de l’oreille, & sur leur description, vient de plusieurs causes. 1°. De la dissection des oreilles d’animaux transportée par quelques modernes, & certainement par les anciens aux oreilles humaines. 2°. De la variété qui se rencontre non seulement dans des sujets différens, mais encore dans le même. 3°. De la diverse méthode de dissection des fibres musculaires. 4°. Du goût de la plupart des Anatomistes pour les minuties, & de la gloire qu’ils ont cru acquérir en qualifiant ces minuties de nouvelles découvertes : cependant rien n’est moins important que le nombre de ces muscles ; outre qu’ils sont fort petits, minces & grêles dans l’homme, & qu’ils paroissent à peine, nous en ignorons l’utilité. Quelle qu’elle soit, il est certain que presque tous les hommes, par habitude ou autrement, ont l’oreille immobile ; il est fort rare d’en trouver qui les puissent remuer.

Des oreilles mobiles. Il ne faut pas trop compter sur le témoignage d’Epicharme, qui donne à Hercule la propriété des oreilles mobiles. Les Poëtes comme les Peintres, ont eu de tout tems la liberté de feindre & d’imaginer : mais Justinien a été du petit nombre de gens à oreilles mobiles, car Procope le compare à un âne, non seulement à cause de sa bêtise, mais encore eu égard à la mobilité de ses oreilles. Eustachius cite un prêtre qui étoit dans le même cas. L’abbé de Marolles atteste le même fait du philosophe Crassot, qui redressoit ses oreilles quand il vouloit, sans y toucher. Vesale, l. II. ch. xiij. assure qu’il a vu à Padoue deux hommes dont les oreilles se mouvoient. Valverda, ch. ij de son anat. dit avoir vu la même chose dans un espagnol qui étoit à Rome ; & du Laurent, l. XI. ch. xij. affirme qu’il a vu ce phénomene dans quelques personnes.

Mery, célebre chirurgien de l’Hôtel Dieu, avoit si bien le libre mouvement des muscles de l’oreille, que parlant de cette partie dans un cours public, en 1695, il remua plusieurs fois son oreille droite de devant en arriere, en présence de l’assemblée qui étoit nombreuse, & composée de gens de son art. En mon particulier, je suis étroitement attaché par les liens du sang, plus encore par ceux de la tendresse & de la reconnoissance, à une dame d’un mérite rare, qui dit avec vivacité en plaisantant, & faisant mouvoir ses oreilles de haut en bas, & de bas en haut, qu’elle tient de la nature des bouriques ; & c’est bien à coup sûr, la seule chose qu’elle a de commun avec elles.

Du conduit auditif externe. En avançant vers la partie interne de l’oreille, nous rencontrons le conduit auditif, qui est d’une substance en partie cartilagineuse, & en partie osseuse, tapissée d’une peau polie, qui s’amincit insensiblement, & qui est enduite d’une matiere cérumineuse qu’on nomme cire d’oreille.

Ce canal auditif est très-propre à porter le son au dedans de l’oreille sans l’altérer, & son obliquité en augmentant les surfaces, multiplie les lieux de réflexion. Une languette cartilagineuse, triangulaire, tremblante, élevée, droite sur la cavité de la conque, située principalement au-dessus de l’orifice du conduit auditif, garnie d’un muscle décrit par Valsalva, détermine par une belle méchanique tous les rayons qui y abordent, à entrer dans le canal, sans qu’ils puissent en sortir, de quelque endroit qu’ils aient été refléchis.

Il étoit nécessaire que ce conduit fût d’une substance dure, afin qu’il pût réfléchir le son, & par son insertion oblique, la nature nous fait voir un artifice merveilleux ; car quand on est au milieu d’une chambre couverte d’une voûte ronde, si l’on jette une pomme contre quelque côté que ce soit, elle revient toujours au milieu ; & si l’on se place à un coin de la chambre, la pomme que l’on jettera contre la voûte ira toujours vers l’autre coin opposé. On peut dire la même chose de l’oreille ; si le conduit externe se rendoit en droite ligne, & perpendiculairement au tambour, les rayons sonores reviendroient dans son ouverture ; mais comme il entre obliquement dans cette cavité, les rayons sonores vont heurter contre la partie elliptique supérieure de la caisse, ainsi ils doivent revenir sur l’inférieure, c’est-à-dire vers l’endroit où sont la fenêtre ovale & la fenêtre ronde. Enfin quand il se trouve une trop grande multitude de rayons sonores, la languette triangulaire & tremblotante dont nous venons de parler, & qui est située à l’entrée du canal de l’ouie, peut tellement se dresser au moyen du muscle de Valsalva, qu’elle leur fermera à volonté le passage, comme nous faisons machinalement avec la main dans de trop grands bruits.

Il y a une membrane qui termine le conduit externe de l’oreille, nommée la membrane du tambour ou le tympan. Voyez ce mot, car il mérite un article séparé.

Quant aux poils dont le conduit auditif est garni, leur usage nous est inconnu : seroient-ils eux-mêmes sonores comme les feuilles d’arbres qui augmentent l’écho en été, ou même en forment un qui n’avoit point été apperçu en hiver, suivant l’idée de M. Perrault d’après Kircher ?

Des osselets de la caisse du tambour & de leurs muscles. Je passe à la premiere grote de l’oreille qu’on appelle la caisse du tambour, cavité irrégulierement demi-sphérique, dans laquelle on trouve d’autres cavités, savoir l’embouchure de la trompe d’Eustachi, le demi-canal osseux, la fenêtre ovale, la fenêtre ronde, & les osselets qui sont au nombre de quatre, l’enclume, le marteau, l’étrier, & l’os orbiculaire ou lenticulaire, qui est le plus petit de tous les os du corps humain.

En général ces quatre osselets sont si petits qu’ils ont été inconnus aux anciens anatomistes, & que leur découverte en est dûe à l’esprit curieux des derniers siecles. Ils different dans les animaux selon la différence de leur espece : par exemple les quadrupedes en ont quatre comme l’homme, & les oiseaux n’en ont qu’un.

L’enclume dont le corps est articulé avec le marteau, ressemble à une dent molaire, & suivant le témoignage de Massa, il a été connu dès le tems d’Alexandre Achillinus, de sorte qu’on lui attribue la découverte de ces deux osselets ; du-moins est-il certain qu’il ne faut pas l’attribuer avec Schelhammer, à Jacob de Carpi, puisque lui-même leur assigne les mêmes usages que ceux qu’on leur donnoit avant lui, & qu’il convient de plus que d’autres en avoient déjà fait mention.

L’apophyse grêle du marteau a été connue très-confusément par Vésale, mal représentée par Jérôme Fabrice, & démontrée de nouveau bien exactement par Raw, qui est resté vrai possesseur de la découverte. On dit que Foleus a fait mention de cette apophyse grêle du marteau dans une lettre écrite à Bartholin, & imprimée en 1645 ; mais cette lettre est si rare que les plus curieux, Boerhaave même ni Morgagni, ne l’ont jamais vûe, & jusqu’à présent personne n’a ôté à Raw l’honneur de l’invention. Tous nos modernes, Cowper, Cam, Heister, Nicholls, Albinus, Nesbit, Cassebhom en ont donné la figure. Le marteau est difficile à préparer, parce qu’il se rompt aisément, comme l’ont éprouvé Duverney, Valsalva & Morgagni.

Ingrassias s’attribue la découverte de l’étrier ; Vésal y prétend aussi, & Colombus s’en vante pareillement ; mais malgré leurs prétentions respectives, cette découverte paroît dûe à Eustachi. « Je puis me rendre ce témoignage, dit-il en parlant de l’étrier, qu’avant que qui que ce fût m’en eût parlé, avant qu’aucuns de ceux qui en ont écrit l’eussent fait, je le connoissois ; je le fis voir à plusieurs personnes à Rome, & je le fis graver en cuivre, cet osselet a véritablement une figure longue & courbée en arc, qui lui a donné le nom d’étrier ». Morgagni a raison de soutenir contre Manfrédi, que sa base est solide, par-tout continue, & qu’elle n’est point percée ou ouverte comme nos étriers modernes, mais pleine comme celle des anciens. Quant aux figures de ces deux osselets, c’est à Vésale qu’on doit les premieres.

J’attribuerois volontiers avec Bartholin & Vesting la découverte de l’os orbiculaire à Jacques Sylvius ; car la description qu’en ont donné Arantius & autres prédécesseurs de Sylvius, est d’une obscurité inintelligible.

Venons aux muscles des osselets. On donne trois muscles au marteau, savoir un externe, un antérieur, & un interne. Le muscle externe ou supérieur du marteau attribué à Casserius, a été cependant indiqué & gravé par Fabricius. Je n’ose assurer si c’est un vrai muscle ou non, puisque Valsalva & Vinslow soutiennent l’affirmative contre Duverney & Morgagni.

L’étrier n’a qu’un muscle décrit premierement par Varole, mais d’une maniere très-défectueuse, puisqu’il ne décrit que ce seul muscle dans le dedans de l’oreille. Casserius le trouva en 1601, dans le cheval & le chien, le représenta d’après ces animaux, & le prit pour un ligament : personne depuis Duverney n’a douté que ce ne fût un vrai muscle.

Il est bien difficile de décider quelle est l’action de ces muscles, dans quelles occasions ils agissent, s’ils n’agissent que méchaniquement, ou si c’est la volonté qui les fait agir ? Ce dernier n’est pas vraissemblable, car un bruit nous surprend tout-d’un-coup, & le plus souvent sans que nous y songions. Il en est ici comme des mouvemens des yeux, de la déglutition, de la voix, qui s’operent par une infinité de muscles, qui concourent tous entre eux, & produisent d’ordinaire à notre insu, les fins pour lesquelles ils sont destinés. Peut-être que les muscles des osselets relâchent en partie le tympan dans les sons fort aigus, & en partie le tendent dans les sons foibles ; c’est le sentiment de Willis, de Duverney, de Perrault, de Derham, de Chéselden, de M. de Mairan, & autres.

Il ne faut pas oublier que les osselets de l’oreille ne croissent point, & qu’ils sont aussi considérables dans les enfans que dans les adultes. La membrane qui les couvre est si fine, que l’anatomiste à qui l’on doit le plus de recherches en cette partie, je veux dire Valsalva lui-même, les a cru sans périoste. Mais Ruysch n’a pas seulement démontré le contraire, comme tout le monde le sait, il a été plus loin, il a fait voir à l’Europe, par le moyen de ses injections, les vaisseaux qui se distribuent dans le périoste des osselets, & qui y sont en très-grand nombre, principalement à la plus courte & plus grosse apophyse de l’enclume.

Pour les deux fenêtres, on en doit la connoissance à l’industrie de Fallope.

De la trompe d’Eustachi. Venons au conduit qu’on appelle la trompe d’Eustachi, dire autrement & assez bien, le conduit palatin de l’oreille, mais mal & équivoquement aquéduc, parce qu’on peut très-bien le confondre avec l’aquéduc de Fallope.

On prétend, sans aucune preuve, qu’Alcméon a connu cette trompe ; mais Eustachi a mérité le nom de son inventeur, par l’exacte description qu’il nous en a laissée, sur laquelle Valsalva parmi les modernes, a su néanmoins encore renchérir ; Vésale qui l’avoit vûe avant Eustachius, n’en a point développé l’usage ni la structure.

Ce tuyau porte le nom de trompe, parce qu’il est fort étroit du côté de la caisse, & que sa cavité augmente à mesure qu’il s’en éloigne, ensorte que dans son extrémité qui répond au fond de la bouche, il forme un pavillon. La trompe est, comme on sait, un canal creusé dans l’apophyse pierreuse, qui va de la caisse vers les ouvertures postérieures des fosses nasales & vers la voûte du palais.

La conque interne de l’oreille, vaste & semblable à un corps elliptique, communique dans les cavités cellulaires de l’apophyse mastoïde, ainsi qu’avec l’air externe qu’on prend par le nez ou par la bouche. L’étui par où se fait cette communication est la trompe d’Eustachi, en partie osseuse, en partie cartilagineuse.

En conséquence de cette structure il arrive, 1°. que l’air peut entrer par le canal d’Eustachi dans ces lieux, y demeurer, s’y raréfier, en sortir, s’y renouveller, y être comprimé, & par conséquent y être ramené à la température de l’air externe. En effet, la trompe se présente tellement au canal des narines, que l’air est forcé d’y entrer, & les expériences de Cheselden prouvent que l’eau injectée, soit par les narines, soit par la bouche dans le canal d’Eustachi, passe dans les oreilles. Quand on retire son haleine, l’air y entre avec bruit, & frappe le tympan ; c’est ce que j’ai quelquefois éprouvé en nageant entre deux eaux. Duverney a vû la membrane du tympan se rompre pour avoir retenu l’air, les narines & la bouche exprès fermées.

L’air qui est reçu dans le tympan se raréfie par la chaleur, dilate la membrane du tympan vers le canal de l’ouie, & resisteroit aux tremblemens externes, ce qui engourdiroit l’ouie s’il n’étoit souvent renouvellé. De plus, il faut que l’air se renouvelle, à proprement parler, puisqu’il est constant que l’air renfermé perd peu-à-peu son ressort, & même assez vîte. L’air ne propageroit donc point les tremblemens s’il ne se renouvelloit avec tout son ressort ; c’est pourquoi, suivant Duverney, l’orifice de la trompe reçoit plutôt l’air des narines que des poumons.

Valsalva a observé qu’on devient sourd lorsque le passage à la trompe d’Eustachi est bouché. Il rapporte là-dessus deux exemples, l’un d’un gentilhomme qui perdit l’ouie par un polype qu’il avoit dans le nez, & qui s’étendoit jusqu’à la luette ; l’autre d’un paysan qui avoit un ulcere au côté gauche de la luette ; quand on y mettoit une tente trempée dans quelque remede, le patient n’entendoit rien du-tout de l’oreille gauche ; mais il recouvroit l’ouie du même côté dès qu’on tiroit la tente. Tulpius parle aussi d’une surdité & d’un tintement d’oreille causés par une tumeur au palais auprès du même canal. Derham fait mention d’un catharre qui rendoit l’ouie difficile ; mais lorsque la trompe fut débarrassée par certains mouvemens de la déglutition, ou toute autre cause, il se fit un bruit soudain qui annonça le retour de l’ouie ; tous les Médecins savent que l’esquinancie & les ulcères véroliques endommagent souvent ce sens. La nécessité de l’admission de l’air par la trompe est donc confirmée par une foule de maladies.

En conséquence de la structure dont nous avons parlé, il arrive, 2°. que les rayons sonores qui passent par les narines ou la bouche, entrent dans la conque interne de l’oreille, & suppléent ainsi à la lésion du conduit auditif ; car ceux que l’obstruction du canal auditif rend sourds ou durs à entendre, cessent de l’être quand le son est immédiatement appliqué à la trompe d’Eustachi : c’est l’expérience de Cabrole & de Fabrice ab Aquapendente.

Comme tous ces endroits sont revétus d’une membrane vasculaire, démontrée par Duverney & Ruysch, il suit, 3°. que les parties qui y sont contenues, se conservent molles, flexibles, lubréfiées, & se purgent de leurs impuretés. Effectivement le tympan se nettoie par le moyen de l’éternuëment, & les immondices sortent par le canal d’Eustachi. Morgagni, Schellammer, Naboth, ont bien des faits pour constater cette vérité ; entr’autres l’un d’eux a vû de petits globules restés dans l’oreille, sortir par la trompe en retenant son haleine. Valsalva parle d’un abscès à l’apophyse mastoïde qui se vuida par la trompe d’Eustachi.

Telle est donc l’utilité de cette trompe, de donner passage à l’air interne, d’en communiquer les vibrations à l’organe immédiat de l’ouie, de modérer les sons trop forts, de suppléer à la lésion du conduit auditif, enfin de purger la caisse, & de fournir une issue à la mucosité qui s’y trouvera.

Boerhaave fait ici deux questions :

Le canal d’Eustachi s’ouvre-t-il par l’action de son muscle interne, en même tems que la membrane du tympan tirée par cette même action, retrécit la cavité de la conque interne ? Cela n’est pas vraissemblable ; l’action de ce muscle doit être peu de chose, car il s’attache en grande partie à l’os de la trompe, & le reste paroît incapable de plier le cartilage.

L’orifice interne du canal d’Eustachi se ferme-t-il par l’application de la valvule cartilagineuse de du Laurent & de Willis ? Non, cette valvule imaginaire a été refutée par Morgagni, qui démontre d’ailleurs que les matieres de la déglutition ne peuvent entrer dans l’oreille, parce que la trompe s’ouvre vers la communication du nez avec la bouche.

Du labyrinthe & de ses parties ; le vestibule, le limaçon, les canaux demi-circulaires. La partie la plus enfoncée de l’oreille intérieure est connue sous le nom de labyrinthe, lequel est renfermé dans l’os pierreux, & est composé de trois parties que les Anatomistes appellent le limaçon, le vestibule, & les canaux demi-circulaires. Les anciens ont donné des descriptions fausses & très-embrouillées de ces parties, dont ils n’ont point connu la structure ; mais dans celle de Duverney, de Valsalva, & de Winslow regnent l’ordre, la netteté, & l’exactitude.

Le labyrinthe est tapissé d’un périoste très-fin ; ce sont apparemment des expansions membraneuses de ce périoste mal observées, dont Valsalva a fait ses zones sonores, & celles qu’il a vûes dans les brebis ne sont que l’effet du déchirement des parties. On découvre aussi dans le labyrinthe plusieurs vaisseaux sanguins, soit par le secours des injections, soit par l’inflammation, comme Winslow dit l’avoir observé. Le sieur May, anatomiste de Strasbourg, a fait voir il y a près de trente ans ces vaisseaux à messieurs de l’académie des Sciences.

Remarquons d’abord que l’os pierreux dont les parois de chaque cavité du labyrinthe sont composées, est blanc, très-dur & compacte. Par cette structure la matiere éthérée chargée des impressions des objets sonores, venant à heurter contre lesdites parois, ne perd rien de son mouvement, en sorte qu’elle le communique tout entier aux ramifications de la portion molle des nerfs de l’oreille.

Remarquons ensuite que le labyrinthe & le limaçon ne croissent pas non-plus que les osselets ; ils sont de la même grandeur dans les enfans & dans les adultes, quoique les os extérieurs de l’oreille grossissent & durcissent considérablement. La cause de cet effet, est que les os extérieurs ont un périoste bien nourri, tandis que l’intérieur est dénué de cette nourriture. D’ailleurs les os sont ici d’une dureté qui refuseroit même cette nourriture quand elle y seroit apportée.

Un de ces auteurs qui se font une étude de trouver du miracle par-tout, Niewentit, ne donne d’autres raisons de ce phénomene, que la volonté du créateur, qui, contre les lois ordinaires de la nature, a refusé l’accroissement à ces os de l’oreille, afin que l’organe étant le même dans les enfans & dans les adultes, l’impression des sons fût la même pour les uns & les autres. Il pense que si l’ouïe croissoit comme les autres organes, la voix des enfans, celle des parens, & les autres sons connus des enfans, leur viendroient étranges & sauvages, d’où naîtroient une grande confusion & une infinité d’erreurs. Mais sur quel fondement veut-on que l’accroissement des os de l’oreille changeât la sensation de l’ouïe ? Les organes de la vue, du goût, de l’odorat ne croissent-ils pas sans déranger ses sensations ? Et quoique l’ouïe ne soit pas susceptible d’un pareil accroissement, croit on que cet organe soit le même dans tous les hommes ? Cela n’est pas probable. Chacun entend à sa façon, comme chacun voit, sent & goûte aussi proportionnellement à la structure particuliere de ses organes.

Dans les canaux demi-circulaires on rencontre deux choses dignes de remarque. 1°. Ils sont tous trois de grandeur différente. Aussi l’un s’appelle le plus grand, le second le moyen, & le troisieme le plus petit. Winslow nomme le premier, vertical supérieur ; le second, vertical postérieur, & le troisieme, canal supérieur horisontal. 2°. Quoiqu’ils different souvent selon les sujets, ils gardent néanmoins les mêmes proportions entr’eux, & sont toujours semblables dans un même sujet. Valsalva rend raison de tout cela, & détermine leurs usages d’une maniere ingénieuse : il croit que comme une partie de la portion molle du nerf auditif est située dans ces canaux, ils ont été faits de grandeur différente pour s’accommoder mieux à toutes les diversités des tons ; & quoiqu’il y ait de la différence par rapport à la longueur & à la grosseur de ces canaux, en les comparant dans différens sujets, ils sont cependant toujours dans une exacte conformité entr’eux dans la même personne, à moins qu’il n’y ait quelque défaut ou discordance dans les organes de l’ouïe. Au reste, Fabricius avoit établi une infinité de canaux demi-circulaires ; mais les autres anciens Anatomistes n’en ont reconnu que trois, & il n’y en a jamais davantage.

Un mot du vestibule : c’est une cavité irrégulierement ronde, décrite par Vésale & Fallope, formée intérieurement dans l’os pierreux, & voisine du tympan. On trouve dans le vestibule, 1°. la pulpe de la portion molle du nerf acoustique ; 2°. une liqueur aqueuse, comme dans le tympan, & 3°. de l’air qui du tympan vient dans cet endroit.

Rien n’est plus admirable que la construction du limaçon, ou de la coquille spirale. C’est un canal osseux, conique, qui fait environ deux tours & demi, suivant une ligne spirale au-tour d’un cône osseux, qui par sa pointe se termine à celle du cône. On trouve dans toute son étendue l’expansion des petits nerfs acoustiques qui sont de la derniere délicatesse. L’artifice de sa construction fait voir que dans la lame spirale, qui commence par une base déterminée, & finit en un seul point, on peut assigner une infinité de cordes tremblantes également tendues : ainsi parmi ces cordes, dont le nombre peut à peine se compter, il y en aura toujours qui seront à l’unisson avec chaque son, & qui par conséquent pourront le représenter, & le porter sans altération au sensorium commune.

Des nerfs auditifs. Les portions des nerfs auditifs, ou de la septieme paire de nerfs, se distinguent eu égard aux divers degrés de leur consistance, en portion dure, & en portion molle. Les deux portions se portent dans le trou auditif interne ; la molle pénetre dans le labyrinthe par plusieurs petits trous qui y répondent, & va se perdre dans les différentes parties qui le composent. La portion dure s’insinue dans l’aqueduc de Fallope, traverse la glande parotide, lui donne plusieurs filets, & se partage en deux grosses branches, dont l’une est supérieure & l’autre inférieure. Il est difficile d’en suivre le cours.

Les derniers filamens des petits nerfs auditifs, après avoir fait leurs fonctions, & s’être distribués par les labyrinthes de l’oreille, reviennent-ils au cerveau & au sensorium commune, conformément à l’idée d’un chirurgien de Rome, dont on a gravé dans les lettres du sieur des Noues une figure représentant le décours de ces nerfs ?

Ce chirurgien de Rome, dont l’ouvrage n’a point été publié, est Simoncelli. Mais son confrere Mistichelli a prétendu, d’après lui, que la portion molle du nerf auditif entre dans le sillon du limaçon, se précipite de la pointe dans sa cavité, la pénetre, forme dans le vestibule une expansion pulpeuse, dégénere ensuite en filament grêle, entoure les canaux demi-circulaires ; enfin de l’orifice propre du plus grand de ces canaux, revient par un trou particulier dans la cavité du crâne, & ramifié, va se distribuer à la dure-mere, à la surface supérieure du cerveau, & au-tour de la glande pinéale.

C’est dommage que tout cela ne soit qu’un roman. Simoncelli & Mistichelli ont pris pour nerf, un vaisseau sanguin du limaçon, & des canaux demi circulaires. Le trou du petit nerf qui retourne dans la cavité du crâne, est un trou par lequel le nerf mou se rend au vestibule. Le reste de la description du chirurgien des Noues, est tiré de la distribution de la portion dure à la dure-mere, distribution même que Simoncelli n’avoit vue qu’une seule fois, de l’aveu de Pacchioni & de Valsalva.

Que dirons-nous de la communication de la portion dure du nerf auditif avec les branches de la cinquieme paire qui se distribuent aux parties qui servent à former & à modifier la voix, d’où naît l’accord qu’il y a entre l’ouïe & la parole ? De la communication de la seconde paire vertébrale avec les nerfs de l’oreille externe, au moyen de quoi on tourne la tête au moindre bruit ? Enfin de la communication de ces nerfs avec ceux du cœur & des poumons, qui fait aussi qu’on sent les mêmes altérations dans le pouls & dans la respiration, selon la différence des bruits ? Mais on n’est pas encore d’accord des effets de ces communications ; c’est seulement un système ingénieux pour expliquer les phénomenes de la sympathie qui se rencontre entre toutes les diverses parties de notre corps.

Des jeux de la nature sur l’organe de l’ouïe. Cet organe si composé, est en même tems un de ceux qui fournit le moins de jeux de la nature ; tandis que tous les autres sont imparfaits dans le premier âge, les osselets de l’oreille se trouvent dans les enfans aussi grands & aussi durs que dans les adultes ; & dans l’enfant de neuf mois, ils ont presque acquis leur grandeur, leur forme & leur dureté. Le célebre Ruysch croit avoir vu une fois dans le squelette d’un enfant nouveau-né que ces osselets étoient confusément attachés ensemble contre l’ordre naturel, & c’est une observation rare.

Il arrive plus souvent de rencontrer des enfans qui viennent au monde avec le canal auditif bouché par une petite membrane ; il faut y porter remede, s’il est possible, autrement ces enfans auroient le malheur d’être sourds & muets ; parce que n’entendant pas parler, ils ne pourroient apprendre aucune langue. Quand donc cette membrane est assez en-dehors pour être apperçue, il convient de la percer avec un bistouri, ou l’ouvrir avec la lancette par une incision cruciale ; l’ouverture étant faite, on introduira dans la division une espece de tente pour empêcher qu’elle ne se réunisse. La cure s’exécute ainsi facilement ; mais elle est douloureuse & très difficile, lorsque cette membrane est située bien avant dans l’oreille, parce qu’il est presque impossible de percer ou d’enlever la membrane qui cause la surdité sans offenser celle du tympan. Je ne sai point d’exemple d’opération heureuse dans ce dernier cas. Auteurs. Les anciens anatomistes n’ont point connu les parties intérieures de l’oreille humaine, & j’en trouve la raison, 1°. dans la difficulté de découvrir les diverses parties de cet organe, qui sont la plûpart cachées dans des os très-durs ; 2°. parce que cette administration anatomique est fort embarrassée, & demande d’être variée pour appercevoir tantôt une partie, tantôt l’autre : 3°. parce que ces parties sont très-délicates & très-petites. Mais comme les anatomistes modernes ont eu plus de succès, récapitulons par ordre de date leurs travaux & leurs découvertes.

Vésale donna les vraies figures de deux des osselets internes de l’oreille.

Eustachi a depuis fait connoître le premier la trompe dont il est l’inventeur, l’étrier, le muscle nommé muscle d’Eustachi, la corde du tympan, la portion molle, &c. Voyez son ouvrage de auditûs organis, Romæ 1562, in-8°.

Ingrassias (Jean-Philippe) mort en 1580, âgé de 70 ans, assure qu’il a de son côté découvert à Naples en 1546, l’étrier, troisieme osselet de l’oreille, & qu’il l’a nommé tantôt scapha, & tantôt l’os deltoïde.

Fallope (Gabriel) a rendu de nouveaux services à l’anatomie de cette partie. Il a décrit dans ses observations, l’étrier, l’aqueduc, les deux fenêtres, les canaux demi-circulaires & le limaçon. Il est mort à Padoue en 1563, âgé de 39 ans.

Albertus (Salomon) a le premier décrit la coquille de l’oreille dans son livre intitulé, historia plerarumque humani corporis partium, Witteb. 1583, in-8°.

Fabricius d’Aquapendens a ajouté peu de choses à ses prédécesseurs. Il en a oublié plusieurs qui appartenoient à la gloire de Fallope, & a fait graver d’assez mauvaises figures.

Casserius a pris beaucoup de ses devanciers ; il paroît cependant avoir représenté le premier les muscles obliques & externes du marteau, & d’avoir tâché de s’instruire par l’anatomie comparée. Son histoire anatomique de auris auditus organo a été imprimée pour la premiere fois à Ferrare en 1600, fol. reg. L’auteur est mort en 1605, âgé de 60 ans, & pendant que son maître Aquapendens vivoit encore.

Folius (Cœcilius) passe pour avoir découvert l’apophyse du marteau ; & l’on doit convenir qu’il n’a pas mal décrit les parties du labyrinthe de l’oreille. Son livre intitulé aurium internarum delineatio, a paru Venet. 1645, in-4°.

M. Perault (Claude) a non-seulement traité physiquement la matiere du son, mais il a décrit encore avec exactitude la fabrique de l’organe de l’ouïe. On ne lui a point rendu toute la justice qu’il méritoit ; cependant il n’a rien avancé dans la description de cet organe, qu’après l’avoir vu distinctement. Ses figures sont belles, & faites sur ses propres desseins. Je ne loue pas ses explications, parce qu’elles sont fondées sur des fausses hypotheses. Il a précédé Méry & Duverney dont nous allons parler.

La description de l’oreille de l’homme par Méry vit le jour à Paris en 1681, in 12, avec fig. mais elle ne renferme rien de nouveau.

Il n’en est pas de même du traité de Duverney (Joseph-Guichard). Cet habile homme a le premier fait connoître parfaitement le muscle de l’étrier, les glandes cérumineuses, le limaçon, la portion molle, les canaux demi-circulaires, & plusieurs autres choses qu’il a mises dans tout leur jour. Son ouvrage a été imprimé à Paris en 1683, in-12. C’est la bonne édition ; & les figures qui sont d’une grande beauté, ont fait desirer la publication de tout ce qu’il avoit composé sur les autres sens.

Shellammer (Christophorus) a lu avec fruit les auteurs qui l’ont précédé, & a joint dans son ouvrage la Physique à l’Anatomie ; mais il a fait dans ce dernier genre quelques fautes grossieres, entr’autres sur la corde du tambour & les canaux demi-circulaires. Son livre intitulé de auditu liber unus, a été publié à Leyde en 1684, in-8°.

Valsalva, né à Imola en 1666, a fait aussi des merveilles sur cette partie. Il a trouvé les petits muscles de l’oreille, a rétabli la structure & les muscles de la trompe, & y en a ajouté un troisieme nommé le palato-salpingée ; il a pris plus exactement la dimension des canaux demi-circulaires, & a considérablement augmenté la physiologie de l’oreille. Il a relevé quelques fautes de Duverney, & en a fait aussi lui-même ; tant la structure de cet organe est délicate & cachée ! La premiere & la belle édition du traité de Valsalva parut Bonon. 1704, in-4°. avec fig.

Vieussens (Raymond) a mis au jour son traité de la structure du cœur & de l’oreille à Toulouse en 1714, in-4°. avec fig. Ce livre est devenu rare ; cependant l’auteur, dans son traité de l’oreille, n’est guere que le copiste de Duverney ; ses descriptions mêmes sont embrouillées, & de plus ses figures sont obscures & mal gravées.

M. Winslow ne doit pas craindre un tel reproche ; car on trouve dans sa description de l’oreille l’ordre, la netteté, la précision & l’exactitude qui brillent par-tout dans son anatomie.

Cassebhom (Joan. Frid) est le dernier écrivain qui ait fait un traité exprès sur l’oreille de l’homme. Il est imprimé en latin, Francof. 1734, in-4°. avec fig. c’est un bon recueil, mais qui renferme peu de choses au-delà des découvertes de Duverney & de Valsalva.

A tous ces auteurs, on joindra les observations de Morgagni, de Manfredi, de Santorini & autres, répandues dans les mémoires de l’académ. des Sciences, & dans les Transactions philosophiques. Enfin les curieux savent que Ruysch, Albinus, Nicholls ont fait de leur côté de belles préparations & injections de diverses parties de l’oreille.

Quelques anatomistes, comme M. Hunauld, ont essayé de faciliter la connoissance de l’organe de l’ouïe en taillant des coupes d’os de grandeur double, triple ou quatruple de toutes les parties de l’oreille. M. Martiani, médecin sicilien, eut l’honneur de présenter en 1743 à l’académie des Sciences de semblables coupes artistement sculptées en bois de tilleul, au nombre de sept, qu’on peut voir au cabinet du roi, & dont M. Daubanton a donné l’explication & les figures dans le troisieme tome de l’explication de ce cabinet.

En un mot, les modernes n’ont rien oublié pour nous procurer des connoissances de l’organe de l’ouïe, mais s’ils sont parvenus à exciter notre admiration sur son artifice, ils n’ont pas été assez heureux pour le dévoiler un peu complettement, & selon toute apparence on n’y parviendra jamais. (Le Chevalier de Jaucourt.)

Oreille, les maladies chirurgicales de l’oreille ne sont pas en grand nombre, elles méritent cependant une attention particuliere : si elles étoient plus nombreuses, il s’éleveroit sûrement une espece de chirurgiens pour les traiter exclusivement, comme les maladies des yeux. Le conduit de l’oreille peut être bouché par vice de conformation par une membrane. Si cette cloison est profondément située dans le conduit auditif, il faut de la prudence pour y porter l’instrument tranchant. Si elle est superficielle, on la fend sans grand inconvénient. Il faut faire l’incision cruciale, & mettre dans le conduit une tente de charpie pour écarter les lambeaux de la membrane, jusqu’à ce que la consolidation des plaies soit faite.

Il arrive quelquefois à la suite des abscès de l’oreille, des excroissances charnues qu’il faut détruire. Fabrice de Hilden fait mention d’une caroncule de cette nature, qu’il a extirpée en partie. Les racines étoient trop profondes pour pouvoir être saisies avec des pincettes, il se servit de caustiques portés avec la plus grande circonspection au moyen d’une bougie, & parvint à détruire le principe du mal.

Les corps étrangers qui s’insinuent dans le conduit de l’oreille y causent quelquefois des douleurs extraordinaires, qui excitent même le délire & des convulsions. Le même Fabrice de Hilden a tiré, au bout de huit ans, une boule de verre qui avoit été la cause de symptômes très formidables. Il se servit d’une curette, après avoir coulé de l’huile dans l’oreille pour graisser le passage. On pourroit se servir de tire-fonds pour l’extraction de corps étrangers qui en permettroient l’usage. Il ne faut point employer des pincettes ni d’autres instrumens contre les insectes qui sont dans les oreilles : on les fait avancer vers la membrane du tambour, où ils excitent par le chatouillement des douleurs excessives. Il est plus convenable d’injecter de l’huile ou de l’esprit-de-vin dans l’oreille pour faire mourir l’animal. On le retire après si l’injection ne le fait pas sortir.

Bien des gens sont sourds par une cause toute naturelle : c’est la réplétion du conduit auditif par l’humeur cérumineuse qu’on y a laissé accumuler, & qui s’y est endurcie. L’huile d’amandes ameres tiede fond peu à-peu cette matiere, & on la détache avec une curette des parois du conduit. La plûpart des cures de surdité faites par le moyen des injections, n’ont été que l’effet de la désopilation du conduit, & de l’extraction de la matiere cérumineuse, qui semble quelquefois pétrifiée.

On injecte dans l’oreille des liqueurs anodynes, mondifiantes, résolutives, détersives, &c. Pour remplir différentes indications dans les ulcérations de l’oreille, avec ou sans carie, nous parlerons des injections par la trompe d’Eustache, à la suite du mot anatomique Trompe.

Nous ne ferons point mention de la cautérisation du cartilage antifrage de l’oreille contre la douleur des dents, parce que c’est un remede très-infidelle, qui peut bien dissiper pour un tems très-court l’odontalgie, mais qui ne peut absolument être curatif. Voyez Odontalgie.

Nous renvoyonsl’explication des instrumens acoustiques au mot Surdité. (Y)

Oreille, (Seméiotique.) Les signes que les oreilles peuvent fournir, se tirent ou de l’état extérieur de ces parties, ou des phénomenes relatifs à leur usage, c’est-à-dire, à l’ouïe : nous allons détailler les premiers, les autres seront exposés aux articles Ouïe & Surdité. Les oreilles froides, transparentes & resserrées, annoncent une mort prochaine ; Hippocr. aphor. 14. lib. VIII. L’inversion des lobes est aussi un mauvais signe ; progn. lib. I. n°. 3. Tel est l’état des oreilles dans cette funeste altération du visage, qu’on appelle face hippocratique. Une douleur opiniâtre d’oreille avec une fievre aiguë & quelque autre signe peu favorable, indique la mort dans sept jours pour les jeunes gens, & même plutôt s’ils sont dans le délire, à moins qu’il ne sorte beaucoup du pus par les oreilles, ou du sang par le nez, ou qu’il ne paroisse quelque bon signe : les vieillards dans qui ces accidens se rencontrent, n’ont pas à craindre une mort si assurée & si prochaine, soit parce que ces douleurs leur sont plus familieres, comme Hippocrate le remarque ailleurs, soit parce que les oreilles leur suppurent plutôt & qu’ils délirent moins ; cependant plusieurs éprouvent en conséquence des rechûtes auxquelles ils succombent ; coac. prænot. cap. v. n°. 1 & 11. Les rougeurs qui surviennent aux douleurs d’oreille pendant les fievres, dénotent une érésipelle future au visage, ou quelquefois elles précedent des convulsions avec exsolution & interception de voix, n°. 12. Les tumeurs aux oreilles, à la suite des excrétions fétides, paroissant trop tard, avec une fievre aiguë & tension des hypocondres, sont un signe mortel ; celles qui viennent dans de légeres paralysies, sont aussi mauvaises : s’il en survient dans le cours des maladies chroniques qui ne suppurent pas, on doit s’attendre à la mort du malade ; il arrive souvent alors que le ventre se lâche ; les douleurs de tête n’accompagnent elles pas la formation des abscès à l’oreille ? les malades dans ce cas ne suent-ils pas par les parties supérieures ? n’ont-ils pas par-dessus des frissons ? le sommeil ne se joint-il pas au dévoiement ? les urines ne sont-elles pas aqueuses, variées, fétides, remplies de nuages blanchâtres ? coac. prænot. n°. 13, 15. Toutes ces questions qu’Hippocrate paroît faire, & qu’il ne décide pas, sont autant de faits qu’il a vû arriver quelquefois, mais qui ont besoin de nouvelles observations pour être décidées & pour avoir la force d’aphorismes.

Si ces abscès, ou ces tumeurs suppurées qui viennent aux oreilles dans les maladies longues, ne fournissent pas un pus légitime, bien blanc, & entierement dépourvû d’odeur, la mort est assurée & surtout dans les femmes. Ces abscès sont plus familiers dans les maladies aiguës & dans les fievres ardentes ; mais si, lorsqu’ils paroissent, la maladie ne cesse pas, s’ils ne viennent pas tout de suite à maturation, ou s’il n’y a point d’hémorrhagie du nez, ou si les urines ne contiennent pas un sédiment épais, le malade est dans un danger pressant, la plûpart de ces tumeurs s’affaissent ; cependant, pour régler son pronostic, il faut examiner si la maladie augmente ou diminue. Pendant que ces abscès aux oreilles persistent, l’excrétion des urines est mauvaise, & le frisson qui survient est très-dangereux ; la toux qui est accompagnée d’expectoration, sur venant à ces abscès, les dissipe plus favorablement. Id. ibid. n°. 16, 19. (m)

Oreille d’ane, (Botan.) nom vulgaire de la grande consoude, voyez Consoude, (Botan.)

Oreille de judas, (Botan.) espece de champignon, nommé par Tournefort agaricus auriculoe forma, I. R. H. & représenté par Micheli, tab. LXVI. fig. premiere, est une substance fongueuse, qui croît au-bas du tronc des vieux sureaux. Cette substance est unie & n’est percée d’aucun trou. Elle est spongieuse, coriace, membraneuse, repliée comme une oreille ; blanchâtre, grise en-dessous, noirâtre en-dessus, sans odeur, d’un goût de terre, & insipide ; elle est portée sur une queue très courte, ou plutôt elle n’en a point du tout ; mais elle est attachée à la souche de l’arbre. Quelquefois ce champignon est unique, quelquefois il est double. On lui donne, comme aux autres champignons, des qualités astringentes & dessicatives. (D. J.)

Oreille de lievre, (Botan.) par les Botanistes, bupleuron ; voyez Perce-feuille, (Botan.)

Oreille d’ours, (Hist. nat. Botan.) auricula ursi, genre de plante à fleur monopétale, en forme d’entonnoir profondément découpée. Le pistil sort du calice, il est attaché comme un clou à la partie inférieure de la fleur, & il devient dans la suite un fruit rond & enveloppé en partie par le calice de la fleur. Ce fruit s’ouvre par la pointe, & renferme plusieurs semences attachées à un placenta. Tournefort, inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

Ce genre de plante se nomme en anglois comme en françois bear’s-ear. Tournefort en compte vingt-sept especes qui produisent des variétés sans fin ; la plus commune auricula ursi, flore luteo. I. R. H. 120. pousse de sa racine de grandes feuilles, polies, grasses, tantôt dentelées, tantôt entieres, d’un goût amer. Il s’éleve d’entr’elles des tiges qui portent à leurs sommités des fleurs jaunes, exhalant une odeur douce & mielleuse. Chaque fleur est un tuyau évasé en entonnoir, à pavillon découpé en cinq ou six parties. Ses semences sont menues, de couleur brune, renfermées dans un fruit presque rond. Sa racine est grosse, garnie de fibres blanches. Le suc qu’on tire de sa fleur est un fort bon cosmétique. Elle croît naturellement sur les montagnes dans la Styrie, le Tirol, la Savoie, la Suisse, & autres lieux ; on la cultive beaucoup dans nos jardins. Voyez donc Oreille d’ours, Jardin. (D. J.)

Les oreilles d’ours sont très-précieuses aux curieux, tant par leurs variétés, que par l’excellence de leur odeur. Elles fleurissent en Avril, & sont pendant ce mois dans toute leur force. Les Hollandois en font leurs délices, & les Anglois ont décoré leurs nombreuses especes par les noms des personnes de la premiere qualité ; mais comme il arrive que telle espece d’oreille d’ours aujourd’hui fort recherchée, le soit peu l’année suivante, à cause qu’il en paroît sans cesse de nouvelles especes, je vais indiquer les marques estimables de cette fleur.

Une belle oreille d’ours doit, selon Miller & Bradley, se connoître à ces marques : 1°. la tige à fleur doit être forte & de résistance ; 2°. les pédicules des fleurs doivent être courts, & capables de soutenir la fleur bien droite ; 3°. le tuyau ou col de chaque fleur doit être bien court ; 4°. les fleurs doivent être grandes & régulieres ; 5°. leurs couleurs doivent être vives & bien mêlées ; 6°. leur œil doit être grand, rond, & d’un beau blanc ; 7°. leurs fleurs doivent s’étendre à plat, & ne jamais former le godet ; 8°. il faut qu’il y ait une bonne quantité de fleurs également étendues sur la tige.

Une oreille d’ours qui a ces perfections est toûjours belle ; ce n’est que de celles-là dont il s’agit de conserver la graine pour en semer & perpétuer d’autres, si on veut bien réussir. Les graines de cette fleur doivent être recueillies aussi-tôt que les tiges sont jaunes, & les gousses parvenues à leur grosseur. Lorsque l’on veut conserver leurs graines, aussi-bien que celles de toutes les autres plantes, Bradley conseille d’arracher toutes les gousses avec la tige, & de les garder dans cet état jusqu’au moment de les semer. Rien ne contribue tant à la force & à la vigueur des plantes qu’on veut multiplier de graine, que la bonne méthode de conserver les graines jusqu’au tems de la semaille, & rien ne peut nous donner de meilleures instructions, à cet égard, que la nature elle-même.

La graine d’oreille d’ours doit être recueillie dans une matinée seche, & être exposée pendant un couple de mois au soleil, quelques heures par jour, sur des feuilles de papier, jusqu’à ce qu’elle soit hors d’état de moisir. Pour-lors on la tient dans des en droits fort secs jusqu’au mois de Février, auquel tems il faut la nettoyer & la semer de la maniere suivante.

Préparez une caisse de bois de chêne ou de sapin de quatre piés de longueur, de deux de largeur, & de six de profondeur, dont le fond soit percé de trous éloignés de six pouces les uns des autres. Mettez dans cette caisse de la terre de potager bien criblée & du terreau de couche, autant de l’un que de l’autre, & mêlez-les bien. Ensuite on seme la graine sans la recouvrir de terre, on se contente de la presser sur la terre avec un bout de planche, afin de l’affaisser de maniere que la terre soit au-dessus des bords de la caisse ; alors, dans les arrosemens, la graine qui est légere ne passe point par dessus les bords. Cette pépiniere ne doit jamais être seche, car sans une continuelle humidité la graine ne leveroit pas. On couvrira cette caisse avec un réseau, afin que les oiseaux ne viennent pas la détruire. Depuis le tems qu’on la seme jusqu’au commencement d’Avril, il faut placer la caisse dans un endroit à l’ombre, de peur que le soleil ne desseche les jeunes plantes. S’il arrivoit faute d’arroser que la graine ne levât pas la premiere année, il faudroit conserver la caisse jusqu’à l’année suivante, & on en aura surement une bonne récolte.

Ces plantes venues de graine, seront assez fortes pour être transplantées aux mois de Juillet ou Août suivans, à environ quatre pouces de distance dans des carreaux de terre légere bien criblée, à un endroit où elles n’aient que le soleil du matin. Il est à propos même de les défendre de la chaleur pendant quinze jours après les avoir plantées. Au mois d’Avril suivant, on peut espérer que quelques-unes commenceront à fleurir. Pour-lors si elles ont les qualités dont on a parlé, on les transplante dans des pots, remplis ou d’une demi-charge de sable de mer, d’une charge de terre franche, & d’une charge de terre à melon, le tout passe par le crible ; ou d’une terre franche sablonneuse à laquelle on ajoute une égale quantité de terre à melon, le tout mêlé ensemble & criblé. Au reste, toutes les terres composées & les mêlanges doivent rester quelque tems en monceaux, afin que leurs différentes parties puissent s’incorporer bien ensemble avant que l’on en fasse usage. Il nous reste à parler de la maniere de faire fleurir les oreilles d’ours : la voici.

Mettez des pots sur des tablettes les uns au-dessus des autres, dans un endroit du jardin où ils ne puissent avoir que le soleil du matin ; à mesure que ces fleurs se couvrent d’une espece de duvet velouté, qui contribue beaucoup à en augmenter la beauté, il faut les couvrir pendant les pluies, qui seroient capables de détruire ce duvet & de fanner leurs couleurs. La saison favorable pour diviser leurs racines, est lorsqu’elles sont en fleur, ou vers la fin du mois de Juillet.

Les curieux fleuristes sont avertis de ne pas donner trop d’humidité en hiver aux oreilles d’ours, d’en enlever sans cesse les feuilles pourries, de ne pas laisser passer à ces fleurs le mois de Janvier, sans ôter la terre usée d’autour des racines, & de remplir les pots de nouvelle terre préparée. Enfin, on peut consulter dans ce pays un traité fort détaillé sur la culture de l’oreille d’ours. Il est imprimé à Paris, en 1745, en 2 vol. in-12. (D. J.)

Oreille de rat, (Botan.) voyez Piloselle, (Botan.)

Oreille de souris, myosotis, genre de plante à fleur en rose, composée de plusieurs pétales disposées en rond. Le pistil sort du calice & devient dans la suite un fruit qui ressemble à une corne de bœuf, & qui s’ouvre par la pointe ; il renferme de petites semences, le plus souvent arrondies & attachées à un placenta. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

Oreille de souris (Mat. médic.) oreille de rat, piloselle, est très-amere ; elle est comptée parmi les plantes astringentes, vulnéraires, & détersives. Les Medecins botanistes vantent beaucoup son extrait & son suc pour la guérison des ulceres internes, & sur tout de la phthisie & de la dissenterie. Ils recommandent aussi ce remede comme capable de nettoyer les reins & la vessie des petits graviers qui occasionnent plusieurs maladies graves de ces organes, & pour guérir la jaunisse, les obstructions, les rétentions de regles, &c. Ils donnent pour un remede éprouvé contre la fievre tierce une forte infusion de cette plante dans le vin blanc prise à la dose d’environ huit onces, une heure avant l’accès.

Les feuilles d’oreille de souris entrent dans le baume vulnéraire de la pharmacopée de Paris, & en sont un ingrédient inutile. (b)

Oreille, (Conchyl.) on appelle oreille en Conchyologie, une ou deux parties plates & saillantes de celles de la charniere d’une coquille, sur-tout de celle qui est nommée peigne. Il faut distinguer les oreilles des aîles ; car aîles se dit de l’extension d’une des levres de la bouche d’une coquille ; on dit, par exemple, un murex aîlé, & l’on ne doit pas prendre cette aîle pour une oreille. (D. J.)

Oreille de mer, (Conchyliol.) nom que l’on a donné à un genre de coquillage de la classe des univalves, à cause de la grande ressemblance qu’il a par sa forme avec l’oreille de l’homme ; on ne le trouve en France que sur les côtes de Bretagne, il se tient de même que le lepas attaché contre les rochers ; sa coquille est percée de sept trous pour l’ordinaire. Tant qu’il est jeune, il y en a moins ; mais à mesure que la coquille augmente, il se forme un nouveau trou. Voyez Coquillage & Coquilles.

Aldrovandus & Rondelet ont appellé l’oreille de mer, patella fera ; ce qui la confond avec la patelle : ils l’ont mise encore parmi les bivalves, quoique rien ne fût plus opposé.

Son nom françois lui vient de sa ressemblance avec l’oreille humaine : il y a des endroits où on l’appelle ormier ; Bélon la nomme le grand bourdin ; & les Hollandois, stockfiche.

Les oreilles de mer donnent quelquefois de petites perles, dont on voit les semences dans le milieu de leur cavité, qui présente un fort bel orient. Cette partie est traversée dessus & dessous par de grandes rides ou des ondes, qui se terminent en-dehors à un œil formant une espece de volute, avec un rebord applati d’un côté, & de l’autre tout uni. Les oreilles ont un rang de trous ronds, dont il y en a ordinairement six d’ouverts. Quand le poisson veut augmenter sa coquille pour couvrir l’augmentation de sa chair, il fait un nouveau trou & en ferme un autre.

Lister met l’oreille de mer parmi les turbinées ou contournées : il dit, turbinatorum more claviculatim contorquetur, adeò ut ab aliquibus univalvibus malè annumerata est. Sur ce principe, toutes les coquilles seront turbinées, jusqu’à la porcelaine, qui a une pyramide ou clavicule contournée, qui est applatie, & qui rentre en elle-même vers son sommet.

Parmi les diverses especes d’oreilles de mer, on compte 1°. l’oreille percée à six trous ; 2°. la polie ; 3°. la verte ; 4°. la rougeâtre ; 5°. celle qui est tachetée de brun & de verd ; 6°. de forme longue ; 7°. l’oreille de mer sans trous & qui n’est point nacrée, ayant une volute en-dedans détachée de son bord.

Ce coquillage n’est pas moins connu que le lepas ; mais il ne se trouve pas si communément : nous ne l’avons en France que sur les côtes de Bretagne. Le poisson de cette coquille est ordinairement attaché au rocher à fleur d’eau, & s’y tient si fortement cramponné, qu’on a encore plus de peine à détacher sa coquille que le lepas. Il meurt incontinent après qu’on l’a détaché du rocher ; il fait quelques mouvemens, en alongeant sa tête & ses barbes qui sont au-haut de sa circonférence. Sa chair est jaunâtre & bonne à manger. On lui remarque une tête ronde, tranchée sur le dessus, avec une bouche garnie de quatre cornes, dont deux plus grandes sont peu distantes des deux autres. Les deux yeux ou points noirs sont placés au sommet des deux plus petites cornes.

Il rend ses excrémens par les trous qui sont sur la superficie de sa coquille ; & ses principaux visceres sont logés sur la bordure. Lorsqu’il est en marche, son pié déborde beaucoup la superficie de sa coquille qui est revêtue de légers sillons, lesquels tournent autour de la robe en forme de deux rangs fraisés, & vont se perdre au sommet. Sa couleur ordinairement très-variée est d’un cendré noir ; mais il y en a de vertes, de rougeâtres, avec une très-belle nacre en-dedans. Dargenville, Conchyliologie. (D. J.)

Oreille, (Critique sacrée.) ce mot se prend d’ordinaire métaphoriquement dans l’Ecriture : il signifie quelquefois exaucer. Verba mea auribus percipe Domine, Ps. v. i. Seigneur, exaucez nos prieres. 2°. Il signifie un entier dévouement : Sacrificium & oblationem noluisti, aures autem perfecisti mihi, Ps. xxxix. 7. Vous n’avez voulu ni sacrifice ni oblation, mais vous m’avez donné des oreilles parfaites. L’hébreu porte fodisti, par allusion à la coutume de percer avec une aleine l’oreille du serviteur, qui renonçoit au privilege de l’année sabbatique, & se consacroit au service de son maître pour toujours. 3°. Aures zeli audit omnia, Sap. j. 10. L’oreille de Dieu, qui s’appelle un Dieu jaloux, entend tout. 4°. Revelare aurem, déclarer une chose inconnue. Si perseveraveris, revelabo aurem tuam, I. Regum, xx. 13. Si le mauvais dessein de mon pere continue toujours contre vous, je vous en donnerai avis, dit Jonathas à David. 5°. Erigere aurem, exciter à entendre avec docilité. Erigit mihi aurem, ut audiam quasi magistrum, Is. l. 4. Le Seigneur me touche l’oreille, afin que je l’écoute comme un maître. 6°. Le Seigneur dit à Isaïe : laissez l’oreille de ce peuple s’appésantir, c’est-à-dire, laissez-le endurcir son cœur. (D. J.)

Oreilles de l’ancre, (Marine.) c’est la largeur des pattes de l’ancre. Voyez Ancre. (Q)

Oreille de lievre, (Marine.) une voile appareillée en oreille de lievre est une voile latine, ou à tiers point ; ce qui la rend différente des voiles à traits quarrés. (Q)

Oreille, terme d’Arts & de Métiers ; il y a quantité de chose dans les Arts & Métiers auxquelles les ouvriers donnent ordinairement le nom d’oreilles, soit parce qu’elles ont quelque sorte de ressemblance, bien qu’éloignées avec les oreilles naturelles, soit seulement à cause qu’elles sont doubles comme elles.

Les oreilles d’un ancre sont les deux bouts plats & pointus faits en langue de chat, qu’on appelle aussi pattes, qui lui servent à mordre & à tenir dans le sable.

Les oreilles d’un minot à mesurer les grains, sont les deux pieces plates qui sont attachées au ceintre pour y affermir la potence.

Les oreilles d’un chaudron, d’un sceau, d’une marmite, sont les morceaux de fer plat, dans lesquels l’anse est mobile.

On dit aussi les oreilles d’une écuelle, les oreilles d’un soulier, les oreilles d’un peigne, les oreilles d’un ballot, & quelques autres. Comme celles du peigne & du ballot semblent plus considérables que les autres par rapport au commerce ; l’on en a fait des articles particuliers. Savary. (D. J.)

Oreilles, (Hydr.) on dit les oreilles ou les oreillons d’une piece d’eau en miroir ; ce sont les petites parties échancrées & en retour, qui se joignent à celles qui sont ceintrées.

Oreille, terme d’Architecture, est le racord de deux moulures, qui tend à former un angle droit, par une forme circulaire de quart de cercle, soit en-dedans, soit en-dehors.

Oreille, (partie du métier à bas.) Voyez à Bas, Métier a bas.

Oreille, en terme de Bourserie, ce sont de petits tirans qui tiennent au dos d’un étui à livre, & qui en couvre la tranche jusque sous la patte de l’étui. Voyez Patte.

Oreille de charrue, (Agriculture.) les Laboureurs appellent ainsi la partie de la charrue à laquelle est attaché le soc, & qui sert pour tourner la terre que le soc a fendue. En plusieurs endroits l’oreille de la charrue est un petit ais triangulaire qui s’applique à la partie où se met le soc ; en sorte que par sa pointe il y sort attaché avec un crochet de fer qui est à cette pointe, & que l’on engage dans un anneau qui est proche du soc ; par l’autre bout elle s’en éloigne au moyen d’une cheville de bois, longue d’environ un pié. Ainsi l’oreille fait un angle aigu avec la partie de la charrue qui porte le soc. Cette oreille est mobile, & se met tantôt d’un côté, & tantôt d’un autre. On la change quand le sillon est achevé, & que l’on veut tourner pour en commencer un autre, afin qu’elle soit toujours en-dedans des sillons. Dans d’autres endroits, c’est la partie postérieure du bois même auquel le soc se met, & que l’on peut appeller le manche du soc, qui s’élargit, mais qui est immobile. Alors il faut labourer à deux rangs de sillons, l’un à droite, & l’autre à gauche, afin que cette oreille, qui ne se peut changer, soit toujours en-dedans du sillon, & qu’elle rejette sur les sillons déja tracés, & non pas sur la terre non encore labourée, celle que le soc coupe à mesure qu’il avance. Voyez les Pl. d’Agricul. (D. J.)

Oreille de frisquette, terme d’Imprimerie. Voyez Languette.

Oreilles, terme d’emballeur, ce sont des morceaux de toile qu’on ménage aux quatre coins d’un ballot ou d’une balle, lorsqu’on en fait l’emballage, afin que les crocheteurs, forts, ou gagne-deniers, qui ont coutume de les charger ou décharger, ayent plus de prise pour les remuer & changer de place. On leur a donné le nom d’oreilles, parce qu’en effet ils ont quelque ressemblance avec celles des animaux qui les ont les plus grandes.

Oreilles, (Luth.) ce sont dans les jeux de l’orgue de petites lames de plomb ed, fig. 32. Pl. d’orgue, minces & flexibles, que l’on soude aux deux côtés de la bouche des tuyaux bouchés & à cheminées, & qui servent à les accorder. On fait baisser les tuyaux de ton en inclinant les oreilles vers la bouche ; ce qui alonge le chemin que le vent qui anime le tuyau est obligé de faire avant de frapper l’air extérieur, & diminue la fréquence de ces vibrations. Au contraire, lorsqu’on écarte les oreilles, le chemin que le vent qui remplit le tuyau doit faire est d’autant racourci, & qu’à vîtesse égale, les tems sont comme les espaces à parcourir. La fréquence des vibrations de l’air est augmentée, ce qui fait hausser le tuyau de ton. Au moyen de ces deux opérations, il est facile d’accorder tel tuyau que l’on veut ; car s’il est trop bas, en levant les oreilles petit-à-petit, on le fait facilement venir à l’accord qu’il doit faire. Si au contraire il est trop haut, on le fera baisser on ouvrant les oreilles jusqu’à ce qu’il soit d’accord. Voyez Partition.

Oreille, (Maréchallerie.) les oreilles du cheval doivent être petites, placées haut & droites. Boiteux de l’oreille, voyez Boiteux. Redresser les oreilles, voyez Redresser. Regarder entre les deux oreilles, voyez Regarder. Couper les oreilles, voyez Couper. Aller de l’oreille, voyez Aller. Le bouquet sur l’oreille, est une marque que l’on met à l’oreille d’un cheval pour marquer qu’il est à vendre.

Oreilles, (Menuiserie.) sont les pieces qu’on met dans les angles pour les arrondir.

Oreille, en terme de Potier, c’est une espece de manche qui ne differe du manche proprement dit, que par sa forme qui est applatie & arrondie sur le bout extérieur, l’oreille a le même usage que le manche. Voyez Manche.

Oreilles, (Serrurerie.) parties saillantes qu’on laisse excéder le corps de l’ouvrage, & qui servent de guides à une autre piece, comme dans les cadenats d’Allemagne, les quatre éminences qui sont sur la tête du cadenat, entre lesquelles passent les branches du crampon.

Oreilles, (Blason.) ce sont deux petites pointes qui sont au-haut des grandes coquilles, comme à celles de saint Jacques. Ce mot se dit encore des grandes coquilles quand elles ont des oreilles aussi d’émail différent. Menétrier. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « oreille »

Du moyen français oreille, de l’ancien français oreille (c. 1100), aurelia (Xe siècle), du latin populaire auriculă (« oreille », « bout de l’oreille » ; « anse de cruche »), diminutif du latin classique auris (« oreille »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, éraille, éreille, areille, eraile ; bourguig. airoaille, oraille ; provenç. aurelha ; catal. aurella ; espagn. oreja ; portug. orelha ; ital. orecchia ; bas-lat. oricula (auriculas, quas rustici dicebant oriculas, POMP. FESTUS) ; du latin auricula, diminutif de auris, oreille (voy. OUÏR). Auris est pour ausis ; comparez le grec οὖς, ὠτὸς ; goth. auso, oreille, hausjan, ouïr ; allem. hören, entendre, Ohr, oreille.

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : Oricla était aussi une forme populaire, que le grammairien Probus condamne, recommandant de prononcer auris.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « oreille »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
oreille ɔrɛj

Citations contenant le mot « oreille »

  • Lorsque l’amour peut entrer dans l’oreille, il est bientôt au fond du coeur. De Anonyme
  • Si quelqu'un a des oreilles, qu'il voie, si quelqu'un a des yeux, qu'il entende. Hans ArpJean Arp, Jours effeuillés, Gallimard
  • Un secret a toujours la forme d'une oreille. Jean Cocteau, Le Rappel à l'ordre, Stock
  • Ventre affamé n'a point d'oreilles. Jean de La Fontaine, Fables, le Milan et le Rossignol
  • Je tiens le loup par les oreilles. Térence en latin Publius Terentius Afer, Phormion, III, 2
  • Écoutez donc ceci, peuple stupide et irréfléchi : avec leurs yeux, ils ne voient rien, avec leurs oreilles, ils n'entendent rien ! , Ancien Testament, Jérémie V, 21
  • Elles* ont une bouche et ne parlent pas, elles ont des yeux et ne voient pas, elles ont des oreilles et n'entendent pas. , Ancien Testament, Psaumes CXV, 5-6
  • Que celui qui a des oreilles entende ! , Évangile selon saint Matthieu, XIII, 9
  • A coup de langue écu d’oreille. De Proverbe français
  • Chien hargneux a toujours l’oreille déchirée. De Jean de La Fontaine / Le Chien à qui l’on a coupé les oreilles
  • Au sourd, l’oeil sert d’oreille. De Proverbe italien
  • Pour certains, la culture est une boucle d’oreille. Pour d’autres, c’est une oreille. De Jean-Claude Carrière / Détails de ce monde
  • L'oreille est le chemin du coeur. De Voltaire
  • Le bouche à oreille est le meilleur des médias. De Bill Bernbach
  • L’oreille n’est rien de plus qu’une porte. De Proverbe créole
  • L'oreille distraite est l'organe du malentendu. De Albert Brie / Le Mot du silencieux
  • Femme qui prête l'oreille prêtera bientôt autre chose. De Paul-Louis Courier / Correspondance
  • Le glas, un son pour chaque oreille de morts. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Fermons l'oreille aux aboiements de la critique. De Georges-Louis Leclerc de Buffon / Discours à l'Académie
  • Quand votre oreille gauche Grand éloge de vous on fait. Quand bourdonne votre oreille droite Votre éloge est mis de côté. De Proverbe breton
  • Prête l’oreille à tous, mais tes paroles au petit nombre. De William Shakespeare / Hamlet
  • Parfois, elles grattent et chatouillent. Alors certains ne résistent pas à l’envie d’y mettre le doigt. Organe de l’ouïe et élément primordial de notre équilibre, l’oreille est aussi une petite usine à crottes. Elle produit au quotidien le cérumen, qui recouvre la peau fine de nos conduits auditifs. , C'est un peu cracra : C'est jaune et ça fait les oreilles sales, mais à quoi sert le cérumen ?
  • Quelques jours plus tôt, en Moselle. Même scénario ou presque. Ici c’est un cheval de quatre ans qui a reçu un grand coup sur la tête avant de mourir. Idem, il a été retrouvé, une oreille en moins. Fin juin, d’autres enquêtes ont été ouvertes pour des histoires similaires dans la Somme, l’Aisne et le Puy-de-Dôme. Au total, depuis décembre 2018, on compte ainsi 11 cas de chevaux retrouvés morts et mutilés, dont une majorité avec l’oreille droite sectionnée. Alors quoi ? Que se passe-t-il ? LA VDN, Au moins onze chevaux ont été tués en France avec une oreille droite coupée, et le mystère s’épaissit
  • L'expression « tendre l'oreille » est, bien entendue, imagée, car nos oreilles restent bel et bien fixées sur notre crâne. Mais est-ce bien certain ? De nombreux animaux, comme le chat, le chien, le cheval ou le lapin, bougent leurs oreilles en fonction des sons qui attirent leur attention. Des chercheurs allemands viennent aujourd'hui de découvrir que c'est également le cas pour les humains : comme ces animaux, nos oreilles s'orientent de façon imperceptible en direction du son. Futura, Brève | Comme les chats, les humains remuent les oreilles pour mieux entendre

Images d'illustration du mot « oreille »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « oreille »

Langue Traduction
Anglais hear
Espagnol oír
Italien sentire
Allemand hören
Chinois
Arabe سمع
Portugais ouvir
Russe заслушивать
Japonais 聞く
Basque entzun
Corse senti
Source : Google Translate API

Synonymes de « oreille »

Source : synonymes de oreille sur lebonsynonyme.fr
Partager