La langue française

Orillon

Définitions du mot « orillon »

Trésor de la Langue Française informatisé

ORILLON, subst. masc.

A. − Vieilli. Partie saillante d'un objet rappelant une oreille. Synon. oreille, oreillette, oreillon.Écuelle à orillons (Chesn. t.2 1858). Orillons d'une charrue (Ac. 1798-1835).
B. − FORTIF. ,,Saillie arrondie que forme sur le flanc la face d'un bastion`` (Chabat 1881). Inventé par les Italiens, le système des orillons a été appliqué par Vauban, mais on y a renoncé aujourd'hui parce qu'il gêne les feux de flanc (Chabat 1881).
Prononc. et Orth.: [ɔ ʀijɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. V. oreillon. Bbg. Archit. 1972, p.165.

Trésor de la Langue Française informatisé

ORILLON, subst. masc.

A. − Vieilli. Partie saillante d'un objet rappelant une oreille. Synon. oreille, oreillette, oreillon.Écuelle à orillons (Chesn. t.2 1858). Orillons d'une charrue (Ac. 1798-1835).
B. − FORTIF. ,,Saillie arrondie que forme sur le flanc la face d'un bastion`` (Chabat 1881). Inventé par les Italiens, le système des orillons a été appliqué par Vauban, mais on y a renoncé aujourd'hui parce qu'il gêne les feux de flanc (Chabat 1881).
Prononc. et Orth.: [ɔ ʀijɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. V. oreillon. Bbg. Archit. 1972, p.165.

Wiktionnaire

Nom commun

orillon \ɔ.ʁi.jɔ̃\ masculin

  1. (Figuré) Partie de quelque chose ressemblant à une petite oreille.
    • Un bol à orillons.
    • Les orillons d’une charrue, les pièces de bois qui accompagnent le soc de la charrue pour verser hors du sillon la terre enlevée par le soc.
  2. (Plomberie) Tenons qui environnent le pourtour d'une chaudière.
  3. (Architecture) Dans une fortification à la Vauban, angle d'épaule d'un bastion qui fait saillie.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ORILLON. (ILLON se prononce IYON.) n. m.
Petite oreille. Il n'est d'usage qu'au figuré. Ainsi on dit : Les orillons d'une charrue, Les pièces de bois qui accompagnent le soc de la charrue pour verser hors du sillon la terre enlevée par le soc.

Littré (1872-1877)

ORILLON (o-ri-llon, ll mouillées) s. m.
  • 1Appendice en forme d'oreille.
  • 2Les orillons d'une charrue, les pièces de bois qui accompagnent le soc de la charrue. Aux deux côtés du soc de larges orillons En écartant la terre exhaussent les sillons, Delille, Géorg. I.
  • 3Écuelle à orillons, écuelle à oreille.
  • 4 Terme de fortification. Bastion à orillons, bastion aux côtés duquel il y a des avances, des épaulements de figure ronde ou carrée pour couvrir le canon qui est dans le flanc retiré.
  • 5 Terme de plombier. Se dit des tenons qui environnent le pourtour de la chaudière.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ORILLON, s. m. en terme de Fortification, c’est une partie avancée du flanc vers l’épaule du bastion, qui est arrondie, & qui sert à couvrir le reste du flanc. Lorsque cette partie avancée est terminée par une ligne droite, on la nomme épaulement. Voyez Épaulement.

On fait des orillons arrondis, afin de couvrir davantage le flanc, de rendre les angles qui sont exposés aux batteries des ennemis plus forts, & qu’il y ait moins de parties qui puissent être battues perpendiculairement par une même batterie. On ne fait des orillons qu’aux places revêtues de maçonnerie, parce que la terre a trop peu de solidité pour qu’ils puissent se soutenir long-tems.

Les Ingénieurs avancent plus ou moins leur orillon. M. de Vauban l’avance de 5 toises, & M. de Cohéorn de 24, devant son flanc haut, pour le mieux garantir des coups croisés. L’orillon de cet illustre ingénieur est une tour de pierre, avec un souterrain où il fait des casemates pour 6 pieces de canon, lesquelles défendent le fossé & la face du retranchement de maçonnerie qu’il fait dans son bastion.

Pour tracer l’orillon, suivant M. le maréchal de Vauban, il faut diviser le flanc CDC Pl. I. de Fortif. fig. 7. en trois parties égales. Sur le milieu CI du tiers du flanc, vers l’épaule du bastion, on élévera une perpendiculaire OK indéfinie, en dedans le bastion, & au point C, extrémité de la face BC, une autre perpendiculaire CK, qui coupe la premiere dans un point K. De ce point pris pour centre, & de l’intervalle KC, on décrira un arc CI qui donnera la partie antérieure de l’orillon. On posera ensuite l’angle à l’angle flanqué & au point I, & l’on tirera dans cette position en dedans le bastion, la ligne IH, à laquelle on donnera 5 toises : cette ligne se nomme le revers de l’orillon, ou la droiture de l’épaule. Si l’on veut ensuite décrire le flanc couvert, on prolongera la ligne de défense AO de 5 toises, jusqu’en G, on tirera HG, sur laquelle on décrira un triangle équilatéral LGH, puis du point L pris pour centre, & de l’intervalle LG ou LH, on décrira l’arc GPH, qui sera le flanc couvert.

Le parapet de l’orillon doit être plus épais que les autres parapets, & il doit être en ligne droite en dedans, à moins que l’orillon ne soit extrémement grand, comme celui de M. de Cohéorn. A l’égard de la droiture de l’épaule, elle ne doit avoir qu’un petit parapet de maçonnerie d’un pié d’épaisseur.

On pratique dans le revers de l’orillon, des portes secretes appellées poternes, qui conduisent les soldats de la ville dans le fossé, par un souterrain pratiqué dans l’intérieur du rempart. Voyez Poternes.

Par la construction de l’orillon il y a une partie du flanc couvert, proche le point H, qui ne peut être vue de la contrescarpe de la place. Elle est suffisante pour y pratiquer une embrasure, dont le canon sert beaucoup à la défense du passage du fossé & du pié de la breche. (Q)

Orillon, en terme d’Eguilletier, sont des bouffettes de soie ou de laine, prises au bout d’un ruban de laine, par le moyen d’un ferret à embrasser. Voyez Ferret & Embrasser. Les orillons, ainsi nommés de l’endroit où ils se placent, servent à orner les oreilles des chevaux.

Orillons, s. m. pl. (Soierie.) machines mouvantes au moyen d’une coulisse, qui sert à élever ou baisser la banquette ; on appelle ces orillons, orillons de dessus ; les orillons de derriere sont des especes de tasseaux creusés, qui supportent les ensuples de chaîne & de poil.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « orillon »

Variante de oreillon.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « orillon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
orillon ɔrijɔ̃

Citations contenant le mot « orillon »

  • La ville de Vannes a récemment fait son acquisition, ce qui permet de dévoiler au public une partie inconnue de l’orillon. , VIDEOS. Fortifications de Vannes : une maison de la porte Poterne cache une partie du bastion | Actu Morbihan

Traductions du mot « orillon »

Langue Traduction
Anglais orillon
Espagnol orillon
Italien orillon
Allemand orillon
Chinois 奥里永
Arabe أوريون
Portugais orillon
Russe orillon
Japonais オリヨン
Basque orillon
Corse orillon
Source : Google Translate API

Synonymes de « orillon »

Source : synonymes de orillon sur lebonsynonyme.fr

Orillon

Retour au sommaire ➦

Partager