La langue française

Obscurément

Sommaire

Définitions du mot obscurément

Trésor de la Langue Française informatisé

OBSCURÉMENT, adv.

A. − Sans répandre, sans recevoir de clarté. Je remarquai la lampe (...) qui brûlait obscurément avec une longue mèche pressée et comme étouffée par l'air froid et malsain (Janin,Âne mort,1829, p.182).Du côté de la terre, la lune éclairait obscurément des espaces paisibles (Gracq,Beau tén.,1945, p.186):
. L'ombre était nuptiale, auguste et solennelle; Les anges y volaient sans doute obscurément, Car on voyait passer dans la nuit, par moment, Quelque chose de bleu qui paraissait une aile. Hugo,Légende,t.1, 1859, p.86.
B. − Au fig.
1. Domaine intellectuel.[Dans l'expression écrite ou orale] D'une manière incompréhensible. Dans ses réponses il ne s'explique jamais clairement, il parle obscurément, comme l'oracle de Delphes (Chateaubr.,Essai Révol.,t.2, 1797, p.344).
2. Domaine affectif.D'une manière vague, indistincte. Synon. confusément.Deviner, percevoir, pressentir obscurément qqc. Ah! n'être pas lâche, se satisfaire, enfoncer le couteau! Obscurément, cela avait germé, avait grandi en lui (Zola,Bête hum.,1890, p.258).Je comprenais que la petite fille avait enfin trouvé là le compagnon qu'elle attendait obscurément (Alain-Fournier,Meaulnes,1913, p.363).
3. Domaine soc.D'une manière anonyme; sans gloire. Synon. humblement, modestement.Mon père a honoré ce pays par des travaux dont la science française est justement fière; je l'ai servi plus obscurément, dans la laborieuse carrière d'éducateur (Vogüé,Morts,1899, p.422).Mon amie, la pauvre Catherine Houdoire, qui est morte obscurément, sans Marseillaise et sans discours (Duhamel,Maîtres,1937, p.229).
Prononc. et Orth.: [ɔpskyʀemɑ ̃]. Ac. 1694: obscurement; dep. 1740: -ré-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 oscurement «d'une façon peu intelligible» (Marie de France, Lais, éd. J. Rychner, Prol. 12, p.1); 1213 obscurement (Fet des romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, 651, 27); 2. ca 1280 «d'une manière peu claire» (Girard d'Amiens, Escanor, 15941 ds T.-L.); 3. 1306 «d'une façon imprécise, vague» (Guillaume Guiart, Royaux lignages, Prol., éd. Wailly et Delisle, 159); 4. ca 1460 «sans être connu, sans éclat (de la conduite d'une personne)» (Georges Chastellain, Chronique, éd. K. de Lettenhove, II, p.166); 5. 1770-83 «d'une manière foncée (en parlant des couleurs)» (Buffon, Oiseaux, éd. Lanessan, t.6, p.120). Dér. de obscur*; suff. -(e)ment2*. Fréq. abs. littér.: 406. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 323, b) 254; xxes.: a) 735, b) 872.

Trésor de la Langue Française informatisé

OBSCURÉMENT, adv.

A. − Sans répandre, sans recevoir de clarté. Je remarquai la lampe (...) qui brûlait obscurément avec une longue mèche pressée et comme étouffée par l'air froid et malsain (Janin,Âne mort,1829, p.182).Du côté de la terre, la lune éclairait obscurément des espaces paisibles (Gracq,Beau tén.,1945, p.186):
. L'ombre était nuptiale, auguste et solennelle; Les anges y volaient sans doute obscurément, Car on voyait passer dans la nuit, par moment, Quelque chose de bleu qui paraissait une aile. Hugo,Légende,t.1, 1859, p.86.
B. − Au fig.
1. Domaine intellectuel.[Dans l'expression écrite ou orale] D'une manière incompréhensible. Dans ses réponses il ne s'explique jamais clairement, il parle obscurément, comme l'oracle de Delphes (Chateaubr.,Essai Révol.,t.2, 1797, p.344).
2. Domaine affectif.D'une manière vague, indistincte. Synon. confusément.Deviner, percevoir, pressentir obscurément qqc. Ah! n'être pas lâche, se satisfaire, enfoncer le couteau! Obscurément, cela avait germé, avait grandi en lui (Zola,Bête hum.,1890, p.258).Je comprenais que la petite fille avait enfin trouvé là le compagnon qu'elle attendait obscurément (Alain-Fournier,Meaulnes,1913, p.363).
3. Domaine soc.D'une manière anonyme; sans gloire. Synon. humblement, modestement.Mon père a honoré ce pays par des travaux dont la science française est justement fière; je l'ai servi plus obscurément, dans la laborieuse carrière d'éducateur (Vogüé,Morts,1899, p.422).Mon amie, la pauvre Catherine Houdoire, qui est morte obscurément, sans Marseillaise et sans discours (Duhamel,Maîtres,1937, p.229).
Prononc. et Orth.: [ɔpskyʀemɑ ̃]. Ac. 1694: obscurement; dep. 1740: -ré-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 oscurement «d'une façon peu intelligible» (Marie de France, Lais, éd. J. Rychner, Prol. 12, p.1); 1213 obscurement (Fet des romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, 651, 27); 2. ca 1280 «d'une manière peu claire» (Girard d'Amiens, Escanor, 15941 ds T.-L.); 3. 1306 «d'une façon imprécise, vague» (Guillaume Guiart, Royaux lignages, Prol., éd. Wailly et Delisle, 159); 4. ca 1460 «sans être connu, sans éclat (de la conduite d'une personne)» (Georges Chastellain, Chronique, éd. K. de Lettenhove, II, p.166); 5. 1770-83 «d'une manière foncée (en parlant des couleurs)» (Buffon, Oiseaux, éd. Lanessan, t.6, p.120). Dér. de obscur*; suff. -(e)ment2*. Fréq. abs. littér.: 406. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 323, b) 254; xxes.: a) 735, b) 872.

Wiktionnaire

Adverbe

obscurément \ɔp.sky.ʁe.mɑ̃\

  1. Sans clarté.
    • La nuit approchait, on ne voyait les objets qu’obscurément. — (Dict. de l’Acad)
  2. D’une manière brune, foncée, en parlant de teintes.
    • Le dessus du dos, de la tête et des ailes est d’un brun obscurément teint de verdâtre. — (Georges Louis Leclerc, Oiseaux, t. IX, p. 471.)
  3. D’une manière à peine visible.
    • À son origine, le cœur n'est qu’une vésicule obscurément contractile. — (Cl. Bernard, Rev. des Deux-Mondes, 1865, p. 242.)
  4. (Figuré) D’une manière peu intelligible.
    • L'enfant […] devinait obscurément que le monsieur, si bizarrement apparu, n'était pas comme les autres et elle songeait à quelque père Noël, les poches pleines de jouets et de friandises. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)
    • Quoi ! mon père tantôt parlait obscurément. — (Pierre Corneille, Œdipe, III, 3.)
    • Si le temps [du Messie] eût été prédit obscurément. — (Blaise Pascal, Pensées, XX, 11, éd. HAVET.)
    • Dans cette grammaire, dont l’objet ne paraissait pas devoir effrayer les âmes pieuses, les phrases citées par l’auteur pour exemples de ses préceptes étaient une suite d’assertions obscurément impies contre l’existence de Dieu, la spiritualité de l’âme, et les autres vérités que la religion nous oblige de croire. — (Jean le Rond D’Alembert, Éloges, Girard.)
    • Dois-je, au lieu de Laharpe, obscurément écrire : C’est ce petit rimeur, de tant de prix enflé. — (Nicolas Gilbert, Mon apologie.)
  5. (Figuré) Sans renom, sans éclatin.
    • Il dévore en secret ses sentiments d’humanité, il gémit obscurément sur la nature humaine. — (Voltaire, Lett. d’Argental, 6 août 1766.)
    • Rien n'est si désagréable que d’être pendu obscurément. — (Voltaire, Voyage de la raison.)
    • Le bonheur, cet objet de nos désirs, mais qui fuit et repousse la grandeur et les richesses, serait-il donc obscurément attaché à la médiocrité en tout genre ? (Jean le Rond D’Alembert, Éloges, Segrais.)
    • Soldat obscurément utile, Je ne partageais les lauriers Ni de Saxe, ni de Belle-Isle. — (St-Lamb., Pièc. fug. sur la paix de 1748.)
    • Dans les bras d’une épouse chérie Je goûte obscurément les doux fruits de ma vie. — (Alphonse de Lamartine, Méd. I, 20.)
  6. (Figuré) D’une manière mal éclaircie, qui n'est pas bien certaine.
    • Obscurément plongé dans ce doute cruel, Mes yeux, chargés de pleurs, se tournaient vers le ciel. — (Voltaire, 2e discours.)
    • Il se répandit obscurément de tous côtés que les Malais, qui seuls avaient des relations avec ces contrées, avaient porté du girofle et de la muscade dans plusieurs marchés. — (Abbé Raynal, Historique phil. II, 25.)
    • L'empereur flattait encore obscurément une espérance qu’il n'avait pas. — (Villemain, Souv. cont. Cent-J. ch. v.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OBSCURÉMENT. adv.
D'une manière obscure, peu claire. La nuit approchait, on ne voyait les objets qu'obscurément. Fig., Il parle, il écrit obscurément. C'est un homme qui a toujours vécu obscurément.

Littré (1872-1877)

OBSCURÉMENT (ob-sku-ré-man) adv.
  • 1Sans clarté. La nuit approchait, on ne voyait les objets qu'obscurément, Dict. de l'Acad.
  • 2D'une manière brune, foncée, en parlant de teintes. Le dessus du dos, de la tête et des ailes est d'un brun obscurément teint de verdâtre, Buffon, Oiseaux, t. IX, p. 471.
  • 3D'une manière à peine visible. À son origine, le cœur n'est qu'une vésicule obscurément contractile, Cl. Bernard, Rev. des Deux-Mondes, 1865, p. 242.
  • 4 Fig. D'une manière peu intelligible. Quoi ! mon père tantôt parlait obscurément, Corneille, Œdipe, III, 3. Si le temps [du Messie] eût été prédit obscurément, Pascal, Pensées, XX, 11, éd. HAVET. Dans cette grammaire, dont l'objet ne paraissait pas devoir effrayer les âmes pieuses, les phrases citées par l'auteur pour exemples de ses préceptes étaient une suite d'assertions obscurément impies contre l'existence de Dieu, la spiritualité de l'âme, et les autres vérités que la religion nous oblige de croire, D'Alembert, Éloges, Girard. Dois-je, au lieu de Laharpe, obscurément écrire : C'est ce petit rimeur, de tant de prix enflé, Gilbert, Mon apologie.
  • 5 Fig. Sans renom, sans éclat. Il dévore en secret ses sentiments d'humanité, il gémit obscurément sur la nature humaine, Voltaire, Lett. d'Argental, 6 août 1766. Rien n'est si désagréable que d'être pendu obscurément, Voltaire, Voyage de la raison. Le bonheur, cet objet de nos désirs, mais qui fuit et repousse la grandeur et les richesses, serait-il donc obscurément attaché à la médiocrité en tout genre ? D'Alembert, Éloges, Segrais. Soldat obscurément utile, Je ne partageais les lauriers Ni de Saxe, ni de Belle-Isle, Saint-Lambert, Pièc. fug. sur la paix de 1748. Dans les bras d'une épouse chérie Je goûte obscurément les doux fruits de ma vie, Lamartine, Méd. I, 20.
  • 6 Fig. D'une manière mal éclaircie, qui n'est pas bien certaine. Obscurément plongé dans ce doute cruel, Mes yeux, chargés de pleurs, se tournaient vers le ciel, Voltaire, 2e discours. Il se répandit obscurément de tous côtés que les Malais, qui seuls avaient des relations avec ces contrées, avaient porté du girofle et de la muscade dans plusieurs marchés, Raynal, Hist. phil. II, 25. L'empereur flattait encore obscurément une espérance qu'il n'avait pas, Villemain, Souv. cont. Cent-J. ch. v.

HISTORIQUE

XIIIe s. Se il a parlé folement En maint liu et oscurement, Ne vous en esmerveilliés mie, Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 522. Ou je ne parlerai mes [plus] devant lou pueple de choses qui à avenir soient, se si oscurement non, que il ne sauront que je dirai devant ce que avenir lo voient, Merlin, f° 49, recto.

XVIe s. Qui est-ce qui nous empeschera d'exposer par mots plus clairs les choses qui sont obscurement monstrées en l'Escriture ? Calvin, Instit. 71.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « obscurément »

Dérivé de obscur, par son féminin obscure, avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Obscure, et le suffixe ment ; ital. oscuramente.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « obscurément »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
obscurément ɔbskyremɑ̃

Citations contenant le mot « obscurément »

  • J’ai été invité un été aux Matins de France Culture pour parler de Notre-Dame-des-Landes, et j’étais alors obscurément un partisan éclairé du grand projet d’aéroport. France Culture, D'un aéroport à l'autre : les infrastructures fantômes
  • « L’heure bleue quand les oiseaux se taisent, peu avant l’aurore de nouveaux cris. Nuit tranchée de parole, obscurément. Confiance entre deux souffles, bouches contre bouches, sans baiser. Nuée de corps absent de mon désir, je suis perforée par la souffrance, je me retire pour écrire l’excessif, le consentant. » SudOuest.fr, [Coup de Coeur] Journal de Belfort
  • Le bien obscurément fait ne tente personne. De Honoré de Balzac / Le Médecin de campagne
  • Ainsi la nomination de Gérald Darmanin souille-t-elle ce principe juridique, dont l’intéressé (présumé) ne cesse de se réclamer avec l’impunité intarissable de ceux qui ne comprennent pas ce qui est obscène. Mais surtout, elle relève obscurément d’un acte de légitimation du viol : n’est-elle pas une gifle infligée à la justice, doublée d’un bras d’honneur adressé aux femmes, dont, paraît-il, Macron avait prévu de faire une grande cause nationale (sans doute présumée, elle aussi) ? Charlie Hebdo, Présumons, présumons, il en restera toujours quelque chose - Charlie Hebdo
  • Chronique. Les adversaires de l’« idéologie mondialiste » et de sa traduction économique attendaient obscurément la manifestation du cygne noir. L’événement brutal aux effets destructeurs que l’on range au rayon des histoires improbables par incapacité à envisager le pire est survenu, tranchent-ils, sûrs de leur fait : le Covid-19 signe l’arrêt de mort de la mondialisation. Vraiment ? L’épidémie due au coronavirus, qui se répand à travers le monde, a au moins eu l’effet bénéfique de démontrer l’inquiétante dépendance des économies occidentales à la Chine. L’« usine du monde » fabrique produits et composants d’une importance vitale ou stratégique. Le Monde.fr, « L’épidémie de Covid-19 démontre l’inquiétante dépendance des économies occidentales à la Chine »
  • “Certains bras médiatiques des organisations terroristes ont diffusé des slogans appelant ouvertement leurs complices à repérer obscurément des cibles, préparer et exécuter des attaques terroristes dans ce contexte sensible que connait le pays”, a expliqué le ministre. Directinfo, Hichem Mechichi : La situation générale est relativement stable au vu des menaces terroristes | Directinfo
  • Ariel Spiegler a pressenti ce paradoxe, même si, dans ses poèmes, elle ne se retranche derrière aucune certitude intellectuelle ou spirituelle : sa foi de convertie n’est pas l’équivalent d’une assurance sur la vie. En revanche, elle contient, obscurément, une injonction à soi-même adressée : ne pas tergiverser, aller droit au but, même si on en ignore tout. La Croix, Ariel Spiegler, dans l’urgence du poème

Traductions du mot « obscurément »

Langue Traduction
Anglais obscurely
Espagnol oscuramente
Italien oscuramente
Allemand dunkel
Chinois 晦涩的
Arabe بغموض
Portugais obscuramente
Russe туманно
Japonais あいまいに
Basque ilun
Corse oscuramente
Source : Google Translate API

Synonymes de « obscurément »

Source : synonymes de obscurément sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « obscurément »

Partager