Masquer : définition de masquer


Masquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MASQUER, verbe trans.

A. −
1. Gén. au passif. Qqn masque (le visage de) qqn (de qqc.).Couvrir le visage de quelqu'un d'un masque, de ce qui a fonction de masque. Être masqué d'un loup, de blanc, de noir. Il gronda sourdement en voyant le visage de sa femme découvert; mais après l'avoir assez adroitement masquée, il l'emporta dans ses bras (Balzac,Enf. maudit,1831-36, p.354).Don José et les deux femmes étaient (...) soigneusement masqués. Tous trois avaient pris des dominos (Ponson du Terr.,Rocambole,t. 4, 1859, p.287).
2. Qqc. masque (le visage de) qqn.Dissimuler le visage de quelqu'un à la manière d'un masque. Il n'apercevait que ses yeux sous la voilette de dentelle noire qui masquait sa figure (Flaub.,Éduc. sent.,t. 2, 1869, p.277).Les pénitents s'avancent sur deux files, en longues robes et en cagoules qui les masquent (Montherl.,Bestiaires,1926, p.472).
Littér. Qqc. masque (le visage de) qqn de + subst. désignant une partie ou une qualité de l'obj. désigné par le suj.La poussière noire (...) masquait de ténèbres leur visage farouche (Hamp,Champagne,1909, p.94).
3. Emploi pronom. réfl. Se couvrir le visage d'un masque. À Paris, les hommes ne se masquent point: un homme en domino paraît ridicule (Balzac,Splend. et mis.,1844, 4).
P. ext., rare. Se masquer en qqc.Se déguiser en quelque chose. Il peut s'habiller en Chaldéen, se masquer en pharaon, il a changé de siècle, mais pas de minute (Giraudoux,Sodome,1943, i, 1, p.37).
B. − Au fig.
1. [Le suj. désigne une pers.]
a)
α) Qqn masque qqc. (à qqn) (de, derrière, par, sous... qqc.).Cacher quelque chose sous une apparence trompeuse de manière à ne pas le révéler, à ne pas le laisser paraître; p. ext., ne pas révéler, ne pas laisser paraître. Synon. cacher, dissimuler.Masquer la vérité, les faits; masquer ses intentions, son émotion. Masquant la menace sous la louange, il feignit de la prendre pour un ange de bonté (Sand,Consuelo,t. 1, 1842-43, p.133).Elle masque aux autres sa tentation sous des termes mystiques, et elle tâche de se la dissimuler à elle-même (Sainte-Beuve,Port-Royal,t. 4, 1859, p.136).Les Russes avaient subi un échec grave que le grand quartier général russe semblait vouloir masquer autant qu'il pouvait (Joffre,Mém.,t. 1, 1931, p.368):
1. ... il [Renan] se masque les troubles, les ravages, les ruines, que ses négations amoncellent dans les âmes; mais le pire, c'est qu'il les masque à ceux qui croient avec lui «adorer en esprit», être les fidèles de la «religion éternelle». Massis, Jugements,1923, p.119.
Rare. [Constr. avec une complétive] Il ne faut pas nous masquer qu'à ce point sensible va porter le plus grave des problèmes spirituels (Mounier,Traité caract.,1946, p.351).
β) Rare. Qqn masque qqn en qqn.Présenter quelqu'un sous l'apparence trompeuse de quelqu'un d'autre, d'une fonction ou d'un rôle qu'il n'a pas. C'était une niaiserie de vouloir masquer un tel homme [Bonaparte] en roi constitutionnel (Staël,Consid. Révol. fr.,t. 2, 1817, p.262).
b) Emploi pronom. réfl.
α) Qqn se masque (de, derrière, sous... qqc.).Dissimuler son identité, sa nature, ses intentions sous l'apparence trompeuse de quelque chose. Le jouteur [Pascal] se masqua ici sous le nom de Dettonville (...) et publia le cartel en juin 1658 (Sainte-Beuve,Port-Royal,t. 5, 1859, p.249).Les cyniques ne se masquent point, se laissant voir tels qu'ils sont (Péladan,Vice supr.,1884, p.222).La dissimulation dont je m'étais masqué dès mon arrivée continuait de me couvrir (Bourget,Disciple,1915, p.149):
2. ... ce qui fait le prix du voyage, c'est la peur. Il brise en nous une sorte de décor intérieur. Il n'est plus possible de tricher − de se masquer derrière des heures de bureau et de chantier (ces heures contre lesquelles nous protestons si fort et qui nous défendent si sûrement contre la souffrance d'être seul). Camus,Env. et endr.,1937, p.109.
β) Qqn se masque en qqn.Se présenter sous l'apparence (trompeuse) de quelqu'un d'autre, d'une fonction ou d'un rôle qu'on n'a pas. Ce n'était pas un adversaire de Vaugelas, c'était un approbateur sous forme badine et qui se masquait en diseur de contre-vérités, que l'évêque Godeau (Sainte-Beuve,Nouv. lundis,t. 6, 1863, p.390).
2. [Le suj. désigne un inanimé]
a) Qqc. masque qqc. (à qqn) (de, sous... qqc.).Présenter une apparence qui cache quelque chose, qui empêche que l'on se rende compte ou que l'on prenne conscience de quelque chose. Synon. cacher, dérober, dissimuler, recouvrir.On retrouve (...) une similitude qui n'est masquée que par les proportions diverses des parties qui la composent (Cuvier,Anat. comp.,t. 3, 1805, p.92).Cette habitude de contredire masquait habilement son absence d'orientation personnelle (Martin du G.,Devenir,1909, p.50).La cordialité lui masquait aisément les médisances qu'il ne connaissait pas (Proust,Sodome,1922, p.1039):
3. [Nos notions universellement acceptées] assument à nos yeux un caractère d'éternité, et nous masquent, sous l'apparence de la loi, l'acte arbitraire qui leur donna naissance... Gaultier,Bovarysme,1902, p.284.
En partic.
Qqc. masque qqn.Dissimuler la (vraie) nature, les intentions de quelqu'un. Elle avait sur la face son rire qui la masquait. Elle demeurait impénétrable, au milieu de son expansion bavarde (Zola,E. Rougon,1876, p.73).Il était [Charlus] (...) parfaitement masqué par ce qu'il était devenu et qui n'appartenait pas à lui seul mais à beaucoup d'autres invertis (Proust,Temps retr.,1922, p.763).
Absol., rare. Le phénomène est (...) ce qui masque plus qu'il ne montre; le phénomène de la faute obture l'être de la condition humaine (Ricoeur,Philos. volonté,1949, p.30).
b) Emploi pronom. passif
α) Qqc. se masque (de, sous... qqc.).Se présenter sous une apparence trompeuse. L'égoïsme partout (...) se masque ou s'étale (Sully Prudh.,Justice,1878, p.180).Ces enivrements mystiques n'étaient que l'apparence dont se masquait l'immense frénésie de vivre qui l'habitait (Daniel-Rops,Mort,1934, p.60).L'histoire des passions qui se masquent pour que l'homme, épris de sa propre perfection, ne les reconnaisse pas (Mauriac,Journal 3,1940, p.264).
Rare. Qqc. se masque dans qqc.Se dissimuler dans quelque chose. Dans le mouvement facile l'intention motrice se masque dans la sensation du mouvement fait (Ricoeur,Philos. volonté,1949p.302).
β) Qqc. se masque en qqc.Se présenter sous l'apparence (trompeuse) de quelque chose. L'égoïsme moderne a l'art de louer toujours, dans chaque chose, la réserve et la modération, afin de se masquer en sagesse (Staël,Allemagne,t. 3, 1810, p.202).
C. − P. ext.
1.
a) Qqn masque qqc. (de, sous, derrière... qqc.).Dérober à la vue quelque chose en le recouvrant, en interposant quelque chose. Synon. partiel cacher, occulter.Masquer une lampe. Elle avait masqué la glace, de peur d'y voir surgir encore son visage! (G. Leroux, Parfum,1908, p.32).Elle masquait sous une couche de poudre de petites plaques rouges sur les joues (Chardonne,Dest. sent.,ii, 1934, p.238):
4. ... le calvinisme, sans mauvaise intention d'ailleurs, a malmené cette pauvre église; (...) il a blanchi les fenêtres, il a masqué d'une balustrade à mollets le bel ordre roman des hautes travées de la nef... Hugo,Rhin,1842, p.375.
Qqn masque qqn.Tenez-vous au fond; je vais vous masquer de mon mieux (Ponson du Terr.,Rocambole,t. 3, 1859, p.282).
Spécialement
ART MILIT. Cacher à l'ennemi en interposant quelque chose. Masquer une batterie, un mouvement. Des feux de bengale rougeâtres que l'ennemi allumait pour masquer les coups de départ (Romains,Hommes bonne vol.,1938, p.142).Masquer (une place forte, une armée). Laisser des troupes devant une place forte, une armée pour la neutraliser sans l'attaquer. Il méprisa les places fortes qu'il se contenta de masquer, s'aventura dans le pays envahi et gagna tout, à coups de batailles (Chateaubr.,Mém.,t. 2, 1848, p.403).
CUIS. Recouvrir un mets d'une sauce épaisse et froide, d'une crème, de sucre liquide. Le contenu du pot de rouge, liquéfié, pourrait servir à masquer, comme disent les cuisiniers, quelques «pêches cardinal» (Colette,Music-hall,1913, p.51).
P. anal.
Dissimuler un goût, une odeur par un goût ou une odeur plus forts. [Des] boulangers (...) masquent le goût d'une farine moisie en salant outrageusement leur pâte (Faral,Vie temps st Louis,1942, p.76).
Soustraire une partie d'un objet à l'action de quelque chose au moyen d'un masque. Allumer (...) la lampe d'agrandisseur tout en comptant les secondes (...). À 10 secondes, masquer les 2/3 de la bande. Le dernier tiers sera exposé 15 secondes (Objectif Photo, Paris, éd. Atlas, 1981, p.74).
b) Emploi pronom. réfl., rare. Se masquer sous, derrière... qqc.Se dissimuler sous, derrière quelque chose. M. de Camors, se masquant derrière un des volets (...) plongea son regard dans l'intérieur de la chambre (Feuillet,Camors,1867, p.372).
2. Qqc. masque qqc. (à qqn).Recouvrir quelque chose, s'interposer devant quelque chose de manière à le dérober au regard. Synon. cacher, dérober.Un écran masque qqc. Elle mit le costume de crêpe marocain marron, fait sur mesure, ample pour masquer la taille (Chardonne,Dest. sent.,iii, 1936, p.218).La crête (...) leur masquait encore les fonds de Derborence (Ramuz,Derborence,1934, p.39):
5. [À] l'église de Saint-Savin (...) les piliers placés au centre des transepts (...), ayant une très-forte saillie sur l'alignement des colonnes de la nef, le choeur est masqué en grande partie au spectateur entrant dans l'église. Lenoir,Archit. monast.,1856, pp.30-31.
Littér. Qqc. masque qqc. de + subst. désignant une partie ou une qualité de l'objet désigné par le sujet.Elles [des fleurs] masquaient la place vide de leurs couleurs charmantes et fraîches (Carco,Vérotchka,1923, p.209).
Qqc. masque qqn.J'étais masqué par une colonne et perdu dans une obscurité complète (Dumas père, Monte-Cristo,t.2, 1846, p.393).
[P. méton.] Masquer la vue, le regard. Empêcher de voir. La colline, couverte d'arbres disposés par étages, formait un rideau qui masquait le regard (Verne,Île myst.,1874, 46).
P. anal.
[Le compl. d'obj. désigne un goût, une odeur] Empêcher que l'on ne sente. Les marinades (...) masquaient l'odeur de graisse et le fumet de sang des viandes (Huysmans,À rebours,1884, p.234).Une dose de houblon trop forte donne une amertume qui masque le parfum du malt et le moelleux de la bière (Boullanger,Malt., brass.,1934, p.339).
[Le compl. d'obj. désigne un son] Empêcher que l'on n'entende. Les sons de basse fréquence masquent efficacement les sons de haute fréquence (Ling.1972).
D. − MARINE
1. Emploi trans.
a) Masquer une voile, un navire. Intercepter le vent pour l'empêcher d'arriver sur une voile, un navire. Une voile en masque une autre lorsqu'elle empêche le vent de lui arriver (Gruss1952).
b) Masquer une voile. Faire que les voiles prennent le vent à contre. Nous n'[avions] pas (...) l'espace nécessaire pour virer vent arrière, même en masquant les voiles d'avant (Dentrecasteaux,Voy. rech. La Pérouse,1808, p.104).Le brick venant au vent, la grande voile fasilla et fut masquée en grand (Sue,Atar-Gull,1831, p.3).
2. Emploi intrans.
a) Être privé de vent lorsque celui-ci est intercepté par un obstacle quelconque. Il [un gros îlot] nous intercepta la brise déjà très-faible. Par une conséquence naturelle, les voiles masquèrent (Dumont d'Urville,Voy. Pôle Sud,t.2, 1842, p.55).
b) Prendre le vent à contre, à la suite d'un changement subit de vent ou d'une manoeuvre destinée à faire culer le navire. Nous établirons les voiles du grand mât à masquer, et elles concourront à relever le brick (Verne,Enf. cap. Grant,t. 3, 1868, p.53).
REM.
Masquant, -ante, adj.a) Qui masque, qui soustrait à la vue. Planter une haie masquante (Lar. Lang. fr.). b) Qui soustrait à la perception auditive. Son masquant. V. Ling. 1972, s.v. masqué.L'influence masquante du bruit diminue avec le rétrécissement de la bande (Piéron,Sensation,1945, p.182).
Prononc. et Orth.: [maske]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1528 part. passé masqué «caché sous un masque» (G.d'Aurigny, 52earrest d'amours, foa 4 ro); 2. 1553 «dissimuler aux regards» (Ronsard, Folastries ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t.5, p.25); 3. 1558 «dissimuler sous des apparences trompeuses» (J. du Bellay, Les Regrets, éd. E. Droz, p.91, XC, 3); id. réfl. au fig. (E. Jodelle, Recueil des inscriptions, figures, devises et masquarades ds Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 1, p.279); 4. 1783 cuis. (Encyclop. méthod., Arts et métiers, t. 2, p.100); 5. 1808 mar. masquer une voile (Dentrecasteaux, loc. cit.). Dér. de masque1*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 537. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 393, b) 793; xxes.: a) 692, b) 1110. Bbg. Tracc. 1907, p.155.

Masquer : définition du Wiktionnaire

Verbe

masquer \maske\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mettre un masque à quelqu’un.
  2. (Par extension) Le déguiser en lui mettant, outre le masque, des habits qui ne soient pas les siens.
    • Je vous masquerai, et vous ne serez pas reconnu.
    • On le masqua en arlequin.
    • Nous nous masquâmes pour aller au bal.
    • (Figuré) Un hypocrite qui se masque sous les dehors de la dévotion.
    • (Figuré) Le vice se masque souvent sous l’apparence de la vertu.
  3. (Par extension) Couvrir ou cacher une chose de manière à en ôter la vue.
    • C'est ainsi qu'à la ferme de la Faille près de Sainte-Marie-en-Chaux, […], le Ranunculus fluitans déploie seul ses longues chevelures sur de larges étendues, masquant presque totalement les galets du fond. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 61)
    • Nos animaux porteurs, débarrassés de leurs bâts, se sont égaillés parmi les arbres dans la direction d'une vallée boisée qui masque une mare saline. — (Louis Alibert, Méhariste, 1917-1918, Éditions Delmas, 1944, page 34)
    • Un camion de transport, un grumier, chargé de billes de sapins et dérobé par l'auteur du larcin, avait été placé sur la place, devant le monument pour masquer ce dernier. — (Pierre Pellegrini, Monumental, Librinova, 2017)
  4. (Figuré) Cacher quelque chose sous de fausses apparences.
    • Masquer ses desseins, sa conduite.
  5. (Militaire) Élever un ouvrage, disposer un obstacle ou un rideau devant une batterie pour que l’ennemi ne l’aperçoive pas.
    • Masquer une batterie.
  6. (Cuisine) Recouvrir un mets d'une préparation quelconque.


masquer intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Marine) (Par ellipse) Masquer en grand.
    • Le 10 février 1828, par 30° S. et 46° E. (43° 40' m. P. ), le navire de la compagnie le Buckingamshire éprouva un ouragan de la partie de l'E., qui, après avoir sauté au N. O., ne souffla pas avec moins de violence. Ce navire masqua après avoir eu ses huniers enlevés, ainsi que son porte-manteau et ses bastingages. — (James Horsburgh, Instructions nautiques sur les mers de l'Inde, traduit par le capitaine Le Prédour, t.1, 1837, p.167)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Masquer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MASQUER. v. tr.
Mettre un masque à quelqu'un, et, par extension, Le déguiser en lui mettant, outre le masque, des habits qui ne soient pas les siens. Je vous masquerai, et vous ne serez pas reconnu. On le masqua en arlequin. Nous nous masquâmes pour aller au bal. Fig., Un hypocrite qui se masque sous les dehors de la dévotion. Le vice se masque souvent sous l'apparence de la vertu. Bal masqué, Bal où l'on va en masque et sous un déguisement. Femme masquée, Femme qui se met un masque sur le visage pour ne pas être reconnue. On dit aussi Voleurs, bandits masqués.

MASQUER signifie, par extension, Couvrir, cacher une chose de manière à en ôter la vue. Il a élevé un bâtiment, un mur qui masque ma maison. J'ai fait planter une charmille le long de ce mur pour le masquer. Il signifie encore, au figuré, Cacher quelque chose sous de fausses apparences. Masquer ses desseins, sa conduite. En termes de Guerre, Masquer une batterie, Élever un ouvrage, disposer un obstacle ou un rideau devant une batterie pour que l'ennemi ne l'aperçoive pas.

Masquer : définition du Littré (1872-1877)

MASQUER (ma-ské), je masquais, nous masquions, vous masquiez ; que je masque, que nous masquions, que vous masquiez v. a.
  • 1Masquer quelqu'un, le déguiser en lui mettant un masque sur le visage.

    Dans un sens plus étendu. Masquer quelqu'un, le déguiser en lui mettant, outre le masque, des habits qui empêchent de le reconnaître. Ils ne sont pas masqués d'habits extraordinaires, Pascal, Imag. 2, éd. FAUGÈRE.

    Fig. Masquer, couvrir la joue avec la main, donner un soufflet.

  • 2 Terme de marine. Un coup de vent masque un navire, quand, changeant tout d'un coup cap pour cap, il le frappe par devant. Le vent change tout d'un coup cap pour cap ; le navire est masqué par une épouvantable rafale et forcé de culer entre une mer horrible, Presse scientifique, t. II, p. 417.

    En ce sens, masquer est neutre aussi. Le navire masque.

    Orienter une voile de telle sorte qu'elle reçoive le vent sur la face antérieure et qu'elle s'applique sur le mât qui la porte. Masquer un mât, c'est le couvrir ainsi de la toile de sa voile.

    Par extension, quand on met la voile contre le mât, on dit qu'on la masque.

    Par une autre extension encore, on dit du navire qu'il est masqué, quand un ou plusieurs de ses mâts sont masqués par les voiles.

    Absolument. On masque pour modérer la course d'un bâtiment, pour le faire arriver ou loffer.

  • 3 Par extension, couvrir, cacher une chose de manière à en ôter la vue. Il a élevé un mur qui masque ma maison. La charrue qui le masque [un bœuf, dans un tableau] n'en laisse voir que la tête et les cornes, Diderot, Salon de 1767, Œuvr. t. XIV, p. 443, dans POUGENS.

    Terme de guerre. Masquer une batterie, placer des troupes ou élever un ouvrage devant une batterie pour que l'ennemi ne la voie pas. Traînant entre les rangs ses tonnerres affreux Que masquent en tous sens des bataillons nombreux, Delille, Par. perdu, VI.

    On dit dans le même sens : masquer un mouvement. L'empereur avait masqué son mouvement par le corps de Ney et les débris de la cavalerie de Murat, Ségur, Hist. de Nap. IX, 1.

    Terme de marine. Masquer le vent, l'intercepter.

  • 4 Terme d'imprimerie. Se dit lorsque l'on colle du papier sur une partie de la frisquette, afin que les pages correspondantes de la forme ne s'impriment pas sur la feuille.
  • 5 Fig. Masquer une odeur par une autre, répandre une odeur qui dissimule l'odeur dont on est blessé. Le sucre brûlé masque les odeurs fétides.
  • 6 Fig. Cacher quelque chose sous de fausses apparences. Masquer la nature et la déguiser, Pascal, Pens. VII, 20, éd. HAVET. Mais bien que d'un faux zèle ils masquent leur faiblesse, Boileau, Disc. au roi. C'était une paix d'ostentation, elle masquait les dehors, Massillon, Avent, Noël. Les chats ont un naturel pervers que l'éducation ne fait que masquer, Buffon, Morceaux choisis, p. 132. Ils enveloppèrent leur science ou plutôt leur ignorance des ombres du mystère ; ils ne parlèrent que par des énigmes, des symboles, des allégories et des fables dont ils se servirent pour masquer beaucoup d'erreurs et très peu de vérités, D'Holbach, Essai préj. ch. XI, dans DUMARSAIS, Œuvr. t. VI, p. 248.
  • 7 V. n. Aller en masque. Ce blondin… Qu'avec tant de plaisir vous aviez remarqué Au bal, toutes les fois que vous aviez masqué, Montfleury, la Dame médecin, I, 1.

    Fig. N'être pas ce que l'on paraît. Ménophile emprunte ses mœurs d'une profession, et d'une autre son habit : il masque toute l'année, quoiqu'à visage découvert, La Bruyère, VIII.

    Il n'est plus guère usité en cet emploi.

  • 8Se masquer, v. réfl. Se couvrir le visage d'un masque. Allons donc nous masquer avec quelques bons frères, Molière, l'Ét. III, 7.

    Fig. Je veux que l'on soit homme et qu'en toute rencontre Le fond de notre cœur dans nos discours se montre, Que ce soit lui qui parle, et que nos sentiments Ne se masquent jamais sous de vains compliments, Molière, Mis. I, 1. Je fais excuse d'être si littéral, mais le mot ne peut se masquer, Saint-Simon, 202, 196.

HISTORIQUE

XVe s. Le gallant s'en va mettre à table, Affin de mieux se resjouyr, Et disna là tout à loisir, Mascant le sens, trenchant du saige, Villon, La repue franche du souffreteux.

XVIe s. Inventer des deguisemens coulorez pour masquer des choses infames et vilaines, Amyot, Comm. lire les poëtes, 31. Le flatteur se masquant et deguisant des marques et enseignes d'un amy, Amyot, Comm. discerner le flatteur, 32.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Masquer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MASQUER, v. act. (Jardinage.) On dit masquer une basse-cour, un bâtiment, une montagne, ou quelque aspect désagréable, quand on plante au-devant un rideau de charmille ou un bois.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « masquer »

Étymologie de masquer - Littré

Masque 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de masquer - Wiktionnaire

Dénominal de masque.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « masquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
masquer maske play_arrow

Conjugaison du verbe « masquer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe masquer

Citations contenant le mot « masquer »

  • « Quels que soit les pots de peinture que le président de la république utilise, ça ne masquera leur incapacité à gouverner. » Valeurs actuelles, Remaniement : comment Macron a multiplié les écrans de fumée pour masquer son impuissance | Valeurs actuelles
  • Parfois, vous pouvez avoir besoin de masquer certaines applications de l’écran d’accueil ou du tiroir d’applications de votre téléphone Android. Par exemple – si vous souhaitez garder les regards indiscrets de vos activités et chats Facebook ou WhatsApp.eval(ez_write_tag([[300,250],'betanews_fr-box-3','ezslot_2',124,'0','0'])); Betanews.fr, Masquer les icônes d'applications de l'écran d'accueil ou du tiroir de votre Samsung, LG, HTC ou autre téléphone Android - Betanews.fr
  • L'instrumentalisation de la liberté religeuse pour masquer des intérêts occultes, comme par exemple la subversion de l'ordre établi, l'accaparement de ressources ou le maintien du pouvoir de la part d'un groupe, peut provoquer des dommages énormes aux sociétés. De Benoît XVI / Message du pape pour la célébration de la journée mondiale de la paix, 8 décembre 2010, Vatican
  • Toute parole est en trop quand on a du désir, d’ailleurs parler l’annule - il n’y a pas de mots pour dire le désir, pas de mots courants qui ne servent à le trafiquer, à le masquer, à l’apaiser ou à le détruire. De Camille Laurens / Dans ces bras-là
  • Pour l'historien, la véritable tâche est de restituer à la collectivité qui nous est la plus proche, c'est-à-dire la collectivité nationale, sa mémoire et son identité, sans rien masquer. De Max Gallo / Interview pour La Nouvelle Revue d'Histoire, décembre 2009
  • Il n'y a rien de tel qu'un peu de vérité pour masquer un mensonge. De William Congreve
  • Les apparences qu'on sauve ne font que masquer la vérité. De Jean-Yves Soucy / Parc La Fontaine
  • La création sert à masquer le réel bien plus qu'elle ne le change. De Georges Dor / Il neige amour...
  • Je m'avance masqué. René Descartes, Cogitationes privatae

Images d'illustration du mot « masquer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « masquer »

Langue Traduction
Corse ammuccià
Basque ezkutatu
Japonais 隠す
Russe скрывать
Portugais ocultar
Arabe إخفاء
Chinois 隐藏
Allemand ausblenden
Italien nascondere
Espagnol esconder
Anglais hide
Source : Google Translate API

Synonymes de « masquer »

Source : synonymes de masquer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « masquer »


Mots similaires