La langue française

Farder

Définitions du mot « farder »

Trésor de la Langue Française informatisé

FARDER1, verbe trans.

A.− [Le compl. d'obj. dir. s'applique à une pers.] Mettre du fard à. Farder un acteur. Thérèse (...) farda ses joues et ses lèvres, avec minutie (Mauriac, Th. Desqueyroux,1927, p. 284).
Emploi pronom. réfl. indir. Se farder le visage, les paupières. Elle se secoua sur la tête une houppe à poudre, s'enfarina le nez, prit un crayon de pastel et se farda de rouge (Huysmans, Sœurs Vatard,1879, p. 260).
Emploi abs. Avec cette façon universelle de se farder, toutes les femmes qui ne sont pas trop laides se ressemblent (Anouilh, Répét.,1950, III, p. 80).
P. anal. :
1. ... les petites débutantes viennent chanter chacune son couplet. La rampe n'est même pas allumée; mais le soleil, par une fenêtre haute, descend leur farder le visage. Montherl., Pte Inf. Castille,1929, p. 602.
B.− Au fig. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose] Déguiser sous une apparence trompeuse ce qui pourrait choquer ou nuire. Farder sa pensée, la vérité. Philippine (...) s'anima et farda sa tristesse d'une gaîté criarde (France, Vie fleur,1922, p. 521):
2. Pour se faire jeunes comme ceux qu'ils croyaient jeunes, ils mentaient, ils fardaient toutes leurs idées, ils niaient tous leurs sentiments... Sand, Lélia,1833, p. 135.
Emploi abs. Sire, je parle franc et je ne farde guère (Hugo, Légende,t. 1, 1859, p. 188).
Vx, littér. Parer de faux ornements. Farder un discours, son style. La sophistique littéraire est l'art de farder les pensées par des mots (Joubert, Pensées,t. 2, 1824, p. 216).
Rem. 1. Lar. 20e-Lar. encyclop. et Quillet 1965 enregistrent fardage, subst. masc., comm. Opération frauduleuse consistant à couvrir des marchandises avariées ou de second choix par des marchandises de bonne qualité. 2. On rencontre ds la docum. fardeur, euse, adj. Qui farde (cf. farder1A). Filles de la terre ivre et du soleil fardeur (Régnier, Poèmes anc., 1890, p. 34).
Prononc. et Orth. : [faʀde], (je) farde [faʀd]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 « mettre du fard » (Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 636); 2. a) début xives. « déguiser par un artifice de paroles ce qui peut déplaire à celui à qui l'on parle » (Jehan Bras-de-Fer, Pamphile et Galatée, 1765 ds T.-L.); b) xives. [ms.] « déguiser la véritable nature de quelque chose sous un revêtement trompeur » (Jean de Meun, Testament, ms. Corsini, fo164eds Gdf. Compl.). Prob. de l'a. b. frq. *farwidon « teindre, colorer », cf. a. h. all. farwjan « id. » (Graff t. 3, col. 704); all. färben. Fréq. abs. littér. : 90. Bbg. Sain. Sources t. 1 1972 [1925] p. 156.

FARDER2, verbe intrans.

Vx. [En parlant d'une lourde charge] Peser de tout son poids. Une charge qui farde (DG).
P. anal. Se tasser, s'affaisser sous son propre poids. Ce mur farde (Littré).
Prononc. et Orth. : Cf. farder1. Étymol. et Hist. 1. Ca 1350 trans. « charger » (G. Le Muisit, Poésies, II, 79 ds T.-L.); 2. a) 1704 intrans. « se tasser, s'affaisser » (Trév.); b) 1771 mar. « (d'un bateau) s'approcher trop d'un autre bateau » (ibid.); c) 1834 mar. « (d'une voile) se gonfler » (Landais); d) 1890 « peser sur » (DG). Dér. de farde*; dés. -er.
DÉR.
Fardage, subst. masc.,mar. a) Assemblage de planches ou de madriers posés sur le fond de la cale d'un bateau pour isoler les marchandises. La cale (...) est réservée pour les marchandises qui y sont garanties de l'eau par un fardage et un entourage de nattes (Dumont d'Urville, Voy. Pôle Sud,t. 7, 1844, p. 247).b) Ensemble des superstructures d'un navire qui offrent une prise au vent (cf. Charcot, Mer Groënland, 1929, p. 161.) [faʀda:ʒ]. 1resattest. 1. 1392 fardaige « bagage, fardeau » (Arch. JJ 143, pièce 185 ds Gdf.). 2. a) 1736 mar. « lit de fagots » (Aubin, Dict. de mar. ds FEW t. 19, p. 44bs.v. farda). b) 1848 mar. « objets embarqués sur un navire » (Jal1); du rad. de farder2, suff. -age*. Au sens 2b en port. fardagem dès le 15es. (Jal1s.v. arrife; Mach. t. 3 1977).

Wiktionnaire

Verbe 1

farder \faʁ.de\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se farder)

  1. Enduire de fard.
    • Se farder le visage.
    • (Absolument) (Intransitif) Que dites-vous Sophie Ivanovna! Elle se farde outrageusement. — (Nicolas Gogol, Les âmes mortes, 1842 ; traduction de Henri Mongault, 1949)
  2. (Figuré) Parer une chose d’un faux lustre.
    • Le maquignon de bas étage […] travaille les oreilles, souffle les salières, burine les dents, place une queue postiche, taille les sabots, mastique les seimes, donne un coup de pinceau, refait une jeunesse, farde, corrige, embellit ; […]. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Mon grand-père, au seuil de la grange, bottelait les asperges ou fardait les paniers de prunes. — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 152)
  3. Déguiser par un artifice de paroles ce qui peut déplaire à celui à qui l’on parle, le choquer, ou nuire à celui qui parle.
    • Farder la vérité.
    • Farder le vice pour le rendre moins odieux.
    • Des gens qu’ils élisent pour les servir, les Stark requièrent courage, loyauté, probité sans faille et qu’étiez-vous, Chiggen et toi ? De la racaille de bas étage, pour ne rien farder. — (George R. R. Martin, Le trône de fer, 1996 - traduit par Jean Sola, 1998)
  4. Parer d’ornements faux ou affectés, en parlant des ouvrages de l’esprit.
    • Farder son langage.
    • Farder un discours.
    • Farder une pensée.

Verbe 2

farder \faʁ.de\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Peser de tout son poids.
    • Une charge qui farde.
  2. Pencher sur.
    • Prenez garde que votre bateau ne farde sur un autre, (Marine) Qu’il ne s’en approche trop.
    • Une voile qui farde, (Marine) Qui prend sous le vent une forme arrondie et régulière.
  3. (Maçonnerie) S’affaisser.
    • Ce mur farde, commence à farder : il s’affaisse sous son propre poids.
    • Dans un ennui que rien ne pouvait divertir, dans la perspective écrasante d’une économie domestique parfaite, ces deux êtres s’affaissaient, comme un mur qui farde sous son propre poids. — (Paul Morand, Le prisonnier de Cintra)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FARDER. v. tr.
Enduire de fard. Se farder le visage. Absolument, Se farder. Une femme qui se farde. Prov., Temps pommelé et femme fardée ne sont pas de longue durée. Il signifie, au figuré, Parer une chose d'un faux lustre. Farder sa marchandise. Il signifie également Déguiser par un artifice de paroles ce qui peut déplaire à celui à qui l'on parle, le choquer, ou nuire à celui qui parle. Farder la vérité. Farder le vice pour le rendre moins odieux. Il signifie aussi, en parlant des Ouvrages de l'esprit, Parer d'ornements faux ou affectés. Farder son langage. Farder un discours. Farder une pensée.

Littré (1872-1877)

FARDER (far-dé) v. a.
  • 1Mettre du fard. On lui a fardé le visage.

    Se farder, farder à soi. Se farder le visage.

  • 2Donner à une chose du lustre, une apparence qui en cache les défauts. Farder une étoffe. Farder sa marchandise. Et moi, sans compliment qui vous farde mon cœur, Je vous offre et demande une amitié de sœur, Corneille, la Veuve, V, 8. À la gymnastique on a fait succéder l'art de farder les corps et de leur donner une beauté factice, Fénelon, t. XXI, p. 33. Les couleurs les plus vives pour farder des vices et des crimes [chez les dieux du paganisme], qui seraient tombés dans le décri sans la parure qu'ils [les poëtes] leur prêtaient pour en couvrir la difformité, l'absurdité et l'infamie, Rollin, Traité des Ét. II, I, 2. Non, de tous les amants les regards, les soupirs Ne sont point des piéges perfides…, Toujours la feinte mensongère Ne farde point de pleurs, vains enfants des désirs, Une insidieuse prière, Chénier, Ode VI.

    Fig. Farder sa marchandise, tromper, faire illusion. Vous ne fardez point votre marchandise, vous êtes honnête homme, Voltaire, Dict. phil. Maladie.

  • 3Déguiser ce qui peut déplaire et choquer. Je vous estime trop pour vouloir rien farder, Corneille, Nicom. I, 2. Je répondrai, madame, avec la liberté D'un soldat qui sait mal farder la vérité, Racine, Brit. I, 2.
  • 4 En termes de littérature, parer d'ornements de mauvais goût. Farder un discours. Farder son langage.

    Il s'est dit aussi en parlant de la peinture. [Amours] Vous avez fardé la peinture, Vous affadissez l'opéra, Béranger, Pauv. amours.

  • 5Il se dit quelquefois simplement pour déguiser, avec un nom de chose pour sujet. Affreuse image du trépas, Qu'un triste honneur m'avait fardée, Surprenantes horreurs, épouvantable idée, Qui tantôt ne m'ébranliez pas, Corneille, Androm. III, 1.
  • 6Se farder, v. réfl. S'enduire de fard. Cette femme se farde.

    Fig. On a beau se farder aux yeux de l'univers, Boileau, Sat. X.

    Être fardé. Tout se farde à la cour, jusqu'à la vérité, Boursault, Ésope à la cour, I, 3.

HISTORIQUE

XIIIe s. Toutes font à Venus hommage, Sans regarder preu ne dommage, Et se cointoient [se parent] et se fardent Pour ceus bouler [tromper] qui les regardent, la Rose, 9064.

XIVe s. Dire ses pechiés sans rien polir ne farder, Ménagier, I, 3.

XVe s. En regardant ces belles fleurs Que le temps nouveau d'amours prie, Chascune d'elles s'ajolie Et farde de plaisans couleurs, Orléans, Rondeau.

XVIe s. Eloquent à inventer des raisons fardées de paroles honestes, Amyot, Dion, 47. C'estoient belles paroles et bien fardées pour couvrir la mauvaise intention qu'il avoit en son cueur, Amyot, Timol. 12. D'ami fardé, flatteur et papelart, Nous garde Dieu…, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 283. La sagesse humaine… faict favorablement et industrieusement d'employer ses artifices à nous peigner et farder les maulx, et en alleger le sentiment, Montaigne, I, 227. Vostre extreme volupté a quelque air de gemissement et de plaincte… voire quand nous en forgeons l'image en son excellence, nous la fardons d'epithetes et qualitez maladifves et douloureuses, langueur, mollesse, foiblesse, defaillance, Montaigne, III, 85.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. FARDER. Ajoutez : - REM. Se farder a été dit des chats qui, à l'approche du mauvais temps, se passent les pattes sur les oreilles. À l'approche de la pluie, les hirondelles se tiennent près des habitations et rasent la terre dans leur vol, les lézards se cachent, les chats se fardent, les oiseaux lustrent leurs plumes, Journ. offic. 20 sept. 1873, p. 5976, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FARDER, v. neut. terme de riviere ; un bateau farde sur un autre, lorsqu’il serre trop.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « farder »

(Verbe 1) Probablement du vieux-francique *farwidon (« teindre, colorer ») apparenté à 'verven en néerlandais, färben en allemand et farwa (« couleur ») en gotique.
(Verbe 2) De farde et -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fard. On trouve, au XIIe siècle, un dérivé, fardoillié, barbouiller : Fardoillié furent d'alun et d'arrement [encre], la Prise d'Orenge, v. 450.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « farder »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
farder farde

Évolution historique de l’usage du mot « farder »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « farder »

  • Je répondrai, Madame, avec la liberté D'un soldat qui sait mal farder la vérité. Jean Racine, Britannicus, I, 2, Burrhus
  • Avec cette façon universelle de se farder, toutes les femmes qui ne sont pas trop laides se ressemblent, en fin de compte. De Jean Anouilh / La Répétition
  • Avec ce premier roman, Karina Sainz Borgo prouve l’intense pouvoir de la fiction pour nous engager dans les violences de nos temps. Pendant les manifestations au Venezuela et leurs répressions sanglantes, une jeune femme nommée Adelaida survit. Elle a été une étudiante en lettres, a été amoureuse, a eu une mère, a vécu dans un appartement avec de la porcelaine et des livres, et tout s’est effondré. Il ne s’agit plus d’un sujet lointain, la peur de son héroïne nous prend. Comment échapper à ce pays où plus rien ne tient ? Elle se souvient que les femmes se maquillaient, «personne ne voulait vieillir ni avoir l’air pauvre. Cacher, farder, sauver les apparences : telle était la devise de la patrie». Par la grâce d’un dernier déguisement, Adelaida va organiser sa fuite. Madame Figaro, Grand Prix de l'Héroïne Madame Figaro 2020 : et les gagnantes sont... - Madame Figaro
  • Si, au premier abord, la présentation extérieure date, l’intérieur ne cherche pas non plus à farder cette constatation. On y pénètre assez facilement compte tenu de la garde au sol pour découvrir une mer de plastiques durs. C’est difficilement justifiable pour le prix demandé. La présentation est aussi plutôt surannée avec une juxtaposition de matières peu flatteuses au toucher. Cela dit, l’espace est bien mis à profit pour un véhicule à châssis en échelle. On peut être assez confortablement assis autant à l’avant qu’à l’arrière. Les passagers arrière devront toutefois négocier avec une ouverture de porte assez étroite. L’espace cargo arrière est vaste à 1337 L, mais son seuil de chargement est haut. Heureusement, le pare-chocs arrière qui s’allonge permet un point d’appui supplémentaire lorsqu’on y engouffre des objets. La Presse, Essai routier Toyota 4Runner 2020: la vieille garde
  • Élodie Frenck : C’est une demande de ma part. Depuis le début, je m’interroge : comment on en arrive à se farder autant et à se grimer autant ? Je pense que c’est un masque et une carapace pour affronter l’extérieur. Dans la vie, quand on y arrive plus, on ne parvient plus à faire semblant. J’ai donc demandé à la scénariste, l’extraordinaire Sylvie Simon, d’imaginer ce qu’il pouvait se passer si Marlène n’arrivait plus à faire autant d’efforts pour affronter le monde. Ça débouche sur cet épisode assez dingue pour tous les personnages. TéléZ, Élodie Frenck/Petits meurtres d’Agatha Christie : "Mon souci : être réaliste"

Images d'illustration du mot « farder »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « farder »

Langue Traduction
Anglais make up
Espagnol maquillaje
Italien trucco
Allemand bilden
Chinois 补偿
Arabe ميك أب
Portugais maquiagem
Russe составить
Japonais 化粧
Basque makillajea
Corse custituisci
Source : Google Translate API

Synonymes de « farder »

Source : synonymes de farder sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « farder »

Farder

Retour au sommaire ➦

Partager