Intolérable : définition de intolérable


Intolérable : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INTOLÉRABLE, adj.

Qui n'est pas tolérable.
A. −
1. Qu'on ne peut supporter, endurer. Angoisse, anxiété, douleur, émotion, souffrance intolérable. J'avais une intolérable névralgie (Mallarmé, Corresp.,1864, p. 112).Chaque brin de paille qui nous touchait le visage causait d'intolérables démangeaisons (Alain-Fournier, Corresp. [avec Rivière] 1908, p. 349):
1. Le garçon reprit, scandant fanatiquement les syllabes, sans une bavure, avec une rigueur d'hallucination, et ses prunelles projetaient un feu noir, intolérable, que mon frère lui-même, ce magnétiseur d'esclaves (...) ne soutenait pas sans peine, ni effort. Arnoux, Crimes innoc.,1952, p. 66.
2. Qui est extrêmement fâcheux, désagréable.
a) [En parlant d'une pers.] Un intolérable mioche de quatre ans, jouait avec une crécelle sur les marches du comptoir (Flaub., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 135).Si vous saviez (...) comme ma tendresse est exclusive, comme ma jalousie est jeune, et quel mari intolérable je serai! (Colette, Cl. Paris,1901, p. 268):
2. Je sentais d'autre part que je ne goûtais en elle que sa douleur sans défense, et que, gaie et satisfaite, elle m'eût été une compagne intolérable. Barrès, Jard. Bérén.,1891, p. 166.
b) [En parlant d'une chose] Qu'on se garde surtout de le gonfler cet admirable andantino [de la sonate en si bémol] (...) il deviendrait intolérable même grossier. Discrétion, discrétion (Ghéon, Prom. Mozart,1932, p. 150).Un intolérable sourire découvrait ses dents pures (Beauvoir, Invitée,1943, p. 414):
3. ... il faut le plus possible, lorsqu'on emploie la grande pédale [au piano] éviter les appogiatures altérées et les notes de passage dans le medium de l'instrument, car ces notes se prolongeant comme les autres et s'introduisant par là dans l'harmonie à laquelle cependant elles sont étrangères, produisent d'intolérables discordances. Berlioz, Instrument.,1844, p. 90.
Intolérable à.Je pisse plus haut que toi. Il disait vrai; sa supériorité était incontestable, mais la morgue avec laquelle il s'en prévalait fut intolérable au Petit Doré (Aymé, Puits,1932, p. 37).
Intolérable pour.Cette insertion [note dans un groupe] est intolérable pour une oreille (...) familière aux allures des mélopées grégoriennes (Bénédictins, Paléogr. mus., t. 3, 1889, p. 24).
B. − Qu'on refuse d'accepter, d'admettre. Le silence de nos gouvernants ne constituerait pas seulement une inconvenance intolérable à l'égard du parlement, mais un véritable péril pour notre pays (Recueil textes hist.,1896, p. 228).Invoquer l'omni-présence de l'eau pour justifier l'habitat dispersé de Bretagne, c'est ignorer l'intolérable corvée qu'y constitue pour tant de ménagères la quête de l'eau, seaux à la main ou sur une branche d'épaule, à des centaines de mètres de leur domicile (Meynier, Pays. agraires,1958, p. 102):
4. Penser autrement que ces tolérants [les libéraux] c'est ce que le parti de la tolérance ne peut tolérer; estimer qu'il faut respecter la loi de Dieu, c'est la doctrine absolument intolérable. Veuillot, Odeurs de Paris,1866, p. 14.
Dans une loc. impers.
Il est intolérable de + inf.Il nous était intolérable de penser que la liberté nous serait rendue sans que nous y fussions pour rien (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 366).
Il est intolérable que + subj.Il serait intolérable que je prétende parler au nom du catholicisme, ou entraîner dans mon chemin les catholiques comme tels (Maritain, Human. intégr.,1936, p. 324).
Prononc. et Orth. : [ε ̃tɔleʀabl̥]. Ac. 1694, 1718 : intolerable, ensuite -tolé-. Étymol. et Hist. Fin xiiies. (Jean de Meun, Testament, 1937 ds Rose, éd. Méon, t. 4, p. 99 : puors intolerables); ca 1330 en parlant d'une pers. (Guillaume de Digulleville, Vie hum., 10566 ds T.-L.); 1352-56 en parlant d'un pouvoir accablant (Bersuire, ms. fr. BN 20312 ter, fol. 53 ds Littré). Empr. au lat.intolerabilis « intolérable, insupportable ». Fréq. abs. littér. : 1 044. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 647, b) 1 190; xxes. : a) 2 000, b) 2 046.
DÉR.
Intolérablement, adv.D'une façon intolérable. Il souffrait intolérablement de la privation de tabac (Van der Meersch., Invas. 14,1935, p. 96).Le niveau intolérablement bas des salaires et du prix des services (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 180).[ε ̃tɔleʀabləmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1878. 1reattest. 1521 (P. Fabri, Rhét., fol. 82 rods Gdf. Compl.); av. 1528 [ms. xvies.] (J. d'Auton, Chron., BN 5082, fol. 70 ro, ibid.); de intolérable, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér. : 18.

Intolérable : définition du Wiktionnaire

Adjectif

intolérable \ɛ̃.tɔ.le.ʁabl\ masculin et féminin identiques

  1. Qu’on ne saurait tolérer ; inadmissible, inacceptable.
    • Le trafic des indulgences, qui devenait toujours plus intolérable, ne causa pas moins de préjudice à la cour romaine. Les pontifes français […] dispensèrent, à un prix excessif, toutes sortes de permissions scandaleuses. — (Emile Guers, Histoire abrégée de l'Église de Jésus-Christ, 1850, p.320)
  2. (Par analogie) Qu’on ne peut supporter, endurer ; insupportable.
    • Depuis vingt-quatre ans, M. B… souffrait d'une sinusite frontale qui avait nécessité onze opérations!! Malgré tout la sinusite persistait, accompagnée de douleurs intolérables. — (Émile Coué, La Maîtrise de Soi-même par l'autosuggestion consciente, 1922, éd. 1935, p.40)
    • De nouveau, ce fut le silence. Mais elle savait à présent qu’elle n’était pas seule. Elle retenait elle aussi, inutilement, sa respiration. Une angoisse comme jamais elle n’en avait ressenti l’étreignait. Elle allait mourir dans quelques instants ; elle en avait l’intolérable certitude ; — (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 2, « La Reine étranglée »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Intolérable : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INTOLÉRABLE. adj. des deux genres
. Qu'on ne peut tolérer. Sa présence m'est intolérable. Injure intolérable. Il signifie, par analogie, Qu'on ne peut souffrir, supporter patiemment. Douleurs intolérables. Chaleur intolérable.

Intolérable : définition du Littré (1872-1877)

INTOLÉRABLE (in-to-lé-ra-bl') adj.
  • 1Qu'on ne peut supporter patiemment. Ces conditions d'une paix qui tenait tant de la servitude parurent intolérables, et la fierté du vainqueur inspira un courage de désespoir aux vaincus, Voltaire, Siècle de Louis XIV, 10.
  • 2Qu'on ne peut tolérer. Cela est intolérable.

    Il se dit aussi des personnes. Si vous voulez qu'on tolère ici votre doctrine, commencez par n'être ni intolérants ni intolérables, Voltaire, Polit. et législation. Tolérance, s'il est utile d'entretenir, etc.

HISTORIQUE

XIIIe s. Chaut et froit sans mesure, puors [puanteur] intolerables [dans l'enfer], J. de Meung, Test. 1938.

XIVe s. L'empire et la seigneurie des consuls trop grande et intollerable, Bercheure, f° 53, verso. Se complaignant de la cruauté de son pere intollerable envers lui, Bercheure, f° 25, recto. Douleur intollerable, H. de Mondeville, f° 88.

XVIe s. Ceste presumptueuse, haultaine et fiere opiniastreté, quand elle est jointe à l'ambition, devient encore plus intolerable, Amyot, Alcib. et Cor. compar. 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « intolérable »

Étymologie de intolérable - Littré

Lat. intolerabilis, de in… 1, et tolerabilis, tolérable.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de intolérable - Wiktionnaire

Emprunté au latin intolerabilis (« intolérable, insupportable »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « intolérable »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
intolérable ɛ̃tɔlerabl play_arrow

Citations contenant le mot « intolérable »

  • Il se sent « impuissant » face à ce qu’il considère comme « un problème national ». Alors il en veut « à nos dominants ». « On va dire que ce sont des propos du Rassemblement national, mais il faut de la répression, cette situation est intolérable ». , Faits-divers - Justice | 14-Juillet : les violences continuent dans l’agglomération
  • Une situation intolérable pour l’édile de Puteaux qui mène un combat auprès de l’Etat depuis des années. Et les nuits agitées durant la fête nationale ont encore plus convaincu Joëlle Ceccaldi-Raynaud de retrouver les forces de l’ordre la nuit dans sa ville. Defense-92.fr, Passé dans l’ombre de celui de La Défense, Puteaux veut retrouver son commissariat la nuit - Defense-92.fr
  • Tête de liste de « Bien vivre à Lorient », troisième avec 19,55 % des voix le 28 juin 2020, Bruno Blanchard trouve « injustifiable et intolérable » que Damien Girard évoque des accusations de violences conjugales à son encontre. Le Telegramme, Bruno Blanchard répond aux explications de Damien Girard sur l’entre deux tours à Lorient - Lorient - Le Télégramme
  • Il s’appelait Philippe Monguillot. Pour les Français, le «chauffeur de bus de Bayonne» a désormais un nom et un visage, celui d’un époux et d’un père de famille «sans histoire». Sans doute, sa famille, ses amis, ses collègues auraient souhaité que cela continue ainsi: une vie tranquille, une retraite paisible. Comme le souhaitent toutes les familles de France qui vivent sans être «défavorablement connus des services de police», sans troubler l’ordre public, sans violenter qui que ce soit pour un regard de travers, sans agresser en meute de lâches un homme ou une femme, seuls. Nous aspirons à vivre tranquillement parce que nous respectons la loi, parce que nous croyons que le respect de l’ordre public est le pilier d’une société civilisée. Mais, chacun de nous sait que cette tranquillité n’existe pas, parce que nous avons tous été témoins ou victimes d’une «violence gratuite» comme la nomenclature désigne cette forme de décivilisation, de sauvagerie qui consiste à agresser autrui sans autre motif que décharger contre lui sa haine recuite, sa frustration minable. Beaucoup d’entre nous ont décidé d’apprendre à leur enfant à baisser les yeux, à ne pas répondre à l’insulte qui fuse. Se soumettre dans l’espace public à la terreur d’une minorité (qu’on identifie généralement sans avoir recours à un sociologue), c’est déjà abandonner sa part de citoyenneté autant que d’humanité. Nous y sommes hélas tous accoutumés parce que nous voulons rentrer chez nous sains et saufs, et continuer à vivre «nos vies sans histoire». C’est légitime. C’est humain. Mais cette tolérance vis-à-vis de l’intolérable nous dévore en tant que corps social, en tant que nation. Le Figaro.fr, Meurtre de Philippe Monguillot: «Jusqu’à quand allons-nous tolérer l’intolérable?»
  • Pour ceux qui n'acceptent pas de quitter la terre, la mort est un avenir intolérable. De Armand Salacrou / Pourquoi pas moi ?
  • Si l'athéisme se propageait, il deviendrait une religion aussi intolérable que les anciennes. De Gustave Le Bon / Aphorismes du temps présent
  • Le plus intolérable serait un Dieu tel qu'on le souhaite. De Elias Canetti / Le territoire de l'homme
  • La mode est une forme de laideur si intolérable qu'il faut en changer tous les six mois. De Oscar Wilde
  • Autant le mensonge est pardonnable, autant est intolérable l'individu qui ment à soi-même. De Gavril Derjavine / Aphorismes
  • Dans la vie, il n'est rien de plus intolérable, ni en fait de moins toléré, que l'intolérance. De Giacomo Leopardi / Pensées
  • Nulle qualité humaine n'est plus intolérable ni, de fait, moins tolérée que l'intolérance. De Giacomo Leopardi

Traductions du mot « intolérable »

Langue Traduction
Corse intolerable
Basque jasanezin
Japonais 耐え難い
Russe невыносимый
Portugais intolerável
Arabe لا يطاق
Chinois 无法忍受的
Allemand unerträglich
Italien intollerabile
Espagnol intolerable
Anglais intolerable
Source : Google Translate API

Synonymes de « intolérable »

Source : synonymes de intolérable sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « intolérable »



mots du mois

Mots similaires