Importun : définition de importun


Importun : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

IMPORTUN, -UNE, adj. et subst. masc.

A. − [En parlant d'une pers.]
1. Adj. Qui ennuie ou fatigue par une présence intempestive ou un comportement hors de propos; p. ext. indésirable. Synon. embêtant (fam.), encombrant, envahissant, fâcheux, indiscret, insupportable.Hôte, solliciteur, visiteur importun; se rendre, se sentir importun; craindre d'être importun. À la fin, comprenant l'inutilité de son zèle et craignant de devenir importun, il cessa d'être quotidien (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 259).Le tiers importun qui est avec deux fiancés et doit s'en aller afin qu'ils soient vraiment ensemble (S. Weil, Pesanteur,1943, p. 49) :
1. ... elle accueillait parfois les deux visiteuses sans aménité, comme des étrangères importunes dont les intentions étaient suspectes; et (...) elle les congédiait généralement bien avant l'heure de la clôture du parloir, pour ne pas manquer sa partie de bésigue. Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 640.
[En fonction d'attribut] Il s'enfuyait, craignant de venir trop tard ou de paraître importun à Ève qui sans doute était couchée (Balzac, Illus. perdues,1837, p. 73).Dans l'entourage de Gilberte on avait l'impression que je lui étais importun (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 588).
2. Subst. masc. Personne qui est mal venue, qui intervient hors de propos et qui gêne ou fait perdre du temps. Synon. gêneur, raseur (fam.), casse-pieds (pop.).Éviter un importun, se débarrasser d'un importun, chasser les importuns; loin des importuns; être sans cesse dérangé par des importuns. Vous devez bien en vouloir à l'importun qui a dérangé vos projets et retardé votre départ (Benoit, Atlant.,1919, p. 55).Je ne retourne jamais dans les maisons dont on m'a, même une seconde, refusé la porte. Je ne peux souffrir d'avoir l'air d'un importun (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 228) :
2. Brusquement, l'idée lui vint qu'il s'était conduit en importun. On lui signifiait que l'on ne tenait pas à le voir. En eût-il pu douter : il n'aurait eu qu'à se rappeler la manière dont Philippe l'avait quitté; il ne lui avait même pas dit, comme la première fois : « À l'un de ces jours. » Arland, Ordre,1929, p. 118.
B. − [En parlant d'un inanimé]
1. Qui survient mal à propos. Synon. agaçant, désagréable, gênant, inopportun; anton. agréable, discret, opportun.Attitude, circonstance, joie, manifestation, visite importune; détails, discours, propos, regards importuns. Triste réunion où la joie des enfants était devenue importune, tant mon aspect y jetait de morne désespoir (Soulié, Mém. diable, t. 1, 1837, p. 345).Et dans la crainte que sa présence ne fût importune, il s'éloigna sur la pointe de ses bottines (Aymé, Jument,1933, p. 142).
2. Qui incommode, qui cause du tracas par sa continuité, sa fréquence ou son excès. Babil, souci importun; plainte, pluie importune; chasser une idée, une pensée importune; toux importune. Les louanges, qui m'étaient importunes quand je les recevais, me devenaient agréables lorsqu'elles s'adressaient à Varius ou à Macer (A. France, Île ping.,1908, p. 164).
Prononc. et Orth. : [ε ̃pɔ ʀtε ̃] ou [-tœ ̃], adj. fém. [-tyn]. 12 témoins sur 17 ds Martinet-Walter 1973 : [-tε ̃]. Au masc. devant voyelle : un importun ami [-tε ̃nami], [-tœ ̃nami], voire [-tynami] (cf. Littré). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist 1. a) 1327 « pressant (en parlant d'une requête, d'une supplication) » (Ordonnance no634 ds Isambert, Recueil gén. des anc. lois fr., Paris, Belin-Leprieur, t. 3, p. 323 : par faveurs et importunes instances et prieres); b) 1540 « qui poursuit, tracasse d'une manière répétée (en parlant d'une personne) » (Amadis, 295 ds IGLF : En bonne foy, cela vous monstre bien qu'une austresfois vous ne devez estre si importun, pour sçavoir l'affaire de nul oultre son gré); 1558 « id. (d'une chose) » l'importun souci (Du Bellay, Regrets, éd. J. Jolliffe, 24); 2. ca 1450 « dont la conduite n'est pas en accord avec le rang, la dignité » (Mist. Viel Testament, éd. J. de Rotschild, 44846); 1541 [éd.] « inopportun » argument ... importun et improprement appliqué à la matière présente (Calvin, Instit., XII, p. 631 ds Hug.). Empr. au lat. class.importunus « incommode, fâcheux, désagréable » mot à mot « qu'on ne peut aborder, impraticable », dér. de portus « port, asile, refuge », préf. négatif in-1*; le sens de « désagréable » s'est développé en français. Fréq. abs. littér. : 660. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 340, b) 904; xxes. : a) 897, b) 629.
DÉR.
Importunément, adv.,littér., peu usité. D'une manière importune, hors de propos ou agaçante par sa répétition. Anton. discrètement, opportunément.Arriver, intervenir, survenir importunément. Il revient importunément à la charge; presser importunément (Ac.). L'autre (...) n'imposait jamais sa compagnie importunément, sentant quand il était de trop (Richepin, Cadet,1890, p. 50).Notre sollicitude les irrite [ces jeunes gens], et le mieux est de ne pas trop la leur laisser voir. Je sais qu'elle s'exerce bien importunément et maladroitement quelquefois (Gide, Faux-monn.,1925, p. 1206).[ε ̃pɔ ʀtynemɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. a) xiiies. [ms.] « de manière importune, à contretemps » (Bible, Maz. 35, fo40b : Ne paroles par la ou tu ne servies mie oys et ne voeilles mie estre eslevez importunement en ta sapience), b) 1400-50 « de façon pressante » (Arch. Nord, 10 H 326 fol. 12v ds IGLF : [Ils] luy coururent subs furieusement et importunement); de importun, suff. -ment2*.

Importun : définition du Wiktionnaire

Adjectif

importun \ɛ̃.pɔʁ.tœ̃\

  1. Qui déplaît, qui ennuie, qui fatigue par des assiduités, par des discours, par des demandes, par une présence hors de propos, etc.
    • Quoique très instruite, elle n'avoit ni les caprices, ni l’humeur qu'on attribue aux gens de lettres, qui tantôt se livrent à une loquacité importune, tantôt se renferment dans un silence méprisant. — (E.-F. Lantier, Voyages d'Anténor en Grèce et en Asie, Paris : chez Belin & chez Bernard, 2e édition revue, an VI, tome 1er, page 35)
    • Un torse rond, des épaules droites, des seins gorgés comme des pastèques, des jambes longues et bien en chair se délivrèrent agilement d'un linge multiple importun. — (Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole, 1901)
  2. Qui déplait, qui fatigue parce que cela est, ou semble, hors de propos.
    • Flatteries importunes. — Questions importunes. — Arrivée importune. — D’importuns souvenirs. — La vérité lui est importune.
  3. (Par analogie) (Sens propre) ou (Figuré) Qui est insupportable par sa continuité, sa fréquence.
    • Le fanon musculeux ballottait de droite et de gauche […], tandis que la queue vigilante voltigeait sans relâche alentour de leurs cuisses et de leurs flancs, chassant les taons assoiffés de sang et les mouches importunes. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Une pluie importune. — Il a un babil importun. — Ses fréquentes visites sont importunes.

Nom commun

importun \ɛ̃.pɔʁ.tœ̃\ masculin (pour une femme on dit : importune)

  1. Celui qui importune
    • Un soir au coucher du soleil, assis auprès de son amie, au fond du verger, loin des importuns, il rêvait profondément. — (Stendhal, Le Rouge et le Noir)
    • Il songe à faire défiler sous les yeux de ses spectateurs toutes sortes de types de fâcheux, c'est-à-dire d’importuns, de gêneurs, de raseurs, de barbeurs, — le nom change, selon l'époque — mais ce genre de personnage reste toujours « fâcheux ». — (Henry Lyonnet, Les "Premières" de Molière, Paris : Éditions Delagrave, 1921, p. 80)
    • Fort en train de travailler ce matin; quelques importuns me dérangent. Ne rangeons pas parmi ces derniers le très sympathique Pierre Cornu. — (André Gide, Journal 1889-1939, Bibliothèque de la Pléiade, Éditions Gallimard, 1951, page 288)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Importun : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IMPORTUN, UNE. adj.
Qui déplaît, qui ennuie, qui fatigue par des assiduités, par des discours, par des demandes, par une présence hors de propos, etc. Il craint de vous être importun, de se rendre importun, de devenir importun. C'est un solliciteur importun. Il est importun par ses questions incessantes. Substantivement, Un importun, une importune. Il se dit aussi des Choses qui déplaisent, qui fatiguent parce qu'elles sont hors de propos ou semblent hors de propos. Flatteries importunes. Questions importunes. Arrivée importune. D'importuns souvenirs. La vérité lui est importune. Il se dit par analogie, tant au propre qu'au figure, de Ce qui est insupportable par sa continuité, sa fréquence. Une pluie importune. Il a un babil importun. Les moustiques sont importuns. Ses fréquentes visites sont importunes.

Importun : définition du Littré (1872-1877)

IMPORTUN (in-por-tun, tu-n' ; quant à la liaison du masculin devant une voyelle, la prononciation varie : les uns disent un in-por-tu-n ami ; les autres : un in-portun n-ami ; au pluriel, l's se lie : d'in-por-tun-z amis) adj.
  • 1Qui est fâcheux d'une manière répétée, continue. Ainsi certaines gens faisant les empressés S'introduisent dans les affaires ; Ils font partout les nécessaires, Et, partout importuns, devraient être chassés, La Fontaine, Fabl. VII, 9. Je voudrais être en lieu d'où je pusse aisément Contempler la foule importune De ceux qui cherchent vainement Cette fille du sort [la fortune] de royaume en royaume, La Fontaine, ib. VII, 12. Importun à tout autre, à soi-même incommode, Boileau, Sat. VIII. Britannicus le gêne, Albine ; et chaque jour Je sens que je deviens importune à mon tour, Racine, Brit. I, 1. C'est le rôle d'un sot d'être importun, La Bruyère, V. Il se croyait utile et n'était qu'importun, Dorat, Feinte par amour, I, 1. La faim qui flétrit l'âme autant que le visage, Par qui l'homme souvent importun, odieux, Est contraint de rougir et de baisser les yeux, Chénier, Idylles, le Mendiant.

    Importun à soi-même, qui est pour soi-même une cause continuelle de fâcherie. Captive, toujours triste, importune à moi-même, Racine, Andr. I, 4.

    Substantivement. …Qu'il [Dieu] nous garde, en ce bas monde ici, De faim, d'un importun, de froid et de souci, Régnier, Sat. VIII. Pour renvoyer chez vous les vœux qu'on vient m'offrir, Et n'avoir plus chez moi d'importuns à souffrir, Corneille, Perthar. I, 2. De combien d'importuns j'ai la tête étourdie ! Rotrou, St Genest. II, 3. C'est un vieux importun qui n'a pas l'esprit sain, Et pour qui j'ai toujours quelque défaite en main, Molière, Fâch. III, 3. Fut-il jamais inaccessible, je ne dis pas à ses amis, je dis aux indiscrets et aux importuns ? Fléchier, Lamoignon. Vois-tu cet importun que tout le monde évite, Cet homme à toujours fuir, qui jamais ne vous quitte ? Boileau, Épître IX. Ah ! que l'on porte ailleurs les honneurs qu'on envoie : Importune, peux-tu souhaiter qu'on me voie ? Racine, Phèdre, III, 1.

  • 2Il se dit aussi des choses. Viendrait-il de nouveau d'une audace importune Pour la centième fois éprouver la fortune ? Mairet, Soliman, I, 3. Ôtez-nous de ces biens l'affluence importune, Dirent-ils l'un et l'autre, La Fontaine, Fabl. VII, 6. Par des vœux importuns nous fatiguons les dieux, La Fontaine, Fabl. VIII, 5. Ne trouvez-vous pas qu'il y a bien longtemps que nous sommes séparées ? je suis frappée de cette douleur d'une manière tellement importune qu'elle me serait insupportable, Sévigné, 12 fév. 1672. Ce sentiment importun des sens offensés, c'est ce qui s'appelle douleur, Bossuet, Connaiss. I, 2. Madame, je le sais, les soupçons importuns Sont d'un second hymen les fruits les plus communs, Racine, Phèdre, II, 5. Pardonnez à l'éclat d'une illustre fortune Ce reste de fierté qui craint d'être importune, Racine, Andr. III, 6. Laissons de leur amour la recherche importune, Racine, Bajaz. IV, 4. …Oubliez une gloire importune ; Ce triste abaissement convient à ma fortune, Racine, Iphig. III, 5. Cesse, cesse et m'épargne un importun discours, Racine, Phèdre, IV, 2. Sa présence [de Joas] à la fin pourrait être importune, Racine, Athal. II, 7. Ah ! chassons cette importune idée, Voltaire, Zaïre, I, 5. Perdez-en pour jamais l'importune mémoire, Voltaire, Sémir. I, 5. Tous nos petits rimeurs, las d'un joug importun, Ont détrôné le dieu qui régnait au Parnasse. - Détrôné ? dites-vous ? qu'ont-ils mis à la place Du blond Phébus ? Phébus le brun, Clément, Épigr. contre Lebrun.

SYNONYME

IMPORTUN, FÂCHEUX. La différence qu'il y a entre ces deux mots, c'est que celui qui fâche ou ce qui fâche peut n'être fâcheux qu'une fois, tandis que celui qui importune ou ce qui importune est fâcheux d'une manière répétée, continue. Un importun vous assiége ; un fâcheux vous cause un ennui. Un souvenir importun vous poursuit ; un souvenir fâcheux vous cause de la peine.

HISTORIQUE

XVe s. Il faut laisser le chalgrin importun à tout le moins à la table buvant, Basselin, XL.

XVIe s. La fortune ayant esté si importune que de mettre en une maison triumphale un si piteux dueil, Amyot, P. Aem. 57. Il y en eut plusieurs à qui Titus sembla par trop importun et trop cruel, d'avoir ainsi fait mourir Hannibal, Amyot, Flam. 42. Une ambition importune en tel aage, Amyot, Marius, 2. Combien qu'il eust aussi bonne grace, et rencontrast aussi dextrement à se deffaire de tels importuns, Amyot, Mauvaise honte, 9. J'ai vu des gens importuns de courtoisie, Montaigne, I, 52. La peur est encore plus importune et insupportable que la mort, Montaigne, I, 64. Si quelqu'un donc par une legiereté intemperante ou temerité indiscrete, en temps ou lieu importun fait quelque chose dont les imbeciles et rudes soyent scandalisez…, Calvin, Inst. 665. Comment pourra-telle tenir contre un homme importun en demandes, obstiné en poursuites, inventif en moyens ? Despériers, Contes, XCII. Mais l'importun souci qui nous suit pas à pas Et par terre et par mer, nous ne le fuyons pas, Du Bellay, J. V, 32, verso. Poignante, aspre, importune et fiere souvenance, Veux-tu donc nuict et jour mon esprit tourmenter ? Desportes, Cléonice, LXXVIII.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Importun : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

IMPORTUN, s. m. (Morale.) c’est celui qui embarrasse, incommode, ennuie, chagrine par sa présence, ses discours & ses actions hors de saison.

Un importun offre avec vivacité ses services à des gens qui ne veulent pas l’employer ; il prend le moment que son ami est accablé d’affaires pour lui parler de sciences ; il va souper chez sa maîtresse, le soir même qu’elle a la fièvre ; il entraîne à la promenade des gens à peine arrivés d’un long voyage, & qui ne cherchent qu’à se reposer de leurs fatigues ; en un mot, il ne sait jamais discerner le tems & les occasions, & loin d’obliger les autres, il leur déplaît, & leur devient à charge. Ce rôle ridicule, qu’il joue dans la société, est le vrai rôle d’un sot ; un homme habile, dit la Bruyere, sent d’abord s’il convient ou s’il ennuie ; il sait disparoître l’instant qui précede celui où il seroit de trop quelque part. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « importun »

Étymologie de importun - Littré

Lat. importunus, de in négatif, et portus, port, qui n'a point de port, d'accès, qui est défavorable, et de là les significations dérivées.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de importun - Wiktionnaire

Du latin importunus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « importun »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
importun ɛ̃pɔrtœ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « importun »

  • Au retour de leur escapade tunisienne, les deux femmes trouvent donc Cristache devant la porte de l'appartement, situé au rez-de-chaussée. L'importun avait préalablement cassé un carreau pour y pénétrer. leparisien.fr, Assises : jugé pour l’assassinat en pleine rue de son rival amoureux à Boulogne-Billancourt - Le Parisien
  • Dupond aurait pu signer la tribune Deneuve, et il aurait eu bien raison. Est-ce que cela fait de lui un importun et un importuneur, un siffleur de rue et un goujat, un harceleur et un violeur ? Est-ce qu’un homme peut encore faire avancer la cause des femmes ? Un Blanc, la cause des Noirs ? Un riche, la cause des pauvres ? Est-ce que Dupond, sang-mêlé revendiqué, qui fut pauvre, demi-Italien basané et jeunot complexé par un physique encombrant, peut faire triompher la cause commune ? Ou est-ce que l’essentialisation prônée par les tribus intersectionnelles sépare désormais les sexes, les races et les classes, selon une logique d’apartheid tout à fait crasse ? Libération.fr, Plaidoirie pour Dupond-Moretti - Libération
  • Lors des premières auditions, les trois individus âgés d’environ 35 à 45 ans ont indiqué avoir été pris à partie par un homme sans raison alors qu’ils étaient tranquillement assis au pied d’un immeuble en train de discuter. Un importun qu’ils ont fait déguerpir. Mais celui-ci, poursuivent-ils, n’en est pas resté là puisqu’il est revenu armé d’un pistolet et a fait feu à plusieurs reprises en leur direction, touchant deux d’entre eux. , Faits-divers - Justice | Coups de feu à Avignon : un homme atteint au visage, un autre à l’abdomen
  • La Direction de la protection de la faune de l’Abitibi-Témiscamingue (DPF-AT) confirme avoir reçu plusieurs signalements d’ours importuns à proximité des zones urbaines au cours des dernières semaines. Radio-Canada.ca, Des ours s’invitent près de certaines résidences à Val-d’Or | Radio-Canada.ca
  • C’est un papillon dont la détermination ne pose aucun problème. Le Paon-du-jour adulte (imago) est de taille moyenne (entre 5 et 6 cm d’envergure). Il est aisément identifiable par ses ocelles (yeux) vifs sur un fond vermeil qui rappellent ceux des plumes de paon (d’où son nom vernaculaire). Le revers brun de ses ailes lui permet de se glisser au sein des feuilles mortes sans qu’il soit visible. Les ocelles sont exposés rapidement lorsque le papillon est troublé par un prédateur tel qu’un oiseau. Cette démonstration brutale de l’éclat de ses ailes, accompagnée par l’effleurement des ailes ouvertes crée un bruit de sifflement, qui effraie et repousse l’importun. D’autres pensent que les ailes ouvertes évoquent un regard de chat, ce qui peut surprendre ou décourager le prédateur, assez longtemps au moins, pour que le Paon-du-jour puisse prendre la fuite. petitbleu.fr, Le paon du jour ou le concours de beauté - petitbleu.fr
  • La raison pourquoi les sots réussissent ordinairement dans leurs entreprises, c'est que ne sachant et ne voyant jamais quand ils sont importuns, ils ne s'arrêtent jamais. Or, il n'y a pas d'homme assez sot pour ne savoir pas dire : "donnez-moi cela". De Montesquieu / Mes Pensées
  • La calomnie est comme la guêpe qui vous importune, et contre laquelle il ne faut faire aucun mouvement, à moins qu'on ne soit sûr de la tuer, sans quoi elle revient à la charge, plus furieuse que jamais. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • Et ne vaut-il pas mieux quelque orage endurer, Que d'avoir toujours peur de la mer importune ? Par la bonne fortune on se trouve abusé, Par la fortune adverse on devient plus rusé. De Joachim Du Bellay / Les Regrets
  • La vieillesse, quant à l'ordre de l'existence terrestre, est un passé sans avenir. Elle représente trop vivement la condition humaine, pour que son aspect n'importune pas l'homme. De Félicité de Lamennais
  • Les longs souvenirs font les grands peuples. La mémoire du passé ne devient importune que lorsque la conscience du présent est honteuse. De Charles de Montalembert / Mélanges d'art et de littérature
  • Le mot importuner ? Son sens dépend beaucoup du nombre de litres qu'on a bus. De Jacques Dutronc / Pensées et répliques
  • Le livre est un ami fidèle, discret, qui jamais ne dérange, jamais n'importune. De Jean Bousquet (1910 - ) / Mon ami Georges
  • Otez-nous de ces biens l'affluence importune. De Jean de La Fontaine / Fables
  • Qui a rejeté son démon nous importune avec ses anges. De Henri Michaux / Tranches de savoir
  • Manger de l'ail. Ca rajeunit l'organisme et ça éloigne les importuns. De Alexandre Vialatte
  • Mieux vaut être désiré qu'importuné. De Proverbe français
  • C'est le rôle d'un sot d'être importun : un homme habile sent s'il convient ou s'il ennuie ; il sait disparaître le moment qui précède celui où il serait de trop quelque part. De Jean de La Bruyère / Caractères
  • L'homme qui a l'âme en paix n'est importun ni à lui-même ni aux autres. De Epicure
  • Quand on est arrivé, on est important ; quand on tente d’arriver, on est importun. De Jacques Sternberg / Dictionnaire des idées revues

Traductions du mot « importun »

Langue Traduction
Corse intrusivu
Basque intrusiboak
Japonais 煩わしい
Russe назойливый
Portugais intrusivo
Arabe تطفلي
Chinois 侵入性
Allemand aufdringlich
Italien invadente
Espagnol intruso
Anglais intrusive
Source : Google Translate API

Synonymes de « importun »

Source : synonymes de importun sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « importun »


Mots similaires