Goût : définition de goût


Goût : définition du Wiktionnaire

Nom commun

goût \ɡu\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. Celui des cinq sens par lequel on discerne les saveurs.
    • Le gras, un goût ? Tout dépend comment on définit ce dernier. Si l’on réduit le goût à la saveur fondamentale captée par les récepteurs de la cavité buccale, le gras ne peut encore accéder à ce glorieux titre, car les biochimistes ne sont pas tous d’accord. — (Camille Labro, Le gras, précieux révélateur de saveurs, Le Monde. Mis en ligne le 26 juillet 2019)
    • Avoir le goût bon, le goût fin, le goût sûr, le goût mauvais, le goût dépravé, le goût usé.
    • Cela plaît au goût, chatouille le goût, flatte le goût.
  2. Saveur.
    • Des petits pois, ainsi préparés, peuvent se conserver plusieurs années sans perdre le goût qu'ils ont dans la primeur. — (Armand Étienne Maurice Havet, Le dictionnaire des ménages, page 363, 1822)
    • On obtient ainsi de l'eau-de-vie qui possède un goût empyreumatique, dit goût de feu, très prononcé ; on peut le faire disparaître en partie en distillant de nouveau l'eau-de-vie. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 143)
    • Il fut intéressé par la salade de carottes râpées en longues lamelles. Il en prit une fourchettée, mâcha. Le goût le surprit. Il n'appréciait pas. — (Roger Hanin, Les sanglots de la fête, Grasset, 1996)
    • Nous nous souvenons du premier dîner avec l’être aimé (nous pouvions à peine manger, tant le désir de l’autre nous emplissait). Nous nous souvenons du goût de son corps sur notre langue. — (Françoise Vergès, À vos mangues !, traduction de Dominique Malaquais, dans Politique africaine, 2005/4, n° 100, p. 319)
    • On faisait brûler légèrement les pommes de terre au lard au fond d'une casserole en fonte pour donner à ce simple ragoût un petit goût de roussi agréable. — (Paul Dunez, Les Grandes Hazelles: L’Émeraude des Ardennes, L'Harmattan, 2011, page 91)
  3. Odeur.
    • On sent ici un goût de renfermé.
    • Ce tabac a un goût de pourri.
    • Y a comme un goût.
  4. Appétence des aliments, plaisir qu’on trouve à boire et à manger.
    • Ce malade ne trouve goût à rien, ne prend goût à rien.
    • Il a entièrement perdu le goût.
    • Le goût commence à lui revenir.
  5. (Figuré) Faculté de sentir, de discerner les beautés et les défauts qui se trouvent dans les ouvrages d’esprit, dans les productions des arts.
    • Il a le goût fin, délicat.
    • Il a bon goût.
    • C’est avoir le goût fort mauvais que de trouver de l’esprit à cela.
    • Le goût des pointes.
    • Finesse de goût.
    • Délicatesse de goût.
    • Le goût particulier d’une nation.
    • Le goût français.
  6. (Par extension) Sentiment agréable ou avantageux qu’on a de quelque chose.
    • Mais cette effervescence sociale n’est pas du goût des autorités de l’Empire. L’activisme de Camélinat lui vaut quelques démêlés avec la justice. — (Rosa Moussaoui, Zéphyrin Camélinat (1840-1932) Un long chemin, de la commune au communisme, dans L'Humanité, 7 septembre 2011)
    • Satisfaire tous les goûts.
    • Cet ouvrage est au goût de tout le monde.
    • Avoir le goût difficile.
  7. Attrait qui porte vers certaines choses et du plaisir qu’on y trouve.
    • Il n’a aucun goût pour la musique.
    • Le goût de la solitude.
    • Inspirer à quelqu’un le goût d’une chose.
    • Prendre goût à une chose.
    • Il n’a point goût au travail qu’on lui impose.
    • Son goût le porte à ce genre d’études, vers ce genre d’études.
    • Mettre en goût d’une chose, en donner envie, désir et aussi Exciter à la faire.
    • Ce qu’on lui dit de ce livre le mit en goût, et il voulut le lire.
    • Ses premiers gains le mirent en goût.
    • Ce facile succès le mit en goût de continuer.
    • Mme de Schwanthaler, mise en goût par ses succès de canotière, passait sa vie sur l’Isar en costumes extravagants. — (Alphonse Daudet, La pendule de Bougival, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 57.)
    • Faire une chose par goût, La faire pour son plaisir.
    • Ouvrages de goût, Ouvrages, objets qui ne sont faits que pour l’agrément, pour l’ornement.
    • En effet, le Marquisien se soucie peu de l’argent et, pour obtenir son copra, certains capitaines exploitent son goût pour l’alcool, ce qui est défendu par la loi mais très difficile d’empêcher. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Elle nous imposait ses goûts et ses dégoûts. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 23)
  8. (Vieilli) Inclination qu’on a pour certaines personnes.
    • On a remarqué qu’il avait du goût pour cette jeune fille et on pense qu’il l’épousera.
    • Ce n’est point de l’amour, c’est un goût passager.
  9. Manière dont une chose est faite, caractère particulier de quelque ouvrage.
    • Des ornements d’un goût recherché, d’un goût mesquin.
    • Ce meuble est de bon goût, de mauvais goût, d’un goût nouveau.
    • Bernard sourit, hocha la tête et, glorieux de son vêtement coupé dans une étoffe cannelle de mauvais goût, m’offrit une cigarette. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Voilà une plaisanterie d’assez mauvais goût.
    • Une galanterie de bon goût.
    • Une toilette de bon goût.
    • Cet artiste travaille dans un fort mauvais goût.
    • Un mobilier d’un goût sévère.
  10. (En particulier) Manière propre à un artiste, de la manière d’une école, et du caractère général d’un siècle.
    • Ces vers sont dans le goût de Racine.
    • Ce tableau est dans le goût de Michel-Ange, de Raphaël.
    • Le goût de la Renaissance.
    • Ce tableau est dans le goût vénitien.
    • Cette pièce est bien du goût du XVe siècle.
    • Il a écrit dans le goût de son siècle.
  11. (Par ellipse) Bon goût ; agrément ; grâce ; élégance.
    • Les cache-nez masculins et féminins sont d'un goût parfait au Comptoir des Indes, et, à cette époque de fin d’année, il est bon de signaler les dessins les plus séduisants et les plus nouveaux. — (« Revue des magasins », dans Le Moniteur de la mode: journal du grand monde, n° 50 du 14 décembre 1873, Paris : chez Adolphe Goubaud & fils, p. 2)
    • Avoir du goût.
    • Un homme de goût, plein de goût.
    • Les lois, les règles du goût.
    • C’est un critique du goût le plus sur.
    • Manquer de goût.
    • Le goût s’épure.
    • Le goût se perd.
    • L’étude, la lecture forment le goût.
    • La perversion du goût.
    • Un ouvrage fait avec goût.
    • Il y avait dans cette parure plus de richesse que de goût.
    • La magnificence et le goût de ces fêtes.
    • Le goût brille dans ses moindres ouvrages.
  12. (Figuré) Propriété ; caractéristique.
    • « La liberté a souvent, hélas, le goût du sang versé », a clamé le président de la République. « Au nom de la nation, je m’incline devant leur sacrifice, je m’incline devant la douleur des familles », a-t-il poursuivi avant de décrire en quelques mots la carrière de chaque soldat. — (Le Monde avec AFP, L’hommage national aux treize soldats morts au Mali : « La liberté a souvent, hélas, le goût du sang versé », Le Monde. Mis en ligne le 2 décembre 2019)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Goût : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GOÛT. n. m.
Celui des cinq sens par lequel on discerne les saveurs. Le sens du goût. Avoir le goût bon, le goût fin, le goût sûr, le goût mauvais, le goût dépravé, le goût usé. Cela plaît au goût, chatouille le goût, flatte le goût. Il signifie aussi Saveur. Viande de bon goût, de mauvais goût. Cela est d'un goût excellent, d'un goût fin, d'un goût délicat, d'un goût exquis, d'un goût relevé. Goût amer, aigre, plat fade, sucré, etc. Ce vin a un goût de terroir. Cette sauce est de haut goût, Elle est très épicée. Cette sauce n'a point de goût, Elle est fade. Pop., Faire passer le goût du pain à quelqu'un, Le faire mourir. Il se prend quelquefois pour Odeur. On sent ici un goût de renfermé. Ce tabac a un goût de pourri. Il se dit encore de l'Appétence des aliments, du plaisir qu'on trouve à boire et à manger. Ce malade ne trouve goût à rien, ne prend goût à rien. Il a entièrement perdu le goût. Le goût commence à lui revenir. Il désigne au figuré la Faculté de sentir, de discerner les beautés et les défauts qui se trouvent dans les ouvrages d'esprit, dans les productions des arts. Il a le goût sûr, fin, délicat. Il a bon goût. Il y a en littérature un bon goût et un mauvais goût. C'est avoir le goût fort mauvais que de trouver de l'esprit à cela. Le faux goût. Le goût des pointes. Finesse de goût. Délicatesse de goût. Le goût particulier d'une nation. Le goût français. Absolument, il signifie Bon goût. Avoir du goût. Un homme de goût, plein de goût. Les lois, les règles du goût. C'est un critique du goût le plus sûr. Manquer de goût. Le goût s'épure. Le goût se perd. L'étude, la lecture forment le goût. La perversion du goût. Il se dit, en général, pour le Sentiment agréable ou avantageux qu'on a de quelque chose. Satisfaire tous les goûts. Cet ouvrage est au goût de tout le monde. Cela n'est pas de mon goût. C'est une affaire ou C'est affaire de goût. Avoir le goût difficile. Prov., Des goûts et des couleurs il ne faut pas discuter. Il se dit aussi de l'Attrait qui vous porte vers certaines choses et du plaisir qu'on y trouve. Il n'a aucun goût pour la musique. Le goût de la solitude. Inspirer à quelqu'un le goût d'une chose. Prendre goût à une chose. Il n'a point goût au travail qu'on lui impose. Son goût le porte à ce genre d'études, vers ce genre d'études. Avoir des goûts élevés, des goûts vulgaires. Satisfaire ses goûts. Il se dit encore de l'Inclination qu'on a pour certaines personnes. On a remarqué qu'il avait du goût pour cette jeune fille et on pense qu'il l'épousera. Ce n'est point de l'amour, c'est un goût passager. Mettre en goût d'une chose, En donner envie, désir et aussi Exciter à la faire. Ce qu'on lui dit de ce livre le mit en goût, et il voulut le lire. Ses premiers gains le mirent en goût. Ce facile succès le mit en goût de continuer. Faire une chose par goût, La faire pour son plaisir. Ouvrages de goût, Ouvrages, objets qui ne sont faits que pour l'agrément, pour l'ornement. En termes de Musique, Notes de goût. Voyez NOTE. Il se dit encore de la Manière dont une chose est faite, du caractère particulier de quelque ouvrage. Des ornements d'un goût recherché, d'un goût mesquin. Ce meuble est de bon goût, de mauvais goût, d'un goût nouveau. Le goût du jour. Voilà une plaisanterie d'assez mauvais goût. Des façons de bon goût. Une galanterie de bon goût. Une toilette de bon goût. Cet artiste travaille dans un fort mauvais goût. Un mobilier d'un goût sévère. Il se dit quelquefois absolument pour Bon goût, agrément, grâce, élégance. Un ouvrage fait avec goût. Il y avait dans cette parure plus de richesse que de goût. La magnificence et le goût de ces fêtes. Le goût brille dans ses moindres ouvrages. Il se dit particulièrement de la Manière propre à un auteur, à un Peintre, à un sculpteur; de la Manière d'une école; et même du Caractère général d'un siècle. Ces vers sont dans le goût de Racine. Ce tableau est dans le goût de Michel-Ange, de Raphaël. Le goût de la Renaissance. Ce tableau est dans le goût flamand vénitien. Cette pièce est bien du goût du XVe siècle. Il a écrit dans le goût de son siècle. Le goût du jour.

Goût : définition du Littré (1872-1877)

GOÛT (goû ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : des goû-z étranges) s. m.
  • 1Celui des cinq sens par lequel l'homme et les animaux perçoivent les saveurs et dont la langue est l'organe principal. Les épices réveillent le goût. La chair [du rhinocéros] est excellente au goût des Indiens et des nègres ; Kolbe dit en avoir souvent mangé avec beaucoup de plaisir, Buffon, Quadrup. t. IV, p. 342. Le goût paraît encore plus dégradé que l'odorat dans un grand nombre d'oiseaux, surtout chez les granivores ; leur langue, presque cartilagineuse, ne semble pas devoir être bien sensible, Bonnet, Contempl. nat. III, 28. L'organe du goût a tant de rapport avec celui du toucher, que décrire l'un c'est presque décrire l'autre, Bonnet, Ess. psychol. ch. 23.

    Populairement. Il a perdu le goût du pain, il est mort.

    On lui fera passer le goût du pain, on le fera mourir.

    Terme de fauconnerie. Oiseau de bon goût, oiseau qui sait veiller sa proie et prendre son temps à propos pour fondre dessus.

  • 2 Par extension, saveur. Ce pâté est d'un goût exquis. Notre hôte cependant, s'adressant à la troupe : Que vous semble, a-t-il dit, du goût de cette soupe ? Boileau, Sat. III.

    Haut goût, tout ce qui réveille l'appétit et se met dans les sauces, comme le poivre, le citron, la muscade, le verjus, etc. Aimer le haut goût.

    Cette sauce est de haut goût, elle est salée, épicée.

    Fig. Des plaisanteries de haut goût.

    Cette sauce n'a point de goût, elle ne sent rien, elle est fade.

    Goût de queue de renard, mauvais goût que contracte parfois le vin de Bourgogne par l'effet d'une maladie, à la troisième ou quatrième année.

    Alcool bon goût, se dit, dans les mercuriales, d'un alcool dont la saveur est bonne.

    Fig. Et le gain a bon goût de quelque endroit qu'il vienne, Régnier, Sat. XII. Quand l'avenir n'a plus de charmes, Qui fassent désirer demain, Et que l'amertume des larmes Est le seul goût de notre pain, Lamartine, Harm. I, 9.

  • 3Goût se prend quelquefois, par abus, pour odeur. On sent un goût de renfermé. Ce tabac a un goût de pourri.
  • 4Appétence des aliments, plaisir qu'on trouve à boire et à manger. Ce malade ne trouve, ne prend goût à rien. Le goût ne lui est pas encore revenu.
  • 5Préférence dans le choix des aliments. Dites votre goût.
  • 6 Fig. Faculté toute spontanée, qui précède la réflexion, que tout le monde possède, mais qui est différente chez chacun, et qui fait apprécier les beautés et les défauts dans les ouvrages d'esprit et dans les productions des arts, comme le goût fait apprécier les saveurs bonnes et mauvaises. Le goût ne va pas sans dégoût. Vous avez le goût bon, Molière, Préc. 10. Il est vrai que le goût des gens est étrangement gâté, Molière, Critique, sc. 7. Je n'ai pas si méchant goût que vous avez pensé, Molière, Am. magn. II, 1. Il y a dans l'art un point de perfection comme de bonté et de perfection dans la nature ; celui qui le sent et qui l'aime a le goût parfait ; celui qui ne le sent pas et qui aime en deçà ou au delà a le goût défectueux ; il y a donc un bon et un mauvais goût, et l'on dispute des goûts avec fondement, La Bruyère, I. Entre le bon sens et le bon goût, il y a la différence de la cause à son effet, La Bruyère, XII. Il est bien plus difficile de donner du goût à ceux qui n'en ont pas, que de former le goût de ceux qui ne l'ont pas encore tel qu'il doit être, Fénelon, Éduc. fill. v. Mais ce goût du beau, c'est peut-être Moins ce qui nous le fait connaître Que ce qui nous le fait sentir, Lamotte, Odes, t. I, p. 251, dans POUGENS. La société des femmes gâte les mœurs et forme le goût : l'envie de plaire plus que les autres établit les parures, et l'envie de plaire plus que soi-même établit les modes, Montesquieu, Esp. XIX, 8. Le climat qui fait qu'une nation aime à se communiquer, fait aussi qu'elle aime à changer ; et ce qui fait qu'une nation aime à changer, fait aussi qu'elle se forme le goût, Montesquieu, ib. [Le dieu du goût parlant : ] Ne souffrez pas que dans Paris Mon rival usurpe ma place ; Je sais qu'à vos yeux éclairés Le faux goût tremble de paraître ; Si jamais vous le rencontrez, Il est aisé de le connaître : Toujours accablé d'ornements, Composant sa voix, son visage, Affecté dans ses agréments, Et précieux dans son langage ; Il prend mon nom, mon étendard, Mais on voit assez l'imposture ; Car il n'est que le fils de l'art ; Moi, je le suis de la nature, Voltaire, Temple du goût. Le goût, ce sens, ce don de discerner nos aliments, a produit, dans toutes les langues connues, la métaphore qui exprime, par le mot goût, le sentiment des beautés et des défauts dans tous les arts ; c'est un discernement prompt, comme celui de la langue et du palais, et qui prévient comme lui la réflexion… il est souvent, comme lui, incertain et égaré, ignorant même si ce qu'on lui présente doit lui plaire, et ayant quelquefois besoin, comme lui, d'habitude pour se former, Voltaire, Dict. phil. Goût, § 1. En général, le goût fin et sûr consiste dans le sentiment prompt d'une beauté parmi des défauts, et d'un défaut parmi des beautés, Voltaire, ib. § 2. Le goût peut se gâter chez une nation ; ce malheur arrive d'ordinaire après les siècles de perfection ; les artistes, craignant d'être imitateurs, cherchent des routes écartées, ils s'éloignent de la belle nature que leurs prédécesseurs ont saisie… on est entouré de nouveautés qui sont rapidement effacées les unes par les autres ; le public ne sait plus où il en est, et il regrette en vain le siècle du bon goût qui ne peut plus revenir, Voltaire, ib. § 1. Le goût dépravé dans les aliments est de choisir ceux qui dégoûtent les autres hommes, c'est une espèce de maladie ; le goût dépravé dans les arts est de se plaire à des sujets qui révoltent les esprits bien faits, de préférer le burlesque au noble, le précieux et l'affecté au beau simple et naturel ; c'est une maladie de l'esprit, Voltaire, ib. Comme le mauvais goût, au physique, consiste à n'être flatté que par des assaisonnements trop piquants et trop recherchés, ainsi le mauvais goût, dans les arts, est de ne se plaire qu'aux ornements étudiés et de ne pas sentir la belle nature, Voltaire, ib. Le bon goût est pour nous en littérature ce qu'il est pour les femmes en ajustements, Voltaire, Dict. phil. Esprit. Le mauvais goût a levé l'étendard dans Paris ; vous en avez encore pour quelques années ; c'est une maladie épidémique qui doit avoir son cours, et l'on ne reviendra au bon que quand vous serez fatigués du mauvais, Voltaire, Lett. d'Argental, 7 août 1750. Prenez toujours le parti du bon goût ; tout le monde à la fin y reviendra, Voltaire, la Harpe, 25 oct. 1777. Peut-on avoir le goût pur quand on a le cœur corrompu ? Diderot, Pensées sur la peint. Œuvres, t. XV, p. 168, dans POUGENS.

    Absolument. Goût se dit souvent pour bon goût. Les lois, les règles du goût. Manquer de goût. La décadence du goût. La magnificence et le goût présidèrent à ces fêtes. Il n'y a qu'à se représenter, d'un côté, les biens sans nombre qui résultent de la vanité ; de là le luxe, l'industrie, les arts, les modes, la politesse, le goût ; et, d'un autre côté, les maux infinis qui naissent de l'orgueil de certaines nations, la paresse, la pauvreté…, Montesquieu, Esp. XIX, 9. Il faut la capitale d'un grand royaume pour y établir la demeure du goût ; encore n'est-il le partage que du très petit nombre, Voltaire, Dict. phil. Goût, § 2. Le Temple du goût, titre d'un opuscule de VOLTAIRE. Une méprise très commune, c'est de confondre le luxe avec le goût, Duclos, Consid. goût, Œuvres, t. X, p. 118. Le goût est en quelque manière le microscope du jugement ; c'est lui qui met les petits objets à sa portée, et ses opérations commencent où s'arrêtent celles du dernier, Rousseau, Hél. I, 12.

    Ouvrages de goût, ouvrages, objets qui ne sont faits que pour l'agrément, pour l'ornement.

    Notes de goût, voy. NOTE.

  • 7 Particulièrement. Bon goût, se dit de la faculté acquise ou innée qui nous fait discerner l'à-propos, la convenance de telle ou telle chose, de tel ou tel genre, de telle ou telle manière. Elle ne trouve pas ce procédé d'un trop bon goût, Sévigné, 239. Je vous trouvais de bon goût d'avoir fait si peu d'attention à de si petites choses, Bossuet, Lett. quiét. 410.

    Il se dit, dans le même sens, des choses. La retraite était de bon goût en cette circonstance.

    Mauvais goût s'emploie dans le sens opposé. Il eût été de mauvais goût d'insister.

  • 8Sentiment d'appréciation propre à chacun. Il ne faut point disputer sur les goûts. Les hommes ont des goûts différents. Selon l'objet divers le goût est différent, Corneille, Othon, IV, 4. [Elle] … Laisse au goût public régler tous ses projets, Corneille, Tite et Bérén. v, 1. Si je suivais mon goût, je saurais où buter, La Fontaine, Fabl. III, 1. Il est plus pour cela selon mon goût que vous, Molière, Éc. des femmes, v, 4. Ce qui le charme, c'est qu'il voit que vous m'aimez ; il a tant d'amitié pour moi, qu'il est ravi que l'on soit dans son goût, Sévigné, 26. Il suivit son goût sans réflexion, Fénelon, Tél. XVI. Une vertu du goût du monde me serait suspecte, Massillon, Carême, Respect humain. Une âme sensée qui ne se conduit ni par goût, ni par sentiment, ni par caprice, Massillon, Carême, Sur la rechute. La vertu qui n'est que dans le goût ne saurait se soutenir, Massillon, Carême, Prière 1. En vain vous les avertirez qu'une famille va tomber… qu'une jeune personne est sur le bord du précipice… qu'un établissement utile va manquer, ce ne sont pas des misères de leur goût, Massillon, Carême, Aumône.
  • 9Inclination qu'on a pour certaines choses et plaisir qu'on y trouve. Il n'est faiblesse égale à nos infirmités ; Nos plus sages discours ne sont que vanités, Et nos sens corrompus n'ont goût qu'à des ordures, Malherbe, I, 1. Elle a lu tout ce qu'elle a pu attraper de romans avec tout le goût que donne la difficulté et le plaisir de tromper, Sévigné, 25 mai 1680. Servius Tullius, qui donna comme un premier goût de la liberté au peuple romain, Bossuet, Hist. III, 7. S'il avait plu à Dieu de lui conserver le goût sensible de la piété qu'il avait renouvelé dans son cœur, Bossuet, Anne de Gonz. Elle perdait le goût des romans et de leurs fades héros, Bossuet, Duch. d'Orl. Il a du goût à se faire voir, La Bruyère, II. Je n'ai de goût qu'aux pleurs que tu me vois répandre, Racine, Esth. I, 4. Ils s'aiment, ils sont dans le goût de s'épouser ; y a-t-il rien là que de fort naturel ? Regnard, la Sérénade, sc. 7. Alexandre, au milieu du tumulte des guerres, conservait toujours du goût et de la curiosité pour les sciences, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 366. Vous qui passez sans cesse du goût de la vertu au goût du monde et des plaisirs, Massillon, Car. Inconstance. On a laissé à certaines âmes d'un goût de vertu plus relevé ou plus farouche toutes ces pieuses délicatesses, Massillon, Conf. Amb. des clercs. À mesure que le monde s'enfuit et nous échappe, on court après lui avec plus de goût que jamais ; le long usage qu'on en a fait n'a servi qu'à nous le rendre plus nécessaire, Massillon, Avent, Délai. Vers enchanteurs, exacte prose, Je ne me borne point à vous ; N'avoir qu'un goût est peu de chose ; Beaux-arts, je vous invoque tous, Voltaire, Temple du goût. Le goût de la chasse, de la pêche, des jardins, de l'agriculture, est un goût naturel à tous les hommes, Buffon, Quadrup. t. II, p. 16. Virgile offrait dans ses vers deux caractères originaux : le goût des champs qui appartenait à la vie romaine, et un sentiment de tristesse qui a quelque chose de nouveau dans les mœurs brillantes du polythéisme méridional, Villemain, Littér. fr. 18e siècle, 2e part. 2e leçon.

    Mettre en goût, donner envie, désir. Or m'ayant mis en goût des hommes et du monde, Régnier, Sat. XI. Ce grand succès [d'Esther] mit Racine en goût, il voulut composer une autre pièce, Mme de Caylus, Souven. p. 210, dans POUGENS.

    Entrer en goût, commencer à se plaire à. Fais tomber de la pluie [d'argent] et laisse faire à moi. - Tu viens d'entrer en goût, Corneille, Menteur, IV, 7.

    Être en goût, avoir envie, désir.

    Faire une chose par goût, la faire pour son plaisir.

    Être au goût, être de goût, être conforme à l'envie, au désir. Les plus excellents ouvrages de peinture, de sculpture ne sont point à mon goût, Voiture, Lett. 97. Les femmes docteurs ne sont pas de mon goût, Molière, Fem. sav. II, 3. La vie retirée n'est pas de son goût, Sévigné, 437. Les fruits d'une salutaire pénitence… ces fruits ne seront pas au goût de la nature, Bourdaloue, Car. III, Comm. pascale, 213.

    Prendre goût à, se plaire à. Ils ne prenaient aucun goût à la chose, La Fontaine, Rem. Ah ! tu prends donc, pendard, goût à la bastonnade, Molière, Amphit. I, 2. Le goût que Sa Majesté prend au métier de la guerre, Sévigné, 289.

  • 10Inclination pour les personnes et empressement à les rechercher. Le goût qu'elle a pour vous n'est point d'une Allemande, Sévigné, 222. Il est marié à une personne toute à son goût, Sévigné, 582. Jamais rien ne m'a plus flattée que le goût que je vous ai toujours vu pour moi, Maintenon, Lett. à Mme de Dangeau, t. VII, p. 115, dans POUGENS. Le chevalier fut bientôt de son goût et de son jeu, Hamilton, Gramm. 5. Il fut bientôt du goût de tout le monde, Hamilton, ib. 6. Nous avons perdu le chevalier du Druy, major fort en goût du roi, Saint-Simon, 13, 151. Adaté a répondu avec esprit, et la princesse s'est prise d'un grand goût pour elle, Voltaire, Amabed, Lett. 12.

    Particulièrement, il se dit d'une inclination à laquelle on ne veut pas ou ne doit pas donner le nom d'amour. Ce n'est point de l'amour, c'est un goût passager. Goût, en galanterie, simple inclination, amusement passager, mot des gens de cour, De Caillières, 1690. C'est une petite bagatelle qui ne mérite pas de vous être dite ; c'est que j'ai pris du goût pour Arlequin, Marivaux, Double inconst. III, 1.

  • 11Manière dont une chose est faite, caractère particulier de quelque ouvrage. Des ornements d'un goût recherché, d'un goût mesquin. Le goût du jour. L'architecture était du meilleur goût, Fénelon, Tél. XI. Le bon goût de la littérature se communique même aux mœurs publiques et à la manière de vivre, Rollin, Traité des Ét. Disc. prél. LXXXIX. L'excellent goût de leur littérature [des Français] leur soumet tous les esprits qui en ont ; et, dans la guerre si malheureuse dont ils sortent, j'ai vu leurs auteurs et leurs philosophes soutenir la gloire du nom français ternie par leurs guerriers, Rousseau, Conf. v.

    Absolument. Élégance, grâce, agrément. Un ouvrage fait avec goût. La magnificence et le goût présidèrent à ces fêtes.

    Le grand goût, manière grande et élevée dans la littérature et les beaux-arts. Elle est dessinée de grand goût, Diderot, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 20. Moi qui vois tous les jours nos maîtres et nos élèves perdre ici, dans la capitale, le grand goût qu'ils ont apporté de l'école romaine, Diderot, ib. p. 153. Les acteurs mêmes de l'Opéra venaient se former au grand goût du chant sur ces excellents modèles, Rousseau, Confess. VII.

  • 12La manière propre à un artiste, le caractère d'un siècle, etc. Des vers dans le goût de Corneille. Leurs ouvrages sont faits sur le goût de l'antiquité, La Bruyère, I.

    Le goût national, goût particulier, propre à chaque nation.

    Terme de beaux-arts. Manière générale d'une école. Le goût flamand, la manière des peintres flamands.

    Familièrement, dans le goût de, semblable à. C'était un caractère à peu près dans le goût du feu comte de Rochester, Voltaire, Jenni, 7. J'entreprends un nouveau procès dans le goût de celui des Calas, et je n'ai pas pu m'en dispenser, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 24 sept. 1766.

    PROVERBE

    Le coût en fait perdre le goût, se dit d'une chose trop chère.

    Le morceau avalé n'a plus de goût, une affaire fâcheuse terminée doit être oubliée.

HISTORIQUE

XIVe s. Comme celui qui est sain du corps et a bien disposé le goust juge bien des saveurs, Oresme, Eth. XIX.

XVIe s. Le premier goust que j'eus aux livres, Montaigne, I, 196. Ce bruvage a le goust un peu piquant, Montaigne, I, 237. Ces fruits sont, nostre goust mesme, excellents, Montaigne, I, 234. Tu as esprouvé la faveur du roy ; mais la liberté, quel goust elle a, combien elle est doulce, tu n'en sçais rien, La Boétie, Servitude volont. Il faut qu'ils se plaisent de son plaisir, qu'ils laissent leur goust pour le sien, La Boétie, ib.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GOÛT. Ajoutez :
13Le goût de la mort, la sensation qu'on a qu'on va mourir. Et comme la pauvre fille voulait protester contre d'aussi tristes paroles : Faites cela, je vous prie, dit Mozart, j'ai le goût de la mort sur les lèvres, E. Gautier, d'après une lettre de Sophie Weber, dans Journ. offic. 9 juin 1874, p. 3864, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Goût : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « goût » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « goût »

Étymologie de goût - Wiktionnaire

Du latin gŭstus (sens identique) issu du verbe gustare (« goûter »), dont est issu gustatif.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de goût - Littré

Provenç. gost ; catal. gust ; espagn. gusto ; portug. gosto ; ital. gusto ; du latin gustus. Comparez le grec γεύειν, goûter. D'après Eug. Burnouf, Yaçna, p. 221, gustus représente le zend qāçtra, goût, du verbe qâç, en sanscrit svād, goûter. Bopp et Curtius rattachent γεύειν au sanscrit gush, aimer, trouver bon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « goût »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
goût gu play_arrow

Citations contenant le mot « goût »

  • Il cultive son goût de la liberté, occupe l’espace, multiplie les blagues, les rires, les digressions. Cache sa grande sensibilité derrière des phrases prononcées par les autres. Nicholas Petiot est désormais un des trois visages du mythique bar d’Arleuf, le Cornemuse. Avec Sylvain Verecken-Lazou et Marine Hajduk, ils rouvrent ce lundi 13 juillet à 17 h l’établissement pour 48 heures non-stop. www.lejdc.fr, Nevers, le goût de l'enfance pour Nicholas Petiot, repreneur du bar le Cornemuse à Arleuf - Nevers (58000)
  • Camélia Jordana : « J’ai le goût du débat » Le Monde.fr, Camélia Jordana : « J’ai le goût du débat »
  • En ouvrages de goût, en musique, en poésie, en peinture, c’est le goût qui tient lieu de montre ; et celui qui n’en juge que par des règles en juge mal. De Voltaire / Lettres philosophiques
  • Un sot a beau demeurer des années en contact avec la science, il ne connaîtra pas plus le goût de la science que la cuiller plongée dans la sauce ne connaît le goût de la sauce. De Bouddha / Dhammapada
  • Le vin rouge français a toujours, en Angleterre, un goût d'encre ; en France il a un goût de soleil. De George Moore / Mémoires de ma vie morte
  • Je préfère le mauvais goût à l'absence totale de goût. De John Galliano / L'Express - 2 Janvier 2003
  • Le goût est une aptitude à bien juger des choses de sentiment. Il faut donc avoir de l'âme pour avoir du goût. De Vauvenargues / Introduction à la connaissance de l'esprit humain
  • Qu'est-ce donc que le mauvais goût ? C'est invariablement le goût de l'époque qui nous a précédés. Tous les enfants ne trouvent-ils pas leur père ridicule ? De Gustave Flaubert
  • Dans la mode, il ne s’agit pas d’avoir un goût sûr, il s’agit d’avoir un goût certain. De Ariel Wizman
  • Je suis partagé entre mon goût pour les faits et mon goût pour l'effet. De Louis Scutenaire / Mes inscriptions
  • Comment pourrais-tu goûter aux plaisirs si tu ne goûtes pas déjà au plaisir d'être ? De Claude Charles / Polychromie
  • Quand on veut se mêler de beaux-arts, il faut du goût, et le goût n'admet pas de compromis. De Pierre-J.-O. Chauveau / Charles Guérin
  • Beaucoup de gens croient avoir le goût classique qui n'ont que le goût bourgeois. De Paul Claudel / Positions et propositions
  • Comme la fraise a goût de fraise, la vie a goût de bonheur. De Alain / Propos d'un normand
  • Quand on peut goûter à tout, on n’a plus de goût à rien ! De Bruno Masure / Le petit livre de Bruno Masure
  • Mange à ton goût et habille-toi au goût des autres. De Proverbe français
  • Le mauvais goût a son droit autant que le bon goût. De Friedrich Nietzsche
  • Le goût est fait de mille dégoûts. Paul Valéry, Choses tues, Gallimard
  • Le goût est le génie du talent. Isaac Félix, dit André Suarès, Valeurs, Grasset
  • Le bon goût en littérature est, à quelques égards, comme l'ordre sous le despotisme, il importe d'examiner à quel prix on l'achète. Anne Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, dite Mme de Staël, De l'Allemagne
  • On a dit que ce que les gens supportent le moins, c'est d'être accusés de chanter faux. Je crois que d'être soupçonné de manquer de goût est plus pénible. Nathalie Sarraute, Les Fruits d'or, Gallimard
  • Le goût mûrit aux dépens du bonheur. Jules Renard, Journal, 13 janvier 1908 , Gallimard
  • Il n'y a point de majesté qui tienne devant les certitudes de la raison comme devant les règles du goût. Charles Maurras, De Démos à César, Le Capitole
  • Le goût est un prince détrôné qui, de temps en temps, doit faire des protestations. Élie Fréron, L'Année littéraire, 1755
  • Une belle âme ne va guère avec un goût faux. Denis Diderot, Lettres, à Falconet
  • Le goût est le bon sens du génie. François René, vicomte de Chateaubriand, Essai sur la littérature anglaise

Images d'illustration du mot « goût »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « goût »

Langue Traduction
Corse gustu
Basque gustu
Japonais
Russe вкус
Portugais gosto
Arabe المذاق
Chinois 味道
Allemand geschmack
Italien gusto
Espagnol gusto
Anglais taste
Source : Google Translate API

Synonymes de « goût »

Source : synonymes de goût sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « goût »


Mots similaires