Inclination : définition de inclination


Inclination : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INCLINATION, subst. fém.

A. − Action de s'incliner, de courber la tête, le buste, souvent en signe d'acquiescement ou de salutation (cf. inclinaison rem.). Légère, profonde inclination; remercier par une inclination de tête. Oui, madame, (...) répondit le valet avec une inclination de tête que lui aurait enviée un prince saluant la foule (Zola, Curée,1872, p. 333).Docre faisait les génuflexions, les inclinations médiocres ou profondes, spécifiées par le rituel (Huysmans, Là-bas, t. 2, 1891, p. 161).Enfin il eut une petite inclination du buste : « Je vous souhaite une bonne nuit » (Vercors, Silence mer,1942, p. 32):
1. ... la reine, loin d'être scandalisée, répondit par une petite inclination souriante, presque une demi-révérence. Maurois, Disraëli,1927, p. 277.
B. − Au fig.
1. Force intérieure et naturelle qui oriente spontanément ou volontairement la personne vers un objet, un goût, un but. Synon. penchant, tendance.Je crois qu'il y a dans nous une inclination à la paresse, qui est le plus fort de nos penchans (Cottin, C. d'Albe,1799, p. 103).On ne sauroit imaginer combien sont grandes les influences de nos premières habitudes et de nos premières inclinations sur les penchans qui sont dans le cas de nous dominer un jour, et sur le caractère qui nous deviendra propre (Lamarck, Philos. zool., t. 2, 1809, p. 366).Elle a beaucoup d'inclination pour les langues, beaucoup de facilité à les apprendre, et elle ne résiste pas au plaisir d'y éprouver son habileté (Romains, Hommes bonne vol.,1939, p. 51):
2. Il y a chez la femme une inclination profonde à la passivité qui oriente tout son comportement. Elle tolère une zone plus ou moins large de tendances actives et offensives. Mais sa manière d'être la plus profonde est de s'abandonner, de s'effacer, de se soumettre (aux plus bas étages du comportement), de se renoncer, de se donner (aux sommets de sa vie). Mounier, Traité caract.,1946, p. 399.
PSYCHOL. ,,Tendance consciente et finalisée`` (Piguet 1960). Inclinations égoïstes ou personnelles, altruistes, supérieures (cf. Lal. 1968).L'inclination dominante, intéressée, passionnelle, intellectuelle ou morale, de l'être qui choisit (Gaultier, Bovarysme,1902, p. 159).Inclination naturelle et nécessaire des êtres à rechercher avant tout leur propre bien (Gilson, Espr. philos. médiév.,1932, p. 80).
SYNT. Bonnes, mauvaises inclinations; se laisser aller à ses inclinations; réprimer, sacrifier ses inclinations; avoir une véritable inclination pour la chimie, les mathématiques.
2. En partic.
a) Vieilli. Mouvement spontané qui porte à montrer de l'affection pour quelqu'un. Vive inclination pour un enfant. Il n'avait suivi que son inclination pour la France et son attachement pour le duc d'Orléans (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 255).
b) Penchant amoureux. Ressentir une inclination. Je ne savais pas comment je l'aimais; si c'était de l'intimité pure, de l'amitié, de l'amour, de l'habitude ou de tous ces sentiments réunis que se composait mon inclination pour elle (Lamart., Graziella,1849, p. 237).Elle a eu quelque inclination contrariée, ou méconnue, ou repoussée (Amiel, Journal,1866, p. 143).Je sais qu'il y a deux jours vous n'aviez pour moi qu'une inclination modérée. Mais aujourd'hui je compte absolument sur un allié qui oblige cette inclination à se transformer en amour (Curel, Nouv. idole,1919, II, 3, p. 206):
3. J'étais de ces imbéciles qui se persuadent qu'il existe d'une part les amoureuses désintéressées, et de l'autre les rouées qui ne cherchent que l'argent. Comme si dans la plupart des femmes, l'inclination amoureuse n'allait de pair avec le besoin d'être soutenues, protégées, gâtées... Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 98.
Mariage d'inclination. Anton. mariage de raison, de convenance.Je n'oserais pourtant pas affirmer que les mariages de convenance que j'ai vu pratiquer autrefois fussent généralement moins heureux que les mariages d'inclination que je vois faire aujourd'hui (Jouy, Hermite, t. 2, 1812, p. 112).
Prononc. et Orth. : [ε ̃klinasjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xiiies. « mouvement affectif spontanément dirigé vers un objet, un but, une personne » (J. de Meung, Test. ds Rose, éd. M. Méon, t. 4, p. 91); 2. a) ca 1393 « action d'incliner le corps ou la tête (pour saluer) » (Ménagier, I, 14 ds T.-L.); b) 1575 « action de pencher quelque chose » (A. Paré, Œuvres, XXV, 46, éd. J.-F. Malgaigne, t. 3, p. 611); 3. 1547 « état de ce qui est incliné » (J. Martin, Archit. Vitruve, fo89 vods IGLF). Empr. au lat.inclinatio « action de pencher, inclinaison; tendance, penchant », dér. de inclinare (incliner*). Fréq. abs. littér. : 572. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 275, b) 603; xxes. : a) 614, b) 650. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 21. - Jourjon (A.). Rem. lexicogr. R. Philol. fr. 1917-18, t. 30, p. 76. - Pinchon (J.). Questions de vocab. Fr. Monde. 1968, no59, p. 51; no60, p. 54.

Inclination : définition du Wiktionnaire

Nom commun

inclination \ɛ̃.kli.na.sjɔ̃\ féminin

  1. (Absolument) Action d’incliner, de pencher, par exemple la tête ou le corps en signe d’acquiescement ou de respect.
    • Elle le salua sans lui parler, une simple inclination, un signe de sa main l'invitèrent à s'asseoir ; […]. — (Marie-Jeanne Riccoboni, Histoire d’Ernestine, 1762, édition Œuvres complètes de Mme Riccoboni, t. I, Foucault, 1818)
    • Tous les deux se saluèrent avec un égal empressement, et Sophie reçut du jeune colonel une inclination respectueuse. — (Julie de Quérangal, « Philippe de Morvelle », Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Et maintenant une dernière question, fait-il, en accentuant davantage la dangereuse inclination de son galurin resté vissé sur son arrière-crâne. — (Léo Malet, Nestor Burma revient au bercail, 1967, Fleuve Noir.)
  2. Mouvement de l’âme qui vous porte vers quelque chose.
    • Inclination au bien, à la vertu, au jeu, à la débauche.
    • Avoir de l’inclination à bien faire, à mal faire, à médire.
    • Il faut quelquefois forcer son inclination.
    • Faire une chose contre son inclination, contre sa propre inclination.
    • À vrai dire, le fils n’a point hérité des nobles inclinations du père. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 83.)
  3. Mouvement du cœur qui porte à aimer quelqu’un.
    • Avoir, se sentir de l’inclination pour quelqu’un.
    • Il a beaucoup d’inclination pour elle.
    • Les inclinations naissantes, après tout, ont des charmes inexplicables, et tout le plaisir de l'amour est dans le changement. — (Molière, Don Juan, I, 2)
    • — Je suis si flatté qu’elle ait de l’inclination pour moi... Elle est si bien élevée... — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 259.)
  4. (Figuré) (Vieilli) Personne qu’on aime.
    • N’aurait-il pas quelque secrète inclination ?
    • Cette jeune fille est l’inclination d’un tel, est son inclination.

Nom commun

inclination \ˈɪn.klaɪ.neɪ.ʃǝn\ ou \ˌɪn.klɪ.ˈneɪ.ʃən\

  1. Inclination.
  2. (Figuré) Penchant, préference.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Inclination : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INCLINATION. n. f.
Action d'incliner. Dans ce sens, il ne se dit guère que de l'Action de pencher la tête ou le corps en signe d'acquiescement ou de respect. Il fit une légère inclination de tête. Faire une profonde inclination devant le Saint Sacrement. Il signifie au figuré Mouvement de l'âme qui vous porte vers quelque chose, et, dans ce sens, on ne l'applique ordinairement qu'aux Personnes. Inclinations naturelles, vertueuses, vicieuses, basses. De bonnes, de nobles, de mauvaises inclinations. Gêner, combattre les inclinations d'une personne. Inclination au bien, à la vertu, au jeu, à la débauche. Avoir de l'inclination à bien faire, à mal faire, à médire. Il faut quelquefois forcer son inclination. Faire une chose contre son inclination, contre sa propre inclination. Il signifie aussi Mouvement du cœur qui vous porte à aimer quelqu'un. Avoir, se sentir de l'inclination pour quelqu'un. Il a beaucoup d'inclination pour elle. Mariage d'inclination. Une inclination contrariée. Il se dit encore, familièrement, de la Personne qu'on aime. Avoir une inclination. Changer d'inclination. N'aurait-il pas quelque secrète inclination? Cette jeune fille est l'inclination d'un tel, est son inclination.

Inclination : définition du Littré (1872-1877)

INCLINATION (in-kli-na-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Action de pencher.

    Terme de laboratoire. Verser par inclination, verser quelque liqueur en penchant doucement le vaisseau.

  • 2 Particulièrement. Action de pencher la tête ou le corps en signe d'acquiescement ou de respect. On les [saint Marceau et sainte Geneviève] en empêche [de s'approcher tout à fait dans une procession], ils font seulement l'un à l'autre une douce inclination, et puis chacun s'en va chez soi, Sévigné, 202. On leur voyait [aux solitaires de la Thébaïde] multiplier leurs oraisons, inclinations ou génuflexions jusqu'à cent fois, jusqu'à deux cents fois, et même beaucoup plus souvent pendant le jour, Bossuet, Ét. d'orais. VI, 40. La religion ne consiste ni dans les inclinations du corps, ni dans la modestie des yeux, Bourdaloue, 5e dim. après la Pentec. Dominic. t. II, p. 478. Zadig s'arrêta et lui fit une profonde inclination, Voltaire, Zadig, 20.
  • 3 Fig. Mouvement de l'âme par lequel on est porté à quelque chose. Je connais que nos premières inclinations sont toujours les maîtresses, Voiture, Lett. 21. Et l'inclination jamais n'a démenti Ce sang qui t'avait fait du contraire parti, Corneille, Cinna, v, 1. Quand on a de la vertu, on souffre cette contestation éternelle entre l'inclination et le devoir, Saint-Évremond, dans RICHELET. Pour satisfaire l'inclination naturelle qu'on a à la vanité, Pascal, Prov. 9. Pauline a-t-elle la même inclination pour la danse que sa sœur d'Adhémar ? Sévigné, 399. Ces deux grands rois se connaissent ; c'est l'effet des soins de Madame ; ainsi leurs nobles inclinations concilieront leurs esprits, et la vertu sera entre eux une immortelle médiatrice, Bossuet, Duch. d'Orl. L'âme doit être morte à ses souhaits, voulant comme si elle ne voulait pas, comprenant comme si elle ne comprenait pas, sans avoir même de l'inclination pour le néant, Bossuet, États d'orais. III, 1. Deux obstacles presque invincibles nous empêchent d'être les maîtres de nos volontés, l'inclination et l'habitude ; l'inclination rend le vice aimable, l'habitude le rend nécessaire, Bossuet, 4e sermon, Carême, Pénit. 2. L'idolâtrie à laquelle le genre humain avait une inclination si prodigieuse, Bossuet, Hist. II, 6. Qu'est-ce autre chose qu'une habitude, sinon une forte inclination ? Bossuet, Sermons, Satisfaction, 2. Cette inclination bienfaisante qui n'a jamais perdu une occasion de servir ceux qui ont eu besoin de son secours, Fléchier, Mme de Mont. Vous nous attirez par vos promesses, vous nous faites craindre vos jugements, mon Dieu ; c'était assez de lui faire connaître vos volontés ; et ce que nous faisons par obligation et avec peine, elle le faisait par son inclination et par votre amour, Fléchier, Marie-Thér. Il naquit avec ces inclinations libres et généreuses qui affranchissent l'âme de toute autre loi que de celle de ses devoirs, Fléchier, Duc de Mont. Pourquoi auriez-vous inclination de croire que nous sommes sortis des Babyloniens ? Fénelon, t. XIX, p. 160. Ce n'est pas qu'elles n'eussent quelque inclination à me secourir, Fénelon, Tél. X. Presque tous les hommes ont l'inclination de se marier, Fénelon, Tél. XI. Je ne suis pas destiné à suivre mes inclinations, Fénelon, ib. XXIII. Vous avez je ne sais quelle inclination fatale pour la comédie larmoyante qui abrégera mes jours, Voltaire, Lett. d'Argental, 5 sept. 1772.

    Contre son inclination, contre la volonté même qu'on a. Ce prince [Condé] que l'on regardait comme le héros de son siècle, rendu inutile à sa patrie dont il avait été le soutien, et ensuite je ne sais comment contre sa propre inclination armé contre elle, Bossuet, Anne de Gonz.

  • 4Affection, amitié, amour. Mon inclination a bien changé d'objet, Corneille, Cid, v, 4. Je donnai par devoir à son affection Tout ce que l'autre avait par inclination, Corneille, Poly. I, 3. Et l'inclination ne fait pas l'hyménée, Corneille, Agésil. v, 4. Je ne veux point forcer ton inclination, Molière, l'Avare, IV, 3. Un mariage ne saurait être heureux où l'inclination n'est pas, Molière, ib. Du moment que je vous ai vu, je me suis senti pour vous de l'inclination, Molière, Pourc. I, 5. Pourquoi faut-il que de justes inclinations se trouvent traversées ? Molière, Fourb. III, 1. Elle a peut-être quelque inclination en tête, Molière, Mal. imag. II, 7. J'ai toujours eu pour vous une pente et une inclination qui m'a mise à deux doigts d'être ridicule, Sévigné, à Bussy, 6 juin 1668. Attaché d'inclination à M. le prince, Hamilton, Gramm. 5. Il n'eut pas la même inclination que Nestor pour Télémaque, Fénelon, Tél. xv. Vous me blâmerez peut-être, de prendre trop facilement des inclinations dans les lieux où je passe, Fénelon, ib. XXII. J'étais [Henri VIII] aussi prompt à me dégoûter qu'à prendre une inclination, Fénelon, ib. t. XIX, p. 381.

    Mariage d'inclination, mariage où l'inclination est le motif déterminant, par opposition à mariage d'argent ou de convenance.

  • 5 Familièrement. La personne qu'on aime. N'auriez-vous point quelque secrète inclination avec qui vous souhaiteriez que votre père vous mariât ? Molière, Am. méd. I, 3.

    Maîtresse. Il a fait une inclination. Il a une inclination.

    Boire aux inclinations de quelqu'un, boire à la santé de la dame qu'il aime. Sostrate : Verse à boire. - Straton, buvant : à vos inclinations, Mme de la Motte, Matrone d'Éphèse, sc. 11.

  • 6La chose pour laquelle on a du penchant. La chasse est son inclination.

SYNONYME

INCLINATION, PENCHANT. Étymologiquement, inclination exprime l'idée d'incliner, et penchant celle de pencher. Ce qui penche est plus près de tomber que ce qui est incliné. C'est pourquoi le penchant est une inclination forte ; ou bien l'inclination est un penchant faible.

HISTORIQUE

XVe s. Et aussi leur principale inclination est de desirer leur prince estre foible, Commines, V, 16.

XVIe s. Ils l'enhortoient de suivre l'inclination de sa nature, laquelle l'avoit fait naistre à plus grandes choses, Amyot, Pyrrh. 10. Là où le pole est si fort elevé pour l'inclination [inclinaison] des cercles equidistans, que…, Amyot, Marius, 18. Voilà les causes que l'on alleguoit de l'inclination que Ciceron avoit à ce jeune Caesar, Amyot, Cicéron, 57. L'inclination aux voluptez et la fuitte du labeur ne sont point en nous estrangeres, Amyot, Comment il faut ouïr, 4. Nostre façon ordinaire, c'est d'aller aprez les inclinations de nostre appetit, à gauche, à dextre, Montaigne, II, 3. Ignorants nos baise-mains et nos inclinations serpentées, Montaigne, II, 178. Vainement nous concluons aujourd'huy l'inclination et la decrepitude du monde, Montaigne, IV, 16. Le ciel donne aux esprits diverses passions, Diverses volontés et inclinations, à mestiers tout divers, Du Bellay, J. IV, 72, recto. Puis osterez votre eau par inclination [en inclinant le vase], Paré, XXV, 46. Les cœurs estoient plus menés de Dieu que de leur propre mouvement ou inclination, Calvin, Inst. 27.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Inclination : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

INCLINATION, s. f. (Philosophie morale.) penchant, disposition de l’ame à une chose par goût & par préférence.

Les inclinations sont une pente de la volonté, qui l’entraîne vers certains objets plutôt que vers d’autres, mais d’une maniere assez égale & assez tranquille pour ne pas troubler ses opérations, & même pour les faciliter d’ordinaire.

Les inclinations naissent du méchanisme particulier de nos organes, qui dépend de la conformation primitive des sens, & qui nous porte à nous procurer la jouissance de certaines choses que nous envisageons comme une source de félicité ; tel est le goût naturel que les uns ont pour la musique, d’autres pour l’étude, &c.

Les inclinations different des appétits que la nature a établis dans tous les hommes, tels que la faim & la soif, lesquels appétits ne tendent qu’à notre conservation, & cessent lorsqu’on a satisfait les besoins corporels ; au lieu que les inclinations ont pour objet le bonheur de l’ame, qui a sa source dans les sensations agréables, & dans la continuation de ces sensations.

Les inclinations different aussi des passions qui consistent dans des affections violentes, actuelles & habituelles ; car les inclinations existent avant même que nous ayons été affectés par les sensations & perceptions qu’elles nous rendent agréables ou desagréables.

Enfin, les inclinations different de l’instinct qui tient lieu dans les animaux de connoissance, d’expérience, de raisonnement & d’art, pour leur utilité & pour leur conservation. Voyez Instinct. (D. J.)

Inclination, Penchant, (Gram. synon.) L’inclination s’acquiert, le penchant est inné ; le penchant est violent, l’inclination est douce. On suit son inclination ; le penchant entraîne. Ils se prennent l’un & l’autre en bonne & en mauvaise part ; on a des penchans honnêtes, & des inclinations droites, & des inclinations perverses, & des penchans honteux.

Inclination, (Chimie & Pharmacie.) l’action d’incliner doucement un vaisseau, pour en faire couler une liqueur. Voyez Décanter.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « inclination »

Étymologie de inclination - Littré

Provenç. enclinatio ; espagn. inclinacion ; ital. inclinazione ; du lat. inclinationem, de inclinare, incliner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de inclination - Wiktionnaire

Du latin inclinatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « inclination »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
inclination ɛ̃klinasjɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « inclination »

  • La nuance est fine mais elle existe. Dans Le Trésor de la langue française, nous lisons que l’«inclination», au figuré, est une «force intérieure et naturelle qui oriente spontanément ou volontairement la personne vers un objet, un goût, un but». Chiflet spécifie qu’elle «dit quelque chose de plus spirituel, mais plus faible que le penchant». Le Figaro.fr, Cinq mots que l’on confond systématiquement
  • Élégante, protectrice, respectueuse... Et si nous adoptions l'inclination de la tête? Le Figaro.fr, S'incliner, une salutation compatible avec la distanciation physique
  • On n'est pas obligé d'être d'accord avec lui, mais on ne perd jamais son temps à l'écouter. Aurélien Barrau est devenu l'une des voix les plus fortes de l'écologie en France, l'une des plus radicales aussi. Avec ses cheveux (très) longs, ses chemises savamment déboutonnées, son parcours scientifique brillantissime, son solide bagage philosophique, son inclination pour la poésie et une expression orale de très haut niveau, l'astrophysicien se remarque, et il le sait. De multiples talents qu'il met à profit pour nous poser cette question dérangeante : l'être humain veut-il vraiment rester dans l'Histoire comme cette étrange espèce qui aura décidé de détruire la planète sur laquelle elle vit ?  LExpress.fr, La Classe de maître d'Aurélien Barrau : "La nature n'est pas une ressource" - L'Express
  • On critique assez ­l’inclination à l’auto­célébration de « la grande famille du cinéma » pour ne pas se réjouir de voir un film y apporter un peu de ­dérision. Des dialogues piquants... , Rome plaide pour une meilleure préparation au mariage - Vie de l'Église - Église - famillechretienne.fr
  • S’agira-t-il d'un comité de veille sociale (CVS)? Aucune indication probante ne paraît pousser dans ce sens. Pourquoi? Parce que c'est la nature et la dimension du dialogue social, tel qu'il est appréhendé par le chef de l'Exécutif, qui reste encore problématique. Il faut rappeler à cet égard que ni le précédent cabinet de Benkirane ni son successeur n'ont une forte inclination dans ce sens. Pourquoi? Pour de multiples facteurs cumulatifs: la faible représentativité des centrales syndicales, où seuls 4% des travailleurs actifs y sont encartés; le ciblage aussi de l'électorat dans la mesure où les syndiqués ne sont pas globalement acquis aux sirènes et au référentiel de la formation islamiste; enfin, sur ce registre-là, le fait que soit surtout priorisée l'action gouvernementale vers des populations pauvres constituant un potentiel de voix de plusieurs centaines d'électeurs censés être plus sensibles à la rhétorique électoraliste du PJD qu'à celle des centrales syndicales. L’état actuel des relations entre les syndicats et le Chef du gouvernement se distingue, par ailleurs, par des motifs de discorde qui pèsent sur le climat d’un dialogue social bipartite. , La crise de COVID-19 complique le dialogue Gouvernement-Syndicats - Maroc Hebdo l'actualité du Maroc
  • MAGAZINE – La prière s’incarne avec des attitudes du corps qui traduisent les mouvements du cœur. Premier volet de notre série : l’inclination, qui dispose le cœur à l’humilité et ouvre la porte à Dieu. , Prier avec son corps : 4 questions sur l’inclination - Aide à la prière - Vie chrétienne - famillechretienne.fr
  • Quand les gens te sourient, ce n'est pas inclination naturelle, ce n'est que l'épanchement irrésistible du plaisir grossier qu'ils éprouvent à se sentir écoutés, sollicités. De Réjean Ducharme / L'océantume
  • Il y a toutes sortes d'amours et, à l'intérieur de chacun d'entre eux, une infinité de degrés et de paliers, qui s'appellent affection, adoration, attachement, inclination, tendresse, passion et le reste. De Jean Simard / La séparation
  • Les êtres humains, qui sont remarquables de par leur capacité à tirer des leçons de l’expérience des autres, sont également remarquables pour leur inclination à ne pas le faire. De Douglas Adams
  • Dans beaucoup de choix de la vie, il est difficile de savoir la part de la réaction contre et de l'inclination pour. De Pierre Bourdieu / Les Inrockuptibles - Avril 1997
  • On aime d'ordinaire les belles femmes par inclination, les laides par intérêt et les vertueuses par raison. De Hamelot de la Houssaye / Réflexion
  • Dieu a mis dans tous les coeurs la conscience du bien avec quelque inclination pour le mal. De Voltaire / Dictionnaire philosophique
  • Par nécessité, par inclination ou par plaisir, nous citons tous. De Ralph Waldo Emerson
  • Les inclinations naissantes, après tout, ont des charmes inexplicables, et tout le plaisir de l'amour est dans le changement. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, Dom Juan, I, 2, Dom Juan

Images d'illustration du mot « inclination »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « inclination »

Langue Traduction
Corse inclinazione
Basque inklinazio
Japonais 傾斜
Russe наклонение
Portugais inclinação
Arabe ميل
Chinois 倾角
Allemand neigung
Italien inclinazione
Espagnol inclinación
Anglais inclination
Source : Google Translate API

Synonymes de « inclination »

Source : synonymes de inclination sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « inclination »



mots du mois

Mots similaires