Glisser : définition de glisser


Glisser : définition du Wiktionnaire

Verbe

glisser \ɡli.se\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se glisser)

  1. Se mettre en mouvement, comme en coulant sur une surface lisse ou le long d’un autre corps.
    • L’adhérence de la roue sur le rail, qui agit le long du plan incliné en sens contraire du mouvement de translation, et produit la rotation de la roue en s'opposant à ce qu'elle puisse glisser sans tourner. — (Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, 1837, V.5, page 910)
    • On patinait autour de lui. Des enfants, le col entouré de cache-nez écarlates, blancs, verts, bleus, glissaient et tournoyaient. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 95)
    • Le canot bascule sur le berthon, se met à glisser vers l'avant écrasant une trentaine de personnes et blessant grièvement à la jambe Isaac Lehmann. — (Philippe Masson, Les Naufrageurs du Lusitania et la guerre de l'ombre, Albin Michel, 1985, page 117)
    • Je fourre l’énorme pistolet dans mon froc et voilà le canon qui glisse dans mon slip. Je n'arrive pas, assis, à l’extirper. — (Michel-Jacques Aubin, Les Caractériels, Éditions Publibook, 2007, page 391)
  2. (Figuré) Se déplacer avec légèreté et aisance.
    • Elle semblait faite pour glisser, en robe blanche, dans des paysages liturgiques, une branche de lis ou un rameau d’or à la main. — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • L’avion revient vers nous, plane un moment sur nos têtes, glisse, remonte et, dans une dernière caracole, pique vers son hangar. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.203-204)
    • Parfois, la nuit, sur la route de Londres, je croisais les camions. Ils glissaient silencieusement sur l'asphalte. — (Sylvain Tesson, Une vie à coucher dehors, Gallimard (folio), 2009, p. 42.)
  3. (Spécialement) (Québec) (Loisirs) Descendre des pentes neigeuses en glissant sur un traîneau, sur un carton, etc., voire sur le fessier.
    • Cet après-midi, avec les enfants, on est allés glisser.
    • Je regarde là-bas, à l'endroit où nous avons glissé vendredi; nous y avons laissé quelques traces visibles, arabesques géantes, filets de neige minces mais incrustés. — (Nadia Plourde, La gloire de mes élèves, éditions Les 400 coups, Montréal, 2008, page 72)
  4. Effleurer un corps en parlant d'un instrument tranchant qui a dévié et qui n’entame pas profondément.
    • Le poignard glissa et ne lui fit qu’une légère blessure.
  5. (Figuré) Passer légèrement sur quelque matière.
    • C’est une matière délicate qu’il ne faut pas trop approfondir, il faut glisser légèrement dessus.
    • L’orateur a glissé sur ce fait.
    • Glissez, glissez. Il est préférable que vous n’insistiez pas, que vous vous taisiez.
  6. (Figuré) Ne faire qu’une impression légère, ou n’en faire aucune.
    • Mes remontrances n’ont fait que glisser sur lui.
  7. (Vulgaire) (Vieilli) (Transitif) Copuler avec.
  8. (Transitif) ou (Pronominal) Faire entrer adroitement en quelque endroit ou en faire sortir.
    • Et elle glissa dans son corsage, tout raide de broderies et de diamants, cette lettre qui sortait du pourpoint du jeune homme, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre V)
    • […], mais le navire imperturbable cingle vers l'immensité polaire, se glisse parmi les icebergs fantastiques qui dérivent en tournoyant cauteleusement, évités de justesse, en vain menaçants. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il se glissa dans la salle.
    • Glisser une clause dans un contrat.
    • Glisser un mot dans un discours.
    • Il s’est glissé beaucoup de fautes dans cet ouvrage.
    • Une infinité d’abus s’étaient glissés dans l’administration.
    • La mésintelligence ne tarda pas à se glisser entre eux.
    • Glisser une chose dans l’oreille de quelqu’un.
  9. (Transitif) (Figuré) Remettre discrètement quelque chose à quelqu'un.
    • […], on lui glisse toujours quelques douceurs. Elle les refuse, puis finit par les accepter pour sa vieille mère : un pot de miel, une paire de grives, une hottée de pommes. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Glisser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GLISSER. v. intr.
Il se dit d'une Personne ou d'une chose qui se met ou est mise en mouvement, comme si elle coulait sur une surface lisse ou le long d'un autre corps. Les enfants s'amusent à glisser sur la mare qui est gelée. Prenez garde de glisser sur le parquet. Glisser sur le verglas. Tenez bien l'échelle de peur qu'elle ne glisse. Il saisit la corde et se laissa glisser à terre. Se glisser le long d'un mur Le pied lui a glissé. Le pied lui a glissé se dit aussi figurément lorsqu'il est arrivé un accident fâcheux à quelqu'un, ou par son imprudence, ou par malheur. On dit de même Prenez garde que le pied ne vous glisse. Glisser des mains se dit d'une Chose qui échappe des mains en glissant. Cela m'a glissé des mains. Fig. et fam., Glisser des mains à quelqu'un, Glisser entre les mains de quelqu'un, se dit d'une Personne qui trahit sa parole, qui change subitement de résolution, de sentiments, d'opinions. C'est un homme qui vous glissera des mains au moment que vous y songerez le moins. Il se dit encore d'un Instrument tranchant qui a dévié et qui n'entame pas profondément. Le poignard glissa et ne lui fit qu'une légère blessure. Il signifie, au figuré. Passer légèrement sur quelque matière. C'est une matière délicate qu'il ne faut pas trop approfondir, il faut glisser légèrement dessus. L'orateur a glissé sur ce fait. Glissez, glissez. Il est préférable que vous n'insistiez pas, que vous vous taisiez. Il se dit également, au figuré, des Choses qui ne font qu'une impression légère, ou qui n'en font aucune. Mes remontrances n'ont fait que glisser sur lui. Il est aussi verbe transitif et signifie Faire entrer adroitement en quelque endroit ou en faire sortir. Glisser sa main dans la poche de quelqu'un. Il lui glissa un billet dans la main. Glisser un papier dans un dossier. Il se glissa dans la salle. Glisser une clause dans un contrat. Glisser un mot dans un discours. Il s'est glissé beaucoup de fautes dans cet ouvrage. Une infinité d'abus s'étaient glissés dans l'administration. La mésintelligence ne tarda pas à se glisser entre eux. Glisser une chose dans l'oreille de quelqu'un.

Glisser : définition du Littré (1872-1877)

GLISSER (gli-sé) v. n.
  • 1Couler sur un corps gras, ou lisse, ou poli. Il saisit la corde et se laissa glisser jusqu'à terre. Mercredi 27 décembre 1684 : Le roi ne sortit point ; Monseigneur alla glisser sur la glace, Dangeau, I, 84. Il n'est pas étonnant que des murs, quelque solides qu'ils soient, glissent sur le premier banc de cette argile humide, s'ils ne sont pas fondés à plusieurs pieds au-dessous, Buffon, Addit. théor. terr. Œuvres, t. XIII, p. 171, dans POUGENS.

    Absolument. Faire des glissades. Ils ont passé deux heures entières à glisser. Ils manquent l'école pour aller glisser.

    Fig. N'approfondis jamais rien dans la vie, Et glisse-moi sur la superficie, Voltaire, Prude, V, 2. Sur un mince cristal l'hiver conduit leurs pas, Le précipice est sous la glace ; Telle est de vos plaisirs la trompeuse surface ; Glissez, mortels, n'appuyez pas, Roy, Vers au bas d'une gravure représentant des patineurs, dans ÉD. FOURNIER, l'Esprit des autres, p. 44.

    Fig. C'est votre tour à glisser, c'est à vous à glisser, se dit à quelqu'un dont le tour est venu de faire ce que d'autres ont déjà fait avant lui, en parlant d'affaire, de travail ou de péril.

  • 2Particulièrement, manquer en parlant du pied qui vient à couler sur quelque chose de gras, de poli, de mouvant. Il glissa sur le pavé et fit une lourde chute. Ils n'avaient des chaussures qu'à un pied, pour ne pas glisser si facilement dans la boue, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 547, dans POUGENS.

    Le pied lui a glissé, son pied a glissé.

    Fig. Il [un homme impliqué dans l'affaire de la duchesse du Maine] fit une confession générale, sans rien déguiser ni omettre ; il fit plus : quand on commence à glisser, on ne s'arrête qu'au bas de la pente…, Staal, Mém. t. II, p. 138.

    Fig. Le pied lui a glissé, se dit d'une personne qui insensiblement est tombée dans quelque faute. Crois-tu que, toujours ferme au bord du précipice, Elle pourra marcher sans que le pied lui glisse ? Boileau, Sat. x.

    On dit de même : Prenez garde que le pied ne vous glisse.

  • 3On dit qu'un coup glisse, quand, au lieu d'enfoncer, il descend sans entamer profondément. Le coup glissa et n'enfonça guère avant, Fénelon, Tél. XII. Le plaisir nous venge ; Sur nous du sort il fait glisser les coups, Béranger, Escl. gaulois.

    Fig. Faire peu d'impression. Nos remontrances n'ont fait que glisser sur lui. Nous avions affaire à une femme sur qui toutes ces choses-là glissaient et qui ne voyait jamais le présent et point le passé, Marivaux, Pays. parv. 4e part.

  • 4Cheminer, comme en glissant, sur les eaux, dans les airs. Notre belle Loire est entièrement à sec en plusieurs endroits ; je ne comprends pas comme auront fait madame de Montespan et madame de Tarente ; elles auront glissé sur le sable, Sévigné, 289. Couverte de sa voile blanche, La barque, sous son mât qui penche, Glisse et creuse un sillon mouvant, Lamartine, Harm. I, 10. Ainsi tout change, ainsi tout passe ; Ainsi nous-mêmes nous passons, Hélas ! sans laisser plus de trace Que cette barque où nous glissons Sur cette mer où tout s'efface, Lamartine, Méd. I, 21. Tout à coup, détaché des cieux, Un rayon de l'astre nocturne, Glissant sur mon front taciturne, Lamartine, ib. I, 4.
  • 5Échapper, ne pas être retenu. Cela m'a glissé des mains. Quelque terme où nous pensions nous attacher et nous affermir, il branle et nous quitte ; et, si nous le suivons, il échappe à nos prises, nous glisse et fuit d'une fuite éternelle, Pascal, Pensées, t. I, p. 248, éd. LAHURE. La nature du monde est de glisser, de passer vite, d'aller en fumée, en néant, Bossuet, Médit. sur l'Évang. Cène, 1re partie, 90e jour.

    Fig. et familièrement. Glisser des mains à quelqu'un, lui échapper, ne pas être tenu, retenu, contenu par lui. Ce monsieur de Nevers si difficile à ferrer, ce monsieur de Nevers si extraordinaire, qui glisse des mains alors qu'on y pense le moins, Sévigné, 8.

  • 6Pénétrer, en parlant des choses morales qui s'insinuent peu à peu. Un malheur inconnu glisse parmi les hommes, Qui les rend ennemis du repos où nous sommes ; La plupart de leurs vœux tendent au changement, Malherbe, II, 1. Ces paroles firent glisser l'espérance jusqu'au fond des entrailles de Calypso, Fénelon, Tél. VII.
  • 7Passer légèrement sur quelque matière qu'il ne convient pas d'approfondir. Il faut glisser sur tout cela et se bien garder de s'abandonner à ses pensées, Sévigné, 24. Je répliquai en appuyant sur l'estime, sur l'amitié, sur les louanges de sa fille ; je glissai sur le reste, Marmontel, Mém. III. Je voulus glisser doucement là-dessus, en disant : cela est fait, sire, il n'y faut plus penser, Genlis, Mme de Maintenon, t. II, p. 168, dans POUGENS. Il ne faut pas glisser trop légèrement sur une matière aussi importante, Chateaubriand, Génie, I, III, 3.
  • 8 V. a. Faire glisser. Monsieur, lui dis-je en me courbant le corps et en glissant un pied vers lui selon notre coutume, je me flatte que ma juste curiosité ne vous déplaira pas, Voltaire, Dict. phil. Quakers.
  • 9Couler adroitement ou furtivement un objet en quelque endroit. Glisser sa main dans la poche de quelqu'un. Il se faisait toujours suivre de quelques domestiques qui avaient ordre de glisser secrètement quelque pièce d'argent dans la main des pauvres qu'on rencontrait, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 345, dans POUGENS. Je glisse même dans mon paquet un placet pour le roi, Voltaire, Lett. Duchesse de Choiseul, 9 avril 1770. Rosalie a reçu le billet ? - Du moins je l'ai glissé sous sa porte, De Bièvre, Séducteur, v, 1.
  • 10 Fig. Mettre dans ce qu'on écrit ou ce qu'on dit quelque chose qu'on veut cacher ou qu'on n'ose pas énoncer directement. Glisser une clause dans un contrat. Dans son compliment il lui glisse la beauté de la négociation qu'il va faire, Sévigné, 574. M. de Pompone a glissé fort à propos nos cinq mille francs ; le roi dit en riant : on dit tous les ans que ce sera pour la dernière fois ; M. de Pompone, en riant, répliqua. Sire, ils sont employés à bien vous servir, Sévigné, Lett. 9 déc. 1676. Cela me fournit une occasion naturelle de glisser bien des choses au roi, qui en leur temps porteront des fruits, Maintenon, Lett. au cardinal de Noailles, 18 déc. 1695. De temps en temps, de mon côté, je glisse de petits mots, afin qu'elle y prenne garde, Marivaux, les Surpr. de l'am. I, 10. Voilà encore ce qu'il ne faut point dire, me glissa-t-elle en me quittant, Marivaux, Pays. parv. 3e partie. Ne pouvait-il pas lui glisser [à M. de Staremberg] qu'il y a un barbouilleur de papier qui a trouvé son traité [le traité de Versailles] admirable, et qui désire d'en écrire un jour les suites heureuses ? Voltaire, Lett. d'Argental, 24 mai 1758.

    Glisser deux mots à l'oreille de quelqu'un, lui dire deux mots à l'oreille.

  • 11 Fig. Insinuer, faire pénétrer par insinuation. C'est lui qui a glissé cette erreur parmi le peuple. Il [l'Amour] glissait dans son cœur, en lui disant ces mots, Un désir inconnu de plaire à ce héros, Voltaire, Henr. IX. Ta plainte… glisse l'amour dans son sein, Lebrun, Odes, I, 9.
  • 12Se glisser, v. réfl. Se couler, pénétrer sans être aperçu ou avec précaution. … Dans le lit il se glisse En grand silence…, La Fontaine, Mandr. Nos Grecs dispersés Se sont jusqu'à l'autel dans la foule glissés, Racine, Androm. v, 3. Un serpent qui se glisse entre les fleurs est plus à craindre qu'un animal sauvage qui s'enfuit vers sa tanière dès qu'il vous aperçoit, Fénelon, Dial. des morts anc. Dial. XVII. Comme il se glissait la nuit chez…, Hamilton, Gramm. 6. Je tâchai, en me glissant tout doucement, de gagner le haut de l'église, Marivaux, Marianne, 2e part. Cet empereur [Achmet III] se déguisait souvent en homme privé, en iman ou en dervis ; il se glissait le soir dans les cafés de Constantinople et dans les lieux publics pour entendre ce qu'on disait de lui, Voltaire, Charles XII, 7. Peut-être un meurtrier parmi vous s'est glissé, Delavigne, Vêpres sicil. v, 3. Voici l'heure où je viens, à la chute des jours, Me glisser sous ta voûte obscure, Et chercher, au moment où s'endort la nature, Celui qui veille toujours, Lamartine, Harm. I, 8.
  • 13 Fig. Pénétrer sans être aperçu, en parlant de choses. Il s'est glissé des fautes dons cet ouvrage. Cette noce [une noce faite à huis clos] sera confondue le plus joliment et le plus naturellement du monde avec toutes les autres actions de la vie, et s'est glissée si insensiblement dans le train ordinaire, que personne ne s'est avisé qu'il soit arrivé quelque fête dans ces deux familles, Sévigné, 10 mars 1687.
  • 14S'insinuer. Je sentais une secrète flamme Qui se glissait dans mes os, Voiture, Poésies, dans RICHELET. Ou si quelque lumière en leur âme se glisse, Corneille, Pomp. IV, 1. Quelle horrible frayeur se glisse dans mes veines ! Rotrou, Herc. mour. III, 4. Combien de fois arrêta-t-il une flatterie qui, comme un serpent tortueux, allait se glisser dans son âme [du jeune prince] ! Fléchier, duc de Mont. Et l'espoir malgré moi s'est glissé dans mon cœur, Racine, Phèd. III, 1. Paroles qui se glisseront comme un serpent sous les fleurs, Fénelon, Tél. I.

HISTORIQUE

XIIIe s. Les cheveus a tout hericiés, Les yex crues [creux] en parfond gliciés, la Rose, 10200.

XVe s. Icellui Godart rua un estoc de son espée ; mais le cop glinsa jusques au visage, Du Cange, clidare.

XVIe s. Cette doulceur que sentent ceux qui se laissent glisser au sommeil, Montaigne, II, 54. En un lieu glissant et coulant suspendons nostre creance, Montaigne, II, 241. Le serpent se glissa contre-mont le long de son col jusques à ce qu'il l'attaignit à la face, Amyot, Thém. 48. Il feit forger salades et morrions tous de fer, bien polis par dehors, à fin que les espées glissassent au long, Amyot, Cam. 685. Il en vouloit à ceulx qui par voyes obliques s'alloient glissans en la bonne grace du peuple, Amyot, Marius, 49. Ilz deschausserent leurs souliers, pource que l'on glisse moins en montant à piedz nudz sur des eschelles, Amyot, Aratus, 24. Il gaigna l'autre rive… la terre y glissoit à cause de la fange qu'il y avoit, Amyot, Alex. 26. …Afin que l'age qui glisse Ne les mette à nonchaloir, Ronsard, 396. Il n'est si bien ferré qui ne glisse, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 316.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Glisser : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

GLISSER, v. neut. (Méchan.) se dit quand un corps se meut sur une surface plane, de maniere que la même partie ou le même point du corps touche toûjours cette surface : c’est ce qu’on appelle en Méchanique, superincessus radens.

Si le corps se meut sur une surface plane, de maniere qu’il applique successivement à cette surface différentes parties ou différens points, on dit alors que le corps roule : il en est de même s’il se meut sur une surface courbe sur laquelle il applique toûjours la même partie ; car alors il ne peut se mouvoir sans tourner au-moins en partie ; de maniere que sa partie supérieure a plus ou moins de mouvement que sa partie inférieure, selon que la surface est convexe ou concave. Le mot glisser pris dans le sens le plus exact, suppose que toutes les parties du corps se meuvent d’un mouvement égal, c’est-à-dire décrivent dans le même tems des lignes égales & paralleles.

Lorsqu’un corps est frappé suivant une direction qui passe par son centre de gravité, & qui est perpendiculaire à l’endroit frappé de la surface du corps, ce corps tend à se mouvoir en glissant, & il se mouvroit en effet de cette maniere, si les aspérités de sa surface & celles de la surface sur laquelle il se meut, ne l’obligeoient quelquefois à tourner. Voyez Roulement, Frottement, Roue d’Aristote, &c. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Glisser : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « glisser » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « glisser »

Étymologie de glisser - Littré

Allem. glitschen ; flam. glitsen, glisser. Le mot le plus ancien est non pas glisser, mais glacier, qui vient de glace : XIIe s. Por ceu [ce] ke li piet de ceas [ceux] ki à lei se vorront apoier ne puist glacier en la voie, Saint Bernard, p. 568.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de glisser - Wiktionnaire

Du vieux-francique *glidan.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « glisser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
glisser glise play_arrow

Conjugaison du verbe « glisser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe glisser

Évolution historique de l’usage du mot « glisser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « glisser »

  • Pour l’utiliser, il faut d’abord le glisser dans la poche du t-shirt associé cousue à cet effet et située en haut du dos. Grâce à l’effet Peltier, un phénomène physique de déplacement de chaleur en présence d’un courant électrique, le Reon Pocket fera entrer en réaction des plaques métalliques qui provoquent un changement de température sur la peau. Le Figaro.fr, Pour les jours de canicule, un mini-climatiseur à glisser sous ses vêtements
  • On peut évidemment se fier aux valeurs sûres de l'édition qui caracolent déjà en tête des ventes. Les amateurs de best-sellers ne manqueront pas de glisser dans leur valise les nouveaux titres de Guillaume Musso et Joël Dicker, "La vie est un roman" (Calmann-Lévy) et "L'énigme de la chambre 622" (Ed. de Fallois). S'il reste de la place, on ne peut que conseiller "La vallée" (XO), le nouveau thriller de Bernard Minier ou "Il était deux fois" (Fleuve noir) de Franck Thilliez. ladepeche.fr, Les livres à glisser dans sa valise cet été - ladepeche.fr
  • Nos dix BD à ne pas oublier de glisser dans sa valise Télérama, Nos dix BD à ne pas oublier de glisser dans sa valise
  • Pour changer d'idée, il suffit de pencher la tête, ça fait glisser tout le merdier. On entend presque le bruit des piles qui s'effondrent. De Roland Topor
  • Quel talent il faut pour écrire dans un journal ! 1° Prendre garde de glisser sur les épluchures et graillons de l'escalier qui monte au bureau de rédaction. 2° Plaire au garçon. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Essayez de concevoir la seconde, que dis-je, le quart de seconde pendant lequel le criminel entend glisser le couperet qui doit le décapiter. Il n'y a rien de plus hallucinant. De Fiodor Dostoïevski / L'Idiot
  • La haine n'est pas l'envers de l'amour, elle en est le renoncement. Ne plus pouvoir aimer, glisser lentement vers l'indifférence... Seule, la volonté de puissance peut combler ce vide. De Charlotte Savary / Le député
  • Les dimanches, surtout en fin d’après-midi, et si vous êtes seul, ouvrent une brèche dans le temps. Il suffit de s’y glisser. De Patrick Modiano / L'herbe des nuits
  • Il y a trop d'embûches, trop de gens sur votre chemin qui ont intérêt à glisser sous vos pas la peau de banane. De Paul Vialar / La Mort est un commencement
  • La plupart des gens préfèrent glisser leur peau sous les draps plutôt que de la risquer sous les drapeaux. De Raymond Devos
  • La vie offre toujours deux pentes. On grimpe ou on se laisse glisser. De Pierre Hebey / Deux amis de toujours
  • Nul ne skie assez doucement pour glisser sans laisser de traces. De Proverbe finnois
  • Mieux vaut glisser du pied que de la langue. De Proverbe français
  • Sur un mince cristal l'hiver conduit leurs pas : Le précipice est sous la glace ; Telle est de vos plaisirs la légère surface. Glissez, mortels, n'appuyez pas. Pierre Charles Roy, le Patinage

Images d'illustration du mot « glisser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « glisser »

Langue Traduction
Corse slip
Basque lapsus
Japonais スリップ
Russe слип
Portugais escorregar
Arabe زلة
Chinois
Allemand unterhose
Italien scivolare
Espagnol resbalón
Anglais slip
Source : Google Translate API

Synonymes de « glisser »

Source : synonymes de glisser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « glisser »


Mots similaires