Glisser : définition de glisser


Glisser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GLISSER, verbe

I. − Emploi intrans.
A. −
1. Se déplacer sans secousse (sur la surface d'un corps lisse ou le long d'un autre corps). Glisser sur, dans, le long de qqc.
a) [Par une impulsion donnée] Le traîneau glissait facilement sur la neige dure (Hémon, M. Chapdelaine,1916, p. 25).Dans la marche de cette machine, la navette glisse, dans un petit couloir ou glissière, de droite à gauche et de gauche à droite (Lar. mén.1926, p. 780) :
1. [La console des canons de côte] présente des griffes qui glissent dans les rainures creusées dans la vis et limitent le mouvement de translation... Alvin, Artill., Matér., 1908, p. 60.
Faire glisser qqc.Il faisait glisser de son épaule la bandoulière du fusil (Giono, Colline,1929, p. 129).Le professeur Émile Lartois fit glisser les doubles-rideaux (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 115).Elle détacha ses boucles d'oreilles et fit glisser ses bagues (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 24).
En partic. Faire des glissades. Les enfants s'amusent à glisser sur la mare qui est gelée (Ac.1932).
b) [Par l'effet de la pesanteur] Je vis rouler de ses beaux yeux une larme qui glissa rapidement sur sa joue livide et desséchée (Vigny, Serv. et grand. milit.,1835, p. 167).Un caillou glissa de la crête du mur jusqu'à la mare (Bernanos, Joie,1929, p. 615) :
2. Lorsque la lourde coque commençait à glisser sur la pente, de manière à atteindre le plan d'eau, les deux gros câbles se tendaient; et au bout d'un très faible parcours les « bosses » se rompaient successivement et l'effort nécessaire pour les briser, absorbait l'énergie cinétique de la coque... Perpillou, Industr. constr. nav.,1967, p. 13.
Laisser glisser.En arrivant auprès de moi, ma baigneuse laissa glisser sur ses épaules la mantille qui lui couvrait la tête (Mérimée, Carmen,1847, p. 19).Sans un mot, il laissait glisser son boubou le long de son petit corps (Martin du G., Thib., Belle sais., 1923, p. 1002).
Se laisser glisser.Il s'avança jusqu'au bord, se coucha sur le dos, et, les pieds en avant, se laissa glisser tout le long jusqu'en bas (Flaub., Salammbô, t. 1, 1863, p. 90).L'animal comprit, saisit la corde, se laissa glisser rapidement jusqu'à la grève (Verne, Île myst.,1874, p. 503) :
3. J'aborde au nid; la pie s'envole; je ravis les œufs, je les mets dans ma chemise et redescends. Malheureusement, je me laisse glisser entre les tiges jumelles et j'y reste à califourchon. Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 81.
P. métaph. La paresse de l'esprit le pousse à glisser sur la pente aisée de l'imagination plutôt qu'à remonter la pente abrupte de l'introspection (Proust, Fugit.,1922, p. 465).Nous risquions de glisser sur une pente dangereuse et de confondre, un jour, l'homme avec le symbole de la moyenne ou de l'ensemble des hommes (Saint-Exup., Pilote guerre,1942, p. 378) :
4. Un sentiment juste, exprimé en termes justes, avec simplicité et naturel, et sans glisser sur la pente des exagérations, est chose aussi rare qu'un goût infaillible. Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 189.
En partic.
α) Pénétrer, parvenir (du haut). Un rayon de soleil glissait de la croisée (Maurras, Chemin Paradis,1894, p. 161).Un rayon de soleil glissa entre les branches mouillées des arbres (Rolland, J.-Chr., Maison, 1909, p. 1085).
Emploi pronom. réfl. Un jaune trait de soleil se glissait entre les persiennes (Duhamel, Suzanne,1941, p. 107).
β) S'infiltrer. L'eau qui se glisse dans toutes les sinuosités d'un rocher (Balzac, Annette, t. 1, 1824, p. 34).
Au fig. Glisser à/dans.Se trouver entraîné dans, vers; s'abandonner, se laisser aller à; sombrer dans. Il eût redouté ces sublimités d'où quelques-uns, très grands même, comme Swedenborg et Pascal, ont glissé dans la démence (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 75).On découvrit qu'une bande de toutes jeunes filles, presque des enfants, avaient glissé à la débauche en galopinant dans les rues (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 975).Nous aurions pu facilement glisser à la pègre, c'est arrivé à Patrice, il est en prison pour vol de draps dans les hôtels (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 17) :
5. Ou bien il serait procédé d'office et rapidement à un changement notable de la condition ouvrière et à des coupes sombres dans les privilèges de l'argent, ou bien la masse souffrante et amère des travailleurs glisserait à des bouleversements où la France risquerait de perdre ce qui lui restait de substance. De Gaulle, Mém. guerre.1959, p. 18.
Arg. [Avec compl. d'obj. interne] Glisser la pente ou la glisser. Mourir. Canner à l'hosto, les truands s'en branlent. Ce qu'ils n'aiment pas, c'est la glisser à Cusco (Simonin, Pt Simonin ill.,1957, p. 160) :
6. Belle façon de la glisser, pour un gonze de son âge! Avaler son bulletin de naissance en lorgnant une si chouette pépée, c'était le rêve! Le Breton, Razzia,1954, p. 157.
Arg. ou pop. Se laisser glisser (ou plus rarement glisser, cf. France 1907). Même sens. Triste nouvelle. Luciano, le grand truand de Chicago s'est laissé glisser (Riv.-Car.1969).
2. [Avec une idée de mouvement non contrôlé]
a)
α) Qqn glisse (sur).Perdre soudain l'équilibre (en marchant sur quelque chose de lisse, de gras, etc.). Glisser sur une épluchure, sur une peau de banane, sur le verglas :
7. Je sais. Je sais. L'outrage appelle la majesté. Dans la rue les plus dignes sont ceux qui viennent de glisser sur du crottin. Giraudoux, Électre,1937, II, 6, p. 166.
[Le suj. désigne le pied] Le pied lui glissa. Il tomba (Pourrat, Gaspard,1925, p. 276) :
8. Sur ce roc, où le pied parmi les algues glisse, Traînant un long filet vers la mer glauque et lisse, Un pêcheur vient en hâte; et, bien que vieux et lent Ses muscles sont gonflés d'un effort violent. Leconte de Lisle, Poèmes ant.,1874, p. 172.
Au fig. Le pied lui a glissé. ,,Se dit (...) lorsqu'il est arrivé un accident fâcheux à quelqu'un, ou par son imprudence, ou par malheur`` (Ac.).
P. anal. Un cheval glissa et tomba sur le flanc (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 646).
β) Qqc. glisse (sur).Déraper. Voiture qui glisse sur le verglas; les pneus ont glissé sur la chaussée mouillée. (Dict. xixeet xxes.)
b)
α) Qqc. glisse (de, entre).Échapper de, cesser d'être retenu par; ne pas pouvoir être retenu par. Savon qui glisse des mains; poisson, anguille qui glisse des mains. Son tricot lui glissa des mains (Ramuz, A. Pache,1911, p. 288).Sans même qu'il s'en rendît compte, le livre lui glissa des doigts, et il s'endormit (Green, Moïra,1950, p. 196) :
9. Les doigts de Lafrogne aîné étaient si gourds et tremblants que le paquet de clefs glissa de ses mains et tomba bruyamment sur le parquet. Theuriet, Mais. deux barbeaux,1879, p. 147.
P. métaph. Il avait coutume de dire : « Dans la famille, nous sommes tous légers et joueurs. L'argent nous glisse entre les doigts... » (Barrès, Cahiers, t. 11, 1917, p. 244).Nous avons beau faire, votre souvenir s'effiloche et glisse entre nos doigts (Sartre, Mouches,1943, II, Ier tabl., 2, p. 48) :
10. ... les ministres tombaient les uns sur les autres; le pouvoir glissait de toutes les mains. Le suprême bon ton était d'être Américain à la ville, Anglais à la cour, Prussien à l'armée, d'être tout, excepté Français. Chateaubr., Mém.,t. 1, 1848, p. 187.
Loc. fig. [En parlant d'une pers.] Glisser des mains à qqn.
Fausser compagnie à quelqu'un, lui échapper. On prendra le bateau à Veere pour Zierickzee. De là, le train pour Bergen et Rotterdam. Ne pense pas me glisser des mains ou bien je te prends le gosse et je l'étrangle comme un pigeon (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 187).
Trahir sa parole, changer subitement de résolution, de sentiments, d'opinions (d'apr. Ac.). C'est un homme qui vous glissera des mains au moment que vous y songerez le moins (Ac.)
β) Qqc. glisse (en dehors de).Se répandre. On lave la colle qui a pu glisser en dehors des éclisses (Maugin, Maigne, Nouv. manuel luthier,1929, p. 59).
B. − P. anal.
1.
a) Qqc. glisse.Avancer, progresser d'un mouvement continu et sans bruit.
[Le suj. désigne une embarcation] Des badauds se penchaient sur le parapet des quais et regardaient glisser les chalands (Arland, Ordre,1929, p. 398).[P. méton du suj.] :
11. Ainsi tout change, ainsi tout passe; Ainsi nous-mêmes nous passons. Hélas! Sans laisser plus de trace Que cette barque où nous glissons Sur cette mer où tout s'efface. Lamart., Médit.,1820, p. 21.
[Le suj. désigne un animal rampant] J'entends glisser l'aspic et croître la ciguë (Hugo, Fin Satan,1885, p. 908).
Emploi pronom. P. compar. Louise se glissa comme une couleuvre par la porte entrebaîllée (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 523).
P. métaph. S'écouler doucement. Les jours glissaient sans ternir son bonheur (Dabit, Hôtel Nord,1929, p. 107).
En partic. Entrer, pénétrer doucement. On n'entendit pas le pêne glisser dans la gâche (Zola, Bête hum.,1890, p. 63).
Au fig. Qqn ou qqc. glisse à/vers.Passer insensiblement, progressivement à. L'ensemble des électeurs a glissé vers la gauche; la majorité gouvernementale glisse vers la droite. Ils [les secondaires] glissent facilement du sérieux au solennel (Mounier, Traité caract.,1946, p. 297).
Emploi pronom., au fig. S'insinuer, entrer peu à peu, insensiblement. Le plus doux espoir se glisse dans son sein (Baour-Lormian, Ossian,1827, p. 193).Je sentais se glisser en moi de telles perfidies, que je ne discernais plus dans quelle mesure j'étais coupable ou seulement malheureux (Fromentin, Dominique,1863, p. 205) :
12. Ici le pauvre maître d'école effrayé trembla tellement qu'il chancela sur ses jambes et tomba par terre. Cette frayeur plut au juge, et un sentiment de commisération se glissa dans son âme pour le pauvre maire. Balzac, Annette, t. 3, 1824, p. 180.
b) Qqn glisse.Marcher sans bruit, passer furtivement. Une ombre avait glissé sous les noires charmilles (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 605).Une forme mince, une silhouette fuyante glissait rapidement dans les ténèbres, cherchant à gagner la porte ouverte sur le jardin (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 35) :
13. Il commanda à une femme de chambre, qui glissait dans l'appartement sans faire plus de bruit qu'une ombre, d'approcher de la table de jeu un guéridon chargé de zakouskis et de bouteilles de champagne... G. Leroux, Roul. tsar,1912, p. 129.
Au fig. Qqc. glisse.[À propos d'une expression du visage] Se manifester un instant, apparaître furtivement. Un sourire infernal glissa sur les lèvres du vicomte (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 51).Une lueur d'orgueil glissa dans son regard (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 839).
c) Qqn ou qqc. glisse (sur).Passer légèrement sur quelque chose, passer à la surface de quelque chose sans appuyer :
14. Il caresse une barbe hirsute et roule sur nous des yeux tendres. Son regard glisse sur le cognac, se détourne, revient au cognac, vire, suppliant, sur le capitaine. Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 246.
CHORÉGR. ,,Déplacer les pieds en glissant sur le sol`` (Meunier, Danse class., 1931, p. 134). Sa façon de tourner, de glisser (...) le classe à un rang qui, désormais, pourrait bien être le premier (Levinson, Visage danse,1933, p. 41).Elle [Gret Palucca, danseuse] ne glisse pas, mais appuie (Levinson, Visage danse,1933p. 297).
Emploi trans. Glisser un pas. Le marquer légèrement. Il glissait un pas de contredanse, la pointe en dehors (Adam, Enfant Aust.,,1902, p. 267).
En partic. Qqc. glisse (sur).Passer à la surface sans pénétrer, ne pas entamer profondément. Le poignard glissa et ne lui fit qu'une légère blessure (Ac.1878-1932).Les projectiles glissaient sur ces masses obliques (Flaub., Salammbô, t. 2, 1863, p. 92).Les deux aiguillons recourbés glissent inutilement sur les lourdes cuirasses de chitine (Maeterl., Vie abeilles,1901, p. 73).
Au fig. Glisser sur
α) Ne pas insister, ne pas s'attarder (sur un sujet). Je glisse sur le détail, mais que d'exemples, instructifs et charmants, à tirer de la vie parisienne (Barrès, Barbares,1888, p. 185).Je glissais rapidement sur tout cela, plus impérieusement sollicité que j'étais de chercher la cause de cette félicité (Proust, Temps retr.,1922, p. 871) :
15. Le malentendu est l'interdiction d'approfondir. Les conjurés, qui au demeurant se complaisent dans l'équivoque irrespirable, ont fait serment de rester superficiels et de glisser pudiquement, sans appuyer, sur les dessous de leur machination... Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 193.
Absol. Glissons! N'insistons pas. (Dict. xixeet xxes.).
β) Causer peu d'effet, produire peu d'impression. Mes remontrances n'ont fait que glisser sur lui (Ac.). Les encouragements du médecin glissaient sur lui et lénifiaient une région où il n'était pas (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 387).Les raisons de Costals avaient glissé sur elle sans l'entamer le moins du monde. Et elle attendait leur conversation dans un grand sentiment de sécurité (Montherl., Démon bien,1937, p. 1263) :
16. Il [l'empereur] nous disait l'autre jour qu'il avait été de marbre pour tous les grands événements, qu'ils avaient glissé sur lui sans mordre sur son moral ni sur ses facultés. Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 607.
2. Emploi pronom.
a) Se déplacer, marcher d'un mouvement adroit et/ou furtif. Le braco se glissait à travers des genêts serrés (Genevoix, Raboliot,1925, p. 318).La fenêtre de sa chambre était entr'ouverte. Il craignit qu'elle ne prît froid, et se glissa en tapinois vers sa porte, −curieux, en outre, de savoir si elle ne l'aurait pas fermée à clef (Montherl., Démon bien,1937, p. 1338) :
17. Des lumières qui sortent une à une de la grande maison, et qui se glissent entre les arbres, et qui s'avancent, avec des airs traîtres, et qui cernent peu à peu le pavillon... Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 303.
Se glisser hors de.Sortir (d'un lieu) sans bruit et avec précaution. Il se glissa furtivement hors de la maison, comme un paillard qui s'échappe d'un mauvais lieu (Borel, Champavert,1833, p. 181).Ils se glissaient furtivement, chacun de son côté, hors du logis (Theuriet, Mais. deux barbeaux,1879, p. 50).
b) S'introduire, entrer, pénétrer (quelque part, dans quelque chose) avec adresse, avec discrétion ou furtivement.
Se glisser dans.Lesable était entré au ministère furtivement et s'était glissé dans son bureau (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 492).On se demande quel peut bien être le noctambule éperdu qui se glisse dans ces antres sans lumière et sans chair (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 146) :
18. ... vous savez qu'il y a dans la chambre de monsieur le duc une armure de taille colossale, dressée sur un pivot, casque en tête et visière baissée. Eh bien! je me suis glissé dans l'armure, bien certain qu'on ne songerait point à y regarder. Ponson du Terr., Rocambole, t. 4, 1859, p. 194.
Se glisser sous.La porte de la chambre fut tout à coup secouée avec force. C'était M. de Rênal. − Pourquoi t'es-tu enfermée? lui criait-il. Julien n'eut que le temps de se glisser sous le canapé (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 224).Elle sentit une main qui se glissait sous son aisselle et qui lui caressait le sein (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 163).
Se glisser derrière.On annonça une visite : je me glissai derrière le paravent (Dukas, Ourika,1824, p. 52).Je me glisse derrière une haie de verveine (G. Leroux, Parfum,1908, p. 122).
Se glisser entre, parmi, au milieu de.Même au milieu des ennemis les plus acharnés des blancs, il pouvait se glisser un espion (Sue, Atar Gull,1831, p. 28).Gamelin, s'étant glissé dans un de ces groupes, entendit que Marat venait d'être assassiné (A. France, Dieux ont soif,1912, p. 96).Des groupes se formaient au coin des rues, des gens de mauvaise mine se glissaient entre les badauds (Green, Journal,1936, p. 60).
Se glisser sous/dans les draps; se glisser dans le lit. Il se glissa dans les draps. Leurs jambes se mêlèrent (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 284).Toute nue dans sa chemise de nuit, elle se glissa dans le lit auprès de sa petite sœur Yvonne (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 106).Elle se glissa sous les draps et se serra contre lui sans un mot (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 25).
Au fig. Se glisser (dans, sous).S'insinuer, s'introduire subrepticement. La volupté se glisse partout, elle se glisse sous le cilice et sous la haire; elle s'était glissée jusque dans les agapes des festins des premiers chrétiens (Chênedollé, Journal,1823, p. 122).Des réclames se glissaient, en forme de recommandations et de conseils (Zola, Argent,1891, p. 185) :
19. Le peuple n'avait pas de pain, le pays était un polygone d'où partaient des boulets; l'intérieur était rongé par le fédéralisme; la trahison se glissait dans les armées, sous les uniformes de Wimpfen et de Custine. Gozlan, Notaire,1836, p. 61.
[L'idée dominante est celle de propagation] L'esprit d'une funeste philosophie s'étoit glissé dans tous les ordres du clergé (Bonald, Législ. primit., t. 1, 1802, p. 217).La pestilence hitlérienne qui se glissait partout (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 309) :
20. − Le charlatanisme est insolent et corrupteur, et il a donné de tels exemples dans notre siècle et a mené si grand bruit du tambour et de la baguette sur la place publique, qu'il s'est glissé dans toute profession... Vigny, Serv. et grand. milit.,1835, p. 148.
En partic., sens passif. On s'explique aisément comment ces erreurs se sont glissées dans la science (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 316).
Impersonnellement. Il s'est glissé beaucoup de fautes dans cet ouvrage (Ac.).Il s'était glissé quelques erreurs dans la narration d'Hermann (About, Roi mont.,1857, p. 6).Il s'était glissé dans ma version d'involontaires réminiscences (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 155).
II. − Emploi trans. Qqn glisse qqc.
A. − Faire entrer, faire pénétrer, faire passer quelque chose doucement et adroitement :
21. Nul n'aurait su baigner, masser, parfumer Son Altesse (...); nul, éclater en admiration comme lui, sur la personne du duc Charles, presser sa bottine contre son cœur, s'extasier de ses bras, de ses jambes (...) : sans compter que le maraud était unique à glisser un clystère, tailler les cors et les durillons... Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 68.
Glisser qqc. dans.Glisser un billet dans une enveloppe; glisser un œillet dans sa boutonnière. Le diable amusé le regarde glisser sans bruit la petite clef dans la serrure (Gide, Faux-monn.,1925, p. 974).Il glissa dans son browning un chargeur de huit balles (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 202) :
22. Il retourna le champignon, l'examina, le sentit, trancha avec son couteau la partie du pied piquée des vers, chassa la terre qui y adhérait d'un souffle aussi précautionneux que s'il eût débarrassé d'un moucheron la joue d'un enfant, et le glissa dans son carnier. Châteaubriant, Lourdines,1911, p. 26.
Glisser qqc. sous.Glisser le courrier sous la porte. Un soir qu'ils se rendaient au théâtre, et que François, à son habitude, était assis dans l'auto entre ses amis, mal installé et cherchant à se faire un peu de place, il glissa son bras sous celui de Mmed'Orgel (Radiguet, Bal,1923, p. 112).La servante glissa un réchaud sous son lit (Mauriac, Vie Racine,1928, p. 41).Schneider lui soulève la tête sans un mot et glisse une couverture pliée en quatre sous sa nuque (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 232) :
23. Le Grec fit signe à trois des plus robustes, qui glissèrent leurs leviers sous la plus grosse masse de rocher. Leurs muscles saillaient comme des cordes sur leurs bras maigres, et ils pesaient de tout leur poids au bout de leur barre de fer. Gautier, Rom. momie,1858, p. 162.
Pop. Glisser un patin. ,,Donner un baiser sur la bouche avec introduction de la langue`` (Carabelli, [Lang. pègre]).
B. − Faire entrer, faire pénétrer, faire passer quelque chose discrètement ou furtivement. Glisser qqc. dans qqc.; glisser qqc. à qqn.
1. [Le compl. d'obj. désigne une chose concr.] Glisser une pièce de monnaie dans la main d'un pauvre. Achetaient-ils des fruits, le fruitier leur glissait toujours une figue pourrie, des raisins gâtés, par en-dessous (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 32).Il ne lui aurait pas fallu longtemps pour découvrir qui lui avait glissé un bout de papier dans la poche (Simenon, Vac. Maigret,1948, p. 36) :
24. Le lendemain matin, quand il la quitta, elle lui glissa dans les mains une enveloppe, en chuchotant : − Dehors, tu liras cela dehors. Pas ici, je t'en prie. Arland, Ordre,1929, p. 332.
2. [Le compl. d'obj. désigne une chose abstr.] Glisser une clause dans un contrat (Ac.). Dans la lettre que je t'avais écrite en te renvoyant son volume, je t'y avais glissé deux phrases louangeuses un peu exagérées (Flaub., Corresp.,1852, p. 405).Il vient un moment dans la vie (...) où le professeur fidèle se demande s'il ne va pas glisser dans les déclinaisons latines quelques cas nouveaux (Brasillach, Corneille,1938, p. 430) :
25. Et, par une coquetterie de peintre qui soigne sa mise en page, Debussy glisse, dans les dernières mesures [de Feux d'artifice], quelques notes de la Marseillaise... Cortot, Mus. fr. piano,1930, p. 44.
a) En partic.
Dire, communiquer quelque chose en confidence ou en cachette :
26. ... Monsieur de Coëtquidan, je vous glisse un tuyau royal. Ce volume-là est actuellement en vente, dépareillé, chez Champion, je viens de le voir sur le catalogue. Montherl., Célibataires,1934, p. 893.
Glisser qqc. à l'oreille à qqn. La vieille leur ayant glissé quelques mots à l'oreille, ils m'embrassèrent les mains à leur tour (Tharaud, Fête arabe,1912, p. 218).
Glisser qqc. dans l'oreille de qqn. Une voisine entra tête nue, nous souhaita le bonsoir d'un air apprêté, glissa dans l'oreille de ma mère deux mots mystérieux, et repartit aussitôt (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 129).
Dire quelque chose incidemment, sans insister; dire quelque chose sans avoir l'air d'y toucher. Vous devriez glisser deux mots de cela au père, mon cher comte, vous qui êtes si bien dans la maison (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 244).De temps en temps, il glissait adroitement dans la conversation une idée que les autres développaient (Renard, Journal,1893, p. 182).
Glisser que.Voulant me faire reconnaître le terrain (...) il me pria de le parcourir avec lui, ne disant pas un mot des limites ni des restrictions, trouvant le moyen de glisser adroitement que les soldats que je voyais n'étaient autres que la garde ordinaire du gouverneur (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 505).
Insinuer, suggérer adroitement. Il glissait insidieusement la réponse dans sa façon de poser la question (Mounier, Traité caract.,1946, p. 52).
b) Glisser un regard, un coup d'œil (vers qqn ou qqc.). Regarder sans insister, avec discrétion ou à la dérobée. Joseph se gratte la nuque, glisse vers moi un regard sournois... et il dit : − Ça... Je n'en sais rien (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 276).Il glissa vers moi un coup d'œil mélancolique et flatteur (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 72).Il retira sa main, glissa vers Antoine un coup d'œil malicieux, et se mit à descendre l'escalier (Martin du G., Thib., Consult., 1928, p. 1066).
REM. 1.
Glissage, subst. masc.,,Opération qui consiste à faire descendre sur les glissoirs le long des pentes, les bois abattus`` (Forest. 1946).
2.
Glissance, subst. fém.,techn. routière. La glissance d'une route est sa susceptibilité à faire apparaître, au contact pneu-route, un coefficient de frottement plus ou moins élevé (A. Hermant, Lancelot 1937, éd. de la Nouv. revue crit., 1939, p. 273).
Prononc. et Orth. : [glise], (il) glisse [glis]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. Intrans. 1. fin du xiies. glicier « se déplacer d'un mouvement continu, volontaire ou non, sur une surface lisse ou le long d'un autre corps, par une impulsion donnée » (Gui de Cambrai, Vengement Alixandre, éd. B. Edwards, 1516); en partic. 1530 glisser sur la glace (Palsgr., p. 721a); 2. début du xvies. « avancer comme en glissant » (Fossetier, Cron. Marg., ms. Bruxelles 10511, VII, IV, 13 ds Gdf. Compl.); 3. 1671 « ne pas approfondir; ne pas insister » (Mmede Sévigné, Lettres, éd. R. Duchêne, t. 1, p. 175); 4. 1680 « ne faire qu'une impression faible ou nulle sur quelqu'un » (Id., ibid., t. 2 p. 976). B. Trans. 1. ca 1320 glicier « pousser quelqu'un ou quelque chose » (Watriquet de Couvin, Dits, 386, 162 ds T.-L.); 2. 1636 « faire passer, introduire adroitement ou furtivement quelque chose » (Monet). Issu du croisement de l'a. fr. gliier « glisser » (xiiies. ds T.-L., Gdf.; de l'a. b. frq. *glīdan « id. »; cf. le m. néerl. gliden, m. b. all. gliden, m. h. all. glîten, all. gleiten « id. ») et de glacier (v. glacer), attesté en a. fr. et en m. fr. au sens de « glisser » (xiies. ds T.-L.). Fréq. abs. littér. : 5 670. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 107, b) 8 303; xxes. : a) 8 856, b) 9 980.
DÉR.
Glisseur, -euse, subst.a) Celui, celle qui glisse sur la glace. Des glisseurs habiles (Lar. 19e). Les glisseurs et les patineurs (Littré). P. métaph. Plus d'une fois je m'en rassasiai durant ces jours calamiteux (...) lorsque la glisseuse bergeronnette pousse un cri aigu vers les vermisseaux que son bec n'atteint plus (Jammes, Rom. du lièvre,1903, p. 32).b) Bateau glisseur. Synon. de hydroglisseur.[glisœ:ʀ], fém. [-ø:z]. 1resattest. a) 1636 « personne qui glisse sur la glace » (Monet), attest. isolée, de nouv. 1800 (Boiste), b) 1918 « hydroglisseur » (Lar. mensuel, mai, IV, 448, légende ds Quem. DDL t. 16), 1920 bateau glisseur (Lar. mensuel, mars, V, 63 b, ibid.); du rad. de glisser, suff.-eur2*.
BBG.Chautard (É). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 595. - Guerlin De Guer (C.). Notes de dialectol. pic. et wallonne. R. du Nord. 1934, t. 20, pp. 29-39.

Glisser : définition du Wiktionnaire

Verbe

glisser \ɡli.se\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se glisser)

  1. Se mettre en mouvement, comme en coulant sur une surface lisse ou le long d’un autre corps.
    • L’adhérence de la roue sur le rail, qui agit le long du plan incliné en sens contraire du mouvement de translation, et produit la rotation de la roue en s'opposant à ce qu'elle puisse glisser sans tourner. — (Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, 1837, V.5, page 910)
    • On patinait autour de lui. Des enfants, le col entouré de cache-nez écarlates, blancs, verts, bleus, glissaient et tournoyaient. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 95)
    • Le canot bascule sur le berthon, se met à glisser vers l'avant écrasant une trentaine de personnes et blessant grièvement à la jambe Isaac Lehmann. — (Philippe Masson, Les Naufrageurs du Lusitania et la guerre de l'ombre, Albin Michel, 1985, page 117)
    • Je fourre l’énorme pistolet dans mon froc et voilà le canon qui glisse dans mon slip. Je n'arrive pas, assis, à l’extirper. — (Michel-Jacques Aubin, Les Caractériels, Éditions Publibook, 2007, page 391)
  2. (Figuré) Se déplacer avec légèreté et aisance.
    • Elle semblait faite pour glisser, en robe blanche, dans des paysages liturgiques, une branche de lis ou un rameau d’or à la main. — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • L’avion revient vers nous, plane un moment sur nos têtes, glisse, remonte et, dans une dernière caracole, pique vers son hangar. — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.203-204)
    • Parfois, la nuit, sur la route de Londres, je croisais les camions. Ils glissaient silencieusement sur l'asphalte. — (Sylvain Tesson, Une vie à coucher dehors, Gallimard (folio), 2009, p. 42.)
  3. (Spécialement) (Québec) (Loisirs) Descendre des pentes neigeuses en glissant sur un traîneau, sur un carton, etc., voire sur le fessier.
    • Cet après-midi, avec les enfants, on est allés glisser.
    • Je regarde là-bas, à l'endroit où nous avons glissé vendredi; nous y avons laissé quelques traces visibles, arabesques géantes, filets de neige minces mais incrustés. — (Nadia Plourde, La gloire de mes élèves, éditions Les 400 coups, Montréal, 2008, page 72)
  4. Effleurer un corps en parlant d'un instrument tranchant qui a dévié et qui n’entame pas profondément.
    • Le poignard glissa et ne lui fit qu’une légère blessure.
  5. (Figuré) Passer légèrement sur quelque matière.
    • C’est une matière délicate qu’il ne faut pas trop approfondir, il faut glisser légèrement dessus.
    • L’orateur a glissé sur ce fait.
    • Glissez, glissez. Il est préférable que vous n’insistiez pas, que vous vous taisiez.
  6. (Figuré) Ne faire qu’une impression légère, ou n’en faire aucune.
    • Mes remontrances n’ont fait que glisser sur lui.
  7. (Vulgaire) (Vieilli) (Transitif) Copuler avec.
  8. (Transitif) ou (Pronominal) Faire entrer adroitement en quelque endroit ou en faire sortir.
    • Et elle glissa dans son corsage, tout raide de broderies et de diamants, cette lettre qui sortait du pourpoint du jeune homme, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre V)
    • […], mais le navire imperturbable cingle vers l'immensité polaire, se glisse parmi les icebergs fantastiques qui dérivent en tournoyant cauteleusement, évités de justesse, en vain menaçants. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il se glissa dans la salle.
    • Glisser une clause dans un contrat.
    • Glisser un mot dans un discours.
    • Il s’est glissé beaucoup de fautes dans cet ouvrage.
    • Une infinité d’abus s’étaient glissés dans l’administration.
    • La mésintelligence ne tarda pas à se glisser entre eux.
    • Glisser une chose dans l’oreille de quelqu’un.
  9. (Transitif) (Figuré) Remettre discrètement quelque chose à quelqu'un.
    • […], on lui glisse toujours quelques douceurs. Elle les refuse, puis finit par les accepter pour sa vieille mère : un pot de miel, une paire de grives, une hottée de pommes. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Glisser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GLISSER. v. intr.
Il se dit d'une Personne ou d'une chose qui se met ou est mise en mouvement, comme si elle coulait sur une surface lisse ou le long d'un autre corps. Les enfants s'amusent à glisser sur la mare qui est gelée. Prenez garde de glisser sur le parquet. Glisser sur le verglas. Tenez bien l'échelle de peur qu'elle ne glisse. Il saisit la corde et se laissa glisser à terre. Se glisser le long d'un mur Le pied lui a glissé. Le pied lui a glissé se dit aussi figurément lorsqu'il est arrivé un accident fâcheux à quelqu'un, ou par son imprudence, ou par malheur. On dit de même Prenez garde que le pied ne vous glisse. Glisser des mains se dit d'une Chose qui échappe des mains en glissant. Cela m'a glissé des mains. Fig. et fam., Glisser des mains à quelqu'un, Glisser entre les mains de quelqu'un, se dit d'une Personne qui trahit sa parole, qui change subitement de résolution, de sentiments, d'opinions. C'est un homme qui vous glissera des mains au moment que vous y songerez le moins. Il se dit encore d'un Instrument tranchant qui a dévié et qui n'entame pas profondément. Le poignard glissa et ne lui fit qu'une légère blessure. Il signifie, au figuré. Passer légèrement sur quelque matière. C'est une matière délicate qu'il ne faut pas trop approfondir, il faut glisser légèrement dessus. L'orateur a glissé sur ce fait. Glissez, glissez. Il est préférable que vous n'insistiez pas, que vous vous taisiez. Il se dit également, au figuré, des Choses qui ne font qu'une impression légère, ou qui n'en font aucune. Mes remontrances n'ont fait que glisser sur lui. Il est aussi verbe transitif et signifie Faire entrer adroitement en quelque endroit ou en faire sortir. Glisser sa main dans la poche de quelqu'un. Il lui glissa un billet dans la main. Glisser un papier dans un dossier. Il se glissa dans la salle. Glisser une clause dans un contrat. Glisser un mot dans un discours. Il s'est glissé beaucoup de fautes dans cet ouvrage. Une infinité d'abus s'étaient glissés dans l'administration. La mésintelligence ne tarda pas à se glisser entre eux. Glisser une chose dans l'oreille de quelqu'un.

Glisser : définition du Littré (1872-1877)

GLISSER (gli-sé) v. n.
  • 1Couler sur un corps gras, ou lisse, ou poli. Il saisit la corde et se laissa glisser jusqu'à terre. Mercredi 27 décembre 1684 : Le roi ne sortit point ; Monseigneur alla glisser sur la glace, Dangeau, I, 84. Il n'est pas étonnant que des murs, quelque solides qu'ils soient, glissent sur le premier banc de cette argile humide, s'ils ne sont pas fondés à plusieurs pieds au-dessous, Buffon, Addit. théor. terr. Œuvres, t. XIII, p. 171, dans POUGENS.

    Absolument. Faire des glissades. Ils ont passé deux heures entières à glisser. Ils manquent l'école pour aller glisser.

    Fig. N'approfondis jamais rien dans la vie, Et glisse-moi sur la superficie, Voltaire, Prude, V, 2. Sur un mince cristal l'hiver conduit leurs pas, Le précipice est sous la glace ; Telle est de vos plaisirs la trompeuse surface ; Glissez, mortels, n'appuyez pas, Roy, Vers au bas d'une gravure représentant des patineurs, dans ÉD. FOURNIER, l'Esprit des autres, p. 44.

    Fig. C'est votre tour à glisser, c'est à vous à glisser, se dit à quelqu'un dont le tour est venu de faire ce que d'autres ont déjà fait avant lui, en parlant d'affaire, de travail ou de péril.

  • 2Particulièrement, manquer en parlant du pied qui vient à couler sur quelque chose de gras, de poli, de mouvant. Il glissa sur le pavé et fit une lourde chute. Ils n'avaient des chaussures qu'à un pied, pour ne pas glisser si facilement dans la boue, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 547, dans POUGENS.

    Le pied lui a glissé, son pied a glissé.

    Fig. Il [un homme impliqué dans l'affaire de la duchesse du Maine] fit une confession générale, sans rien déguiser ni omettre ; il fit plus : quand on commence à glisser, on ne s'arrête qu'au bas de la pente…, Staal, Mém. t. II, p. 138.

    Fig. Le pied lui a glissé, se dit d'une personne qui insensiblement est tombée dans quelque faute. Crois-tu que, toujours ferme au bord du précipice, Elle pourra marcher sans que le pied lui glisse ? Boileau, Sat. x.

    On dit de même : Prenez garde que le pied ne vous glisse.

  • 3On dit qu'un coup glisse, quand, au lieu d'enfoncer, il descend sans entamer profondément. Le coup glissa et n'enfonça guère avant, Fénelon, Tél. XII. Le plaisir nous venge ; Sur nous du sort il fait glisser les coups, Béranger, Escl. gaulois.

    Fig. Faire peu d'impression. Nos remontrances n'ont fait que glisser sur lui. Nous avions affaire à une femme sur qui toutes ces choses-là glissaient et qui ne voyait jamais le présent et point le passé, Marivaux, Pays. parv. 4e part.

  • 4Cheminer, comme en glissant, sur les eaux, dans les airs. Notre belle Loire est entièrement à sec en plusieurs endroits ; je ne comprends pas comme auront fait madame de Montespan et madame de Tarente ; elles auront glissé sur le sable, Sévigné, 289. Couverte de sa voile blanche, La barque, sous son mât qui penche, Glisse et creuse un sillon mouvant, Lamartine, Harm. I, 10. Ainsi tout change, ainsi tout passe ; Ainsi nous-mêmes nous passons, Hélas ! sans laisser plus de trace Que cette barque où nous glissons Sur cette mer où tout s'efface, Lamartine, Méd. I, 21. Tout à coup, détaché des cieux, Un rayon de l'astre nocturne, Glissant sur mon front taciturne, Lamartine, ib. I, 4.
  • 5Échapper, ne pas être retenu. Cela m'a glissé des mains. Quelque terme où nous pensions nous attacher et nous affermir, il branle et nous quitte ; et, si nous le suivons, il échappe à nos prises, nous glisse et fuit d'une fuite éternelle, Pascal, Pensées, t. I, p. 248, éd. LAHURE. La nature du monde est de glisser, de passer vite, d'aller en fumée, en néant, Bossuet, Médit. sur l'Évang. Cène, 1re partie, 90e jour.

    Fig. et familièrement. Glisser des mains à quelqu'un, lui échapper, ne pas être tenu, retenu, contenu par lui. Ce monsieur de Nevers si difficile à ferrer, ce monsieur de Nevers si extraordinaire, qui glisse des mains alors qu'on y pense le moins, Sévigné, 8.

  • 6Pénétrer, en parlant des choses morales qui s'insinuent peu à peu. Un malheur inconnu glisse parmi les hommes, Qui les rend ennemis du repos où nous sommes ; La plupart de leurs vœux tendent au changement, Malherbe, II, 1. Ces paroles firent glisser l'espérance jusqu'au fond des entrailles de Calypso, Fénelon, Tél. VII.
  • 7Passer légèrement sur quelque matière qu'il ne convient pas d'approfondir. Il faut glisser sur tout cela et se bien garder de s'abandonner à ses pensées, Sévigné, 24. Je répliquai en appuyant sur l'estime, sur l'amitié, sur les louanges de sa fille ; je glissai sur le reste, Marmontel, Mém. III. Je voulus glisser doucement là-dessus, en disant : cela est fait, sire, il n'y faut plus penser, Genlis, Mme de Maintenon, t. II, p. 168, dans POUGENS. Il ne faut pas glisser trop légèrement sur une matière aussi importante, Chateaubriand, Génie, I, III, 3.
  • 8 V. a. Faire glisser. Monsieur, lui dis-je en me courbant le corps et en glissant un pied vers lui selon notre coutume, je me flatte que ma juste curiosité ne vous déplaira pas, Voltaire, Dict. phil. Quakers.
  • 9Couler adroitement ou furtivement un objet en quelque endroit. Glisser sa main dans la poche de quelqu'un. Il se faisait toujours suivre de quelques domestiques qui avaient ordre de glisser secrètement quelque pièce d'argent dans la main des pauvres qu'on rencontrait, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 345, dans POUGENS. Je glisse même dans mon paquet un placet pour le roi, Voltaire, Lett. Duchesse de Choiseul, 9 avril 1770. Rosalie a reçu le billet ? - Du moins je l'ai glissé sous sa porte, De Bièvre, Séducteur, v, 1.
  • 10 Fig. Mettre dans ce qu'on écrit ou ce qu'on dit quelque chose qu'on veut cacher ou qu'on n'ose pas énoncer directement. Glisser une clause dans un contrat. Dans son compliment il lui glisse la beauté de la négociation qu'il va faire, Sévigné, 574. M. de Pompone a glissé fort à propos nos cinq mille francs ; le roi dit en riant : on dit tous les ans que ce sera pour la dernière fois ; M. de Pompone, en riant, répliqua. Sire, ils sont employés à bien vous servir, Sévigné, Lett. 9 déc. 1676. Cela me fournit une occasion naturelle de glisser bien des choses au roi, qui en leur temps porteront des fruits, Maintenon, Lett. au cardinal de Noailles, 18 déc. 1695. De temps en temps, de mon côté, je glisse de petits mots, afin qu'elle y prenne garde, Marivaux, les Surpr. de l'am. I, 10. Voilà encore ce qu'il ne faut point dire, me glissa-t-elle en me quittant, Marivaux, Pays. parv. 3e partie. Ne pouvait-il pas lui glisser [à M. de Staremberg] qu'il y a un barbouilleur de papier qui a trouvé son traité [le traité de Versailles] admirable, et qui désire d'en écrire un jour les suites heureuses ? Voltaire, Lett. d'Argental, 24 mai 1758.

    Glisser deux mots à l'oreille de quelqu'un, lui dire deux mots à l'oreille.

  • 11 Fig. Insinuer, faire pénétrer par insinuation. C'est lui qui a glissé cette erreur parmi le peuple. Il [l'Amour] glissait dans son cœur, en lui disant ces mots, Un désir inconnu de plaire à ce héros, Voltaire, Henr. IX. Ta plainte… glisse l'amour dans son sein, Lebrun, Odes, I, 9.
  • 12Se glisser, v. réfl. Se couler, pénétrer sans être aperçu ou avec précaution. … Dans le lit il se glisse En grand silence…, La Fontaine, Mandr. Nos Grecs dispersés Se sont jusqu'à l'autel dans la foule glissés, Racine, Androm. v, 3. Un serpent qui se glisse entre les fleurs est plus à craindre qu'un animal sauvage qui s'enfuit vers sa tanière dès qu'il vous aperçoit, Fénelon, Dial. des morts anc. Dial. XVII. Comme il se glissait la nuit chez…, Hamilton, Gramm. 6. Je tâchai, en me glissant tout doucement, de gagner le haut de l'église, Marivaux, Marianne, 2e part. Cet empereur [Achmet III] se déguisait souvent en homme privé, en iman ou en dervis ; il se glissait le soir dans les cafés de Constantinople et dans les lieux publics pour entendre ce qu'on disait de lui, Voltaire, Charles XII, 7. Peut-être un meurtrier parmi vous s'est glissé, Delavigne, Vêpres sicil. v, 3. Voici l'heure où je viens, à la chute des jours, Me glisser sous ta voûte obscure, Et chercher, au moment où s'endort la nature, Celui qui veille toujours, Lamartine, Harm. I, 8.
  • 13 Fig. Pénétrer sans être aperçu, en parlant de choses. Il s'est glissé des fautes dons cet ouvrage. Cette noce [une noce faite à huis clos] sera confondue le plus joliment et le plus naturellement du monde avec toutes les autres actions de la vie, et s'est glissée si insensiblement dans le train ordinaire, que personne ne s'est avisé qu'il soit arrivé quelque fête dans ces deux familles, Sévigné, 10 mars 1687.
  • 14S'insinuer. Je sentais une secrète flamme Qui se glissait dans mes os, Voiture, Poésies, dans RICHELET. Ou si quelque lumière en leur âme se glisse, Corneille, Pomp. IV, 1. Quelle horrible frayeur se glisse dans mes veines ! Rotrou, Herc. mour. III, 4. Combien de fois arrêta-t-il une flatterie qui, comme un serpent tortueux, allait se glisser dans son âme [du jeune prince] ! Fléchier, duc de Mont. Et l'espoir malgré moi s'est glissé dans mon cœur, Racine, Phèd. III, 1. Paroles qui se glisseront comme un serpent sous les fleurs, Fénelon, Tél. I.

HISTORIQUE

XIIIe s. Les cheveus a tout hericiés, Les yex crues [creux] en parfond gliciés, la Rose, 10200.

XVe s. Icellui Godart rua un estoc de son espée ; mais le cop glinsa jusques au visage, Du Cange, clidare.

XVIe s. Cette doulceur que sentent ceux qui se laissent glisser au sommeil, Montaigne, II, 54. En un lieu glissant et coulant suspendons nostre creance, Montaigne, II, 241. Le serpent se glissa contre-mont le long de son col jusques à ce qu'il l'attaignit à la face, Amyot, Thém. 48. Il feit forger salades et morrions tous de fer, bien polis par dehors, à fin que les espées glissassent au long, Amyot, Cam. 685. Il en vouloit à ceulx qui par voyes obliques s'alloient glissans en la bonne grace du peuple, Amyot, Marius, 49. Ilz deschausserent leurs souliers, pource que l'on glisse moins en montant à piedz nudz sur des eschelles, Amyot, Aratus, 24. Il gaigna l'autre rive… la terre y glissoit à cause de la fange qu'il y avoit, Amyot, Alex. 26. …Afin que l'age qui glisse Ne les mette à nonchaloir, Ronsard, 396. Il n'est si bien ferré qui ne glisse, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 316.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Glisser : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

GLISSER, v. neut. (Méchan.) se dit quand un corps se meut sur une surface plane, de maniere que la même partie ou le même point du corps touche toûjours cette surface : c’est ce qu’on appelle en Méchanique, superincessus radens.

Si le corps se meut sur une surface plane, de maniere qu’il applique successivement à cette surface différentes parties ou différens points, on dit alors que le corps roule : il en est de même s’il se meut sur une surface courbe sur laquelle il applique toûjours la même partie ; car alors il ne peut se mouvoir sans tourner au-moins en partie ; de maniere que sa partie supérieure a plus ou moins de mouvement que sa partie inférieure, selon que la surface est convexe ou concave. Le mot glisser pris dans le sens le plus exact, suppose que toutes les parties du corps se meuvent d’un mouvement égal, c’est-à-dire décrivent dans le même tems des lignes égales & paralleles.

Lorsqu’un corps est frappé suivant une direction qui passe par son centre de gravité, & qui est perpendiculaire à l’endroit frappé de la surface du corps, ce corps tend à se mouvoir en glissant, & il se mouvroit en effet de cette maniere, si les aspérités de sa surface & celles de la surface sur laquelle il se meut, ne l’obligeoient quelquefois à tourner. Voyez Roulement, Frottement, Roue d’Aristote, &c. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « glisser »

Étymologie de glisser - Littré

Allem. glitschen ; flam. glitsen, glisser. Le mot le plus ancien est non pas glisser, mais glacier, qui vient de glace : XIIe s. Por ceu [ce] ke li piet de ceas [ceux] ki à lei se vorront apoier ne puist glacier en la voie, Saint Bernard, p. 568.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de glisser - Wiktionnaire

Du vieux-francique *glidan.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « glisser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
glisser glise play_arrow

Conjugaison du verbe « glisser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe glisser

Évolution historique de l’usage du mot « glisser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « glisser »

  • Pour l’utiliser, il faut d’abord le glisser dans la poche du t-shirt associé cousue à cet effet et située en haut du dos. Grâce à l’effet Peltier, un phénomène physique de déplacement de chaleur en présence d’un courant électrique, le Reon Pocket fera entrer en réaction des plaques métalliques qui provoquent un changement de température sur la peau. Le Figaro.fr, Pour les jours de canicule, un mini-climatiseur à glisser sous ses vêtements
  • On peut évidemment se fier aux valeurs sûres de l'édition qui caracolent déjà en tête des ventes. Les amateurs de best-sellers ne manqueront pas de glisser dans leur valise les nouveaux titres de Guillaume Musso et Joël Dicker, "La vie est un roman" (Calmann-Lévy) et "L'énigme de la chambre 622" (Ed. de Fallois). S'il reste de la place, on ne peut que conseiller "La vallée" (XO), le nouveau thriller de Bernard Minier ou "Il était deux fois" (Fleuve noir) de Franck Thilliez. ladepeche.fr, Les livres à glisser dans sa valise cet été - ladepeche.fr
  • Nos dix BD à ne pas oublier de glisser dans sa valise Télérama, Nos dix BD à ne pas oublier de glisser dans sa valise
  • Pour changer d'idée, il suffit de pencher la tête, ça fait glisser tout le merdier. On entend presque le bruit des piles qui s'effondrent. De Roland Topor
  • Quel talent il faut pour écrire dans un journal ! 1° Prendre garde de glisser sur les épluchures et graillons de l'escalier qui monte au bureau de rédaction. 2° Plaire au garçon. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Essayez de concevoir la seconde, que dis-je, le quart de seconde pendant lequel le criminel entend glisser le couperet qui doit le décapiter. Il n'y a rien de plus hallucinant. De Fiodor Dostoïevski / L'Idiot
  • La haine n'est pas l'envers de l'amour, elle en est le renoncement. Ne plus pouvoir aimer, glisser lentement vers l'indifférence... Seule, la volonté de puissance peut combler ce vide. De Charlotte Savary / Le député
  • Les dimanches, surtout en fin d’après-midi, et si vous êtes seul, ouvrent une brèche dans le temps. Il suffit de s’y glisser. De Patrick Modiano / L'herbe des nuits
  • Il y a trop d'embûches, trop de gens sur votre chemin qui ont intérêt à glisser sous vos pas la peau de banane. De Paul Vialar / La Mort est un commencement
  • La plupart des gens préfèrent glisser leur peau sous les draps plutôt que de la risquer sous les drapeaux. De Raymond Devos
  • La vie offre toujours deux pentes. On grimpe ou on se laisse glisser. De Pierre Hebey / Deux amis de toujours
  • Nul ne skie assez doucement pour glisser sans laisser de traces. De Proverbe finnois
  • Mieux vaut glisser du pied que de la langue. De Proverbe français
  • Sur un mince cristal l'hiver conduit leurs pas : Le précipice est sous la glace ; Telle est de vos plaisirs la légère surface. Glissez, mortels, n'appuyez pas. Pierre Charles Roy, le Patinage

Images d'illustration du mot « glisser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « glisser »

Langue Traduction
Corse slip
Basque lapsus
Japonais スリップ
Russe слип
Portugais escorregar
Arabe زلة
Chinois
Allemand unterhose
Italien scivolare
Espagnol resbalón
Anglais slip
Source : Google Translate API

Synonymes de « glisser »

Source : synonymes de glisser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « glisser »



mots du mois

Mots similaires