La langue française

Insinuer

Définitions du mot « insinuer »

Trésor de la Langue Française informatisé

INSINUER, verbe trans.

I. − Emploi trans.
A. − DR. ANC. Consigner (un acte privé) dans un registre public pour lui donner l'authenticité. Insinuer, faire insinuer une donation, un testament (Ac. 1798-1878).
B. − Littéraire
1. Qqn insinue qqc. dans qqc.Introduire doucement et adroitement dans. L'étranger ouvroit son porte-feuille, et, par une présence d'esprit étonnante, défaisoit sa cravatte [sic] et y insinuoit un gros paquet de billets de banque (Balzac, Annette, t. 1, 1824, p. 112).J'aurais réussi peut-être, à mettre le doigt sur la fissure, à y insinuer la main, à l'élargir (Genevoix, Assassin,1948, p. 179).
P. anal. Quant aux petits vers qu'on trouve dans les fruits ou dans les galles, Swammerdam pense qu'ils doivent venir d'insectes ayant insinué leur semence dans le tissu végétal (J. Rostand, Genèse vie,1943, p. 25).
2. Au fig.
a) Qqn/qqc. insinue qqc. dans qqc.Faire pénétrer adroitement. Insinuer de bons sentiments dans le cœur d'un enfant; insinuer dans l'âme, l'esprit. Insinuer une doctrine (Ac.1935) :
1. Le mensonge vital, que l'entraînement sincère des mots et du cœur insinue jusque dans nos conduites morales, est le principal responsable du discrédit que tant de vertus étroites ou troubles jettent sur la vertu. Mounier, Traité caract.,1946, p. 377.
b) En partic., souvent péj. Laisser entendre quelque chose sans l'exprimer ouvertement. Synon. glisser, suggérer.
Qqn insinue qqc. à qqn :
2. La véritable hypocrisie dans cette signature était manifestée par la suppression bien moins des autres lettres du nom de Swann que de celles du nom de Gilberte. En effet, en réduisant le prénom innocent à un simple G, Mllede Forcheville semblait insinuer à ses amis que la même amputation appliquée au nom de Swann n'était due aussi qu'à des motifs d'abréviation. Proust, Fugit.,1922, p. 587.
Usuel. Qqn insinue qqc.Il se croyait en possession d'une certitude, (...) il en insinuait tout doucement l'esprit et n'en révélait pas la lettre (Sand, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 327).Il y a des choses que l'on ne doit jamais dire − semble-t-il toujours insinuer − précisément parce qu'elles vont de soi (Du Bos, Journal,1923, p. 265).Je n'ai point songé à prendre la défense de certains gros intérêts lésés, comme l'insinue mon contradicteur (Mauriac, Bâillon dén.,1945, p. 425).
Emploi abs. J'ai employé tout mon art d'insinuer et de plaire (France, Bonnard,1881, p. 439).Il chicane, pirouette, insinue, cligne de l'œil vers les « dames » avec lesquelles il ne veut surtout pas se brouiller (Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p. 164).
II. − Emploi pronom.
A. − Vx ou littér.
1. Qqn/qqc s'insinue dans qqc.Pénétrer doucement et progressivement dans quelque chose. Synon. s'infiltrer.Les couches de tissu cellulaire, qui s'insinuent dans les divisions du cerveau, qui se glissent entre les stries médullaires (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 215).Un flot neuf d'arrivants s'insinue dans les moindres interstices du public massé; des étudiants à bérets, des avocats en robe (...) se juchent en grappes, sur la crête des portants (Martin du G., J. Barois,1913, p. 380).
2. Qqn s'insinue entre.Se glisser entre. Le mécanicien a mis la voiture en marche. Il s'insinue entre les leviers et le volant pour regagner son siège frémissant (T. Bernard, Sur les grands chemins, Paris, Ollendorff, 1911, p. 134).
3. [Sans compl. prép.] Les plantes (...) profitant des moindres ouvertures (...) s'insinuent, puis, une fois entrées, elles grimpent, s'enroulent aux fenêtres, courent le long des balcons (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 170).
B. − Au fig., littér.
1. Qqc. s'insinue dans qqc.S'introduire dans (l'esprit, les pensées de quelqu'un). Synon. envahir, se glisser, pénétrer.Si quelque pensée orgueilleuse s'insinue dans notre imagination, nous la rejetons aussitôt avec la salive du dédain (Lautréam., Chants Maldoror,1869, p. 149).Des préoccupations d'une précision trop humaine se mêlèrent à la ferveur de ses prières, (...) même des doutes terribles et lancinants s'insinuèrent en son âme (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 225).Un danger se dissimule dans ces phrases douceâtres, des impulsions meurtrières s'insinuent dans l'inquiétude affectueuse, une expression de tendresse distille tout à coup un subtil venin (Sarraute, Ère soupçon,1956, p. 122).
[Sans compl. prép.] :
3. ... la pauvreté cessait d'être seulement privative, comme la croient trop souvent les riches; on la sentait réelle, agressive, attentionnée, elle régnait affreusement sur les esprits et sur les cœurs, s'insinuait partout, touchait aux endroits les plus secrets et les plus tendres, et faussait les ressorts délicats de la vie. Gide, Si le grain,1924, p. 473.
2. Péj. Qqn s'insinue dans qqc., auprès de qqn.
a) S'introduire avec habileté ou ruse dans, auprès de. Ambitieux, intrigant qui s'insinue; s'insinuer par la brigue, la flatterie :
4. Elle [l'Église] avait beaucoup d'influence, elle n'avait pas le pouvoir. Elle s'était insinuée dans les magistratures municipales; elle agissait puissamment sur les empereurs, sur tous leurs agens; mais l'administration positive des affaires publiques, le gouvernement proprement dit, l'Église ne l'avait pas. Guizot, Hist. civilisation, Leçon no10, 1828, p. 10.
b) Gagner adroitement (les bonnes grâces, la confiance, l'esprit de qqn). Les princes, n'ayant jamais affaire qu'à des serviteurs de bon goût, qui s'insinuent plus facilement dans leur faveur que nos gens dans la nôtre, vivent et meurent sans avoir jamais l'idée des choses telles qu'elles sont (Staël, Consid. Révol. fr., t. 2, 1817, p. 428).Sir Williams s'insinuait dans l'esprit et la confiance de la vieille baronne (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 450).
Prononc. et Orth. : [ε ̃sinɥe], (il) insinue [ε ̃siny]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1336 dr. anc. « publier, notifier, faire connaître (un acte juridique) » (Arch. JJ 70, fol. 13 rods Gdf.); 1368 id. « enregistrer (id.) » (Charte ds Livre Roisin, éd. Brun-Lavainne, p. 420). B. 1. 1359 « faire pénétrer adroitement dans l'esprit » (Ch. A. mun. Senlis ds Gdf. Compl.); 2. 1541 s'insinuer a (qqn) « se glisser adroitement ds l'entourage de quelqu'un » (Calvin, Instit., VI, p. 363 ds Hug.); 1662 esprit insinuant [de Mazarin] (La Rochefoucauld, Mém., éd. D.L. Gilbert et J. Gourdault, t. 2, p. 63 [1643]); 3. 1588 s'insinuer en « (d'une substance) pénétrer dans » ici, empl. par image (Montaigne, Essais, II, XII, éd. M. Thibaudet et M. Rat, p. 467). Empr. au lat.insinuare « faire pénétrer au sein de, introduire, glisser dans » fig. « pénétrer, faire pénétrer dans les bonnes grâces, la faveur de quelqu'un » à l'époque class.; « déclarer, notifier, faire connaître » à basse époque; spéc. « déclarer, notifier, faire connaître » à basse époque; spéc. « enregistrer » à l'époque médiév. (s.d. ds Nierm.). Fréq. abs. littér. : 721. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 672, b) 713; xxes. : a) 1 179, b) 1 399.

Wiktionnaire

Verbe

insinuer \ɛ̃.si.nɥe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Introduire doucement et adroitement quelque chose.
    • Lorsque je fis fonctionner de nouveau mon cerveau, elle s'était glissée tout contre moi, insinuant une de ses jambes sous les miennes, et je n'eus qu'un léger mouvement sur le flanc à faire pour m'abîmer à la fournaise délicieusement étroite de son intimité. — (Sylvio Sereno, Latitude 9°-S, Éditions du Faucon Noir, 1956, p. 41)
    • L’eau s’était insinuée dans les pores du bois, par les fentes.
    • L’espoir s’insinuait peu à peu dans mon âme.
    • Une éloquence pleine d’onction qui s’insinue dans les cœurs.
  2. (Figuré) Faire entendre adroitement, faire entrer dans l’esprit.
    • — Il fait soif, que j’ai insinué.
      Une minute après, trois nouvelles fines à l’eau étaient sur la table.
      — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. XI, Série noire, Gallimard, 1956, p. 99)
    • Insinuer de bons sentiments dans le cœur d’un enfant. — Insinuer une doctrine.

s’insinuer transitif

  1. Se faire admettre quelque part, s’y introduire avec adresse, en parlant des personnes.
    • (Figuré)Bon vin, bons mots, gaillardes chansonnettes;
      Sont aiguillons aux amoureux désirs,
      En toute porte entr’ouverte aux plaisirs
      L'adroit Amour aisément s'insinue.
      — (Jean de la Fontaine, Le Sassenage -1691- Conte, dans Contes et nouvelles en vers, V.3, 1762, p.185)
    • Les propos du gros garçon se mirent à charlestonner dans son cerveau où la lucidité s'insinuait souverainement. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 144)
    • Rien dans ses agissements, ses relations, n'était douteux. Plusieurs heures durant, vingt limiers du Bureau Central avaient travaillé d'arrache-pied sur cette matière, cherchant la faille par où pourrait s'insinuer le soupçon. Pour aboutir à délivrer vingt certificats de bonne vie et mœurs... — (Léo Malet, Johnny Metal et le dé de jade, Paris : G. Ventillard, 1947 & Paris : Fleuve Noir, 1984, chap. 17)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INSINUER. v. tr.
Introduire doucement et adroitement quelque chose. Insinuer une sonde, une mèche dans une plaie. L'eau s'était insinuée dans les pores du bois, par les fentes. Fig., L'espoir s'insinuait peu à peu dans mon âme. Une éloquence pleine d'onction qui s'insinue dans les cœurs.

S'INSINUER signifie également, en parlant des Personnes, Se faire admettre quelque part, s'y introduire avec adresse. S'insinuer dans une société. Il est adroit, il s'insinue partout. Fig., S'insinuer dans l'esprit de quelqu'un, s'insinuer dans ses bonnes grâces, dans sa bienveillance, Se mettre bien dans son esprit, gagner adroitement ses bonnes grâces, sa bienveillance.

INSINUER signifie encore, au figuré, Faire entendre adroitement, faire entrer dans l'esprit. Tâchez de lui insinuer cela doucement. Insinuer de bons sentiments dans le cœur d'un enfant. Insinuer une doctrine.

Littré (1872-1877)

INSINUER (in-si-nu-é), j'insinuais, nous insinuions ; que j'insinue, que nous insinuions v. a.
  • 1Introduire doucement et adroitement quelque chose. Le chirurgien insinua le doigt dans la plaie. De même qu'une vapeur pestilente se coule au milieu des airs, et, imperceptible à nos sens, insinue son venin dans nos cœurs, Bossuet, 1er sermon, Démons, 2.
  • 2Ancien terme de palais. Enregistrer quelque chose au greffe des insinuations. La donation qui vous a été faite par votre oncle est d'autant meilleure, qu'elle a été insinuée deux mois avant sa mort, Dancourt, les Agiot. I, 6. M. le Riche m'écrit qu'il faut faire insinuer mon contrat de deux cent mille livres, Voltaire, Lett. Christin, 27 oct. 1767.

    Terme d'histoire ecclésiastique. Attacher un clerc à une paroisse.

  • 3 Fig. Faire entrer doucement dans l'âme. Il a été à propos d'en rendre la représentation agréable, afin que le plaisir pût insinuer plus doucement l'utilité, Corneille, Poly. Abrégé du mart. De faire entrer chez vous le désir des sciences, De vous insinuer les belles connaissances, Molière, F. sav. III, 6. Le monde pour lequel la chaste inspiration qui vous ébranle le cœur commence à vous insinuer un secret dégoût, Bossuet, Élévat. sur myst. XVII, 2. [Jouer la tragédie d'Esther] lui fit appréhender [à Mme de Maintenon] que cet amusement ne leur insinuât [aux demoiselles de Saint-Cyr] des sentiments opposés à ceux qu'elle voulait leur inspirer, Mme de Caylus, Souvenirs, p. 204, dans POUGENS.
  • 4Dans l'ancien langage du théâtre, annoncer un personnage d'une manière un peu couverte. Don Raymond et ce pêcheur ne suivent point la règle que j'ai voulu établir, de n'introduire aucun acteur qui ne fût insinué dès le premier acte, ou appelé par quelqu'un de ceux qu'on y a connus, Corneille, Examen de D. Sanche.
  • 5 Fig. Faire entendre adroitement. Les moyens de faire insinuer au pape ma reconnaissance, Bossuet, Lett. quiét. 59. On peut insinuer la religion dans des conversations particulières, Fénelon, t. II, p. 129. Lui insinuant que quelques personnes lui rendaient de mauvais offices, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 181, dans POUGENS. N'est-ce-pas vous, monsieur, que j'ai vu dans telle loge, me dit-elle, comme pour m'insinuer à son tour qu'elle m'avait démêlé ? Marivaux, Paysan parv. 5e part. On ne dit rien, on insinua tout, les grandes réputations furent toutes attaquées, Montesquieu, Rom. 17. Les émissaires [de Charles XII] insinuaient sans cesse que Pierre Alexiovitz voulait se rendre maître de la navigation de la mer Noire, Voltaire, Charles XII, 5. Il insinue parmi nous les sentiments de Locke, Voltaire, Dial. I. La lettre que Voltaire m'écrivit sur mon dernier ouvrage me donna lieu d'insinuer mes craintes dans ma réponse ; l'effet qu'elle produisit les confirma, Rousseau, Conf. VIII.
  • 6S'insinuer, v. réfl. Pénétrer peu à peu. L'eau s'était insinuée par les pores du bois. Ils vous prient de vous en frotter le côté [avec du baume tranquille]… il faut que cela soit chaud, et qu'il pénètre et s'insinue dans le mal, Sévigné, 15 déc. 1684. C'est lui [Dieu] qui, se cachant sous cent noms différents, S'insinuant partout anime la nature, Chaulieu, Au marq. de la Fare, Déisme. Il est semblable au feu dont la douce chaleur Dans chaque autre élément en secret s'insinue, Voltaire, Disc. 1. L'on trouve des fers incrustés de cuivre et des bois dans lesquels ce métal s'est insinué en forme de végétation, Buffon, Min. t. V, p. 134.

    Par plaisanterie. Le bouquet fait, il commence à louer L'assortiment, tâche à s'insinuer ; S'insinuer, en fait de chambrière, C'est proprement couler la main au sein, La Fontaine, Servante.

    Fig. Le doux sommeil s'était insinué dans ses membres, Fénelon, Tél. XXIV. Le venin s'insinue par la conformité des humeurs, Massillon, Prof. rel. 1.

  • 7En parlant des personnes, se faire admettre quelque part, s'y introduire avec adresse. Cependant sa grimace est partout bienvenue ; On l'accueille, on lui rit, partout il s'insinue, Molière, Mis. I, 1. Je vous dirais qu'elle n'a employé aucun de ces artifices que les ambitieux appellent la science du monde et le secret de parvenir, et qu'elle ne s'est insinuée à la cour ni par de pressantes sollicitations, ni par de lâches flatteries, Fléchier, Mme de Montausier. Vers l'an 1559, quelques calvinistes s'étaient d'abord insinués dans le peuple, qu'il faut presque toujours gagner le premier, Voltaire, Mœurs, 137. Chacun se lance ; non : à la cour, on se glisse, on s'insinue, on se pousse, Courier, Lett. VIII.
  • 8 Fig. Pénétrer doucement dans l'âme. L'espoir s'insinuait peu à peu dans son âme. L'erreur a-t-elle pu s'insinuer au milieu de tant de clartés [chez les anges], ou la dépravation et l'iniquité parmi de si grandes grâces ? Bossuet, Élévat. sur myst. IV, 2.
  • 9 Fig. Se glisser dans les bonnes grâces, dans la bienveillance de quelqu'un. J'ai commencé par m'insinuer dans l'esprit de la reine, Fénelon, Dial. des morts mod. 19. Les méchants sont empressés à s'insinuer et à plaire, Fénelon, Tél. II. Cette fille s'était insinuée dans sa confiance, Hamilton, Gramm. 10. L'art de s'insinuer dans le cœur par l'amour-propre est peu connu, Staël, Corinne, XII, 1.

SYNONYME

INSINUER, SUGGÉRER. Insinuation implique une idée qui n'est pas dans suggestion. Celui qui insinue quelque chose emploie de l'adresse, des détours, des ménagements. Celui qui suggère fait l'office d'inspirer quelque chose à quoi on ne songeait pas.

HISTORIQUE

XVIe s. Jacob, estant caché sous la personne de son frere, et vestu de sa robbe, s'est insinué à son pere pour recevoir la benediction sous la personne d'autrui, Calvin, Inst 591. Il sçavoit fort bien s'humilier envers les grands, et s'insinuer en leur bonne grace, Amyot, Pyrrh. 18. Je m'insinue par imagination fort bien en leur place, Montaigne, I, 262. Sa premiere poison [du démon] s'insinua en nous par les promesses qu'il nous fist de science, Montaigne, II, 208. Je luy insinuerai…, Palsgrave, p. 608. Insinuer ses nominations au diocese d'amour, Tahureau, Dial. p. 83, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « insinuer »

Provenç. insinuar, ensinuar ; espagn. insinuar ; ital. insinuare ; du lat. insinuare, de in, en, dans, et sinus, sein (voy. SEIN).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin insinuare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « insinuer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
insinuer ɛ̃sinµe

Citations contenant le mot « insinuer »

  • Penser tout le mal qu'on voudra, mais ne le laisser entendre qu'à demi-mot. Ne jamais lancer une vérité de face à quelqu'un, mais insinuer cinquante fois pire. De Christine Latour / Le mauvais frère
  • La littérature doit dépasser le bout de la rue, montrer ce qu'une caméra ne voit pas, illuminer les coins obscurs de la vie, de la réalité, insinuer des doutes dans la tête des gens. De Antonio Tabucchi / Entretien avec Catherine Argand - Été 1995
  • Contrairement à ce que vous semblez insinuer - sans preuve - personne ne se "cache" derrière une association écologiste. ces sont des associations écologistes, appuyées par de nombreux citoyens - la plupart n'étant pas riverains - qui s'opposent à un projet qui ne se limite pas à la construction d'un bâtiment. Mais qui provoquerait la destruction de 24ha de terres agricoles et naturelles, et ce, aux portes de la Métropole. Ce combat est d'intérêt général et non pas pour préserver le "bien être" de quelques particuliers. midilibre.fr, Montpellier : le tribunal administratif rejette un nouveau recours contre le projet Oxylane - midilibre.fr
  • « Comme on le craignait, le secrétaire Pompeo a utilisé son discours pour insinuer une hiérarchie des droits, où les droits de propriété et la liberté religieuse sont des droits » primordiaux « et certains droits ne » valent pas la défense « , a déclaré le démocrate du New Jersey. News 24, Pompeo dit que les États-Unis devraient limiter les droits humains qu'ils défendent - News 24
  • La relation entre Franck Ribéry et les ultras de la Fiorentina vient peut-être de changer. Le Français a menacé de quitter le club cet été après avoir subi un cambriolage dans son appartement. Dégoûté, le Français avait fait part de son sentiment d'insécurité, n'hésitant pas à insinuer qu'il ne se sentait plus serein à Florence. RTL sport, Franck Ribéry menace de quitter Florence après un cambriolage: la réponse INCENDIAIRE des ultras de la Fiorentina - RTL sport

Traductions du mot « insinuer »

Langue Traduction
Anglais to insinuate
Espagnol insinuar
Italien insinuare
Allemand unterstellen
Chinois 暗示
Arabe للتلميح
Portugais insinuar
Russe намекать
Japonais ほのめかす
Basque iraintzea
Corse per insinà
Source : Google Translate API

Synonymes de « insinuer »

Source : synonymes de insinuer sur lebonsynonyme.fr

Insinuer

Retour au sommaire ➦

Partager