La langue française

Fripon, friponne

Sommaire

  • Définitions du mot fripon, friponne
  • Étymologie de « fripon »
  • Phonétique de « fripon »
  • Évolution historique de l’usage du mot « fripon »
  • Citations contenant le mot « fripon »
  • Images d'illustration du mot « fripon »
  • Traductions du mot « fripon »
  • Synonymes de « fripon »
  • Antonymes de « fripon »

Définitions du mot fripon, friponne

Trésor de la Langue Française informatisé

FRIPON, ONNE, subst.

A.− Vieilli. Personne malhonnête, fourbe, qui vole autrui par ruse. Mes affaires d'argent sont arrangées, grâce aux soins et à la patience de mon beau-frère, qui a lutté dix mois contre les plus insignes fripons de la ville du monde où il y a peut-être le plus de fripons (Lamennais, Lettres Cottu,1834, p. 274).Ce Guillergues, songeait-il, est un adroit fripon, un scélérat qui a spéculé sur le fourrage de notre cavalerie (France, Dieux ont soif,1912, p. 152):
1. Ancien commis d'un patron ruiné dans les affaires, Loiseau avait acheté le fonds et fait fortune. Il vendait à très bon marché de très mauvais vin aux petits débitants des campagnes et passait parmi ses connaissances et ses amis pour un fripon madré, un vrai Normand plein de ruses et de jovialité. Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Boule de suif, 1880, p. 120.
Emploi adj. Un valet fripon. Quand on a le malheur de vivre sous un gouvernement fripon (Stendhal, L. Leuwen,t. 3, 1835, p. 66).Si la banque se mêlait de commanditer les gens embarrassés sur la place la plus friponne et la plus glissante du monde financier, elle déposerait son bilan au bout d'un an (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 275).
[Empl. comme injure] Il nous traitait, ce délirant, de tous les noms : fripons!... ordures!... enculés!... (Céline, Mort à crédit,1936, p. 220).
B.− Avec un sens atténué, fam. Enfant enclin à l'espièglerie, à la malice; personne éveillée, délurée, quelquefois portée à des attitudes ou des propos lestes, grivois. Elle était irritée par ces dorures imbéciles qui l'entouraient, par ces hauts plafonds vides où ne restaient, après les nuits de fête, que les rires des jeunes sots et les sentences des vieux fripons (Zola, Curée,1872, p. 438).Tonton Amédée ne reparut de huit jours, puis revint un soir, affecta de rire très haut, et de chercher ces demoiselles. − Elles m'ont joué le tour, les friponnes! Mais je les repincerai et je me payerai sur elles (Pourrat, Gaspard,1930, p. 117):
2. Les fourreaux de percaline flottaient autour de leur démarche preste [des petites modistes]. Les muscadins riaient à leurs gorges nues dans le carré du décolletage. Les friponnes écartaient les mains audacieuses par des tapes lestes... Adam, Enf. Aust.,1902, p. 7.
Emploi qualificatif. Ce fripon de + subst.Je suis fort tenté par une pierre gravée sur laquelle est représenté ce fripon de Mercure, le dieu des maquereaux (Barb. d'Aurev., Memor. 1,1837, p. 125).
Emploi adj. [En parlant d'un attribut hum., d'une attitude, d'un geste] Sourire, nez fripon. Dîné à Sarrebourg et, là, senti tout à fait la France à l'air spirituel et fripon des femmes, au petit vin de Moselle (Michelet, Journal,1843, p. 533).Mais elle cédait de l'épaule aux bourrades du vieillard, tout en restant en place avec un mouvement de corsage si élastique, un tordion de hanche si fripon, un froufrou de jupes si coquet qu'une ballerine de profession n'eût pu mieux faire (Gautier, Fracasse,1863, p. 111).C'était un petit avorton au teint allumé, à l'œil fripon, à la démarche claudicante (Gide, Si le grain,1924, p. 388).
Prononc. et Orth. : [fʀipɔ ̃], fém. [-ɔn]. Enq. : /fʀipon/ friponne. Fér. Crit. t. 2 1787 écrit le fém. fripone. Ds Ac. dep. 1694, jusqu'à 1740 sous la forme frippon. Étymol. et Hist. A. Subst. 1. 1547 « gourmand, bon vivant » (N. du Fail, Propos Rustiques, éd. J. Assézat, I, p. 136); 2. 1558 « celui qui vole de petites choses » (Bonaventure des Périers, Nouv. récréations, nouv. 84 in Conteurs fr. du 16es., éd. Gallimard, p. 529); 3. 1636 « nom qu'on donne familièrement à un enfant » (Monet). B. Adj. 1649 (Scarron, Virgile, III, 142bds Richardson). Dér. au moyen du suff. -on1*, du m. fr. friper, « avaler goulûment, voler » v. frippe1. Fréq. abs. littér. : 301. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 961, b) 357; xxes. : a) 197, b) 153. Bbg. Lew. 1960, p. 14, 16, 151. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 341, 435.

Wiktionnaire

Adjectif

fripon \fʁi.pɔ̃\

  1. (Familier) Pour un adolescent ou un jeune homme coquet, qui fait des fredaines ou qui est égrillard.
    • Le chat qui la regarde,
      Et ron et ron petit patapon
      Le chat qui la regarde
      D’un petit air fripon
      Ron, ron, d’un petit air fripon.
      — (Il était une bergère, comptine)
    • Si, par hasard
      Sur le Pont des Arts
      Tu croises le vent, le vent fripon
      Prudence, prends garde à ton jupon.
      — (Georges Brassens, Le Vent, 1953)
    • Elle me coule une de ses œillades friponnes qui flanqueraient des envies à un bonhomme de neige. — (Frédéric Dard (San-Antonio), Le Secret de Polichinelle, Fleuve Noir, 1958, page 133)

Nom commun

fripon \fʁi.pɔ̃\ masculin

  1. (Vieilli) Celui qui vole adroitement.
    • Vous devez savoir que cette loi agraire, dont vous avez tant parlé, n’est qu’un fantôme créé par les fripons pour épouvanter les imbéciles ; […] — (Robespierre, Propositions d’articles additionnels à la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen, le 24 avril 1793 à la Convention)
  2. (Par extension) Individu de mauvaise foi, fourbe, trompeur.
    • J’appelle un chat un chat et Rollet un fripon. — (Nicolas Boileau)
    • Quant à Latournelle, figurez-vous un bon petit homme, aussi rusé que la probité la plus pure le permet, et que tout étranger prendrait pour un fripon à voir l’étrange physionomie à laquelle Le Havre s’est habitué. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Je sais ce qu’on prend pour sa table au marché. Son fripon de cuisinier n'est pas pour rien l’élève d'un Français ; il écorche un chat et le sert en guise de lièvre. — (Nicolas Gogol, Les âmes mortes, 1842, traduction de Henri Mongault, 1949)
  3. (Familier) Enfant coquin, éveillé.
    • Cet enfant est un véritable fripon. Il fera damner sa mère!.
  4. (Par plaisanterie) Jeune homme léger et étourdi, jeune femme coquette, adroite et fine.
    • C’est un fripon qui court les aventures.
    • La friponne ! Ce que c’est que les jeunes filles ! C’est pour me faire parler qu’elle est venue me cajoler ! — (La comtesse de Ségur, L’auberge de l’Ange-Gardien, 1888)

Forme d’adjectif

friponne \fʁi.pɔn\

  1. Féminin singulier de fripon.

Nom commun

friponne \fʁi.pɔn\ féminin

  1. Fille ou femme friponne.
    • j’aime grimper doucement sur ce mur derrière lui et poser mes mains sur ses yeux… « Devine qui je suis… – Je sais que c’est toi, petite friponne »… — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 33)
  2. Petite boite de sapin, plate ou ronde et remplie de gelée de cotignac.
  3. (Vieilli) Jupe de dessous portée vers 1650.
    • Vers la fin du dix-septième siècle, le vertugadin commença à disparaître; on le remplaça par trois jupes superposées, et qui avaient reçu de galantes dénominations. La première, celle de la robe, était la modeste, elle recouvrait la friponne, qui elle-même dissimulait la secrète. La friponne surtout était destinée à être vue, soit que la modeste fût ouverte en pointe du haut jusqu'en bas, soit qu’on la relevât dans la ceinture, autour de laquelle elle se drapait en pans écartés. — (Alfred Franklin, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le treizième siècle , 1906.)
    • « Tu vois, les jupons vont par trois. Celui-ci s’appelle la secrète parce qu’il est près du corps et le touche, celui du milieu c’est la friponne et le dernier, la modeste. Quand tu sera grand, toi aussi tu offriras de beaux jupons à ta femme, comme ton père en offre à ta mère ! » — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 49)
  4. Substantivement, par ellipse, pour une mouche friponne, grain de beauté factice placé sur la lèvre.
    • Déjà grande et mince comme sa mère, Victoire-Athénaîs-Olympe de Lesdiguières, une assassine au coin de l’œil, une friponne auprès des lèvres, s’avance d'un pas souple et lent— (Jean Lorrain, La Grande revue. Paris et Saint-Pétersbourg, 1889)
    • Dans sa bibliothèque, on trouve encore: L’Encyclopédie perruquière en 7 300 cahiers, Les Etrennes de 1759, ou les Mouches garnies de brillants, ouvrage rempli de savantes recherches sur les mouches, la friponne, la badine, la coquette, l’assassine, l’équivoque, la galante, le soupir, la doléante, etc…— (Jean Hervez, Les Sociétés d'amour au XVIIIe siècle: les sociétés où l’on cause d'amour, académies galantes, le Code de Cythère, les sociétés où l’on fait l’amour, le culte d’Aphrodite et de Lesbos, les Arracheurs de palissades, brevets d'amour , 1906)
    • Mme Levraut, femme du libraire, ornait de mouches sa figure fine et un peu sèche, une assassine au coin de l'œil, une friponne auprès des lèvres— (Henry Bordeaux, Un amour au XVIIIe siècle ( La Revue de famille ), 1895)

Forme de verbe

friponne \fʁi.pɔn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe friponner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe friponner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe friponner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe friponner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe friponner.

Forme d’adjectif

friponne \fʁi.pɔn\

  1. Féminin singulier de fripon.

Nom commun

friponne \fʁi.pɔn\ féminin

  1. Fille ou femme friponne.
    • j’aime grimper doucement sur ce mur derrière lui et poser mes mains sur ses yeux… « Devine qui je suis… – Je sais que c’est toi, petite friponne »… — (Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, 1983, collection Folio, page 33)
  2. Petite boite de sapin, plate ou ronde et remplie de gelée de cotignac.
  3. (Vieilli) Jupe de dessous portée vers 1650.
    • Vers la fin du dix-septième siècle, le vertugadin commença à disparaître; on le remplaça par trois jupes superposées, et qui avaient reçu de galantes dénominations. La première, celle de la robe, était la modeste, elle recouvrait la friponne, qui elle-même dissimulait la secrète. La friponne surtout était destinée à être vue, soit que la modeste fût ouverte en pointe du haut jusqu'en bas, soit qu’on la relevât dans la ceinture, autour de laquelle elle se drapait en pans écartés. — (Alfred Franklin, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le treizième siècle , 1906.)
    • « Tu vois, les jupons vont par trois. Celui-ci s’appelle la secrète parce qu’il est près du corps et le touche, celui du milieu c’est la friponne et le dernier, la modeste. Quand tu sera grand, toi aussi tu offriras de beaux jupons à ta femme, comme ton père en offre à ta mère ! » — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 49)
  4. Substantivement, par ellipse, pour une mouche friponne, grain de beauté factice placé sur la lèvre.
    • Déjà grande et mince comme sa mère, Victoire-Athénaîs-Olympe de Lesdiguières, une assassine au coin de l’œil, une friponne auprès des lèvres, s’avance d'un pas souple et lent— (Jean Lorrain, La Grande revue. Paris et Saint-Pétersbourg, 1889)
    • Dans sa bibliothèque, on trouve encore: L’Encyclopédie perruquière en 7 300 cahiers, Les Etrennes de 1759, ou les Mouches garnies de brillants, ouvrage rempli de savantes recherches sur les mouches, la friponne, la badine, la coquette, l’assassine, l’équivoque, la galante, le soupir, la doléante, etc…— (Jean Hervez, Les Sociétés d'amour au XVIIIe siècle: les sociétés où l’on cause d'amour, académies galantes, le Code de Cythère, les sociétés où l’on fait l’amour, le culte d’Aphrodite et de Lesbos, les Arracheurs de palissades, brevets d'amour , 1906)
    • Mme Levraut, femme du libraire, ornait de mouches sa figure fine et un peu sèche, une assassine au coin de l'œil, une friponne auprès des lèvres— (Henry Bordeaux, Un amour au XVIIIe siècle ( La Revue de famille ), 1895)

Forme de verbe

friponne \fʁi.pɔn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe friponner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe friponner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe friponner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe friponner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe friponner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FRIPON, ONNE. n.
Celui, celle qui vole avec ruse. Un maître fripon. Ce domestique est un fripon. Il se dit aussi d'une Personne fourbe, sans bonne foi, qui ne se fait aucun scrupule de tromper. Méfiez-vous de lui, c'est un fripon. C'est un tour de fripon. Il se dit encore par badinage d'un Enfant vif et malin : C'est un petit fripon, un fripon d'enfant; d'un Jeune homme léger et étourdi : C'est un fripon qui court les aventures; d'une Femme coquette, adroite et fine : La friponne lui fait croire tout ce qu'elle veut. Il s'emploie aussi comme adjectif. Cet homme est grandement fripon. Est-elle friponne! Il signifie souvent Qui est coquin, éveillé et se dit de la Mine, du regard, etc. Cette jeune personne a l'œil fripon, la mine friponne, le minois fripon. Un petit air fripon.

Littré (1872-1877)

FRIPON (fri-pon, po-n') s. m.
  • 1Celui, celle qui vole adroitement, par des ruses plutôt encore que par des actes manuels. Un maître fripon. Ce domestique est un fripon. Un tour de fripon. Il savait qu'il y avait force courtisanes affamées, fort âpres après les étrangers, grandes friponnes, et d'autant plus dangereuses qu'elles étaient belles, Scarron, Rom. com. I, 9. Martin, ayant repris son sang-froid, jugea que la dame qui se prétendait Cunégonde était une friponne, M. l'abbé périgourdin un fripon qui avait abusé au plus vite de l'innocence de Candide, et l'exempt un fripon dont on pouvait aisément se débarrasser, Voltaire, Cand. 22.
  • 2Se dit d'une personne qui ne se fait aucun scrupule de tromper, qui se rend coupable de quelque acte déloyal. Et je ne pense pas que Satan en personne Puisse être si méchant qu'une telle friponne, Molière, Éc. des mar. III, 10. Allons, qu'on se rétracte, et qu'à l'instant, fripon, On se jette à ses pieds pour demander pardon, Molière, Tart. III, 7. J'appelle un chat un chat, et Rollet un fripon, Boileau, Sat. I. Dès qu'on est fripon, on l'est pour tout le monde, Fénelon, Dial. des morts mod. Louis XI, Balue. Je n'aime ni les demi-vengeances, ni les demi-fripons, Voltaire, Variantes de l'Écossaise.
  • 3 Par badinage, se dit d'enfants, de gens jeunes qui sont espiègles, malins. Mais un fripon d'enfant (cet âge est sans pitié) Prit sa fronde et du coup tua plus d'à moitié La volatile malheureuse, La Fontaine, Fabl. IX, 9. Allons, venez, petit fripon ; cela est plus heureux qu'un honnête homme, Dancourt, Été des coq. sc. 7. À ma fille il fait l'amour Et joue avec la friponne, Béranger, M. d'école.

    C'est un fripon, se dit d'un jeune homme léger et étourdi qui se dérange.

  • 4 Au masculin, celui qui est inconstant en amour, qui y garde mal sa foi. N'êtes-vous pas un fripon ? vous êtes si aimable que j'en ai peur, et j'hésite, Marivaux, Pays. parv. 5e part. Vous êtes un adroit fripon, Clitandre, puisque vous m'avez trompée, Dancourt, Été des coq. sc. 21. Je sais, monsieur le fripon, que vous avez écrit à Mlle de Launay une de ces lettres charmantes où vous joignez les grâces à la raison, et où vous couvrez de roses votre bonnet de philosophe, Voltaire, Lett. Formont, nov. 1732. Deux fois elle eut équipage, Dentelles et diamants, Et deux fois mit tout en gage Pour quelques fripons d'amants, Béranger, Frétillon.

    Au féminin. Femme coquette, adroite et fine. Une aimable friponne. La friponne lui fait croire tout ce qu'elle veut. Avec tant d'attraits précieux, Hélas ! qui n'eût été friponne ? Voltaire, Ép. XXVIII. Les moins friponnes n'auront que trop souvent l'art de l'augmenter [l'embarras d'un amoureux], Rousseau, Ém. IV.

  • 5 S. m. pl. Petites tresses de cheveux ou anneaux que les femmes faisaient descendre sur leur front au-dessus des yeux.

    Petites boîtes de sapin, remplies de la gelée de coing dite cotignac.

  • 6 Adj. Qui est sans probité par rapport à l'argent. Cet homme-là est bien fripon.

    Coquet, éveillé. Un air fripon. Un minois fripon. …Chastes sont les oreilles, Encor que les yeux soient fripons, La Fontaine, Tabl. Ne vous y fiez pas… elle a, ma foi, les yeux fripons, Boileau, Héros de romans.

SYNONYME

VOLEUR, FILOU, FRIPON. Voleur est le terme général ; on est voleur de quelque façon que l'on vole. Le filou est un voleur qui met la main dans les poches, qui subtilise une bourse, des foulards, etc. Le fripon est un voleur qui emploie quelque ruse : un domestique qui vole son maître en lui faisant payer les objets plus cher qu'il ne les a achetés est un fripon.

HISTORIQUE

XVIe s. Chapons de haute graisse et gelinotes nous ont failly, et n'avons plus qu'un amer souvenir de ces messagers academiques qui descendoient aux fameuses hostelleries de la rue de la Harpe, au grand contentement des escholiers attendants et de leurs regents friponniers, Sat. Mén. Harangue de Roze. Tant de fripons, friponniers, juppins, galoches, marmittons, et autres sortes de gens mal-faisants, ib. p. 79. Il y a plusieurs mots que l'autre partie de la ville n'entend pas, si l'exposition ne luy est apportée de là ; car comment peuvent sçavoir les marchands de la rue Saint-Denis que c'est à dire un juppin, un fripon ? , H. Estienne, Deux dialogues du nouveau lang. fr. p. 644, dans FRANCISQUE MICHEL, Argot. Baillez moy, je vous pry, la clef Et de la cave et du celier, Du pain, du lard et de l'argent ; Je m'y monstrerai diligent ; J'ay esté frippon d'un college, la Farce du badin qui se loue, dans Anc. théât. fr. t. I, p. 183. Feste n'est que de vieux chappons, Comme dient tous bons fripons [gourmands], Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 155.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FRIPON. Ajoutez : - REM. Au XVIIe siècle, friponnes était le nom de petites boîtes rondes dans lesquelles on vendait le cotignac.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fripon »

Fripon signifie essentiellement gourmand, et de là les sens consécutifs qu'il a ; il vient donc de friper au sens de manger (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du verbe friper en moyen français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fripon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fripon fripɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « fripon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fripon »

  • Croyez tout le monde honnête et vivez avec tous comme avec des fripons. De Jules Mazarin
  • Il ne faut pas des sots aux gens d’esprit, comme il faut des dupes aux fripons. De Antoine de Rivarol / L’esprit de Rivarol
  • Les hommes, fripons en détails, sont en gros de très honnêtes gens : ils aiment la morale. De Montesquieu / De l’esprit des lois
  • Riche ou pauvre, puissant ou faible, tout citoyen oisif est un fripon. De Jean-Jacques Rousseau
  • Le premier devin fut le premier fripon qui rencontra un imbécile. De Voltaire
  • Un homme intelligent ne peut pas ne pas être un fripon. De Alexandre Griboïedov / Le malheur d'avoir trop d'esprit
  • Ce ne sont pas toujours ceux qui parlent le mieux qui ont le plus souvent raison ; rien ne ressemble plus à un honnête homme qu'un fripon éloquent. De Philippe Aubert de Gaspé / Les anciens Canadiens
  • Depuis, la friponne avait alors disparu des radars avant de ressurgir mi-janvier dans le département, pour vendre son éternelle complainte. lindependant.fr, Perpignan : "La célèbre arnaqueuse" de retour aux abords de la gare SNCF - lindependant.fr
  • Il faut que les hommes fassent du bruit, à quelque prix que ce soit - peu importe le danger d'une opinion, si elle rend son auteur célèbre ; et l'on aime mieux passer pour un fripon que pour un sot. De François René de Chateaubriand / Essai sur les révolutions
  • Il vaut mieux qu'il y ait beaucoup de dupes que beaucoup de fripons. De Joseph Joubert
  • Il faut des fripons à la cour auprès des grands et des ministres, même les mieux intentionnés ; mais l'usage en est délicat, et il faut savoir les mettre en œuvre. Jean de La Bruyère, Les Caractères, De la cour
  • Les fripons sont d'honnêtes gens comme tout le monde ! Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse
  • Il y a toujours vingt à parier contre un qu'un gentilhomme descend d'un fripon. Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse
  • Rendez-vous à la page 10. Et puis, après avoir doctement goûté-humé les substances tanniques de notre monde végétal, nous apprendrons à les utiliser pour faire de belles encres et de beaux dessins. Nous disséquerons l’arnica puis nous irons rêver au milieu des bruyères, avant de suivre les pollens transportés de fleur en fleur par le vent fripon. Pour compenser l’interdiction d’herboriser en ce printemps de confinement, nous suivrons une herborisation du tout début du XXe siècle sous la conduite d’une courageuse femme botaniste. Enfin, le voyage dans l’anatomie des plantes continue avec les Chroniques végétales et, comme d’habitude, vous pourrez picorer quelques échos des sciences et vous inspirer de nos commentaires pour le choix de vos lectures estivales. Tela Botanica, La Garance voyageuse N°130 – Tela Botanica
  • Il faut des fripons à la cour auprès des grands et des ministres, même les mieux intentionnés ; mais l'usage en est délicat, et il faut savoir les mettre en œuvre. Jean de La Bruyère, Les Caractères, De la cour
  • Il y a toujours vingt à parier contre un qu'un gentilhomme descend d'un fripon. Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse
  • Les fripons sont d'honnêtes gens comme tout le monde ! Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse
  • Un opéra décoiffant qui pourrait bien vous donner envie de plonger dans l’œuvre friponne de Rossini ! , Le Barbier de Séville : un opéra décoiffant à domicile ! | Arts in the City

Images d'illustration du mot « fripon »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fripon »

Langue Traduction
Anglais rascal
Espagnol bribón
Italien mascalzone
Allemand schlingel
Chinois 无赖
Arabe الوغد
Portugais patife
Russe мошенник
Japonais ラスカル
Basque zital
Corse rascale
Source : Google Translate API

Synonymes de « fripon »

Source : synonymes de fripon sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fripon »

Partager