La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « fanatisme »

Fanatisme

Variantes Singulier Pluriel
Masculin fanatisme fanatismes

Définitions de « fanatisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

FANATISME, subst. masc.

A.− Vx. Comportement, état d'esprit de celui qui se croit inspiré par la Divinité. Fanatisme d'illuminé (Rob.).
B.− P. ext. dans la lang. mod., souvent péj. Comportement, état d'esprit d'une personne ou d'un groupe de personnes qui manifestent pour une doctrine ou pour une cause un attachement passionné et un zèle outré conduisant à l'intolérance et souvent à la violence. Fanatisme politique, religieux; fanatisme de qqc., pour qqc., contre qqc. J'y ai vu [dans « Servitude et grandeur militaires »] une dépréciation systématique du dévouement aveugle (du culte de l'Empereur par exemple), du fanatisme de l'homme pour l'homme (Flaub., Corresp.,1846, p. 418).Si nous sommes enfin délivrés de toutes les superpositions misérables et de tous les fanatismes répugnants, c'est quand même à la fermeté d'un sage rationalisme que nous le devons (Duhamel, Maîtres,1937, p. 39):
1. En politique, en morale, en sociologie, en religion, en philosophie, le conservateur de la doctrine ancienne et le révolutionnaire le plus acharné à détruire les vérités présentes se confondent dans l'identité d'une même foi. Leur fanatisme est de même ordre; car ils croient l'un et l'autre qu'il existe une vérité objective, propre, à l'exclusion de toute autre conception, à assurer le bonheur humain. Gaultier, Bovarysme,1902, p. 298.
SYNT. Fanatisme brutal, farouche, féroce; fanatisme catholique, chrétien, militaire, national, patriotique, républicain; fanatisme de secte; les fureurs du fanatisme; combattre, exciter le fanatisme.
P. hyperb. Intérêt, goût passionné et parfois excessif pour quelque chose ou quelqu'un. Fanatisme littéraire, scientifique; le fanatisme de l'art; aimer avec fanatisme. Que tu es bizarre, avec ton fanatisme pour ce jeune vicomte de Joyeuse! (Dumas père, Henri III,1831, III, 3, p. 166).Les nombres ne sont en général que des illusions, et le fanatisme de l'exactitude quantitative est un grand écueil de la méthode expérimentale (C. Bernard, Princ. méd. exp.,1878, p. 200):
2. Les Juifs, dans le monde moderne, sont un élément nouveau d'illusion, de duperie, mais aussi d'énergie et de durée. Ils ont le fanatisme de la félicité publique, de la justice sur terre, de l'avenir de la société. J.-R. Bloch, Dest. du S.,1931, p. 271.
Prononc. et Orth. : [fanatism̥]. Ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. 1688 « disposition d'esprit des fanatiques qui se croient inspirés de la divinité » (Bossuet, 3eavertissement, § 26 ds Rob.); 2. 1729 « excès en faveur d'une foi religieuse ou d'une croyance » (Meslier, Mémoire, t. 1, p. 100 : le christianisme n'était dans son commencement qu'un pur fanatisme); 3. 1730 « passion excessive que l'on porte à une personne ou à quelque chose » (La Motte, Disc. sur Trag., discours 2, p. 173 : Romulus pousse la valeur jusqu'à la témérité et la confiance en ses propres forces jusqu'au fanatisme [qu'on me permette ce terme pour exprimer l'excès de la confiance]). Dér. du rad. de fanatique*; suff. -isme*. Fréq. abs. littér. : 548. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 250, b) 571; xxes. : a) 530, b) 638. Bbg. Richthofen (E. von), Kuhn (A.). Z. rom. Philol. 1954, t. 70, p. 399. − Schalk (F.). Über fanatique und fanatisme. Rom. Forsch. 1947, t. 60, pp. 206-214.

Wiktionnaire

Nom commun - français

fanatisme \fa.na.tism\ masculin

  1. Zèle outré, et souvent cruel, pour une religion, ou, par extension, attachement opiniâtre et violent à un parti, à une opinion, etc.
    • Le fanatisme est à la superstition ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère. Celui qui a des extases, des visions, qui prend ses songes pour des réalités, et ses imaginations pour des prophéties, est un enthousiaste ; celui qui soutient sa folie par le meurtre est un fanatique. — (Voltaire, Dictionnaire philosophique)
    • Le plus détestable exemple de fanatisme est celui des bourgeois de Paris, qui coururent assassiner, égorger, jeter par les fenêtres, mettre en pièces, la nuit de la Saint-Barthélémy, leurs concitoyens qui n’allaient point à la messe. — (Voltaire, Dictionnaire philosophique)
    • Lorsqu’une fois le fanatisme a gangréné un cerveau, la maladie est presque incurable. — (Voltaire, Dictionnaire philosophique)
    • Quand le fanatisme, né de l'union monstrueuse de l'ignorance et du despotisme, inventa à son tour les crimes de lèse-majesté divine, quand il conçut, dans son délire, le projet de venger Dieu lui-même, ne fallut-il pas qu'il lui offrit aussi du sang, et qu'il le mit au moins au niveau des monstres qui se disaient ses images ? — (Robespierre, Discours sur la peine de mort, le 30 mai 1791 au sein de l’Assemblée constituante)
    • … ; mais différant en cela de l’audacieux Bois-Guilbert, qu’il savait étendre sur son ambition le voile de l’hypocrisie, et remplacer son manque de religion par une apparence de fanatisme superstitieux. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • D'abord, il faut dire que le fer et le feu, aux mains du fanatisme religieux et philosophique, n'avaient pas suffi à extirper radicalement le bouddhisme du sol de l'Inde. — (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d'Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
    • En effet, l’histoire du Nouveau Monde n’est qu’un lamentable martyrologe, dans lequel le fanatisme et la cupidité marchent continuellement côte à côte. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
    • A l'antisémitisme politique s'associe immanquablement l'antisémitisme religieux : le chauvinisme exploite le fanatisme et le fanatisme se fait le paravent du chauvinisme. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Le concept de « fanatisme » [...] remonte au XVIIe siècle. Mais c'est au siècle suivant, âge des Lumières, qu'il connaît son heure de gloire. Le mot vient de fanum, qui signifie « temple » en latin. Il désigne donc une attitude religieuse. Voltaire dénonce cet « enfant dénaturé de la religion ». Il y a dans le fanatisme une notion d'excès : le fanatique est « animé d'un zèle outré pour la religion », selon Littré. — (Le Monde, 8 octobre 2001)
    • C'est dans le même esprit mélioriste que Condorcet prône un enseignement élémentaire, moral et civique qui constitue la meilleure réponse au fanatisme religieux. — (Charles Coutel, Les philosophes des Lumières, nos contemporains, dans Marianne, n°878 du 8 janvier 2016, p. 58)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FANATISME. n. m.
Zèle outré, et souvent cruel, pour une religion, ou, par extension, Attachement opiniâtre et violent à un parti, à une opinion, etc. Être animé du plus ardent fanatisme. Les excès du fanatisme religieux, du fanatisme politique. Ce n'est plus en eux une passion, c'est un vrai fanatisme.

Littré (1872-1877)

FANATISME (fa-na-ti-sm') s. m.
  • 1Illusion du fanatique, de celui qui croit avoir des inspirations divines. C'est un vrai fanatisme.
  • 2Secte ou doctrine fanatique. On eut bien de la peine à détruire ce fanatisme naissant.
  • 3Disposition d'esprit des fanatiques. Zèle outré pour une religion. On entend aujourd'hui par fanatisme une folie religieuse, sombre et cruelle ; c'est une maladie qui se gagne comme la petite vérole, Voltaire, Dict. phil. Fanatisme. Le fanatisme est à la superstition ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère, Voltaire, ib. Le plus grand exemple de fanatisme est celui des bourgeois de Paris qui coururent assassiner, égorger, jeter par les fenêtres, mettre en pièces la nuit de la Saint-Barthélemi leurs concitoyens qui n'allaient point à la messe, Voltaire, ib. Heureusement le fanatisme est sur son déclin d'un bout de l'Europe à l'autre, Voltaire, Lett. à Mme du Deffant, 30 juill. 1768.
  • 4Attachement opiniâtre et violent à un parti, à une opinion, etc. Ce Talbot était un de ces vrais Anglais qui dédaignent les superstitions, et qui n'ont pas le fanatisme de punir les fanatiques, Voltaire, Incurs. sur Nonotte. Les regards des deux mondes attachés sur vous, le fanatisme heureux d'une grande révolution, le spectacle de votre gloire…, Mirabeau, Collection, t. III, p. 270.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fanatisme »

XVIIe s.
De fanatique (lui-même du latin fanum « temple »), avec le suffixe -isme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fanatisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fanatisme fanatism

Fréquence d'apparition du mot « fanatisme » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « fanatisme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fanatisme »

  • Le fanatisme appelle persécution tout ce qui contrarie son absolutisme.
    Octave Pirmez — Heures de philosophie
  • Le fanatisme est un monstre mille fois plus dangereux que l'athéisme philosophique.
    Voltaire — Dictionnaire philosophique
  • On ne fait rien de grand sans le fanatisme.
    Gustave Flaubert — Correspondance, à Louise Colet, 1853
  • N'est-il pas honteux que les fanatiques aient du zèle, et que les sages n'en aient pas ? Il faut être prudent, mais non pas timide.
    François Marie Arouet, dit Voltaire — Pensées détachées de M. l'abbé de Saint-Pierre (à la suite du Dîner du comte de Boulainvilliers)
  • Notre enthousiasme, c'est le fanatisme d'en face.
    André Siegfried — Quelques maximes
  • Le fanatisme est un monstre qui ose se dire le fils de la religion.
    Voltaire
  • Le fanatisme, toujours serviteur du faux. Même au service du vrai, il serait haïssable.
    Jean Rostand — Inquiétudes d'un biologiste
  • L'ignorance s'accompagne de fanatisme et suscite le fanatisme.
    Constantin Zuraïo — Abdel-Malek
  • Les réseaux sociaux sont aussi le lieu des rumeurs folles. On peut apprécier ou non la gestion de la pandémie par Québec. Mais quand on voit circuler sur internet des montages où François Legault est caricaturé en nazi, il y a de quoi se demander dans quel monde on vit. Quand l’inculture se conjugue au fanatisme, le résultat est désastreux.
    Le Journal de Montréal — La politique, un métier impossible | Le Journal de Montréal
  • Le fanatisme naît là où un génie s’entoure de beaucoup d’idiots.
    Paul Carvel — Mots de tête
Voir toutes les citations du mot « fanatisme » →

Traductions du mot « fanatisme »

Langue Traduction
Anglais fanaticism
Espagnol fanatismo
Italien fanatismo
Allemand fanatismus
Chinois 狂热
Arabe التعصب
Portugais fanatismo
Russe фанатизм
Japonais 狂信
Basque fanatismo
Corse fanatismu
Source : Google Translate API

Synonymes de « fanatisme »

Source : synonymes de fanatisme sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fanatisme »

Combien de points fait le mot fanatisme au Scrabble ?

Nombre de points du mot fanatisme au scrabble : 14 points

Fanatisme

Retour au sommaire ➦