La langue française

Flamme

Sommaire

  • Définitions du mot flamme
  • Étymologie de « flamme »
  • Phonétique de « flamme »
  • Évolution historique de l’usage du mot « flamme »
  • Citations contenant le mot « flamme »
  • Images d'illustration du mot « flamme »
  • Traductions du mot « flamme »
  • Synonymes de « flamme »
  • Antonymes de « flamme »

Définitions du mot flamme

Trésor de la Langue Française informatisé

FLAMME1, subst. fém.

I.
A.−
1. Mélange gazeux en combustion, dégageant de la chaleur et généralement de la lumière, produit par une matière qui brûle. Le crépitement des flammes; les flammes de l'âtre, du foyer; mauvais bois se consumant sans flamme et sans chaleur. Voilà un autre incendie qui se déclare! On aperçoit les flammes, tout un bouillonnement de flammes, d'où monte une vapeur ardente... (Zola, Débâcle,1892, p. 605).Tenant d'une main sa bougie allumée, abritant la flamme de l'autre main (Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p. 159).L'ondulation instantanée de la flamme court d'une brindille à l'autre, ainsi qu'une minuscule langue écarlate (Bernanos, Joie,1929, p. 649).Une flamme éblouissante jaillit, s'allonge, se raccourcit, se fixe en une languette sifflante de lumière. Il [Conan] a même trouvé du carbure pour sa lampe à acétylène! (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 21):
1. Je regardais ma maison, et j'attendais. Comme ce fut long! Je croyais déjà que le feu s'était éteint tout seul (...) quand une des fenêtres d'en bas creva sous la poussée de l'incendie, et une flamme, une grande flamme rouge et jaune, longue, molle, caressante, monta le long du mur blanc et le baisa jusqu'au toit. Une lueur courut dans les arbres, dans les branches, dans les feuilles... Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Horla, 1886, p. 1122.
SYNT. Flammes qui s'allongent, bondissent, brillent, brûlent, caressent qqc., crépitent, dansent, éclairent, s'éteignent, jaillissent, ondulent, montent, noircissent qqc., pâlissent, se raccourcissent, reprennent, tremblent, tremblotent; flamme blanche, bleuâtre, bleue, chaude, claire, dansante, haute, joyeuse, mourante, légère, sinueuse, vacillante, vive; grande, longue flamme; la flamme d'une bougie, d'un briquet, d'une chandelle, des cierges, d'un fanal, d'un gaz, d'une lampe; les flammes d'un feu, de l'incendie; activer, allumer, ranimer la flamme; souffler sur la flamme; jeter, lancer des flammes; une langue de flamme.
Lance*-flammes.
Retour*de flamme.
2. En partic.
a) Flamme de/du Bengale (vieilli). Synon. feu de Bengale.Les feux fixes principaux sont (...) les flammes de Bengale, etc. (Wurtz, Dict. chim.,t. 1, 2evol., 1870, p. 1266).
b) Flamme d'un coup de feu, de fusil. Il eut presque la figure brûlée par la flamme de cinq ou six coups de fusil qui partirent en avant de lui (Stendhal, Chartreuse,1839, p. 52).La carabine pour la seconde fois crachait sa flamme (Ramuz, Gde peur mont.,1926, p. 235).
c) [En tant que symbole]
Flamme (olympique). [Aux Jeux de Berlin en 1936] pour la première fois, apparut le coureur, dernier porteur du flambeau allumé à Olympie, il fit jaillir la flamme du trépied de bronze placé dans une brèche du stade grandiose (Jeux et sp.,1967, p. 1211).
La flamme (du souvenir). Symbole du souvenir. Entretenir la flamme. Ancien combattant qui viendrait de ranimer la flamme (Fargue, Piéton Paris,1939, p. 230):
2. ... ce sentiment de dérisoire qui naguère le poignait si fort dès qu'il participait tant soit peu à la vie officielle de son pays (il pensait pêle-mêle aux grands discours des « ténors » de la Chambre, au cérémonial de la Cour d'Assises, aux funérailles de Foch, aux cérémonies devant la flamme)... Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 99.
3. Loc. Passer à la flamme. Flamber (v. ce mot II A).
TECHNOL. À flamme renversée. Disposition telle que la flamme descend au lieu de monter. Les tuyères d'un gazogène, du type ordinaire à flamme renversée (Dupont, Bois carburant,1941, p. 75).
Au fig. Cracher, jeter, lancer, vomir feu et flammes. Être très irrité, avoir de grands emportements de colère (cf. feu I A 1). Il y aura des criailleries, j'en conviens, et l'État-major aux abois jettera feu et flammes (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 181).
B.− P. méton., gén. au plur.
1. Feu, incendie. Éteindre, étouffer les flammes; être la proie des flammes; jeter dans les flammes. Les flammes, la mort dans les flammes, c'est plus effrayant que tout, encore plus effrayant que la mort sous un éboulement (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 134).
En flammes. En feu. Un avion en flammes s'était abattu dans les lignes françaises (Martin du G., Thib., Épil., 1940, p. 769):
3. ... brusquement, le régiment venait d'avoir la première vision poignante de la guerre : un horizon en flammes. Les Allemands étaient là. Cette ligne de feu, c'était eux. Ils faisaient flamber les villages. Benjamin, Gaspard,1915, p. 41.
Loc. fig. Descendre qqn en flammes (cf. descendre II A 2 b).
Class. Passer par le fer et la flamme. Tuer et incendier. Tout est fini, maintenant, et ma lame Pend inutile à côté de mon flanc, Tout a passé par le fer et la flamme, Toute muraille a sa tache de sang (Barbier, Iambes,1840, p. 49).Porter le fer et la flamme dans un pays (Ac.). Y porter la guerre, l'incendier, le ravager.
2. Feu (du bûcher). Avant que les flammes du bûcher l'engloutissent [Jacques Molay] (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 207):
4. Aller au pied du bûcher assister quand même le désobéissant frère Silvio? Et faire tout ce qui sera en mon pouvoir pour retarder et empêcher l'épreuve du feu? Mais si quand même il monte dans les flammes? Salacrou, Terre ronde,1938, III, 2, p. 235.
P. ext., RELIG. CHRÉT.
a) Les flammes éternelles, de l'enfer. Tourments éternels auxquels les réprouvés sont condamnés. Ah! sauvez-moi des flammes éternelles! Mon père, hélas! C'est un vilain séjour (Béranger, Chans.,t. 3, 1829, p. 223).Que les flammes de l'enfer ne lui soient pas trop ardentes! (Sue, Atar Gull,1831, p. 8):
5. − Sortez du moins par le portail du nord! leur cria le suisse, qui était resté sur le seuil, pour voir la Résurrection, le Jugement dernier, le Paradis, le Roi David, et les Réprouvés dans les flammes d'enfer. Flaub., MmeBovary,t. 2, 1857, p. 89.
b) Les flammes du purgatoire. Tourments auxquels sont pour un temps condamnés les élus en expiation de leurs fautes. Cette effrayante lueur [de la foudre] peignait des rouges flammes du purgatoire et de l'enfer les murailles de la gothique église (Bertrand, Gaspard,1841, p. 128).
C.− P. ext.
1. Lumière et chaleur intenses, brûlantes. Par la fenêtre et la porte ouvertes, le soleil de juillet entrait à flots, jetait sa flamme chaude sur le sol de terre brune (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Diable, 1886, p. 234).Le soleil, dont la flamme brûle tout dans ce pays-là (Zola, Ventre,1873, p. 686).L'été torride les [certaines essences d'arbres] épanouit, elles se trempent vraiment dans la flamme... le chêne est le type de l'essence de lumière (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 22):
6. ... il s'arrêta sur le seuil, stupéfié par la lumière immense des midis de la terre africaine. La rue devait être blanche et les maisons blanches aussi, mais la flamme du soleil perpendiculaire lavait les surfaces éclatantes avec une telle furie de reflets, que les murs de chaux et les dalles réverbéraient à la fois des incandescences prodigieuses de bleu d'ombre, de rouge et de vert, d'ocre brutal et d'hyacinthe. Louÿs, Aphrodite,1896, p. 227.
2. Clarté brillante, éclat, lumière. ... la lune s'éleva sur les sapins, derrière les collines (...). Elle nous baigna spontanément de sa lumière morne et pâle, de sa flamme déserte et pâle (Villiers de L'I.-A., Contes cruels,1883, p. 304).Parurent au ciel les premières étoiles. Avec une émotion infinie, nous les vîmes s'allumer l'une après l'autre, les minuscules flammes d'azur pâle (Benoit, Atlant.,1919, p. 112).
P. anal. Flamme des yeux, du regard. Éclat vif et intermittent (cf. flamber I B 1 b; flamboyer B 2). Yeux qui jettent des flammes. Ses yeux noirs brillaient de cette douce flamme, rayonnement des âmes virginales, qui éclaire et ne brûle pas (Sandeau, Mllede La Seiglière,1848, p. 135).J'ai tout de suite remarqué dans tes yeux cette petite flamme (Mauriac, Mal aimés,1945, III, 5, p. 236).
Rem. La docum. atteste a) Quelques rares emplois de en flammes ou de flammes, synon. en feu ou de feu (cf. feu II B 1 b) au sens de « brûlant, passionné » : Elle crut sentir sur sa joue un souffle ardent et deux lèvres de flamme (Gautier, Rom. momie, 1858, p. 305); au sens de « brûlant et rouge » : La nourriture, le vin, la fatigue lui montaient à la tête, il avait les joues en flammes (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 253). b) Des emplois de flamme au sens de « brûlure, douleur » : Les déchirures plus profondes de son dos et de ses reins l'investissaient d'une flamme intolérable, et, comme il tentait de lever le bras, il lui sembla que l'extrême pointe de cette flamme poussait jusqu'au cœur (Bernanos, Soleil satan, 1926, p. 152).
D.− P. métaph. [La flamme réfère métaphoriquement à la lumière, à la clarté, au brillant, à l'éclat, à l'ardeur (infra E)] L'âme est une vapeur allumée qui brûle sans se consumer; notre corps en est le falot. Sa flamme n'est pas seulement lumière, mais sentiment (Joubert, Pensées,1824, p. 149).La pensée, flamme divine, remonte et se perd dégagée des sens au brasier de l'intelligence (Chateaubr., Mém.,t. 1, 1848, p. 621):
7. Qu'est-ce que l'Esprit-Saint? (...) c'est un feu, une flamme, une ardeur, une chaleur divine, un souffle puissant : fons aquae, ignis, spiritus ardoris, flatus vehemens. Dupanloup, Journal,1851, p. 143.
P. méton. Personne passionnée, pleine d'ardeur. Il est bien curieux d'étudier les bancs socialistes et les bancs catholiques. J'y vois deux flammes, Jaurès et Mun (Barrès, Cahiers,t. 5, 1906-07, p. 192).
Rem. La docum. atteste également de nombreux emplois p. compar. « avec l'éclat, le mouvement des flammes ». L'orgie s'était développée comme une flamme (Louÿs, Aphrodite, 1896, p. 151). Mais tout au fond, comme une flamme au cœur du bois, À travers les rameaux de vos heures sans gloire, Brillait quand même et s'affirmait votre victoire (Verhaeren, Mult. splendeur, 1906, p. 147). Ses cheveux d'une intense blondeur se défont, et remuent comme des flammes (Barbusse, Feu, 1916, p. 91). C'est cet amour aussi fort que moi sous mon désir comme une grande flamme crue, comme un rire dans ma face! (Claudel, Soulier, 1929, 1repart., 1rejournée, 7, p. 970).
E.− Au fig.
1. Ardeur, enthousiasme, passion. Parler avec flamme, sans flamme; être plein de flamme; manquer de flamme. Il y avait pourtant en moi de la noblesse, de l'orgueil, de la flamme (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 291).La vie de famille manque de flamme et les dîners sous la lampe, avec la bonne en chaussons de feutre dans les coins, de passion (Nizan, Conspir.,1938, p. 157).Des propos de collégiens. Ce qui me les rendait agréables, c'était l'excitation, la flamme que tous deux y mettaient (Sagan, Bonjour tristesse,1956, p. 152):
8. Je suis un mâle pour produire, concevoir, écrire. Aux moments où cette force diminue en moi, je ne suis plus rien. J'ai besoin d'épancher cette flamme; j'ai besoin de la manifester par des caresses quand je ne l'épanche pas, besoin de caresser. Michelet, Journal,1857, p. 346.
SYNT. Flamme de l'ambition, de la création, des désirs, de l'esprit, de l'intelligence, de la jeunesse, de la joie, des passions, de la victoire.
Loc. Être tout feu tout flamme pour qqc./qqn. Être plein d'ardeur, d'enthousiasme pour quelque chose/quelqu'un (cf. feu II B 1 b).
2. En partic., littér. Passion, désir amoureux. Des flammes lascives; la flamme des instincts. « Couronner la flamme » est fréquent au XVIIesiècle parce que flamme pour eux voulait dire amour et couronner : récompenser par un heureux mariage (Flaub., Corresp.,1865, p. 44).Même chez les auteurs classiques, les amants paraissent n'éprouver aucun embarras à déclarer leur flamme (Larbaud, F. Marquez,1911, p. 61).Alexis n'était pas coureur. De temps en temps une courte flamme, ou le hasard, ou une femme qui lui tombait dans les bras (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 159):
9. Je collerai ma bouche à ses dents, et, fébriles, Mes mains l'entraîneront vers mon lit large et bas. La flamme, ouragan d'or, passe, et, toute, je brûle. Après, mon cœur n'est plus qu'un lambeau calciné; Et du plus fol amour et du plus effréné Je m'éveille en stupeur comme une somnambule. Samain, Chariot,1900, p. 158.
II.− [P. anal. de forme]
A.− Représentation stylisée d'une flamme.
1. Ornement terminant divers objets (vases, candélabres, colonnes funéraires, etc.). (Dict. xixeet xxes.).
2. HÉRALD. Meuble de l'écu terminé par des pointes ondoyantes. D'azur à la flamme d'argent (DG). Un blason très historié (lion, flammes, toute la boutique) et couronné d'une couronne de baron (Montherl., Célibataires,1934, p. 738).
B.− Pavillon, fanion.
1. Petite banderole à deux pointes flottantes qui garnissait les lances de la cavalerie. Les lanciers de Bonaparte, qui surveillaient et suivaient notre retraite pas à pas, montraient de temps en temps la flamme tricolore de leurs lances à l'autre horizon (Vigny, Serv. et grand. milit.,1835, p. 30).
2. MARINE
a) Dans le code international des signaux, pavillon long et triangulaire symbolisant un chiffre. Le chiffre 1 est représenté par une flamme blanche portant un disque rouge en son milieu (Le Clère, 1960).
b) Banderole longue et étroite servant de marque distinctive. En partic. Flamme de guerre, nationale, ou, p. ell. du déterminant, flamme, banderole aux couleurs nationales arborée en sus du pavillon national par les bâtiments de guerre. C'était un brick américain, et la flamme nationale qui flottait au sommet de son grand mât indiquait que c'était un bâtiment de guerre (Dumont d'Urville, Voy. Pôle Sud,t. 8, 1845, p. 171):
10. La Belle-Poule, cette nef royale de haut-bord et à trois ponts (...) qui livra sous Louis XVI un si galant combat aux Anglais et qui explosa en rade de Brest, le feu à la Sainte-Barbe, ses batteries tirant à boulets rouges, toutes voiles dehors, la fleur de lys, la banderole, la flamme au vent. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 57.
C.− Domaine milit.Sorte de poche triangulaire et flottante qui ornait le colback. L'attirail de guerre d'alors presque inconnu aujourd'hui, les colbacks à flamme, les sabretaches flottantes, les buffleteries croisées (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 381).Colback (...) avec flamme en drap amarante ayant un gland en or (Titeux, St-Cyr,1898, pp. 307-308).
Rem. La plupart des dict. gén. mentionnent qq. autres emplois p. anal. a) Nom donné à certaines variétés d'œillets ou d'iris. Flamme blanche, flamme de Jupiter (Besch. 1845). b) Flamme d'oblitération, ou p. ell. du déterminant, flamme : marque apposée sur les lettres, à côté du cachet portant la date de la poste, formée soit de plusieurs lignes ondées, soit d'un dessin. c) Petite ampoule électrique allongée ayant la forme d'une flamme.
REM. 1.
Flammette, subst. fém.,vx. Petite flamme. Mon oncle (...) regardait les brindilles de frêne léchant de flammettes aiguës les briques écaillées du foyer (Fabre, Xavière,1890, p. 49).
2.
Flamméum, subst. masc.,antiq. romaine. Voile de couleur rouge orangé que portaient les jeunes filles le jour de leur mariage. L'orient resplendit sous un voile magique, Et ce voile, pareil au flamméum antique, Déroule son tissu qu'abreuve le carmin (A. Pommier, Océanides,1839, p. 132).
3.
Flammer, verbe trans.,hapax. Recouvrir de taches en forme de flamme (cf. flammé). Un joli blanc de plâtre que la patine de Paris n'a pas encore flammé de noir (Toulet, Tendres mén.,1904, p. 75).
4.
Flammerole, subst. fém.Feu follet. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth. : [flɑm] et [flam] (et, pour les auteurs qui précisent la durée, [flɑ:m]), cf. Nyrop Phonét. 1951. La forme en [ɑ] est, d'apr. Rouss.-Lacl. 1927, p. 128, ,,très générale``. Buben 1935, § 47, la qualifie de ,,prononciation affective``. Enq. : /flam, (D)/. Ds Ac. dep. 1694, avec, depuis 1798, la mention : ,,on prononce flâme``. Étymol. et Hist. 1. 2emoitié xes. au propre (St Léger, éd. J. Linskill, 204); 2. 1176-81 emploi métaph. en parlant d'une passion, d'un amour dévorant (Chr. de Troyes, Chevalier charrette, éd. M. Roques, 3750), d'où début xviies. « amour, passion » (sans autre terme du vocab. ayant trait au feu dans le contexte) (Montchrestien, Aman, éd. Petit de Julleville, p. 273); 3. a) ca 1210 « étendard de forme allongée » (Herbert de Danmartin, Foulque de Candie, 1252 ds T.-L.); b) 1690 « élément décoratif en forme de flamme » (Fur.); 4. av. 1648 « éclat » (Voiture, Elégies, éd. M. A. Ubicini ds Œuvres, t. 2, p. 284). Du lat. class. flamma « flamme, feu » au propre et métaphoriquement. Pour 3 cf. oriflamme. Fréq. abs. littér. : 5 908. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 6 986, b) 10 550; xxes. : a) 10 524, b) 7 181.

FLAMME2, subst. fém.

Lancette de vétérinaire. La flamme proprement dite des vétérinaires est une grosse pointe de lancette portée à angle droit par un manche de métal (Littré-Robin1865).
Rem. Certains dict. gén. mentionnent un emploi dér. au sens de « ciseau servant à débiter l'ardoise ».
REM.
Flammette, subst. fém.Petite lancette. (Dict. xixeet xxesiècle s.).
Prononc. et Orth. : [flɑm] et [flam]. Ds Ac. 1694-1878. Étymol. et Hist. [xies. judéo-fr. flemie (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1)]; ca 1200 [ms. B. N. fr. 24764] flieme (Dialogue Grégoire, éd. W. Foerster, 20, 8); début xives. [date du ms.] flame (G. de Saint-Pathus, Mir. de Saint Louis, éd. Percival B. Fay, XXII, 80). D'un type *fletomus que les formes attestées dans les gloses et le domaine germ. permettent de postuler, altération du lat. tardif phlebotomus attesté dep. la fin du ives. (Forc. t. 3, s.v.) et empr. au gr. φ λ ε ϐ ο τ ο ́ μ ο ς « instrument servant à couper les veines »; flieme a ensuite été refait par attraction de flamme1*.

Wiktionnaire

Adjectif

flamme \flɑm\

  1. Qui a de l’éclat, de l’allant, en parlant d’une personne.
    • Il n’est pas flamme. Il respire bien trop court. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 68)

Nom commun 1

flamme \flɑm\[1][2], \flam\[2] féminin

  1. Lumière ascendante et mobile qui se dégage d’une matière qui brûle.
    • Hurtaud alluma un cigare à la flamme d’une bougie qu’on lui tendit, et se rassit lourdement. — (Octave Mirbeau, Le Colporteur)
    • Pour le gazage, on emploie les bobinoirs à broches horizontales avec tringles de tension, réglant la hauteur du passage du fil dans la flamme. — (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Alors des flammes aveuglantes jaillirent dans toutes les directions autour du point où le projectile toucha terre, et l’homme qui avait sauté devint, pendant quelques secondes, un éclat de feu et disparut… entièrement. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 240 de l’éd. de 1921)
    • Nulle main laborieuse ne relèvera les toitures enfoncées ; nulle flamme ne brûlera plus aux âtres désertés. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Tyler présenta le briquet au gamin, qui amena sa cigarette au contact de la flamme. — (Rolf Lappert, Le Chant des perdants, p. 81, L’Âge d’Homme, 2001)
  2. (Figuré) Sentiment, nature, talent où il y a de la chaleur et de la générosité.
    • Confucius fut un sage ; s’il lui manqua un élan et une flamme refusés peut-être à sa race, sa tentative fut élevée et son but honorable. — (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d’Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, tome 8, 1832)
  3. (Poétique) (Quelquefois) Amour.
    • Une amoureuse flamme. Brûler d’une flamme secrète. Déclarer sa flamme.
  4. (Marine) (Par analogie) Banderole longue et étroite qui va en diminuant en pointe jusqu’à son extrémité, et qu’on attache aux mâts et aux vergues des navires.
    • Ils arborèrent des flammes le long de la perche aux signaux, tirèrent des coups de fusil et de pistolet, crièrent à se rompre la poitrine : Vive le gouverneur! — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste, Revue des Deux Mondes, tome 30, 1842)
  5. (Vexillologie) (Militaire) Bande d’étoffe longue et taillée en pointe qui flotte au sommet de la lance.
  6. (Architecture) Ornement en forme de flamme qui termine des vases, des candélabres.
  7. (Philatélie) Marque appliquée sur les enveloppes postales de façon mécanique, en même temps que le cachet donnant le lieu et la date, et servant souvent à communiquer (publicité touristique, annonce d’un événement, etc.).
  8. (Héraldique) Meuble représentant la combustion d’une matière (non visible) dans les armoiries. Elle est généralement représentée à 3 pointes ondoyantes réunies à la base ; laquelle base est arrondie. Elle est souvent confondue avec le feu. Flamme peut également faire référence à un sous-ensemble d’un autre meuble (grill par exemple) soit pour qualifier la couleur de cet élément dont la couleur diffère du reste du meuble (au volcan de sable crachant des flammes de gueules), soit pour les dénombrer (dragon soufflant cinq flammes), soit pour qualifier un meuble qui d’ordinaire n’en a pas (à une tour sommée de flammes).
    • D’argent, aux trois flammes de gueules, qui est de la commune de Trôo du Loir-et-Cher → voir illustration « armoiries avec 3 flammes »

Nom commun 2

flamme \flɑm\ féminin

  1. (Médecine vétérinaire) Lancette servant autrefois à pratiquer des saignées.
  2. (Technique) Ciseau utilisé pour cliver le schiste dans les ardoisières.

Forme de verbe

flamme \flɑm\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de flammer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de flammer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de flammer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de flammer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de flammer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FLAMME. (On prononce Flâme.) n. f.
Lumière ascendante et mobile qui se dégage d'une matière qui brûle. Ce feu ne fait point de flamme. Un corps qui brûle sans donner de flamme. Passer quelque chose par la flamme. La flamme tend toujours à s'élever. Il fut dévoré par les flammes. Il fut livré aux flammes. Tout a été la proie des flammes. La maison était toute en flammes. Un volcan qui jette des flammes. Les flammes éternelles, les flammes de l'enfer, Les tourments des damnés. Les flammes du purgatoire, Les souffrances des âmes qui sont dans le purgatoire. Jeter feu et flamme. Être tout feu, tout flamme. Voyez FEU. Il se dit figurément d'un Sentiment, d'une nature, d'un talent où il y a de la chaleur et de la générosité. Ce jeune homme a de la flamme. Cet orateur a de la flamme. Discours plein de flamme. Quelquefois, en Poésie, il est synonyme d'Amour. Une amoureuse flamme. Brûler d'une flamme secrète. En termes de Marine, il se dit, par analogie d'une Banderole longue et étroite qui va en diminuant en pointe jusqu'à son extrémité, et qu'on attache aux mâts et aux vergues des navires. La flamme aux couleurs nationales ne peut être arborée que sur les vaisseaux de l'État : elle est le signe du commandement. Il y a des flammes de diverses couleurs, qui servent à faire des signaux. Il se dit aussi, en termes militaires, d'une Bande d'étoffe longue et taillée en pointe qui flotte au sommet de la lance. En termes d'Architecture, il se dit d'un Ornement en forme de flamme qui termine des vases, des candélabres.

Littré (1872-1877)

FLAMME (fla-m') s. f.
  • 1Auréole lumineuse et diversement colorée qui s'élève à la surface des corps qu'on brûle, et qui résulte de la combustion des gaz produits par la décomposition de ces corps. La flamme du foyer. Ce feu ne fait point de flamme. Volcan qui jette des flammes. Flamme errante et volage, qui ne prend pas à sa matière, mais qui court légèrement par-dessus, et que le moindre souffle éteint tellement que tout s'en perd en un instant, Bossuet, Sermons, Prédic. évangél. 3. Embraser nos vaisseaux, Et la flamme à la main les suivre sur les eaux, Racine, Andr. I, 2. Sion ne sera plus ; une flamme cruelle Détruira tous ses ornements, Racine, Athal. III, 8. Non, plutôt que je livre aux flammes, au carnage, Ces murs, ces citoyens qu'a sauvés mon courage, Voltaire, Brut. IV, 3. Prisonnier avec moi dans Césarée en flamme, Voltaire, Zaïre, II, 3. La flamme a été très bien caractérisée par Newton, lorsqu'il l'a définie une fumée brûlante, et cette fumée ou vapeur qui brûle n'a jamais la même qualité, la même intensité de chaleur que le corps combustible duquel elle s'échappe, Buffon, Hist. min. Introd. 2e part. Œuvres, t. VI, p. 126, dans POUGENS. Pendant que nos soldats luttaient encore avec l'incendie, et que l'armée disputait au feu cette proie [Moscou], Napoléon, dont on n'avait pas osé troubler le sommeil pendant la nuit, s'était éveillé à la double clarté du jour et des flammes, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 6. On cherche à s'établir ; mais la tempête, toujours active, disperse les premiers apprêts des bivouacs ; les sapins, tout chargés de frimas, résistent obstinément aux flammes… lorsqu'enfin la flamme l'emportant s'éleva, autour d'elle les officiers et les soldats apprêtèrent leurs tristes repas, Ségur, ib. IX, 11. [ô enfant] … dans ton enfance un génie Mit une flamme sur ton front, Hugo, Odes, V, 22.

    Flamme du Bengale, sorte d'artifice qui lance une lumière colorée de diverses couleurs, dont elle teint les objets qu'elle éclaire.

    Livrer aux flammes, détruire par l'incendie et aussi faire périr sur le bûcher. On compte environ huit cents personnes livrées aux flammes sous Marie ; une femme grosse accoucha dans le bûcher même, Voltaire, Mœurs, 136.

    Porter le fer et la flamme en un pays, y tuer les gens et y brûler les demeures. Ulysse a porté le fer et la flamme au milieu des Troyens, Fénelon, Tél. X.

    Fig. Mettre un pays en flamme, y porter la guerre ou la discorde. Mettons encore un coup toute la Grèce en flamme, Racine, Andr. IV, 3. Ceux qui diront que les temps de ces crimes sont passés… que les flammes des guerres de religion sont éteintes, font, ce me semble, trop d'honneur à la nature humaine, Voltaire, Mahomet, Lett.

    Il ne voit ni feu ni flamme, se dit d'un homme resserré dans une étroite prison.

    Fig. Ce qui dévore l'âme. Vous persévérez à retenir ce bien mal acquis, et je vois toujours dans vos coffres, dit le saint prophète, cette flamme dévorante, ce trésor d'iniquité, ce bien mal acquis qui renversera peut-être votre maison, et sans doute donnera la mort à votre âme, Bossuet, 3e serm. pour le 1er dim. de l'Avent, I.

  • 2Les flammes éternelles, les flammes de l'enfer, les tourments des damnés.

    Les flammes du purgatoire, les souffrances de ceux qui sont dans le purgatoire.

  • 3 Fig. Passion, ardeur. Et bien que mon sang fût glacé, Mes propos n'étaient que de flamme, Régnier, Ode. Les discours qui tendent à allumer de telles flammes, Bossuet, Lett. 181.

    Être de flamme pour, être épris de… Pour vous elle est de flamme, Molière, l'Ét. I, 6. Il a vu la nature humaine toute de flamme pour d'autres objets, Bossuet, II, Annonc. 1.

    Jeter feu et flamme contre quelqu'un, être fort irrité contre quelqu'un et l'exprimer avec une extrême violence.

  • 4En particulier. La passion de l'amour. Et je l'ai surpris, là, qui faisait à madame L'injurieux aveu d'une coupable flamme, Molière, Tart. III, 5. Une flamme mal éteinte est facile à ranimer, Sévigné, 416. L'un peut tracer en vers une amoureuse flamme, Boileau, Art p. I. Ma flamme par Hector fut jadis allumée, Racine, Andr. III, 4. Trop crédules esprits [femmes] que sa flamme [de Thésée] a trompés, Racine, Phèdre, I, 1. Je verrai le témoin de ma flamme adultère, Racine, ib. III, 3. Le ciel mit dans mon sein une flamme funeste, Racine, ib. V, 7.

    Au plur. Et souvent sans raison les objets de nos flammes Frappent nos yeux ensemble et saisissent nos âmes, Corneille, Méd. II, 6. Je suis ravi de voir qu'au milieu de vos flammes…, Corneille, Androm. IV, 6. Othon n'a pas pour elle éteint toutes ses flammes, Corneille, Othon, II, 4.

  • 5 Terme de marine. Bande d'étoffe plus ou moins large et longue, aujourd'hui généralement pointue par un bout, autrefois fendue à son extrémité flottante, et terminée par une double langue, qu'on met, pour parer le vaisseau, au grand mât et aux vergues. Sur ce que vous m'écrivez concernant le pavillon de vice-amiral, je dois vous dire que M. le duc de Vivonne, qui va commander dans la Méditerranée les vaisseaux que S. M. a fait armer à Toulon, ne portera qu'une flamme ; ainsi le roi veut que vous en fassiez de même, sauf à porter le pavillon de vice-amiral lorsque vous entrerez dans les ports de l'obéissance de S. M. Seignelay, au comte d'Estrées, 15 avr. 1679, dans JAL.
  • 6Morceau d'or en forme de flamme, émaillé en rouge, qu'on met sur les bagues.

    Ornement en forme de flamme qui termine des vases, des candélabres, etc.

    Terme de blason. Meuble dont la partie inférieure est arrondie, et la partie supérieure terminée en trois pointes ondoyantes.

  • 7Éclat, brillant. La flamme de l'émeraude.
  • 8Défaut du drap qui n'a pas également trempé dans l'eau du dégraissage.

HISTORIQUE

XIIe s. Vraiement tost font flamme, Job, p. 514.

XVIe s. Mes envieux en gectent feu et flamme, Et par despit chacun d'eux me diffame, Marot, J. V, 269. La flamme d'une emotion fiebvreuse, Montaigne, I, 98.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FLAMME, s. f. (Physiq. & Chim.) on appelle ainsi ce corps subtil, leger, lumineux, & ardent, qu’on voit s’élever au-dessus de la surface des corps qui brûlent.

La flamme est la partie du feu la plus brillante & la plus subtile ; elle paroît n’être autre chose que les vapeurs ou les parties volatiles des matieres combustibles extrèmement raréfiées, & ensuite enflammées ou échauffées jusqu’à être ardentes : la matiere devient si legere par cette raréfaction, qu’elle s’éleve dans l’air avec beaucoup de vîtesse ; elle est rassemblée, pendant quelque tems, par la pression de l’atmosphere environnante ; l’air formant autour de la flamme une espece de voûte ou de calote sphérique, médiocrement résistante, empêche qu’elle ne s’étende & qu’elle ne se dissipe, sans s’opposer néanmoins à cette espece de raréfaction oscillante, qui est essentielle à la flamme. Cette propriété de l’air de l’atmosphere est unique à cet égard ; la flamme ne sauroit subsister dans un milieu plus dense, tout autre corps qui l’entoure la suffoque ; tous les corps pulvérulens, mous & liquides, & même les plus combustibles jettés en masse sur un corps enflammé, éteignent la flamme de la même maniere qu’un corps solide qui supprime l’abord libre de l’air. La flamme ne subsiste pas non plus dans un air rare, encore moins dans le vuide parfait.

Les mouffetes & toutes les vapeurs qui détruisent l’élasticité de l’air, éteignent aussi la flamme. Voyez Exhalaison.

Quant aux parties aqueuses & terreuses qui sont incombustibles de leur nature, elles se raréfient seulement & s’élevent dans l’air sans s’enflammer. Voy. Fumée & Suie.

La flamme est donc formée par les parties volatiles du corps brûlant, lorsqu’elles sont pénétrées d’une quantité de feu considérable ; elle ne differe de la fumée que par cette quantité de feu qu’elle contient : aussi quand un feu fume beaucoup, on lui fait prendre flamme en un instant, en y ajoûtant un petit corps enflammé.

Le feu follet est une vapeur qui brille sans chaleur ; il semble qu’il y a la même différence entre cette vapeur & la flamme, qu’entre du bois pourri qui luit sans chaleur, & des charbons ardens. Lorsqu’on distille des esprits ardens, si l’on ôte le chapiteau de l’alembic, la vapeur qui s’éleve prendra feu à l’approche d’une chandelle allumée, & se changera en flamme. Il y a des corps qui sont échauffés par le mouvement, ou par la fermentation : si la chaleur parvient à un degré considérable, ces corps exhalent quantité de fumée ; & si la chaleur est assez violente, cette fumée se changera en flamme. Les substances métalliques embrasées ou rougies au feu, soit par la fusion, soit sans être fondues, ne jettent point de flamme faute de fumée ; le zinc est excepté à cet égard, ce demi-métal donne de la flamme combustible.

Stahl a observé & bien prouvé que l’eau contribuoit essentiellement à la production de la flamme, & que les corps qui ne renfermoient point d’eau, étoient incapables de donner de la flamme à quelque feu qu’on les exposât, à moins qu’ils ne fussent propres à attirer de l’eau de l’atmosphere, & qu’on ne portât sur ces corps embrasés une certaine quantité d’eau convenablement divisée. Deux substances seulement, savoir le charbon & le zinc, donnent de la flamme en tirant de l’eau du dehors. Voyez Charbon, Zinc, Calcination ; voyez les trecenta de Stahl, § 81. & seq. M. Pott a établi la même vérité par de nouvelles expériences, & de nouvelles considérations, dans son excellente dissertation sur le feu & sur la lumiere, qui a été traduite en françois & imprimée avec la Lithogéognosie du même auteur.

Chaque flamme a son atmosphere, dont les parties sont surtout aqueuses, & repoussées du milieu de la flamme en en-haut par l’action du feu : aussi cette atmosphere s’étend d’autant plus autour de la flamme, que la nourriture du feu est plus aqueuse ; & la flamme même en ce cas a plus de diametre. Cette atmosphere se remarque sur-tout lorsqu’on fait ensorte qu’on puisse appercevoir l’image de la flamme sur une muraille blanche. La flamme, quand elle est libre, prend la forme d’un cone ; mais si on l’enferme dans un anneau ou corps cylindrique, elle prend alors une figure plus oblongue.

La raison pour laquelle la flamme paroît bleue & ronde vers la base, selon M. Musschenbroek, que nous abrégeons dans cet article, c’est que les parties huileuses inférieures étant moins chaudes que les autres, se raréfient moins & sont chassées plus foiblement, & que la grandeur du volume des parties du suif est cause qu’il ne passe à-travers ces parties non encore rarefiées, que des rayons bleus. La plus grande chaleur de la flamme est à son milieu, parce que c’est l’endroit ou les parties ignées ont le plus d’action ; plus bas les parties ne sont pas assez raréfiées ; plus haut elles le sont trop, & elles le sont enfin tant que le feu cesse d’agir à nos yeux sur elles. La flamme échauffe d’autant plus les corps qu’elle est plus pure, & contient moins de matieres visqueuses & hétérogenes, qui peuvent se placer entr’elles & les corps, & faire obstacle à son action ; c’est pour cela que la flamme de l’esprit-de-vin échauffe plus qu’aucun autre. Si une flamme se trouve entourée d’une autre flamme, comme celle de l’esprit-de-vin de celle de l’huile, l’intérieure prend la figure sphérique. La flamme a besoin d’air libre pour sa nourriture, mais il ne faut pas que l’air comprime trop le corps brûlant ; car le feu s’éteint plus vîte sous un verre dont on a pompé l’air, ou sous un verre dans lequel on fait entrer de l’air en trop grande quantité. Cette regle n’est cependant pas générale. Il y a des corps qui paroissent n’avoir pas besoin d’air pour brûler, comme le phosphore d’urine mis dans le vuide, ainsi que l’huile de carvi, mêlée dans le vuide à l’esprit de tartre, le minium brûlé dans le vuide avec un verre ardent. Mussch. ess. de physiq. §. 986. & suiv. A la suite de ces faits, M. Musschenbroek tente d’expliquer certains phénomenes communs ; par exemple, pourquoi la flamme s’éteint à un vent violent, & s’augmente à un souffle leger ; pourquoi l’eau dispersée en petites gouttes l’éteint assez promptement, &c. Nous renvoyons à ces explications, qui sont purement conjecturales, & qui à dire vrai ne nous paroissent pas extremement satisfaisantes. Nous croyons qu’il seroit plus court & plus vrai de dire, qu’en ignore la cause de ces phénomenes si ordinaires, ainsi que celle de beaucoup d’autres. Voyez Feu, Fumée, Chaleur, &c.

Il y a sous la terre des matieres combustibles, qui venant à s’en détacher & à s’élever dans l’air, prennent flamme. Tacite raconte qu’une ville fut brûlée par des flammes de cette espece, sorties du sein de la terre, sans aucun autre accident, comme tremblement, &c. A côté d’une des montagnes de l’Apenuin, entre Bologne & Florence, on trouve un terrein assez étendu d’où il soit une haute flamme sans bruit & sans odeur, mais fort chaude ; la pluie la fait disparoître, mais elle renaît ensuite avec plus de force. On connoît aussi les fontaines dont l’eau s’enflamme lorsqu’on en approche un flambeau allumé. Ibid. §. 1490. Voyez Fontaine, &c.

Tous les corps qui s’enflamment, comme l’huile, le suif, la cire, le bois, le charbon de terre, la poix, le soufre, &c. sont consumés par leur flamme, & se dissipent en une fumée qui d’abord est brillante ; à quelque distance du corps elle cesse de l’être, & continue seulement à être chaude : dès que la flamme est éteinte, la fumée devient fort épaisse, & répand ordinairement une odeur très-forte ; mais dans la flamme elle perd son odeur en brûlant.

Selon la nature de la matiere qu’on brûle, la flamme est de différentes couleurs ; ainsi la flamme du soufre est bleue ; celle du cuivre uni à l’acide du sel marin, est verte ; celle du suif, jaune ; & celle du camfre, blanche. Lorsque la poudre à canon prend feu, elle se dissipe en fumée enflammée. Voyez Nitre.

Il y a un phénomene assez digne de remarque sur la flamme d’une chandelle, d’un flambeau, ou de quelqu’autre chose semblable ; c’est que dans l’obscurité la flamme semble plus grande, lorsqu’on en est à une certaine distance, que quand on en est tout proche : voici la raison que quelques philosophes en apportent. A une distance de six piés, par exemple, l’œil peut aisément distinguer la flamme d’avec l’air contigu qui en est éclairé, & appercevoir précisément où la flamme est terminée ; mais à un plus grand éloignement, comme à celui de trente piés, quoique l’angle que soûtient la flamme dans ce dernier cas, soit beaucoup plus petit que dans le premier ; cependant comme on ne peut plus distinguer précisément où se termine la flamme, on confond avec elle une partie de l’air environnant qui en est éclairé, & on le prend pour la flamme même. Voyez Vision.

Au reste quelle que soit la cause de ce phénomene, il est bon de remarquer qu’il est renfermé entre des limites : car la flamme d’une chandelle ou d’un flambeau ne paroît que comme un point à une très-grande distance, & elle ne semble s’aggrandir que lorsqu’elle est assez près de nous ; après quoi cette même flamme diminue de grandeur à mesure qu’elle s’approche. Il y a donc un point ou un terme où la lumiere paroît occuper le plus grand espace possible ; il ne seroit peut être pas inutile de fixer ce terme par des expériences, & peut-être cette observation fourniroit-elle des vûes pour en découvrir la véritable cause.

C’est un phénomene fort singulier & fort intéressant, que celui de la production d’une véritable flamme par le mélange de deux liqueurs froides. L’une de ces liqueurs est toûjours l’acide nitreux, soit pur, soit mêlé avec de l’acide vitriolique ; & l’autre une huile, un baume, ou un bitume. La théorie de cette inflammation qui est de notre célebre M. Roüelle, appartient à l’article Acide nitreux. V. Nitre.

Les Chimistes employent la flamme appliquée immédiatement à certains sujets, dans l’opération appellée reverbération. Voyez Reverbération.

La flamme déterminée avec art dans des fourneaux convenables, fournit un feu très-violent : c’est par la flamme que s’échauffent le grand reverbere, & le fourneau à raffiner l’argent, ou la coupelle en grand, le fourneau à cuire la porcelaine, la brique, &c. (O) (b)

Flamme ou Feu vital, (Physiol.) c’est une substance ignée très-subtile, que plusieurs anciens & quelques modernes placent dans le cœur des animaux ; ils la regardent comme quelque chose de nécessaire à la vie, ou, pour mieux dire, comme ce qui constitue la vie même. Voyez Vie.

Ils soûtiennent que cette flamme a autant besoin de l’air pour subsister, que notre flamme commune ; d’où ils concluent que la respiration est absolument nécessaire pour conserver la vie des animaux. Voyez Air, Respiration, & Chaleur animale.

Flammes, Flammettes, noms qui ont été donnés à des coquilles du genre des cames. Voyez l’article Coquille, tome IV. de cet ouvrage, pag. 189. (I)

Flamme, (Hist. anc.) dans la milice greque du bas empire, c’étoit un ornement & une marque qui servoit à distinguer les compagnies, les régimens, les bataillons. Voyez Pavillon, Etendard, &c.

Les Grecs l’appelloient phlamoulon ; on la mettoit quelquefois sur le casque, quelquefois sur la cuirasse, & quelquefois au bout d’une pique.

L’empereur Maurice ordonna que les flammes de chaque division fussent d’une couleur particuliere qui les distinguât des autres bataillons, ou des autres brigades.

Quand la flamme n’étoit qu’un ornement, les soldats la quittoient avant le combat, de peur qu’elle ne les embarrassât. Les cavaliers mettoient aussi des flammes sur leurs chevaux, qui servoient à distinguer de quel corps de troupes ils étoient. Chambers.

Flamme, en Architecture, ornement de sculpture de pierre ou de fer, qui termine les vases & candelabres, & dont on décore quelquefois les colonnes funéraires où il sert d’attribut. (P)

Flamme, (Marine.) c’est une longue banderolle d’étoffe, & ordinairement d’étamine, qu’on arbore aux vergues & aux hunes, soit pour servir d’ornement, soit pour donner un signal.

La flamme est une marque que les officiers qui commandent plusieurs vaisseaux, arborent au grand mât de celui qu’ils montent ; & par l’ordonnance de la Marine de 1689, ils ne doivent la porter que blanche. Le titre ij. du liv. III. de cette ordonnance, dit « que les vice-amiraux, lieutenans-généraux, & chefs d’escadres, qui commanderont moins de 12 vaisseaux, porteront une simple flamme, à moins qu’ils n’ayent permission par écrit de sa majesté, de porter un pavillon ou une cornette.

» Lorsque plusieurs chefs d’escadres se trouveront joints ensemble dans une même division ou escadre particuliere, il n’y aura que le plus ancien qui puisse arborer la cornette ; les autres porteront une simple flamme.

» Les capitaines commandant plus d’un vaisseau, porteront une flamme blanche au grand mât, qui aura de guindant la moitié de la cornette, & ne pourra être moindre que de dix aunes de battant ».

Dans une flote de bâtimens marchands, celui qui commande peut porter une flamme blanche au grand mât pendant la route, mais il est obligé de l’ôter à la vûe du vaisseau du roi.

Dans les fêtes & les réjoüissances, tous vaisseaux peuvent se parer de flammes de diverses couleurs, excepté le blanc. (Z)

Flamme d’ordre, (Marine.) c’est la flamme que le commandant d’une armée ou d’une escadre fait arborer au haut de la vergue d’artimon : c’est le signal pour avertir les officiers de chaque vaisseau d’aller à l’ordre. (Z)

Flamme, (Manége & Maréchall.) instrument de maréchallerie, qui n’est proprement qu’une lancette d’acier, courte & large ; elle sort, comme le paleton d’une clé à quelque distance de l’une des deux extrémités d’une tige de même métal, & ne fait avec elle qu’un seul & même tout.

Cette définition suffit pour en indiquer les usages, qui se bornent à l’ouverture des vaisseaux du cheval dans la pratique de la saignée.

Je décrirai quatre especes de flammes. On se sert communément en France de la premiere ; les maréchaux allemands préferent ordinairement la seconde ; & la troisieme & la quatrieme m’a paru la plus commode & la plus convenable à l’opération, à laquelle cette sorte d’instrument est destiné.

Flamme françoise. Elle a pour tige une lame équarrie & bien dressée, dont la longueur est de cinq pouces, la largeur de trois lignes, l’épaisseur de trois quarts de lignes à l’extrémité la plus éloignée de la lancette, & de demi-ligne seulement à celle qui lui est opposée.

L’axe de la lancette s’éleve perpendiculairement sur une des longues faces d’épaisseur de la tige, à neuf ou dix lignes du bout le plus mince. Sa base, qui par les quatre biseaux qui forment les deux tranchans, revient à un losange très-alongé, n’a pour petite diagonale que l’épaisseur de cette tige, & pour grande diagonale environ six ou sept lignes. Cette grande diagonale fait partie de la ligne de foi de la face, sur laquelle s’éleve cette lancette.

Les deux arêtes qui partent des deux bouts de la petite diagonale, sont droites & se réunissent à l’extrémité supérieure de l’axe, pour former une pointe très-aiguë. Les deux tranchans qui partent des deux bouts de la grande diagonale, se réunissent aussi à la même pointe ; mais en suivant l’un & l’autre non une ligne droite, mais une courbe égale & renfermée dans le plan commun de l’axe & de la ligne de foi. Le centre de chacune de ces courbes, qu’on peut rapporter à des arcs de cercles d’un pouce de rayon, se trouve au-delà du tranchant opposé, & à une ligne ou une ligne & demie de distance de la face qui porte la lancette.

On assemble ordinairement trois ou quatre de ces flammes, accordées sur le plat de position, de longueur & de largeur, à cela près que les lancettes sont de diverses grandeurs. On les monte dans une châsse, au moyen d’un seul clou rond qui traverse les tiges près de leurs bouts le plus éloigné des lancettes, ainsi que les deux feuilles de la châsse sur lesquelles il est rivé. Ces feuilles de cuivre, de fer ou d’autre métal recouvert d’écaille, ou autrement orné, sont profilées sur le profil des tiges, mais elles débordent de quelques lignes le contour des lancettes. Une cloison aussi de métal, regne entre les rives intérieures de ces parties saillantes des feuilles de la châsse ; & par son union avec elle par soûdure ou par rivet, elle forme des deux feuilles un seul tout qui tient lieu de manche à ces flammes, & d’étui à leurs tranchans. Les deux extrémités de cette petite cloison servent de terme aux tiges quand on les pousse dans la châsse, & s’opposent à ce que les pointes ne s’émoussent contre le fond de l’étui. Les bouts des tiges opposés à ceux que le clou traverse, surpassent de trois lignes environ la longueur de la châsse, pour faciliter la prise lorsqu’on veut ouvrir l’une des flammes, c’est à-dire la tirer de la châsse à l’effet de la mettre en œuvre ; elles ont même chacune, pour plus de commodité, une encoche en-dessous, que l’ongle peut saisir. Le jeu de chacune d’elles sur le clou commun, est assez indépendant de celui des autres, pourvû que la largeur de la cloison tienne les feuilles de la châsse paralleles entre elles, & que les tiges qui, comme je l’ai déjà observé, diminuent d’épaisseur à mesure qu’elles approchent de leur bout, soient applanies parallelement autour de l’œil par lequel le clou les assemble.

Flamme allemande, seconde espece. La lancette proprement dite est moins large par sa base d’une ligne & demie, & plus longue d’environ autant que la lancette de la flamme françoise. Elle est plate d’un côté, elle a deux biseaux de l’autre. Son tranchant antérieur est presque droit à son départ de la tige, mais bien-tôt après il se courbe, & précipite de plus en plus sa courbure, à mesure qu’il approche de la pointe. Le tranchant postérieur est droit, & l’arête qui tient un milieu entre la courbe de l’un & la ligne droite de l’autre, part du milieu de la base & suit à-peu-près un arc de cercle qui auroit pour centre le clou sur lequel se meut la tige. Cette tige a depuis le même clou jusqu’à la lancette, deux pouces & demi, & jusqu’à son extrémité antérieure, trois pouces & demi. Elle est prolongée postérieurement d’un pouce huit ou dix lignes. Son épaisseur d’une ligne & demie subsiste la même dans toute sa longueur ; il en est ainsi de sa largeur, excepté à l’endroit du clou où elle est de quatre lignes ; on y observe un arrondissement formé pour que le trou n’affame pas cette partie. Elle est de plus montée sur une platine quarré-long de cuivre ou d’acier, longue de trois pouces, large de quinze lignes, encloisonnée sur ces deux grands côtés seulement. Elle y est attachée par un clou rond & à tête fendue, entrant à vis dans l’épaisseur de la platine, à deux lignes près de son extrémité postérieure, & dans le milieu de sa largeur, ensorte que le tranchant postérieur de la flamme n’est éloigné que de deux lignes à-peu-près du bord antérieur de cette platine ou de sa cloison. Cette tige se meut librement sur ce clou dans le plan de sa flamme parallele à celui de la platine ; & pour qu’elle ne s’en écarte pas, un guide de fer traverse les deux cloisons à leurs extrémités du côté antérieur, & la renferme entre lui & la platine, sans néanmoins la gêner. Un ressort à coude, attaché par vis à la cloison supérieure, & appuyé contre elle dans toute la longueur d’une de ses branches, porte par le bout de l’autre sur la tige, à huit ou neuf lignes du centre de mouvement, & la chasse avec force contre la cloison inférieure. Sur l’extérieur de la platine, à un pouce près de son extrémité antérieure, & un peu plus près de la rive supérieure que de l’inférieure, s’éleve, de deux ou trois lignes, une chappe fixe qui reçoit un levier de la premiere espece, lequel se meut, dans un plan perpendiculaire à la platine & parallele à ses grands côtés, sur une goupille qui le traverse ainsi que les joues de la chappe. Le grand bras de ce levier qui atteint presque jusqu’au bord postérieur de la platine, est sans cesse repoussé loin d’elle par un ressort qui s’étend au-dessous de lui, depuis son extrémité où il est attaché par rivet, jusqu’auprès du pié de la chappe où il repose sur la platine. L’autre bras porte près de son extrémité une tige de fer d’une ligne de grosseur, qui traverse la platine par un trou aisé, & qui en outre passe assez l’épaisseur, pour servir d’arrêt à la tige armée, lorsque le levier est dans son repos ; mais dès qu’on presse avec le doigt le grand bras, & qu’on le pousse contre la platine, cette tige d’arrêt se retire & ouvre le passage qu’elle interrompt ; la détente du ressort s’effectue, & la flamme est chassée avec la plus grande impétuosité jusqu’au point où sa tige rencontre la cloison inférieure qui lui sert de terme. Cette méchanique est recouverte par une platine dont les bords taillés en biseaux se glissent dans des rainures entaillées dans les cloisons au long de leurs rives. La boîte en cet état, a environ quatre lignes d’épaisseur. Cet instrument exige absolument un étui que l’on construit ordinairement, de maniere qu’il puisse contenir outre la tige montée, une ou deux autres flammes, pour les substituer au besoin à celle qui est en place.

Flamme allemande, troisieme espece. Cette flamme differe de celle que je viens de décrire ; 1°. en ce que sa tige n’est pas prolongée au-delà du clou, & que ce clou n’est posé qu’à seize lignes de l’extrémité postérieure de la boîte, & à trois lignes de la cloison inférieure. 2°. Le ressort à coude y est posé, de façon que sa branche mobile s’étend tout le long de la tige, depuis le clou jusqu’au-dehors de la boîte, où elle se releve & s’élargit pour favoriser le moyen de la saisir quand on veut l’armer. 3°. Cette flamme a un ressort de plus nécessaire pour en relever la tige, au moment où l’on arme le grand ressort, & pour l’obliger de le suivre, lorsqu’il cesse de la presser : ce second ressort ne doit avoir de force que ce qu’il en faut pour vaincre le poids & le frotement de la tige. 4°. Enfin la boîte est encloisonnée de trois côtés.

Flamme nouvelle, quatrieme espece. Sur l’intérieur HHH d’un palâtre encloisonné (voyez la figure dans nos Planches de Maréchallerie), glisse en-avant & en-arriere, comme le pêne d’une serrure, le porte-flamme BB dont la ligne de foi répond à celle qui diviseroit le palâtre en deux parties égales suivant sa longueur. Ce porte-flamme est une lame d’acier de quatre pouces de longueur, dressée & équarrie sur six lignes de largeur dans toute son étendue, & sur trois quarts de ligne d’épaisseur en général. Diverses parties tirées de la même piece se montrent sur la face opposée à celle qui glisse contre le palâtre. Tel est un petit quarré G de trois lignes, saillant d’une ligne, dont le centre est sur la ligne de foi à cinq ou six lignes de son extrémité antérieure, & dont les côtés opposés sont paralleles aux rives de la lame dont il fait partie : tel est encore le crochet I, qui s’éleve de trois lignes sur le milieu de cette lame, à un pouce trois quarts de la même extrémité ; tel est enfin le renfort LL, long d’un pouce, qui double l’épaisseur de cette même lame, à commencer à sept lignes au-dessous du crochet. Le quarré C entre juste dans le quarré D, percé au bas de la tige de la flamme, & reçoit en son centre ouvert en écrou, la vis E à tête refendue, large & applanie en-dessous. Cette tête débordant autour du quarré, assujettit la flamme dont l’épaisseur surpasse legerement la saillie du quarré & la fixe inébranlablement au porte-flamme.

La flamme est semblable à celle que j’ai décrite en parlant de la premiere espece, à cela près que l’axe de sa tige ne fait qu’une seule & même ligne droite avec l’axe de la lancette. Cette tige est exactement équarrie sur la même largeur que le porte-flamme, à la ligne de foi duquel son axe doit s’aligner.

Depuis le talon de cette flamme mise en place jusqu’au crochet I, le porte-flamme est divisé en deux jumelles égales, par une ouverture FF de deux lignes & demie de largeur, & de quatorze ou quinze lignes de longueur, dont la ligne de foi est la même que celle du porte-flamme, qu’elle perce de part en part. Ces jumelles sont exactement dressées & paralleles. Un petit quarré, saillant sur le palâtre dont il est partie fixe, remplit juste la largeur de cette ouverture, & sert au porte-flamme dans son chemin, qui peut être de huit lignes en-avant ou en-arriere, de guide, de terme, & en même tems de cramponet, au moyen de la vis K, qui entre dans le centre du quarré fixe G, & dont la tête large, fendue & applanie en-dessous, s’étend sur le plat des deux jumelles. Ce quarré doit être placé sur le palâtre, de telle sorte que le porte-flamme étant à son dernier point d’avancement, les taillans de la flamme se dégagent du palâtre jusqu’à leur naissance. Un autre méchanisme à-peu-près semblable, mais en sens opposé, équivaut à un second cramponet, & en fait l’office. Le palâtre porte lui-même une ouverture q. Cette ouverture est égale & semblable à celle du porte-flamme, & sur la même ligne de foi. Elle commence à environ un pouce au-dessous du premier guide G. Un bouton à coulisse ou languette M, ajusté à l’appui du doigt dont l’embase est capable par sa longueur & par sa largeur de recouvrir en tout état l’ouverture du palâtre, s’éleve en quarré sur sa superficie inférieure & plane. Ce quarré a la longueur nécessaire pour traverser d’une part l’épaisseur du palâtre, au moyen de l’ouverture qui lui livre passage, & à la largeur de laquelle il est ajusté, & de l’autre le porte-flamme dont l’épaisseur est doublée en cette partie. Le trou du porte-flamme qui le reçoit, lui est pareillement proportionné. Une vis à tête plate, fendue & noyée, qui entre dans ce quarré, assemble avec le porte-flamme le bouton. Ce bouton par ce même quarré, par la face lisse de son embase, par la face lisse du porte-flamme, & par le parallelisme des joues de l’ouverture, tant par rapport à leur distance que par rapport à leur épaisseur, devient un second guide & un second terme, accordés l’un & l’autre aux premiers, & tient en même tems lieu du second cramponnet sans lequel la flamme eût pû se devoyer dans son trajet.

C’est ainsi que le porte-flamme peut se mouvoir, il nous reste à en examiner le moteur.

Deux ressorts à boudin 4. 4. l’un à droit, l’autre à gauche, dont les lames égales entr’elles ont trois lignes de largeur, jusqu’à un pouce & de ni près de leur petit bout, cinq pouces de longueur totale, & trois quarts de ligne dans leur plus grande épaisseur, sont fixés au palâtre par vis qui traversent l’empatement duquel chacun d’eux prend naissance, & sont contre-butés près de cette même origine, par des termes inhérens au palâtre. Ils viennent après deux évolutions, croiser & appuyer leur pointe alongée en jonc ou en foüet, sous le crochet I du porte-flamme. Leur effort chasse perpétuellement la flamme en-avant. On les arme en retirant en-arriere le bouton M. Ils restent armés au moyen du cliquet S attaché par vis à tige ronde au palâtre, à côté du porte-flamme. Ce cliquet sans cesse chassé contre le côté de cette piece, par un ressort aussi attaché au palâtre, rencontre dans ce côté un cran T, dans lequel il engage son bec qui ne peut en sortir, & par conséquent abandonner la flamme au jeu des ressorts, si l’on ne presse la détente. Cette détente consiste en une petite tige de fer terminée par un bouton V, laquelle traverse la cloison à angle droit sur la ligne de foi du porte-flamme, & va au-delà de cette même piece s’assembler mobilement, & à-peu-près à angle droit, au bout d’un bras prolongé du cliquet. L’assemblage en est effectué par un clou rond, porté latéralement par ce bras, & reçû dans un œil qui termine la tige V. Un petit écrou dans lequel s’engage l’extrémité de ce clou contient ensemble ces pieces. Le ressort du cliquet est opposé à la puissance qui sollicite la tige V d’entrer dans la cloison, mais dès que cette puissance peut vaincre le ressort, c’est-à-dire dès qu’on appuye sensiblement le doigt sur le bouton V, le cliquet sort de son cran, & livre la flamme à la détente impétueuse des ressorts.

Le contour du palâtre HH est aussi resserré que le permettent la liberté nécessaire au jeu de ces mêmes ressorts, & la grace du tout ensemble. Une platine assemblée par charniere 5. 5. à la cloison, & fermée par un mentonnet qu’elle porte, & qui s’engage sur un petit ressort à pouce 2, lequel est fixé sur la partie de la cloison opposée à celle qui soûtient la charniere, met ce méchanisme à l’abri de toute insulte dans l’espece de boîte qui résulte du tout. La longueur totale de cette boîte dont la forme a quelque rapport à celle d’une croix plate, est de cinq pouces sur une largeur de trois pouces environ ; son épaisseur est à-peu-près de quatre lignes & demie. La cloison n’est interrompue que pour livrer passage à la flamme. Ce passage est un canal de quelques lignes de longueur, ajusté au corps de cette même flamme, & formé par l’inclinaison en-dedans & en amortissement des quatre parois. Cette inclinaison, quant à la cloison, commence dès l’extrémité des bras de cette espece de croix ; & quant au couvercle ainsi qu’au palâtre, elle ne commence qu’à sept ou huit lignes de l’extrémité qui livre un passage à la flamme ; le porte-flamme s’arrêtant à ce point dans la détente des ressorts, ainsi que la tête de la vis qui lui assujettit la flamme.

Personne n’ignore la maniere dont on se sert de la flamme françoise. Lorsque la pointe en est présentée sur la veine que l’on se propose d’ouvrir, un coup sec du manche du brochoir donné sur la tige à l’endroit où la flamme sort en forme de peloton, la détermine & la chasse dans le vaisseau. Mais l’incertitude fréquente de ce coup, la frayeur qu’excite dans l’animal l’action du bras qui doit frapper, le mouvement auquel il se livre dès qu’il l’apperçoit, mouvement qui s’oppose à l’assujettissement exact de la veine, l’embarras enfin de l’opérateur qui tente de la comprimer avec les doigts de la même main qui se trouve saisie de l’instrument, tout m’engageroit à donner la préférence aux flammes à ressort.

Celles dont on fait communément usage en Allemagne, ont néanmoins leurs inconvéniens. Premierement, outre qu’elles sont pour l’ordinaire construites sans soin, sans proportion & avec la derniere inexactitude, il est difficile de juger exactement du point précis, où la pointe de la flamme s’imprimera. En second lieu, l’appui inévitable de la cloison ou de l’extrémité de la boîte tenue dans un sens vertical par le maréchal contre les parties saillantes du vaisseau qu’on veut percer, l’empêche souvent d’arriver à ceux qui sont profonds. Ajoûtons que sa réaction n’étant contrebalancée que par le poids très-médiocre du total de cet instrument, auquel la main ne peut rien ajoûter de quelque façon qu’elle le saisisse, il peut arriver qu’un cuir d’une dureté même non considérable, lui résiste & s’oppose à son effet, en renvoyant en-arriere la boîte. La flamme nouvelle dont j’ai developpé la construction, n’a été imaginée que pour parer à tous ces défauts. L’opérateur la tient perpendiculairement à la surface du vaisseau ; ainsi quelque caché qu’il soit, la lancette l’atteint toûjours : d’ailleurs le poids plus considérable de cette flamme, sa position dans la ligne de direction, la main & le bras du maréchal qui se trouvent sur cette même ligne, rendent le point d’appui très-sûr, & le recul très-peu sensible, ce qui donne à cet instrument un avantage réel sur tous les autres.

Du reste, je ne sais si celui dont Albucasis fait mention, & que les anciens nommoient fossorium, n’étoit point une petite flamme semblable à la flamme françoise ; on s’en servoit dans la phlébotomie des hommes. Albucasis l’a prescrit pour ouvrir la veine frontale ; elle pénétroit dans le vaisseau au moyen d’un coup leger que le chirurgien donnoit sur l’instrument. On peut même croire qu’on la préféroit au phlebotomus dans l’ouverture des vaisseaux du bras. Le terme de percussion que Rhases & Haly-Abbas, ainsi que l’auteur dont il s’agit, ont employé constamment en parlant de la saignée, peut étayer cette conjecture. Constantin l’Africain s’exprime encore plus clairement à cet égard : ferire, venis feriendis, ne nervus percutiatur, ne os percutias ; & Juvenal lui-même semble faire allusion à cette maniere de saigner : mediam pertundite venam. Voyez l’histoire de la Medecine par Freind.

En Allemagne une flammette à ressort, dont la construction ne differe en aucune maniere de celle des flammes qui sont entre les mains des maréchaux, est préférée aux lancettes dont nos Chirurgiens se servent. (e)

Flamme, chez les Metteurs en œuvre, est un morceau d’or formé en flamme & émaillé en rouge, qui entre dans la composition de quelques ordres, ou que l’on met en tête des bagues d’alliance, ou autres de fantaisie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « flamme »

Provenç. flama ; espagn. flama ; portug. flamma ; ital. fiamma ; du lat. flamma, qui est pour flagma, de flagrare, et qui tient au grec φλέγειν, brûler, φλὸξ, flamme ; radical sanscrit bhraj, brûler, briller.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) Du latin flamma (même sens).
(Nom commun 1) (Sens postal) Du sens de drapeau, les premières flammes postales utilisées en France représentant un drapeau.
(Nom commun 2) Déformation de l’ancien français flieme (« phlébotome »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « flamme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
flamme flam

Évolution historique de l’usage du mot « flamme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « flamme »

  • L’amour est un feu qui vivifie et non une flamme qui dévore. De P.J. Stahl
  • Je reconnais les traces de mon ancienne flamme. Virgile en latin Publius Vergilius Maro, L'Énéide, IV, 23 Henri de Régnier intitula Vestigia flammae un recueil de poèmes qu'il publia en 1920
  • Le feu n'a plus de fumée quand il est devenu flamme. Djalal al-Din Rumi, Mathnawi
  • - La flamme peut détruire. - Maîtrisée, elle illumine. De Christian Jacq / Le Juge d’Egypte
  • La vie a comme un feu, flamme, fumée et cendre. De Proverbe arabe
  • Quand elle est dépourvue de flamme, la vérité est philosophie ; elle devient poésie quand elle emprunte sa flamme au coeur. De Muhammad Iqbal / Maître
  • Mon amour s'est transformé en flamme, et cette flamme consume peu à peu ce qui est terrestre en moi. De Novalis
  • Quelle flamme pourrait égaler le rayon de soleil d’un jour d’hiver ? De Henry David Thoreau
  • Qu'est-ce que ton baiser ? - Un lèchement de flamme. De Victor Hugo / La Légende des siècles
  • Les flammes de notre foi nous donnent l'échelle de la nuit. Henri Petit, Ordonne ton amour, Grasset
  • Je voulais en mourant prendre soin de ma gloire, Et dérober au jour une flamme si noire […]. Jean Racine, Phèdre, I, 3, Phèdre
  • Devant une flamme, dès qu'on rêve, ce que l'on perçoit n'est rien au regard de ce qu'on imagine. Gaston Bachelard, La Flamme d'une chandelle, P.U.F.
  • Ce n'est pas le cierge qui fait la flamme, c'est la flamme qui a fait le cierge. Paul Claudel, Positions et propositions, Gallimard
  • Et l'on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens, Mais, dans l'œil du vieillard, on voit de la lumière. Victor Hugo, La Légende des siècles, Booz endormi
  • L'hymen vient après l'amour, comme la fumée après la flamme. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • Notre esprit, une pauvre petite flamme retenue par un corps de suif. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Mardi : Un homme qui a épousé une flamme devient son mardi. De Pef / Dictionnaire des mots tordus
  • C’est la flamme intérieure qui fait les vraies bonnes photos. De Laetitia Casta / 26 février 2015
  • La vie d’un vieillard ressemble à la flamme d’une bougie dans un courant d’air. De Proverbe chinois
  • Le rapport de recherche fournit un examen complet du marché mondial. Les analystes ont identifié les principaux moteurs et contraintes du marché global. Ils ont étudié les jalons historiques atteints par le marché mondial Retardateurs de flamme et les tendances émergentes. Une comparaison des deux a permis aux analystes de tracer une trajectoire potentielle du marché mondial Retardateurs de flamme pour la période de prévision. INFO DU CONTINENT, Retardateurs de flamme Marche 2020 | Connaitre les dernieres analyses d'impact et strategies COVID-19 des principaux acteurs - INFO DU CONTINENT

Images d'illustration du mot « flamme »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « flamme »

Langue Traduction
Anglais flame
Espagnol fuego
Italien fiamma
Allemand flamme
Chinois 火焰
Arabe لهب
Portugais chama
Russe пламя
Japonais 火炎
Basque gar
Corse fiamma
Source : Google Translate API

Synonymes de « flamme »

Source : synonymes de flamme sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « flamme »

Partager