La langue française

Envahir

Sommaire

  • Définitions du mot envahir
  • Étymologie de « envahir »
  • Phonétique de « envahir »
  • Évolution historique de l’usage du mot « envahir »
  • Citations contenant le mot « envahir »
  • Traductions du mot « envahir »
  • Synonymes de « envahir »
  • Antonymes de « envahir »

Définitions du mot envahir

Trésor de la Langue Française informatisé

ENVAHIR, verbe trans.

A.− [Le compl. d'obj. désigne un lieu envisagé comme propriété]
1. Pénétrer par force dans (un lieu) et (l')occuper pour s'en rendre ou en rester maître. (Quasi-)synon. conquérir, s'emparer de, enlever, faire irruption dans, occuper, prendre d'assaut.
a) [L'agent désigne une force armée] Prendre brusquement possession (d'un territoire, d'une propriété), par conquête armée sur le terrain. [La politique russe de Poincaré] a besoin que l'armée russe envahisse la Prusse orientale (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 138).Ces sables stériles ont porté (...) une civilisation riche, au temps où les Arabes envahirent la région (Gracq, Syrtes,1951, p. 11).
Emploi abs. :
1. Il est odieux et inhumain que les nations aient des armées, des conseils de guerre, des canons et des gaz empoisonnés en vue de s'agrandir, de conquérir, d'envahir; mais il est légitime et même heureux que les nations aient des armées, des conseils de guerre, des canons et des gaz empoisonnés en vue de repousser l'agression ou l'insulte. Alain, Propos,1928, p. 758.
b) [L'agent désigne des pers. mues par la violence, la révolte] Pénétrer subitement dans la (propriété d'autrui), généralement par la force du nombre, pour la saccager ou pour s'en rendre maître. Le peuple envahit la mairie et désarma les gardes nationaux (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 155).L'émeute entoure le Louvre, et Anne d'Autriche doit ouvrir ses portes à la populace qui envahit jusqu'à la chambre du petit roi (Brasillach, Corneille,1938, p. 267).Ils [les commissaires suivis de la foule] envahissent la sacristie, entassent les ornements et les vases sacrés dans le tour qu'ils ont arraché, et recouvrent le tout du voile de la grille (Bernanos, Dialog. Carm.,1948, 4etabl., 3, p. 1654).
P. anal. Occuper (un lieu) de manière abusive; imposer sa personne dans (le lieu occupé par autrui). Il [Du Châtelet] (...) pria Madame d'Espard de lui pardonner la liberté qu'il prenait d'envahir sa loge (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 188).Quand la famille n'envahissait pas la chambre, les Goujet venaient tenir compagnie aux Coupeau (Zola, Assommoir,1877, p. 486).
P. ext., rare. Entrer dans. Julot, qui dut courir après la voiture, et l'envahir au vol (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 242).
c) P. anal. [L'agent désigne une multitude animale, un micro-organisme; avec l'idée de présence destructrice] Se répandre, se propager rapidement en faisant des dégâts, en détruisant graduellement. (Quasi-)synon. infester.La terre, dit-il [Paganel], était alors criblée de trous et envahie par des légions de fourmis travailleuses (Verne, Enf. cap. Grant,t. 2, 1868, p. 153).Un organisme sain, et que tout d'un coup les microbes envahiraient (Montherl., Démon bien,1937, p. 1233).
2. Vieilli. S'approprier (un bien) par fraude ou par violence. Il a envahi mon bien, ma terre, mon héritage (Ac. 1798-1878). (Quasi-)synon. s'emparer de, empiéter sur, enlever, usurper.Les seigneurs envahirent, sous le nom de triage, une grande partie des propriétés de leurs vassaux (Robesp., Discours,Pour la restitution des biens communaux, t. 6, 1790, p. 219).
P. anal., mod., COMM. Pour une firme ou une industrie, elle [la concurrence] consiste à envahir le domaine du rival, à lui ravir une clientèle, à s'adjuger une plus grande part relative de l'accroissement d'une demande de l'industrie ou de la demande globale (Perroux, Écon. XXes.,1964, p. 402).
B.− P. ext. [Le compl. d'obj. désigne un lieu envisagé comme entité spatiale; avec l'idée dominante de quantité] Remplir ou couvrir (un lieu, un objet).
1. [L'agent désigne un groupe de pers.; sans idée de violence ou de ruse] Aller en grand nombre dans (un lieu). (Quasi-)synon. affluer, déferler sur, prendre d'assaut, se répandre.Cette poudreuse cohue du dimanche qui envahit hebdomadairement les Champs-Élysées (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 180).Toute la journée, le magasin était envahi par des paysans ou par des cochers des châteaux voisins (Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p. 225):
2. Les treize pensionnaires du « Panier Fleuri » ramassant leurs bas, leurs voiles de couleur, et leurs chemises de fantaisie, envahissaient l'estaminet, où Mélanie, la bonne, elle-même, avait été admise pour le retour de l'enfant prodigue. Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 114.
2. [L'agent désigne une multitude animale; sans idée exprimée de destruction] Se répandre rapidement dans (toutes les parties d'un lieu), recouvrir entièrement (un objet); augmenter subitement en nombre dans (un lieu). (Quasi-)synon. proliférer dans.À de certaines époques climatériques, les sauterelles envahissent l'Égypte (Hugo, Corresp.,1859, p. 310).Il voyait les lignes de tirailleurs jaillir du sol l'une après l'autre, monter lentement avec des zigzags, envahir le terrain comme sans trop savoir où aller, à la manière de fourmis qui envahissent une couverture (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 65):
3. Aussitôt qu'Aharon eut fait le geste, du fleuve, des canaux, des rivières, des marais surgirent des millions de grenouilles; elles couvraient les champs et les chemins, sautaient sur les marches des temples et des palais, envahissaient les sanctuaires et les chambres les plus retirées; et toujours des légions nouvelles succédaient aux premières apparues... Gautier, Le Roman de la momie,1858, p. 330.
3. [L'agent désigne une chose de la nature, animée ou inanimée] Se répandre en grande quantité, souvent excessive, dans (ou sur un lieu, un objet); remplir complètement. (Quasi-)synon. couvrir, déferler sur, recouvrir, remplir, submerger.Les lierres chevelus (...) qui envahissaient à présent toute l'antique demeure, débordaient de cette galerie en ruine jusque sur le toit de la nouvelle hutte (Lamart., Tailleur pierre,1851, p. 412).Des tonnes d'eau envahirent la vallée de la Ruhr, inondant les usines, arrêtant les génératrices et paralysant les transports (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 286):
4. La barque fut happée, traînée obliquement au flot, la coque enfouie dans le tourbillon − prise dans la mer comme un navire dans les glaces, elle suivait par force la débâcle et l'eau l'envahit. Queffélec, Un Recteur de l'île de Sein,1944, p. 131.
P. anal., littér. [L'agent, inanimé, désigne une perception visuelle] Se répandre dans ou sur.
[En parlant d'un phénomène de la nature] Peu à peu, un jour blafard envahit l'appartement, filtrant aux lames des persiennes (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 573).Les ombres envahissaient lentement les fresques de la chapelle (Chateaubr., Mém.,t. 3, 1848, p. 522).Tout autour, une forte clarté envahissait la plaine (Green, Journal,1928-50, p. 255):
5. Le soleil déclinant, que cachait depuis quelques instants un nuage, reparut au ras de l'horizon, presque en face de nous, envahissant d'un luxe frémissant les champs vides et comblant d'une profusion subite l'étroit vallon qui s'ouvrait à nos pieds; puis, disparut. Gide, La Porte étroite,1909, p. 576.
[En parlant d'une expression du visage] Une teinte bleuâtre, comme celle qui envahit la peau de l'épileptique, couvrit son cou, ses joues et ses tempes (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846p. 580).Mais ensuite, ce front de déesse s'altère : l'expression pathétique l'envahit (Valéry, Variété V,1944, p. 195).
4. [L'agent est un inanimé]
a) Occuper (un lieu) entièrement, déborder sur (un autre). Les gratte-ciel ont envahi la Cinquième Avenue à mesure que disparaissaient les résidences (Morand, New-York,1930, p. 124).Loin de prendre fin, le désordre conquit d'autres provinces, envahit des placards et des rayonnages, se prolongea en cris de vieilles serrures et de gonds (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 325).
[Avec un suj. n. de pers.] Envahir qqc. avec qqc.Oscar envahit tout avec ses chevalets, ses cartables, ses boîtes à couleur, ses pinceaux (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 246).
b) Affluer, se répandre dans. Mais la graisse l'envahit [MmeSabatier], ses rondes épaules se plaquent de sang : l'âge refait à la Jordaens cette déesse de Rubens (Goncourt, Journal,1862, p. 1129).Elles [les joueuses de cornemuse] soufflent si fort que le sang envahit leurs joues (Morand, Londres,1933, p. 252).
5. P. anal. [En parlant d'une perception sensorielle ou d'un phénomène perceptible concrètement] Atteindre (dans un lieu) une très grande intensité ou une très forte densité. Cinquante sirènes à la fois envahirent l'air (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 430).Une atmosphère de malheur envahit la salle, aussi nette, et aussi froide, que si on avait soudainement ouvert grand les fenêtres (Montherl., Célibataires,1934, p. 883).Parfois il laissait ce silence envahir la pièce et la saturer jusqu'au fond des angles comme un gaz pesant et irrespirable (Vercors, Silence mer,1942, p. 49).
C.− Au fig.
1. [Le compl. d'obj. désigne un être vivant]
a) [Au physique; l'agent désigne un phénomène affectant l'être vivant] S'étendre, attaquer, atteindre de plus en plus gravement quelqu'un. La maladie m'envahissait de jour en jour (Dumas fils, Dame Cam.,1848, p. 279).À mesure que l'âge m'envahit, la nature me devient plus proche (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 289):
6. Comme le néant nous envahit! À peine nés, la pourriture commence sur vous, de sorte que toute la vie n'est qu'un long combat qu'elle nous livre, et toujours de plus en plus triomphant de sa part jusqu'à la conclusion, la mort. Flaubert, Corresp.,1853, p. 145.
b) [Au moral] S'imposer à quelqu'un, se rendre maître de son esprit, de ses facultés. (Quasi-)synon. gagner.
[L'agent est intérieur]
[En parlant d'un sentiment, d'une idée, etc.] Les passions politiques et les affections du cœur n'avaient pas suffi à l'envahir tout entier (Ozanam, Philos. Dante,1838, p. 72).L'innombrable essaim d'idées fatales qui envahissaient son cerveau (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 579).Si occupé qu'il fût par ses sentiments, Alban fut tout de suite envahi par un intérêt professionnel (Montherl., Bestiaires,1926, p. 495).Une joie folle l'envahit à se sentir si fort (Green, Moïra,1950, p. 29).
[En parlant de la vie intellectuelle] :
7. Les sons se revêtent de couleurs, et les couleurs contiennent une musique. Cela, dira-t-on, n'a rien que de fort naturel, et tout cerveau poétique, dans son état sain et normal, conçoit facilement ces analogies. Mais j'ai déjà averti le lecteur qu'il n'y avait rien de positivement surnaturel dans l'ivresse du haschisch; seulement, ces analogies revêtent alors une vivacité inaccoutumée; elles pénètrent, elles envahissent, elles accablent l'esprit de leur caractère despotique. Baudelaire, Les Paradis artificiels,Le Poème du haschisch, 1860, p. 365.
Rem. On rencontre la constr. rare envahir sur. Le psychologue envahit sur le philosophe (Amiel, Journal, 1866, p. 161).
[L'agent est extérieur; l'obj. désigne la conscience ou le moi en tant que conscience] J'ai eu un instant un épouvantement de la nature, je sentais trop qu'elle m'envahissait (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 409).Le bruit continu et monotone du ruisseau tout près de sa tête l'envahissait peu à peu comme un flux de douceur (Gracq, Argol,1938, p. 124):
8. Selon lui [J.-P. Sartre], lors même que c'est l'émouvant du monde qui envahit la conscience, comme on voit dans l'horrible ou l'admirable, c'est encore la conscience qui prend l'initiative de s'altérer : « La conscience plongée dans ce monde magique y entraîne le corps en tant que le corps est croyance. (...) » Ricœur, Philos. de la volonté,1949, p. 258.
P. anal. [En parlant d'une civilisation] La Grèce et l'Orient, que Rome avait cru asservir, l'avaient elle-même envahie et soumise (Michelet, Introd. Hist. univ.,1831, p. 418).
2. [Le compl. d'obj. désigne un espace conceptuel] S'étendre à (des espaces voisins) ou occuper (un ensemble plus vaste). (Quasi-)synon. gagner, se propager dans.Mais Balzac voit (...) la légende sortir de l'histoire, et, par la vertu populaire du mythe, envahir le domaine politique (Valéry, Variété II,1929, p. 85):
9. ... les mutations qui déterminent des caractères favorables sont retenues, elles se multiplient toujours davantage, elles envahissent l'espèce, qui, par le jeu aveugle du hasard et de la mort, progresse immanquablement en s'adaptant de mieux en mieux aux circonstances. J. Rostand, La Vie et ses problèmes,1939, p. 174.
3. En partic.
a) Occuper une place excessive, abusive.
[En parlant d'un phénomène artistique, pol.] La manie des paradoxes menace d'envahir notre littérature (Jouy, Hermite,t. 1, 1811, p. 269).L'Angleterre défendit sa constitution contre les idées qui l'envahissent aujourd'hui (Chateaubr., Mém.,t. 1, 1848, p. 501).Elle [la doctrine des économiquement faibles] envahit la politique concrète du XXesiècle (Perroux, Écon. XXes.,1964, p. 365).
[En parlant d'un groupe hum.] Quel usage à maintenir, que celui en vertu duquel les ecclésiastiques et les nobles pourraient s'emparer de la chambre du tiers! De bonne foi, se croiraient-ils représentés si le tiers pouvait envahir la députation de leurs ordres? (Sieyès, Tiers-état?1789, p. 40).La puissance publique cesse d'être au service d'un petit nombre d'hommes, de ceux qui envahissent les hautes positions du monde politique, à titre de noblesse (Ozanam, Philos. Dante,1838p. 180).
[Dans un emploi du temps, un programme d'occupations] Mille soins de toute espèce se pressent, je pense, et envahissent chaque journée (Lamennais, Lettres Cottu,1820, p. 75).À vrai dire, d'interminables pétitions aux moindres fonctionnaires du lycée envahissaient déjà ma correspondance; et, depuis, que de luttes pour m'assurer un peu de temps de reste! (Mallarmé, Corresp.,1869, p. 313).
b) Abuser du temps de quelqu'un, s'introduire à son détriment dans son intimité, dans sa vie personnelle. Je mène ici, Madame, une vie en dehors du monde précisément pour ne pas me laisser envahir par le monde (Balzac, Corresp.,1834, p. 472).Si je me laisse envahir, on me prendrait mon temps (Hugo, Corresp.,1852, p. 46).Une grosse femme qui nous envahissait presque tous les dimanches avec son mari et ses deux enfants (Nizan, Conspir.,1938, p. 220).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃vai:ʀ], (j')envahis [ɑ ̃vai]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 envaïr « marcher sur, attaquer » (Roland, éd. J. Bédier, 2062); 2. 1570 « pénétrer de force (dans un territoire) » (V. Carloix, Mémoires de la vie de F. de Scepeaux, I, 16 ds Littré). Du lat. pop. *invadire, issu du lat. class. invadere « pénétrer dans, assaillir, attaquer ». Fréq. abs. littér. : 1 453. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 091, b) 2 103; xxes. : a) 2 904, b) 2 373. Bbg. Bastin (J.). Signes orth. In : Nouv. glanures gramm. Riga, 1907, p. 8.

Wiktionnaire

Verbe

envahir \ɑ̃.va.iʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Occuper par force, avec violence, en parlant des humains.
    • A la suite du terrible massacre des juifs de la péninsule ibérique, en 1391, le Call de Perpignan fut envahi, en 1392, et devint la proie du meurtre et du pillage. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937, p.129)
    • Historiquement, lorsqu'une ethnie envahit le territoire d'une autre ethnie, elle la réduit habituellement en servitude. — (L’insoutenable légèreté du darwinisme, dans Le Québec sceptique, n°60, pp.40-47, été 2006)
    • Avant que la Chine n’envahisse le Tibet en 1950, plusieurs centaines de milliers de moines (et de nonnes) vivaient dans quelque 6000 monastères. — (Louis Dubé, La sagesse du dalaï-lama : Préceptes et pratique du bouddhisme tibétain, dans Le Québec sceptique, n°66, p.5, été 2008)
  2. (Figuré) Prendre beaucoup de place en parlant des choses humaines.
    • Une colère sourde et terrible, qu’il tentait vainement de refréner, l’envahit et le domina. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • La Banque, qui à l’origine s’appelait Banco, est l’un des plus anciens jeux de cartes pratiqués en France, avant d’envahir l’Europe. — (Frans Gerver, Le Guide Marabout de tous les jeux de cartes, Gérard & C°, Verviers, 1966, p. 45)
  3. (Par hyperbole) Occuper en nombre un espace que l'on s’approprie de fait.
    • On pouvait alors déterminer la marche des races dites rouges. Parti des steppes mongoles, un courant humain déferlait en Sibérie, gagnait l’Alaska, envahissait peu à peu l’Amérique du Nord. — (René Thévenin & Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., p. 15)
    • (Figuré) Espèce héliophile, le Genêt à balai envahit les cultures abandonnées et […] les clairières des forêts ainsi que les coupes après l’abatage […] — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 127)
    • En avril 1872, les mouches de la Saint-Marc envahirent Paris et sa région. Elles volaient en abondance et venaient s'abattre sur les passants. L'apparition surprenante en nombre prodigieux de cet insecte fit craindre à certains l'annonce d'un fléau. — (Vincent Albouy, Des insectes en ville, Éditions Quae, 2017, p. 33)
  4. (Par extension) S’installer à une place occupée auparavant par autre chose.
    • Il faut avoir soin de les élaguer convenablement et de détruire le gui parasite qui les envahit fréquemment. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 136)
    • Marcoul reposait de si étrange façon qu’elle courut chercher l’officier de santé au village, mais c’était vain de lui poser des sangsues derrières les oreilles et de lui inciser les lobes : la paralysie avait envahi les deux cotés du corps. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Mais enfin c’était un flot de luthéranisme qui envahissait l’Angleterre consentante. — (Berthe Gavalda, Les Églises en Grande-Bretagne, Que sais-je?, Presses universitaires de France, 1959, p. 7)
    • […], et la pluie se met à tomber en torrents, inondant le camp et envahissant nos tentes, malgré les profondes rigoles que j'ai fait creuser autour. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 154)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENVAHIR. v. tr.
Occuper par force, avec violence. Envahir un État, une province. Son armée eut bientôt envahi leur territoire. Fig., Il se sentait envahi par la tristesse. La politique envahit tout. Par extension, il se dit des Choses. Les eaux avaient envahi ce terrain. Les mauvaises herbes envahissent ce champ.

Littré (1872-1877)

ENVAHIR (an-va-ir) v. a.
  • 1Occuper par force. Son armée eut bientôt envahi leur territoire. Il a envahi mon héritage. La Macédoine, son ancien royaume tenu par ses ancêtres depuis tant de siècles, fut envahie de tous côtés comme une succession vacante, Bossuet, Hist. III, 5.

    Absolument. Lorsque César menace d'envahir, le sénat crie à son tour et n'espère plus qu'en Pompée, Montesquieu, Rom. X.

    Il se dit aussi des animaux. Les sauterelles envahissent des contrées entières. Les rats avaient envahi sa maison.

  • 2Il se dit de l'action de s'emparer du commerce et autres choses comparées à un domaine. Les Hollandais de Curaçao envahissent une grande partie du commerce de la colonie française, Raynal, Hist. phil. XIII, 45.
  • 3Occuper, gagner, en parlant du feu, de l'eau, des plantes, etc. L'eau envahissait rapidement le bâtiment. Tout un quartier était envahi parle feu. Ces plates-bandes sont envahies par les mauvaises herbes.

    Fig. La politique envahit tout, on ne s'occupe que de politique.

HISTORIQUE

XIe s. Tout par seit fel qui nes [soit très félon qui ne les] vait envaïr [attaquer], Ch. de Rol. CLI.

XIIe s. Et par lor grant barnage ert [sera] Sassogne envaïe, Sax. X. Car trop sembleroit estre orguel et desverie D'envaïr son seignor, se ainçois nel desfie, ib. XXXII. Joaz le mestier Deu cum prestres envaï, Encensa cum evesques in domo domini, Th. le mart. 75.

XVIe s. Il fit entreprise avec une grosse armée de invahir le royaume de France, Carloix, I, 16.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « envahir »

Provenç. envazir, envair ; espagn. invadir ; ital. invadere ; du latin invadere, de in, dans, et vadere, aller (voy. je VAIS). Sauf l'italien, les autres langues romanes ont formé leur verbe comme si le latin était invadire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin invadere (« envahir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « envahir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
envahir ɑ̃vair

Évolution historique de l’usage du mot « envahir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « envahir »

  • On ne lutte pas contre l'amour, on se laisse envahir. Avant qu'il ne soit trop tard. Tout de suite. De André Mathieu / Complot
  • Personne ne peut envahir la pensée parce que la pensée c'est l'exil et que chacun a l'exil qu'il désire. De Sylvain Trudel / Le Souffle de l'Harmattan
  • Jouer un rôle, c’est se laisser habiter sans se faire totalement envahir. C’est une manière d’apprivoiser quelqu’un. De Marion Cotillard / Isa - Mars 2007
  • Un bateau est conçu pour aller sur l'eau, mais l'eau ne doit pas y entrer. De la même façon, nous sommes conçus pour vivre dans le monde mais le monde ne doit pas nous envahir. De Sathya Sai Baba
  • Je cherche un être à envahir. De Henri Michaux
  • Quand j’écoute trop Wagner, j’ai envie d’envahir la Pologne. De Woody Allen / Meurtre mystérieux à Manhattan
  • Les Américains veulent envahir car ils n'ont pas d'histoire. De Jean-Luc Godard / Hollywood contre Billancourt
  • Un film peut coûter 30 millions de dollars... Avec autant d’argent j’aurais de quoi envahir un pays ! De Clint Eastwood
  • [VR] La publicité pourrait envahir les expériences en VR de Sony JeuxVideo-Live, La publicité pourrait envahir les expériences en VR de Sony - News @JVL
  • Après l’installation des parapluies multicolores entre Madeleine et Concorde, puis des ballons de l'artiste portugaise Patricia Cunha, c’est au tour des fleurs d’envahir le ciel et de colorer les rues de Paris, pour notre plus grand bonheur ! Le Bonbon, Un magnifique ciel de fleurs va envahir une rue parisienne
  • Une semaine à envahir le métro parisien dans une centaine de stations parmi les plus fréquentées… La ville d'Alès (Gard) a profité d'une offre promotionnelle pour occuper 705 emplacements publicitaires dans les couloirs du métro du 15 au 21 juin. Selon le « Midi Libre » , la ville n'aurait déboursé que 20.000 euros, soit le quart du montant habituel dans cette campagne. Sur une semaine, l'audience est estimée par le métro parisien à 4,9 millions de personnes. Les Echos, La ville d'Alès envahit le métro parisien | Les Echos

Traductions du mot « envahir »

Langue Traduction
Anglais to invade
Espagnol invadir
Italien invadere
Allemand eindringen
Chinois 入侵
Arabe لتغزو
Portugais invadir
Russe вторгаться
Japonais 侵入する
Basque inbaditu
Corse invintà
Source : Google Translate API

Synonymes de « envahir »

Source : synonymes de envahir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « envahir »

Partager