Pénétrer : définition de pénétrer


Pénétrer : définition du Wiktionnaire

Verbe

pénétrer \pe.ne.tʁe\ transitif et intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se pénétrer)

  1. Passer à travers ; entrer fort avant.
    • Les vagues brisent à bord et submergent constamment le pont qui, mal calfaté à New-York, laisse pénétrer l’eau dans la cabine. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Un jour pourtant, il revint tout heureux. Il avait trouvé une entremetteuse qui l’introduirait auprès de sa bien-aimée. Il se déguiserait en femme, et pénétrerait ainsi dans le harem. — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • Il regardait au bas de la falaise la Morava tenter avec peine de faire pénétrer ses eaux vertes dans les flots boueux du Danube. — (Vercors, La marche à l'étoile, éditions de Minuit, 1943, éd. 1946, page 20)
    • De l’œuf sort une larve nageante, le miracidium, qui pénètre dans un mollusque gastéropode d’eau douce. — (Claude Combes, Annie Fournier, Xia Mingyi, Les schistosomes, dans Pour la science, no 116, juin 1987, page 80)
    • La Banque, qui à l’origine s’appelait Banco, est l’un des plus anciens jeux de cartes pratiqués en France, avant d’envahir l’Europe. Comme son nom l’indique, il est d’origine italienne et il pénétra en France sous Charles VIII, à la suite de guerres d’Italie. — (Frans Gerver, Le guide marabout de tous les jeux de cartes, Verviers : Gérard & Co, 1966, page 45)
  2. (Figuré) Découvrir, parvenir à connaître, avoir une profonde connaissance de quelque chose.
    • Tous les esclaves des rois et des reines sont autant d'espions de leurs cœurs. On pénétra bientôt qu'Astarté était tendre, et que Moabdar était jaloux. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, VIII. La jalousie, 1748)
    • Dieu pénètre le fond des cœurs, les pensées les plus secrètes.
  3. Découvrir ses secrètes pensées, ses desseins cachés de quelqu’un.
    • Cet homme a beau feindre, il n’est pas difficile à pénétrer. — Il ne se laisse pas facilement pénétrer.
    • Des éperviers, dorés eux aussi, m’escortaient un bout de chemin, tournaient sur ma tête très haut pour pénétrer mes intentions, et comme j’étais pur de tout dessein, ils m’abandonnaient. — (Colette, Le képi, Fayard, 1943 ; éd. Le Livre de Poche, 1968, page 71)
  4. (Sexualité) Pratiquer un coït sur ; commencer un rapport sexuel avec quelqu'un.
    • Dans les relations sexuelles, l’un doit pénétrer, l’autre se laisser pénétrer, être réceptif. Les sociétés brodent des figures diverses sur le thème : l’homme doit faire ses preuves (rites de passage divers), la femme attendre (ses règles, un mari, des enfants, la ménopause). — (Colette Chiland, Revue française de psychanalyse, 2005 → lire en ligne)
    • Et sa volupté particulière, quand elle appliquait son corps contre le sien et qu’elle se pliait pour qu’il la pénétrât. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 80)
    • Il la pénétrait bestialement, dans une hébétude sensuelle qui n'atteignait à la lucidité qu'à la minute où l'on voit, par une nuit d'été, la fusée d'un feu d'artifice fondre en un riche bouquet d'étoiles pâmées qui retombent au néant. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 58)
    • Ils avaient glissé sur la moquette, elle écartait ses cuisses en détachant ses pieds du sol, il se reculait un peu et la pénétrait tout droit sans la moindre difficulté, ce dont je n’étais plus à m’étonner. — (José Pierre, Qu’est-ce que Thérèse ?, Har/Po, 1985, page 42)
  5. (Figuré) Toucher profondément.
    • Les beautés de la religion le pénètrent, pénètrent son âme.
    • Sa douleur me pénètre le cœur.
    • Silvia.— Je suis pénétrée de vos bontés, mon père. Vous me défendez toute complaisance, et je vous obéirai. — (Marivaux, Le Jeu de l’amour et du hasard, 1730)
  6. (Intransitif) S’emploie comme verbe intransitif dans la plupart de ses acceptions.
    • Ces personnes ont craint, en pénétrant trop avant dans le système de l’homme, de voir disparaître ses plus brillantes attributions. — (Journal de médecine, chirurgie, pharmacie, etc., Vol. 35, 1816, page 376)
    • Dès qu’il fait beau, la moindre brise soulève une fine poussière basaltique qui noircit tous les objets et pénètre dans les habitations les mieux closes. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroé, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris :  éd. Plon & Cie, 1883, page 47)
    • Pénétrer dans la confiance de quelqu’un.
    • Il est difficile de pénétrer dans sa pensée.
    • Je n’ai pas voulu pénétrer dans ces mystères.
    • Pénétré de douleur.
    • Pénétré de l’amour de Dieu, des Vérités de la religion.
    • Je suis pénétré de cette vérité.
  7. (Pronominal) Remplir son esprit, son âme de quelque pensée, de quelque sentiment.
    • Il faut bien vous pénétrer de cette vérité.
    • Se pénétrer du sentiment de ses devoirs.
    • Lorsque la fille de Bordeaux, qui était mariée avec Armingaud le charron, se fut bien pénétrée de ce sentiment qu’ils allaient rester à bâiller là jusqu’à l’heure du déjeuner, elle ne put retenir sa colère. — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 166)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Pénétrer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PÉNÉTRER. v. tr.
Passer à travers; Entrer fort avant. La lumière pénètre le verre, pénètre tous les corps diaphanes. L'huile pénètre les étoffes. L'eau avait pénétré ses habits. Un tel coup pénètre les chairs et va jusqu'à l'os. Ces substances, mêlées ensemble, se pénètrent intimement. Le grand froid pénètre la terre. Il fait un vent sec qui pénètre la poitrine.

PÉNÉTRER s'emploie figurément et signifie Découvrir, parvenir à connaître, avoir une profonde connaissance de quelque chose. Pénétrer le sens caché d'un mot. Pénétrer les ruses, les desseins de quelqu'un. J'ai pénétré sa pensée. Je pénétrerai ce mystère. Pénétrer les secrets de la nature. Dieu pénètre le fond des cœurs, les pensées les plus secrètes. Pénétrer quelqu'un, Découvrir ses secrètes pensées, ses desseins cachés. Cet homme a beau feindre, il n'est pas difficile à pénétrer. Il ne se laisse pas facilement pénétrer.

PÉNÉTRER signifie encore figurément Toucher profondément. Les beautés de la religion le pénètrent, pénètrent son âme. Sa douleur me pénètre le cœur. Il s'emploie comme verbe intransitif dans la plupart de ses acceptions. Le coup pénétra dans les chairs, pénétra jusqu'à l'os. Pénétrer dans les rangs ennemis. Ce voyageur n'a pas pénétré dans l'intérieur du pays. Je n'ai pu pénétrer jusqu'au ministre. Pénétrer dans la confiance de quelqu'un. Il est difficile de pénétrer dans sa pensée. Je n'ai pas voulu pénétrer dans ces mystères.

SE PÉNÉTRER signifie Remplir son esprit, son âme de quelque pensée, de quelque sentiment. Il faut bien vous pénétrer de cette vérité. Se pénétrer du sentiment de ses devoirs. Pénétré de douleur. Pénétré de l'amour de Dieu, des vérités de la religion. Je suis pénétré de cette vérité. Avoir l'air pénétré, Paraître affecté profondément de ce qu'on entend ou de ce qu'on dit soi-même. On dit dans un sens analogue : Il a l'air pénétré de son importance.

Pénétrer : définition du Littré (1872-1877)

PÉNÉTRER (pé-né-tré. La syllabe né prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je pénètre, excepté au futur et au conditionnel : je pénétrerai, je pénétrerais) v. a.
  • 1Passer à travers. Le coup a pénétré les chairs. Le prélat pousse un cri qui pénètre la nue, Boileau, Lutr. V. On leur donna d'autres habits, parce que les leurs étaient appesantis par l'eau qui les avait pénétrés, Fénelon, Tél. VIII. Comme il [un esprit raisonnable] connaît leur portée [des hommes], il n'exige point d'eux qu'ils pénètrent les corps, qu'ils volent dans l'air, qu'ils aient de l'équité, La Bruyère, XI. C'est par cette vapeur que le mercure blanchit et pénètre l'or sans le toucher, comme l'humidité de l'eau répandue dans l'air pénètre les sels, Buffon, Min. t. v, p. 287. Ils en sortent parfumés d'essences ; et ces odeurs se mêlent avec celles dont ils ont soin de pénétrer leurs habits, Barthélemy, Anach. ch. 20.
  • 2Entrer bien avant. Les Sarrasins pénètrent l'empire ; ils occupent la Syrie et la Palestine…, Bossuet, Hist. I, 11. Croirai-je qu'un mortel, avant sa dernière heure, Peut pénétrer des morts la profonde demeure ? Racine, Phèdre, II, 1. [La lune]… en pénétrant les ténèbres profondes, Lamartine, Méd. II, 2.

    Fig. À ce coup, ma prière a pénétré les cieux…, Corneille, Ment. IV, 4. Ainsi est mort le père Bourgoing… il triomphe avec les saints anges, pénétrant Dieu, pénétré de Dieu, admirant la magnificence de sa maison, Bossuet, Bourg.

  • 3 Fig. Percer intellectuellement, en comprenant. Je juge comme vous sur la foi de mes yeux, Et laisse le dedans à pénétrer aux dieux, Corneille, Sertor. III, 2. Elle [la Sagesse] pénètre ce qu'il y a de plus subtil dans les discours, et de plus difficile à démêler dans les paraboles, Sacy, Bible, Sagesse, VIII, 8. Le voile de la nature qui couvre Dieu a été pénétré par plusieurs infidèles, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 2. Elle pénétrait les défauts les plus cachés des ouvrages d'esprit, Fléchier, Mme de Montausier. Vous savez mon secret, j'ai pénétré le vôtre, Racine, Mithr. I, 5. On est prompt à connaître ses plus petits avantages, et lent à pénétrer ses défauts, La Bruyère, XI. Sans me laisser pénétrer si cet homme était de sa connaissance ou non, Rousseau, Confess. X.

    Pénétrer quelqu'un, découvrir ses secrètes pensées. Elle [Mme de Montespan] ne se doute pas que je l'ai pénétrée, et elle m'en aime davantage, Maintenon, Lett. à M. d'Audicour, t. I, p. 57, dans POUGENS. À son âge on est franc, facile à pénétrer, Collin D'Harleville, Optimiste, II, 2.

    Absolument. Les Anglais pensent profondément ; …Vos gens à pénétrer l'emportent sur les autres, La Fontaine, Fabl. XII, 23. Plus on crut pénétrer, moins on fut éclairci, Boileau, Sat. XI.

    Se laisser pénétrer, laisser apercevoir ses secrètes pensées. Je me laissai pénétrer plus que je n'avais accoutumé à Arnaud et à Viole, Retz, Mém. t. II, liv. III, p. 257, dans POUGENS.

  • 4 Fig. Percer le cœur de quelque émotion. Je n'en ai reçu que trois de ces aimables lettres qui me pénètrent le cœur, Sévigné, 11 fév. 1671. Un accident si étrange [la mort de Madame] qui devrait nous pénétrer jusqu'au fond de l'âme, Bossuet, Duch. d'Orl. Sa voix douce pénétrait le cœur du jeune fils d'Ulysse, Fénelon, Tél. XXIII. Mon enlèvement l'avait pénétré de douleur et d'inquiétude, Marivaux, Marianne, 7e part.

    Absolument. L'un [Corneille] élève, étonne, maîtrise, instruit ; l'autre [Racine] plaît, remue, touche, pénètre, La Bruyère, I.

    Pénétrer d'une chose, en emplir l'âme, l'esprit. Je converse avec lui [Dieu], je pénètre toutes mes facultés de sa divine essence ; je m'attendris à ses bienfaits, je le bénis de ses dons, Rousseau, Ém. IV. Les jeunes botanistes accoururent en foule chercher des instructions auprès de M. de Linné ; il les pénétra de son zèle, et bientôt la terre entière fut couverte de ses disciples, Condorcet, Linné.

  • 5 V. n. Aller bien avant, arriver jusqu'à. Il [Dieu] est plus élevé que le ciel, comment y atteindrez-vous ? il est plus profond que l'enfer, comment pénétrerez-vous jusqu'à lui ? Sacy, Bible, Job, II, 8. Et de là pénétrant jusqu'au pied du Caucase…, Racine, Mithr. II, 3. Valérien ayant été pris par les Perses, et Gallien son fils négligeant les affaires, les barbares pénétrèrent partout, Montesquieu, Rom. 16. C'est sous ce dernier empereur de la race chinoise [Hoaitsang] que les jésuites avaient enfin pénétré dans la cour de Pékin, Voltaire, Mœurs, 195. Il est à croire que, quand on aura pénétré dans ce monde austral, on connaîtra encore plus la variété de la nature ; tout agrandira la sphère de nos idées, et diminuera celle de nos préjugés, Voltaire, Mœurs, 143. Philippe avait passé les Thermopyles et pénétré dans la Phocide, Barthélemy, Anach. ch. 82.

    Fig. Ces paroles ont pénétré jusqu'au fond de mon cœur, Fénelon, Tél. III. Les étrangers venaient en foule admirer la cour de Louis XIV ; son nom pénétrait chez tous les peuples du monde, Voltaire, Louis XIV, 14. J'approche d'un séjour où les injustices des hommes ne pénètrent pas, Rousseau, Lett. à Mme BeauChateau, Corresp. t. VII, p. 152, dans POUGENS.

  • 6 Fig. Entrer avant par l'intelligence, par les recherches. Si vos yeux pénétrant jusqu'aux choses futures…, Malherbe, I, 4. Que tu pénètres mal dans le fond de mon âme ! Corneille, Othon, IV, 6. Une honnête femme se devait contenter du mari que les dieux lui avaient donné, de quelque façon qu'il fût fait, et ne pas pénétrer plus avant qu'il ne plaisait à ce mari qu'elle pénétrât ? La Fontaine, Psyché, II, p. 149. Je pénétrai par là dans leur dessein, Pascal, Prov. I. Cet esprit vif et perçant qui pénétrait avec tant de facilité dans les plus secrets intérêts, Bossuet, Duch. d'Orl. Ton père… Ne me permit jamais de pénétrer plus loin [d'en apprendre davantage], Racine, Iphig. II, 1. Comme il voulait pénétrer dans toutes les conditions humaines, il se fit mener chez un ministre, Voltaire, Babouc.
  • 7Se pénétrer, v. réfl. Entrer l'un dans l'autre. Il n'est pas même prouvé que les rayons du feu élémentaire ne se pénètrent pas les uns les autres, Voltaire, Phil. Newt. II, 11.
  • 8Faire pénétrer en soi. Cet excellent vieillard que vous voyez sur cette pierre se pénétrant des premiers rayons du soleil et cherchant à se ranimer par les douces influences de l'aurore et du printemps, Saint-Lambert, Sara Th.... dans POUGENS.

    Fig. Laissez-vous pénétrer des saintes maximes des Pères, Bossuet, Lett. Corn. 82. Celui qui se pénètre vivement du beau, du touchant, du sublime, n'est pas loin de l'exprimer, Marmontel, Œuv. t. VI, p. 249.

    PROVERBE

    Courte prière pénètre les cieux, c'est-à-dire ce n'est pas la longueur, mais la ferveur qui rend les prières efficaces.

REMARQUE

1. Domergue a prétendu qu'il y avait une faute dans ces vers de J. B. Rousseau : Seigneur, dans ton temple adorable Quel mortel est digne d'entrer ? Qui pourra, grand Dieu, pénétrer Ton sanctuaire impénétrable ? Suivant lui, pénétrer avec un régime direct signifie entrer bien avant ; et pour signifier entrer avec quelque difficulté, il faut employer pénétrer dans. Cette remarque est trop subtile ; entrer avant et pénétrer dans se confondent sensiblement dans pénétrer l'empire de Bossuet, pénétrer les demeures de Racine, et pénétrer les cieux de Corneille.

2. Mme de Sévigné a conjugué pénétrer, v. n. avec le verbe être : Mettre huit gouttes [d'un baume]… et le frotter jusqu'à ce qu'il soit pénétré à loisir, Sévigné, 5 nov. 1684. Cela n'est pas usité, on le conjugue avec le verbe avoir.

HISTORIQUE

XIVe s. Toutes plaies qui penetrent duc [jusqu'] à la concavité du pis, H. de Mondeville, f° 35. Aucuns petis pertuis, penetrans par la partie desous [la partie inférieure du crâne] vers le palais et la bouche, H. de Mondeville, f° 13, verso.

XVIe s. La lune, penetrant à travers les nues, leur esclaira jusques à ce que…, Amyot, Aratus, 25. Celuy qui la sçait penetrer [comprendre la poésie], Montaigne, I, 266.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PÉNÉTRER. Ajoutez :
9Se pénétrer, exercer la pénétration sur soi-même, prendre intelligence de soi-même. Plus la nuit jalouse redouble, Plus nos yeux tâchent de s'ouvrir ; D'une ignorance curieuse Notre âme, esclave ambitieuse, Cherche encore à se pénétrer, Lamotte, Odes, l'homme.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Pénétrer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PÉNÉTRER, v. act. (Gramm.) terme relatif à l’action d’un corps qui s’insinue avec peine dans l’intérieur d’un autre. On dit l’humidité pénétre tout ; c’est une forêt toufue au fond de laquelle il est difficile de pénétrer. On ne pénétre point dans ces contrées sans péril ; il est pénétré de cette vérité, il est pénétré de douleur ; il a pénétré dans les ténébres de la Philosophie platonicienne. Il ne faut pas qu’un ministre se laisse facilement pénétrer, d’où l’on voit qu’il se prend au simple & au figuré.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Pénétrer : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « pénétrer » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « pénétrer »

Étymologie de pénétrer - Littré

Prov. et espagn. penetrar ; ital. penetrare ; du lat. penetrare, qui tient à penitus, intérieurement (voy. PÉNATES).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de pénétrer - Wiktionnaire

(1314) Du latin penetrare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pénétrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pénétrer penetre play_arrow

Conjugaison du verbe « pénétrer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe pénétrer

Citations contenant le mot « pénétrer »

  • Cette nuit-là, les militaires procédaient au contrôle d’un groupe de migrants qui tentaient de pénétrer dans un camion. La vingtaine d’individus aurait alors « sauté » sur les forces de l’ordre, selon ces dernières. Les gendarmes auraient ensuite tenté de disperser le groupe à l’aide de lanceurs de balles de défense (LBD) et de gaz lacrymogènes.  Valeurs actuelles, Ouistreham : deux gendarmes blessés lors d'un contrôle de migrants | Valeurs actuelles
  • Autrefois, lors des marées à fort coefficient, la mer pouvait pénétrer profondément à l’intérieur des terres dans l’estuaire de la rivière Kérallé, qui se jette dans la baie du Kernic et délimite les communes de Plouescat et Plounévez-Lochrist. Les constructions de la digue de Pont-Christ en 1829, puis de la digue Michel en 1849 ont permis d’assécher 130 ha pour l’exploitation agricole dans les vallées du Kérallé et de Pont Pouloudou. Le Telegramme, À Pont-Christ, la mer entre dans la rivière Kérallé et détruit la végétation - Plouescat - Le Télégramme
  • Pour pénétrer dans le coeur d'un homme, il faut passer sur le ventre de sa femme. De Edward Albee / Qui a peur de Virginia Woolf ?
  • On est prompt à connaître ses plus petits avantages et lent à pénétrer ses défauts. De Jean de La Bruyère
  • Le tact est après tout une sorte de faculté à pénétrer la pensée des autres. De Sarah Orne Jewett
  • Il ne faut pas essayer de pénétrer dans le sanctuaire. De Proverbe français
  • Pénétrer un cul, c’est pénétrer dans un passage qui n’a pas de fin. De Toni Bentley / Ma reddition
  • Pénètre dans l'âme qui dirige chacun et laisse tout autre pénétrer dans ton âme à toi. De Marc-Aurèle

Images d'illustration du mot « pénétrer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pénétrer »

Langue Traduction
Corse entre
Basque sartzen
Japonais 入る
Russe войти
Portugais entrar
Arabe أدخل
Chinois 输入
Allemand eingeben
Italien accedere
Espagnol entrar
Anglais enter
Source : Google Translate API

Synonymes de « pénétrer »

Source : synonymes de pénétrer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pénétrer »


Mots similaires