La langue française

Pulluler

Définitions du mot « pulluler »

Trésor de la Langue Française informatisé

PULLULER, verbe intrans.

A. − [Le suj. (plur., coll. ou générique) désigne ce qui pullule]
1. Être en grand nombre ou se multiplier en abondance, rapidement (dans un espace donné) et de manière non contrôlée. Synon. abonder, foisonner, fourmiller, grouiller.
a) [Avec un compl. locatif indiquant un espace délimité]
α) [Le compl. locatif est introd. par dans] Qqc.1pullule dans qqc.2
[Le suj. est plur.] Les insectes pullulent dans l'herbe. Les marmots pullulaient dans leurs jambes (Huysmans,Sœurs Vatard, 1879, p. 89).La subdivision de Grimari est fertile, giboyeuse et accidentée. Les bœufs sauvages et les phacochères y pullulent, ainsi que les pintades, les perdrix et les tourterelles (Maran,Batouala, 1921, p. 17).Les cas d'aérophagie pullulent dans l'arrondissement (Giraudoux,Intermezzo, 1933, i, 6, p. 66).Le temps de fermer les yeux, de les ouvrir, les étoiles pullulent dans la nuit liquide (Camus,Été, 1954, p. 176).
[Le suj. est un coll.] Tout à coup une multitude de rats, pullulant dans la grande brûlée comme les vers dans les ulcères d'Assuérus (...) inondèrent les rues (Hugo,Rhin, 1842, p. 176).
[Le suj. est générique] Dans les régions où pullule le hideux sphinx tête-de-mort (...) elles construisent à l'entrée de leurs ruches des colonnettes de cire entre lesquelles le pilleur nocturne ne peut introduire son énorme abdomen (Maeterl.,Vie abeilles, 1901, p. 82).
β) [Le compl. locatif est un adv.] Ce n'est pas non plus une ville où foisonnent exclusivement les hypocrites, qui pullulent non moins ailleurs (Bloy,Journal, 1895, p. 167).
γ) Qqc.1pullule à qqc.2Quand elle [la duchesse] l'eût voulu, elle n'eût pas pu ne jamais blesser aucun des sots qui pullulaient à cette cour (Stendhal,Chartreuse, 1839, p. 119).Les chèvres sauvages pullulaient à l'intérieur de l'île, et les animaux marins abondaient sur ses côtes (Verne,Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p. 239).
δ) Qqc.1pullule entre qqc.2Quant aux oiseaux, ils pullulaient entre ces ramures un peu maigres des eucalyptus et des casuarinas (Verne,Île myst., 1874, p. 108).
ε) En partic. Qqc.1pullule autour de qqc.2Ce sont les abattoirs. Autour vivent et pullulent des chiens hargneux, fauves et pelés (Du Camp,Nil, 1854, p. 46).En lui commençait l'espèce des abbés d'alcôve qui devait bientôt pulluler autour des femmes de condition (A. France,Vie littér., 1892, p. 329).
ζ) Qqc.1pullule sur qqc.2Dans les vergers, les fruits pullulaient sur les branches (Rolland,J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 319).Je ne parle pas de l'herbe qui pullule sur une terre remuée (Pesquidoux,Livre raison, 1928, p. 32):
1. Sur la côte pullulaient par milliers ces précieuses salanganes, dont les nids comestibles forment un mets recherché dans le Céleste Empire. Verne,Tour monde, 1873, p. 84.
b) [Sans compl. locatif indiquant un espace délimité] Qqc.1pullule
[Le suj. est plur.] Les couvents pullulèrent à partir du XVIIesiècle (Renan,Souv. enf., 1883, p. 4).Les articles découvrant « le génie » de Cézanne pullulèrent [après la mort de l'artiste]; renchérissant sans cesse jusqu'aux éloges les plus démesurés (Mauclair,Maîtres impressionn., 1923, p. 223).Des enfants exsangues pullulaient chétivement et jouaient à la marelle devant la boulangerie (Arnoux,Paris, 1939, p. 71).V. alphonse ex. 2.
[Le suj. est un coll.] Au-dessous des œuvres magistrales [vers 1830], l'imagerie populaire pullulait, directe, violente, rapide comme l'actualité (Hourticq,Hist. art, Fr., 1914, p. 353).
[Le suj. est générique] Pendant que l'insurrection pullule, la contrebande foisonne (Proudhon,Révol. soc., 1852, p. 150).Ce genre d'ouvrages pullulait à l'époque (Léautaud,Journal littér., 4, 1924, p. 273).
2. En partic. Se reproduire, procréer en grand nombre, rapidement et de manière non contrôlée. Synon. foisonner, proliférer; anton. s'éteindre, disparaître.
a) [Le suj. est plur.] Là, les générations pullulaient sans famille certaine, chacun ignorant qui était son père (Michelet,Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 179).Ils naissaient, ils mouraient, attachés à ce coin de terre, pullulant sur leur fumier (Zola,Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1231).Si on les laisse, elles deviennent énormes; elles pullulent, font colonie (Gide,Retour Tchad, 1928, p. 1008):
2. ... des myriades d'animalcules (...) se dévorent mutuellement, pullulent tant qu'ils trouvent quelque chose à dévorer... Cabanis,Rapp. phys. et mor., t. 2, 1808, p. 254.
P. métaph. Son orgueil, ce vice radical d'où pullulaient tous les autres vices du duc, devenait (...) plus insolent qu'auparavant (Bourges,Crépusc. dieux, 1884, p. 267).
b) [Le suj. est un coll.] Là-bas, au fond de quelque région lointaine de la Libye, leur race [des oiseaux] avait pullulé dans des amours exubérantes (Loti,Pêch. Isl., 1886, p. 120).Cette multitude (...) pond et pullule plus que coutume, devient vraiment intarissable (Pesquidoux,Chez nous, 1923, p. 50).
c) [Le suj. a un sens générique] On sent que les bains de mer sont je ne sais quel lieu honnête et dégoûtant de reproductivité, un endroit où on mène sa femme pulluler (Goncourt,Journal, 1864, p. 64).Le christianisme, loin d'être arrêté par le lugubre caprice de Néron, pullula plus vigoureusement que jamais (Renan,Antéchrist, 1873, p. 205).
B. − [Le suj. désigne un lieu] Être un endroit où quelque chose existe en grand nombre ou se multiplie en abondance, rapidement et de manière non contrôlée. Synon. abonder, foisonner, fourmiller, grouiller.
1. Qqc.2pullule de qqc.1[Le compl. introd. par de est plur.]Ce pays pullule d'honnêtes gens: c'est à ne pas s'y reconnaître, quand on vient de Paris (Villiers de L'I.-A.,Corresp., 1859, p. 36).L'argot pullule de mots de ce genre (Hugo,Misér., t. 2, 1862, p. 197):
3. Si Epperson House était en Écosse, la maison passerait pour hantée. Le soir, toutes lumières éteintes, elle pullule de revenants. Maurois,Journal, 1946, p. 57.
2. Rare. Qqc.2pullule qqc.1C'est pourquoi c'est la saison des amours dans la vermine que cette mare a pullulée non moins que le trou du ciel ses dieux! (Claudel,Ville, 1893, ii, p. 345).
REM.
Pullulence, subst. fém.,hapax. Fait de se multiplier, de se reproduire en grand nombre et hors de tout contrôle. Synon. pullulation.Le centre, jadis brillant et luxueux, de Paris, s'est gâté de proche en proche (...) par la pullulence des putains et de leurs protecteurs et exploiteurs (L. Daudet,Brév. journ., 1936, p. 95).
Prononc. et Orth.: [pylyle], (il) pullule [-lyl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1350 fig. « se répandre avec profusion, gagner de nombreux adeptes » (Gilles Le Muisit, Poésies, I, 113 ds T.-L.: S'il voient pulluler heresïes...); 2. a) 1remoit. xves. « se reproduire (en parlant de rameaux d'arbres) » (Pierre de Nesson, Paraphrase des IX leçons de Job, éd. A. Piaget et E. Droz, p. 100); b) 1778 en parlant d'animaux (Buffon, Hist. nat., t. 7, p. 281). Empr. au lat.pullulare « avoir des rejetons, pulluler (de plantes ou d'animaux) », au fig. « se répandre » (de pullulus « tout petit animal; toute jeune pousse », dimin. de pullus « tout petit » et pris subst. « petit d'un animal »). Fréq. abs. littér.: 207. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 163, b) 475; xxes.: a) 381, b) 254. Bbg. Boons (J.P.). Remarks on the principles and the goals of the syntactic tables of lexical elements. SMIL. 1978, n o3/4, p. 12. − Notes de lexicogr. critique. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1985, t. 23, n o1, p. 28.

Wiktionnaire

Verbe

pulluler \py.ly.le\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Se multiplier abondamment, en peu de temps ; grouiller.
    • La position de ce lac, au milieu des territoires de chasse, sur lesquels pullulaient autrefois les animaux à fourrures, attira, dès les premiers temps, l'attention de la Compagnie. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Dans l'ordre des Chéloniens, nous trouvons des tortues d’eau douce, qui pullulent dans tous les ruisseaux et dans tous les étangs, et des tortues de terre, également très répandues: […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 227)
    • Ce Charançon pullule principalement dans les zones de culture de la Betterave, il hiverne dans les betteravières de l'année précédente et émigre au printemps, dès sa sortie, vers les nouvelles plantations consécutives à l’assolement. — (Entomologie appliquée à l'agriculture, tome 1 : Coléoptères, publié sous la direction de A. S. Balachowsky & Alfred Serge, éditions Masson, 1963, p. 959)
    • Vous conviendrez qu'une maison sans chat, c'est comme un curé sans sa soutane ou un Basque sans son béret : inconcevable! Les souris, ces amies de l'homme, risquent de pulluler. — (Jacques Mallouet, Le pays de l’écir: dans les monts du Cantal, Éditions Payot & Rivages, 1995, p. 31)
  2. (Figuré) Se répandre rapidement ; abonder.
    • Sous la rampe, à son départ, il y a un rabicoin, comme disent les berrichons. Mais il est ouvert et ça pullule de vieilles pièces dégueues laissées là à l'intention des archéologues du futur, […]. — (Marc Balanger, Pièces détachées, Éditions Le Manuscrit, 2006, p.128)
    • Les messies pullulaient en Galilée. Il ne se passait pas six mois sans qu'il en apparaisse. — (Eric-Emmanuel Schmitt, L'Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000. Prologue)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PULLULER. v. intr.
Se multiplier abondamment, en peu de temps. Les chenilles ont beaucoup pullulé cette année. Le chiendent pullule. Il se dit figurément des Opinions, des écrits qui se répandent rapidement, qui abondent. En peu de temps, les écrits séditieux pullulèrent. Les mauvais romans, les mauvaises comédies pullulent.

Littré (1872-1877)

PULLULER (pul-lu-lé) v. n.

Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

  • 1Multiplier en abondance et en peu de temps. Les alouettes font leur nid Dans les blés quand ils sont en herbe, C'est-à-dire environ le temps Que tout aime et que tout pullule dans le monde, La Fontaine, Fabl. IV, 22. Déjà de tous côtés naît, pullule et fourmille Des insectes, des vers l'innombrable famille, Delille, Par. perdu, VII. Le rat pullule beaucoup, le mulot pullule encore davantage, Buffon, Quadrup. t. II, p. 296.
  • 2 Fig. Se dit des opinions, des écrits dangereux qui se répandent facilement et avec rapidité. Je conviens que Socrate n'a songé qu'à relever les vices des philosophes de son temps ; mais je ne sais qu'en conclure sinon que, dès ce temps-là, les vices pullulaient avec les philosophes, Rousseau, Rép. au roi de Pol. L'ambition d'être chef de secte se fit entendre ; les hérésies pullulèrent de toutes parts, Rousseau, ib. Toutes les prohibitions… n'empêchent pas les pamphlets les plus misérables de pulluler en aussi grande abondance que jamais, Bachaumont, Mém. secrets, t. XXXVI, p. 258. L'hérésie de Pelagius commençait à pulluler, Ch. Ancillon, Mél. de litt. t. I, p. 311, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIVe s. Metaux n'ont vie nullement, Ne nourreture aucunement, Pour pululer et augmenter, Nat. à l'alch. err. 104.

XVIe s. Parquoy s'ensuyt qu'en toute clarité Son nom reluyt et sa vertu pullule [s'accroît, grandit], Marot, J. V, 296. Icy mille forfaicts pullulent à foison, Du Bellay, J. VI, 33, verso. Il se pleind que de son temps pullule une doctrine qui contient les anciennes heresies, Sleidan, p. 27.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PULLULER, v. n. (Jardinage.) signifie donner des rejettons en pié ; nos meres ont bien pullulé dans nos pepinieres.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pulluler »

Lat. pullulare, de pullulus, rejeton et aussi petit enfant, diminutif de pullus (voy. POULE, POULET).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin pullulare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pulluler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pulluler pylyle

Citations contenant le mot « pulluler »

  • L'argent est le meilleur bouillon de culture où puissent pulluler la mauvaise foi, la muflerie et la prostitution. De Francis Picabia / Ecrits
  • Apple lèvera bientôt le voile sur l’iPhone 12. Des fuites sur ce futur fleuron de la marque à la pomme commencent à pulluler sur internet. Linfo.re, iPhone 12: quelques informations sur ce futur flagship d’Apple - LINFO.re - Magazine, High-Tech
  • DÉCRYPTAGE - Dans une campagne où les fausses informations vont pulluler et face à des chaînes d’information qui se positionnent sur l’opinion, le service public devra être à la hauteur. Le Figaro.fr, Présidence de France Télévisions: un mandat de 600 jours
  • Les yeux bien fermés, elles ont laissé pulluler les évictions et les Airbnb, ces mines d’or pour proprios entrepreneurs. Résultat : le « parc » de logements de qualité a fondu comme neige au soleil. Le Journal de Montréal, Montréal, ville fantôme | Le Journal de Montréal
  • L’expression "cohérence cardiaque" vous est familière ? C’est normal, ces derniers temps on la voit pulluler partout. Mais au-delà d’une tendance, la cohérence cardiaque est surtout une pratique recommandée par la Fédération Française de cardiologie qui serait bénéfique pour notre corps et pour notre esprit.  Marie Claire, Les bienfaits de la cohérence cardiaque - Marie Claire
  • Donc il faut les laisser pulluler selon toi? ... la notion de "nuisibles" ne doit pas faire parti de ton vocabulaire, c'est sur que pour un citadin comprendre ça ne doit pas être facile, quand on a jamais planté une carotte de sa vie ni élevé des poules ni jamais vu un parasite de sa vie si ce n'est à la télé! Ce qui etonant c'est qu'une nichée d'oiseaux massacrée par le prédateur par contre ne vous émeut pas le moins du monde! ladepeche.fr, Pas de secrétaire d'Etat à la condition animale : une "honte" pour les associations - ladepeche.fr
  • Non, le virus ne s’endort pas au soleil. Non, il ne réserve pas ses sévices à une infime minorité de la population. Et non, un confinement total de deux mois ne le met pas au tapis. C’est à cette triste réalité que, très nombreux, nous n’avons pas voulu croire. Après l’isolement, l’école à distance, le télétravail, l’épuisement des soignants, les images de tant de souffrances, après la peur diffuse que cette vie plus grise devienne la nôtre à jamais, beaucoup ont vécu les courbes enfin inversées comme un signe de Libération. On les voyait pulluler, les sans-masque, on les voyait danser, les fêtards, on les voyait agglutinés ces groupes d’amis en sueur déjouant des contrôles policiers devenus eux-mêmes plus relâchés. Le Soir Plus, Reconfinement: ne laissons pas gagner la bêtise humaine - Le Soir Plus

Images d'illustration du mot « pulluler »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pulluler »

Langue Traduction
Anglais swarm
Espagnol enjambre
Italien sciame
Allemand schwarm
Chinois 一群
Arabe سرب
Portugais enxame
Russe рой
Japonais 群れ
Basque swarm
Corse sciaccia
Source : Google Translate API

Synonymes de « pulluler »

Source : synonymes de pulluler sur lebonsynonyme.fr

Pulluler

Retour au sommaire ➦

Partager