La langue française

Échec

Sommaire

  • Définitions du mot échec
  • Étymologie de « échec »
  • Phonétique de « échec »
  • Évolution historique de l’usage du mot « échec »
  • Citations contenant le mot « échec »
  • Images d'illustration du mot « échec »
  • Vidéos relatives au mot « échec »
  • Traductions du mot « échec »
  • Synonymes de « échec »
  • Antonymes de « échec »

Définitions du mot échec

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCHEC1, subst. masc.

JEUX
A.− Au plur. Jeu dans lequel deux adversaires déplacent sur un tableau de 64 cases, deux séries de 16 pièces :
1. ... c'est en poussant tes pièces d'échecs dans le sérieux des conventions du jeu d'échecs, c'est en rougissant de colère si ton adversaire triche avec la règle, que tu prépares en toi l'illumination du vainqueur d'échecs. Saint-Exupéry, Citadelle,1944, p. 937.
P. compar. :
2. Le jeu était commencé entre des passagers inconnus sur ce pont comme sur une table d'échecs, chacun avançant, suivant la convention imposée par la mer, à petits pas, comme un simple pion, ou par bond comme la reine, ou de biais comme le cheval. Pions aimantés, Nenetza et moi nous courions l'une vers l'autre et nous heurtions à nous faire mal. Giraudoux, Suzanne et le Pacifique,1921, p. 49.
B.− Au sing.
1. Échec! ou échec au roi! Interjection par laquelle un joueur avertit l'adversaire qu'il met en danger son roi. Cf. Maurois, Silences Bramble, 1918, p. 20.
2. Emploi subst. ou adj.
a) Emploi subst. Coup par lequel on met en danger le roi de l'adversaire; situation dans laquelle se trouve ce roi. Faire échec au roi :
3. J'étudie un coup avec lequel je compte étonner Martial dans notre partie de ce soir. C'est une excellente école de révolution que ce jeu des pousseurs de bois. De quoi s'agit-il? De faire l'adversaire échec et mat. Imagine-toi ce que j'ai trouvé dans le dictionnaire. Qu'échec et mat signifient en persan : Le Roi est mort! Le Roi, c'est-à-dire la pièce maîtresse. (...) Quel étonnant psychologue, d'ailleurs, que ce Palamède, fils de Nauplius, roi d'Eubée, s'il est vraiment l'inventeur des échecs! Il a placé le Fou à côté du Roi, signifiant par là que les possesseurs de l'autorité sont toujours entourés des conseillers les moins raisonnables... Bourget, Nos actes nous suivent,1926, p. 147.
b) Loc. adj. Être échec et mat. Perdre.
C.− P. anal. ou p. métaph., domaines milit., pol., etc.L'Histoire, c'est un jeu d'échec entre le mal et le bien, entre le Diable et Dieu. Elle n'aboutit jamais et recommence toujours, parce que le Diable est mauvais joueur et fait sauter le jeu d'échecs toutes les fois qu'il va perdre (Goncourt, Journal,1857, p. 393):
4. Les politiques de ces dernières années jouaient une partie d'échecs et ne faisaient attention qu'à leur échiquier; mais la table sur laquelle posait cet échiquier, ils n'y songeaient pas. Or cette table était une table vivante, le dos du peuple qui s'est mis à remuer, et en un clin d'œil au diable l'échiquier et les pions! Sainte-Beuve, Les Cahiers,1869, p. 85.
Prononc. et Orth. : [eʃ εk]. Enq. : /eʃek/. Actuellement le plur. des 2 accept. (jeu et revers, dommage) se prononce avec [k] final. Mais anciennement le c final était amuï, au plur. pour le terme de jeu. Des [eʃ ε] cf. Fér. 1768, Land. 1834, Gattel 1841, Fél. 1851, Littré. Ds Barbeau-Rodhe 1930, on considère encore cette prononc. du plur. comme la meilleure. Rosset. cité par Buben 1935, § 194 indique que ,,les joueurs prononcent [eʃ ε], les profanes [eʃ εk]``. DG considère, déjà, la prononc. [eʃ ε] comme vieillie. Cf. aussi Mart. Comment prononce 1913, p. 213 : ,,La suppression du c est tout-à-fait surannée, le pluriel, s'étant à la fin, là aussi, assimilé au singulier``. Cf. également Rouss.-Lacl. 1927, p. 172 et Fouché Prononc. 1959, p. 421. Nyrop Phonét. 1951, § 189 souligne, cependant, qu'il y a encore hésitation et Ac. note la prononc. [eʃ ε] pour échecs jusqu'en 1932. Étymol. et Hist. Cf. échec2.

ÉCHEC2, subst. masc.

[À propos d'une activité hum.] Résultat négatif, et généralement d'une certaine gravité, d'une entreprise. Les amis de François (...) songeaient (...) à l'échec amoureux qu'ils venaient de subir (Druon, Gdes fam.,t. 2, 1948, p. 118).Ils aiment mieux se persuader que leur défaite est irrémédiable (...) « C'est toujours consolant si tu peux penser que ton échec est celui de l'espèce entière » (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 262).
Spéc., PSYCH., PSYCHOL. Névrose d'échec :
... il y a plus qu'un simple recul ou qu'un simple accrochage dans la conduite d'échecs, (...) le sujet éprouvé par un échec cuisant ou par des échecs répétés fusionne les causes de ses échecs et les projette dans la croyance plus ou moins précise à une force justicière qui, par l'échec, le punit de quelque faute (souvent d'ordre sexuel) dont il est travaillé dans un remords obscur. Ce complexe d'auto-accusation se développe en complexe d'auto-punition qui provoque de nouveaux échecs. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 453.
SYNT. Échec affectif, complet, définitif, double, électoral, final, grave, moindre; échecs politiques, successifs; grand, petit, premier, rude échec; échec à l'académie; causes d'échec; expliquer, réparer, un/l'échec.
Loc. En cas d'échec, d'échec en échec, échec sur échec, échec pour échec; aller au devant d'un échec, courir à un échec, être en échec, faire échec à qqn/aux projets de qqn, mettre/tenir qqn en échec, vouer à l'échec.
Prononc. et Orth. Cf. échec. Étymol. et Hist. A. Plur. 1. ca 1100 « jeu » (Roland, éd. J. Bédier, 112 : As tables juent [...] E as eschecs); 2. 1174-80 « pièces du jeu » (Chr. de Troyes, Perceval, éd. W. Roach, 5896 : Lors versa les eschés a terre). B. Sing. 1. ca 1170 eschec « situation du roi ou de la reine menacés de prise » (Floire et Blancheflor, éd. M. M. Pelan, 2011); 2. ca 1223 fig. « embarras, obstacle; insuccès » (G. de Coinci, Miracles de Notre-Dame, éd. V. F. Kœnig, 1 Mir 10, 1505). Altération de eschac (cf. plur. eschas ca 1165, Chr. de Troyes, G. d'Angleterre, éd. W. Foerster, 2461 ds T.-L. et le lat. médiév. scacus « pièce du jeu d'échec » xies. ds Nierm.) désignant à l'origine l'interjection d'un des joueurs avertissant son partenaire que son roi est menacé. Empr. au persanšāh « roi », par l'intermédiaire de l'ar. (FEW t. 19, pp. 166-170). Le c final de échec est peut-être dû à un croisement de ce mot avec l'a. fr. eschec « butin » (ca 1100, Roland, éd. J. Bédier, 99) issu de l'a. b. frq. *skāk (FEW t. 17, p. 75).
STAT. − Échec1 et 2. Fréq. abs. littér. : 1 646. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 001, b) 1 468; xxes. : a) 1 441, b) 4 491.
BBG. − Arickx (I.). Les Orthoépistes sur la sellette. Trav. Ling. Gand. 1972, no3, p. 126. − Darm. Vie 1932, p. 110. − Gohin 1903, p. 375. − Gottsch. Redens. 1930, p. 295. − Rog. 1965, p. 92. − Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 385, 398, 409.

Wiktionnaire

Nom commun

échec \e.ʃɛk\ masculin

  1. (Jeu d’échecs) Coup par lequel, au jeu d’échecs, on met le roi en péril.
    • Le roi ne peut pas rocquer étant en échec, ni lorsqu’il a remué, ni lorsqu’il essuierait un échec en passant, ni avec une tour qui aurait remué de sa place. — (Hilaire Le Gai, Almanach des jeux : Académie nouvelle, Paris : Passard, 1853, page 168)
  2. (Figuré) Obstacle, gène ou embarras causés à quelqu’un.
    • Faire échec à quelqu’un.
  3. (Par extension) Revers momentané dans une entreprise.
    • Carcassonne était la place centrale des opérations entreprises contre l’armée aragonaise et un refuge assuré en cas d’échec. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Si la réussite d'un pétanquiste chevronné est imputable à sa capacité technique, il en va autrement de l’échec. Celui-ci est attribué à des causes extérieures au joueur, qui pour l'expliquer invoque la « déveine ». — (Hélène Vouhé, « Le métal, ça s'travaille : La pétanque, ou comment la technique transforme un monde régi par la chance », dans Jeux rituels: dédiés à la mémoire d'Éric de Dampierre et en hommage à sa vision de la recherche, Paris : Centre d'études mongoles & sibériennes/ Librairie C. Klincksieck, 2000, p. 358)
    • Ainsi, la volonté de correction des premières années, face aux échecs répétitifs maintes fois constatés d’hommes idémistes, se trouve noyée dans l’inertie. Paris dicte à Cayenne des mesures qui témoignent de sa souveraineté, et reflète aussi la méconnaissance de la réalité. — (Marion F. Godfroy, Bagnards, éd. Tallandier, 2008, page 18)
    • Je semble défier la mort et pourtant je ne peux protéger les corps meurtris. Les soldats vont encore être obligés de faire des sacrifices pour un résultat plus qu'incertain, probablement un échec. — (Jean-Louis Riguet, Aristide, la butte meurtrie (Vauquois 1914-1918), Éditions Dédicaces, 2014)
  4. (Jeu d’échecs) (pluriel) Jeu qui se joue par deux personnes sur un tablier, appelé échiquier, avec huit pièces et huit pions de chaque couleur.
    • On ne perd aux échecs que par sa faute.
    • Une partie d’échecs.
    • Un grand joueur d’échecs.
  5. (Jeu d’échecs) Pièces avec lesquelles on joue à ce jeu, considérées toutes ensemble.
    • Des échecs d’ivoire, de buis, d’ébène.

Adjectif

échec \e.ʃɛk\ invariable

  1. (Jeu d’échecs) Menacé de perdre son roi au prochain coup.
    • Tu ne peux pas jouer ici car tu es échec.
    • Être échec et mat, c’est perdre la partie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCHEC. Interjection
qui s'emploie au jeu des échecs, lorsqu'on attaque le roi, en sorte qu'il est obligé de se retirer ou de se couvrir. Il s'emploie aussi comme nom masculin et signifie Coup par lequel, au jeu des Échecs, on met le roi en péril. Faire échec au roi. Faire échec et mat, Gagner la partie. Adjectivement, Être échec et mat, Perdre la partie. Fig., Faire échec à quelqu'un, Lui créer des embarras, des obstacles. Tenir quelqu'un en échec, L'empêcher d'agir, de se déterminer. Il signifie par extension Revers momentané dans une entreprise. L'armée ennemie a éprouvé plusieurs échecs. Ses démarches ont abouti à un échec. C'est un échec à sa fortune. Il a eu un échec à son examen. Le pluriel ÉCHECS (Le c final ne se prononce ordinairement pas) désigne le Jeu qui se joue par deux personnes sur un tablier ou damier, avec huit pièces et huit pions de chaque côté. On ne perd aux échecs que par sa faute. Une partie d'échecs. Un grand joueur d'échecs. Prov., Au jeu des échecs, les fous sont les plus proches des rois. Il se dit aussi des Pièces avec lesquelles on joue à ce jeu, considérées toutes ensemble. Des échecs d'ivoire, de buis, d'ébène.

Littré (1872-1877)

ÉCHEC (é-chèk ; au pluriel, des é-chèk ; l's ne se lie pas : des é-chèk inattendus ; cependant quelques-uns la lient : des é-chèk-z inattendus) s. m.
  • 1Terme qu'on emploie au jeu d'échecs chaque fois qu'on attaque le roi ou qu'on met la reine en prise. Échec au roi. Échec à la reine. Il se couvrit de l'échec par un pion. On ne peut se couvrir de l'échec du cavalier. Faire échec. Être en échec.

    Échec et mat, se dit quand le roi ne peut plus se couvrir ni se retirer, ce qui décide du gain de la partie. Faire le roi échec et mat. Faire échec et mat, gagner la partie. Mon roi est échec et mat, ou je suis échec et mat, c'est-à-dire j'ai perdu la partie.

    Fig. Et n'était, quel qu'il fût, morceau dedans le plat Qui des yeux ou des mains n'eût un échec et mat, Régnier, Sat. X. Nous le trouvâmes [M. de Pomponne] et les dames qui nous reçurent fort gaiement ; on causa tout le soir ; on joua aux échecs ; ah ! quel échec et mat on lui préparait à Saint-Germain [sa destitution] ! Sévigné, 386. La vie de la cour est un jeu sérieux, mélancolique, qui applique ; il faut arranger ses pièces… et après toutes ses rêveries et toutes ses mesures on est échec, et quelquefois mat, La Bruyère, VIII. Le roi qu'on n'osait ni secourir ni abandonner fut échec et mat, Voltaire, Lett. Prusse, 57.

    Échec et mat, sorte de proposition elliptique pour dire qu'on n'a pas réussi, qu'on a échoué dans une entreprise. Échec et mat, se dit le vieillard en se rasseyant tranquillement ; parbleu ! voilà une maîtresse femme, Ch. de Bernard, la Femme de 40 ans, § X.

    Tenir en échec, mettre dans l'impossibilité d'agir, de prendre une résolution. Si vous voulez qu'il puisse trouver la vérité, chassez cet animal [une mouche bourdonnante], qui tient sa raison en échec et trouble cette puissante intelligence qui gouverne les villes et les royaumes, Pascal, Pensées, t. I, p. 258, éd. Lahure, 1860. Ne savez-vous pas comment les jansénistes les tiennent en échec ? Pascal, Prov. 3. Vous lui supposez une audace, une présomption qui tient ses lumières en échec, Marivaux, dans DESFONTAINES.

    Tenir en échec, se dit aussi d'une troupe de guerre qu'on empêche d'agir. De là ils tinrent en échec leur ennemi, qui souffrait également et de la chaleur du climat et du défaut de rafraîchissements, Raynal, Hist. phil. X, 16.

  • 2Dommage, revers. Sa fortune a éprouvé un échec considérable. Et si de quelque échec notre faute est suivie, Nous disons injures au sort, La Fontaine, Fabl. VII, 14. Pourquoi sortirait-il d'une situation brillante, quoique non assurée, pour se jeter dans une situation si critique où le moindre échec pouvait tout perdre, où tout revers serait décisif ? Ségur, Hist. de Napol. II, 4.

    Perte considérable éprouvée par une armée. L'échec d'Inkowo venait de décider Napoléon ; dix mille chevaux russes, dans une rencontre d'avant-garde, avaient culbuté Sébastiani et sa cavalerie, Ségur, ib. VI, 1.

HISTORIQUE

XIIIe s. Au roc [avec le roc, la tour] [il] en prist un grant tropel, Et dist eskec ; moult li fu bel, Fl. et Bl. fl. V. 2117. [Il] L'assailli por li desconfire, Eschec et mat li ala dire, la Rose, 6676.

XVIe s. Ainsi, à divers tours de vieille guerre, les endommageoit, et conduisoit tellement ses entreprises que sur ses ennemis avoit tousjours eschec à l'advantage, Jean D'Auton, Annales de Louis XII, p. 134, dans LACURNE. L'artillerie fit son eschec [coup] dans les Mutinades, D'Aubigné, Hist. III, 393. Une grande sortie sur le reste fit un merveilleux eschec sur les Turcs, Carloix, I, 41. M. de Vieilleville, qui avoit laissé M. le prince de la Roche-sur-Yon en peine de lui, le voulut bien lever de cet eschec [inquiétude], Carloix, IV, 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « échec »

Voy. ÉCHECS. Il y avait dans l'ancien français escheq, eschieq, eschac, qui signifiait butin et que Diez rattache à l'ancien haut allemand schâh, butin, le c empêchant de rattacher ce mot à échoir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser)[1] En ancien français eskec[2], du persan شاه مات, shâh mât (« le roi est mort ») qui a donné échec et mat ; voir chah (« roi ») et mat. L’ajout du \k\ final a été influencé par l’ancien français eschac, eschec (« butin »), du francique *skâk[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « échec »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
échec eʃœk

Évolution historique de l’usage du mot « échec »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « échec »

  • Sans échec, pas de morale. Simone de Beauvoir, Pour une morale de l'ambiguïté, Gallimard
  • Après que nous avons fait notre mieux touchant les choses qui nous sont extérieures, tout ce qui manque de nous réussir est au regard de nous absolument impossible. René Descartes, Discours de la méthode
  • Les personnages principaux de Flaubert sont bien souvent des personnages de Balzac conçus dans l'échec au lieu de l'être dans la réussite. André Malraux, Le Triangle noir, Gallimard
  • […] Il est peu et de réussites faciles, et d'échecs définitifs. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, le Temps retrouvé , Gallimard
  • C'est le fait d'un ignorant d'accuser les autres de ses propres échecs ; celui qui a commencé de s'instruire, s'en accuse soi-même ; celui qui est instruit n'en accuse ni autrui ni soi-même. Épictète, Manuel, V (traduction J. Pépin)
  • Les plus pessimistes d'aujourd'hui ont été les plus optimistes autrefois. Ils poursuivaient de vaines illusions. L'échec les a découragés. Hu Shi, Traduction D. Tsan
  • Lutte, échec, nouvelle lutte, nouvel échec, nouvelle lutte encore, et cela jusqu'à la victoire - telle est la logique du peuple. Mao ZedongMao Tsö-tongMao Tsé-toung, Citations du président Mao Tsé-Toung, V
  • Le succès, c'est l'échec de l'échec. De Delphine Lamotte
  • Je vous dirai que je n’ai jamais eu d’échecs dans ma vie. Il n’y a pas eu d’échecs. Il y a eu des leçons épouvantables. De Oprah Winfrey
  • Oublie les conséquences de l’échec. L’échec est un passage transitoire qui te prépare pour ton prochain succès. De Denis Waitley / Seeds of Greatness
  • L'échec fait partie intégrante de notre réussite. L'échec, c'est l'envers de la réussite. De Adonis / Identité inachevée
  • Quelquefois l’échec est nécessaire à l’artiste. Cela lui rappelle que l’échec n’est pas un désastre définitif. Et cela le libère de la tapageuse contrainte du perfectionnisme. De John Berger
  • La pire erreur n'est pas dans l'échec mais dans l'incapacité de dominer l'échec. De François Mitterrand / Ma part de vérité
  • Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. De Winston Churchill
  • Beaucoup rêvent de succès. A mon sens, le succès ne peut être atteint qu’après une succession d’échecs et d’introspections. En fait, le succès représente 1% de votre travail qui comporte lui, 99% de ce qu’on peut appeler échec. De Soichiro Honda
  • La hâte est la mère de l'échec. De Hérodote
  • Les échecs servent de répétitions au succès. De Reed Cathy
  • Le succès a de nombreux pères, l’échec aucun. De Philip Caldwell
  • L'échec est le fondement de la réussite. De Lao-Tseu
  • L’échec est un éternel gage de réussite. De Benoît Gagnon
  • Mais n’est-ce pas déjà l’insulter injurieusement que d’appeler les échecs un jeu ? De Stefan Zweig / Le Joueur d’échec
  • L’échec est la mère du succès. De Proverbe chinois
  • « Avons-nous labouré la mer et semé le vent ? » La simple interrogation posée par Jean-Luc Mélenchon, lors de son allocution de clôture de l’assemblée représentative de La France insoumise (LFI), dimanche 5 juillet, dit tout du malaise que traversent en ce moment les « insoumis ». En reprenant une citation de Simon Bolivar, figure du mouvement de libération de l’Amérique latine, le leader de LFI a répondu par la négative en leur donnant rendez-vous à la fin août. C’est à ce moment-là, lors de leur université d’été, qu’il devrait annoncer sa candidature. Une décision qui ne fait plus guère de doute mais que le député des Bouches-du-Rhône a fixée comme horizon pour mieux faire oublier l’échec de son mouvement aux élections municipales. Le Monde.fr, Après l’échec aux municipales, La France insoumise mise déjà sur 2022
  • Trois médaillés olympiques et un accompagnateur d'athlètes discutent des avantages de l'échec, qui aide souvent à stimuler la persévérance, mais aussi à définir plus clairement le chemin à prendre pour réussir. Radio-Canada, Les bienfaits de l’échec | Ça prend un village
  • En 2017, le film Baywatch – Alerte à Malibu tentait de faire revivre les célèbres plages (et le maillot de bain) longtemps incarnés par Pamela Anderson à l’écran. Pour porter ce film, deux poids lourds d’Hollywood : Zac Efron et Dwayne Johnson. Le résultat se révèle être un échec majeur d’un point de vue de la critique et ne rapporte que 177 millions d’euros. Une goutte d’eau au vu de ce que peuvent rapporter certaines franchises aujourd’hui. Suffisant pour que la perspective d’une suite disparaisse des radars. Mais on apprend désormais que l’on a échappé au pire : une nouvelle série. Presse-citron, Baywatch : l'échec du reboot au ciné nous a permis d'échapper à la série
  • La deuxième raison est l’incapacité de se pardonner. Nous pensons que quels que soient les hauts et les bas, les déceptions ou les échecs auxquels nous avons été confrontés, nous en sommes responsables. News 24, La pleine conscience: vous n'êtes pas seul dans votre échec - News 24
  • Malgré l'échec, pas de regret. Les trois associés ont su tirer des leçons et ressortent de cette expérience sans amertume aucune. « De mon côté, je ne renonce pas à l'entrepreneuriat, car je pense qu'il est essentiel pour participer à la création du monde de demain. Je pense notamment aux projets qui misent sur le local ou encore le circuit court. Toutes ces initiatives - qui viennent contrebalancer les actions des entreprises polluantes - ont besoin de grandir en France et de faire évoluer les mentalités. Car il y a urgence à agir vite », conclut Charles Dauzet. Les Echos Executives, Echec : les fondateurs de la Boucle Verte ont appris une leçon d'entrepreneuriat, Efficacité personnelle
  • La 13ème mission de Rocket Lab s’est terminée par un échec samedi, après que la fusée de la société ait connu un problème en plein vol. Toms Guide : actualités high-tech et logiciels, Rocket Lab : le treizième lancement se solde par un échec
  • Ces gens là ne pensent donc jamais à s'arrêter après un échec ?? Lyonmag.com, Après l’échec à Lyon, Etienne Blanc recasé aux sénatoriales ?

Images d'illustration du mot « échec »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « échec »

Traductions du mot « échec »

Langue Traduction
Anglais failure
Espagnol fracaso
Italien fallimento
Allemand fehler
Chinois 失败
Arabe خسارة
Portugais falha
Russe отказ
Japonais 失敗
Basque porrota
Corse fallimentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « échec »

Source : synonymes de échec sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « échec »

Partager