La langue française

Avortement

Sommaire

  • Définitions du mot avortement
  • Étymologie de « avortement »
  • Phonétique de « avortement »
  • Évolution historique de l’usage du mot « avortement »
  • Citations contenant le mot « avortement »
  • Traductions du mot « avortement »
  • Synonymes de « avortement »
  • Antonymes de « avortement »

Définitions du mot avortement

Trésor de la Langue Française informatisé

AVORTEMENT, subst. masc.

A.− [En parlant d'êtres animés, animal ou humain]
1. MÉD. VÉTÉR. Avortement traumatique. ,,Avortement causé par des accidents extérieurs, comme chute, blessure, etc.`` (Lar. 19e). Avortement enzootique ou épizootique, p. oppos. à sporadique. ,,Avortement qui s'étend à un grand nombre d'animaux domestiques d'une même contrée ou d'un même établissement`` (Lar. 19e). Avortement facile, laborieux (Lar. 19e) :
1. L'avortement est un état naturel chez les kanguroos et une maladie chez les mammifères élevés et chez les femmes. C. Bernard, Principes de méd. exp.,1878, p. 269.
2. Usuel. [En parlant d'une femme enceinte] Expulsion du produit de la conception avant qu'il ne soit viable; manœuvre entraînant cette expulsion :
2. En Union Soviétique, de 1917 à 1936, l'avortement a été légalisé, puis interdit, et les contraceptifs eux-mêmes ont cessé d'être en vente libre. Mais en 1955, la loi de 1936 a été abolie, la liberté de l'avortement et de la propagande anticonceptionnelle rétablie. J.-A. Lesourd, C. Gérard, Hist. écon., XIXeet XXes., t. 2, 1966, p. 501.
SYNT. Avortement spontané (Littré-Robin 1865), accidentel (Bouillet 1859), habituel ou à répétition (Méd. Biol. t. 1 1970), naturel (Bouillet 1859); avortement ovulaire (Littré-Robin 1865), embryonnaire (Bouillet 1859), fœtal (Littré-Robin 1865), gémellaire (Méd. Biol. t. 1 1970), môlaire (Ibid.); avortement tubaire (Garnier-Del. 1958), tubo-abdominal (Méd. Biol. t. 1 1970); avortement endocrinien (Ibid.), hémorragique (P.-J. Teissier [F. Widal, P.-J. Teissier, G.-H. Roger, Nouv. traité de méd., fasc. 2, 1920-24, p. 267]); avortement provoqué (Bouillet 1859) ou intentionnel (Méd. Biol. t. 1 1970), avortement provoqué médical (Littré-Robin 1865) ou thérapeutique (Lar. Méd. 1970).
Rem. La lang. cour. réserve avortement à l'expulsion volontaire du fœtus non viable, l'expulsion accidentelle étant appelée fausse couche. Quand il n'est pas accompagné d'un qualificatif marquant son caractère de nécessité méd. (avortement thérapeutique), il désigne le plus souvent une intervention volontaire.
DR. PÉNAL. Avortement criminel (Méd. Biol. t. 1 1970), avortement provoqué criminel (Garnier-Del. 1958); une affaire d'avortement :
3. La déposition du docteur ne nous apprend rien de nouveau; il explique très longuement que l'enfant a vécu, de sorte qu'on se trouve en présence d'un cas, non d'avortement, mais d'infanticide; pourtant le coup de ciseaux, légèrement donné et comme avec précaution, était plutôt pour s'assurer que l'enfant était mort; ... Gide, Souvenirs de la Cour d'assises,1913, p. 639.
4. Quiconque, par aliments, breuvages, médicaments, manœuvres, violence ou par tout autre moyen aura procuré ou tenté de procurer l'avortement d'une femme enceinte ou supposée enceinte, qu'elle y ait consenti ou non, sera puni d'un emprisonnement d'un an à cinq ans, et d'une amende de 1 800 F à 36 000 F. Code pénal, décret-loi 29 juill. 1939, art. 82.
B.− P. anal. [En parlant d'un organe, d'une plante, d'un fruit, etc.] Développement incomplet. Avortement des cellules :
5. Sous le rapport des ailes, les insectes des six premiers ordres en ont quatre, dont toutes, ou deux seulement, servent au vol. Ceux du septième et du huitième n'ont plus que deux ailes, ou en manquent par avortement. Lamarck, Philos. zool.,t. 1, 1809, p. 185.
BOT., HORTIC. Avortement complet, constant, externe, incomplet, interne, naturel; avortement inconstant, accidentel (Lar. 19e) :
6. Les fouriétistes affirment qu'une alimentation luxuriante et plantureuse rendrait les femmes stériles, comme une surabondance de sève rend les fleurs plus riches et plus belles en les faisant avorter. Mais l'analogie est fausse : l'avortement des fleurs vient de ce que les étamines ou organes mâles sont changés en pétales, comme on peut s'en assurer à l'inspection d'une rose, et de ce que par l'excès d'humidité la poussière fécondante a perdu sa vertu prolifique. Proudhon, Qu'est-ce que la propriété?1840, p. 283.
C.− P. métaph. et au fig. Fait que quelque chose (processus, entreprise, etc.) n'a pas abouti, échec, insuccès; état qui en résulte. Avortement d'une action, d'une entreprise :
7. Ces notes que je prends chaque jour, c'est un avortement heureux des mauvaises choses que je pourrais écrire. Renard, Journal,1896, p. 352.
8. Néanmoins, personne ne voulut mettre un sou dans cette affaire, et la locomotion à vapeur sur route avorta. Nous ne pouvons expliquer cet avortement et cet échec que parce que le besoin de tels véhicules ne se faisait pas particulièrement sentir, et aussi par la fidélité à des préjugés routiniers. P. Rousseau, Hist. des techniques et des inventions,1967, p. 238.
Rem. L'avortement de l'âme lorraine (Barrès, Un Homme libre, 1889, p. 119); pour un emploi du mot dans un cont. semblable, cf. Barrès, Un Homme libre, 1889, p. 203 : l'avortement de ma race. À rapprocher de l'ex. 7 : ceci est un cahier d'avortements (Renard, Journal, 1906, p. 1089).
PRONONC. : [avɔ ʀtəmɑ ̃].
ÉTYMOL. ET HIST. − Ca 1190 « action d'avorter ». (Sermons St Bernard, 57, 29 ds Gdf. Compl. : Trop fus meire cruyere [Jerusalem] quant tu cest avortement volus faire); 1690 (Fur. : ... les grandes peurs sont capables de causer un avortement. On le dit plus proprement dans le langage ordinaire, des animaux. A l'égard des femmes, on dit plutôt une fausse couche, si ce n'est quand l'avortement est provoqué par des remèdes). Dér. de avorter*; suff. -ment1*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 140.
BBG. − Bastin 1970. − Bertr.-Lapie 1970. − Bouillet 1859. − Chevallier 1970. − Foi t. 1 1968. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Lafon 1969. − Lar. méd. 1970. − Littré-Robin 1865. − Marcel 1938. − Méd. 1966. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Méd. Psychanal. 1971. − Nysten 1824. − Pomm. 1969. − Porot 1960. − Privat-Foc. 1870. − Réau-Rond. 1951. − Réau-Rond. Suppl. 1962. − Spr. 1967. − St-Edme t. 2 1825. − Yam.-Kell. 1970.

Wiktionnaire

Nom commun

avortement \a.vɔʁ.tə.mɑ̃\ masculin

  1. (Reproduction) Interruption, volontaire ou non, d’une grossesse (gestation) avant terme. Lorsque l’accouchement de la femme avant terme a lieu par quelque accident, ou par l’effet d’une mauvaise constitution, on l’appelle fausse couche.
    • Les avortements . Les femelles peuvent avorter après un traumatisme, un stress, de la fièvre, la consommation d’aliments moisis ou à la suite d’anomalies génétiques. Certaines femelles avortent à cause d’une infection, qui peut être dangereuse pour d’autres femelles pleines. Il arrive que plusieurs femelles avortent en même temps. — (Bill Forse, Christian Meyer, et al., Que faire sans vétérinaire ?, Cirad / CTA / Kathala, 2002, page 256)
    • Les avortements (du bétail)… ont des causes variées, dont la brucellose, encore fréquente dans certains pays. — (Cirad/Gret/MAE, Mémento de l'Agronome, 1 692 pages, page 1436, 2002, Paris, France, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Étrangères)
  2. (Par extension) (Reproduction) Échec d’un développement quelconque sans rapport avec la procréation.
    • L'avortement du projet a eu lieu avant l’obtention des premiers résultats.
    • Avortement d’une entreprise, Insuccès de cette entreprise.

Nom commun

avortement \Prononciation ?\ masculin (graphie ABCD)

  1. (Reproduction) Avortement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AVORTEMENT. n. m.
Action d'avorter, au propre et au figuré. Cette jument, cette vache a reçu un coup dans le ventre, cela peut lui causer un avortement. En parlant des femmes, on ne le dit guère que d'un Accouchement avant terme provoqué par des moyens criminels. Se rendre coupable d'un avortement. Lorsque l'accouchement avant terme a lieu par quelque accident, ou par l'effet d'une mauvaise constitution, on l'appelle Fausse couche. Voyez COUCHE. Fig., Avortement d'une entreprise, Insuccès de cette entreprise.

Littré (1872-1877)

AVORTEMENT (a-vor-te-man) s. m.
  • 1 Terme de médecine. Expulsion, avant terme, d'un fœtus non viable. Provoquer l'avortement est un crime puni par le Code pénal.
  • 2 Fig. Insuccès. L'avortement des desseins qu'il avait formés.

REMARQUE

Dans l'obstétrique, l'avortement diffère de l'accouchement prématuré qui est l'expulsion, avant terme, d'un fœtus viable ; et de la fausse couche, qui comprend non-seulement tout accouchement avant terme, mais aussi l'expulsion d'un faux germe, d'une môle, etc.

HISTORIQUE

XVIe s. Tel enfantement [hors terme] est appelé abortif ou advortement, Paré, t. II, p. 624.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AVORTEMENT, s’employe en Medecine pour l’accouchement avant terme, d’un fœtus humain imparfait, soit vivant ou mort. Voyez Accouchement & Grossesse.

Dans ce sens, avortement est la même chose que ce que nous appellons communément fausse-couche, les Latins abortus, & quelquefois abactus.

L’avortement peut arriver dans tous les tems de la grossesse : mais s’il arrive avant le second mois après la conception, on l’appelle proprement fausse conception, ou faux germe. Voyez Conception.

Il y a des exemples d’avortemens par la bouche, l’anus, le nombril, &c. Voyez Fœtus, Embryon, &c.

Les causes ordinaires de l’avortement, sont des évacuations immodérées, des mouvemens violens, des passions soudaines, des frayeurs, &c. les autres causes sont la grosseur & la pesanteur du fœtus, l’irritation de la matrice, le relâchement des ligamens du placenta, la foiblesse & le défaut de nourriture du fœtus ; trop manger, de longs jeûnes ou de longues veilles, l’usage des corps baleinés, les mauvaises odeurs, les violens purgatifs ; & en général tout ce qui tend à provoquer les regles.

Les symptomes qui précedent d’ordinaire l’avortement, sont une fievre continue ou intermittente, une douleur dans les lombes & à la tête, une pesanteur des yeux, un affaissement & un resserrement du ventre ; un écoulement de sang pur ou aqueux ; une diminution des mammelles, un lait séreux, &c. lorsque le moment de la fausse couche est venu, les douleurs sont à peu-près les mêmes que celles de l’accouchement.

L’avortement est dangereux quand la grossesse est fort avancée, & qu’ainsi le fœtus est d’une grosseur considérable ; quand la cause est très-violente, que la malade a de fortes convulsions, que l’accouchement est précédé ou suivi d’une grande hémorrhagie, que le fœtus est pourri, &c. Dans d’autres cas, il est rarement mortel.

Le traitement doit être conforme aux symptomes particuliers & aux circonstances. Si la malade est pléthorique, il faut saigner dès que les premiers symptomes paroissent. En cas d’hémorrhagie, il faut avoir recours aux astringens appropriés ; & s’ils ne réussissent pas, aux fomentations, aux injections, aux fumigations. S’il y a un ténesme, il faut employer la rhubarbe ; & s’il y a un relâchement habituel des vaisseaux de la matrice, on se servira du gayac. Voyez Grossesse. (N)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « avortement »

(1190) Dérivé de avorter avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Avorter ; provenç. abhortiment ; catal. abortament ; espagn. et ital. aborto.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « avortement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
avortement avɔrtœmɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « avortement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « avortement »

  • Si les hommes pouvaient attendre un enfant, l'avortement serait un sacrement. De Florence Kennedy
  • Si on écoutait les opposants à l'avortement on tricoterait des brassières aux spermatozoïdes. De Guy Bedos
  • L'avortement n'est jamais une victoire. De Simone Veil / ina.fr /JT 20h - 29 novembre 1974
  • Ceux qui sont contre l'avortement, sont ceux-là mêmes qui sont pour la peine de mort. De Guy Bedos / Drôleries et autres méchancetés sans importance
  • L’avortement, je ne suis ni pour ni contre ; je suis pour qu’on laisse le choix à l’enfant... De Laurent Ruquier / Je ne vais pas me gêner
  • Soyons sérieux, on n’est pas pour l’avortement, pas plus qu’on est pour la guerre. Mais parfois, il faut faire la guerre. De Christine Pedotti / L'enfant violée et l'archevêque de Recife
  • Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement (...). C'est toujours un drame et cela restera toujours un drame. De Simone Veil / Discours à l'Assemblée nationale - 26 novembre 1974
  • Aujourd’hui encore, affronter une grossesse non désirée est un cataclysme dans la vie d’une femme et le chemin qui mène à l’avortement demeure semé d’obstacles. Quarante-cinq ans après son adoption, la loi Veil ne se porte pas si bien… Des maux insidieux restreignent l’accès médicalisé à l’interruption volontaire de grossesse. Ils ont pour nom : logique économique, pression idéologique, résistance éthique. Rappelons les chiffres : chaque année, 200 000 femmes sont confrontées à cette situation. Mais, en vingt ans, plus de 130 centres pratiquant l’IVG ont fermé. Résultat : près d’une patiente sur cinq doit se rendre dans un autre département pour accéder à l’un d’eux. Et vivre dans une région rurale complique encore plus les choses. L'Obs, « Avortement, le prix à payer », IVG, ce combat sans fin
  • En effet, prétextant l’état d’urgence sanitaire, le ministre de la santé a étendu l’accès de l’avortement à domicile avec des mesures qui comportent des risques graves pour les femmes : Alliance VITA, Avortement à domicile et Covid : requête en excès de pouvoir - Alliance VITA
  • L'avortement est un droit en France depuis 1974. Mais dans les faits, est-il vraiment appliqué ? , Société | L'avortement reste un parcours de combattante, selon une enquête de France 5
  • Ces préalables étant posés, pendant plus d’une heure, le documentaire tourne autour de la seule question de l’accès à l’avortement, avec une focalisation sur les délais. Dans le contexte politique actuel,  alors que les tentatives de certains parlementaires poussent au « toujours plus » en matière d’IVG, on ne peut que s’étonner de la concordance de la programmation. D’autant que l’allongement des délais ne résoudra pas la question des avortements, rares, au-delà des 12 semaines, comme si la question pouvait se résumer à un assouplissement d’ordre administratif. « Je suis un militant de l’IVG de la première heure, mais suis fermement opposé à cet allongement » déclarait le professeur Israël Nisand, gynécologue à Strasbourg et président du Collège national des gynécologues et obstétriciens de France, dans un article du journal La Croix[1]. « Il passerait par un geste à la fois plus dangereux pour les patientes et psychologiquement lourd pour les médecins », affirme-t-il. Selon lui, « en cas d’allongement, au moins un tiers des gynécologues cesseraient de pratiquer des avortements » (cf. Avortements tardifs : les grossesses suivantes davantage à risque ) , [Reportage] Avortement : peut-on encore s’interroger ? | Gènéthique
  • Il semblerait que les consultations et actes d’avortement aient baissé durant les deux mois de la période de confinement. S’agit-il pour autant d’un « recul du droit à l’IVG » comme l’affirme le Planning familial ? Voilà un raccourci dialectique étrange destiné à choquer mais surtout qui risque de cacher une autre réalité. Valeurs actuelles, Avortement : le prétexte Covid | Valeurs actuelles
  • Alors que les mesures prises autour de la crise sanitaire sont en passe d’être, peu ou prou, levées, le Sénat débattait hier soir de l’avortement. , A l'heure du Covid-19, l'avortement toujours en ligne de mire, le Sénat refuse d'étendre les délais | Gènéthique
  • OTTAWA — Le Parti conservateur est confronté à un dilemme: s’il s’engage plus fermement à ne pas rouvrir le débat sur l’avortement et à présenter un plan plus résolu de réduction des émissions de gaz à effet de serre, recevra-t-il un plus grand appui?  L’actualité, Les changements climatiques et l'avortement influencent le vote conservateur | L’actualité
  • Il y a presque un an, le 14 juin 2019, des milliers de femmes défilaient dans les rues de Suisse pour défendre leurs droits, notamment celui d’un accès libre et gratuit à la contraception et à l’avortement. Entre-temps, le Covid-19 est passé par là, et les citoyennes de tout âge ont dû affronter deux mois de confinement, et la menace du coronavirus. Le Temps, Plus d’avortements tardifs à cause du coronavirus - Le Temps

Traductions du mot « avortement »

Langue Traduction
Anglais abortion
Espagnol aborto
Italien aborto
Allemand abtreibung
Chinois 流产
Arabe الإجهاض
Portugais aborto
Russe аборт
Japonais 中絶
Basque abortua
Corse abortu
Source : Google Translate API

Synonymes de « avortement »

Source : synonymes de avortement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « avortement »

Partager